AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Good night, isn't it ? ▬ Rachel M

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M Lun 22 Juin 2009 - 18:14

Adrian venait de se lever. Ses petits yeux encore endormis venaient de redécouvrir la pièce. Les rideaux bleus, le papier blanc qui reflétait la lumière. Le plafond blanc cassé et l’armoire devant lui, à demi-ouverte sur des vêtements soigneusement pliés. Et le soleil qui s’incrustait contre les murs et sur le lit, s’échappant par la fenêtre. Adrian se redressa sur le matelas et frotta ses yeux de ses poings, tendrement. Il cligna les yeux et les ouvrit entièrement en regardant la silhouette à côté de lui. Les cheveux bruns, bouclant contre ses épaules. Et un dos fin et diaphane, celui d’une jeune fille fragile. Même de dos, elle semblait déjà douce. Elle était même gracile. Il se pencha sur son épaule pour la regarder dormir. C’est ainsi que font les jeunes couples ; ils s’admirent dormir, comme si c’était une chance inouïe de pouvoir contempler des heures des yeux clos. Il la regarda quelques secondes et se remit à sa place, ne comprenant vraiment pas cette habitude. Ou bien était-ce pour faire semblant, et montrer à l’autre son attachement pour ces respirations lentes et…ennuyeuses. Adrian sourit, tout heureux. La journée commençait bien. Il regarda sa montre à son poignet gauche. Il était dix heures. Cela faisait des années qu’il n’avait pas dormi jusque si tard. Mais cela faisait aussi des années qu’il n’avait pas dansé toute la soirée avec des amis. A présent, lorsqu’il allait au travail, il était guidé par autre chose que par cette envie de voir débarquer à toute allure des corps comateux. Il y allait pour sauver des vies, comme Rachel l’aurait fait elle aussi. Et il pouvait sortir du travail en se disant, pour une fois, qu’il possédait une vie sociale et qu’il ne se retrouverait pas seul chez lui, mangeant de vieilles craquottes un soda à la main.

Ce qu’il aimait dans cette « relation » pourtant encore inexistante, c’était l’imprévu qui rôdait toujours. Où qu’il allait, il avait une chance de la croiser. Et même s’il l’évitait, il finissait toujours par la recroiser un jour ou l’autre. Cet acharnement du destin l’avait d’abord amusé, mais il se plaisait à croire à présent que c’était ainsi qu’on savait. Peut-être que le regard ne suffisait pas. On savait quelle était la bonne personne parce qu’où qu’on allait, on pensait à elle et on la revoyait. Adrian ne voulait pas penser qu’elle fût la bonne personne. C’était trop romantique, trop idiot…Il était jeune. On ne pouvait décider après si peu de temps quelle serait la femme de sa vie, même si on en avait une idée. Il espérait en tout cas qu’elle fasse partie de sa vie. Qu’il puisse apprendre un peu d’elle. C’était cela qu’il aimait, apprendre un peu de chaque personne qu’il rencontrait. C’est plus intéressant qu’aucune autre culture. Il en était certain, demain il verrait Rachel de nouveau. Ou il verrait quelque chose ou quelqu’un qui se rattachait à elle. Son colocataire était l’un de ses amis, et il devait avoir beaucoup de patients réguliers qu’elle connaissait aussi. Il se mit en tête de le chercher le lendemain pour pouvoir discuter d’elle.

Il se leva tranquillement en replaçant la couverture sur elle, et alla dans la cuisine se préparer un thé. Il en buvait tout le temps. Chaque fois qu’il s’ennuyait, comme un automate, il allait faire bouillir de l’eau. Et il préférait cela au café. La plupart des hommes en boivent, mais il ne supportait pas le goût d’amertume trop présent, ni l’odeur bien trop forte qui empestait la maison. Adrian avança vers le lit, n’ayant toujours pas remarqué il n’était vêtu que d’un simple caleçon. Il sirotait tranquillement son verre en regardant Rachel, espérant comme un enfant impatient qu’elle se réveille enfin. Elle serait sans doute apeurée de savoir qu’elle avait passé la nuit avec lui. Mais à part la serrer de temps à autres tandis qu’elle était endormie, il n’avait rien fait. Il avait été sage. Il s’approcha et le plancher grinça sûrement trop fort, car elle ouvrit les yeux et se rendit compte de sa présence. Il se regarda dans le miroir, et constatant qu’il était en caleçon, dit :

▬ Oups.

Puis il sourit et reprit, plus rieur :

▬ Quelle belle vision dés le réveil, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M Lun 22 Juin 2009 - 22:17

Wake up you sleepy head,
Put on some clothes, shake up your bed

Oh you pretty things, David Bowie


Il avait été sage. Mais était-ce déjà "sage" que d'amener Rachel chez lui, à partager son lit? Etait-ce "sage" de l'avoir dévêtit de la robe qu'elle avait tâchée la nuit dernière suite à son malaise? Etait-ce "sage" de la retenir prisonnière dans ses bras nus? Croyait-il qu'elle n'allait pas lui en tenir compte? Non, il devait s'y attendre, mais une fois de plus, il se posait comme héros de la soirée, car sans lui, elle aurait très bien pu finir entre de mains réellement malintentionnées... Et puis, elle avait tellement eu mal à la tête à la sortie de la boîte qu'elle aurait très bien pu souffrir d'insomnies cette nuit. Étonnamment, elle pouvait même le remercier de l'avoir serré dans ses bras cette nuit, c'était son somnifère, comme l'opposé du conte de la Belle au bois dormant, il était celui qui avait miraculeusement réussi à la faire se reposer pour une fois depuis trois ans. Elle allait sûrement démentir, mais elle sentit ses bras s'enrouler autour de son corps durant la nuit, et s'était même empêchée de respirer trop fort pour ne pas l'alerter qu'elle y prenait plaisir. Elle s'était forcée à ne pas se retourner pour répondre à son tour à son étreinte, et le bercer également. Elle se sentait si égoïste avec lui. Et elle se sentait si ingrate envers Don aussi... ><... Elle avait ouvert les yeux, à un moment... elle croyait rêver, et elle avait fait ce que lui avait jugé "lent et ennuyeux": elle l'avait regardé dormir. Elle avait tourné la tête et détaillé les traits angéliques d'Adrian. Il ressemblait à un enfant ><, avec ses cheveux dorés qui tombaient légèrement et sa frange qui recouvrait son front comme s'il cherchait à cacher quelque chose. Elle avait posé sa main sur son front justement, et avait caressé ses cheveux pour vérifier s'il n'y avait pas un quelconque secret à dévoiler. Elle cherchait même la petite bête dans son sommeil >< xD. Elle s'était ensuite rendormie, croyant être en train de faire encore un rêve interdit.
- Adrian... avait-elle chuchoté au coin de son oreille avant de se retourner et de replonger dans le sommeil.
(Oui elle est trop choute >< xD)
Et soudain, il faisait office de prince charmant à nouveau, en la réveillant... sauf que c'était d'un sortilège plus maladroit que de faire grincer le sol. Rachel se releva d'un seul coup, en remontant la couverture sur son petit corps <3: .

- Qu'est-ce que...??

Eh bien non Rachel, tu ne rêvais pas. Et la surprise qui se lisait sur le visage de Rachel se changea en gêne lorsqu'elle vit Adrian en face d'elle, preuve qu'il s'agissait bien de la réalité. Son air pâle et ébahi devint rougeâtre lorsqu'elle le découvrit à moitié nu devant ses yeux. Elle cligna des yeux, la voix d'Adrian mettait du temps à parvenir à ses oreilles xD. Puis elle regarda autour d'elle. Elle reconnaissait l'endroit. La rougeur de ses joues devenait encore plus criarde plus ses troubles se voyaient confirmées dans son esprit: elle était dans le lit d'Adrian. Elle baissa les yeux lentement, par peur de ce qu'elle pourrait voir (ou ne PAS voir...). Elle portait une chemise d'homme déboutonnée à la hâte. ... >< elle allait mourir à force de rougir comme ça >< ! VITE LES POMPIERS >< xD!
Elle avait haussé la voix, mais sa timidité naturelle l'empêchait de formuler une phrase correcte. Il... l'avait déshabillée ><. Pourquoi? Comment? Ils avaient fait quoi la nuit dernière? Elle secoua la tête négativement. Ils n'avaient pas... couché ensemble, non ><, ça elle en était sûre, ne lui demandez pas comment elle le savait, mais Rachel savait lorsqu'elle avait fait l'amour (ou qu'on lui avait fait l'amour x) <<<). Elle remonta encore plus la couverture et baissa les yeux face au sourire rieur d'Adrian. >< Il l'avait donc vu ><... Bon, ils étaient à égalité maintenant, il était aussi dévêtu qu'elle avait dû l'être la veille quand il s'était amusé à jouer à la poupée! Rachel se mit à trembler légèrement.


- Tu n'aurais pas pu simplement te contenter de me mettre sur le canapé? Non, il fallait absolument que tu joues au médecin ><!! Je suis vraiment.. trop >< bête!

Rachel était toujours aussi rouge, mais cette fois, la colère commençait à prendre le pas sur l'embarras. Elle n'assumait vraiment pas son corps, et assumait encore moins qu'un homme puisse le voir sans son accord. Elle avait l'impression qu'une fois de plus il la perçait à jour, et elle détestait cette absence de contrôle sur sa propre vie. Mais surtout, elle était déçue. Elle avait commencé à croire que peut-être, il n'était pas le docteur pervers qui avait essayé de la séduire pour coucher avec elle, mais ... non, tout ce qu'il avait dit pour la rassurer s'envolait en fumée, ce n'était QUE des mots!
"Mes bases de séduction insistent plus sur les déclarations, vous voyez. Le genre de trucs que vous devez trouver ennuyeux si vous préféreriez que je vous enlève tout de suite vos vêtements. "
Rachel respira un bon coup et décida de regarder Adrian dans les yeux cette fois-ci. Elle ne savait pas comment il allait réagir. Allait-il continuer à se montrer joueur et amusé de la situation? Ou bien allait-il essayer de la rassurer encore avec ses paroles? Dans tous les cas, elle allait en sortir encore plus perturbée, hélas.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M Mar 23 Juin 2009 - 20:17

Spoiler:
 

Adrian grimaça en la voyant se lever à toute allure, l’air effrayé. C’était mauvais pour le crâne…Il s’abstint de parler, voyant qu’elle était mal à l’aise. Pourtant il n’avait rien fait ! Avant de faire une petite moue dédaigneuse, il l’observa en train de remettre la couverture sur son buste. « Ne t’inquiète pas, je t’ai mis une chemise hier » avait-il envie de lui dire. Mais il sentit le moment inopportun. Il en était certain, elle allait lui lancer son regard fétiche de femme agacée pour lui faire comprendre qu’elle détestait ses manières. Celui-même qu’elle aurait fait s’il l’avait laissée déshabillée, celui aussi qu’elle aurait affiché même s’il s’était parfaitement comporté. Et c’était cela qui les différenciait du duo mère/enfant, car en tous points ils se ressemblaient pourtant ; une mère félicite son enfant lorsqu’il fait une bonne action. Adrian, lui, ne devait rien attendre. Même lorsqu’il pensait se comporter en parfait romantique, ce n’était pas assez bien. Néanmoins, il ne lui en voulait jamais, il souriait et passait outre de ces remarques désobligeantes qu’elle tenait à lui lancer. Il ne pouvait pas parler devant ce beau visage empourpré par la honte…Il était mal d’assister à cette scène. Il détestait qu’on le regarde quand il rougissait lui aussi. Il voulait se retourner, le temps que sa peau reprenne sa couleur diaphane et qu’elle puisse articuler quelques paroles sensées. Elle parla enfin, bien que toujours rouge, et il l’écouta avec les mains derrière son dos, comme s’il se faisait réprimander. Il s’imaginait avec le bonnet d’âne, assis au fond d’une salle de classe, à murmurer incessamment que ce n’était pas juste, comme tous les petits garçons. Ils croient toujours n’avoir rien fait. Adrian rouspéta par un soupir, en l’écoutant toujours. Il baissa les yeux avant de lui répondre :

▬ Mais non, mais non ! J’ai même pas joué au médecin ! Toi, tu m’aurais mis sur le canapé peut-être ? Et puis tu serais partie en dormant tranquillement comme si j’étais pas là ? J’y crois pas un mot. Au contraire, t’aurais pas dormi de la nuit et tu serais allée me voir, mais tu veux pas l’avouer. Et... t’étais bien, là, avec moi. Qu’avec moi. Au moins tu pouvais pas entendre l’autre porc aller vomir aux toilettes… T’as dormi. C’est pas comme si je t’avais observée à la loupe, j’ai pas mon stéthoscope. Et j’ai autre chose à faire hein.

Il s’arrêta de parler et ouvrit la porte de l’armoire pour en sortir une chemise. Au passage, il lui lança, rieur :

▬ Eh ! T’arrêtes dis donc de me regarder ?

Il se doutait qu’elle ne le regardait pas, même s’il espérait pas le contraire, mais il était d’humeur enjouée et il fallait poursuivre l’amusement de la veille, même avec un mal de crâne. Il suffisait d’un cachet et tout serait parfait, comme il aimait que ce fût. Il la regarda elle aussi dans les yeux, pour la rassurer, et se retourna de nouveau en prenant une chemise bleue. Il l’enfila, un peu pudique, derrière l’armoire, même s’il n’avait pas honte du tout de s’afficher devant elle, même en caleçon, même nu. C’était une habitude de se mettre derrière la porte, au cas où Duncan arrive. Il n’arrivait jamais, d’ailleurs, mais les habitudes étaient sacrées pour Adrian. Il finit de la boutonner et se retourna vers la jeune femme en souriant :

▬ Voilà…On est assortis. C’est mignon.

Il retourna dans la cuisine rapidement pour y prendre la théière puis revint dans le lit, deux tasses à la main, et la théière dans l’autre, qu’il posa à ses côtés le temps de se glisser de nouveau sous la couette. Il espérait ainsi que Rachel y retourne elle aussi, qu’ils puissent être confortablement installés tous les deux bien au chaud, sans avoir, pour une fois, à se lever. Le week-end allait être merveilleux. Il lui fit un sourire avant de poser en équilibre sur un petit plateau ce qu’il venait d’apporter, très attentif à ce qu’il ne renverse rien. Ils étaient déjà brûlés tous les deux, l’un du doigt l’autre de la jambe, et il ne tenait pas du tout à casser cette ambiance pour le moment doucereuse. Oui, Adrian aimait bien ce genre de petites attentions et le romantisme l’aidait toujours à se sentir joyeux.

▬ Je te sers ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M Mar 23 Juin 2009 - 22:08

Elle n'avait pas mal au crâne. Elle avait trop bien dormi pour que tout soit rompu dès le réveil ! Sa tête était même reposée, ses muscles avaient pris le temps de se lever, et elle avait enfin goûté à un vrai week end comme elle aurait du le mériter depuis le temps. Rachel était une femme douce et calme mais elle cachait son besoin insatiable d'activité. Elle se levait donc assez tôt même le samedi et le dimanche, pour préparer le petit-déjeuner et faire un peu de ménage matinal. Elle pensait aussi que dormir était une perte de temps, et qu'il fallait croquer la vie à chaque minute qui s'écoulait. C'était d'ailleurs les rares occasions où Samantha, Don et elle se retrouvaient maintenant. Cordelia et Julianne ne les avaient pas rejoints dans cette coutume, préférant s'adonner aux joies de la grasse matinée xD. Elle dormait mal dans le lit pourtant confortable que Cordelia lui avait fourni. Elle ne se sentait pas chez elle, et les bras absents de Don ne l'aidaient pas à se sentir à l'aise. Elle multipliait ainsi les nuits d'insomnie, et se forçait à rêver éveillée. Son imagination lui jouait des tours. Cette scène-là, les bras d'Adrian autour d'elle enlacés, elle l'avait rêvée. Elle espérait de tout coeur que jamais elle n'avait énoncé son prénom dans la nuit, son mari risquerait sûrement de se douter de quelque chose. Même s'il n'y avait RIEN concrètement entre Rachel et Adrian... n'est-ce pas?

Adou résiste à tout >< xD. Elle était pareille en même temps. Lorsque des clients insatisfaits de leur lecture s'en prenaient à elle - et pas à l'auteur directement... xD - elle encaissait sans grimacer et se contentait de les écouter pour répondre avec sérénité qu'ils se trompaient. Rachel mit du temps à réaliser que peut-être derrière sa petite taquinerie (" Quelle belle vision dés le réveil, n’est-ce pas ?" ), il cherchait à camoufler sa propre gêne. Elle le croyait si prétentieux qu'elle ne pensait pas qu'il pouvait être lui aussi embarrassé d'être aussi dévêtu qu'elle. En plus, il n'avait vraiment pas à être si pudique lui >< xD. Les petits yeux innocents de Rachel qui fixaient froidement ceux d'Adrian dévièrent petit à petit vers son corps bien bâti. Arf. (Fouet xD) Elle se sentait ridicule à côté de lui. On aurait vraiment dit un ange, la perfection incarnée. Il possédait des bras suffisamment forts pour renforcer son image de protecteur, le contour de ses abdominaux présumait qu'il prenait soin de son corps, et ses cuisses musclées témoignaient de sa sur-activité à l'hôpital, à courir après chaque nouveau patient. Oui, un corps peut en dire long sur la personnalité d'une personne. Rachel garda la couverture collée contre elle, malgré cette chemise - qui sentait le parfum pour homme - terrifiée à l'idée qu'Adrian puisse lui aussi lire sur les traits de son corps. Rachel se mordit les lèvres ><, pour s'empêcher de lui répondre méchamment. Elle se rendait compte que vraiment des fois >< elle était vraiment pas reconnaissante envers lui. Et ce à CHAQUE fois qu'il commettait des gestes comparables à des exploits (la sauver d'un incendie ou l'héberger après qu'elle ait fait un malaise, juste ça xD).

Elle serait restée à ses côtés toute la nuit, sans dormir. Comme une mère, elle l'aurait pris dans ses bras et lui aurait chuchoté des contes au creux des oreilles pour que ses rêves s'en inspirent. Elle l'aurait regarder dormir, et ne se serait pas lassée de ce spectacle. C'était beau, un homme qui dort. Surtout un homme aussi chiant que lui >< xD. Mais le lendemain matin, il aurait pris son attention pour de la gentillesse, et l'aurait sûrement poussé à redevenir limite désagréable envers lui xD. A se demander s'il ne prenait pas plus de plaisir dans le rejet de Rachel que dans ces moments d'affection qu'elle lui portait maladroitement. Elle fit une légère moue (L). "Et... t’étais bien, là, avec moi. Qu’avec moi. " Rachel détourna le visage. Elle ne pouvait pas le nier, puisqu'en effet elle avait dormi jusque là.

- ... Mais tu m'as vu ><...?

Question bête, Rachel xD xD, TRES bête xD! Mais t'es choute, alors on te pardonne *_* xD. Elle avait toujours cette moue boudeuse, mais elle exprimait plus de la honte que de la colère à présent. Son caractère lunatique pouvait être déconcertant, et il risquait de ne jamais s'y habituer, puisque c'était lui qui en était la cause ! Elle le regarda dans les yeux, en attendant qu'il les baisse ou qu'ils dénotent des étincelles malicieuses. Puis elle se mit à sourire légèrement, comme si une deuxième Rachel venait de sortir de son corps et prenait du recul sur la situation. Elle ne l'avait jamais vu rouspéter après elle comme ça, avec ce soupir xD. Elle remonta la couverture jusque son nez pour cacher cet air amusé. Il lui demanderait peut-être des explications. Mais qui sait si elle voudra y répondre.

- Il n'y a rien à regarder >< (xD).

... Très crédible, Rachel. Elle avait de plus en plus de mal à se montrer révulsée par lui. Elle se força à détourner le regard lorsqu'il se changea alors. Elle prit soin de bien boutonner sa chemise, mais constata qu'il lui arrivait à peine sous le fessier ><. Elle rougit en prenant note qu'elle risquait donc de se déplacer en petite culotte dans la chambre d'Adrian. Elle le regarda ensuite, et ses yeux glissèrent le long de son dos nu. Elle se mordit les lèvres, non pas par gêne, mais plutôt par envie. Oui, quelle belle vision en effet, au réveil ><. (Fouet bis xD) Ca avait le pouvoir de troubler son sens de la responsabilité. Qui ne tarderait pas à ressurgir une fois qu'elle sera moins la tête dans le cul. Elle eut une pensée pour Esteban et se souvint des paroles d'Adrian: "Au moins tu pouvais pas entendre l’autre porc aller vomir aux toilettes… ". Elle secoua la tête.

- Este n'est pas un porc ><.

Elle défendait ses amis, même si Esteban n'avait vraiment pas assuré à la pousser dans les bras d'Adrian et à la faire boire autant. C'était aussi pour cela qu'on appréciait Rachel. Elle donnait toujours des deuxièmes, voire troisièmes chances. C'était peut-être aussi pour cela qu'elle avait autorisé Adrian à l"'apprivoiser", pour lui offrir l'occasion peut-être de lui montrer qu'elle pouvait être heureuse autrement... C'était peut-être aussi pour cela qu'elle se montrait si ... exigeante vis a vis de lui, et qu'il avait l'impression de ne jamais faire assez bien, parce qu'elle voulait plus, toujours plus. Mais n'était-ce pas sa vision du bonheur? ne jamais se contenter du peu qu'on avait, et toujours viser plus haut avec un sentiment de satisfaction? Elle commençait à embraser l'esprit d'Adrian, tandis que lui semblait revoir sa vie sociable et professionnelle de manière plus responsable, plus... Rachelienne xD. Elle secoua la tête légèrement, avec un petit sourire, lorsqu'il constata qu'ils étaient assortis. Elle plia ses jambes et approcha ses genoux contre elle, pour poser sa tête dessus. Elle avait une mine rêveuse maintenant. Elle tentait vainement de se donner une baffe pour se réveiller, mais elle n'avait plus conscience de rien. C'était soit l'effet de ses pilules et de l'alcool qui prenait du temps à se dissiper soit l'effet Adrian >< qui lui par contre prenait toujours plus de place dans son âme. Elle le vit revenir avec son plateau et son thé. Elle n'aimait pas le thé, contrairement à lui, elle vivait au café et adorait son odeur. Elle pouvait rester des heures à humer son mocchacino sans même y goûter. Et elle adorait créer des mélanges, elle n'aimait pas se satisfaire du café simple et amer, elle y ajoutait du sucre, de l'arôme noisette, de la vanille, du lait, de la crème chantilly... Rachel tourna la tête vers Adrian et hocha de la tête. Elle faisait un effort pour lui (L). Puis elle approcha son visage du sien, vivement, et posa ses lèvres sur sa joue. Ce baiser était bref, et presque enfantin.

- Merci.

Rachel croisa le regard d'Adrian pendant un instant. Elle sentit son coeur remuer en elle, bondissant comme une alerte à la bombe. Elle ne devait pas craquer, la bombe ne devait pas exploser, malgré tout l'envie qu'elle ressentait de l'embrasser encore et ailleurs... Elle se dépêcha de prendre sa tasse de thé - sans faire renverser =O xD - et but silencieusement. Elle ajouta du sucre pour y mettre un peu plus de goût - elle trouvait le thé trop fade à son goût pour ça qu'elle n'aimait pas >< - puis regarda devant elle, les yeux vides et tristes. Pourquoi ce n'était pas pareil avec Don? Pourquoi n'était-il pas aussi attentionné? Pourquoi est-ce qu'après l'incendie, il était tombé dans une dépression, comme si le monde s'en prenait à SA vie à LUI? Elle savait lire en lui, comme un livre ouvert, et parfois son égoïsme la troublait. Elle reposa la tasse, après l'avoir terminé, et se serra dans la couverture encore plus. Elle voudrait rester ici, toujours en fait, à l'abri des responsabilités. Mais elle avait trop d'orgueil pour reconnaître à Adrian qu'elle aimait sa compagnie.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M Sam 27 Juin 2009 - 18:46

Adrian rougit sans le vouloir. Il se détestait de se montrer si penaud, déchirant grossièrement le voile qu’il se devait d’imposer entre eux deux. S’il avait une chance, rien qu’une seule, de remplacer un jour cet homme que Rachel aimait, s’il pouvait espérer un jour pouvoir s’endormir dans ses bras et s’y réveiller sans qu’elle ne fût intimidée, il devait rester parfait. Ce mot n’existait pas, du moins il n’était pas vrai. Il signifiait ce que personne ne pouvait atteindre. Ou, comme dans les mythes, la façon dont les hommes essayaient de se rapprocher de l’Olympe. Monter toujours plus haut, essayer de gravir ce mont gigantesque qui conduisait aux cieux. Là-haut, par-delà les cimes enneigés des arbres verts. Et s’essayer à la perfection, se vêtir de dignité, accrocher à son cou la parure magnifique de la réussite. Certains y passaient leur existence, emmurés dans cet objectif, et ils ne vivaient plus. Mais d’autres, les plus intelligents, arrivaient à s’en servir comme d’un tremplin sur lequel rebondir. Et c’était ce qu’Adrian désirait. Monter plus haut pour Rachel, progressivement. Qu’elle ne se lasse jamais de le voir essayer, qu’elle n’ait plus peur de le voir tomber. Et atteindre le paroxysme du bonheur comme on atteindrait le sommet de cette montagne lointaine. Elle le méritait, il en était persuadé. Parfois, en y réfléchissant, allongé sur son matelas, il se demandait s’il valait vraiment user sa vie pour l’honneur d’une quête. Une quête qui se montrait impossible. Chaque fois qu’il pensait réussir à la conquérir, elle redevenait distante. Et pourtant, sans qu’il veuille y croire, ils avaient tout de même avancé ensemble. Il ne voulait pas se rappeler leurs premières rencontres à l’hôpital, parce qu’il se trouvait ridicule et parce qu’il détestait regarder en arrière. C’était bien trop dangereux. Eurydice en était morte. Oui, il l’avait vue. Et pourtant il ne se sentait pas responsable. Il l’avait vue comme on regarderait une poupée. Une petite poupée de porcelaine, à la peau diaphane et aux joues roses, aux bras fragiles et fins qui se brisent à la moindre blessure. De ses petits yeux bleus, il avait admiré ses paupières closes, son corps recourbé contre les draps. Elle était belle. Il resta interdit avant de relever les yeux vers les siens. Elle se cacha sous sa couverture et il lui sourit tendrement, s’amusant de ce qui semblait être de la dérision. Il se racla ironiquement la gorge avant de lui répondre posément :

▬ Non, rien à regarder. Si ce n’est toi. Ça prend du temps…

Adrian se retourna vers Rachel qui protestait contre les moqueries d’Adrian envers Esteban. Il fit une petite moue qui soulignait le fait qu’il était persuadé du contraire. On ne pouvait pas dire de lui qu’il était comme un paon, avec leur belle roue pour flâner devant les paonnes. Lui était plutôt comme les corbeaux et leurs grotesques croissements pour essayer de séduire les femelles – qu’il semblait également considérer comme de simples morceaux de viande. Adrian avait rapidement des préjugés envers les autres. Une étiquette collée est toujours très longue à détacher. C’était pour cette raison que le jeune homme pardonnait aussi difficilement. Il lui restait toujours dans le fond de la gorge une bouffée âcre de rancune qu’il peinait à avaler. Il s’approcha de nouveau de Rachel en s’approchant sur le lit, lorsqu’il sentit se poser contre sa joue de petites lèvres sucrées qu’il apprécia le temps de quelques dixièmes de secondes. Il releva les yeux vers elle en ne se rendant pas compte de ce petit sourire gêné qu’il affichait affectueusement. Il répondit par un sourire franc à son remerciement, et versa le thé doucement dans le verre, le lui donnant bientôt. Il se servit le sien et ils trinquèrent ensemble. Il but quelques gorgées avant de venir loger sa tête contre le ventre de Rachel, les yeux vagues. Il ne sut pas quoi dire. Alors, comme pour assouvir davantage sa légendaire maladresse, il essaya de lui poser une devinette :

▬ Quel est le verbe le plus difficile à conjuguer ? fit-il.

Et il rebaissa les yeux, les mains croisées contre son petit cœur qui battait avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M Dim 28 Juin 2009 - 14:28

Rachel faisait l'erreur elle de ressasser le passé, de visionner son propre comportement, celui de Don et celui d'Adrian, et cela la peinait profondément de constater le résultat au présent. Elle buvait silencieusement sa tasse de thé, toujours plongée dans ses pensées. Adrian avait vraiment réussi à l'atteindre. Il devait en être fier. Elle était maintenant, après seulement deux mois (?), prête à chambouler toute sa vie à cause de lui. Le venin qui s'était infiltré en elle avait pris possession de tout son corps mais surtout de son esprit. Seul restait le peu de conscience qui combattait encore (vainement). Elle ne se battait pas contre une trahison charnelle, non, elle n'était pas du genre à s'adonner à de la luxure, bien trop consciencieuse pour coucher avec quelqu'un sur un coup de tête, non, elle voulait ignorer encore et encore les sentiments qui se développaient pour Adrian. Elle tombait pour lui, et elle s'agrippait encore à la falaise pour éviter la chute. Ses attentions romantiques et protectrices la rassuraient, tandis que ses remarques déplacées et son caractère entêté l'agaçaient. C'était le propre des sentiments: contradictoires et passionnels.

Elle ne chercha pas à défendre plus Esteban, même si elle renvoya à Adrian le même air réprobateur. C'était drôle, ce jeu de regards <333 xD. Elle savait que normalement à une soirée, son ami Esteban "devait" rentrer avec une fille (ou plus)! Et à CHAQUE fois qu'il sortait uniquement avec Rachel, il faisait toujours l'effort de la raccompagner (L) et évitait de trop flirter de peur qu'elle se sente délaissée. Elle avait réussi à conquérir le coeur d'hommes supposés être insensibles et séducteurs, et était prête à défendre leur bonté... Alors qu'avec Adrian, elle cherchait toujours un moyen à le couler >< xD. Il devait en être assez agacé, lui si gentil, si doux, et pourtant elle restait sur ses préjugés elle aussi, en essayant de le caser dans le "médecin pervers qui drague ses patientes" >< xD alors que ça fait tellement de temps depuis leurs consultations... Tellement de choses s'étaient passées depuis...

La tête blonde d'Adrian se posa contre son ventre, tel un enfant. Elle secoua la tête pour se réveiller de ses pensées maussades. Ce n'était vraiment pas son genre d'être aussi... triste. Elle le regarda avec son coeur qui battait la chamade. Le verbe le plus.. difficile à conjuguer? Elle pencha sa tête sur le côté.

- Dis toujours.

Elle avait une petite voix, et s'était efforcée à se montrer distante. Puis elle posa sa tasse de thé sur le plateau et se leva hors du lit. Elle portait donc la chemise d'Adrian, qui lui arrivait à peine aux genoux, et dévoilait ainsi ses petites cuisses fines. Elle n'était vraiment pas à l'aise, et espérait qu'il ne la regardait pas ><. Elle cherchait ses vêtements dans la chambre, mais sa robe avait été tachée la nuit dernière avec sûrement une odeur d'alcool facile à percevoir. Elle soupira et croisa les bras, en baissant les yeux, toute timide.

- Tu ... as faim? ><

Rachel leva légèrement ses yeux couleur azur pour croiser le regard d'Adrian, tout étonné. Elle haussa des épaules, toujours les bras croisés. Elle émit un léger sourire reconnaissant. Elle poussa la porte de la chambre délicatement, et marchait avec grâce jusque la cuisine, en portant le plateau qu'il avait amené. Elle était vraiment >< trop maniaque xD xD. Elle posa le plateau sur la table et mit les tasses dans l'évier. Elle regarda autour d'elle. C'était un "parfait" bordel xD. Elle se doutait que Duncan devait en être le principal responsable. Cela la fit sourire. Elle se demanda où elle pouvait trouver de la farine dans ce désordre, puis elle sentit la présence d'Adrian juste derrière elle. C'était fou... son coeur fit un sursaut et elle se sentait dans l'incapacité de respirer. Il avait un effet TROP perturbant sur elle ><. Elle s'obligea à ne pas tourner la tête pour le regarder.

- Je... On pourrait faire des crêpes. Enfin, non, je peux en faire toute seule! Sauf si ça te dérange et que tu n'aimes pas ><.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M Jeu 2 Juil 2009 - 0:08

Bien joué, Adrian ! Il n’osait plus lui avouer la réponse maintenant. Il était bien malin avec sa petite tête qui regardait en l’air en grimaçant. Mais il se lança tout de même, plissant les yeux et humectant ses lèvres pour se donner du courage. Il fit un petit sourire, et lui dit, joyeux :

▬ Ben…C’est le verbe aimer :D
Son passé n'est pas simple, son présent qu'indicatif et son futur est toujours conditionnel.


Il avait en tête que ce n’était qu’une petite devinette qu’il devait avoir honte de connaître. C’était, en réalité, l’une des célèbres citations de Jean Cocteau. Ainsi les souvenirs rejaillissent sous d’autres formes qu’on le leur aurait pas attribuées. Adrian, selon son caractère, s’était donc rappelé de ce passage comme s’il eût été celui d’une blague enfantine, oubliant qu’il avait passé ses yeux dessus lorsqu’il avait lu le livre dont était extrait cette pensée. Peut-être les gens sérieux auraient-ils cru qu’ils l’avaient entendue à un dîner d’affaires, et les hommes volages dans la bouche d’une de leur maîtresse. Adrian était fier à présent d’avoir pu clamer sa petite badinerie, et affichait un grand sourire et de petits yeux amusés. C’est reposant d’être ainsi à trente ans. Perdu dans les méandres des factures, noyé sous le travail, écrasé par l’angoisse, et réveillé par la gaieté. Peu de gens étaient comme Adrian, c’était ce qui faisait son charme. Sous ses apparences de médecin très sérieux, on devinait bien vite son optimisme.

Il la regarda se lever, remettant en place la grande chemise bleue qui lui couvrait les cuisses. Il sourit en remarquant sa pudeur et ne s’empêcha pas le moins du monde de l’observer marcher dans la cuisine, l’air toujours aussi ingénu. Elle se retourna, et ses cheveux l’auréolèrent. Il sourit, béat. Puis il cligna des yeux pour rejoindre la Terre de laquelle il avait décollé en l’observant, et hocha la tête en guise de réponse à sa question. Il pensa qu’il avait envie de crêpes. Quand il était petit, son père les faisait sauter dans la poêle encore brûlante. La crêpe tout à fait dans le cercle de la poêle et heureux, il applaudissait comme si c’eût été un talent son petit papa. Il avait essayé avec les années, de l’imiter. Pour pouvoir penser à lui quand il oublierait son odeur, pour se remémorer éternellement son rire rauque grisé par la cigarette. Et il essayait infructueusement d’envoler la crêpe, qui retombait à ses pied.

Il ressentait encore dans les narines cette exquise odeur de beurre roussis qui parfumait autrefois sa maison. Il se souvint de son doigt enfantin trempant le bout de l’ongle dans la pâte pour ensuite la goûter. Il revit ses grands yeux bleus pétiller à l’approche de la divine assiette. C’est pourquoi, d’abord mélancolique, il rit à gorge déployée lorsqu’elle lui proposa les crêpes. Et elle essayait de prétendre qu’ils devaient s’éviter. Mais bon Dieu, tout les rapprochait ! Même cette nostalgie délicieuse. Elle ne devait pas comprendre ce qui s’était passé dans sa tête divague. Il ne lui dit rien, il s’approcha seulement d’elle en la serrant d’elle, encore plus enivré par son parfum fruité que par celui des crêpes sucrées d’autrefois – c’est dire.

Il s’écarta d’elle et alla près des fourneaux, joyeux, sautillant presque. Il lui fit un large sourire, et lui répondit :

▬ Ouiiiiiii ! Mais que si je les fais avec toi :D

Il alluma la poêle, oubliant un instant les amis diaboliques qui somnolaient à côté, et y fit fondre du beurre qui roussit comme il aimait. Il fit un clin d’œil à Rachel qui n’allait sûrement pas tarder à le ralentir, comme le faisait son père. Il arqua un sourcil un instant, et fit une petite grimace.

▬ Oups, on n’a pas fait la pâte !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M Mar 7 Juil 2009 - 10:15

"Ben…C’est le verbe aimer.
Son passé n'est pas simple, son présent qu'indicatif et son futur est toujours conditionnel. "

Rachel ferma les yeux en l'écoutant réciter ces mots, telle une comptine. Elle avait déjà entendu, non, lu cette phrase quelque part, dans un des nombreux livres qu'elle avait du découvrir dans sa librairie. Aimer... était un sentiment tellement intense et imprévisible que Rachel le considérait avec sérieux et solennité. Pourtant, sorti de la bouche d'Adrian, ce verbe résonnait gaiement et simplement aux oreilles de la jeune femme, avec une légèreté qui rappelait les battements d'ailes de l'enfant Cupidon, une légèreté de l'amour qu'elle semblait avoir oublié. Elle avait construit un amour si solide et engagé avec Don qu'elle n'en éprouvait plus les premières impressions de liberté et de déséquilibre qui devaient normalement émaner de ce sentiment, surtout lorsqu'il nous prend de court. Avec Adrian... elle perdait pied facilement justement, parce qu'il ne cessait de la surprendre, par ses mots, par ses gestes, par son esprit. Elle d'ordinaire si forte en apparence se montrait étonnamment si fragile à ses côtés, révélant des faiblesses dont elle ne soupçonnait même pas l'existence, comme la colère ou l'orgueil par exemple. Elle ne répondit pas à Adrian, mais rouvrit ses petits yeux fatigués. La soirée de la veille l'avait crevé. Même si cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas... "amusée". Elle jeta un coup d'oeil à Ad', qui affichait un air gamin. Elle secoua la tête comme pour se réveiller. Elle se surprit à vouloir lui faire plaisir, pour une fois. Il avait beau lui sourire sans relâche et être celui qui - dernièrement - arrivait à la fois à la rassurer comme à l'effrayer, elle sondait tout de même des ressemblances avec son propre caractère: "Donner sans rien attendre en retour". Et cela l'agaçait presque >< xD. Il allait donc continuer à faire ses grandes démonstrations de passion futile vis a vis d'elle, sans rien exiger d'elle? Que voulait-il exactement? Parce que... au fond, tout le monde veut quelque chose en retour, ne serait-ce que de la reconnaissance. Et à chaque fois Rachel se retrouvait dans cette situation embarrassante, à ne pas savoir comment lui témoigner sa gratitude, sans qu'il ne se vexe ou qu'il se mette à s'emballer encore plus. Arf, il est chiant tout de même xD xD. Elle eut l'idée de faire à manger, des crêpes précisément. Ce n'était pas vraiment matériel et cela ne sous-entendait pas grand chose, n'est-ce pas?

Leurs regards se croisaient ou s'évitaient pour se retrouver à nouveau. Elle avait l'impression d'être un aimant, attirée par l'âme d'Adrian sans qu'elle ne puisse le repousser. Ce n'était même plus le destin qui jouait contre elle, et leurs nombreuses retrouvailles. Elle ne pouvait pas s'empêcher de le regarder ou encore de se demander si lui aussi la regardait. Le sourire béat qu'il affichait sur son visage la rendait nerveuse. Elle se força à chasser les pensées terrifiantes qui lui traversèrent l'esprit. Il avait réussi à pervertir son esprit, pas par des fantasmes (non mais oh! xD), mais rien qu'en infiltrant dans sa tête des simples envies de... l'aimer. Elle avait envie de l'aimer. Et c'était si dur de combattre ce désir-là, car il était si facile pour Rachel Menken de se laisser à aimer quelqu'un. Il n'existait d'ailleurs pas une seule personne sur terre qu'elle n'aimait pas. Alors elle s'efforçait à lui donner ce vilain rôle, celui de la "seule personne qu'elle n'aimait pas" xD en guise de protection. En même temps, l'isoler de cette manière n'aidait pas. Au contraire, cela renforçait encore plus son envie de s'enfuir dans un autre monde, avec juste... lui. Elle détourna le regard, en s'efforçant de respirer alors qu'il se serrait contre elle. Son coeur battait pourtant! mais elle en avait le souffle coupé. Elle avait envie de se retourner et de l'embrasser, tout simplement. Mais ce geste était à exclure. Elle ne DOIT pas l'embrasser. Elle ne DOIT pas l'aimer. Et comme Rachel est une femme assez têtue, malgré l'effet qu'Adrian avait sur elle, elle risque fort bien de se tenir à ses principes. Elle ne doit pas l'aimer...

"Ouiiiiiii ! Mais que si je les fais avec toi "

Elle soupira de soulagement lorsqu'il s'éloigna. Toute une pression se dissipait à présent. Elle avait l'esprit plus tranquille, et se concentra donc sur la cuisine. Comment se retrouver dans ce chantier? Déjà, facile: le frigo devait certainement regorger des principaux ingrédients de la recette... normalement! Elle partit donc prendre des oeufs, du lait et du beurre, puis revint pour les déposer sur le plan de travail. Elle ouvrit un placard, puis un autre, à la recherche d'un saladier ou d'un quelconque bol où mélanger les ingrédients. A peine revenait-elle avec sa trouvaille, qu'elle sentait déjà l'odeur de beurre cuit. Elle éclata de rire, et posa également la farine à côté d'Adrian. Elle mit sa main dans le paquet et la posa ensuite sur la joue gauche du jeune homme. Il avait la trace de la main de Rachel marquée sur sa joue ! xD

- On peut toujours faire cuire ta joue, un peu de lait, des oeufs, et on peut en faire de la pâte je pense =P.

Rachel avait des yeux moqueurs. Elle secoua la tête, et se mit à dessiner un sourire sur l'autre joue d'Adrian. Elle sourit également, imitant son oeuvre, et prit une cuillère pour qu'Adrian se voit dans le reflet. Elle en oubliait presque sa gêne, dûe à la situation et à la tenue légère qu'elle portait. Arf elle est chouuuute xD. Elle retourna sur le plan de travail, versa la farine dans le bol - elle ne mesure jamais, elle fait toujours tout au "feeling" - puis cassa deux oeufs au dessus du bol. Elle sentit le regard d'Adrian posé sur elle, curieusement. Elle se mordit les lèvres, en essayant de se concentrer sur ses gestes. Elle mit ses mains dans le bol, et mélangea avec les mains la farine et les oeufs. Elle préférait les mélanger avant de mettre le lait et de battre ensuite. Elle rougit soudainement lorsque les mains d'Adrian vinrent la rejoindre. Elle ne comprenait pas comment on pouvait être aussi >< chiant >< xD. Pourtant elle ne le repoussait pas. Ses mains étaient fermes et elle sentait en même temps la douceur de sa peau. Elle se répétait intérieurement de ne pas paniquer, et que de toute manière la pâte séparait leur toucher, mais c'était loin d'être vrai.

- T'es toujours obligé d'être aussi >< chiant, Ad? >< xD

Elle posait cette question avec un petit soupir désemparé. Juste comme ça, c'est la première fois qu'elle l'appelle "Ad" (L).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M Sam 18 Juil 2009 - 12:04

Adrian de son côté, sous-estimait bien l'amour et toutes les petites formes sous lesquelles il se glissait délicieusement. La passion, l'envie, le désir, le rejet ; tout cela lui était méconnu et il ne s'en portait pas plus mal. La majorité des humains vit avec cette devise écrite en lettres d'or dans leur crâne, à jamais encrée, comme le plus absurde tatouage, et c'est ce qui semble les attacher à la vie. Alors ils courent, ils sautent, ils marchent et désespèrent dans l'espoir incertain de rencontrer l'amour. Finalement, la plupart ne le rencontre jamais et se morfond dans son petit appartement en attendant la mort. Elle est sûre d'arriver. Adrian avait plutôt considéré l'amour come une légende, dont on entend parler, qui se répète, et qui trouve sa beauté dans l'illusion. Peu à peu, elle prend de la valeur et fait rêver ceux qui en ont besoin. L'amour ne nous tombe pas dessus, aussi la notion de "tomber amoureux" n'est-elle permise qu'aux illusionistes. Ce doit être un jeu, se disait Adrian. On est considéré chat et il faut amadouer la souris pour la prendre dans ses filets. Quelque chose comme cela... Et finalement, ave Rachel, il n'avait pas eu besoin de réfléchir. Cela n'avait été ni un jeu, ni une mission, ni quoi que ce fût de semblable. Ce n'était même pas un sentiment, juste des frissons ou des sourires, ces choses qu'on ne peut plus contrôler que quand on est loin d'elle. Loin d'elle, pour Adrian, ou loin de Rachel, c'était en quelque sorte une froide hibernation dans laquelle on s'emmure. On a froid, on dort, on n'a guère d'autre occupation que de laisser le sommeil nous envahir. Et puis Rachel revenait avec ses rayons de soleil et réchauffait sa petite grotte solitaire.

Oui. La présence de Rachel était pareille à un rayon de soleil, si ce n'est qu'on se brûlait pas. On ne faisait jamais d'insolation, on ne prenait pas de coups de soleil. On ne prenait que le meilleur d'elle, un peu comme si on la distillait. Oui, c'était aussi une fleur. On faisait de son odeur le plus capiteux des parfums, et l'on retirait du pétale flétri la meilleure eau imaginable. Mais elle n'en restait pas moins bele. Elle séchait, doucement, dans un livre, devenant plus délicate. On pouvait la comparer à mille belles choses, à mille autres moins belles, elle n'enrestait pas moins cette exception inqualifiable qu'il aimait. Et cela sonnait si vrai dans ses bras. Il ne ressentait plus l'amertume de sa dangerosité, il ne respirait qu'elle. Sans même s'en rendre compte, il s'enivrait chaque jour avec un peu plus d'addiction, sans y penser, comme si c'eût été naturel. Les choses poursuivaient leur cours. Et Rachel réfléchissait autant qu'il se laissait aller, sans rien craindre de l'avenir que ses petits obstacles. Il était tellement apaisé qu'il flottait sur un nuage de bien-être.

Il rit en voyant son reflet déformé sur la petite cuillère, et s'y regarda en constatant la blancheur de sa joue. Il se gratta, imitant sans le vouloir ces chiens disgracieux qui se lavent, et sourit de nouveau, heureux. Finalement, le bonheur, ce ne doit pas être si compliqué. Il suffit d'une tache de farine et puis tout s'envole, se dit-il. Il oubliait encore le principal, pas des moindres : Rachel et sa bonne humeur. Sn imagination débordante voulut qu'il songeât à sa joue en train de cuire dans la poelle, et il posa sa main dessus, presque intimidé. Il fit une étrange grimace puis revint à lui quelques secondes plus tard, affichant un grand sourire. La minute de plaisanterie étant terminée, il chercha à provoquer celle de l'envie. Son coeur sembla imploser en lui quand il y songea. Il adorait penser âu visage qu'elle ferait dans telle situation, et à la moue qu'elle afficheait dans telle autre. Alors il posa ses mains contre les siennes et ne dit pas un mot, un peu gêné par la solennité de l'instant qu'il appréciait tout de même pour sa valeur : Rachel et lui serrés autour de crêpes ; quel merveilleux tableau. La voix de la jeun femme se fit tout de même entendre, et bien qu'elle le réprimandât encore, il ne manqua pas de constater le petit surnom qu'elle venait de lui attribuer. Ce qui causa sûrement sur sa figure ce sourire béat qui devait l'enrager. Il la regardait comme on regard une sucrere, avec passion et gourmandise. Puis il dit, tout fier :

▬ Beeen...voui :D

Il tourna la pâte sans doute un peu trop vite car une goutelette de celle-ci s'en échappa et atterit sur la bouche de Rachel. Adrian, sautant sur l'occasion, y passa son doigt avant de le mettre sur ses lèvres, clignant des yeux à l'occasion pour l'intimider. C'était si mignon. Il se frotta les mains de cette opportunité. "Haha ! haha !" marmonnait-il gaiement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M Mar 21 Juil 2009 - 2:22

Le visage écarlate, les mains tremblantes, le coeur palpitant, et le souffle court, voilà l'état dans lequel Adrian la mettait. Il ne faisait pas grand chose pourtant. Mettre ses mains sur les siennes pour mélanger la pâte, ça allait encore. Même si Rachel savait que le côté tactile d'Adrian n'avait rien d'innocent, surtout vis a vis d'elle. Elle le vit sourire d'un air triomphant. Elle écarquilla des yeux en s'entendant l'appeler par un diminutif. Les sentiments qu'elle avaient pour lui se montraient de manière plus inconscientes, elle n'arrivait plus à contrôler son subconscient. Il ne comprenait donc pas que c'était MAL ce qu'il faisait? Peut-être qu'il n'était pas un sale pervers, ou un médecin dragueur, mais ... briseur de couple ou empêcheur de tourner en rond, c'est bien pire ! C'était quoi son but? Détruire une famille? Il voulait la faire craquer, mais peut-être qu'il ne jugeait pas les conséquences? Peut-être que pour lui, il voulait juste réussir à l'avoir et après... après et bien elle aura des ennuis de conscience dans son mariage, mais ce ne sera pas SON souci à LUI ! Rachel détourna le regard, qui exprimait pas mal de ressentiment envers Adrian à présent. Comment pouvait-elle passer si rapidement du chaud au froid?

Elle le laissait pourtant continuer à mélanger la pâte avec elle. Elle faisait comme si elle ne ressentait rien. Ses joues avaient repris une teinte normale d'ailleurs, et elle regardait ailleurs comme si elle était absente. L'indifférence est bien pire que tout, non? Bien pire que la colère qu'elle rejetait sur lui la majorité du temps. Elle s'apprêtait à prendre le lait pour ensuite battre la pâte, mais cette dernière jaillit légèrement hors du saladier. Elle reçut une petite goutte sur les lèvres. Elle aimait la pâte à crêpes, et aurait très bien pu lécher ses propres lèvres. Mais non! Il fallait TOUJOURS qu'il en profite. Elle sentit ses genoux trembler, faiblir face à l'emprise qu'il détenait sur elle, bien qu'elle ne veuille l'avouer. Elle resta immobile lorsque ses doigts effleurèrent ses lèvres carmin. Elle tourna légèrement la tête, pour suivre le geste d'Adrian et son clignement d'yeux. Il se croyait vraiment malin. Elle secoua la tête, et fronça des sourcils. Elle croisa des bras puis se retourna carrément face à lui. Elle posa ses deux mains sur le buste d'Adrian et le poussa violemment contre la table derrière lui. Elle s'approcha de lui, avec un regard bien énervé. Puis l'embrassa fougueusement.
... Vous y avez cru? Vraiment?
Reprenons à "Il se croyait vraiment malin." xD Jusque là, tout va bien. Puis dans la VRAIE version des choses, Rachel soutint son regard et esquissa des paroles à peine inaudibles.

- Qu'est-ce que tu gagnes à me faire ça...?

Elle se posait presque la question à elle-même. Mais en même temps, il était le mieux placé pour répondre, non?
Elle secoua la tête, presque désespérée, puis se retira de lui doucement. Elle prit la bouteille de lait, et versa dans le bol. Elle prit le batteur, puis se mit à battre la pâte de manière assez frénétique, presque violente. Elle fixa Adrian, attendant sa réponse, d'un air faussement calme... alors qu'elle s'excitait sur la pâte (L) xD.

- Il est pratiquement onze heures du matin, j'ai laissé ma fille avec ma baby-sitter qui était supposée me la rendre tôt ce matin, et donc Sam doit être en train de s'inquiéter ET ma babysitter en train de considérer un nouvel emploi du temps pour sa journée gâchée. Et tu en es fier?

Rachel fronça des sourcils à présent. Elle cherchait à savoir comment il réfléchissait. Est-ce qu'il connaissait le sentiment de culpabilité? Avait-il la MOINDRE connaissance du mot "sentiments" d'ailleurs? Parce que si ce n'était pas le cas, et que c'était sur Rachel qu'il commençait à comprendre... Elle était dans de beaux draps! Encore être harcelée x) xD par son médecin qui la trouve charmante, ça passe encore. Mais procurer des sentiments chez lui, alors que ce n'est pas possible... NON. Pourquoi? Parce que... c'est impossible ! Et... c'est mauvais pour elle de se donner de faux espoirs. A moins qu'elle ne s'inquiète pour lui aussi. Comme toujours, à penser aux autres... avant elle. Elle était mariée, s'il développait de l'attachement pour elle encore plus, il risquait vraiment de se faire mal comme en se heurtant à un mur! Adrian l'intriguait. Elle ne savait vraiment pas ce qu'il pensait, s'il était réellement insouciant, égoiste ou bien tout simplement... envouté...?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Good night, isn't it ? ▬ Rachel M

Revenir en haut Aller en bas
 

Good night, isn't it ? ▬ Rachel M

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-