AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ Shirley Davies ] L'âge ne change rien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: [ Shirley Davies ] L'âge ne change rien Mar 23 Juin 2009 - 16:08


Quand on a un meilleur ami, on a besoin de rien d'autre au monde.
[ William Sutcliffe ]
Sauf peut-être d'un verre de whisky...



    Vous savez que le monde est petit ? Tellement petit. Enfin je ne sais pas si c'est vraiment la bonne expression, mais peut importe, je me comprends.

    Assise au bar, je sirote, du moins si on peut dire que l'on sirote un whisky. Je n'étais pas la pour draguer, peut-être un peu, mais ma raison première c'est que j'avais rendez-vous. Avec qui ? Avec une amie, enfin plus exactement, ma meilleure amie. Oui je sais, cette fille que je considère comme telle, à cinq ans de moi, que moi, mais cela ne veut pas dire qu'elle a moins vécue que moi, au contraire. Elle s'est mariée jeune, pour divorcer quelques années plus tard. Et sur ce coup-là je ne suis pas sûr d'avoir fait mieux ou, pire ça dépend de quel points de vue on se place. Enfin, j'ai fait beaucoup d'erreurs, qui sont loin derrière moi, j'en ai laissé une en Australie et, je le regrette, mais je ne me suis jamais mariée, ce n'est pas dans ma religion, enfin peut importe.

    Shirley et moi, on se connait depuis le jardin d'enfant, du moins on c'est connu là-bas, ayant trop d'écart pour devenir amies, on ne s'est pas attaché l'une à l'autre, à vrai-dire son départ alors, qu'elle n'avait que cinq ans, ne m'a même pas touché, son absence dans le jardin d'enfant, ne m'a jamais manqué.

    C'est bien plus tard que nos chemins se sont recroisés, quand elle est revenue ici, c'est seulement à ce moment-là, que nous nous sommes rapprochés.
    Même beaucoup rapprochés.
    Je ne suis pas du genre à aller vers les filles. Mais ce sont les filles qui viennes à moi, combien d'hommes me tuerait pour prendre ma place ? Oh ! Beaucoup j'en suis sûre ! A croire que je suis un aimant à fille ! Qu'est-ce que je ne donnerai pas pour être un aimant à homme ! Enfin je ne dis pas que les hommes ne s'intéressent pas à moi, loin de là ! Mais Shirley n'était pas la première fille qui m'avait fait du charme ! Car oui, Shirley et moi, on c'était revu en boîte, alors que cela ne fessait pas longtemps qu'elle venait de réaménager à Ocean Grove. On ne savait pas qui était l'autre. Elle m'a abordé et, on a fini par s'embrasser, mais ce n'est jamais allé plus loin, je n'étais pas assez bourré pour cela et, n'étant généralement pas attiré par les filles, je l'avais repoussé.
    Ce n'est pas ce jour-là que je l'ai reconnue, c'est quelques jours plus tard, quand on s'est revue au coin d'une rue. Puis nous sommes devenues amies, puis meilleures amies, mal grès son jeune âge, on se ressemble sur certain point et, puis on s'entend vraiment bien.

    Ce soir-là, j'avais envie de passer une soirée entre fille. J'avais passé une journée fatiguante et, mon coup de fils en Australie, m'avait achevé, j'avais donc envie de me changer les idées. J'avais donné rendez-vous à Shirley à vingt heures, mais elle m'avait prévenu qu'elle allait sans doute être en retard, j'étais quand même venue en avance, pour repérer les lieux et, une possible futur proie, ce soir j'avais envie de m'amuser.

    D'où ma tenue ! Je n'étais pas du genre à m'habiller comme une "fille", préférant de loin un bon jean, à une jupe ou une robe. Bien sûr, ça ne veut pas dire que je ne suis pas sexy. Bien au contraire. Je porte généralement le jean serrer, afin de mettre mes formes en valeurs, des bottines ou bottes, avec toujours dix centimètres de hauteur, pour à grandir mes jambes, qui sont déjà assez longues je trouve, mais bon, mes hauts sont généralement des bustiers qui me remonte la poitrine, ce qui met mes seins en valeurs. Des bustiers, j'en ai de toutes les couleurs, des plus simples au plus farfelus, c'est mon péché mignon, j'en ai même un de Jean-Paul Gautier, qui m'a valus les yeux de la tête, mais j'en suis fière.

    Mais je ne mettais pas habiller comme cela aujourd'hui. Non, j'avais changé pour une robe noire, ses bretelles était juste assez large pour que je puisse planquer les bretelles d'un soutiens-gorges dessous, j'avais donc opter pour mon ensemble de sous-vêtements noir le plus sexy que je mettais acheter, j'aurais pu le mettre d'une autre couleur, mais ça aurait été une faute de gout et, un tantinet vulgaire. J'avais opter pour une veste en cuir noir également, qui m'arrivait au niveau de la taille, qui allait parfaitement avec ma robe, mes chaussures étaient des escarpins à talon noir également, mais avec une touche de rouge autour.
    Je n'avais pas prévu que la robe était aussi courte, alors à chacun de mes mouvements, j'avais l'impression que tout le monde voyait mes sous-vêtements. Ce qui amusait le barman, qui m'offrit un nouveau whisky. Je lui fis mon plus beau sourire charmeur. Avais-je une touche ? Possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ Shirley Davies ] L'âge ne change rien Mer 24 Juin 2009 - 20:50



    Si je devais me souvenir de quelque chose dans cette ville, ce serait juste mon entrée à l'école maternelle. C'est tout ce dont je me rappelle jusqu'à présent. En effet, les souvenir d'enfances me reviennent très peu, on grandit tellement vite qu'on ne se souviens pas de tout et quand on se souviens de quelque chose, il y a dès fois où on aurait vraiment voulu ne plus s'en souvenir. Mais là c'est différent. C'est quelqu'un, une fille que je me suis rappelée, non pas une ex petite-amie ou quoique ce soit d'autres, rien à voir. Juste une ancienne meilleure amie d'enfance. On s'est tellement bien rapprochées l'une de l'autre, même si il est vrai que l'on a cinq ans d'écarts, je fais plus mâture que mon âge me dit-on souvent, physiquement comme mentalement, mais il n'empêche que cette fille m'a ouvert les yeux sur une chose, qu'on est jamais trop grand pour profiter des choses de la vie, et cette fille c'est Allison Matthews. Je l'adore, quand on s'est recroisées dans la rue il n'y a pas longtemps (car ça fait tout de même quatre jours que j'ai emménagée ici tout de même), ni l'une ni l'autre ne s'était rappelée qui était l'une, on n'a même pas tillée une seule fois qu'on se connaissait depuis toutes petites. Et c'est le lendemain de notre "rencontre" qu'on s'est vraiment rendu compte, enfin c'était surtout Allison qui s'en est rappelée, mais il n'empêche que je me souviens de tout, on étaient tellement liées et même que ça ne change pas aujourd'hui même si ça fait des années qu'on ne s'est pas revues. On a tellement de points communs en même temps, on ne se prend pas la tête pour un rien et puis on aime plaire. Oh en parlant de plaire, ça me refait penser à cette fameuse soirée, j'ai trop aimer. On étaient tellement collés ensemble et puis on voulait un peu faire rager les garçons, alors on s'est embrassées, malgré ça, ce n'est pas allée plus loin même si pour ma part j'aurais bien voulu mais il n'empêche que si elle aurait était saoule ça aurait était allée plus loin , mais je n'allais pas la droguer non plus je ne suis pas comme ça, surtout que ça aurait pu aussi peut-être nuire à notre amitié de faire une tel chose.

    Huit heures du matin, mes yeux s'étaient fixés à mon réveil, je n'avais pas trouvé le sommeil aussi facilement,j'avais voulu finir une peinture commencé la veille, c'était une femme nue accroupie de dos en noir et blanc, je trouvais que ça collait bien, je n'avais pas dormi de la nuit presque alors dès mon lever mes yeux étaient trop collés et c'est à peine si j'arrivais à bien les ouvrir. Mais au bout de cinq minutes mes yeux étaient grands ouverts et j'allais directement dans la cuisine, j'allumais mon poste en mettant une musique pour me motivé, une musique rock et cool attitude. Je déjeunais, un cappuccino avec des tartine de beurre et de confiture pour moi c'était parfait. Après avoir finit biensûr je lavais le tout et ensuite j'allais en direction de la salle de bains pour comme il se le doit me laver, me brosser les dents ainsi que les cheveux, me maquiller, pour cette journée j'optais pour un petit haut à dos nu ainsi qu'un short et des tongs classics, il faisait tellement chaud, mes cheveux longs étaient détachés comme il se le doit et je pris mes lunettes de soleil ainsi que mon petit sac à main. J'éteins le poste évidemment et c'est parti. Où je comptais aller exactement? Je voulais effectivement aller à la galerie d'arts pour faire montrer mon œuvre à ma chef. Quand je lui fis montrer elle montrait une grande surprise pas très étonnante pour ma part :

    - Oh mais dis donc, vous vous êtes appliquée pour ce tableau, je le trouve très réussit, je suis fière de vous. Vous avez pris combien de temps exactement?
    - Merci Olivia, en faites ça m'a pris exactement deux jours, je n'ai pas vraiment eu le temps ces derniers jours et c'est à peine si j'ai dormi de la nuit.
    - Vous faites une tel passion de ce métier. Vous savez quoi? Je vais le mettre dans la galerie, l'accrocher à un important endroit où tout le monde le verra.
    - Vous êtes sûre? Je veux dire... Merci, c'est vrai que j'ai travaillée dur pour ça et je suis fière. Mais je ne pensez pas que ça vous ferait cet effet.

    Vous parlez d'une belle surprise, mais le pire est à suivre :

    - Vous le méritez, mais je veux que vous fassiez une chose pour moi...
    - Oh,euuh... J'écoute?
    - Je vais vous donner une mission que personne n'a tenu parole et n'a réussit à faire et j'ai tellement foi en vous... J'aimerais que , et n'en prenez pas peur, que vous réaliser une peinture en moins de vingt quatre heures.

    Moi prendre peur d'une tel mission? Vous rigoler, c'est de la gnognotte ça, j'ai fait pire. Non ce n'est pas vrai, j'avais effectivement peur, j'étais même restée immobilisée devant elle pendant plus d'une longue minute, en plus je m'étais rappelée qu'il fallait que je fasse des courses quand même. Mais je voulais tellement impressionnée et lui faire montrer de quoi je suis capable pour qu'elle la boucle que j'allais le faire sans hésiter. Alors dès que je suis partie de la galerie, je n'ai pas à chercher comprendre quoique ce soit, je suis allé à la supérette du coin et j'ai fait mes courses tranquillement sans m'affole pour quoique ce soit. Quand je suis entrée chez moi j'ai tout ranger comme il se le doit et je suis allée dans mon atelier, j'ai mis de la musique qui m'inspirait le plus et c'est partit pendant plus de treize heures dans une peinture que j'ai réussit, en couleurs , il s'agissait de Cléopâtre qui était debout comme dominant le peuple. Je m'étais appliquée et j'avais réussit. Évidemment quand j'avais finit à treize heures, car je ne pouvais m'arrêter à midi pour manger, quand je commence je ne m'arrête plus. Je me suis changé et je me remit comme j'étais avant de commencer la peinture, alors j'allais à un restaurant du coin car je n'avais pas envie de faire à manger. Ensuite je suis allée montrer mon œuvre à ma chef à la galerie qui était époustouflée, elle l'accrocha immédiatement en me félicitant. Pour l'après-midi j'ai fait du shopping et je suis allée au parc me détendre. A ce moment là je reçois un appel, "inconnu", j'ai horreur qu'on m'appelle en inconnu alors je ne décrochais pas même si ça me rongeais de savoir qui c'est, mais si il voulait m'appeler il n'avait qu'à le faire en affichant son numéro comme les autres. Au bout de deux minutes plus tard je reçois un autre appel, le numéro s'affiche et je le reconnus, je ne répondis pas. C'était mon ex-mari, à partir de ce moment tous mes souvenirs revenaient à moi, je ne pouvais plus le supporter, et comme le dit si bien l'expression qui mérite d'être dite dans des moments comme ceux-ci : je ne peux plus me le voir en peinture. Enfin voilà,la page est tourné et le passé ne reviendra pas , à moins qu'il revienne dans cette ville ce qui m'étonnerait. A un moment donné je me rappelais que je devais faire quelque chose d'important ce qui me ferait arriver en retard à mon rendez-vous vu l'heure qu'il était déjà, god que le temps passe vite. J'aurais dû le faire avant mais ça m'était passée par la tête, je voulais m'acheter un écran plat et un nouveau poste car celui que j'avais était bizarre et buguer à des moments. Une fois ceci-fait j'avais demandé à un employé qu'on me place l'écran de façon à le mettre contre le mur, une fois qu'il le fit je l'avais remercié et laissé un pourboire dont la somme restera entre nous xD.
    19h30 et je mangeais, je m'étais faite de simples pâtes qui m'avait de suite coupé l'appétit que j'avais (pour ce peu d'appétit). Je fis ma vaisselle, biensûr avant tout ça j'avais envoyé un message à Allison lui envoyant que je serais sûrement en retard de façon à ce qu'elle n'attende pas impatiemment se demandant ce que je pouvais faire à cet heure-ci en croyant que j'aurais oubliée. Or, je me changeais, en tenue de soirée cette fois-ci. Abusant sur un débardeur qui faisait un peu décolleté à mon goût qui est de couleur bleuté pailleté, un pantacourt "temps des cerises" noir effet jean et des chaussures à talons. Enlevant évidemment mes lunettes de soleil (depuis un moment d'ailleurs), j'avais pris mon petit sac.

    Entrant dans le bar, je vis au loin, au bar, Allison, elle m'avait attendu comme il se le devait. J'espérais qu'elle n'avais pas trop attendue tout de même. Je la rejoignis m'asseyant à ses côtés, je souriais son adresse et je vis le barman, très mignon d'ailleurs , sourire à ma meilleure amie , je compris que c'était sans doute une tactique de drague^^. Je souriais alors à celui-ci puis me retournais vers ma meilleure amie lui souriant alors puis lui faisant la bise.

    - Hey, ça va? Tu n'as pas trop attendue? Je n'ai pas était trop longue?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ Shirley Davies ] L'âge ne change rien Sam 4 Juil 2009 - 14:43

    Le barman était plutôt mignon, mais je ne me voyais pas attendra la fin de son service, car oui j'avais décidé que ce soir je n'allais pas rentrer seule, je n'allais pas rentrer chez moi, c'était loin d'être mon genre mais, tout le monde à des besoins à assouvir. Je ne suis pas une de ses filles dites "faciles" mais ce n'est pas pour autant que je ne m'amuse jamais, jeté moi la première pierre si vous n'avez jamais passé la soirée avec vos copines juste pour trouver un homme pour la nuit. Il est révolu le temps où seul les hommes pouvaient faire ça, bien que les femmes sont toujours traitées de salope alors, que les hommes eus se voient comme des héros, quand il ramène une fille chez eux, je ne veux pas ce qui a d'héroïque là dedans, quoi que peut-être que pour certain, ça relève même de l'exploit ! Mais, ils ne sont jamais traités de salop, ou bien alors, par la fille qui croit que l'homme qui la draguait la veille, veux se marier et, avoir des enfants ! Mais, celle la devait être se retrouvé dans un hôpital psychiatrique. Enfin je raconte tout ça, juste pour dire que je n'irai pas dans les draps du barman ce soir, mais rien ne m'empêche de flirter avec lui en attendant Shirley non ? Malheureusement, ou heureusement, je ne comptai pas non plus qu'elle me pose un lapin, Shirley entra dans le bar, je la vis dans le miroir qui se trouvait derrière le barman. Elle était vêtue simplement comparer à moi, mais ce n'est pas pour autant que je me sentais gêner, bien que je me promis que je ne la mettrai plus jamais, à part si j'en ai vraiment besoin, pour un mariage, ou même un enterrement, bah oui elle est noire ! Mais, elle n'est peut-être pas vraiment faite pour un enterrement enfin peut-importe je raconte n'importe quoi ! Pourtant, je ne suis qu'à mon premier verre d'alcool imaginez-moi au troisième !
    Shirley, bien que simplement habillé, était quand même sexy, en avançant pas mal de tête se tourna sur son passage, mais j'étais trop occupé à faire du charme au barman pour le lui faire remarquer. Arrivait vers moi elle me fit la bise tout en me souriant, puis me demande si ça va et si elle n'avait pas été trop longue, non elle n'avait pas été trop longue, elle serait même arrivée dix minutes plus tard et, j'aurais eu droit au numéro de téléphone du barman, mais peut importe ce n'était pas important, je la salue, puis en souriant dit :

    - Ca va, et non tu as pas été trop longue, t'inquiètes pas, sinon je t'aurais fais la remarque.

    Je bus une gorgée de mon whisky et commanda sa boisson préférée, la première tournée était pour moi. Les prochaines, j'espérai que ce soit de charmant garçons, enfin hommes, qui nous les offre... Je sais que je ne tiens pas l'alcool et, pourtant, il a une époque, pas si lointaine que ça, où l'alcool était quelques choses que je ne pouvais pas imaginer, ne pas être présent lors d'une soirée, je ne suis pas alcoolique loin de là, mais je pensai que pour pouvoir s'amuser, il fallait être bourré, ou du moins assez bien, mais pas trop pour ne pas vomir sur le mec que l'on drague. Mais quand vous vous réveille avec une gueule de bois monstre, dans un lit qui n'est pas le vôtre, dans une chambre qui n'est donc pas la vôtre, avec un type qui ne sera jamais le vôtre, ni celui de personne vue la tête qu'il a et, bien vous vous dites que boire c'est bien, mais quand y a modération avec vous c'est mieux ! Donc j'avais décidé il y a quelque temps déjà, que je pouvais boire, je n'allais pas m'empêcher de faire quelques choses que j'aimai juste pour deux, trois erreurs d'appartement, mais je devais quand même faire attention, puis avec l'âge on mûrit, comme un bon vin, plus c'est vieux me c'est ! Bien sûr je parle du vin, n'allait pas imaginer des choses, je ne fais pas encore les maisons de retraites ! Comment ça le "encore" est de trop ? Bon oui je vous l'accorde il est de trop, je ne ferais jamais les maisons de retraites, à part sans doute quand moi-même j'y serais, bien que j'espère ne jamais me retrouver dans un endroit aussi glauque ça, je préfère mourir en fessant de la spéléologie au moins je serais déjà six pieds sous terre, voir même plus ! Oué après "enterrement" je parle de la mort, pourtant je ne suis pas une fille cynique d'habitude, enfin heureusement pour moi, Shirley ne sait pas lire dans les pensées.
    Une fois son verre servi je lui souris puis lui demande :

    - Et toi ça va ? Pas trop dur la journée ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ Shirley Davies ] L'âge ne change rien Ven 18 Sep 2009 - 19:33

[Réponse annulée suite au recensement, la personne jouant Alisson a était supprimée :( ...]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: [ Shirley Davies ] L'âge ne change rien

Revenir en haut Aller en bas
 

[ Shirley Davies ] L'âge ne change rien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: The Blue Lagoon Bar-