AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Famille Blythe) « Retard ... » [Maât] ENDED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: (Famille Blythe) « Retard ... » [Maât] ENDED Mer 24 Juin 2009 - 20:46


« J'ai remarqué souvent que
les gens qui sont en retard
sont de bien meilleure humeur
que ceux qui ont dû les attendre. »

André Roussin

    Juin 2009, 12:47. Maison de la famille Blythe, Ocean Grove, Miami, Floride, USA.
    Comme beaucoup de jours pendant l'année, aujourd'hui Miami était baigné par un magnifique soleil. Il faisait chaud et aucun nuages n'obstruaient les rayons du soleil qui se posaient sur le visage de Scotty. Il attendait Maât depuis plus d'une demi-heure. C'était pourtant lui qui lui avait donné rendez-vous au coin de la rue Apple Road, au croisement avec Lemon Street. Légèrement énervé par le retard de son homme, Scott sortit son téléphone portable de sa poche et l'appela pour l'engueuler comme la dernière fois au Parkwest Nightclub. Il chercha Maât dans son répertoire et l'appela.

    - Putain, encore ta messagerie ! J'espère que tu n'as pas oublié notre rendez-vous, au moins. Ca fait presque trois quart d'heure que je t'attends comme un con au coin de la rue. Et si tu te ramènes pas dans une seconde, je viens chez toi. Alors dépêche-toi de dire à ton amant de déguerpir parce que j'arrive !!

    Il raccrocha et commença sa marche vers le 1666 Apple Road, c'est-à-dire la maison voisine de sa grande soeur Allison. Heureusement à cette heure-ci elle devait être au boulot à la morgue, en cour à l'université de Miami ou en train de manger non loin de l'un des deux lieux cités précédement. Bref, le jeune homme ne serait donc pas épié par sa soeur ainé. Ce qui était déjà un exploit et une chance incroyable pour le jeune Matthews.

    Arrivé devant la maison de son petit ami. Scotty fit ses premiers dans la cour qui pronait avant le porche de la demeure. Maintenant, près de la porte d'entrée, il sonna pour signaler sa présence. Personne ne répondait ou ne venait lui ouvrir. La maison devait être vide. Comme pour se rassurer, le jeune homme tenta quand même de tourner la poignet et voir si c'était vraiment fermé. Réponse : Non. Scott poussa la porte et entra sans attendre une seconde de plus.

    - Y'a quelqu'un ? Il se tut ensuite attendant une quelconque réponse. Ohé !! Maât, t'es là ?! Personne ne répondait. C'était tout de même étrange que la porte ne soit pas fermé et qu'il n'y est aucun membre de la famille à l'intérieur.

    Avançant de plus en plus dans la maison de son petit ami, Scotty passa prêt de la porte de la cuisine et porta juste un léger regard à l'intérieur. Cependant, il y revint vite. Un pot brisé gisait sur le sol. Le jeune Matthews s'approcha. C'était du miel et quelques abeilles tournaient autour de pot. Tout cela était bizarre. Voyant ces insectes volants qui faisaient des aller-retours entre la veranda et la cuisine, Scott se dirigea vers l'autre pièce. Et là, la scène la plus effrayante de toutes se jouait devant lui. Maât était étendu par terre avec ces abeilles qui lui tournait autour.

    - MAAT !!! Cria-t-il tout en s'approchant de son homme.


Dernière édition par Scott Matthews le Lun 20 Juil 2009 - 21:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) « Retard ... » [Maât] ENDED Jeu 25 Juin 2009 - 2:15

    Une heure avant. 11:51. Maison de la famille Blythe, Ocean Grove. Miami, Floride, USA.
    Maât ?
    Vas-y entre, répondais-je à ma sœur en l'invitant à entrer dans ma chambre. La porte-fenêtre dont la vue donnait sur un minuscule balcon et le jardin était ouverte, aérant la pièce et rafraichissant la maison. Ma chambre était baignée de lumière et je me trouvais en son centre, me regardant dans le miroir à côté de mon immense placard qui hébergeait ma garde-robe impressionnante.

    Je vais faire mon jogging, m'informa Victoria en s'approchant.
    D'accord... Je refermais les boutons d'un gilet violet/prûne, très "en V" laissant apparaitre une chemise unie blanche. Je savais que Scott aimait cet ensemble.
    Pourquoi tu t'habilles aussi bien ?
    Je mange avec Scotty ce midi. Il vient me chercher en voiture et on va déjeuner dans un restaurant. Il a réservé une table.
    Victoria eut un sourire et, grâce au reflet du miroir, je pus voir qu'elle acceptait de plus en plus le fait que mon coeur était aujourd'hui tourné vers un de nos voisins.
    Bon appétit alors !
    Merci !

    Quelques minutes après, je descendais les marches de l'escalier, constatant que j'étais seul dans la maison. Rhys était je-ne-savais-où, Victoria courrait et Annabel devait être au supermarché. Je traversais le salon baigné lui aussi de lumière par les immenses baies-vitrées et la véranda quand mon pied nu marcha sur un morceau de verre. Je trépignais, surpris de voir un ci-gros morceau planté dans ma voute-plantaire. Plusieurs goutes de sang avaient perlées sur le sol et le tapis.
    Qu'est-ce que... ?
    Alors que je constatais un pot de miel brisé à mes pieds, une abeille passa devant mes yeux. Je reculais d'un mouvement brusque. Je n'avais qu'une seule phobie : les incestes pollinisateurs tels que les abeilles, guêpes et autre frôlons. J'en étais furieusement allergique, et plusieurs piqures suffiraient à m'empêcher de respirer. Mon médecin avait toujours été clair : la mort serait lente, douloureuse. Privé d'air, je n'aurais qu'à prier pour avoir le réflexe d'atteindre une seringue d'un antidote que je me devais toujours d'avoir à portée de main.
    Je repérais plusieurs incestes volant au-dessus de moi et dans toute la pièce. Les fenêtres n'étaient pas ouvertes, attirées par le miel, au moins une trentaine semblaient s'énerver. J'adoptais un vieux conseil : ne pas bouger; mais c'était déjà trop tard. Je vis une guêpe se poser sur mon pied et dans un élan inexpliqué, je tâchais de la chasser d'un mouvement de la main. Une erreur fatale puisqu'elle enfonça son dard dans ma pomme. J'hurlais plus de panique que de douleur, déjà une seconde me piqua sur le bras.
    OH MON DIEU ! VICTORIA ! RHYS ! VICTORIA !
    Je m'écroulais sur le tapis du salon, sentant déjà ma gorge se gonflée. Je rampais vers le buffet où je savais une de mes seringues rangée. Un troisième inceste me piqua dans le bas du dos. Les vêtements ne faisaient que les ralentir.
    VICTORIA !
    A mis-chemin qui me séparait du meuble, ma voix n'était plus qu'un souffle et déjà je manquais d'air.
    Des larmes perlèrent au coin de mes yeux alors que mon pire cauchemar se réalisait, me laissant impuissant dans ma détresse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) « Retard ... » [Maât] ENDED Ven 26 Juin 2009 - 17:54


« J'ai remarqué souvent que
les gens qui sont en retard
sont de bien meilleure humeur
que ceux qui ont dû les attendre. »

André Roussin

    ... Retour au Présent.
    - MAAT !!! Cria Scott tout en s'approchant de son homme.

    Il se jetta à ses pieds et le secoua pour savoir s'il était juste sonné ou pire encore. Et marlheureusement, c'était pire. D'un geste simple mais efficace, il le giffla sans se retenir pour tenter de voir ses beaux yeux s'ouvrir à nouveau devant lui. Intérieurement un immense "je suis désolé" était pensé. Cependant, il ne se réveillait pas. Il ne bougeait pas. Et il ne respirait pas. La situation était donc des plus terrorisante et importante. Scotty savait que Maât était allergique à ces foutus abeilles. Il savait également qu'il avait besoin d'une injection dont il ignorait où elle se situait. Le jeune homme devait réagir vite et trouver cette injection avant que son petit ami ne leurt étouffer devant ses yeux. Ce qui serait une épreuve traumatisante pour le chef cuisinier. Lui qui n'avait jamais connu la mort, y gouterait alors et il ne voulait pas que cela arrive. Scott ne voulait pas perdre celui qui lui avait fait remonté la pente après son départ de Miami, celui qu'il aimait par-dessus tout, celui qui savait lire en lui presque comme dans un livre ouvert.

    - Putain !!! Elle est où cette INJECTION ?!!!!! Hurla Scotty qui se releva le plus rapidement possible pour commencer à la chercher. Il ne la trouva pas. Merde ! Merde !! Merde !!! N'arrêtait-il pas de se répéter à haute voix. Il ne la trouvait vraiment pas. Le jeune Matthews porta alors son regard sur Maât tout en passant ses mains dans ces cheveux. L'observant, tout en réfléchissant, il remarqua que la position dans laquelle était étendu son homme indiquait qu'il se dirigeait vers un buffet qui était juste en face. Pris de panique Scotty y courut et fouilla tous les tiroir pour enfin sortir la seringue qu'il fallait.

    Scotty se précipita alors vers Maât tenant fermement cette seringue qu'il lui ferait dans les secondes qui suivrait. Le jeune Blythe lui avait déjà tout expliquer concernant la manière de faire cette injection. Pour que son homme respire à nouveau, Scott devait lui planté la seringue dans le coeur et lui injecté le produit. Mais tout d'abord, il fallait lui retirer ses vêtements qui gênaient. N'ayant pas le temps de déboutonner chaque bouton, le cuisinier arracha le gilet ainsi que la chemise afin de voir le torse de son petit ami. Dommage car le jeune Matthews adorait cet ensemble. Cependant, la vie de Maât était bien plus précieuse.

    - Courage ... Scotty respira à fond et planta la seringue en plein dans le coeur de son compagnon avant d'appuyer dessus pour que le produit à l'intérieur soit injecté. Puis il la lui retira, attendant une quelconque réaction. Plus les secondes passaient et plus Scott perdait espoir de le voir un jour respirer à nouveau. Allez !! Réveilles-toi !!! MAAT !! Des larmes prirent forme au coin de ses yeux. Me laisse pas !!! Je t'en prie !! Reviens parmi nous !! Le jeune homme le prit alors dans ses bras croyant qu'il n'avait pas été assez rapide et qu'il venait de le tuer. Je t'aime ... Il pleura.


Dernière édition par Scott Matthews le Mer 8 Juil 2009 - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) « Retard ... » [Maât] ENDED Ven 26 Juin 2009 - 19:59

      Janvier 2005. Au fin fond du Texas, USA.
      N'ayez pas peur. Notre foi est grande et rien ne peut nous arriver, les rassuraient un homme qui se tenait devant eux.
      Maât se mit à tousser. La fumée commençait à rentrer dans ses poumons, comme dans ceux des personnes qui se tenaient à côté de lui. Tous étaient assis et récitaient d'une même voix le Cantique de David.
      L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours.

      Et encore et toujours, Maât et les autres récitaient ce passage de la Bible sans jamais s'arrêter. Contrairement aux autres, Maât regardait autour de lui, cherchant un moyen d'échapper à cet enfer. Par une fenêtre, il vit les flammes danser, faisant monter la température. Ils étaient dans un four et allaient tous y passer.

      Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi...
      Maât se leva et tituba entre les bancs de l'église pour s'avancer vers l'autel. De plus en plus, il sentait sa respiration devenir difficile à cause de la trop grande inhalation de fumées. Il s'approcha d'un homme qui se tenait les bras ouverts et tendus vers la foule.
      JACOB ?! CRÈVE EN ENFER !





    Retour au présent.
    Mon coeur repartit et mon corps se redressèrent d'un seul coup. Instinctivement, mes bras s'enroulèrent autour de Scott pendant que je récupérais bruyamment de l'air. Des larmes coulaient sur mes joues pendant que je m'agrippais à mon petit-ami comme ma vie en dépendait. Je me sentais dans un état de faiblesse et de vulnérabilité. J'avais frôlé la mort et vu ma pire angoisse se réaliser.
    Je pleurais sans retenu dans ses bras, me moquant complètement de mon orgueil et de ma fierté masculine. Je respirais difficilement certes), j'étais vivant et c'était la seule chose qui m'importait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) « Retard ... » [Maât] ENDED Dim 28 Juin 2009 - 11:33


« J'ai remarqué souvent que
les gens qui sont en retard
sont de bien meilleure humeur
que ceux qui ont dû les attendre. »

André Roussin

    Scott pleurait. Il croyait avoir tué Maât. Pourtant, il avait fait tout ce qu'il fallait pour le réanimer. Cependant (et c'était ce qu'il pensait), il n'avait pas été assez rapide. Le fait de rechercher cette seringue lui avait fait perdre un temps précieux dans la survie de son petit ami. Et maintenant, il était mort. Mort par sa faute. Celui qu'il aimait venait de mourir devant ses yeux. Scotty n'arrivait pas s'imaginer sa vie sans lui. Il n'arrivait pas à admettre qu'il ne le reverrait plus ses beaux yeux et son magnifique sourire. Tout cela était désormais terminé.

    Puis, d'un seul coup, sans que le jeune Matthews s'y attende ayant perdu toute espoir, Maât se redressa enlaçant son homme instinctivement. Surpris mais heureux, Scotty avait la bouche entreouverte et serrait son petit ami contre lui. Il croyait l'avoir perdu. Il pensait que jamais il ne le reverrait sourire. Une vague immense de joie et de bonheur remplit alors le coeur et la tête du chef cuisinier. Ses larmes de peine étaient devenues des larmes de joie. Il pleurait tout comme Maât et sentir ses bras contre lui, lui réchauffa le coeur, indiquant que son homme était toujours parmi les vivants.

    - Maât ... Prononça-t-il en déposant son front sur celui de son compagnon. Je te croyais mort ... Je pensais t'avoir tué ... J'ai eut si peur ... Puis il déposa un simple baiser sur les lèvres du jeune Blythe avant de se retirer.

    Scott se leva et aida Maât à en faire de même afin qu'il reprenne quelques forces mais dans un endroit plus confortable que le sol de la véranda et surtout dans un endroit loin de ces maudites abeilles. Passant, le bras de son homme derrière sa nuque, il le porta jusque dans le salon où il le déposa délicatement sur le canapé. A son tour, Scotty s'assit et fixa Maât sans relache. Il croyait l'avoir perdu à tout jamais. Il devait donc revoir chaque parcelle de son visage pour se rassurer.

    - T'es beau ... Et je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) « Retard ... » [Maât] ENDED Dim 19 Juil 2009 - 14:42

    Les larmes coulaient à flot sur mes joues. Secoué par le sanglot, je reprenais mon souffle sentant mon coeur battre la chamade, s'efforçant de distribuer dans tous mes muscles, organes et cerveau l'oxygène qui m'avait manqué pendant plusieurs minutes.
    Sentir l'odeur de Scott me rassurait indéniablement, me donnant le sentiment rassurant d'être aux côtés d'un ange gardien. Mes yeux se posèrent sur la seringue posée sur le carrelage de la verranda et d'un geste de la main je l'envoyais un peu plus loin. Je devrais être reconnaissant envers cette piqure mais la vie de la seringue signifiait la réalisation d'une angoisse pour moi : j'avais frôlé la mort; encore une fois.
    Maât ... Je te croyais mort... Je pensais t'avoir tué... J'ai eut si peur...
    Je me laissais embrassé, ne pouvant pas encore lui répondre. Je sentais encore ma gorge serrée quand Scott me prit dans ses bras pour me porter vers mon canapé. Je me sentais faible et vulnérable : je détestais cette impression. Je n'avais pas l'habitude d'être dans ce rôle dans mon couple, que ce soit avec une femme ou avec un homme. Scotty et moi étions parvenus à obtenir un certain équilibre, cette situation faisait pencher la balance et je craignais que, dans quelques heures, les répercussions de ma proche-mort débouche sur une sur-protection de sa part. Ce que je n'apprécierai surement pas.

    T'es beau ... Et je t'aime.
    Je me mis à lui sourire, les yeux humides. Et je déposais un baiser sur ses douces lèvres avant qu'il se lève pour se se débarrasser des incestes pollinisateurs qui avaient envahis ma maison. Je l'observais dans ce manège, armé d'un cousin prit du canapé.
    Il se mit piquer une fois, je l'avais déduis à son rictus de douleur à un moment. Une fois mon fléau disparut, il prit le téléphone et composa le numéro de l'hôpital.
    Nous avons besoin d'une ambulance. Au 1666 Apple Road, quartier résidentiel d'Ocean Grove. J'observais son enchainement de gestes et de paroles, hypnotisé par sa beauté. Mon impression de sécurité quand il était près de moi ne désemplissait pas, d'ailleurs il ne faisait de croitre maintenant que je savais qu'il était capable de faire cette piqure tout en gardant un minimum de sang-froide. C'était certes la première fois qu'il avait eu à la faire, mais ça ne serait surement pas la dernière. Un homme. Vingt-cinq ans. Piqures d'abeilles, ou de guêpes enfin je ne sais pas ce que c'était. Il est mortellement allergique. Oui oui, je lui ai fais l'injection.
    Sa voix se brisa brièvement sur sa dernière phrase. Je me promis intérieurement de le rassurer une fois que je serais en état de le faire. Je n'en avais pas encore conscience mais cette mésaventure aurait des conséquences tragiques sur notre couple et sur notre avenir, personnel et commun.
    Je t'aime... lui murmurais-je, tandis que mes premières paroles lui donnait un merveilleux sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) « Retard ... » [Maât] ENDED Lun 20 Juil 2009 - 16:34


« J'ai remarqué souvent que
les gens qui sont en retard
sont de bien meilleure humeur
que ceux qui ont dû les attendre. »

André Roussin



    Une peur bleue ... Voilà ce que cette situation avait engendré pour Scott. Il était térrifié, apeuré et n'arrivait plus à aligner deux mots sans repenser à Maât, allongé par terre presque mort. Le baiser de son homme eut pour conséquence de retirer ces pensées de la tête du cuisnier. Ce qui n'était pas un mal. Alors que quelques abeilles revenaient à la charge, le jeune homme les chassa avec la seule arme qu'il trouva dans les environs : le coussin du canapé. Mécontente, ces dernières s'attaquèrent à Scotty. Par chance, une seule réussit son assaut. Pendant que les autres rebroussaient déjà chemin. Sorti vainqueur de cette bataille, le jeune Matthews attrapa son téléphone et appela les secours ou plutot l'hôpital.

    - Nous avons besoin d'une ambulance. Au 1666 Apple Road, quartier résidentiel d'Ocean Grove. Scott ne cessait de faire d'enchainer ses gestes et ses paroles, en tentant, évidement, de se faire comprendre par celui ou celle que se trouvait à l'autre bout du fil. Il ne remarqua même pas que Maât l'observait. Le plus important était que l'ambulance arrive, que son petit ami soit hospitalisé d'urgence et que tout s'arrange. Vingt-cinq ans. Piqures d'abeilles, ou de guêpes enfin je ne sais pas ce que c'était. Il est mortellement allergique. Oui oui, je lui ai fais l'injection. La voix de Scotty se brisa légèrement et briévement sur ces derniers mots. Il n'en revenait toujours pas qu'il avait enfoncé cette seringue dans le coeur de Maât. Il retourna alors aux côtés de son homme lorsqu'il eut raccroché.
    - Je t'aime. Murmura celui qui avait failli perdre la vie aujourd'hui. Un sourire se dessina sur le visage de Scotty. Pour des premières paroles, Maât avaient très bien choisi. Si son but était de réconforter son petit ami, c'était réussi. Mais il y avait toujours cette peur, celle que tout cela recommence, qui planait au-dessus de la tête du chef cuisinier, telle une épée de Damoclès.

    A peine dix minutes plus tard, les sirènes de l'ambulance résonnèrent sur Apple Road. Connaissant très bien le voisinage, certaines personnes devaient déjà être sorti pour voir ce qui était l'heureux élu de cette ambulance. Sans attendre une seconde, Scotty sortit sous le porche et appela les secouristes qui s'approchèrent de lui avec le brancard de secours. Les laissant faire ce qu'ils avaient à faire, le jeune homme se poussa légèrement et suivit ses deux hommes lorsqu'ils quittèrent la maison. Il referma la demeure de Blythe et partit avec Maât dans l'ambulance, laissant sa voiture au coin de la rue. Leur destination était désormais le Baptist Hospital de Miami.




SUITE DU TOPIC : ICI
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) « Retard ... » [Maât] ENDED

Revenir en haut Aller en bas
 

(Famille Blythe) « Retard ... » [Maât] ENDED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-