AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 -Jordan- « Don't escape »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: -Jordan- « Don't escape » Jeu 25 Juin 2009 - 0:36


« JESSALYN CANDACE ft. JORDAN TANNER »
© LJ


    ▬ Merci, bonne fin de journée à vous aussi !

    C'était les bras chargés de sacs contenant ses courses de la semaine que la jeune femme sortait d'une épicerie située sur la place Fairway en ce samedi après-midi doucement ensoleillé. Le frigo de sa nouvelle maison était presque vide, et Joan n'avait pas eu le temps d'acheter quoi que ce soit qui ressemblait à autre chose qu'aux hamburgers de la veille ou qu'à la pizza de ce midi. Il fallait un peu de légumes, et Jess' s'était proposée pour aller acheter de quoi faire des bons petits plats - même si ses talents culinaires se rapprochaient de la nullité absolue, elle le savait -. Un petit sourire était suspendu aux lèvres de la jeune demoiselle qui traversa sans regarder si une voiture pouvait se risquer à lui passer dessus : par chance cependant personne n'était au volant d'un bolide fonçant droit sur Jessa', et ce fut sans encombre qu'elle atteignit le trottoir d'en face, tandis que dans sa tête trottaient les évènements majeurs depuis son arrivée ici.

    Elle avait trouvé ici des collègues aimables et pas plus fouineurs que cela, n'était pas si surveillée qu'elle l'aurait craint, et à part quelques commères mal lunées, personne ne s'était encore prétendu la haïr viscéralement. Le seul souci qui l'enquiquinait était ces histoires de crimes et d'incendies qui avançaient à reculons. Ils ne trouvaient aucune preuve tangible, pas de lien entre les victimes et n'avaient guère déniché d'indices laissés par les flammes dévastatrices des jours précédents. Ce qui avait le don de l'agacer prodigieusement en fin de journée, quand tout son travail n'avait servi à rien et qu'elle le réalisait.

    Mais il n'y avait pas que ça. C'était même son poste de flic qui l'agaçait ces derniers temps. A croire qu'avoir l'uniforme vous donnait l'air du Diable, de la personne à fuire, de la pestiférée de la ville. Bien sûr, très peu de gens pensaient encore de cette manière. Mais apparemment, son ancien ami Jordan était de ce groupe là. Ancien, car depuis qu'il avait appris la profession de la brunette, il s'était étrangement comporté et fuyait dès à présent sans plus de cérémonie la compagnie de la jeune policière, abandonnée et incrédule devant tant d'indifférence soudaine. A la base cependant, ils s'entendait plutôt bien, riant des mêmes choses, se trouvant des points communs et appréciant leur compagnie. Mais qui est-ce qui pouvait déclencher autant de froideur et de distance subitement ? Jessalyn essayait de se persuader que c'était elle qui s'imaginait ça, comme d'habitude, et que ca n'avait rien à voir avec son statut professionnel. Mais c'était faux, et elle le sentait bien qu'elle n'était pas folle.

    C'est ainsi que la tête plongée dans les morosités retrouvées de ses ennuis avec la population que la jolie brune percuta de plein fouet un passant et renversa les trois quarts du contenu de ses sacs à terre, dans un "OH MERDE" bruyant et plaintif. Si les tomates en avaient pris un coup, les fraises étaient bonnes à jeter ... Soupirant tandis qu'elle se frotta le front, elle voulut relever le regard vers l'homme qu'elle avait bousculé, pour dire une parole sage ou un léger conseil un peu refroidi, mais fut interrompue en voyant de qui il s'agissait, oubliant momentanément ses courses gâchées.

    ▬ Jordan ! Comment vas-tu, depuis le temps .. ? Il faut dire que ca fait un moment, quand même.

    Elle ne pouvait s'empêcher d'être un tout petit peu amère. Il la blessait, en la fuyant ainsi, et il ne s'en rendait sûrement pas compte, tant Jessalyn était drapée dans son orgueil de ne pas montrer ses sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: -Jordan- « Don't escape » Sam 4 Juil 2009 - 9:04



      HIER DANS LA NUIT
      BAPTIST HOSPITAL – MIAMI – FLORIDE - USA

      On aurait dis qu’elle dormait. Du moins, c’était l’impression que Jordan avait en la regardant ainsi allongée sur son lit d’hôpital. Elisabeth Goldberg se tenait immobile devant lui, reliée à plusieurs grosses machines qui comptaient la mesure dans des bips morbides. Assit à côté d’elle, Jordan tenait la frêle main de la vieille dame. Il n’arrivait pas à croire que son état de santé se soit détérioré aussi vite. Il ne l’avait pas vu venir. La voir si faible et si maigre lui faisait mal au cœur. Jordan lutait pour ne pas sangloter, mais en vint. Une larme, puis une autre et encore une autre s’écoula le long de ses joues, en silence.

      Lorsque après de très longues minutes Elisabeth entrouvrit complètement les paupières, Jordan rapprocha son visage du sien, souriant comme il le pouvait afin de cacher sa peine. Il était inutile d’accabler d’avantage Elisabeth. Tout deux savait que la mort approchait.

      ▬ Vous m’avez fais peur, murmura Jordan en s’efforçant de sourire.
      ▬ C’est passé à deux doigts en effet, mon garçon, répondit la vieille femme d’une voix à peine audible. Tu ne devrais pas être ici.
      ▬ Où devrais-je être d’autre ? Ma place est à côté de ma grand-mère. Je me suis attaché à vous.
      ▬ En un an et demi, vous avez rendu ma vie merveilleuse, Joaquim et toi. Je ne pouvais espérer meilleure fin. Je suis triste de devoir vous laissez les garçons, mais mon corps ne suis plus. Que vas-tu faire une fois que je ne serais plus de ce monde ?
      Jordan secoua la tête, les larmes aux yeux. Il ne voulait pas penser au lendemain.
      ▬ Ne vous préoccupez pas de nous.
      ▬ Jordan, je veux savoir. Que comptes-tu faire lorsque je quitterais la terre ?
      D’une petite voix, il répondit :
      ▬ Je ne sais pas.
      ▬ Ce n’est pas une réponse qui m’aidera à partir en paix.
      Il réprima un sanglot et d’un revers de main, il s’essuya les yeux.
      ▬ Je ne peux pas vivre chez vous Elisabeth. La municipalité de la ville compte remettre en vente votre maison. Nous savons tous les deux que je ne peux réclamer légitimement la succession. Le mieux c’est de m’en aller sans faire de vague. Je suis venu du jour au lendemain. Je partirais du jour au lendemain.
      De toutes ses faibles forces, Elisabeth serra la main de Jordan.
      ▬ Je ne sais pas ce que tu t’évertues à fuir mon ange, mais de tout cœur je souhaite que tu lui échappe.
      ▬ Je suis désolé de vous avoir menti.
      ▬ C’était un doux mensonge comme j’aimerais en entendre tous les jours là où je vais.



    D’un pas rapide et tout en buvant un café bien corsé acheté au Starbucks du coin, Jordan zigzaguait entre les passants. Cela faisait à peine une petite demi-heure qu’il avait quitté l’hôpital où il avait passé toute la nuit au chevet d’Elisabeth, sa grand-mère. Le jeune homme était éreinté. Il aurait tant voulu rentrer dormir, mais piquer un roupillon n’était hélas pas au programme pour l’instant. Jordan devait passer chez Bluenn recherché Joaquim, il devait aller faire quelques courses afin de remplir le frigo, et surtout, il devait se rendre chez le teinturier pour récupérer le tailleur bleu d’Elisabeth. Cette dernière lui avait fais promettre que si elle venait à mourir, il l’enterrerait dans cette tenue et pas une autre. Jordan trouvait la demande des plus morbides mais il s’y pliait, car les médecins ne donnait à Elisabeth qu’une poignée de jour à vivre.

    Les yeux bouffis cachés derrière ses éternelles lunettes noires, les vêtements débraillés et une mine maussade affichée sur le visage, Jordan traversa la rue. A peine eut-il mit le pied sur le trottoir que déjà il se fit bousculé par une personne. Le choc ne fut pas tellement violement mais il fut assez brutal pour lui faire lâcher son gobelet de café qui se déversa dans la rigole, à côté de tomates bousillées. Jordan poussa un « merde ! » assez sec tout en se penchant automatiquement pour ramasser les achats répandus à ses pieds.

    Lorsqu’il remarqua qui venait de le bousculer, le jeune homme fronça les sourcils sous ses lunettes de soleil. C’était bien sa veine ! De tous les habitants de cette ville, il fallait qu’il tombe exactement sur la seule personne qu’il ne voulait pas croiser aujourd’hui… ni un autre jour d’ailleurs. Jordan n’avait aucune envie de devoir encore une fois jouer au chat et à la souris avec elle. Il n’avait pas envie aujourd’hui de se chercher de fausses excuses pour l’éviter. Son esprit était ailleurs.

    ▬ Jordan ! Comment vas-tu, depuis le temps ? Il faut dire que ça fait un moment, quand même.
    ▬ Ouais, ça fait un moment comme tu dis ! Je ne t’aurais quasiment pas reconnu si tu ne m’avais pas foncé dessus comme une brute.

    Il aida Jessalyn à ramasser ses affaires, fourrant un peu brutalement sa laitue dans le sac et par-dessus une brique de lait. Plus vite elle aurait récupérer ses achats, plus vite il aurait joué au gars faussement polis et plus vite chacun d’eux reprendraient leurs chemins respectifs à l'opposé et loin l'un de l'autre !

    ▬ Je pense que tu vas devoir t’acheter d’autres tomates. Elles ont une sales têtes les tiennes.
Revenir en haut Aller en bas
 

-Jordan- « Don't escape »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Fairway Place-