AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Famille Walkers] Politics, Beers & Games

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: [Famille Walkers] Politics, Beers & Games Jeu 25 Juin 2009 - 9:38

    POLITICS, BEERS & GAMES

    with Jaxson Franklin ; Lullaby Walkers ; Robynn Walkers ; Victoria Blythe & Grover Ferguson (as guest star !)

    icons ©carcrash_heartz@LJ ; ©xn0_angelx@LJ ; ©woven@LJ ; ©PS PB icons@LJ ; ©wesaucereyes@LJ



    GROVER FERGUSON's (PNJ) P.O.V

On était tous là, affalés sur les canapés du salon de la maison de Robynn et Lully. Ça ne faisait que quelques secondes qu'on ne parlait plus. On venait de se retrouver à la fin d'un débat politique qui était passé à la télé et que Lully avait tenu à regarder même si elle affirmait qu'elle n'y comprenait jamais rien. Observant le démocrate et le républicain qui discutaient des actions faites jusqu'à présent par notre président, je comptais les points, et on vidait petit à petit le pack de douze bières -déjà entamé- qui avait été délogé de son refuge sous l'évier de la cuisine. Assis dans le fauteuil, les pieds posés sur la table basse, je mâchonnais l'une des branches de mes lunettes d'un air penseur, tandis que mes yeux glissaient sur les visages des personnes présentes, visages quelque peu flous, mais sans que ça n'en devienne problématique.
Il y avait la petite Victoria Blythe, soit la meilleure amie de Lullaby, jolie comme un cœur, mais très loin d'être mon genre. Et puis trop jeune. Et même, je n'étais pas attiré. Mais elle était très mignonne, sincèrement. L'air innocente, avec des cheveux blonds clairs, j'aurais pu croire qu'elle était un petit ange. Mais bon, ça aurait été se tromper, sans doute. Personne n'était parfait, personne ne descendait du ciel pour venir passer sa vie chez les mortels. Passons à la suite. Il y avait aussi Jaxson Franklin, le meilleur ami de Robynn. Pas très loquace, mais il me semblait assez intelligent. On avait beau avoir le même âge, je ne lui avais jamais vraiment adressé la parole. En tant qu'ancien nerd, je n'avais pas été très populaire, enfin pas jusqu'à ce que je rencontre Lullaby, qui à présent était allongée sur un canapé, sur le côté, la tête sur les jambes de son frère à qui elle avait passé la soirée à demander pourquoi les politiciens disaient ceci, ou cela… et les pieds sur l'accoudoir. C'était chez eux, elle pouvait se le permettre, mais je doute que sa mère n'eût apprécié une telle attitude. Mais bon, j'étais son ami, rien d'autre, et par conséquent, je n'avais pas à lui faire la morale. Seuls les parents le pouvaient, et encore…
Tiens quand on parle du loup. Mon portable vibrait et l'écran affichait une photo de ma mère prise à son anniversaire de 54 ans, soit l'année dernière. Décrochant et me levant de mon séant, j'allais parler dans la cuisine, au cas où elle m'appelait pour des choses personnelles.


    « GROVER'S MOTHER : Tu es encore loin de la maison ?
    GROVER : - Je t'ai déjà dit avant-hier que je ne mangerais pas ce soir.
    GROVER'S MOTHER : - Ta cousine est là, tu pourrais quand même passer lui dire bonjour !
    GROVER : - Je croyais que Selma devait pas revenir avant Noël ?
    GROVER'S MOTHER : - Non, tu ne te souviens pas qu'elle devait revenir deux jours ? Grover, que la honte soit sur toi !
    GROVER : - C'est bon, Maman, je vais passer. Je serais là d'ici vingt minutes. »


Raccrochant, je revenais sur mes pas, pour me retrouver dans le Salon de nouveau, et expliquer à Lully qui me regardait d'un air étonné :

    « GROVER : - Il faut que je repasse chez moi. Je reviens tout à l'heure et j'achèterai un nouveau stock de bières.»


Un salut de la main à tout ce beau monde, je pris mon blouson en cuir et je sortis dans la soirée qui commençait à se rafraîchir.





    LULLABY WALKERS's P.O.V

Je n'avais rien compris au débat qu'on venait de voir. Encore abasourdie par tant d'hypocrisie et de manipulation des masses, je restais allongée dans la position dans laquelle j'étais atterrie quand je m'étais jetée sur le canapé. Enfin, quand Robynn était venu s'asseoir, il avait eu la gentillesse de ne pas poser son royal fessier sur ma délicate figure. Et en somme, j'avais posé ma tête sur ses cuisses et j'avais roulé légèrement sur le côté pour voir la télé sans me coller un torticolis -parce que ça, voyez-vous, ça aurait été pas chouette. Et pendant le débat tout entier -qui avait dû durer une bonne demie-heure- j'avais essayé de suivre, sans succès, et de dépit, je m'étais mise à regarder alentour, adressant un immense sourire à Vicky une fois qu'elle eut croisé mon regard. J'étais contente qu'elle soit là. Déjà, ça me faisait un support féminin, je ne me retrouvais pas seule fille parmi un troupeau de mecs. Ensuite, Vicky était ma meilleure amie, je lui racontais tout -ou presque- je veillais généralement à garder secrète la nature véritable du lien m'unissant à SuperBro, ça aurait été bête qu'elle le sache, même si je doutais qu'elle aille le crier sur les toits. Ne tentons pas le diable, voilà ce que j'avais dû me dire. Et puis en même temps, on s'était mis d'accord, avec Robynn, qu'on allait garder ça pour nous, vu que dans la société actuelle, les gens appelait ce qu'on perpétuait de "l'inceste", et même si le mot était joli à écrire et à dire, sa sonorité aux oreilles des honnêtes gens n'était pas des plus reluisantes. Mais pour revenir à la raison pour laquelle j'avais invité Vicky, c'est que les soirées avec elles se faisaient de plus en plus rares, et que j'avais bien envie d'en profiter tant que je pouvais. Alors cette soirée était bien tombée.
Bon, après, j'aurais pu prévoir que Robynn inviterait son meilleur ami, Jaxson. Je lui parlais rarement, à lui. La plupart du temps, quand je lui adressais la parole et que Robynn était pas dans le coin, Jax' commençait à me faire des allusions… Ouais, il me draguait. Mais bon, c'est pas comme si ça me faisait quelque chose. La plupart du temps, je le laissais faire, parce qu'au final, c'était assez marrant de voir ça, c'était comme si c'était un spectacle privé. Mais je le rembarrai toujours, ou presque. Mes pensées furent coupées par un mouvement du côté de Grover qui sortit du salon avec son portable à l'oreille. Hum, qui pouvait bien l'appeler à huit heures vingt-trois du soir ? Son père. Ou sa mère. Bah, je lui demanderais quand il reviendra. Et en attendant, je laissais mes pensées divaguer, et je demandais finalement à haute-voix :

    « LULLABY : - Pourquoi on a regardé ce débat aussi naze ?»


Quoi, c'était ma faute ? C'est possible après tout, j'avais sans doute voulu voir si je parvenais à comprendre un peu plus de choses politiques maintenant que j'avais commencé à lire "L'Art de la Guerre" de Sun Tzu. Non, ne cherchez pas, il n'y a pas vraiment de rapport flagrant… Voilà que Grover revenait, l'air contrarié. Hum. Papa/Maman ? Bingo, il devait retourner chez lui. L'instant d'après, il était parti, et toujours affalée, je demandais après avoir entendu la porte d'entrée se refermer :

    « LULLABY : - Ça vous dit un strip-poker ?»


Pardon ? Mais non, je suis innocente, vous ne pouvez pas m'avoir entendu dire un truc pareil. Hum, ça doit être la faute aux deux bières que j'ai bu. Faut vraiment que j'arrête de vider les bouteilles qui sont laissées à portée de ma main. Je me redresse, me tourne sur mon séant, et appuie à présent mon dos sur l'accoudoir, mes jambes par dessus les cuisses de Robynn. Une chance que ma jupe soit longue, les autres auraient pu voir ma culotte dans le cas contraire ! Mais passons, j'attendais joyeuse presque une réponse quelle qu'elle soit. Mais sincèrement, ça pouvait être marrant un strip poker. Il faudrait juste que je décrète que je dois dire un truc à Vicky, qu'on fonce dans ma chambre pour enfiler une quinzaine de fringues en plus, et on pourrait plumer tranquillement SuperBro & Jax'. Mais seraient-ils chiche ? Regard suppliant à l'adresse de Vicky, pile poil dans ma ligne de mire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Walkers] Politics, Beers & Games Mar 30 Juin 2009 - 16:35

La perversité fait partie tout entière de mon âme.


    La fin de l'après-midi s'annonçait plutôt ennuyante. J'avais passé mon entière journée à clavarder sur un site de rencontre. Oh oui, je sais, ça fait " cas désespéré " mais ne vous y méprenez point, je ne faisais que cela pour me divertir. Ce qui était vraiment le cas puisque devant mon écran, j'étais presqu'en larmes devant les paroles de certaines jeunes femmes. C'est vrai quoi! J'avais l'impression qu'un site de rencontre, ce n'était fait que pour mentir et raconter des histoires qui, en temps normal, ne berneraient personne. Comme cette fille qui se nommait " Cherryblossom.69 " me racontait qu'elle avait déjà osé faire une orgie en public, un orgie d'environ 100 personnes. Comme si j'allais la croire, pff! Et puis, soyons francs jusqu'au bout, s'il y aurait eu une orgie de ce genre dans les environs, ou même dans tout le pays, j'y serais allé sans hésiter! Ce fut donc sceptique que j'éteignis mon PC et me dirigeai vers mon lit en le franchissant d'une seule enchambée. Mains derrière la tête, je contemplais le plafond en silence. Quel ennui mortel... Je m'apprêtais à sortir de ma chambre pour aller à la cuisine lorsque mon portable sonna. Comme j'avais réglé les sonneries de façon à ce que chacun de mes amis en aie une bien à eux, je reconnus immédiatement celle de mon ami Robynn, meilleur ami plutôt. Robynn et moi nous nous connaissions depuis la tendre enfance. À vrai dire, nos parents se connaissaient et puis nous nous étions rencontrés à la petite école, alors qu'on venait à peine de rentrer en maternelle. Y'a pas à dire, lui et moi c'est plutôt le jour et la nuit, mais n'y avait-il pas un dicton qui disait que les contraires s'attirent? C'était un peu le cas, j'en avais bien l'impression en tous les cas , entre Robynn et moi. J'étais un peu comme son complément. J'étais sa version plus festive, plus frivole, plus pervers. Et puis, on s'entendait si bien tous les deux. C'était vraiment quelqu'un en qui j'avais confiance. Peut-être même le seul, en dehors de Lyann, bien sûr, à qui je pouvais me confier sans hésiter. Bref, je me dépêchai à répondre , juste au cas où son appel sauverait ma journée si banale. C'est d'une voix enjouée que je lui avais répondu :

      JAXSON - Salut Rob' !
      ROBYNN - Hey salut Jax', alors ça va? Je te dérange pas trop j'espère?
      JAXSON - Heu, bien au contraire, je ne faisais rien.. du tout!
      ROBYNN - Parfait, tu veux venir chez moi? On se fait une soirée politique. Y'aura de la bière!
      JAXSON - J'arrive dans un instant alors !


    Puis, je raccrochai. Un sourire aux lèvres, je me disais que la journée allait être un peu plus amusante, finalement. C'est donc en me changeant rapidement de vêtement, que je parus un peu plus heureux de la tournure de ma journée. Il n'y avait rien de mieux, à mon humble avis, qu'une soirée passée avec mon meilleur ami. Et puis, il y avait de la bière! Pourquoi refuser?! Je sortis de ma chambre en un temps record. Lançant un bref aurevoir à mes parents et à ma soeur. Mes frères n'étant pas à la maison, j'en fus que plus heureux. Je pris ma Roaster et me dirigea vers Apple Road en sifflant la mélodie qui jouait à la radio. Le trajet fut plutôt court. Robynn et sa jumelle n'habitait pas très loin de chez moi. J'aurais même pu faire le trajet à pied, mais j'étais trop lâche, trop flemmard quoi.. Et puis toutes les occasions étaient bonnes pour conduire ma Rooster. J'ADORAIS cette voiture, elle était un peu comme mon enfant, en plus silencieux. C'était ma fierté personnelle. Une voiture coûteuse et luxueuse, sans doute la seule chose dans laquelle j'aurai investi autant d'argent, mis à part mes études en médecine, bien entendu. Garé sagement sur le côté de la maison des Walkers. Je pris soin de verrouiller mes portes, comme toujours. Ocean Grove était un quartier bourgeois, certes, mais il n'était pas à l'abri des cambrioleurs, ah ça non! Arrivé au seuil de la porte, je frappai trois bons coups puis entra. Je n'avais jamais eu besoin d'attendre que l'on me réponde chez les Walkers. J'étais un peu comme un membre de la famille, avec le temps. Je retirai précautionneusement mes chaussures puis me dirigeai vers le bruit dans le salon. Debout , je fis la rapide constatation que je ne serai pas seul avec Robynn. Il y avait dabord Victoria dit « Vicky », cette jolie blonde angélique, au sourire parfait, avec qui je m'entendais très bien. C'est en étant un de ses clients réguliers que l'on est devenu, en quelques sortes, des copains. J'allais souvent au Lagoon Bar. Ce bar grouillaient de jolies demoiselles, n'avais-je point besoin de mentionner que cela était tout à fait une raison valable pour le fréquenter le plus souvent possible? Au fil du temps, on a fait plusieurs sorties ensemble elle et moi. Mais nous étions loin, très loin, d'être d'excellents amis. J'ai appris récemment qu'elle était la meilleure amie de Lullaby, la petite brune qui était sagement assise à côté de mon meilleur ami. Lullaby, Lullaby. Je la trouvais réellement belle et séduisante. Et je ne m'empêchais jamais de lui dire chaque fois qu'elle m'en donnait l'occasion. Toutefois, je ne parvenais pas à comprendre pourquoi elle me rembarrait. Après tout, ne fesais-je donc pas un bon parti pour elle? À ses côtés, mon meilleur ami Robynn, son jumeau quoi. Robynn est quelqu'un de simple et parfois solitaire. Mais il a vraiment une meilleure apparence que la mienne. Cela me surprend d'ailleurs qu'il soit encore célibataire. La dernière personne était Grover. C'était un mec que je ne connaissais pas vraiment. On avait fréquenté les mêmes écoles, semblait-il. Mais nous nous avions jamais adressé la parole. Il semblait sympathique, certes. Mais il y avait quelque chose en lui qui m'empêchait de lui parler, allez comprendre pourquoi. Grover était un ami de Lully. Et les rares fois où nous nous étions rencontrés, aucune paroles n'avaient été échangées.

    Une fois que je constatai que tout ce beau monde serait ma compagnie de la soirée, je les saluai tous un peu par un, même Grover, à qui je n'avais jamais adressé la parole..Qu'y avait-il au menu du jour? Quel genre de soirée allais-je passer en la compagnie de ces quatre personnes? Je ne mis pas longtemps à assimiler que nous allions regardé la télé. Puisque tous étaient affalés devant l'écran plat. Je m'installai donc sur le seuil fauteuil vacant qui restait et regardai silencieusement le programme qui y jouait. Un débat. C'était ce qu'il y avait, UN DÉBAT! Non pas que la politique m'intéressait en quoique ce soi, et pas plus que j'aurais voulu protester, et aurais exigé que Robynn zappe de chaine, non. Il falait bien changer un peu des vieilles habitudes..Un débat politique pouvait être intéressant. Encore plus lorsque deux sublimes créatures étaient dans le coin. C'était long, et assommant. D'un ennui mortel, pour tout vous dire. Mais j'avais tenu bon, j'avais retenu toutes les informations essentielles, au cas où quelqu'un voudrait débattre avec moi. On était jamais assez prévoyants, vous voyez? Bref, la durée du débat était d'environ une bonne demi-heure. C'était déjà quelque chose de devoir regarder un truc du genre, encore plus lorsqu'il durait si longtemps. Je fus soulagé de voir la pub et m'étirai comme un chat sur mon fauteuil avant de finalement constaté que Grover était parti parler dans la salle de bain. Qui pouvait donc l'appeler à une heure pareille? D'un geste qui se fit indifférent, j'haussai les épaules. Puis, il arriva au pas de course et mentionna qu'il devait partir, mais qu'il allait revenir. Il adressa un signe d'au revoir à tout le monde, et je le lui rendis également. Puis Lully cassa le silence de sa petite voix. Je me tournai donc vers elle afin de répondre à sa question, sourire aux lèvres


      LULLY - Pourquoi on a regardé ce débat aussi naze ?
      JAXSON - C'est pour ton bien! T'auras l'air moins idiote lorsqu'on te parlera de politique , maintenant!


    J'ignorai le tirement de langue qu'elle venait tout juste de m'offrir et rigola un bon coup. Lully se rattrapa donc en lançant quelque chose de tout à fait extraverti. Un striptease? Woah! Mais quelle génialissisme idée! J'étais étonné qu'elle en soit le demandeur. Peut-être était-ce parce que l'alcool coulait désormais dans son sang, ou bien parce qu'elle avait la furieuse envie de nous voir tous à poil? Mes yeux scintillèrent d'une brillance qui n'était plus inconnue. L'idée m'enchantait, puisque pervers j'étais. Et comme elle l'avait si joyeusement proposé, alors pourquoi m'y refuser? C'est donc tout sourire que je fus le premier à répondre oui. Un grand oui, très dynamique. Presqu'exagéré même. Après, il fallait voir si les autres étaient prêts à jouer le jeu. Je me tournai vers Robynn, regard supplicateur quand tu nous tiens. Je ne savais pas ce que je cherchais en faisant ça, peut-être un peu de compassion? Pour moi qui, avait un besoin de voir des femmes en sous-vêtements? Cela eu le don de faire éclater de rire mon ami. Ce fut tout à fait compréhensible, j'avais une tête de clown.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Walkers] Politics, Beers & Games Sam 4 Juil 2009 - 1:13


    LULLABY : Pourquoi on a regardé ce débat aussi naze ?
    JAXSON : C'est pour ton bien! T'auras l'air moins idiote lorsqu'on te parlera de politique , maintenant!

Enfin quelqu'un avait ouvert la bouche ! Voilà une demi-heure que Victoria se posait la question. A quoi bon être invitée à une soirée si c'était pour regarder un désolant et ennuyant débat politique (républicains VS démocrates ; c'est quoi, la différence ?) dont personne n'avait que faire ? Personne, mis à part les grandes personnes responsables que pouvaient être les parents, voire les grands-parents. Mais pour des personnes de dix-huit à vingt-deux ans, quant bien même ce qu'il se disait à travers l'écran les concernaient pleinement - l'avenir, vous avez déjà entendu ce mot ? - c'était dans une lassitude extrême que Lullaby avait tenu à regarder. Que pensait-elle donc tirer des mots que crachaient ses baffes de télévision ? Un peu de connaissance ? Pour le peu qu'elle daigne à poser son fessier sur les bancs de l'université, en effet, ça ne pouvait lui faire de mal. Mais tout de même. Proposer - que dis-je ! - insister de regarder un débat durant une soirée entre potes et bières, c'était une des règles d'or à ne jamais faire. Lully avait certainement dût tomber sur un truc Mille et une façons de plomber l'ambiance, ce n'était pas possible autrement. Elle n'avait réellement pas assuré, pour ce coup-ci. Et étant l'hôtesse, les invités se devaient de se plier face à son choix. & puis, Victoria n'avait même pas eut le courage de répliquer. Ni même de tenter à ce que Robynn empêche ce massacre. De toute façon, la blonde n'avait à peine daigné un regard au jumeau de sa meilleure amie et le saluer lui avait arraché une grimace, camouflé derrière une méchante toux. Il ne manquerait plus que Lully remarque quelque chose. Robynn lui avait-il confié les trouvailles qu'il avait fait l'autre jour ou il avait tenu sa langue ? De toute façon, Lullaby ne lui avait encore rien dit - il faut dire qu'elles n'avaient pas eut l'occasion d'être seules toutes les deux - ou ne lui lançait pas des regards en biais plus étrange ou anormal que d'habitude donc elle en conclut que non. La jeune Blythe avait donc tout fait pour ne pas croiser le regard de Robynn - ce qui fut assez difficile puisqu'il se trouvait juste à quelques centimètres au-dessus de celui de sa sœur. Tant qu'il ne lui adressait pas la parole, tout ira bien dans le meilleur des mondes.

La demi-heure écoulée, la demoiselle avait eut le temps de s'avaler une bière et demi, la deuxième se trouvant entre ses mains et à moitié entamée. Voilà cinq minutes que Victoria y trouvait un certain plaisir à plonger ses yeux verts regarder le liquide qui séjournait dans l'emballage, pourtant transparent, à l'aide de l'ouverture. Elle pourrait paraitre stupide mais c'était des brefs gestes comme ça qui montraient que sa première bouteille était bien arrivée à destination - autrement dit, son cerveau. Cependant, ce n'était pas encore assez embrumé pour se mettre à chanter ou chanceler. Affalée dans son fauteuil, les jambes par-dessus le rebord d'un accoudoir, le dos posé sur l'autre, elle fut cependant arrachée de sa soudaine contemplation par la phrase de Jaxson. La blonde eut un sourire narquois ; c'est qu'il avait ses techniques de drague bien particulières, le petit. Il fallait bien sûr être le premier des abrutis - car même un aveugle le remarquerait - pour ne pas remarquer le manège du meilleur pote de Robynn. Déjà, parce que cela se voyait comme le nez au milieu d'une figure qu'il ne serait pas contre l'idée de se faire la petite Walkers. & aussi parce que, respectivement, Lully lui a déjà parlé de ce côté "lourdeau" qu'il pouvait avoir envers elle tandis qu'il n'était pas rare que Jaxson lui demande, discrètement, des informations sur sa jolie meilleure amie. Mais on ne s'adressait pas de la sorte à Victoria Blythe, de façon à passer inaperçu, car cela ne fonctionne pas. Évidemment, elle s'était retenue de tout radoter à Lully. Cela ne se faisait pas. Après tout, Victoria aimait bien Jaxson, ça serait bête de lui enlever ses chances, bien que minimes.

    LULLABY : Ça vous dit un strip-poker ?

Après avoir observer Jaxson d'un œil absent, le regard de Vicky tourna vers Lullaby, qui venait de prononcer la phrase la plus intelligente et la plus intéressante depuis le franchissement du seuil de la blonde dans la demeure. D'ailleurs, cette dernière lui adressait un regard perçant, comme pour la soutenir de sa proposition. Un strip-poker ? Du point de vue de Victoria, cela ne l'étonnait pas venant d'elle. Ce n'était pas la proposition la plus idiote qu'elle est pu faire de toute sa vie, foi de Blythe. Mais cela eut le plaisir d'égayer et de réveiller cette dernière, qui se redressa un peu plus, avant de boire quelques gorgées du liquide qui lui restaient. Nom d'un bonhomme, heureusement qu'elle avait prévenu ses frères qu'elle passait la nuit ici. Quant bien même habitait-elle à quelques pas d'ici, la demoiselle aurait certainement été obligé d'appeler un peu d'aide. Alors qu'elle sillonnait de nouveau la pièce par la voie de la vue, ce ne fut que là qu'elle remarqua l'absence du copain de Lully, Grover. Haussement d'épaules face à cette réflexion - qui n'avait strictement rien à avoir avec la proposition de Lullaby. Enfin, quoique... Mais soit. Elle croisa alors le regard suppliant de son amie, ce qui la fit sourire. Puis, brandissant la petite bouteille au-dessus de sa tête, Victoria s'écria.

    VICTORIA : Tous à poil !

On ne vous a jamais dit que l'abus d'alcool n'était guère recommandé, surtout quand on s'appelait Victoria Blythe et que l'on avait que dix-huit ans ? Non seulement elle était la plus jeune mais en plus, elle n'avait strictement pas le droit de boire. Mais elle se ferra discrète. En attendant, elle était encore consciente et elle avait balancé cette phrase de façon sincère, les yeux brillants mais évitant toujours ceux de Robynn.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: [Famille Walkers] Politics, Beers & Games

Revenir en haut Aller en bas
 

[Famille Walkers] Politics, Beers & Games

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-