AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (blythe) MET THE DEVIL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: (blythe) MET THE DEVIL Lun 29 Juin 2009 - 22:28

    I MET THE DEVIL AND SHE'S MY FRIEND ... MAYBE

      STARTING WITH VICKY && JHORDY
Mardi après-midi, le soleil, Ocean Groove et la routine habituelle. L'incovénient de travailler dans une boite de nuit c'est que vous ne travaillez que le soir, au seul et unique service de l'entreprise, donc le reste de la journée vous le passez a attendre sagement que le moment vienne de se faufiler au boulot. Jhordan était une mordu du travaille, la seule et unique chose qui la brachait presque autant que le sex, mis appart que le sex, lui, était exitant, le boulot quant à lui n'était que le tremplin de voir de nouvelles têtes et donc de pratiquer le sex. Le boulot était pour ainsi dire pri-mor-dia-le ! Mais sachez aussi que les boites de nuits ne sont pas les seuls endroits qui vous permettent de conclurent. Les démennagements aussi. Voilà quelques semaines maintenant que la jolie blondinette avait repérée qu'un grand brun ténébreux avait fait son entrée dans le quartier. Adepte du jogging quotidien et des étirements en souplesses, Jhordan ne pouvait que tomber sous le charme de cet homme si ... flexible & salement sexy. C'est donc à son habitude que Jhordan prépa ce qu'elle faisait de mieux tous les jours à la même heure.
Le nouvel habitant d'Ocean Groove avait pour habitude de pratiquer ses étirements -fucking- orgasmiques à treize heures trente cinq minutes. Pour sa mission top secrète Jhordan enfila donc son seul et unique panthalon moulant noir et un col roullé de la même couleur. C'est après avoir attaché ces cheveux en queue de cheval bien plaqué que le petit espion du coin sortit de son terrier. Se collant au murs et se cachant derrières les haies les plus grosses de la rue Jhordan arriva enfin à destination : le petit buisson sous la fenêtre donnant sur le living-room de Monsieur Hot. Caché comme prévu et comme à son habitude Jhordan commenca alors son espionnage quotidien en retenant sa salive. Mais le bonheur ne fut que de courte durée. Alors que Monsieur VerySexy se trouvait dans une position tout à fait inenvisageable pour un quelconque être humain sur cette planète, le brun ténébreux tourna son regard en direction de sa fenêtre -fenêtre sous laquelle Jhordan se trouvait & où elle appuyait vulgairement ses coudes sur son rebord. Sauf que le bonhomme venait de remarquer l'intrusion illégale de Miss Kennedy dans sa demeure. Animée par une peur et une honte soudaine la jeune femme voulu s'échapper trop vite et elle fini étaler sur le dos en plein millieu du trottoire d'Apple Road. La tête sur le béton du quartier, les yeux rivés vers le ciel bleu ... et l'arrivée d'une tête famillière dans son paysages.

JHORDAN • VICKYYYY ! Euuh ... comment va le sexe fort des Blythe aujourd'hui ?

Légèrement prise au dépourvu dans sa tentative d'inflitration Jhordan se mit alors à feindre une activité sportive. Elle commenca donc à faire un semblant d'abdonimaux. Mains derrière le crane, les genoux qui se rapprochent et qui s'écartent, les genoux qui se rapprochent et qui s'écartent ... tout en expirant par la bouche son souffle déjà épuisé. Jhordan était sincèrement une mauvaise sportive et qui plus est elle détestait vraiment ça.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (blythe) MET THE DEVIL Lun 20 Juil 2009 - 1:40


Un mardi après-midi. C'était censé être les vacances de notre ancienne lycéenne mais la concernée n'avait guère l'impression d'y être. Les évènements s'enchainant rapidement les uns et les autres, aussi tordus et incompréhensibles, qu'elle aurait encore préféré rester son fessier sur les bancs de l'école. Au moins, elle aurait quelque chose à penser. Mais il ne fallait pas croire que Victoria Blythe resterait les bras croisés durant ses vacances. Ce n'était franchement pas son habitude. Alors elle se donnait corps et âme à ce nouveau travail qu'était celui d'aider Austin Levingston. Non seulement le patron était séduisant et sympathique mais en plus, ce job était largement plus intéressant que celui du Blue Lagoon. Ils avaient tous les deux modulés le poste pour que Victoria puisse se dégourdir les jambes sur le terrain, devenant ainsi une arme précieuse pour Austin. Mais ce dernier avait décrété que cette journée lui était offerte. Soit disant parce qu'elle paraissait fatiguée et pas au meilleure de sa forme. Et il fit la sourde oreille face aux protestations de la demoiselle. Cette dernière s'ennuyait donc bien ferme dans la grande bâtisse blythienne. Après avoir fait une rapide excursion dans le quartier - une visite qui eut l'effet de recevoir une pluie de regards de travers - Victoria eut l'amer déception de voir la maison toujours & désespérément vide à son retour. Le gouffre entre les enfants Blythe était de plus en plus sévèrement creusé et grossissait au fur & à mesure que le temps passait. Darla ne se montrait pas plus - & cela était assez compréhensible quand on sait que Maât a rompu avec elle. La cadette se demandait même comme elle faisait pour vivre toujours sous le même toi qu'eux. Elle, voilà bien longtemps qu'elle aurait prit ses cliques et ses claques & qu'elle se serait tirée. Surtout pour l'ambiance que la jeune Davenport amène. Enfin, étant interne à l'hôpital, il fallait avouer que la jeune femme n'était guère plus présente que ses deux frères. Il restait encore Annabel. Mais, sans trop savoir pourquoi, Victoria ne pouvait pas lui parler sans méchanceté, sans lassitude et sans prétention. Mais cette dernière semblait le comprendre et se faire assez discrète. Ce fut donc un faible repas composé d'un simple sandwich et d'une canette de Coca en tête-à-tête que notre jeune Blythe prit, avec pour seule compagnie, la télévision. Il fallait avouer qu'elle ne s'était jamais sentie aussi seule qu'en ce moment précis. Aussi fut-elle pour cela qu'elle sauta sur ses pieds alors que son sandwich venait d'être fini. Sa canette à la main, elle sortit de chez elle. Voilà un moment que la présence humaine lui faisait défaut. & même si elle subissait le regard étrange de ses voisins - est-ce donc si étonnant que cela de voir Victoria Blythe se promener tranquillement dans son quartier d'origine ? - au moins, ça lui faisait toujours de la compagnie. Alors qu'elle avait entamé à peine quelques pas que quelqu'un l'interpela. Son regard émeraude navigua un moment sur les alentours avant de se poser sur le sol, où Jhordan était allongée et ... tentait de faire du sport ?

    JHORDAN : VICKYYYY ! Euuh ... comment va le sexe fort des Blythe aujourd'hui?

La concernée s'approcha, la tête penchée, tentant de voir ce que Jhordan faisait et, surtout, pourquoi. L'accoutrement de la blonde eut l'effet de lui arracher un gloussement. Et la voir s'essouffler au bout de vingt secondes lui lâcha un léger soupir amusé. Décidément, à chaque fois, c'était un cirque, celle-là. Il avait fort à parier que son but premier n'était pas de faire du sport. Il n'y avait qu'à voir son visage pour voir qu'elle n'était pas habituée - pour habiter sous le même toit que l'assistant de son professeur de sport, Vicky connait très bien ses références. Et puis, on ne faisait du sport à même le sol. Et encore moins avec un col roulé et un jean moulant. La jeune Blythe n'était pas idiote et n'était pas née de la dernière pluie pour comprendre que Jhordan devait certainement espionner quelqu'un. Elle but une nouvelle gorgée de son coca avant de répondre.

    VICTORIA : Le sexe fort se porte plutôt bien & toi, tu...
    MISTER HOT : Je peux savoir ce que vous vous faisiez sous ma fenêtre ?

Victoria n'avait pas eut besoin de lui poser la question que l'habitant de la maison devant laquelle elles se trouvait sortait à grandes enjambées. Elle fronça un sourcil tout en se mordillant la lèvre inférieure et en baissant les yeux vers Jhordan. C'était donc lui, avait-elle envie de dire. Mais ce n'était pas vraiment le moment d'aborder le sujet. Leur voisin semblait plutôt embêté d'avoir été interrompu dans ses activités - sportives, sans hésitation. Victoria le voyait souvent courir dans le quartier, le matin. Devant le silence qui s'installait, la blonde tourna le regard vers le voisin en alternant avec Jhordan, toujours par terre et toujours ridicule.

    VICTORIA : En vue de l'énorme effort physique dont elle fait preuve, je ne doute pas une seule seconde que c'était juste pour pouvoir quémander une bouteille d'eau.

Un sourire ironique traversa ses lèvres alors qu'elle portait de nouveau sa canette à ses lèvres. A savoir si cela était à prendre de façon positive ou pas, elle en avait strictement aucune idée & elle s'en fichait pas mal. De toute façon, entre Jhordan & Victoria, ça avait toujours été ça. Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Elle savait que, quoiqu'elle dise, quoiqu'elle fasse, elle ne la blessera pas. Parce que, malgré tout, elles arrivaient encore à se supporter par moment, ce qui était un véritable exploit. Jhordy étant la meilleure amie de Tammy, cela était vraiment surprenant que les deux blondes s'entendent plus ou moins bien. A leur façon, on va dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (blythe) MET THE DEVIL Lun 27 Juil 2009 - 15:59

L'espionnage serait peut-être tolérable s'il pouvait être exercé par d'honnêtes gens (Montesquieu). Quand on y songe avec plus de rigueur on se rend compte que ces paroles sont très appropriés. Prenez Jhordan et Victoria comme exemple. D'un côté vous avez la parfaite petite étudiante, issue d'une grande et belle famille, travaillant de façon honorable pour des gens responsables et appréciables, d'un autre côté vous avez la serveuse modèle, gentille et agréable à souhait, profitant pleinement de sa famille recomposée à laquelle elle tien tant.Jhordan et Victoria ce n'est pas ça, Jhordan et Victoria c'est tout simplement le rassemblement de deux caractères différents mais tout aussi vicieux l'un que l'autre. Voilà où Montesquieu à raison. A ses heures perdues Vicky s'évertue à chercher les petits malêtres de chacun, les petites saletés que traine le peuple, amis ou ennemis. De son côté Jhordan entre en totale illégalité dans la demeure d'un parfait inconnu dans le seul but de le voir transpirant de sueur. La curiosité et le vice de certains sont vraiment mauvais qu'ils font de vous de mauvaises personnes. Vient alors le moment de rendre des comptes. Prise au dépourvue, Jhordan se rendit à l'évidence, sa mise en scène vulgaire d'une quelconque activité sportive était tellement stupide et mal orchestrée que même le pire des abrutis lui aurait dit d'aller se faire foutre. Dieu merci Victoria ne faisait pas partie de ces crétins. Quoique, personne n'avait aucune preuve que Vicky n'était pas stupide et c'est pas Jhordan qui dirait le contraire. La relation Vicky/Jhordy ne ressemblait à aucune autre relation qu'entretenait cette dernière avec les autres membres de son entourage. La relation Vicky/Jhordy c'était un état d'esprit à elle toute seule, il fallait vous adapter à n'importe quelle situation et de n'importe quelle façon, il fallait juste être crédible. Elles pouvaient se saluer avec tellement d'enthousiasme et de respect et la minute d'après tout pouvait avoir été foutu en l'air pour X ou Y raisons sans que l'une ou l'autre n'est le temps de dégainer quoique se soit appart les crocs pour se défendre. La rencontre avait donc lieux en ce mardi après-midi, sous une chaleur torride digne de la Floride et ni la vraie blonde, ni la fausse blonde ne savait encore comment ce tête-à-tête allait terminer, une seule chose était sûre, il avait déjà bien commencé.

Victoria : Le sexe fort se porte plutôt bien & toi, tu...
Mister Hot : Je peux savoir ce que vous faisiez sous ma fenêtre ?

A cet instant Jhordan Kennedy se trouvait dans la même position que quelques minutes auparavant, toujours allongée sur le trottoir d'Apple Road, à faire cet effort sportif que les gens nomes : abdominaux. Inutile de vous préciser à quel point ce que mimait la jeune femme ne ressemblait en rien à un abdo. C'est donc pleine de honte qu'elle fixait Mister Hot et Vicky, qui se trouvaient tous les deux au dessus de sa tête, sur leurs pieds, dans une posture tout à fait normal, à l'inverse de Jhordan. L'avantage de la situation c'est que tout comme Monsieur Muscle Jhordan était entrain de pratiquer une activité sportive -ou presque- ce qui pouvait être vu comme un point fort par ce charmant jeune homme, l'inconvénient c'était de constater à quel point la blondinette était ridicule à la fois dans sa façon de faire du sport, mais également dans sa tenue, qui rappelons-le ne devait initialement ne servir à aucun effort sportif. C'est donc allongée sur le sol que Jhordan assista impuissante à la réponse de Vicky.

Victoria : En vue de l'énorme effort physique dont elle fait preuve, je ne doute pas une seule seconde que c'était juste pour pouvoir quémander une bouteille d'eau.

Jhordan connaissait Victoria et Jhordan connaissait également le type de relation qu'elles entretenaient. La charmante remarque de Vicky se trouvait être une énigme pour la jeune femme, ne sachant guère si elle était lancée comme un pic ou tout simplement si elle servait à faire la conversation pour créer un contact avec Monsieur Canon. Jhordan se leva donc de sa position peu élogieuse et se retrouva entre Vicky & l'homme en question. Après avoir réalisée à quel point Victoria Blythe se trouvait être petite, Jhordan songea à nouveau à ce qui venait de se passer, ce qui eut pour effet de lui arracher un sourire moqueur envers sa propre personne.

Mister Hot : Pardon ?
Jhordan : Vicky voyons, réponds au monsieur. Il veut savoir ce que tu faisais sous sa fenêtre. Dit Jhordan en s'adressant à Victoria. Elle a toujours tendance à tout mettre sur le dos des autres, il faut pas lui en vouloir. Cette fois Jhordan venait de s'adresser à Monsieur Pecs, en murmurant comme pour ne pas ébruiter une mauvaise et sale rumeur.

L'ironie du sors veut que se soit Jhordan qui rehette constament la faute sur les autres, refusant simplement d'endosser les responsabilités à chaque fois, sauf que ça Monsieurj'aidesmusclesalorsjmelapète, il ne le savait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: (blythe) MET THE DEVIL

Revenir en haut Aller en bas
 

(blythe) MET THE DEVIL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-