AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Mar 14 Juil 2009 - 23:05

      - Je suis vraiment la dernière des imbéciles...


    Voilà la phrase qu'Elena ne cessait de se répéter depuis près de 15 minutes. La jeune fille avait eu les meilleurs résultats au collège et au lycée pendant un certain temps, elle avait passé parfaitement tous ses examens, avait trouvé un travail qui lui plaisait et pouvait affirmer sans se venter que sa vie était assez réussie jusqu'à présent. Mais tous ses diplômes ne serviraient à rien face au problème auquel elle était confronté dans l'instant. Pourtant, réfléchir est quelque chose d'inné chez les Hommes non ? Enfin c'est censé l'être ?...Elena a du oublier en quoi consiste ce principe « inné ». Tout avait pourtant bien commencé. Elle s'était levée tranquillement à 10h, avait pris son petit déjeuner, avait salué quelques voisins en sortant chercher le journal, s'était préparé & était prête à profiter d'une magnifique journée ensoleillée. Il restait pourtant encore une question à élucider: que faire ? C'est bien sympa de voir le soleil, les oiseaux chantés et tout et tout hein...mais si c'est pour rester cloitrer chez soi autant attendre qu'il pleuve et que les oiseaux se fassent bouffer par les chats. (Saviez-vous qu'Elena était une défenseuse des oiseaux ? Oui, si un chat essaye d'en attaquer un, alors il vaut mieux pour lui qu'il soit insensible au formidable coup de balai de Miss Johnson). Bref, Elena avait finalement décidé de sortir s'acheter de nouveaux meubles pour sa maison, elle venait tout juste de s'installer et ne se sentait pas encore « comme chez elle ». Sa maison manquait encore énormément de décoration, de meubles et aussi de vie...Elena ne connaissait pas encore vraiment les gens et était encore réticente à les inviter, surtout vu le vide présent dans sa maison. Donc des courses seraient vraiment bien vues.
    Encore une information à connaître sur Elena...ne faites jamais, (jamais, vraiment ja-mais) les courses avec elle. Elle peut passer des heures sur un vêtement, un meuble, un accessoire, n'importe quoi...pour finalement ne pas l'acheter ou bien, au contraire, dépenser tout son argent dans des choses vraiment inutiles. Mais pour une fois, ce ne fut pas le cas. Certes la jeune fille a bien fait plus de 5 magasins de meubles différents et est restée 3 heures dans un de ces derniers...mais elle est finalement reparti avec quelque chose d'utile ! Non, sérieusement, applaudissez-là, c'est un exploit, un miracle, marquez le dans vos calendriers. Elena avait donc acheté une magnifique armoire en bois pour son salon, et avait payé hum...300€ avec le sourire. Ce même sourire était toujours présent lorsqu'elle avait discuté avec un vendeur pendant que celui-ci s'occupait de mettre la dite armoire dans son coffre de voiture et oui, Elena souriait toujours en conduisant et en arrivant chez elle. Par contre elle avait très vite déchanté en ouvrant le coffre...et en réalisant. En réalisant que le carton serait beaucoup trop lourd pour elle. Sa maison n'était pas bien loin mais les mètres qui la séparait de chez elle était suffisant à la décourager. Le vendeur était largement plus fort qu'elle et avait l'habitude en plus de porter des objets lourds...Elena, elle, avait l'habitude de porter sa carte de crédit ou un verre de champagne, c'était autrement plus léger.

      - Vraiment...la...dernière...des...imbéciles.


    Allez, se le répéter une fois de plus ne pouvait plus lui faire beaucoup de mal. Mais comment allait-elle se débrouiller pour sortir ce carton ? Finalement, après une interminable demi-heure de « T'es la dernière des imbéciles, t'aurais dû y penser plus tôt, franchement réfléchis la prochaine fois, tu devrais faire un tour à la salle de sport plus souvent ça te ferait pas de mal », bref un interminable discours avec elle-même qui la faisait probablement passer pour une folle aux yeux de ses voisins (qui en passant étaient adorables pour lui apporter des tartes et lui dire bonjour mais aucun d'eux n'avaient encore eu l'amabilité de lui proposer son aide) Elena finit tout de même par se décider à tenter le coup...après tout, elle n'avait plus vraiment le choix. Elle passa donc ses mains comme elle put sous le carton et tenta de l'extraire du coffre. Au bout de 2 minutes, le carton était...à moitié sorti. Malin. Elle était déjà fatiguée et n'arriverait sûrement pas à le porter jusqu'à sa porte, et la position dans laquelle elle l'avait mis était tellement étrange qu'elle n'arriverait pas non plus à le remettre dans le coffre et ne pouvait donc même imaginer la possibilité de le laisser la dedans pour la nuit, en attendant d'avoir trouvé une autre solution. Bon, allez, on se remet au travail miss Johnson-t'es-trop-bête-mais-tu-le-referas-plus. Elena mis ses lunettes de soleil dans les cheveux (ha tiens oui ! On voit mieux !), pris son courage à deux mains...et le carton également. Par un miracle inattendu, elle réussit à prendre le carton en main et à le soulever. Ok, très bien, elle tenta d'avancer de quelques pas avant de lâcher un cri...Les clés de sa maison était dans sa poche, la porte n'était pas ouverte et si elle tentait de se baisser elle allait tomber...ou alors y laisser ses doigts.

      - J'y crois pas...


    Si si, elle avait recommencé à ne pas réfléchir. La seule chose qu'elle pouvait encore faire était de tenter de continuer comme elle pouvait d'avancer avec le carton jusqu'à sa porte....et de voir ce qui se passerait une fois arrivée là bas. La scène allait être comique...Déjà qu'Elena disparaissait complètement derrière le carton dès qu'elle l'avait dans ses bras...


Dernière édition par Elena Johnson le Jeu 16 Juil 2009 - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Mer 15 Juil 2009 - 17:20

    Une journée de merde. Voilà la journée que Caleb avait passé aujourd'hui. C'était un jour de week-end et il avait décidé de sortir pour faire des courses. Souvent Bonnie travaillait le week-end étant serveuse dans un bar et donc, de son côté Caleb était seul à la maison. Il avait l'habitude de rester toute la journée en pyjama quand il y avait des match de football, de basket ou de hockey. Et parfois il décidait d'aller faire des courses, pour que Bonnie n'aient pas à les faire. Bon il fallait encore faire des efforts quand à la liste de courses : bières, chips, frites surgelées et hamburgers surgelées. En fait, c'était seulement les déjeuner ou les dîner qu'il se faisait quand Bonnie n'était pas là pour le faire. Au Canada, il avait prit l'habitude de préparer les repas qu'ils se prenaient à quatre. Il avait perdu cette habitude là, arrivé ici. Enfin, rien de bien emmerdant quand à aller chercher deux, trois choses à manger au magasin, jusqu'au moment où il percuta une voiture. Non... où un imbécile de conducteur narcissique qui ne sait pas conduire, percuta sa voiture. Évidemment aucun des deux conducteurs n'avaient avoué sa faute, et ce cher Austin Levingston était allé trop loin, pour que cette « discussion » ce soit finie en bagarre – presque, générale. Il avait réussi à éviter les bleus et les trucs dans ce genre et avait aussi éviter d'aller au poste, la bagarre n'avait pas duré longtemps. Après un bon moment d'explication et de « c'est vous le fautif » il rentra enfin chez lui, plein d'amertume.

    Arrivé enfin au quartier résidentiel où il habitait, il s'inséra dans Lemon Street et se gara près de chez lui. Il laissa la voiture à l'extérieur, se disant que sûrement il irait rejoindre quelques amis pour passer la soirée. Il descendit alors de la voiture, alla vers le coffre pour aller chercher le seul sac qui contenait ses courses lorsqu'il ouvrit enfin son coffre, il entendit un cri de femme derrière lui. Automatiquement il se retourna pour repérer d'où venait ce cri, il s'engagea davantage dans la rue, pour que quelques secondes plus tard il voit une femme – enfin il ne la voyait pas vraiment, elle portait un grand carton et on ne voyait que ces jambes en dessous. C'était en quelque sorte un carton avec des jambes. Il s'approcha lentement regardant autour de lui les gens qui passaient et qui se fichaient amplement que la demoiselle – à en juger par ses jambes, s'écroule avec son carton. Il fit un signe négatif de la tête, comme indigné, ces gens étaient bien sympa mais parfois très étranges. Il accéléra le pas vers la porteuse de carton, jusqu'à arriver à elle. Ne sachant pas qui était derrière ce carton et donc ne sachant pas sa réaction s'il prenait ce carton, Caleb allait lui demander son avis gentiment...

      ▬ Est-ce que...

    Il n'avait même pas eu le temps de finir sa question que déjà la jeune femme allait tout lâcher, il ne se posa plus aucune question et mit ses bras sous le cartons avant que tout s'écroule. Il rattrapa le carton à temps alors qu'il entendit déjà la jeune femme soulagée. Mais ce carton n'était pas si lourd que ça... Sans difficulté, Caleb portait le carton, mais il fut surpris par la personne qu'il venait d'aider. La jeune femme qui avait fait sa rabat joie au garage. Il aurait du en effet passer son chemin et laisser cette femme se débrouiller toute seule. Peut-être que ceux qui ne l'aidaient pas savaient à quel point elle pouvait être insupportable ? Il remarqua qu'elle aussi, avait du le reconnaître, c'était sûr. Parce que LUI, dépassait au dessus du carton.

      ▬ Je croyais que la journée ne pouvait pas être pire que ce qu'elle a déjà été. Mais bon... je croyais...

    Enfin, il leva les yeux au ciel lorsque la jeune femme eu voulu reprendre le carton, sûrement outrée de s'être fait aidé par l'homme qui l'avait remballé à propos de sa voiture. Caleb recula d'un pas pour qu'elle ne puisse le prendre. Il avait déjà fait le premier pas – sans vraiment le vouloir, mais en fait c'était assez infaisable d'être sympathique avec cette... Elena. Elle paraissait pour une fille qui veut toujours avoir raison, comme pour sa voiture. Caleb prit un ton très arrogant pour lui parler.

      ▬ Laissez, je pense qu'avec vos bras trop frêles vous ne pourrez pas prendre ça. D'ailleurs, j'espère que vous ne me direz pas comment je dois porter ce carton, je pense que je suis plus doué pour ça que vous, comme... pour la mécanique ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Mer 15 Juil 2009 - 20:45

    Bon, Elena avait réussi à faire quelques mètres mais aucune solution ne s'était présentée à son esprit et la jeune fille commençait sérieusement à désespérer. Elle allait mourir écrasée par un carton...pathétique comme fin. De plus, la colère s'insinuait lentement en elle, comment cela se faisait-il qu'aucun habitant n'ait encore eu la brillante idée de venir lui proposer son aide ? Ils étaient donc tous tellement flemmards ? Seulement bon à faire les hypocrites ? Non, ça n'allait pas se passer comme ça...du moins si Elena sortait de tout ça vivante. Alors que le désespoir la prenait vraiment, elle sentit ses doigts glisser du carton et se vit déjà étalée par terre, le carton à côté d'elle et l'armoire complètement fichue...Elle ferma les yeux en attendant la catastrophe mais les rouvrit rapidement en constatant qu'aucun « boum » ne s'était fait entendre. Elle regarda tout d'abord par terre et vit deux jambes masculines, puis des bras...qui tenait son carton bien fermement. Elena eut un soupire de soulagement.

      - Merci beaucoup, vous ne pouvez même pas imagi...


    Elle s'arrêta net au milieu de sa phrase, ayant relevé la tête et aperçu le visage de son « sauveur ». Oh nan pas lui. Combien y avait-il de chances pour qu'elle se retrouve dans cette situation ? Combien y avait-il de chances pour qu'elle soit bloquée au milieu de son jardin, un énorme carton dans les mains, les clés de sa maison dans sa poche ? Combien y avait-il de chances pour qu'elle se dispute avec son mécanicien ? Combien y avait-il de chances pour qu'une personne daigne enfin l'aider et que cette personne soit ce même mécanicien ? C'était quoi ça ? La pire journée de son existence ? Qu'avait-elle fait de mal pour mériter tout cela ? Elena était généralement quelqu'un de très calme et de posée...mais il est vrai qu'elle s'était quelque peu énervée avec son mécanicien...Déjà, sa voiture l'avait lâché alors qu'elle devait aller en ville, ensuite, elle avait dû attendre 2 heures avant que la dépanneuse n'arrive et ne l'emmène chez ce fameux mécanicien qui avait fini de l'achever en lui débitant tout son savoir et en lui disant qu'il manquait je-ne-sais-quoi. Elle s'en fichait complètement de ce qu'il manquait tant que sa voiture remarchait ! Ce qui n'était pas le cas à ce moment là...du coup une dispute avait suivi. Pas de morts, pas de blessés, mais de méchantes paroles prononcées. Aucun regret...un peu de culpabilité par contre...Il est vrai qu'Elena aurait pu être plus patiente et aimable...mais ce n'était tout simplement pas sa journée...De plus, lui non plus n'avait pas franchement l'air aimable et compatissant. Mais que pouvait-elle faire maintenant ? Elle regarda le jeune homme droit dans les yeux...oh...il était plutôt mignon, charmant, musclé....Non...non non non Elena, plutôt imbuvable, pas aimable, et apparemment macho ! Il faut se ressaisir ma grande ! La jeune femme esquivait déjà un geste vers le carton pour le reprendre, elle n'avait pas l'intention de se faire aider par quelqu'un qui n'en avait pas l'envie. Mais Caleb recula pour l'empêcher de reprendre son carton...d'accord, alors toi mon vieux t'es vraiment trop bizarre. Mais si t'as envie de te casser le dos en me portant mon carton, ça me va. Non, c'était méchant. De plus, Caleb semblait n'avoir aucune difficulté à porter le carton, comme s'il ne pesait absolument...rien. « Je croyais que la journée ne pouvait pas être pire que ce qu'elle a déjà été. Mais bon... je croyais... »...Elena ne releva pas sa remarque, après tout, il portait son armoire, elle n'avait pas envie qu'il la casse pour se venger. Mais elle ne put en faire autant avec sa deuxième remarque. Elle releva la tête et le regarda à nouveau dans les yeux, avec un sourire sarcastique aux lèvres.

      - Si vous êtes aussi doué pour porter ce carton que vous ne l'êtes en mécanique alors je ferais bien mieux de le reprendre tout de suite.


    Pitié, il y en a pour 300€ dans ce carton, Elena tais toi et dis ce que tu penses au monsieur quand il sera arrivé à l'intérieur et qu'il aura déposé bien délicatement ton armoire. Mais c'était trop fort, elle n'avait pas pu s'en empêcher...Tous les gens ici étaient mielleux, trop souriants, trop bizarres. Ce Caleb lui tenait tête et avait un caractère aussi...agaçant que le sien et cela lui plaisait que quelqu'un lui tienne enfin tête...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Jeu 16 Juil 2009 - 0:35


    Il fallait l'avouer, c'était amusant d'embêter un peu la demoiselle alors qu'elle ne s'était pas gênée à l'embêter quelques jours plus tôt, avec sa maudite voiture. Voiture sur laquelle il pouvait se venger en lançant le carton dessus, mais ça n'était pas ce genre de personne, en fait, même si ça le tentait, il ne voulait pas vraiment se faire remarquer dans le quartier. Il était assez fier de tenir le carton de mademoiselle maintenant, se disant que son erreur lui apporterait peut-être les excuses de mademoiselle ? Non, en fait, il ne pensait pas avoir des excuses d'elle, elle n'était jamais d'accord avec lui, elle ne voulait pas admettre ses fautes. Quand il disait noir, elle disait blanc. Enfin, il la regarda à son tour dans les yeux, en effet elle était plus qu'arrogante, comme lui d'ailleurs, il aimait ça, quelqu'un qui ne se laisse pas faire, quelqu'un qui ne se laisse pas marcher et quelqu'un qui ne fait pas semblant d'être quelqu'un de bien, comme quasiment tous ses voisins. Il eu un rire plus que moqueur et afficha un sourire en coin, rien que pour la faire enrager, pour lui montrer que ce qu'elle pouvait dire ne l'atteignait pas du tout et que de toute manière il pourrait vivre sans elle.

      ▬ Dans ce cas là, vous m'en voudrez pas si je ne suis pas assez doué pour porter une minute de plus votre carton ? Dit-il avec la voix tout aussi arrogante qu'avant.

    Il lui jeta un dernier coup d'œil et laissa tomber le carton, en une fraction de seconde il remit ses bras juste en dessous de celui-ci pour le rattraper juste au rat de sol, il vit la jeune femme s'avancer vers le carton rapidement et il eu entendit un certain « Non ! ». Ayant rattrapé le carton avant qu'il n'ai touché le sol, il se releva lentement, adoptant toujours son air de vainqueur et la regarda dans les yeux. Elle avait l'air perdu mais surtout en colère d'avoir pu montrer qu'elle ne s'en fichait pas tant que ça de voir son carton tomber. En même temps elle venait de l'acheter donc, c'était un peu évident, pour ça que Caleb avait prit un malin plaisir pour la faire souffrir un peu. Il décida de se faire inviter chez elle, et bien oui, pour qu'il ramène le carton il fallait bien qu'il rentre chez elle ? Sûrement que la demoiselle ne voudrait pas du tout que le mécanicien puisse s'inviter chez elle, mais avait-elle vraiment le choix dans cette situation là ? Et vu que Caleb savait pertinemment que la jeune femme ne ferai pas le premier pas pour l'inviter, il s'invita lui même.

      ▬ Alors, où est-ce que je pose ça ? Sauf si vous voulez que je le laisse à l'intérieur ?

    Caleb contourna la jeune femme et commença à traverser le jardin sur le long chemin de pierres. Il savait qu'elle n'allait pas le laisser y aller comme ça, sans autorisation et puis de toute manière la porte serait sûrement fermée, mais comme toujours, c'était pour qu'elle rage comme une folle. Oui... on pouvait dire que c'était un vrai sadique.

      ▬ Vous m'offrez le café n'est-ce pas ? Enfin peut-être que vous avez autre chose sinon... ajouta t-il en direction de la porte d'entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Jeu 16 Juil 2009 - 16:43

    Elena était étonnée que Caleb n'ait encore rien tenté pour détruire son armoire ou même sa voiture...Il était peut-être de meilleure foi que dans son garage...ou pas. Pourquoi souriait-il comme ça ? Que signifiait ce petit rire stupide qui donnait des envies de meurtres à Elena ? Non il n'allait tout de même pas....Avant même que la jeune fille puisse comprendre les allusions de Caleb, elle vit le carton lui « échapper » des mains et s'avança en criant pour tenter tant bien que mal de le rattraper en sachant déjà qu'elle venait de perdre 300€. Mais Caleb la rattrapa au dernier moment. Elena s'apprêtait à lui dire ce qu'elle pensait de lui mais préférait attendre que son armoire soit en sûreté, elle attendrait donc quelques minutes encore avant de le traiter de noms tous plus sympathiques les uns que les autres. Elle n'était pas aussi colérique habituellement et savait parfaitement se contrôler mais bon dieu ! Ce gars avec qui elle s'était disputée quelques jours plus tôt avait failli foutre en l'air 300€ ! Qui serait capable de garder son calme face à quelqu'un comme lui sincèrement ? De plus, le sourire vainqueur qu'il affichait fièrement n'aidait en rien à calmer Elena. Elle n'attendait qu'une chose, qu'il pose cette fichue armoire chez elle et qu'elle puisse enfin lui claquer la porte au nez et tenter de se calmer pour le reste de la journée...Malheureusement Caleb ne voyait visiblement pas les choses de la même façon...Pardon ? Était-il en train d'insinuer qu'il allait mettre les pieds chez elle ? Et qui plus est, de rester ? Non mais pour qui se prenait-il celui la ? Il aurait été aisé pour Elena de le laisser poser l'armoire et de le renvoyer rapidement chez lui...mais puisqu'il jouait le jeu de la provocation, elle aussi pouvait participer. Il voulait rentrer chez elle ? Très bien, elle allait le laisser venir...Elle chercha ses clés dans sa poche et dépassa Caleb, sans rien dire, alla jusqu'à sa porte et ouvrit cette dernière. Elle alluma la lumière à regret, réalisant que sa maison n'était vraiment pas assez meublée et qu'on voyait rapidement qu'elle venait tout juste d'emménager. Le salon n'était composé que d'un canapé, d'une télévision et d'une malheureuse table...et bientôt d'une armoire....enfin elle l'espérait. Elena désigna le salon du doigt à Caleb, le laissant entrer.

      - Mais je vous en prie...rentrez donc. Posez le carton par là...s'il vous plait.


    Le « s'il vous plait » avait eu du mal à sortir mais sa phrase avait été accompagné d'un magnifique sourire provocateur. Que voulait-il encore déjà ? Ha oui, du café.

      - Vous n'avez qu'à vous installer...je vous prépare ce café...mais il ne faudra pas m'en vouloir si je crache dedans.


    Élégant, très élégant Elena. Elle pouvait rester calme mais pas trop tout de même. Malgré tout, elle avait dit ça avec l'un de ses plus beaux sourires qui auraient pu sembler sincère...un peu identiques à ceux de ses voisins qui lui avaient apporté une tarte et ne l'avait pas aidé avec son carton...d'ailleurs en y réfléchissant bien, c'était également un peu de leur faute si elle se retrouvait dans cette situation à présent...Que ses voisins ne comptent pas sur elle s'ils ont un jour besoin d'un service, elle se fera plutôt un malin plaisir à s'asseoir dans son jardin et à les regarder se débrouiller seuls. Elle jeta un rapide coup d'œil à Caleb avant de se diriger vers la cuisine et de préparer son café. Non elle n'avait pas l'intention de cracher réellement dedans mais si lui le croyait...tant mieux. Au moins, elle avait le temps de respirer un peu et d'être tranquille dans la cuisine...enfin le temps de faire un café. D'ailleurs vue les minutes suivantes qui s'annonçaient joyeuses, Elena décida qu'un café ne lui ferait pas de mal non plus. « Deux café ma p'tite dame ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Ven 17 Juil 2009 - 0:10

    Caleb la vit le dépasser pour lui ouvrir. C'est que c'était plus facile que ce qu'il croyait. Devenait-elle aimable ? Cela l'étonnerait fortement, en effet du peu qu'il la connaisse déjà, il avait appris d'elle que c'était difficile qu'elle finisse par déclarer forfait et il ne pensait pas vraiment que ça soit fini. Il suivit la jeune femme à l'intérieur de la maison, alors que le carton commençait tout de même à se faire lourd. En effet, la maison était que très peu meublé, un peu normal qu'elle s'achète la sorte d'armoire qui était dessinée sur le carton. Mais en même temps elle venait seulement d'arriver à Ocean Grove, enfin en tout cas sa première visite au garagiste ne datait que depuis deux semaines et il ne l'avait pas vu avant ça, ni au garage, ni dans le quartier. Il attendit que la jeune femme s'en aille préparer le café – comme il lui avait si bien demandé n'est-ce pas ? Et il posa enfin le carton dans un coin du salon, pas vraiment celui qu'elle lui avait montré, histoire de l'embêter un peu plus et surtout à cause de sa réflexion sur le fait qu'elle allait cracher dans son café. D'ailleurs il ne lui avait rien répondu, il lui avait juste adresser un sourire très hypocrite, histoire qu'elle se rende compte que même si elle urinait dans son café, de toute manière ça ne lui ferait rien. Et puis de toute manière, il s'était attendu à cette éventualité, il savait qu'elle n'allait pas lui faire du café juste pour lui faire du café et de toute manière il ne savait pas encore si il allait goûter une seule goûte de son café. Le jeune Varnham se promena un peu dans le salon regardant un peu autour de lui le... vide. Et pour en rajouter un peu à son caractère très désagréable, il hurla à travers la maison, pour qu'elle l'entende d'où elle était – sûrement dans la cuisine.

      ▬ C'est … très vide !

    Il n'entendit rien de l'autre côté alors il décida de se mettre à la recherche de la demoiselle. Il marcha à travers le salon et se dit que si elle était dans la cuisine, celle-ci ne devait pas vraiment être très loin. Il se dirigea dans le couloir et rentra dans la première salle qu'il rencontra et c'était bien la cuisine. Il rentra et sourit lorsqu'il croisa le regard de la demoiselle qui donnait l'impression qu'elle avait fini son café ou... ses. Il s'approcha vers elle, alors qu'elle prit une grande tasse et qu'elle lui tendit tout en lui adressant un regard plutôt hypocrite, accompagné du célèbre sourire, oui vous voyez ? Celui qu'une femme fait à sa pire ennemie quand elle lui a fait un mauvais coup et qu'elle veut lui faire comprendre... Il lui rendit ce sourire si attentionné et la regarda se retourner vers une seconde tasse. Lorsqu'il la vit comme ça, retourné, il visionna comme une photo la scène qu'il pourrait mettre en place. Avec elle, aujourd'hui c'était comme un jeu, qui serait le plus fou et le plus machiavélique ? Si Caleb devrait voter, ce serait sûrement pour lui qu'il voterai, parce que effectivement peu de gens savaient ce qu'il avait vraiment dans le ventre. Il s'approcha lentement d'elle, tenant son café près de lui, alors qu'elle était toujours retourné. Si une personne extérieure voyait la scène, elle se dirait que ça avait l'air d'une scène tellement sensuelle, le jeune homme s'approchait de la demoiselle, comme pour lui déposer un baiser dans le cou. Mais c'était une scène tellement contrôlée par Caleb, il savait parfaitement ce qu'elle allait faire et ce qu'il allait faire. Lorsqu'il était seulement à quelques centimètres d'elle, elle se retourna enfin, d'un geste assuré mais surtout très rapide, et enfin elle percuta le jeune homme. Tout le café qui était dans la tasse du jeune homme se renversa sur le haut de la jeune femme... Oh ! Comme c'est ballot ! Mais évidemment vous devez vous douter que le jeune homme n'y était pas pour rien à ce TERRIBLE accident. Il toisa le haut tout mouillé de la jeune femme et reporta son attention sur son visage, elle avait l'air complètement surprise, il fit une moue coupable mais la supercherie était bien visible.

      ▬ Oh... qu'est-ce que je suis maladroit... Vraiment... Désolé. dit-il d'un ton plus qu'ironique, et il ajouta par la suite : Enfin, ça m'aura éviter de boire un café au goût de salive. Et à ce moment là, il adopta le même sourire qu'elle lui avait fait lorsqu'elle lui avait donné son verre.

    Il attendit un moment et se recula enfin de la demoiselle, il la toisa à nouveau de bas en haut.

      ▬ Je trouve dommage que vous n'ayez pas choisit un tee-shirt blanc ce matin. Dit-il avec son ton de vainqueur, qu'il avait soudain retrouvé.

    Évidemment il n'avait aucune vraie pensée perverse dans la tête, mais le fait que ELLE, elle le croit, cela l'amusait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Ven 17 Juil 2009 - 10:55

    Ouf, son armoire était toujours entière...enfin elle le serait dès qu'elle aurait réussi à la monter correctement...Tiens, elle pouvait peut-être demander à Caleb s'il avait envie de le faire ? La réponse serait certainement oui...il avait tellement insisté pour l'aider avec ce carton puis pour rentrer chez elle. N'avait-il donc aucun ami pour s'inviter de la sorte ? Ou alors il était tout simplement sans gêne et n'avait rien à faire de sa journée, embêter la voisine lui avait donc paru être une super activité. Bien. Mais Elena était très douée pour relancer la balle et Caleb allait avoir un méchant retour. Alors qu'elle préparait le café, elle entendit le jeune lui crier que sa maison était très vide. « Sans blague, j'étais pas au courant tiens, tu crois que l'armoire elle est là pour rester dans le carton ? ». voilà exactement ce que la jeune fille avait pensé, mais elle s'était bien retenue de dire quoi que ce soit, convaincue que cela ne n'allait faire que plus plaisir à son « invité » de la voir enrager. C'était d'ailleurs ce qu'il cherchait...seul un abruti fini ne l'aurait pas deviné. Une personne sensée d'esprit aurait déjà mis Caleb à la porte depuis un moment ou alors ne l'aurait même pas laissé rentrer ou même porter son carton...il fallait croire qu'Elena n'était pas une personne sensée...De plus, elle devait avouer qu'elle aussi s'ennuyait aujourd'hui et Caleb était une très bonne distraction. Il la cherchait, il allait la trouver. Si Elena pouvait être d'une douceur infinie, d'un calme étonnant et d'une gentillesse à toute épreuve, elle pouvait également devenir la pire des pestes. Quoi qu'il en soit, elle ne répondit rien à Caleb, espérant tout de même qu'il finirait par s'asseoir dans un coin et par se tenir tranquille pour lui laisser un peu de répit. Un gosse...voila ce à quoi il lui faisait penser, un sale gosse, un peu comme ceux qu'on ne supporte pas et qui demande tout le temps « On est bientôt arrivés ? Dis, on est bientôt arrivés ? ». Oui, la comparaison était parfaite, Caleb était un sale gosse. Elena soupira lorsqu'elle entendit les bruits de pas de Caleb, avec un peu de chance, il allait se perdre, ne jamais trouver la cuisine et puis se faire dévorer par les araignées...avec un peu de chance. Mais la jeune fille le vit apparaître derrière elle. Elena n'avait jamais eu beaucoup de chance. Elle le regarda et lui rendit son sourire si hypocrite en lui tendant sa tasse de café. Mince, finalement elle regrettait de ne pas l'avoir aromatisé...saveur « salive d'Elena ». Mais elle devait avouer qu'il savait très bien imiter les sourires hypocrites, aussi bien qu'elle en tout cas. Un ennemi à sa hauteur. Elena ne put s'empêcher de sourire en pensant cela. Bien heureusement, Caleb ne dût pas s'en rendre compte car elle s'était retournée afin de finir de préparer son propre café. Elle jeta un rapide coup d'œil par la fenêtre en face d'elle, en attendant et partit dans ses pensées le temps de quelques secondes...avant de sentir un souffle d'air dans sa nuque. Qu'est-ce qu'il fichait ? Elena ouvrit la bouche pour le lui demander et se retourna en même temps assez brusquement. Alors qu'elle s'apprêtait à parler, elle sentit quelque chose de chaud lui tomber dessus. Il voulait quoi ? La brûler vive ? Elena ouvrit encore plus grand la bouche de stupeur en se rendant compte de la situation, les mains suspendues en l'air et resta immobile quelques instants...Il n'avait tout de même pas osé....Une petite part d'elle espérait vraiment qu'il n'avait pas fait exprès et qu'il ne venait pas de lui bousiller son T-shirt. Mais en relevant la tête pour observer le visage du jeune homme, elle ne pouvait que chasser cette supposition et deviner qu'il avait tout prévu. Elle finit par baisser les bras, en secouant ses bras pour chasser le café qui était dessus et adopta un sourire ironique avant de s'avancer doucement vers Caleb.

      - Maladroit oui...ce n'est pas grave. Je ne t'en veux pas du tout.


    Premièrement...Elena venait de le tutoyer...Oui, après le plan machiavélique qui venait de germer dans sa tête, ils allaient se sentir très proches. Deuxièmement, Elena continua de se rapprocher de Caleb et...le prit dans ses bras, se collant à lui afin de lui tâcher à son tour sa magnifique chemise. Certes, il y avait largement moins de café chez lui étant donné que le T shirt d'Elena -et accessoirement sa peau- avaient déjà tout absorbé...mais comme il avait pris le temps de verser toute la tasse, il y en avait tout de même assez pour que sa chemise soit bonne pour un long lavage. Elena le serra un peu plus dans ses bras et répéta sa dernière phrase...

      - Non je ne t'en veux absolument pas...Et puis de toutes façons il fait un peu chaud nan ? Ce T-shirt était bien trop épais.


    Elle le regarda avec son sourire qu'il devait bien connaître maintenant et il devait probablement s'attendre au pire...ou au moins s'imaginer qu'Elena n'en resterait pas là. Pourquoi aurait-elle eu besoin d'un T-shirt blanc, comme lui même le disait...elle pouvait faire bien mieux ! Effectivement. La jeune fille recula quelque peu et plaça ses mains sur le bas de son T-shirt avant de le faire glisser au dessus de sa tête puis de le poser sur le comptoir et enfin, de se retrouver en soutient-gorge (chouette, un nouveau très sympathique et féminin qu'elle s'était achetée la semaine dernière) devant Caleb puis elle lui adressa un sourire moqueur, moins hypocrites que les précédents car elle se délectait de la situation, de la provocation dont elle venait de faire preuve et de l'air surpris qui avait envahi le visage du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Mer 22 Juil 2009 - 22:24


    Caleb était sous une jouissance totale, s'il aurait pas eu honte de passer pour un idiot, il sauterai partout dans la maison, sinon content de sa propre idée et de la réussite de l'idée. Il avait un sourire qu'il ne pouvait cacher davantage que ce qu'il essayait de faire et même si il essayait de faire passer ça pour un accident, il était vraiment pitre acteur. De plus le visage surpris et décontenancé de la jeune femme devant lui le faisait davantage jubiler. Il la regarda tout d'abord se reprendre, puis l'expression du visage d'Elena changea radicalement et il remarqua qu'elle avait employé le tutoiement pour lui dire qu'elle ne lui en voulait pas du tout. Puis lorsqu'il la vit s'approcher doucement de lui, il commença à reculer en essayant de faire un pas en arrière mais trop tardivement, car Elena l'avait déjà prit dans ses bras. Qu'est-ce que c'était ? Un trop grand besoin d'amour ? Non, c'était pire que ça, il sentit rapidement sur son torse que sa chemise commençait à être humide. « Oh merde... » c'est ce qu'il pensa tout d'abord, il voulut se détacher d'elle mais c'était un vrai pitbull, elle ne lâchait pas sa proie et il ne voulait pas être trop agressif avec elle. De toute manière, si c'était ça son idée pour se venger, c'était bien raté, la chemise qu'il portait était loin d'être sa préférée et puis de toute façon, les café s'en allait complètement au lavage – oui il s'était fait à l'idée d'homme de la maison, lui qui préférait jeter ses habilles et en racheter d'autres plutôt que de les laver quand il était encore célibataire. « Non je ne t'en veux absolument pas...Et puis de toutes façons il fait un peu chaud nan ? Ce T-shirt était bien trop épais. » Lorsqu'il entendit prononcer cette dernière phrase, sa pensée suivante fut « Oh non... » Il remarqua que le coup du câlin n'était pas vraiment son idée, mais plutôt qu'elle préparait autre chose par la suite. Ça avait été une rencontre bizarre d'ailleurs, ils se détestaient mais en même temps ils se chamaillaient comme de vrais frères et sœurs. Lorsqu'il se détacha d'elle, il remarqua évidemment CE sourire qui faisait d'Elena une terrible rivale. Enfin, quand elle finit par enlever son tee-shirt complètement, se retrouvant avec une Elena en soutient gorge, Caleb vu complètement sous le choc. Pendant une longue minute il était resté devant elle, alors qu'elle était toujours en soutient gorge, à le regarder avec défis. Et lui, il restait là, sans bouger, les yeux river sur elle – ou plutôt sur sa poitrine, mais il n'y a pas vraiment besoin de préciser. Au bout d'un moment, sa mâchoire ne tenait même plus et la bouche de Caleb s'ouvrit automatiquement, sous le choc. Il était complètement bouche bée parce qu'elle venait de faire. Son air béat disparu radicalement lorsqu'il reprit enfin ses esprits.

      ▬ Mais t'es malade ?

    De son côté, sans vraiment s'en rendre compte et sous le choc, il n'avait plus tenu à la vouvoyer, de toute façon, le vouvoiement n'était plus vraiment de rigueur après cette situation là. Il fit un signe négatif et rapide de la tête et commença à chercher tout seul quelque chose dans la cuisine. Il attrapa un torchon et le jeta à la figure d'Elena sans la regarder, sans vraiment savoir pourquoi il se sentait soudain mal à l'aise de la voir dans cette accoutrement là, d'habitude il aurait rit, il aurait eu une réaction plus cool, même si ça aurait été une femme qu'il ne connaissait pas, mais étrangement le jeune homme se sentait coupable, autant pour Bonnie que pour Elena. Il jeta un coup d'œil vers la jeune femme, toujours avec son sourire et qui n'avait pas décidé de se cacher avec le torchon, alors Caleb attrapa le torchon et commença à le tendre devant la jeune femme, en regardant ailleurs qu'en sa direction. Sachant que ça n'était pas assez, il je ta le torchon, attrapa soudainement le tee-shirt par terre, l'écarta pour essayer de le faire enfiler à Elena, évidemment elle n'était pas d'accord.

      ▬ Mais... enfile ça... dépêche toi... dit-il avait difficulté alors qu'il se battait avec Elena pour lui faire mettre le tee-shirt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Sam 25 Juil 2009 - 1:17

    Elena tentait tant bien que mal de rester sérieuse -sans pour autant quitter son sourire triomphale- mais une irrépressible envie de rire l'avait prise lorsqu'elle observa la réaction de Caleb. Il avait eu un blanc magnifique avant de réaliser ce qu'elle venait de faire et d'ouvrir sa bouche en grand. Néanmoins, à part un léger rire, la jeune fille ne fit rien d'autre et attendit la suite, comme au cinéma...elle avait vraiment l'impression d'être devant un film et d'être en même temps au milieu de l'action. Mais qu'allait donc faire l'un de nos personnages principal ? Vous ne le saurez pas dans le prochain épisode mais plutôt d'ici quelques secondes...Elena attendit donc, en gardant son sourire vainqueur aux lèvres. Caleb était vraiment comique ainsi bien que son regard soit rivé sur une certaine partie du corps d'Elena...enfin bon, c'était humain ? Enfin une réaction très masculine tout du moins...et à quoi d'autre aurait-elle pu s'attendre en faisant cela ? De toutes manières, Elena se fichait bien de ce qui allait se passer, elle était simplement heureuse d'avoir gagné une manche et d'avoir provoqué cette réaction...outrée chez Caleb. Il ne la croyait sûrement pas aussi...dévergondée ? Elle était simplement une ennemie à sa hauteur, rien d'autre, n'allez pas la considérer comme une exhibitionniste, Elena ne se déshabillait pas devant des inconnus -faisons abstraction des fois où elle boit trop-. Lorsque Caleb reprit ses esprits, ce fut l'apothéose pour la jeune fille, l'apogée de tout ça...Il paraissait totalement perdu et ne contrôlait pas ses gestes, cherchant à tout prix à lui faire enfiler quelque chose. « Mais t'es malade ? » Elena sourit de plus bel.

      - Non je vais très bien merci de t'en inquiéter. Et toi ça va ? Tu as l'air un peu bizarre...


    Elena s'assit sur le comptoir, les mains posées de chaque côté de ses cuisses et regarda la suite du film, à savoir Caleb en train de s'affairer à contrôler une panique grandissante. Il lui balança un torchon dessus qu'Elena s'empressa de mettre de côté. Elle se délectait de tout ça. L'arroseur arrosé, au sens propre du terme...puisque Caleb était en train de chercher une solution tout taché de café qu'il était. Il finit par reprendre le torchon et tenta de la cacher avec, regardant dans n'importe quelle direction tant qu'il ne croisait pas son regard puis il s'affaira ensuite à lui faire enfiler son T-shirt. Alors là, il n'avait aucune chance, d'une part parce que la scène plaisait parfaitement à la jeune fille ainsi et d'autre part parce que IL avait taché son T-shirt puis ce dernier avait trainé par terre. Allez, Elena allait arrêter le supplice de Caleb, il commençait à devenir agaçant et un peu agressif à vouloir absolument lui faire enfiler son T-shirt. Elle descendit donc de son comptoir et se plaça face à Caleb, le regardant...d'en bas, elle était plus petite que lui bien évidemment. Son sourire devint plus sympathique que sarcastique, plus gentil, plus vrai, l'air de dire « égalité ? ». Elle déposa un bisou sur la joue du jeune homme...sans raison apparente, ni pour le narguer cette fois-ci, simplement parce qu'elle en avait envie. Puis elle passa à côté de lui en le frôlant -cette fois-ci par légère provocation- et monta à l'étage pour se changer. Elle resta 15 bonnes minutes en haut afin de faire patienter Caleb et de lui rendre encore une fois la monnaie de sa pièce. Mais 15 minutes, ça n'était pas non plus la mort...ce coup là était beaucoup plus gentil que le précédent. Puis elle redescendit habillée d'un simple T-shirt assez long, lui arrivant au dessus des genoux. On pourrait croire qu'Elena n'était pas tellement plus vêtue qu'avant et en un sens c'était le cas puisqu'elle ne portait que cela mais l'habit devait être suffisant pour mettre le jeune homme plus à l'aise puisqu'il couvrait tout de même une bonne partie de son corps...De plus Elena s'habillait souvent comme cela lorsqu'elle était chez elle, tout simplement parce qu'elle se sentait bien dedans...et elle n'allait sûrement pas changé ses habitudes pour Caleb. Elle passa devant la cuisine, prit sa tasse de café qui était toujours intacte -elle- et lança un sourire -oh ? Sincère !- au jeune homme avant de se diriger vers le salon et de s'installer dans le canapé, en tailleur. Le jeune homme allait probablement la suivre...ou pas, et puis après tout il faisait ce qu'il voulait...même s'il était chez elle...Et peut-être qu'après tout cela il allait partir...Elena était déjà étonnée qu'il soit encore là et qu'il ne se soit pas enfui en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Mar 28 Juil 2009 - 3:26


    Il fallait l'avouer, la jeune femme savait jouer des nerfs de Caleb. Il ne voulait aucunement que quelqu'un le trouve dans cette position avec Elena, il avait déjà fait trop d'erreurs depuis qu'il était arrivé au quartier. Le baiser avec Tammy Hunkerfield n'était pas à éloigner. Bonnie n'était pas au courant de cette scène – ou pas encore, mais il savait qu'il fallait que quelqu'un ouvre sa bouche pour que Bonnie soit au courant. Si en plus de ça, quelqu'un venait à dire qu'il avait trouver Caleb dans la cuisine d'une voisine et que cette voisine en question n'était habillée que d'un soutient gorge. Le jeune homme essayait toujours de rhabiller sa voisine qui s'obstinait à ne pas s'habiller, il restèrent de longues secondes à se chamailler comme des enfants avant qu'Elena décide enfin d'y mettre fin. Il la regarda se lever du plan de travail pour se rapprocher rapidement et dangereusement de lui pour enfin, sans qu'il ait eu le temps de bouger, elle ait enfin déposé un baiser sur sa joue. Il fut tout d'abord, surpris, un peu pétrifié, à quoi elle jouait là ? Ils devaient être les pires ennemis du monde, c'était écrit dans le script. Elle changeait complètement les règles du jeu et son sourire sincère en rajoutait un peu trop. Quand il reprit ses esprits, elle n'était plus là, il n'avait même pas remarqué qu'elle était partit, il ne savait pas vraiment que faire à présent. Elle ne savait peut-être pas qu'il était déjà avec quelqu'un ? Ou était-ce seulement un geste d'amitié, peut-être était-ce encore un de ces coups qu'ils se faisaient depuis qu'il se connaissaient, mais merde C'ETAIT QUOI ÇA ? Il ne savait vraiment que faire, s'il devait s'en aller ou s'expliquer avec elle, lui demander ce que ça voulait dire, lui dire que ça ne pouvait plus recommencer, lui dire de rester loin de lui pour toujours et de trouver un autre garagiste, lui dire de louer quelqu'un la prochaine fois pour l'aider à rentrer un de ses meubles lui dire ne plus jamais refaire ça avec un inconnu. Bien oui... c'était un inconnu, faisait-elle ça avec tous les inconnus ? Pourquoi cela importait tant à Caleb de le savoir ? Qu'est-ce qui s'était installé comme sentiment entre les deux gens ? Caleb prit une chaise haute et s'installa, il s'accouda contre le plan de travail et mit sa tête entre ses mains. Il croyait avoir trouvé ce qui clochait entre les deux jeunes gens. Il la considérait comme une personne à protéger et en même temps il appréciait tellement l'enquiquiner et l'embêter un peu, comme de vrais enfants. Comme un frère le fait avec sa petite sœur. C'était sûrement impossible parce qu'il l'avait vu combien de fois ? Une, deux fois. C'était tellement peu que Caleb ne voulait pas vraiment y croire, mais c'était un peu ce qu'il ressentait. Il s'était plongé dans ses interrogations, les contredisait les unes après les autres. Il leva enfin la tête lorsqu'il la vit revenir, elle s'était complètement changé et du côté de Caleb, pour ne pas changer il fit son rabat-joie et leva les yeux au ciel. Il ne savait pas pourquoi il était resté dans la cuisine, il ne savait pas pourquoi il était toujours là. Il l'observa prendre son café, avec ce sourire toujours aussi sincère, peut-être était-elle une bonne actrice ? Il la laissa s'en aller et il resta un moment encore seul, dans la cuisine. Quelle décision devait-il prendre à présent ? Il prit la décision qu'il fallait et se leva de son siège, il la rejoignit dans le salon et la vit déjà installée sur le canapé. A son tour, il alla s'assoir sur l'accoudoir du canapé de mademoiselle. D'ailleurs, est-ce qu'elle vivait seule ici ? Pourquoi avait-elle une si grande maison toute seule ? Il porta enfin son attention sur elle, après avoir observé à nouveau la salle, puis remarqué que le meuble était toujours dans son carton.

      ▬ Tu crois que tu vas réussir à déballer ça toute seule ? Demanda-t-il d'un ton détaché.

    Voilà, s'il ne l'aidait pas à déballer son meuble, il ne voyait plus vraiment ce qu'il avait encore à faire chez elle. Après tout, ils étaient ennemis non ? Ou quelque chose dans ce genre, enfin il ne devait pas s'apprécier. Mais c'était pas pour ça qu'il ne pourrait pas l'aider à faire quelque chose dont il était sûr qu'elle ne puisse le faire toute seule – oui, comme les hommes sont machos, et en même temps, c'était le seul moyen de parler un peu de ce qu'il s'était passé quelques minutes auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Mar 25 Aoû 2009 - 16:19

    Elena buvait son café tranquillement en fixant le mur en face d'elle, songeuse. Il fallait vraiment qu'elle trouve des posters, des tableaux, des photos, n'importe quoi pour décorer sa maison...c'était vraiment trop vide pour elle, et une armoire de plus n'allait sûrement pas combler ce vide. Elle oublia un court instant qu'elle avait un invité chez elle actuellement -ou plutôt un parasite non ? Elle ne l'avait pas vraiment invité à entrer...- De plus, Caleb ne se manifestait pas. Il devait sûrement être plongé dans de grandes réflexions dans la cuisine d'Elena. Des réflexions qui donnaient sûrement quelque chose comme « Comment je suis arrivé là ? Elle est complètement malade cette fille...Est-ce que je passe par la fenêtre ou je suis vraiment obligé de repasser devant elle pour accéder à la porte et sortir de cette maison de fou ? » ...Oui, cela devait à priori donner ça...du moins c'est ce que la jeune fille s'imaginait. Elena se souvint brusquement du jeune homme lorsqu'elle entendit des bruits de pas et le vit réapparaître dans son salon puis s'installer sur l'accoudoir à côté d'elle. Tiens, il n'avait pas choisi de s'enfuir en courant finalement. Étonnant. Remarquable Varnham ! Elena prit tout d'abord cela comme un piège, elle attendait la suite...la revanche de Caleb...mais il n'en fit rien. Du moins pas pour le moment. Et le silence s'installa entre les deux jeune gens sans pour autant que cela semble les déranger. Il fallait dire que la dernière demi-heure avait été assez agitée...alors une trêve ne leur faisait pas de mal. Et puis Elena en avait un peu marre de jouer avec le jeune homme...enfin à cet instant précis...peut-être que plus tard elle trouverait un nouveau moyen de le rendre fou et de faire en sorte qu'il tente vraiment de s'échapper par la fenêtre...Si c'était le cas, il fallait qu'elle pense à sortir son appareil photo rapidement, voilà qui ferait très bien accroché sur son mur. Néanmoins, le petit jeu d'Elena était loin d'être méchant, elle appréciait vraiment Caleb de plus en plus. Il avait une forte personnalité, comme elle et ne se laissait pas marcher sur les pieds. Il avait du caractère, ce qui la changeait sincèrement de toutes les autres personnes qu'elle avait rencontré jusqu'à présent. Comme quoi, il y avait des exceptions ! Et quelle exception d'ailleurs ! Non seulement Caleb avait du caractère mais de plus il était loin d'être repoussant. Une idée en amenant une autre, Elena se demanda un instant s'il avait une petite amie...ou peut-être une femme ? Puis elle repensa à son attitude de tout à l'heure...si quelqu'un l'avait vu se déshabiller devant lui, les potins allaient vite faire le tour du quartier...Elena s'en fichait bien puisqu'elle même était célibataire mais lui...Bon, elle s'excuserait en temps voulu si tel était le cas mais ils sont jeunes, ils ont encore le droit de s'amuser ! Et puis Caleb l'avait mérité...donc finalement non, il n'y avait aucune raison qu'elle s'excuse. Et puis pourquoi donc continuait-elle à penser à tout cela ? Toutes ses pensées tournaient autour du jeune homme, elle visualisait même l'avenir alors que pour le moment il était bel et bien présent à côté d'elle. Elle sursauta légèrement lorsqu'elle entendit la voix du jeune homme qui la sortit définitivement de ses rêveries. Elle esquissa un sourire avant de poser sa tasse de café sur la table et de se lever. Elle se dirigea vers une machine qui ressemblait à une stéréo assez ancienne et une musique démarra...: You're Beautiful, James Blunt. Elle n'aimait pas plus que ça ce chanteur mais elle devait admettre que cette chanson était magnifique. Elena attacha ses cheveux en une queue de cheval négligée et retourna vers Caleb, toujours son sourire aux lèvres et le prit par la main pour l'obliger à se lever.

      - Probablement pas. Mais pour le moment je n'ai pas envie de déballer quoi que ce soit...


    Déballer ce meuble n'était pas une priorité après tout, elle pourrait bien le faire plus tard...évidemment elle n'y arriverait jamais toute seule mais puisque Caleb semblait se proposer pour l'aider...Mais comme elle l'avait dit, pour le moment, elle n'en avait pas envie (si l'on pouvait éviter de faire plus de choses simplement par « un manque d'envie », la vie serait beaucoup plus facile...enfin en l'occurrence, Elena pouvait se le permettre à cet instant puisque monter un meuble n'était pas vital). Une fois le jeune homme debout, elle passa ses mains autour de sa nuque et rit un instant, trouvant la situation tout de même assez comique...Caleb et Elena étaient prêts s'étriper il y a à peine quelques minutes et maintenant elle lui proposait de danser. La jeune fille était assez spéciale dans son genre...mais pour une fois elle ne s'était pas compliquée la vie et avait décider de danser...parce qu'elle le voulait, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb) Mer 2 Sep 2009 - 1:21


    Caleb se sentait de trop dans cette maison vide. Mais comme un meuble impossible à déplacer, il avait du mal à sortir de celle-ci, comme si il attendait encore quelque chose de cette journée ou comme si il attendait toujours quelque chose de cette jeune femme qu'il connaissait à peine. Pourtant elle lui en avait donné bien assez normalement, assez pour qu'un homme s'enfuit ou en demande plus. Mais lui était tout à fait différent. Il ne pensait pas toujours à ce que pense un homme d'habitude. Une certaine façon de penser, se disant qu'un homme et une femme ont le droit de rester dans une même salle sans rien faire de plus que déballer un meuble. C'était un peu pour ça qu'il avait proposé de l'aider, il voulait changer un peu ces façons de penser unanimes mais il savait que c'était impossible. Il la regarda enfin lorsqu'elle posa sa tasse sur la table basse, il la suivit du regard et remarqua la stéréo de laquelle une musique commença. Une musique douce, de slow. Caleb n'était pas un expert en musique mais cette chanson était assez connue, il ne se rappellait pas du titre de la chanson mais il savait que le chanteur s'appelait James Blunt, à force d'avoir vu son clip sur les chaines musicales. Le jeune garagiste fronça les sourcils, peut-être qu'elle aimait travailler en écoutant de musique ? ça n'était pas le genre de musique de Caleb mais il appréciait celle-ci. Il suivait du regard chacun de ses gestes, chacun de ses mouvements, jusqu'à ce qu'elle s'approche assez de lui pour le prendre par la main et l'emmener au milieu de la salle. Elle faisait quoi là ? Cette fille était complètement imprévisible, il n'avait pas envie de faire une erreur de plus dans son palmaresse alors il attendit de voir ce qu'elle allait proposer. « Probablement pas. Mais pour le moment je n'ai pas envie de déballer quoi que ce soit... » Donc... ça, ça voulait dire qu'elle ne voulait rien déballer. D'accord alors qu'est-ce qu'elle voulait faire à part l'emmener au milieu de la salle... pour rien, ou presque. Il se planta tout droit au milieu de la salle lorsqu'elle s'arrêta puis se mit face à elle, à nouveau il se demanda qu'est-ce qu'elle avait en tête à cet instant ? Ce n'est seulement lorsqu'elle passa ses mains autour de son cou que Caleb fit un mouvement de recul, mais elle n'avait pas l'air de s'en soucier. Elle n'en faisait qu'à sa tête c'est clair ! Parfois il appréciait, mais parfois ça l'irritait vraiment. A quoi est-ce qu'elle jouait ? Ils ne se connaissaient que depuis même pas une heure - sans compter la rencontre au garage car on ne peut pas appeler ça une connaissance, et elle se permettait de faire ça. Elle ne savait même pas si il était avec quelqu'un ou pas. Caleb fit un signe négatif de la tête, croyant qu'elle allait l'embrasser puis commença à parler pour rétorquer cette idée et lui dire qu'il était déjà avec quelqu'un.

    « Hmm... Je... » Caleb s'arrêta avant de continuer sa phrase quand elle commença à se balancer de gauche à droite, sur le rythme de la musique. Caleb fronça les sourcils, il ne pensait pas à ça... danser. Ce n'était pas une chose qu'il faisait souvent, en fait il ne le faisait jamais. Il ne savait même pas danser, il faisait toujours des gaffes quand il le faisait - les rares fois où il l'avait fait, mais le pire c'est qu'il se ridiculisait toujours, toujours. Il y avait juste à raconter quelques anecdotes de son adolescence - car après les booms de quatorze ans il avait complètement arrêté de se ridiculiser. Il fut gêné, elle voulait danser, ce n'était pas sa petite amie et en plus il avait peur de provoquer à nouveau des accidents en dansant. Car oui, même si un vase était à l'autre bout de la salle, il serait possible qu'inconsciemment il se dirige vers celui-ci et le fasse tomber et même si la salle était pratiquement vide, il avait peur des dégâts. Alors pour finir sa phrase, il reprit le même ton méfiant. « Je ne sais pas danser... » Cette phrase sonna révélatrice sortant de sa bouche et il recula d'un pas de la demoiselle qui s'était déjà mise dans l'ambiance. Mais connaissant la demoiselle seulement depuis une heure, il savait qu'elle n'allait pas abandonner si elle le voulait vraiment et il avait raison. Le regard d'Elena l'éléctrisa et quand elle fit un pas en avant pour revenir à la hauteur de Caleb, il ne recula plus. A nouveau elle repassa ses bras autour de son cou, mais d'une façon plus ferme montrant qu'elle était bien décidée à le faire danser. Il pensa à Bonnie, avec qui il n'avait jamais danser. C'était dommage mais ils n'en n'avaient vraiment jamais eu l'occasion et en plus de ça Bonnie connaissait les craintes de Caleb au sujet de cela. Il pensait que si il apprenait avec Elena, il pourrait lui offrir un jour la possibilité de danser avec lui. Il se laissa faire alors par Elena qui l'emmenait sur le rythme, à nouveau. Malgré les efforts de la jeune femme, Caleb avait toujours eu du mal pour le rythme. Allant toujours plus vite que la musique, il ne regardait même pas en direction d'Elena mais surtout il regardait par terre, ses pieds. Il ne savait même pas qu'il fallait qu'il pose ses mains sur ses hanches, ou peut-ête le savait-il mais le stress lui avait complètement retiré de sa tête. Il était complètement stressé et contracté. Il trébucha sur le pied d'Elena et reporta son attention sur son visage, d'un air désolé. « J'espère que tu as les pieds solides... » Cette remarque se voulait comique mais il était tellement contracté qu'aucun sourire ne s'afficha sur son visage, seulement un rictus. Il se détacha rapidement à nouveau d'Elena, s'écarta de quelques pas et retira ses chaussures. Il revint vers la jeune femme et à nouveau il se planta comme un piquet devant elle. Il avait rêglé un problème, il fallait maintenant qu'elle lui apprenne quelques petites astuces.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: (famille Johnson) My beloved enemy (Caleb)

Revenir en haut Aller en bas
 

(famille Johnson) My beloved enemy (Caleb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-