AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1666. BLYTHE SHELDON HOUSE. | Rhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: N°1666. BLYTHE SHELDON HOUSE. | Rhys Lun 20 Juil 2009 - 14:58


Champaign For My Real Friends,
Real Pain For My Sham Friends


FIN DE SOIREE A UNE MAISON DE LA.


    Le hic avec les soi-disants amis, c'est qu'on est toujours obligé de jouer le mauvais rôle face à eux. Obligés d'être intéressés par leurs passions stupides, obligés de se sentir engagés par ce lien idiot qui n'a aucun sens pour nous du " je te rends service parce que tu es mon ami ". Forcés de toujours dire oui, même quand on pense furieusement à un non. L'amitié non-réciproque est sur certains points, pire qu'une histoire d'amouroù l'un aime plus que l'autre. Parce qu'une histoire d'amour est plus simple à arrêter qu'une amitié fausse.

    Ce soir, Tammy Hunkerfield faisait les frais de son hypocrisie avec les autres. A la base, pourtant, tout promettait de bien commencer. Un appel à la fin du boulot lui annonçait la chouette nouvelle : ce soir, une petite sauterie aurait lieu à Apple Road chez un des nombreux contacts dont elle connaissait à peine le nom et le visage, mais qui avait toujours le don d'occuper merveilleusement bien ses soirées. Chacun ramenait les boissons et les "amuses-bouches", pour le reste, la nuit ferait son office. Faisant donc un petit détour pour acheter quelques bouteilles, la rouquine était ensuite retournée à son nouveau chez-soi, profitant de l'absence de son colocataire pour passer un temps infini et déraisonnable sous la douche et dans la salle de bains. Peu importe, la facture d'eau en subirait le slourdes conséquences, mais ca n'était pas si grave après tout. Ressortant aux alentours de 21 heures 30 de chez elle, la jeune demoiselle avait sauté dans sa voiture, jean et chemisier légèrement ouvert enfilés et maquillage achevé. Roulant à une vitesse excessive pour ne pas accumuler le retard qu'elle avait déjà, Tammy profita du vent s'engouffrant dans ses cheveux sans soupçonner un seul instant du désastre qui l'attendait. Car à peine la porte poussée, la jeune femme crut s'être trompée : personne dans la maison de cette "amie", une idiote peroxydée, fille facile de surcroît et incroyablement bête. Le plus effrayant ne fut pas d'apprendre qu'il n'y avait pas de fête, mais qu'elles allaient juste passer une soirée tranquille entre "copines, hihi !" pour discuter autour d'un peu d'alcool ... Et avec un cerf-volant. Le concept du cerf-volant et de l'amusement qu'il était sensé provoquer échappa clairement à Tammy, qui au bout de dix minutes, en avait déjà marre de s'amuser à faire tournoyer un bout de tissu idiot et de démêler les noeuds dans les fils.

    Avachie dans le transat dans le jardin, Tammy se noyait donc à petit feu dans l'alcool pour oublier son désespoir face au tragique de la situation. Hochant à peine la tête tandis qu'elle avalait une énième gorgée de son sixième ou septième verre de vodka, la rouquine poussa un soupir agacé en constatant que cette imbécile avait réussi un tour de force peu commun en envoyant le cerf-volant de l'autre côté de la haie, chez le voisin. Profitant de cette bourde pour se décider à en finir avec cette soirée des plus piégeuses, la rouquine lança à sa camarade de jeu qu'elle allait le chercher. Et bien qu'elle eut un léger vertige en se levant si brusquement - la vodka et les mélanges commençaient à se faire sentir dans l'organisme -, la rouquine s'élança agilement pour échapper à la menace "Cerf-volant".

    Cependant Tammy aurait du réfléchir à deux fois avant de sonner vivement à la porte de la maison voisine pour récupérer son dû. Ou au moins, regarder qui étaient les fameux voisins. Ca lui aurait sûrement évité de constater à la dernière minute qu'elle allait se retrouver, quelque peu émêchée, devant un des Blythe pour demander s'ils n'avaient pas trouvé un cerf-volant qui avait maladroitement atterri chez eux. Le sentiment habituel de honte qui aurait du quelque peu envahir notre rouquine ne se fit même pas sentir : elle s'en foutait pas mal, et puis il y avait toujours moyen de pourrir la soirée des voisins au lieu que la sienne le soit.

    Sur ces joyeuses pensées, la porte s'ouvrit, et sans attendre, Tam' débita d'un ton indifférent des paroles qu'elle semblait avoir apprises.

    ▬ J'viens récupérer le truc débile nommé cerf-volant qui s'est incrusté dans ton jardin. Je peux rentrer ou je suis interdite de séjour de plus d'une minute ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1666. BLYTHE SHELDON HOUSE. | Rhys Jeu 30 Juil 2009 - 13:54

    De l'autre côté de la barrière, le numéro 1666 ne connaissait pas du tout le même genre de soirée. A vrai dire, il ne connaissait aucune soirée en particulier : le calme qui y régnait avait de quoi susciter des soupçons tellement il était parfait. En effet, il suffit de connaître un tantinet les habitants de cette demeure pour savoir que le silence n'est pas exactement leur ami : les Blythe sont des adeptes des cris, de la musique trop forte, des invités en tout genre et surtout, des aboiements – du chien, je précise. On aurait pu croire alors que la maison était vide de ses propriétaires mais une lumière chatoyait derrière les rideaux du rez-de-chaussé et anéantissait cette possibilité. Il y avait bien quelqu'un au numéro 1666 Apple Road et, d'après l'emplacement de la luminosité, la personne était dans la salle de séjour.
    C'était Rhys. L'étudiant se matait un match de football américain – une rediffusion de la saison dernière mais forte en actions grandioses – avachit sur le sofa principal, affublé d'un t-shirt usé et d'un short large lui arrivant jusqu'au genou. Les pieds en éventails sur la table basse, il ne se penchait vers cette dernière que bien trop souvent pour attraper son énième canette de bière fraîche de la soirée. Il n'était pas particulièrement du genre à se saouler la gueule tout seul, une fois la nuit tombée, mais la monotonie de sa soirée et la garantie de n'avoir rien de mieux à faire avant d'aller se coucher, lui donnait bien le droit de s'accorder une nuit de total laisser-aller : tant pis s'il le regretterait au petit matin.
    Victoria Blythe était une fois de plus de sortie : officiellement pour passer la soirée chez son amie Lullaby mais son frère soupçonnait fortement qu'elle ne se soit en douce dérobée pour aller rejoindre un certain Dakota ou pire encore, Neal Rowlands. A la simple pensée de ce jeune homme, le poing de Rhys s'était crispé contre sa canette et il dut bien remercier le fait qu'elle soit déjà pratiquement vide sinon il aurait eu l'honneur de se gicler en pleine figure le liquide mousseux. Quant à Maât, son lieu de résidence pour la nuit n'était pas un mystère : il passait très probablement sa soirée avec son cher et tendre Scott Matthews dans un hôtel cinq étoiles de Miami. Naturellement alors, lorsque l'on vint sonner à la porte, personne d'autre que Rhys n'était disposé à aller voir de quoi il s'agissait. Grimaçant et restant trois bonnes minutes immobile, espérant que la personne non-invitée se découragerait, Rhys dut quand même se faire violence et se lever de son canapé. Il avait l'esprit embrumé et la fatigue avait commencé à l'engourdir ; ainsi, lorsqu'il se déplaça jusqu'à l'entrée de la demeure, se fut d'une démarche maladroite et lente. Une fois arrivé, il resta un instant la main posée sur la poignée sans vouloir l'actionner : une voix derrière la porte venait de s'adresser à lui et il ne tarda pas à la reconnaître malgré son état. Il s'agissait de Tammy Hunkerfield, il en mettrait sa main au feu. Mécontent de cette visite, il leva les yeux au ciel, ne comprenant strictement rien à ce qu'elle essayait de lui communiquer. Que faisait-elle à parler d'un cerf-volant ? Sans doute était-ce le nom d'une nouvelle drogue dure expérimentale, qui sait … Soupirant et soupçonnant qu'il serait mal vu par les voisins que de la laisser gueuler toute la nuit sur le perron, Rhys ouvrit finalement la porte d'un tiers seulement. Il dévisagea alors la jeune femme et fronça les sourcils, n'affichant aucun signe de plaisir à la voir ici. Après tout il ne faisait qu'être sincère : il était loin d'être ravi de la savoir chez lui.

      « Un cerf-volant, n'est-ce pas mignon. Même si je ne te crois pas, je vais faire l'effort de le prétendre.
      Mon jardin n'est pas dans ma maison, aux dernières nouvelles … Mais t'as l'autorisation de passer par l'extérieur, tu vois le petit espace sur les côtés ? Contourne, je te retrouve de l'autre côté. »


    Sans lui laisser le temps de protester, de l'envoyer au diable ou de lui tirer sa tête de femme choquée, Rhys lui claqua la porte au nez et traversa, d'un pas ennuyé le rez-de-chaussé afin de se rendre de l'autre côté de la maison, côté jardin. Il ignorait ce que Tammy allait réellement y faire mais il se promettait déjà de la démolir si elle touchait au moindre nain de jardin. Tirant la baie vitrée, Rhys sortit enfin à l'air libre et regarda autour de lui, soupçonneux, à la recherche de la tignasse rousse.


Dernière édition par Rhys Blythe le Sam 8 Aoû 2009 - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1666. BLYTHE SHELDON HOUSE. | Rhys Jeu 30 Juil 2009 - 21:29

    Prenant une voix faussement veloutée en demeurant audible pour tous, la jeune demoiselle lui jeta un regard ironique et le sourire qui allait avec en voyant avec quelle méfiance Rhys l'accueillait - certes ils ne pouvaient pas se piffrer, mais quand même, le prétexte était trop stupide pour qu'il soit faux -.

    ▬ C'est suuupeeeer gentil, Rhys. T'es un ange.

    Elle se payait largement sa tête, mais de toute manière, ce n'était pas bien gênant, elle avait juste quelques facilités à le faire plus rapidement et sans s'en soucier à cause de l'alcool ingurgité. Se reculant de la porte qui resta quasiment close pendant tout le temps de sa tirade, la rouquine descendit les marches du perron de la maison non sans se sentir légèrement nauséeuse, et contourna les buissons fleuris pour filer vers le tout petit chemin qui menait à l'étendue d'herbe verdoyante où trônaient sûrement un ou deux transats, des massifs de fleurs et un salon de jardin ... Avec des tas de bières partout, et un Rhys qui ronflerait, affalé dans la haie du voisin. Riant toute seule pendant au moins une bonne minute tandis qu'elle mettait les pieds dans le jardin Blythien, la rouquine toussota pour se remettre les idées en place - ce qui n'eut clairement pas d'effet - et chercha du regard cette merde en tissu qu'elle avait paumée.

    ▬ Rhys, on peut pas faire la paix cinq minutes... Non même pas, dix secondes pour que tu m'aides à chercher ce truc ? Je sais pas où il est parti.. Parce que certes je n'ai pas la tête à faire du cerf-volant mais l'écervelée de l'autre côté de la palissade, si. Donc c'est pas pour moi, c'est pour elle. Rassurééé ?

    Car en effet elle ne voyait guère à terre d'objet volant identifié comme tel. Le jardin semblait propre et bien ordonné, fraîchement tondu, mais rien ne laissait sous-entendre l'existence d'un tel objet qui aurait pu s'égarer là et faire un dégat quelconque.

    Dans un long soupir suggestif - qui trahit autant son état d'ébriété que son agacement face à cette pétasse d'amie qui paumait ses joujoux chez les Blythe -, la jeune demoiselle se tordit le cou, laissant sa tête en arrière un instant en profitant du souffle du vent frais pour tenter vainement de s'éveiller de sa torpeur alcoolique. Ce fut également en levant la tête vers le ciel de désespoir que la rouquine constata sans même s'effrayer ou s'étonner, ou même se lamenter, que le cerf-volant était actuellement planté en hauteur dans un arbre. Ce qui laissait bien sûr supposer qu'il allait y avoir besoin d'une échelle, d'agilité et de beaucoup beaucoup de patience.

    Pointant du doigt sa trouvaille à Rhys, la jeune femme lui jeta un regard, l'interpellant de manière délicate et typiquement Tammyienne.

    ▬ Eh, Saint Rhys, faudrait que tu sortes l'échelle des pompiers, c'est parti là-haut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1666. BLYTHE SHELDON HOUSE. | Rhys Sam 8 Aoû 2009 - 15:01

    Ce fut la toux de Tammy qui fit enfin comprendre à Rhys où elle se trouvait. Elle avait finalement très bien trouvé le chemin seule et le jeune homme se félicitait donc de ne pas l'avoir invité à passer par l'intérieur : c'était inutile de prendre le risque qu'elle squatte la salle de séjour puisqu'elle savait parfaitement raser les murs pour rejoindre le jardin – puisque c'était là qu'elle souhaitait se rendre, n'est-ce pas ? Rhys s'avança vers le milieu de la pelouse et observa la jeune femme faire son petit numéro et lui demander s'il était possible qu'ils fassent équipe durant cinq minutes, mettant de côté leur rancœur réciproque, pour dénicher ce fameux « cerf-volant » (toujours hors de vue, il fallait le préciser, de quoi ne pas soulager les doutes de Rhys quant à la réelle existence de cet objet volant). Il la regarda avec un très fort scepticisme dans le regard quand elle lui assura que le cerf-volant ne lui appartenait pas mais était celui de son « amie ». Ben bien sûr ! Une amie qui s'appelle E.T. Et qui cherche à rappeler sa maison aussi … Cependant, il réussit à hocher sensiblement la tête pour lui faire comprendre que ça lui était totalement égale : il pouvait s'agir du sien que cela n'aurait strictement rien changé à ses yeux : Tammy était une allumée et une allumeuse, donc qu'elle soit en plus une attardée, ça ne lui apportait pas grand chose.

      « Ouais ouais, comme tu veux. Du moment que tu retrouves ton joujou et que tu me fiches la paix, c'est tout ce que je te demande. »


    Rhys, et malgré que les consignes de la jeune femme furent de l'aider à chercher où s'était égaré le cerf-volant, opta plutôt pour aller poser ses fesses sur l'un des transats disposés à quelques mètres d'eux. Il se mit même à étirer ses jambes devant lui et poussa un bâillement en regardant d'un œil divertit Tammy fouiner avec plus ou moins de réussite. Elle semblait elle aussi bien « wasted » et l'étudiant aurait pu avoir pitié d'elle et lui venir réellement en aide mais il fallait avouer qu'être assit lui plaisait vraiment beaucoup. Il ne feignit même pas de chercher – il se trouvait déjà bien assez sympa de la laisser venir dans son jardin alors bon, il ne fallait pas non plus trop le pousser. Quelques instants plus tard, alors qu'il était en train se masser le front en fixant l'herbe entre ses pieds, il entendit Tammy qui s'adressait de nouveau à lui et d'un air brusque. Grimaçant, il leva les yeux sur elle et suivit la direction que lui indiquait son index. Ah ouais, finalement, ce cerf-volant existait … Mais loin d'être plus impressionné que ça, Rhys haussa un sourcil lorsqu'elle lui demanda d'aller chercher une échelle pour qu'elle puisse aller le récupérer. La fixant comme si elle venait de sortir la pire idiotie du monde, il lui répondit alors.

      « Hey, y'a pas écrit McGyver sur mon front. J'ai pas d'échelle à portée de main … »


    Voyant qu'il n'allait pas pouvoir se débarrasser d'elle avant qu'elle n'ait récupéré son bout de tissu, Rhys eut alors une idée en sorte d'alternative qu'il ne tarda pas à lui faire partager.

      « Mais en parlant de mains, je peux te proposer de te faire la courte échelle. »


    Se levant enfin et à contre gré, il s'avança vers elle et on put clairement voir qu'il était sérieux. Rhys avait mainte fois eut l'occasion de faire ce genre de choses avec ses amis au cours de son enfant mais aussi de son adolescence pour aider à atteindre des boîtes de gâteaux hors d'atteinte ou pour passer des grilles quelconque. Il n'était donc pas en manque d'expérience et Tammy ne devait pas se faire de soucis de ce côté là … A la limite, elle pouvait se méfier du fait qu'il n'était pas très frais ce soir après s'être descendu autant de bières. Mais Tammy allait prendre le risque, n'est-ce pas ? Tammy tente toujours le tout pour le tout, c'était bien connu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: N°1666. BLYTHE SHELDON HOUSE. | Rhys

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1666. BLYTHE SHELDON HOUSE. | Rhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-