AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Jeu 23 Juil 2009 - 1:31

1707; Apple Road
Neal Rowlands & Esteban Carson & Duncan Thomas
& &




Duncan revenait de la ville, il avait bu un Java Chip à Starbucks et avait croisé une amie à lui, enfin pas seulement à lui, la personne qu'il venait rendre visite était aussi un ami à cette fille, il avait appris une nouvelle et cette nouvelle l'avait chamboulé, il ne savait plus quoi faire plus quoi penser, plus comment réagir, il était perdu dans ses pensées.
Alors après avoir tourné un moment en ville il s'était enfin rendu à la rue Apple Road; il avait alors garé sa moto sur le trottoir en face de la maison du numéro 1707, il s'était appuyé sur la moto et avait allumé une clope, il était à bout de nerfs, il ne savait toujours pas si c'était le bon choix, son coeur souffrait toujours de la perte de cet être cher enfin du moins avant, car maintenant il ne savait même plus quoi penser, il ne savait même plus si pour lui il était toujours un ami à ses yeux, il ne savait pas si Neal pensait à lui, si des fois il regrettait d'être partit sans nouvelle, si un jour il avait décidé de venir le voir et lui expliquer tout de A à Z!
Il lui en voulait toujours il le détestait même, il n'avait plus aucune envie de le revoir, mais il était tout de même devant la maison de Neal!

Il ne savait pas quoi attendre, si il attendait un signe comme quoi il devait repartir ou bien rester, il ne savait plus quoi faire, il en voulait à Victoria de lui en avoir parlé il s'en voulait également à lui même de ne rien avoir répondu, il lui en voulait à Neal d'être partit et revenu sans rien dire non plus, cela faisait un moment qu'il n'avait plus de ses nouvelles et tout ça pour quoi ? Pour rien, une rage toujours perpétuelle contre une autre personne!

Il avait déjà fumé quatre clopes, et là un élan de courage était venu à lui, il avait alors traversé la rue tel un héro jetant sa cigarette au passage sur le côté et soufflant la fumée sur le côté! On aurait dis un cow bow, et pourtant il était aussi bien sûr de lui qu'hésitant, c'était dingue non ?
Il frappa alors violamment à la porte deux coups dur et sec, il attendit le dos tourné à la porte, il ne savait même pas si il voulait vraiment le voir, il ne savait pas si il était à la maison il ne savait pas grand chose en fait à cet instant, il prit son portable le temps que la personne ouvre la porte et envoya un message à Esteban.

"Poto, je vais merder, le passé est revenu... "

Il ne rajouta rien d'autres Esteban devait comprendre ce message, le passé n'avait qu'un nom pour Esteban et Duncan, NEAL ROWLANDS!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Jeu 23 Juil 2009 - 6:52


    C’était une belle journée et c’était en maillot qu’Esteban avait décidé de la passer. Il avait fait quelques petites tâches ménagères comme entretenir légèrement les plantes autour de la maison et avait tondu la pelouse. Satisfait, il était rentré dans la maison pour savourer une bière bien froide. C’était à se moment là que son cellulaire avait sonné sur la table de la maison et qu’Esteban l’avait pris. Il se demanda si c’était un message de sa job et son regard changea rapidement lorsqu’il lut le message texte de Duncan. En quelques secondes, Esteban venait de comprendre le code de son meilleur ami et ça annonçait tout sauf du bon. Pourtant, voilà que déjà il plaçait son cellulaire dans sa poche arrière en se demandant comment Duncan était au courant de la présence de Neal. Esteban avait été au courant car il lui avait fait une brève visite lors du vide grenier, et à l’entendre Esteban avait compris qu’il n’avait pas du tout envie que Duncan apprenne son retour. Sinon, quelqu’un l’avait dépassé et raconter son retour. Une chose qu’il aurait voulu lui-même dire. Esteban détestait royalement les sujets sérieux, mais celui-ci plus sensible que les autres aurait peut-être mieux passé s’il avait au départ calmer son meilleur ami. Le message qu’il venait de recevoir lui expliquait très bien qu’il était loin d’être calme.


      -Ah merde.



    Il cala sa bière et la déposa sur le comptoir. Esteban ne pris pas la peine de prendre un chandail ou de se changer, en moins de deux secondes il traversait la porte d’entrée pour se retrouver dehors. Il savait exactement où se rendre, Neal habitait à quelques maisons de chez lui. Ou plutôt, avait habité. Conscient de ce que Duncan s’apprêtait à faire, Esteban se mit à courir sur le trottoir. Dans sa tête il se demandait comment il allait réagir entre les deux amis, convaincu qu’il n’arriverait pas à prendre position. Duncan avait l’avantage d’être resté son ami et même d’être devenu le meilleur… alors que Neal n’avait qu’en son sens une ancienne amitié brisée par un départ imprévu. Et Esteban était simple. Maintenant que Neal était revenu, il ne demandait qu’à trainer comme avant avec lui. Mais c’était une vision peut-être trop naïve des choses. C’était sans doute le plus insouciant entre les trois et l’ancien trio allait très bientôt s’affronter. Après une minute, Esteban aperçut Duncan sur le porche du 1707, Apple Road alors que Neal se tenait à l’entrée après avoir ouvert la porte. Il couru un peu plus vite et dévala les escaliers du balcon pour se retrouver aux cotés de Duncan et d’une position qui le mettait pour le moment neutre. Esteban ne reconnut que le malaise qui l’entoura alors qu’il aurait pu sentir la rage et bien d’autres sentiments.


      -Hé... Neal! On te dérange pas... trop? Duncan avait envie de te dire bonjour…


    C’était con comme manière de calmer le jeu, et pourtant Esteban avait rien trouvé de mieux à dire. Il avait envie de prendre Duncan par les bras et de le trainer jusqu’à sa maison pour le calmer mais maintenant qu’ils se retrouvaient à cet endroit… ils ne pouvaient malheureusement pas reculer. Trois mousquetaires réunis, pour le meilleur ou pour le pire?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Jeu 23 Juil 2009 - 15:34

    Nous étions en juin deux mille neuf - ce qui signifiait que Neal était de nouveau présent à ocean depuis plus de deux mois. Il s’en était pas rendu compte, il n’avait pas vu les semaines passer. Dans le fond, c’est-ce qu’il avait espéré et comme si on l’avait écouté - les choses se passaient exactement comme il le souhaitait. Enfin si le manque d’ennuis n’était pas présent, d’autres choses ne se passaient pas comme il l’aurait voulu. Mais, loin d’en être surpris, si il était revenu dans sa ville, il devait se douter qu’il reverrait certaines personnes - dont il se serait bien passé. Cependant, le fait que la rumeur de son retour s’amplifia, Rowlands vu débarquer un tas de ses anciens proches, lui demandant à chaque fois pourquoi il était parti sans rien dire. Certains même, allaient à demander, la raison de son retour… Chose qu’il prenait à la rigolade, et qu’il lui prouvait une fois de plus qu’il n’avait pas sa place avec ce genre de personne - les débiles d'ocean grove, après tout il y en a de partout, même dans ce quartier. Pourquoi venir le voir pour lui demander un tel truc ? Il aurait imaginé que les habitants ne souhaitant pas le revoir tracerait leur route, sans venir l’accoster dans la rue ou sans s’inviter chez lui, à l‘improviste… Il n’était pas rare qu’il retrouve un post-it ou un papier sur le pare brise de sa voiture en citant le nom des personnes venus à sa rencontre et dont il n’aurait pas répondu. Mais il était rare de le trouver chez lui, en pleine journée. Il se servait de la maison de son cousin, seulement pour dormir certaine nuit. Les autres, il les passait sur la plage ou chez une fille. Oui Neal déconnait. Après l’entrevue avec son ancienne confidente, il n’était plus le même. Pourtant ce n’était pas l’envie qui lui manquait, seulement le courage d’affronter la vérité en face. Il était éperdument amoureux de Victoria Blythe. Au point d’agresser, tuer quiconque qui approcherait la jeune fille. Loin d’être une révélation, quand on y pense, tout le monde penserait que c’est logique. Tellement logique que Neal n’arrive pas à se l’avouer - à le dire. A la suite des mots blessants de Victoria, le jeune homme sombra dans l’alcool - lui qui avait réussit à ne pas prendre de verre dans le Michigan, a vu sa mission anéantis juste pour quelques mots. Juste pour Victoria Blythe - mais qui semblait déjà beaucoup trop à ses yeux. Alors en effet, il était différent; il était buté sur son idée de la reconquérir mais savait qu’il devait lui laisser du temps. Il savait qu’il devait la fuir pour mieux la retrouver. Il savait qu’elle avait besoin de temps, besoin de calme, besoin de solitude. Aujourd’hui était donc une journée où il resterait chez lui, où il devait se reposer. Une journée de plus sans elle. Son cousin avait même quitté les lieux pour la journée : pique nique sur la plage avec le boudin qui lui servait de fiancée. L’important étant qu’il soit seul pour se reposer & réfléchir. Il errait donc dans la maison, sans but précis; jusqu’à ce qu’on vienne taper à sa porte.

    Il manquait plus que ça ! Pensait-il intérieurement en dévisageant son ancien ami de la tête au pied. Il fallait dire que Neal s’était toujours demandé si il le reconnaîtrait. Ils s’étaient quittés à l’âge de treize ans, ils étaient en pleine adolescence et le jeune homme n’était pas certain que Duncan n’allait pas évoluer. Il avait prit de la grandeur, il s’imposait bien plus que petit. Neal gardait un souvenir assez vaste de Duncan. A la fois, un garçon mignon mais assez discret. Quand on regardait de plus prêt Duncan, on pouvait voir qu’il était bien. Un mec bien. Il n’était pas ce personnage sadique et cruel que certains s’amusaient à dire sur la bande des mousquetaires. Ceci étant, il n’a jamais été non plus le tendre agneau qui se laissait marcher dessus. Mais à la différence de Neal, Duncan réfléchissait, il n’agissait pas sur un coup de tête - ou, largement moins que Neal. La place du romantique, la bande la laissait à Esteban. Neal était d’ailleurs beaucoup moins proche de ce dernier qu’il ne l’était avec Duncan - peut-être la cause est seulement niveau caractère. Esteban avait l’habitude d’agir qu’en bien, il était naïf et pensait que tout le monde - du moins la majorité était présent pour faire le bien autour d‘eux. Neal était le diable de la bande. Esteban, l’ange. & Duncan trouvait sa place, tantôt en diable, tantôt en ange. Il était le juste milieu des mousquetaires. A la suite du départ de Rowlands ce dernier savait que Duncan déteindrait sur Esteban. Qu’il deviendrait encore plus gentil qu’il ne l’était. Il savait qu’en fuyant Miami, il laisserait sa place à Esteban, qu’il laisserait ce dernier prendre la position qu’il souhaitait - comme tirer les ficelles à sa guise alors que Duncan ne verrait que par la vengeance. Il savait que le trio serait détruit - tout comme il ne mâchera jamais ses mots face à ses deux compères. Mais il savait aussi qu’il n’avait pas le choix de partir, que se rebiffer contre sa famille n’était pas la solution et qu’il devait coopérer avec eux - au risque de perdre la popularité qu’il avait tant construite dans sa ville natale. Il savait qu’il n’aurait pas le droit à une seconde chance…

      « Hé... Neal! On te dérange pas... trop? Duncan avait envie de te dire bonjour… D’une voix neutre, Esteban venait d‘apparaître entre les deux ex-amis »
      « Bon et bien, maintenant que tu m’as dis bonjour Duncan…, dit-il en levant les yeux au ciel, je vais retourner à mes occupations… »


    Le jeune homme montrait un regard hautain et il était accompagné d‘une voix froide. En général, c’était dans ses moments la qu’on se méfiait de lui - qu’on le craignait. Il fallait avouer qu’on ne pouvait avoir aucune confiance en lui dans ses moments, autant il s’avérait sympathique et drôle; autant il agissait comme un petit connard à certains moments. Neal était peut-être l’un des garçons les plus surprenants d’ocean grove, on savait rarement sur quel pied danser avec lui. Et même si il avait échangé bien plus de choses avec Duncan et Esteban qu’avec les autres habitants tous réunis; il n’empêchait pas qu’au jour d’aujourd’hui, ils étaient les pires ennemis. Oui enfin pas exactement à ce niveau c’est vrai - mais le solitaire qu’il était, avait repris les choses en main. Il a toujours eu cette tendance à ne pas faire comme les autres. Il agissait toujours d’une façon incompréhensible - qui déroutait la plupart de ses interlocuteurs. Par provocation, il allait même jusqu’à faire l’inverse de ce qu’on lui demandait - et même si la demande venait d’une personne extrêmement proche de lui, rien n’y faisait. Né d’une famille bourgeoise, on pouvait l’estimer un minimum capricieux. Mais dans le fond, peu ne saisissait sa motivation. Et quand on le lui demandait, Neal ne répondait jamais directement à la question, comme si dans le fond, il n’avait pas la réponse. C’est-ce qui laissait penser aux premiers abords - mais la question demeurera encore & encore sans réponse.

      « Tu as plutôt intérêt à dégager ta main de la, si tu n‘veux pas mon poing dans ta figure! »


    Neal tentait de garder son calme. Un calme qui en l‘occurrence était absent. Duncan le cherchait, il en était persuadé et le jeune homme n‘était pas prêt de se laisser marcher dessus par un crétin de son genre. Et Esteban n’agissait pas, il observait calmement la situation, comme si il en ressortirait une analyse. Pourtant aussi bien l‘un que l‘autre devait suffisamment connaître Rowlands pour savoir qu‘il manquait d‘humour. Mais aucun des deux ne semblaient réellement prendre ce trait de caractère en compte. Que s‘était-il passer ? Tout avait été allé si vite, à la suite de ses mots ‘tendre’ que Neal venait de dire face à Duncan - ce dernier n‘appréciait pas qu‘on se foute de sa gueule si ouvertement, était passé devant Esteban pour retenir la porte que Neal allait refermé d‘un geste brusque. Et la porte n‘eut pas le temps de se refermer qu‘une pression - celle de Thomas, était présente. Aussitôt dans un ressort, Neal rouvrit en grand la porte et passa entre elle et son ancien ami. Les yeux lançant des éclairs en fixant Duncan - une chose est certaine, jamais il ne baissera les yeux, jamais il renoncera
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Sam 25 Juil 2009 - 14:29

Duncan savait qu'il allait surement faire une erreur c'était peut être pour cela qu'il avait préféré appelé son ami Esteban même si celui ci n'était peut être pas d'une grande aide, et n'allait peut être pas l'empêcher de faire cette erreur!
Alors que Neal venait d'ouvrir la porte Esteban avait débarqué comme un cheveu sur la soupe entre les deux anciens amis, il regarda méchamment Esteban que faisait il hein ? Et que disait il il ne voulait pas lui dire bonjour il voulait le voir avoir des explications avoir envie de le taper et le faire pourquoi pas!
Duncan s'en contrefoutait des ennuis de Neal, il ne voulait pas les entendre, il avait tellement souffert de son départ il avait cassé le trio qu'ils formaient tout les trois et n'avaient pas souhaités s'expliquer avec eux, c'était uen histoire de lacheté selon Duncan et il avait rêvé pouvoir un jour prendre le pas et lui foutre un énorme poing en pleine tête pour se défouler la rage de ses années de fuite car selon lui Neal avait fuis, et n'avait pas souhaité en avertir ses copains, ce qui signifiait qu'ils n'étaient pas réellement des amis comme Duncan ou Esteban avaient pu se l'imaginer ils n'étaient rien pour Neal juste des bouches trous des potes pour déconner et pasta, comme quoi on connait parfois mieux une personne qu'on vient de rencontrer qu'un ami de longues dates...
Duncan était déçu de cela, il était déçu des actions de Neal, et lui en voulait.
Duncan était le juste milieu, surement, mais selon Duncan Esteban n'avait pas déteint sur celui ci, il n'avait fais que voler de ses propres ailes, devant sadiques par moment et jamais vraiment gentil, il ne disait jamais rien il avait renforcé une carapace lorsque Neal avait fais tombé les cartes de leurs chateaux... Ils étaient connus de la ville pour leurs idioties et leur groupe mais une fois Neal partit, que leur restaient ils à faire ? A trois ils étaient plus fort que seul et qu'à deux, mais Duncan avait également pris du coup de l'éloignement avec Esteban lui rappelant trop leur trio, il avait eu du mal à revenir vers lui même si au jour d'aujourd'hui ça allait mieux il essayait de l'apprécier tel un ami à part entière, il essayait de ne plus le voir comme le troisième oeil d'un monstre mais juste un ami, qui n'était pas une partie de groupe mais qui était juste lui même...
C'est bien pour ça qu'il ne lui parlait jamais du passer où du moins qu'il essayait de ne pas faire des anécdotes sur ce qui s'étaient alors déroulé dans leur enfance...

Duncan n'avait pas encore parlé mais il ne voulait pas parlé par la voix mais les poings en réalité, il regarda alors Neal répondre comme si sa présence le dérangeait comme si il n'était pas heureux de le voir comme si il avait déjà tourné la page depuis bien et bien longtemps, il soupira quel con comment avait il pu aimer ce personnage, comment avait il pu passer du temps avec lui rigoler dire des choses que personnes ne savaient à cet ami qui à présent le fuyait tel la peste.
Duncan n'avait pas peur de lui, il ne l'avait jamais effrayé ils s'étaient battu étant plus jeune pour rigoler ou autres et voilà de toute façon Duncan n'avait peur de rien en fait!

Alors que Neal allait fermer la porte Duncan la bloqua il le regarda alors méchamment il n'avait presque pas quitté son ancien ami des yeux il voulait des explications il pensait que plus que quiconque il se devait d'avoir des explications de la part de Neal ils avaient partagé pas mal de choses entre les trois et même si Esteban ne semblait pas attendre des explications de sa part il estimait que cela ne tuerait personne qu'un ancien ami parle du passé qu'il ouvre une bonne fois pour toute la plaie.
Duncan soupira et et alors que Neal le menaça de lui mettre un poing dans la figure, et qu'il le fusillait du regard ne voulant pas baissé ses yeux. Duncan se jeta dans l'eau la tête la première et lui mit un poing avant que celui ci daigne le faire en premier, il l'avait fais avec force et envie, il l'avait rêvé il pouvait enfin le faire...


_Apprend à être poli, même si tu penses plus rien nous devoir.

Duncan le regardait toujours, il tourna le regarda sur Esteban et soupira, il se retourna pour partir, en fait il ne comprenait même plus pourquoi il avait eu envie de le voir ce con ne méritait pas que son ami se soit fais un sang d'encre pendant son absence, qu'il est imaginé tout les scénarios possible et inimaginable il n'avait pas à penser à lui pas à vouloir le voir à nouveau, pour Duncan Neal était à présent mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Dim 26 Juil 2009 - 2:47


    Esteban avait eu le pressentiment que quelque chose n’allait pas bien aller dans cette rencontre pour le moins impromptue. Il se rappelait que quelques jours plutôt à la vente de charité, Neal avait été si froid lorsqu’il avait énoncé que Duncan serait content d’apprendre son retour qu’il avait malgré lui compris que les choses ne pouvaient pas être comme avant. Et pourtant, il lui semblait plus simple de croire qu’il pourrait peut-être réparer les choses. Le trio retrouverait sans doute sa raison d’être, si seulement chacun se laissait une chance. C’était une vision naïve certes, mais Esteban ne se complexifiait pas dans les relations humaines. Neal était parti sans avertir personne et malgré cette trahison, Esteban ne voyait aucune raison de le lui en vouloir. Il ne partageait pas une rancœur. Duncan compensait largement là où son insouciance l’empêchait de faire comme tout le monde et de mépriser Neal. Mais jamais il aurait pensé que Duncan s’éloignait volontairement de lui. Il n’imaginait pas que Duncan souffrait encore et toujours à cause de cet ancien trio et que lui-même le lui rappelait. Du coup, l’avoir su... Esteban aurait trouvé cette idée ridicule. Dès lors son arrivée, Duncan ne semblait plus content de le savoir là. Sans doute car il savait qu’Esteban tenterait de l’arrêter avant qu’il ne fasse une bêtise. Affichant un faible sourire face à Neal, il sembla plus mal à l’aise alors que celui-ci envoyait or et déjà bouler Duncan au loin. Voilà que ça sentait le roussit. Duncan déjà à cran et incertain de ce qu’il allait faire, n’allait sans doute pas digérer la situation. Neal, dans un sens, avait toutes les raisons du monde de se sentir attaqué et d’être sur la défensive. Mais sa réaction tenait presque du ridicule. Qu’est-ce qui pouvait amener Neal à vouloir éviter à tout prix Duncan? La réponse se révéla peut-être dans la précipitation des événements qui s’en suivirent après qu’Esteban s’aille posé cette question. Duncan venait d’arrêter la porte de la maison et empêchait de cette manière Neal de s’enfuir. Depuis quand Neal fuyait au lieu de les affronter?


      Neal : Tu as plutôt intérêt à dégager ta main de la, si tu n‘veux pas mon poing dans ta figure!
      Esteban : S’il vous plait les mecs…


    Il n’avait aucunement eu le temps de réagir que Duncan venait d’en placer une. Esteban avait beau vouloir jouer aux neutres, il trouvait que Duncan n’avait pas réellement usé de la meilleure méthode pour régler les anciens différents avec Neal. Qu’est-ce qu’ils leur prenaient à tous les deux? Connaissant Neal pour ses anciens talents de bagarreur, Esteban comprenait en un éclair que ça se terminerais mal. Duncan n’allait pas s’en sortir sans une riposte de la part de Neal. N’était-il donc pas le mieux placer pour se rappeler des nombreux combats et différents qu’ils avaient régler lui et Neal grâces à leurs poings. Aussi loin qu’il se souvenait, ils avaient toujours été à égalité si ce n’est qu’Esteban avait pendant plusieurs années mené les combats par son égard d’âge. La réalité actuelle était toute autre. Pendant quelques années il s’était entraîné sérieusement pour pouvoir devenir soudeur-plongeur. Ses ambitions de travail, l’avait amené à une forte musculature et donc d’entre les trois il était sans doute le mieux placer pour calmer les ardeurs des deux mousquetaires.


      Esteban : Hé! Duncan! Arrête!
      Duncan : Apprend à être poli, même si tu penses plus rien nous devoir.


    Esteban s’était avancé entre les deux espérant pouvoir arrêter Neal si l’idée lui prenait de riposter le même genre de coup de poing au visage de Duncan. Il commençait lentement à être exaspéré et un peu frustré que ses deux meilleurs potes aillent décider de se faire une chirurgie à coups dans le visage. Esteban croisa le regard de Duncan et ne su pas exactement comment le calmer. Il avait l’impression que d’un coup Duncan venait d’abandonné après se coup de poing improvisé. Déchiré entre repoussé Neal et lui demander qu’est-ce qui lui prenait tout à coup de chercher Duncan… ou de suivre Duncan et de l’éloigné de la scène… Esteban se savait plus quoi penser. Pourquoi celui qui, des trois était le moins prise de tête, se retrouvait entre ses deux mecs là? Habituellement les conflits avaient été très ou même trop souvent entre lui-même et Neal. Esteban et Duncan s’étaient rarement disputés. Et depuis le départ de Neal, ça avait en quelque sorte créé un lien différent. Jamais aucun d’Esteban ou de Duncan, n’aurait imaginé se retrouver dans une telle situation où Neal s’afférait complètement à les repousser et à ne leur fournir aucune explication. Esteban en avait rien à faire de la raison pourquoi il était partit, mais il voulait comprendre pourquoi Neal avait décidé de renier leur ancienne amitié.


      Esteban : Putain, merde Duncan. Qu’est-ce qui vous prends putain?! Ça fait quoi 7 ans qu’on s’est pas vu et vous décidez de réarranger le visage? J’suis certain que tes occupations peuvent attendre Neal. À quoi tu t’attendais vraiment? Qu’il allait te dire bonjour et c’est tout? Et après ça, ciao tu nous claques la porte au nez?


    Il s’emportait légèrement dans ce qu’il disait mais il n’avait rien trouvé d’autre à faire. La voix du moralisateur? Peut-être oui. C’était loin d’être de se qu’il appréciait mais pour l’instant il espérait surtout arrêter Neal avant qu’il saute à son tour sur Duncan… ou que Duncan revienne à la charge. Pourquoi personne ne proposait de bière pour parler de tout ça assis confortablement dans un fauteuil?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Dim 26 Juil 2009 - 21:23

    Aujourd’hui n’avait pas été une journée désagréable en soit. Peut-être légèrement ennuyeuse, lui qui ne savait pas rester en place. Peut-être légèrement pénible, de douter autant sur ses possibles sentiments; mais rien d’anormal. Neal tournait en rond, il en profitait pour faire du rangement; pour remettre les choses à plat. Rowlands fée du ménage ? Profitez-en c’est si rare… Il n’avait montré aucune crainte à rester seul chez lui, aucun mécontentement. Il s’était brouillé avec de nombreuses personnes et par conséquent, personne n’avait chercher à le joindre. Personne n’était venu taper à sa porte, jusqu’à l’apparition des deux mousquetaires. Il s’était même reposer dans le jardin, laissant le soleil taper sur sa peau, déjà assez mate. Mais il aimait sentir son corps chaud, comme si il tentait à rougir sous l’effet des coups de soleil. Mais sa peau s’y était sans doute déjà préparé, il bronzait donc plus facilement qu’une peau blanche - qui aurait rougi sans surprise. Il s’était presque endormi quand il entendit un bruit assourdissant dans le jardin du voisin. Il vu d’ailleurs une tête blonde qui sortait de l’enclot et qui semblait regarder en sa direction. Elle tentait de récupérer un objet, venant de tomber à proximité du jardin du jeune homme. L'avait-elle espionnée, et a-t-elle été finalement rattrapé par le loup ? Une tête blonde signifiait probablement le souvenir incessant de sa confidente. Ou plutôt de son ancienne confidente ?! Et il fut la désagréable rencontre d’une autre demoiselle. Peut-être aurait-il au fond, voulu la prendre sur le fait. Avoir la preuve qu'il était toujours dans le coeur de Blythe - que Rhys avait tord; que sa soeur l'aimait toujours ?! Peut-être que cela l’aurait renforcé dans son idée qu’elle ne l’avait pas oublié. Mais Neal tentait tant bien que mal d’ouvrir les yeux, de se rendre à l’évidence, une fois pour toute. Il s’était alors relevé sans grande difficulté de sa chaise, laissant traîner les pieds jusqu’à l’intérieur de la maison. Une moue sur son visage, tel un déprimé. Victoria cherchait qu’il déclare forfait; en premier. Et même si lors de leur dernière rencontre, elle semblait avoir jeté l’éponge, Rowlands n’était pas dupe, il la connaissait suffisamment pour savoir que ce n’était qu'une image qu’elle voulait se donner. Une image dont il ne tombera pas dans le piège.

    A croire que la vie lui jouait des mauvais tours. Il avait beau tenté de s’imaginer ce qu’il avait pu faire pour mériter un tel sort. A ses yeux, ils étaient morts; pourquoi alors vouloir renouer avec des fantômes ? Pourquoi tenter de s’expliquer avec eux ? D’après Neal, ni l’un ni l’autre ne pourra le comprendre. Ni l’un ni l’autre ne voudra le faire. Ce n’est pas tant qu’ils sont l’opposés; ils ont tellement vécus de choses diverses - qu’ils pourraient éventuellement, si ils le désiraient se donner une seconde chance. Neal était persuadé qu’avec recule et la réflexion nécessaire; même Duncan pourrait trouver la force de tourner la page & de recommencer cette amitié. Neal en serait tout aussi capable - et ne parlons même pas d’Esteban, c’est sans doute le premier qui arrivera à le faire. Mais la vérité est souvent autrement que les rêves ou possibilités. Ils s’aimaient bien, ils rigolaient ensemble, ils se sont toujours vu très proche les uns des autres - même entre la rivalité d’Esteban & de Neal. Mais la faille est ailleurs. Le problème est différent de ce qu’on pourrait savoir. Et elle demeure encore inconnue. Neal a toujours été cette personne particulièrement froid, distant & solitaire. Même à l'époque des mousquetaires, il était l’un des êtres les moins proche des habitants. Beaucoup estimaient que sa famille y jouait beaucoup - rare ont étés les fois où il rencontrait des membres de sa famille, il côtoyait toujours les mêmes habitants de son quartier même quand des nouveaux arrivaient et il avait parfois une attitude bizarre : ce besoin d’être sans compagnie les trois quart du temps. Il attisait le mystère, il semblait avoir quelques problèmes familiaux mais n’en parlaient jamais. Son père aimait être entouré de personnes populaire et riche. Lui, ne demandait que d’être avec des gens simples, comme Victoria Blythe, Dakota Wayhne, Esteban Carson ou Duncan Thomas. Mais son père avait cette habitude de tirer une gueule dès que l’un d’entre eux entraient dans la demeure de la prestigieuse famille. Au point que Neal était gêné pour eux et il s’était donc appris à n’inviter personne. A force de se retrouver seul chez lui, il s’était habitué à cette solitude et pris au piège, finalement de n’être pas jugé lui plaisait. C’était une façon comme une autre de se forger une carapace, de ne pas être déçu par les autres. Son père était un fort manipulateur et il avait immédiatement attiré son fils dans cette manœuvre en incitant ce dernier à ne rester avec les gens que durant un court laps de temps; pour éviter que le loup soit prit au piège. Pour éviter de devoir ramasser son fils à la petite cuillère, peur de le voir anéantir dès sa première chute. C’était ça, la vie d’un fils de stratège; où seul le business comptait… Revenant peu à peu à la vérité, il n’avait cessé de fixer Duncan et ne fut pas tellement surpris qu’après sa phrase - dont-ils avaient prit au sérieux, soit de suite vivement analysé par le plus terrible des deux. Neal ne pensa pas à se protéger, ne voyant pas le coup venir. Par le choc, il recula de deux pas; lâchant un jurons en direction de Thomas. Reportant immédiatement sa main sur son œil touché, il tentait de le toucher comme pour savoir si il allait avoir mal longtemps. Si la douleur était plus ou moins intense, il n’en montrait guère le cas. Mais tout n’était qu’apparence chez lui…

      « S’il vous plait les mecs… La naïveté de Esteban laissera toujours Neal sans voix. »
      « Apprend à être poli, même si tu penses plus rien nous devoir. Ajouta Duncan en fixant Neal. »


    Alors comparé à Esteban, Neal était peut-être dur; méprisable et hautain. Il n’avait jamais eu une vie facile, cependant il avait sans doute plus de cœur qu’il ne saurait en montrer. Au fond, il aimerait peut-être repartir de zéro. Peut-être se verrait-il à nouveau être parmi le trio. Neal n’a jamais eu de véritables amis, des gens sur qui comptaient. Il se l’interdisait, car même si son père était un être manipulateur; Neal savait que cette protection lui était nécessaire. Beaucoup trop de personnes intéressés par l’argent, la popularité, la société de la famille rôdaient dans les parages. Pourtant malgré les recommandations de cet homme, Neal finissait toujours par faire comme bon lui semble - encore aujourd’hui. Mais en repensant à tout ça, le jeune homme s’était encadrer de sa carapace la plus épaisse qui puisse exister, il s’était enfermé dans un silence jusque là omni présent. Gardant la main sur son œil, le jeune homme restait insensible aux remarques de ses camarades. Tandis que l’un s’était avancé vers lui, l’autre commença à faire demi tour - comme si il tentait de fuir. Il faisait réellement demi tour. Neal s’avança alors d’un pas; sortant entièrement de la maison pour s’avancer vers Thomas, qui s’était en cours de route arrêter. Qu’attendait-il pour fuir de nouveau ? Quand on parle de la lâcheté de Rowlands, on devrait plus regarder celle des autres, pensait-il fermement. Bien décidé à ne rien lâcher, ses yeux étaient fixés dans ceux de Thomas -alors qu’il mit les mains dans ses poches; comme si il n’avait pas en tête de lui casser la tête, après ce coup de poing. Comme si Neal Rowlands déclarait forfait ?! Avançant d’un autre pas, il était désormais à hauteur d’Esteban et ne fut jamais si proche de Duncan depuis son retour qu’à l’heure actuel. Nerveusement, il avança de nouveau mais sans jamais avoir baissé son regard, alors qu’Esteban recula pour une nouvelle fois s’interposait. Ce dernier plaqua la main sur le torse de Neal, comme pour l’empêcher de riposter. Il ne fit aucune conclusion ou aucune remarque à cela, il s’était bien trop figé à fixer son ancien ami qu'à regarder ce qui se passait autour de lui. Un regard qui aurait fais peur à quiconque, un regard qui aurait fais fuir chacun des autres habitants. Mais pas Duncan Thomas - qui connaissait mieux que quiconque le comportement général de Neal. Il savait à quoi s’attendre en venant ici, il le savait surtout depuis ce coup de poing. Tout comme Rhys Blythe, il joue mal. Trop mal. Quand on s’attaque à Rowlands - mieux vaut le tuer de suite, avant qu’il ne puisse riposter. En lui donnant un seul petit coup, il ne fera qu’attiser la haine - chose très peu nécessaire envers lui. Sortant alors ses mains des poches, il afficha un sourire des plus franc au coin des lèvres tout en levant les mains comme pour faire une halte. Simplement Neal voulait baissé la garde des deux hommes et si Duncan n’était pas prit au piège, une fois le loup sur sa proie; il ne pourra plus rien faire. Rowlands arriva à se libérer de l’étreinte d’Esteban. En l’espace d’une seconde, Neal en avait profité pour s’avancer vers Duncan, qui contrairement à ce qu’aurait penser Neal; n’avait pas chercher à reculer ou à contre attaquer. Ou n’en avait-il pas eu le temps ? A vrai dire, Neal n’avait pas su juger le comportement de ce dernier et s’était rué sur lui - comme si s’était la seule occasion et qu’il ne devait pas la manquer. Hélas pour Duncan, désormais tout était finis. Game over !

      « Putain, merde Duncan. Qu’est-ce qui vous prends putain?! »


    Esteban avait accouru vers les deux jeunes, peinant à peine à les séparer. Ce qui fit enrager Neal, qui ne savait contenir sa rage. Il avait juste eu le temps de prendre son ‘ami’ par le col et de le traîner jusqu’à la rambarde de l’escalier - l’incitant à regarder le vide. La rambarde n’était qu’à un mètre du sol, il ne tomberait donc pas de très haut certes. Mais cela était un minimum impressionnant, surtout que Neal serait parfaitement capable de le laisser tomber comme une merde. Juste histoire de remettre les choses en place. Avant même qu’Esteban ne rapplique, Neal eu le temps de rendre son coup; mais comme les mains de Duncan étaient principalement placés sur les mains de Neal, le pressant pour qu’on le lâche; Neal en profita de donner un coup de pied violent dans le bas de son ventre. Neal ne changeait pas, il regardait toujours sa victime d’un air supérieur. Déjà à l’époque de l’école, ils avaient étés connus pour être de vrais teignes. Mais à cette époque, ils se battaient entre eux pour s’amuser, s’entraîner. Ou l’un avec l’autre contre les autres. Mais rare ont étés les fois où ils s’affrontaient directement, c’était donc pour eux une nouvelle expérience - et chacun connaissait le point faible de l’autre. Avant même qu’Esteban arrive en renfort, Neal le sentant à ses côtés, il tenta une dernière fois de ne plus se faire oublier de Duncan. Et il obligea ce dernier à passer la moitié de son corps derrière la rambarde. Il fallait admettre qu’il n’avait pas beaucoup de temps pour le faire, et comme Duncan s’opposait; Neal eu du mal. Avant même qu’il ne passe son corps entier, perdant alors l’équilibre, Esteban poussa Neal dans les escaliers en rattrapant de justesse son ami. Rowlands finissait sa chute en bas des quelques marches. Esteban reprit la parole en fixant Neal d’un regard accusateur, alors que Duncan, semblait reprendre son souffle.

      « Ça fait quoi 7 ans qu’on s’est pas vu et vous décidez de réarranger le visage? J’suis certain que tes occupations peuvent attendre Neal. À quoi tu t’attendais vraiment? Qu’il allait te dire bonjour et c’est tout? Et après ça, ciao tu nous claques la porte au nez? »


    Neal venait de se redresser mais était toujours assis sur le sol, il allait avoir quelques bosses par ci par la, en plus du coquard que venait de lui infliger le malheureux Duncan. Mais la vengeance est un plat qui se mange froid ! Esteban cherchait des explications, voulait-il réellement tout savoir ? Était-il prêt à tout entendre ? Neal ne lui ferait aucun cadeau, ne lui laisserait aucune issus de secours. A trop vouloir jouer au jeu du curieux, il risque de s’en mordre les doigts. Il fixait toujours autant le regard de Duncan, il n’avait jusque là, pas baisser son regard. Comme si ne plus fixer son ancien ami signifiait perdre le match. Et étant la fierté incarné, il se devait de tout faire pour ne pas perdre la face, pour ne plus se laisser manipuler par les autres…

      « Je pensais que tout était clair Esteban. Je ne veux plus avoir à faire à Thomas - tu ne l‘avais pas encore compris ? Dit-il sans porter un seul regard envers Duncan, qui semblait mort à ses yeux, je ne veux même plus avoir à faire à toi non plus. Vous êtes mon passé. Un passé que j‘ai détruis… Poursuivit-il en direction de Esteban »


    Sans comprendre le but de Rowlands, ses deux anciens amis semblaient écouter ce que Neal disait. Malgré l‘incertitude. Neal parlait pas. Neal parlait peu. Alors comme une révélation, il préférait sans doute profiter de cette occasion pour remettre les pendules à l‘heure. Malgré cette petite bagarre, ils étaient attentifs - attendant peut-être l‘unique occasion de le blesser, comme Rowlands tentait de le faire. Mais il ne le voulait pas forcément, il voulait seulement continuer sa vie sans qu‘on ne vienne le déranger. Sans qu‘on ne vienne le juger. Il était conscient que pour cette dernière chose tout était trop tard. Qu‘en devenant ami avec eux, il s‘était lié à jamais à cette amitié; et pourtant cela s‘était fait sans calcule, Neal n‘avait jamais rien provoquer. Après quelques secondes de silence, dont les deux jeunes n‘étaient toujours pas intervenu - peut-être parce qu‘ils attendaient plus de la part de Neal, peut-être parce qu‘ils n‘avaient rien à dire ou ne trouvaient pas les mots. Rowlands continua dans sa lancé, en les fixant tout en se relevant. Et il reporta une nouvelle fois, toute son attention sur Carson.

      « Ne cherche pas le pourquoi du comment, déteste moi autant que ton ami et poursuit ta vie comme si j‘avais jamais fais partie de la tienne… Sans remord, il avait parlé d‘une voix calme mais distante »


    On aurait dis qu’il revenait en enfance, ce jour où il avait appelé d’urgence Victoria Blythe. Et où il lui avait dis un peu la même chose; où il lui demandais de l’oublier. La différence, parce qu’il y en a une; était que cette fois-ci, sept ans après, il le pensait réellement. Étais-ce une certaine rancœur qui liait Neal à ses deux amis ? La tension était au sommet, la jalousie était bel et bien présente. Pourtant Neal ne baissait pas son regard, toujours si fièrement, il fixait tour à tour Duncan, suivi d‘Esteban. Quand il prenait la parole, il ne regardait seulement Esteban - pour montrer à quel point Duncan avait peu d‘importance. Simplement, pour ne pas perdre la face, il reportait une fois les paroles finies son regard sur Thomas. Mais loin d'avoir peur, il continuait sa provocation. Encore & toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Lun 27 Juil 2009 - 16:53

Duncan était dégouté, il voulait être sûr que Neal les reniaient, il voulait être sûr que pour lui Esteban et Duncan n'étaient plus ses amis, pour lui il ne pouvait ne plus y avoir d'amitié entre eux, c'était impossible ils se connaissaient depuis l'enfance ils étaient les inséparables jamais l'un sans les deux autres, jamais sans faire une idiotie... Bref tout un tas de trucs comme ça.
Duncan aurait peut être en même réagit de la même façon que Neal le faisait à présent, la fuite, l'envie de tourner la page, il les auraient peut être par contre laisser parler, sans même alors leur répondre, même si se mettre à la place de quelqu'un n'est jamais vraiment possible et surtout jamais réellement vrai. Duncan en voulait pourtant toujours à Neal même en essayant de se mettre une fraction de secondes à sa place, il soupira, Esteban n'était pas possible, il ne pouvait pas arrêter d'essayer de le calmer, de les calmer même car déjà au départ il voulait calmer Duncan et maintenant Esteban se mettait encore une fois entre les deux pour essayer de les séparer de leur rage et leur envie de frapper tout le monde.

Duncan regarda alors Esteban,
Esteban : Hé! Duncan! Arrête!

Il le dévisagea alors et leva la voix.


_Merde Esteban lâche moi un instant.

Il ne voulait pas que Esteban les calmes mais sûrement le calme lui même en fait il se contrôlait déjà pour ne pas fouetter Esteban en même temps que Neal, ou alors prendre Esteban pour taper Neal, bref il faisait des efforts et personne ne les voyait.
Alors que Duncan avait décidé de reculer s'éloigner de ce lacheur, de ce mec lâche qui renie ses amis sans raisons, il avait envie de tout péter, mais tout péter signifiait alors que ce qu'avait fais Neal le touchait et le touchait peut être trop lui qui n'aime pas montrer ces sentiments, dire aux personnes à qui il tient qu'il les aime mais dire à quelqu'un qu'il ne connait pas 'T'es belle, j'aime être avec toi' ça était facile car Tout le monde ment. Oui, c'était comme ça personne ne pouvait dire la vérité, lui le premier ne savait pas dire ce qu'il voulait et pensait, il se retourna alors en entendant la voix d'Esteban.
Esteban : Putain, merde Duncan. Qu'est ce qui vous prends putain?! /.../ Et après tout ça, ciao tu nous claques la porte au nez?
Esteban ne tenait plus en place, il voulait avoir des réponses et ne restait pas calme il avait perdu son calme et ça Duncan en était assez fier il avait réussi à le réveiller à lui faire comprendre que cette situation devait péter une bonne fois pour toute pour que les choses soient mises à plats et que tout repartent pourquoi pas du bon pieds.
Duncan était quand même assez fier que Neal tienne son oeil, avait il peur de le faire tomber par terre, qu'il allait se barrer de son orbite et tout ça ? Avait il peut être mal tout bêtement ? C'était bon de sentir que Duncan avait le moyen de le toucher même si ce n'était pas avec des mots mais des poings étaient plutôt cool.
Duncan le vit se rapprocher de lui, que venait il faire ? Il voulait le frapper et lui rendre la pareille ? Il le regarda dans les yeux attendant que celui ci frappe avant de lui rendre à nouveau mais au bout d'un petit temps il descendit rapidement ses yeux vers ses mains qui se trouvaient alors dans les poches de Neal, il ne put s'empêcher de lâcher un petit rire nerveux, Neal le faisait rire tout bêtement, il était nul, il ne venait même pas lui rendre son poing il avait accepté un poing dans sa figure pour le style comme si il acceptait que Duncan lui en veuille si réellement, Neal n'était pas d'accord de ce poing mérité il aurait peut être surement répliqué plus rapidement qu'à présent. Duncan n'avait pas peur de n'importe quel regard, il ne voulait pas fuir les regards méchants que lui ou que même quelqu'un d'autre lui lançait il était dur et n'avait pas peur de la bagarre, il aimait ça ça lui faisait toujours du bien il se sentait libre vivant et tout ce qui s'en suit. Pour lui la bagarre était une façon de vivre, car une fois la victoire en poche il était trop heureux, il sentait tout ses organes vivrent et respirer d'ailleurs cela se voyait toujours à son sourire radieux. Duncan vit alors Neal sortir ses mains de ses poches et s'approcha de Duncan à nouveau, il fronça les sourcils, il n'allait pas être pris au piège ce n'était pas sa première bagarre, certes Neal avait changé depuis leur enfance, et donc il ne savait pas vraiment comment Neal allait réagir ou agir tout bêtement, il le fixait toujours dans les yeux, ses poings étaient toujours prêt à agir et frapper à nouveau si il le fallait de toute façon il pouvait riposter et pis Esteban était là il les arrêterait pour encore mieux frapper à nouveau. Duncan était tenu au col et Neal lui montrait le vide de la rembarde, il se mit à rire il le faisait exprès comme à son habitude, et voulait le faire réagir, tout bêtement. Il regarda alors Neal dans les yeux et cacha son sourire.


_Tout ce que tu me feras ne me touchera pas t'es qu'un lache, un enfoiré de putain de gros lache, t'es partit sans rien dire alors qu'on aurait coupé notre bras droit pour toi...

Duncan contra alors les poings de Neal du moins autant qu'il pouvait il faisait tout pour essayer de ne pas s'en prendre une même si il savait que si Neal frappait cela ne cesserait encore moins leur retrouvailles.
Il pût alors éviter de se faire mal à sa belle gueule mais il se prit un coup de pied dans le ventre, il entrouvrit la bouche sur le coup, mais sourit à nouveau, il était comme ça il avait changé de façon de se battre, il rigolait toujours à présent ayant pris alors du mordant, un amour à frappé, il était plus sûr de lui et était plus combattants que dans sa jeunesse. Duncan manqua de tomber à même le sol, du haut de sa rembarde, et il ne tomba pas alors de l'autre côté grace à Esteban, il l'avait secouru même si il aurait peut être aimer que Esteban ne vienne pas s'opposer à tout cela. Il respira un bon coup et regarda alors Neal en bas des escaliers la bagarre risquait d'être longue c'était obligé. Duncan s'était alors assis sur le sommet des escaliers à reprendre son calme et son souffle, regarder d'un regard tueur Neal, il écoutait les paroles de Esteban tout en ne lachant pas Neal des yeux.
Duncan accusait les coups que lui envoyait Neal, il ne voulait plus avoir à faire à Duncan très bien lui n'allait pas le lacher de si tôt alors comme ça c'était un vrai bonheur non ?
Duncan ne put s'empêcher de sourire, où certains cachent la tristesse sous un visage neutre lui aimait l'ironie pour montrer qu'une chose était d'abord d'un premier point ridicule personne ne peut forcer une autre personne à oublié celle ci. Duncan trouvait que Neal se la pétait trop, il faisait trop le fier trop celui qui était sûr de ses sentiments, il était un salaud, un petit con sans coeur.


_Creve en enfer Neal.

Il se releva alors des marches et rejoignit Esteban même si Esteban avait le droit à plus de valeur à ses yeux que lui, il ne lui en voulait même pas il s'en foutait Neal faisait exprès de faire cela!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Mer 29 Juil 2009 - 21:41



    Esteban avait été l’un des premiers à montrer à Neal comment se battre. À l’école commune, si Esteban, Duncan et Neal étaient vivement apprécier par les demoiselles... l’âge n’était pas encore à celui de s’en soucier. Ils restaient dans leur coin à faire des bêtises, à défendre l’un des leurs lorsqu’ils se faisaient prendre... ou encore à être des monstres en terrorisant les idiots avec des lunettes, plongés du jour au soir dans leurs livres. Ils se connaissaient très bien, sachant comment l’un d’eux allait réagir dans telle ou telle situation… ou encore comment aborder l’autre sans cause de catastrophe. Ou l’inverse. Ce qui était hors du commun était leur immense capacité à tout garder pour eux. Aucun secret n’était dissimulé dans leur amitié, et ils conservaient une insouciance assez grande pour ne pas chercher à percer ceux de l’un d’entre eux. Car même si Esteban se trouvait maître de l’insouciance, il avait bien des choses qu’il préférait ne jamais parler. Oublier les problèmes de la vie était un très bon moyen pour Carson de mordre à pleines dents dans la vie. Neal faisait partit du passé. Esteban le savait. Duncan aussi. Mais jamais ils avaient songés de leur manière de réagir si un jour le passé décidait de revenir. Esteban fonctionnait avec l’idée naïve que le passé restait passé et que jamais il ne deviendrait présent. Neal lui donnait la désagréable sensation que malgré ce qu’il avait bien pu penser, c’était effectivement possible. Quasiment inévitable. Comme que Duncan, Neal et Esteban s’affrontent dans un duel 1 vs 2. Duncan et Neal avaient la moins bonne des attitudes pour croire qu’ils gagneraient se combat. Tous les deux croyaient sans équivoquent qu’ils seraient le gagnant contre l’autre. Esteban se sentait comme le mec du milieu qui était l’obstacle à surmonter pour taper dans l’autre. L’obstacle qu’on n’espérait pas avoir contre soi, mais espérait faire suer l’autre qui se heurterait à celui-ci. Et Esteban avait fait une erreur. Il avait baissé sa garde une seconde, ce qui avait offert à Neal l’avantage de se faufilé sur le coté et de ramassé Duncan contre la rambarde. Il venait de se sentir comme un débutant, surtout qu’il aurait du s’en douter. Neal ne pouvait pas s’empêcher de redonner un coup après une telle attaque de la part de Thomas. Pourquoi devait-il se retrouver entre deux idiots de se genre? Il n’était déjà pas mieux, et aurait presque espérer ne pas devoir jouer la carte de la neutralité. Ce n’était pas un rôle qui lui plaisait, ni lui convenait. C’était Duncan qui avait à l’époque eu à jouer se rôle. Après 7 ans, les rôles s’étaient inversés et mélangés sans qu’on trouve de raison à cette étrange distribution. De plus en plus énervé, Esteban empoigna Neal par en arrière et le fit tomber dans les escaliers du balcon alors qu’il remonta Duncan. La situation n’était plus comme le passé. Esteban se serait contenté de les regarder se battre avec un sourire en leur pariant sur l’un des deux. Des combats qui n’avaient rien du sérieux que Neal et Duncan semblait y accorder à cet instant précis. Soutenant le regard de Neal, Esteban s’était tut en attendant ce qu’il pourrait bien trouver à leur dire comme explication.


      Neal :Je pensais que tout était clair Esteban. Je ne veux plus avoir à faire à Thomas - tu ne l‘avais pas encore compris ? Je ne veux même plus avoir à faire à toi non plus. Vous êtes mon passé. Un passé que j‘ai détruis… Ne cherche pas le pourquoi du comment, déteste moi autant que ton ami et poursuit ta vie comme si j‘avais jamais fais partie de la tienne…


    Silencieux, Esteban sentait qu’il était de moins en moins calme. Ils pouvaient presque en être content d’avoir réussi à le rendre aussi fâché alors qu’ils lui avaient rien fait... et presque rien dis. Esteban n’avait jamais ressenti de rancœur face à l’acte de Neal envers leur amitié. Mais à l’entendre parler de la sorte, il avait l’impression que cet acte démesuré lui faisait réalisé que Neal voulait les trahir. Trahir et briser les liens qui les avaient unis, et surtout ne plus concevoir l’idée qu’ils existaient dans son entourage. Une situation qui lui laissait croire que Neal n’aurait jamais du revenir. Qu’il n’aurait jamais du se présenter chez lui pour le saluer, jouer à l’agace et surtout simplement lui dire de l’oublier. De le laisser comme ses fichues 7 années sur sa faim à se demander s’il n’avait pas fait quelque chose de mal. Si Duncan avait fait quelque chose de mal. Ou si encore quelqu’un avait été à l’origine du fait que Neal se sauve de cette manière. Comme un voleur. Comme un fautif.


      -On peut pas s’enfuir comme un voleur et espérer que personne ne vas poser de questions ou essayer de comprendre. T’a rien détruit de ton passé Neal. La preuve t’es de retour à Ocean Grove. Tout ton passé est ici. Et si tu l’avais détruit, ta baraque n’existerais pas et tu aurais fuit toutes les personnes que tu as connu. Tu serais dans un autre pays sous un autre nom à espérer que personne ne te reconnaîtra. Désolé Neal, tu ne te débarrasseras pas de nous aussi facilement. T’es loin d’être maître ici.


    Neal avait sans s’en rendre compte raison. Ils connaissaient le point faible de l’un et l’autre. Dans le cas d’Esteban, celui-ci connaissait ce qui avait été le point faible de Neal. Combien de fois avait-il utilisé quelques paroles pour le lui remettre sur le nez et rigoler alors que Neal piquait à chacune de ses provocations? C’était une des choses qu’on pouvait presque dire qu’Esteban était excellent. Il trouvait très facilement le petit détail qu’il faut dire pour mettre l’autre personne hors d’elle. Et puis, sans se venter, Esteban connaissait Neal plus que la majorité. Dès son arrivé à Ocean Grove, ils avaient fait connaissances et malgré le grand écart d’âge étaient devenus de très bons amis. Duncan s’était joint à eux et le trio s’était solidifier. Ce qui n’avait pas toujours de sens pour les autres. Comment trois garçons autant différents qu’eux avaient réussit à devenir les meilleurs amis du monde? Des amis qui évitaient à tous prix de parler d’eux même, ou de ce qui pouvait bine les tracasser. Trois garçons qui avaient décidés de baser leur amitié sur le plaisir et l’insouciance de leur jeunesse. Plus Neal s’expliquait, plus Esteban avait l’impression que Neal avait décidé de ne plus s’amuser. D’être l’être le plus sérieux du monde. C’était Duncan qui allait être content. Esteban allait de nouveau s’ouvrir la trappe et dire quelque chose qui allait mettre Neal hors de lui. 7 ans les séparaient et Neal n’avait aucune idée à quel point Esteban était devenu différent. Ses conquêtes s’étaient accumulées et sa réputation n’était plus ce qu’elle était.


      -Alors dis-moi Neal, en souvenir de notre passé… il avait marqué une pause avant de continuer avec un sourire que Neal ne devait sans doute pas apprécier à voir. Comment t’a tenu le choc en apprenant que Blythe avait eu pleins de petits copains? Sans oublier tous ceux qui ont réussis à lui enlever en un clin d’œil sa petite robe d’été.


    C’était complètement offert avec des sous-entendus, comme si lui ou encore même Duncan avait réussit à passé là où Neal avait toujours refusé qu’ils passent. Comment Neal supporterait d’apprendre que son absence était responsable de ses propos. Esteban ne s’était jamais fait Victoria… Mais c’était un mensonge qui en valait la peine. Duncan avait sans doute retenu son souffle devant une telle pointe, car tous les deux savaient qu’il n’y avait pas pire suite de paroles pour mettre Neal dans un esprit de bagarreur. Mais Neal avait lui aussi changé. Voilà que le massacre allait commencer.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Dim 2 Aoû 2009 - 17:40

    Tout ne tient qu’à un fil. Le calme était revenu. Un assis en haut des marches, l’autre debout à ses côtés. Quand au troisième, il était rester assis par terre après sa chute. La tension était palpable et aucun des trois ne portaient de regard sur les passants. Pourtant tous, tentait un regard vers eux - en se lamentant. Ils devaient penser à une de ses bagarres habituelles de ses sept ans auparavant. Sauf que les années passent et les gens changent… La phrase de Neal n’avait pas laissé Duncan ni Esteban sans réaction. Et tandis que le silence s’était à nouveau emparé du lieu, Esteban le coupa en premier, suivis de son ami; jamais très loin pour agir à deux… Peut-être que la solitude les faisait peur, les faisait fuir. Ce qui n’était pas le cas de Neal Rowlands.

      « On peut pas s’enfuir comme un voleur et espérer que personne ne vas poser de questions ou essayer de comprendre. T’a rien détruit de ton passé Neal. La preuve t’es de retour à Ocean Grove. Tout ton passé est ici. Et si tu l’avais détruit, ta baraque n’existerais pas et tu aurais fuit toutes les personnes que tu as connu. Tu serais dans un autre pays sous un autre nom à espérer que personne ne te reconnaîtra. Désolé Neal, tu ne te débarrasseras pas de nous aussi facilement. T’es loin d’être maître ici. Esteban ne pu s'empêcher d'être si direct, face à un Neal imperturbable aux apparences »
      « Tout ce que tu me feras ne me touchera pas t'es qu'un lâche, un enfoiré de putain de gros lâche, t'es partit sans rien dire alors qu'on aurait coupé notre bras droit pour toi... Neal n‘écoutait que d‘une oreille ce que Duncan lui disait, crève en enfer Neal. Finissait-t‘il par dire, Neal étouffa son rire »


    Le jeune homme se voulait d’une droiture exemplaire, comme si aucun des mots de nos deux anciens amis ne le touchaient. Et pourtant derrière ce miroir impeccablement non brisé, se cachait un être anéanti. Il semblait vouloir reconstitué les morceaux brisés comme si il y arriverait. Comme si on lui laisserait cette possibilité. Neal perdait trop fréquemment son sang froid. Et au lieu de parler, de faire mal avec les mots, de vouloir rembarrer les personnes face à lui - il réagissait avec les coups de poing. Une façon lâche d’agir, une façon qu’il aimerait perdre l'habitude. Il s’était donc décidé de ne plus vouloir frapper, de résister face à cette demande et d’agir comme ses deux confrères : avec les mots. Sauf que sa colère l’aveuglait bien trop. Sauf que son mépris agissait contre lui. Les doigts serrés entre eux, Neal serrait ses poings. Et il arrivait à se maintenir. Fier et méprisant, il reportait son regard à la fois envers l’un, puis envers l’autre; comme si il cherchait à les provoquer. Mais pour ne pas changer, il était silencieux, c’était à peine si on entendait sa respiration. Malgré cette attitude qu’il avait, à savoir rester au dessus des autres, à ne pas se prendre pour ce qu’il n’était pas; le jeune homme avait tout entendu, tout écouté. Et surtout il semblait avoir tout compris. Neal pouvait ressentir la colère d’Esteban, la rancœur de Duncan. Comme beaucoup de personnes, ces deux derniers lui reprochait de ne pas avoir donné de nouvelles, d’avoir voulu se faire passer pour mort pendant sept longue années. Sans comprendre exactement le contenu de cette plainte, il pouvait deviner qu’aux yeux de ses deux garçons, il avait fais une erreur regrettable. & que le pardon n’était pas encore de la parti - mais ce qui intrigua davantage le jeune homme, était qu’il ne voulait pas être pardonné. Il n’avait jamais recherché à ce qu’on accepte ses excuses - si encore excuses il aurait fais, car son geste était à ses yeux; légitime. Alors la vision qu’avait pu avoir ses deux anciens amis face à cette amitié aurait plus fait rire Neal qu’autre chose. Ils avaient tous voulu jouer, ils ont perdu. Pourquoi chercher plus loin ? Neal ne les voyait pas comme eux le voyait et la rancœur était tellement grande, que Duncan & Esteban en étaient simplement dégoûtés; et cela pouvait se comprendre. Mais les quelques paroles des deux jeunes hommes semblait avoir attiré particulièrement l’attention de Rowlands. Alors comme ça, Duncan aurait été prêt à se couper son bras droit pour les beaux yeux de Neal ?! & d’après Esteban, Neal n’était pas le maître d’ocean grove & il ne se débarrassera pas si facilement d‘eux ? Intéressant vous ne vous trouvez pas ?! Mais le plus drôle dans l’histoire c’était la dernière phrase de Duncan, dit dans une rancœur inimaginable. Dit dans un méprit total, comme si c’était ce qui attendrait le jeune et fort Rowlands.
    Voyons Thomas, aurais-tu oublier que Neal n’est pas croyant… Et qu’il ne croit strictement en rien ?!

      « Je n‘ai pas cherché à fuir. Pas en 2002 du moins. Si j‘ai du partir, c‘est parce qu‘on ne m‘a pas laissé le choix. Et si je ne vous ai rien dis, c‘est parce que je n‘en jugeais pas utile. Neal se confiait peut-être un peu trop, mais il ne pouvait plus le cacher, si je suis finalement revenu ce n‘est pas pour vous. Pas pour cette ville, pas pour ces habitants, pas pour ma famille ni mes soit disant amis, pas parce que vous m‘avez manqués. Si je suis revenu c‘est uniquement pour…elle’ pensait-il sans le dire - seulement l’avouer n’était pas une bonne idée, il poursuivait alors quelques secondes plus tard - semblant chercher une justification, uniquement pour rien. Je ne sais même pas pourquoi je suis la. Mais maintenant que j‘y suis, je ne compte pas repartir. Pas tant que j‘aurais le choix! Termina-t-il d’une voix froide »


    Sa voix était hostile, son expression insensible et les mots qu’il employait était réfléchis et dit avec prudence. Il n’aurait jamais avoué tout et n’importe quoi, même pour sauver sa peau. Mais ce n’était pas la peur, qui actuellement le hantait. C’était seulement l’image qu’il allait renvoyer, la déformation de ses paroles provenant de ses deux ordures. Il savait qu’un jour ou l’autre, il y aurait confrontation avec d’autres personnes - à cause d’eux. Il devait donc se méfier de ce qu’ils pourraient comprendre et vouloir modifier. Mais même si il se devait d’être prudent sur ce terrain, rien n’empêchait à Duncan ni à Esteban de tout inventer face à Victoria. D’inventer des paroles et des gestes qui pourraient regretter face à elle seule. Bien qu’il est déjà été très dur avec elle - le fait de savoir que ses deux hommes pourraient être un atout majeur contre ses intentions ne pouvait que lui donner envie de les détruire davantage. Il était vrai, qu’il n’avait pas chercher à fuir - ni à s’excuser - ni à s’imposer. C’était plus par hasard qu’il était tombé sur Esteban, d’ailleurs ils n’habitaient pas très loin et finalement, ils s’étaient peut-être vu en retard. Pourtant Neal ne restait tellement peu chez lui - qu’en toute logique il aurait du tomber sur son ancien ami bien plus tôt. Mais ce qui avait marqué la conversation était sans doute le mépris de Neal envers Duncan. Il avait été si proche de lui auparavant - que même Esteban avait été surpris de le voir réagir si violement, si sèchement. Et quelques jours après cette discussion; Neal tombe comme par hasard face à Duncan & Esteban qui sont venus lui rendre visite chez lui. Un hasard ?

      « Alors dis-moi Neal, en souvenir de notre passé… Comment t’a tenu le choc en apprenant que Blythe avait eu pleins de petits copains? Sans oublier tous ceux qui ont réussis à lui enlever en un clin d’œil sa petite robe d’été.»

        Il y a des sourires, des gestes évidemment qui restent gravés éternellement. Tôt ou tard, une part de bonheur, puisqu’il nous faut affronter nos peurs - sans répéter les mêmes erreurs. On est en équilibre - on se croit fort et libre, comme des feuilles en automne; on tombe et on s’étonne.
        Il y a des instants qui arrêtent le temps et nous laissent désarmés, impuissants - des chagrins que personne ne console. Tout ce qu’on nous reprend si injustement; tout ce qui malgré nous change au gré du vent.
        Liane Foly - ‘Nous ne sommes presque rien’


    Comment rester d’un calme apparent face aux paroles cru du jeune homme ?! Que voulait-il à la fin ? Semblait-il fort en apparence après ses sous-entendu ? Neal dévisageait son ancien ami, reportant son attention entièrement sur lui. Étais-ce ce qu’il voulait ? Si tel était le cas; il y arrivait parfaitement. Mais à trop vouloir jouer avec le feu, on se brûle les ailes Carson - ne te l’a t’on jamais appris ? D’un point de vu extérieur, Neal semblait d’un calme apparent; doux comme un agneau, son sourire au coin des lèvres le laissait toutefois amère & particulièrement perplexe. Intérieurement - et aussi bien Duncan que Esteban seront à même de juger, il était intransigeant, cynique et d’une méfiance totale. Si autrefois, il aurait cassé la gueule à Esteban en lui avouant qu’il ne le croyait pas, mais que le fait de le frapper lui avait toutefois procurer un réel épanouissement - il était désormais moins évident de savoir le vrai du faux. Victoria avait toujours été franche envers Neal et comme tout deux étaient très proches, il savait qu’il pouvait avoir une totale confiance envers cette demoiselle - et que jamais, elle ne pourrait le décevoir. Toutefois, il gardait un œil sur elle, se devait de la protéger envers et contre tout le monde. Non pas par méfiance envers elle; mais parce qu'il connaissait parfaitement les pensées des autres hommes et beaucoup d'entre eux; étaient prêt à énormément de chose pour arriver à leur but. Il se devait d’être présent dans les moments les plus dur, les plus triste, comme il était présent lors de ses meilleurs jours. C’était telle la vision qu’il avait de sa relation avec elle. Et dès qu’elle avait besoin de lui, il abandonnait toujours ses activités et ses interlocuteurs du moment pour aller la retrouver. Heureusement qu’elle n’était pas une de ses adolescente caractérielle, qui faisait un caprice toutes les cinq minutes. Si Neal était si proche d’elle, c’est parce qu’il se sentait vivant & utile en sa présence. Il ne se passait pas une minute sans qu’un des deux ne rigole, ne parle, n’embête l’autre. Mais même en ayant conscience de ce qu’elle représentait pour lui; Neal était arrivé à passer au dessus de tout ça; il était plus obligé qu’autre chose d’accord, mais en revenant, il ne lui a montré qu’un visage froid, pâle et méfiant. Le Neal de Victoria - celui qui avait treize ans, était bel et bien mort, détruit, enterré. Ou n’est-il pas plutôt enfermé dans une rancœur ?

      « Tu es un beau salaud… Chuchota-t-il en direction d’Esteban, tout en souriant nerveusement. Il s’approcha de son ancien ami et en effleurant son oreille il ajouta; excuse-moi, tu es pire que ça. Je te conseille de bien en rire, tant qu‘il en est encore temps! Tout en se reculant, Esteban devait s’attendre au pire. »


    Il s’était relevé sans grande difficulté et se tenait droit en bas des marches. A la fin de la phrase d’Esteban, Neal était monté avec une rapidité pour se retrouver face à Carson. Silencieux comme une tombe, une nouvelle fois, il l’avait fixé durant de longues secondes - sans baisser un seul instant le regard. Duncan ne comptait même plus à ses yeux - seul Esteban & Neal comptait. Seul les paroles et les sous entendu formulés ne comptaient. Mais son calme apparent, cette décontraction fit interroger ses deux anciens amis. Rowlands voulu prendre la parole, et s’avançant alors tranquillement. Alors que Neal ne voulait pas tomber dans le piège. Il ne voulait plus paraître ce garçon si touchable quand on parlait de Victoria. Il voulait tellement savoir prendre le dessus face à ce genre de réplique. Mais il sentait qu‘il ne pourrait plus tenir très longtemps, ceci étant; il avait parlé d‘une voix calme, peut-être froide mais sans laisser transparaître son envie de vengeance. Il était fier de lui, fier de ne pas avoir envie de le frapper - ou du moins de résister. Mais Esteban le fixait, sentant la pression en Neal montait. Il savait qu‘il finirait par craquer, qu‘il finirait par avoir ce qu‘il voulait en touchant à Victoria. Il savait que Neal était faible quand on parlait d‘elle, il connaissait que trop bien son ami. C‘était pourquoi Neal tentait de reculer d‘un pas, alors que quelques secondes avant, il s‘était avancé vers Esteban pour lui chuchoter une phrase dans l‘oreille; même que Duncan avait pu entendre. Il avait tenté une énième fois, une provocation. Et sans se soucier de la réaction d‘un des deux jeunes hommes, Neal s‘était suffisamment reculer afin de prendre la puissance nécessaire pour taper là où ça faisait mal. Il avait réussit à maintenir durant de longues minutes pour casser en l‘espace d‘une seconde tous ces efforts. Mais la jubilation était suffisamment présente pour ne rien regretter. Esteban était recroquevillé sur lui-même, se tenant le visage en main. Échec et mat - aucune parade n'est possible; la fin semble si proche… Une fois de plus, Duncan & Neal semblaient vouloir s’affronter. Le jeune homme ne semblait pas apprécier qu’on puisse toucher à son ‘grand’ ami…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Ven 7 Aoû 2009 - 15:09

L'enfance fut surement la meilleure époque ou Duncan avait vécu et pourtant il n'est pas bien vieu pour penser cela, mais c'était à l'enfance ou les choses étaient les moins compliqués, les filles pas un soucis, les lois pas vraiment réelles, et les flics encore moins pénibles. Car à présent tout celà était bien plus compliqué pour lui, il avait des soucis que même ses potes ou plutôt à présent Esteban car il ne sait toujours pas quoi penser de Neal ne savaient même pas, n'étaient même pas à même de penser cela, comme chaques personnes sur Terre, Duncan avait ses secrets, c'est pourquoi il préférait amplement, la vie d'avant, celle où ils faisaient des concours de crachats, ou leurs bétises ne passaient pas pour des crimes, où personnes ne venaient les réprimander!
Duncan était au moins d'accord avec Esteban pour une fois il parlait bien et juste, il n'avait pas détruit son passé, et si il l'avait vraiment voulu il n'avait qu'à pas revenir, en détruissant son passé il ne fallait pas compter à retourner dans la ville de notre enfance, où tout nos amis d'enfance s'y trouve, Neal n'était qu'un idiot un pauvre idiot qui n'avait rien compris à la vie, à l'amitié et au passé, il ne pouvait pas se séparer d'eux comme ça même si il le souhaitait très fort, Duncan n'avait pas dis son dernier mot!
Esteban : -On peut pas s’enfuir comme un voleur et espérer que personne ne vas poser de questions ou essayer de comprendre. T’a rien détruit de ton passé Neal. La preuve t’es de retour à Ocean Grove. Tout ton passé est ici. Et si tu l’avais détruit, ta baraque n’existerais pas et tu aurais fuit toutes les personnes que tu as connu. Tu serais dans un autre pays sous un autre nom à espérer que personne ne te reconnaîtra. Désolé Neal, tu ne te débarrasseras pas de nous aussi facilement. T’es loin d’être maître ici.

Neal : « Je n‘ai pas cherché à fuir. Pas en 2002 du moins. Si j‘ai du partir, c‘est parce qu‘on ne m‘a pas laissé le choix. Et si je ne vous ai rien dis, c‘est parce que je n‘en jugeais pas utile. Neal se confiait peut-être un peu trop, mais il ne pouvait plus le cacher, si je suis finalement revenu ce n‘est pas pour vous. Pas pour cette ville, pas pour ces habitants, pas pour ma famille ni mes soit disant amis, pas parce que vous m‘avez manqués. Si je suis revenu c‘est uniquement pour… ‘elle’ pensait-il sans le dire - seulement l’avouer n’était pas une bonne idée, il poursuivait alors quelques secondes plus tard - semblant chercher une justification, uniquement pour rien. Je ne sais même pas pourquoi je suis la. Mais maintenant que j‘y suis, je ne compte pas repartir. Pas tant que j‘aurais le choix! Termina-t-il d’une voix froide »

Duncan eut un léger rire moqueur, il n'avait pas jugé bon et utile de leur dire, bah oui, c'est vrai c'était ça le rôle d'un ami, il avait tout compris à l'amitié, c'était pas ça l'amitié, c'était tout le contraire, il aurait au moins pu dire qu'il partait sans expliquer forcement, ils n'auraient pas compris le départ de Neal mais auraient au moins sû qu'il était allé ailleurs régler des problèmes! C'était pas compliqué un mot par SMS, un mot dans la boite au lettre, un au revoir de la main... Idiot, Idiot I-DI-OT >< Duncan était vert de rage contre son ami.


_Personne ne veut de toi ici Neal, tu n'es pas revenu pour nous, tu es revenu pour personne, tu te fais chier loin d'ici, cette ville tu l'aimes au fond de toi, mais t'as plus de coeur, ton coeur tu l'as vendu, tu... tu deviens comme ton père!

Esteban : -Alors dis-moi Neal, en souvenir de notre passé… il avait marqué une pause avant de continuer avec un sourire que Neal ne devait sans doute pas apprécier à voir. Comment t’a tenu le choc en apprenant que Blythe avait eu pleins de petits copains? Sans oublier tous ceux qui ont réussis à lui enlever en un clin d’œil sa petite robe d’été.

Duncan regarda Esteban en fronçant les sourcils et un sourire en coin, outch, un point pour Esteban, il était même fier de son ami, il déchirait il appuyait exactement là où ça faisait mal, il se souvient combien de fois Neal l'avait tapé lorsqu'il parlait d'aller voir Vick pour la faire chier, il se souvient la jalousie ou la possession qu'il avait pris sur Vick, et pourtant ils étaient jeunes à cette époque, il n'avait que 13 ans à peine...
Duncan ne croyait pas plus en Dieu ou autres choses, la messe de bons matins ne faisait pas partis de son emploi du temps mais en vain, l'enfer allait être pour Neal, et même si ce n'était pas une fois mort qu'il le verrait et rencontrerait alors le diable, pour Duncan Neal avait déjà passé un pacte avec le diable il était de l'autre côté du chemin, de la rivière, bref d'un truc qui les séparaient un peu plus à chaques secondes qui passaient, Esteban & Duncan étaient du même côté, ils n'étaient sur le côté forcement bon mais ils étaient loin de Neal et de son arrogance insupportable.
Duncan avait toujours préféré dans le passé Neal, même si Esteban était un bon ami, il avait trouvé en Neal un allié plus fort et plus kamikaze que Esteban et pourtant au jour d'aujourd'hui et cela depuis 7 ans à présent, il souffrait toujours de la disparition de cet ami, il avait eu l'occassion d'apprendre à connaître mieux Esteban de lui laisser une place parmis ses amis si cela était toujours possible bien sûr et voilà que maintenant, ils se retrouvaient tout les trois, mais un trio est pourtant bien plus compliqué à gérer qu'un duo, il y a toujours des histoires à 1 contre 2 c'est inévitable...
Duncan regarda alors son ami, il se méfiait des réactions de Neal, il se méfiait et avait pas peur mais regardait bien la scène de façon à pouvoir intervenir, il ne voulait pas que la bagarre reprenne sinon l'un des trois finiraient enterrés...
Il vit alors Neal monté les marches et se releva en un bon sur la défensive, il voulait pas laisser son ami face à l'autre, les rôles étaient à nouveaux inversés, Duncan se sentait de trop il était le séparateur, il voulait pas que cela reparte en live, il voulait partir et le laisser il n'en vallait pas la peine...
Il regardait attentivement la scène et alors que Neal semblait renoncé, tel un pauvre idiot, il repartit à la charge et lui mit un coup de pied entre les parties... Il fronça les sourcils et sauta au cou de Neal, il le plaqua alors à la porte et le souleva du sol; sa tête près de celle de Neal et il le regardait méchamment...Il murmura alors à Neal d'un air moqueur et chieur.


_En même temps y a pas que sa petite robe qui est tombée... Et même si on se l'ait tapé tu n'y peu rien mec, on est passé avant toi, on l'a fait crier et elle en redemandait, même un plan à trois lui a dit... Classe non...

Il lacha un petit rire à la tête de Neal et là il le relacha et avant même que Neal ne put reprendre son souffle étant donné que Duncan serrait son cou pour l'étrangler, il lui mit un coup de boule en plein visage...
Il souleva alors Esteban et lui prit le bras pour le porter et l'aider à marcher, il descendit les marches avec son ami et lui dit alors.


_Viens on se casse d'ici, ça pu le con.

Il ne regarda même pas derrière lui, Neal était mort pour lui... même si ça restait un bon joujou pour le faire chier comme il venait de le faire!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Dim 20 Sep 2009 - 5:33


    Si l'un d'eux avait osé un jour ouvrir un livre de psychologie, probablement qu'ils auraient découvert ce qui s'était passé. Nommé la contagion émotionnelle, celle-ci se caractérise par un processus où les émotions se propagent d'une personne à une autre. Déjà qu'au départ les trois hommes s'étaient entourés d'une barrière de malaise, le premier avait déjà fait le premier pas en se sentant attaqué. Et en quelques secondes, la situation s'était envenimée. Une situation qui reflétait un drame, qui s'exprimait par un ridicule, d'ont ils n'avaient même pas conscience. Les trois garçons avaient oublié le sage conseil que leurs mères respectives leur avaient enseigné en disant, qu'il vaut mieux tourner sa langue sept fois avant de parler. S'ils l'avaient fait, aucun d'eux auraient été blessés plus que les apparences. Un Neal, où l'apparence devait être son arme. Où l'orgueil et la fierté devait être ses seuls et uniques alliés. Une pensée où tout lui mènerait à son objectif. L'objectif de posséder ce qu'il veut, d'être, qui il veut et de faire ce qu'il veut, de son entourage. Un Duncan, blessé. Agressif qui cherche un moyen d'avoir ce qu'il veut. De trouver maladroitement des réponses, de soutirer ce qu'il aimerait entendre par des chemins évasifs et dangereux. Un Esteban, où la naïveté fait place à l'impulsivité. L'impuissance des mots, remplacés par les gestes maladroits. Par une envie d'arrêter les choses, sans toutefois décider d'être le premier à hisser le drapeau blanc. Alors, comme des hommes incapables d'entretenir une conversation civilisée dans les règles de l'art, ils usaient des armes qu'on leur avait offerts dès lors, la découverte de leur espèce. Leurs poings. Représentants légitime des hommes des cavernes, à se disputer les femmes du ''village'' et à se cogner immédiatement sur la tête pour avoir le dernier bout de viande. Pour les passants qui n'avaient pas compris les raisons de cette orientation, ils continuaient leur chemin légèrement inquiets... comme s'ils avaient conscience que la situation dégénérait. Et leur pressentiment était tout à fait fondé. La situation dégénérait. En y repensant avec recul, il n'y aurait pas eu d'autres manières, qu'elle se déroule autre que celle-ci. Cette authentique situation qui tout en remettant les trois hommes en question, les confrontaient malgré eux au supplice impardonnable du passé. Leurs visions terriblement différentes de la chose et pourtant si liées, ne leur permettait absolument aucune autre réaction que celle de repousser l'autre à comprendre... ou à apprendre. Leur amitié s'ancrait autour du noeud des apparences, de l'insouciance de leur jeunesse et cette envie irréprochable de faire taire les événements du passé. Si cette lutte incessante contre le retour en arrière faisait partie de leur philosophie de vie, l'apparition de l'un des leurs après une disparition bouleversante avait ébranlé leurs convictions. Surtout celles du jeune Esteban Carson. Il s'acharnait à convaincre Neal reprendre le moule qu'ils avaient façonnés pendant des années, derrière leurs apparences de voyous. Derrière l'insouciance des regards d'autrui. Il voulait forcer celui-ci à se lever entre les deux et progresser le chemin qu'ils façonnaient à mesure qu'une idée lumineuse germait dans leurs esprits. Esteban s'accrochait dur comme faire à cette image de trio où il pouvait continuer à ne jamais se soucier de rien, à rester au-dessus de toutes les choses, qui auraient pu normalement le toucher. Qui aurait pu normalement le remettre en question, ou encore lui faire naître de la culpabilité. Car Rowlands était plus que dangereux. Il était celui qui pouvait découvrir des choses. Esteban le ressentait. Le regard de Neal le lui inspirait. Oui, Neal Rowlands arrivait à inspirer de la crainte à Esteban Carson. Car ils se connaissaient trop. En quelques secondes, en un simple échange de regard et l’un et l’autre, offraient beaucoup trop d’information à l’adversaire. Neal apprenait qu’Esteban offrait à tous et chacun des facettes qui cachaient beaucoup de choses. Des facettes si importantes, que les détruire amènerait à un simple effet de domino. Alors qu’Esteban apprenait combien il était facile d’enfoncer une lame dans le cœur de pierre de celui-ci. Et si Esteban n’avait pas été celui qu’il était aujourd’hui, sans doute aurait-il était impressionné et troublé par cet attachement presque malsain à cette petite fille aux mèches blondes.


      Neal : « Tu es un beau salaud… excuse-moi, tu es pire que ça. Je te conseille de bien en rire, tant qu‘il en est encore temps! »


    Avec Neal, il pouvait sans se tromper considérer ses paroles avec sérieux. En quelques secondes il avait prononcé tout ce qu’il avait eu besoin pour conserver une distance entre eux. D’un faux pas, causé par un excès d’énervement et de colère, Esteban avait déclaré la guerre. Et sans la possibilité de revenir en arrière, il avait fait ce qu’il faisait de mieux. Assumer ses actes, sans regretter les conséquences. Au risque de souffrir en silence et se mentir en se disant que rien ne pourrait l’atteindre. Comme il en a si souvent l’habitude. La luxure est un si bel échappatoire. Et il n’était pas le seul parmi les trois à l’avoir découvert. Esteban était loin d’être le démon que bien des gens énonçaient de lui. Il avait simplement bien des apparences à entretenir. Droit et la tête haute, il suivait les mouvements sournois de Neal. Le voir réagir, viendrait confirmer qu’il avait réussi. Neal devait résister à l’impossible. Celle de laisser paraître qu’il était bien plus fort qu’on le croyait et que Victoria Blythe n’était plus l’élément qui le faisait mettre hors de lui. Que Victoria n’était plus qu’histoire du passé et que tout comme il leur demandait de faire à leurs tours, il l’avait oublié au fruit d’un futur solitaire. Mais Carson n’était pas totalement un con. S’il s’était trompé, Neal se serait mis à rire. Il aurait eu se rire moqueur en lui disant qu’il se trompait complètement sur son compte. Le même rire qui aurait complètement déstabilisé Esteban, qui celui-même qui se serait rendu compte qu’il était désormais désarmé devant Rowlands. Car avait-il vraiment une autre arme que cette Blythe? Non. Les trois mousquetaires avaient inconsciemment transformé leur environnement pour que les armes soient limitées et que les secrets soient de mises. Il est bien plus facile d'entretenir une relation amicale avec des gens qui ne posent pas de questions. Ainsi toutes les personnes, même les plus dangereuses réussissent à se lier de pair avec les plus doux. C'était pourquoi en y repensant bien, Neal n'avait pas tellement d'arme contre lui. Qu'aurait-il pu lui dire pour le choquer? Lui énoncer qu'il était un beau salaud n'était pas, à proprement parler, insultant. Pas pour lui. Combien de demoiselles nues le lui avaient crié par la tête alors qu'il claquait la porte de sa voiture les laissant après une nuit de sexe? Beaucoup trop, pour qu'il n'en prenne plus compte. Neal restait un homme dangereux, autant qu'Esteban pouvait l'être face à Neal. Les armes pouvaient se dévoiler. L'utilisation restait dangereuse. Il n'en avait pas plus ajouté. Ce n'était nullement nécessaire. Esteban savait qu'il avait réussi. Neal pouvait éprouver n'importe quelle émotion qu'il était prêt à subir la vague de violence qui s'en suivrait. Après tout, il avait planté l'arme le premier. Alors qu'il aurait voulu ne jamais l'avoir fait.

    Sans l'avouer lui-même, il en voulait à Duncan. Cet imbécile de Thomas avait sauté sur la première occasion pour se pointer à l'appartement de Neal dans l'idée géniale de le tabasser et de s'enfuir ensuite. Dans quelle ridicule idée avait il envisagé la présence d'Esteban Carson à la résolution de ce qui se serait terminé en bagarre générale? Avait-il dès le début compris qu'Esteban frapperait là où ça ferait mal? Qu'il frapperait plus fort? Duncan avait brandit d'une certaine manière, Carson comme une arme face à Rowlands. Et il avait sans doute eu la meilleure arme. Duncan possédait deux armes. Esteban en plus de trouver les mots pour blesser Neal, savait s'imposer pour empêcher Neal de démolir complètement Duncan. Il avait eu la meilleure stratégie des deux autres hommes. Et ce n'était pas encore le moment pour eux de s'en rendre compte. Mais Esteban ressentait au fond de lui l'envie irréprochable de faire du mal autant à Neal qu'à Duncan. La meilleure façon qu'il avait était celle de le trahir toujours un peu plus dans son dos. Une sensation de pouvoir, face à celle de mentir trahissant un secret qui cache un désir de possession. Un désir de comprendre peut-être à son tour ce pourquoi ils jurent que ce n'est que la meilleure chose au monde. Mais il ne pouvait se douter que s'était et de loin la mauvaise manière de les comprendre. De longues et silencieuses secondes s'écoulaient toujours alors qu'Esteban maudissait l'instant présent, prenant conscience de la situation de non retour à mesure que Neal franchissait les pas qui les séparaient. Le temps passa. Esteban attendit que vienne le fruit de ses récoltes. Et alors que le poing de Neal se fracassait contre son visage, Esteban ne riposta aucunement savourant sa première victoire. La victoire qui signifiait le début des hostilités. La lutte incessante entre Esteban, Duncan et Neal. Car aucun n'était réellement destiné à être l'ami de l'autre.


      Duncan : «En même temps, y a pas que sa petite robe qui est tombée... Et même si on se l'ait tapé tu n'y peu rien mec, on est passé avant toi, on l'a fait crier et elle en redemandait, même un plan à trois lui a dit... Classe non... Viens on se casse d'ici, ça pu le con.»


    Même Duncan avait compris que c’était la fin. Et le renouveau. Esteban sentait son œil atteint oser verser quelques larmes, alors qu’il serrait les dents en supportant la douleur. Duncan semblait troublé, il en avait ajouté beaucoup trop d’une maladresse qui rendait le mensonge moins crédible, mais Esteban s’en foutait. Si leur but avait été de détruire leur attachement premier, ils avaient réussi de A à Z. Aidé par Duncan, Esteban s’orientait déjà de quelques pas afin de partir. La riposte avait été lancée et reçu avec vaillance. Les hostilités retrouveraient bien assez tôt leurs armes. C’était le renouveau. Le début de la fin. Alors qu’il descendait une à une, les petites marches du balcon, Esteban jeta un œil vers Neal une dernière fois et lui fit un doigt d’honneur avec un sourire idiot.


    Neal Rowlands, sois mon ennemi au nom de notre amitié.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan Dim 27 Sep 2009 - 17:02

      « Personne ne veut de toi ici Neal, tu n'es pas revenu pour nous, tu es revenu pour personne, tu te fais chier loin d'ici, cette ville tu l'aimes au fond de toi, mais t'as plus de coeur, ton coeur tu l'as vendu, tu... tu deviens comme ton père! »


    Ce qui faisait le plus mal dans l’histoire n’était pas les mots proprement dis, ou la personne qui venait de parler - mais plutôt le fait que ça soit la vérité. Oui bien sur Neal aimait cette ville, son ancienne vie, cette ancienne popularité, la maîtrise que le trio avait autrefois eu. Il n’aimait pas spécialement les habitants mais il était attiré par eux. Il appréciait ses deux anciens camarades mais ne voyait pas l’obligation de devoir rester toute une vie en leur compagnie. Mais Duncan n’avait pas tord & le jeune homme aurait voulu démentir, dire que tout était faux, qu’il n’avait rien compris à l’histoire - rien compris à la vie. Mais il ne savait pas mentir - pas de cette manière du moins; et toute la vérité se lirait dans son regard, comme dans un livre ouvert. Il s’était donc abstenue de parler, aucun son ne sortit de sa bouche - il était comme muet. Et puis, Thomas était l’être qui le connaissait sans doute le mieux - pas même Victoria ne connaissait ce que Duncan paraissait savoir. Pourtant, jamais Neal ne lui en avait parlé - jamais il n’aurait osé trahir la confiance de ce père - jamais ! Et malgré ça, Duncan connaissait les divers problèmes que ce père créer au sein de la famille, il n’en avait pas eu confirmation, mais il s’en doutait. Il en avait la certitude qui troublait Neal. Le jeune homme était désormais à même de se poser diverses questions, de faire la part des choses. Peut-être qu’un soir où ils avaient trop bu, Neal avait tout balancé, révélé tous les mystères que les Rowlands émanent. Et peut-être que Duncan, en tenant mieux l’alcool que Neal, se rappelait de tous les détails - ou des principaux. Mais ce qui semblait l'énervé davantage, c'était qu'il ne se souvenait de rien - ce souvenir était le néant. Rowlands déporta toute son attention sur Thomas, scrutant ses moindres fais et gestes. Fixant le moindre de ses regards, les mains tremblantes de colère. Rien qu’à l’idée qu’il puisse savoir le quart de ce qu'il avait si bien caché depuis tout petit avait le don de provoquer une rage violente chez lui - qui néanmoins voulait garder le contrôle de ses pulsions. Il se surprenait lui-même, il aurait envie que d’une seule chose à cet instant précis : détruire la tête de Thomas et l’envoyer une bonne fois pour toute à l’hosto. Ou pire encore : au cimetière mais son souffle tenter de l’apaiser, en vain…

      « En même temps y a pas que sa petite robe qui est tombée... Et même si on se l'ait tapé tu n'y peu rien mec, on est passé avant toi, on l'a fait crier et elle en redemandait, même un plan à trois lui a dit... Classe non... »


    Duncan avec une certaine fermeté venait de soulever Neal du sol, le tenant par le col de son tee shirt. Il se débattait tant bien que mal, mais sans doute prit dans une fureur, les coups partaient dans le vide. Neal se sentait comme aveugle, petit et inoffensif. Ce qui finalement, l’énervait davantage. Ses bras tenaient ceux de Duncan et en le pressant, il pensait que ça suffirait. Ses pieds se débattaient dans le vide, en tentant de viser les parties de Duncan qui esquivait chaque coup en ayant un sourire moqueur au coin des lèvres. Il connaissait suffisamment Neal pour savoir où il voulait viser, et ce qu’il comptait faire. Thomas l’obligea à garder la tête en arrière, en appuyant sèchement sur le cou de Neal tout en le pressant pour l’étrangler. Chose réussie, Rowlands avait de plus en plus de mal à respirer, il tentait de garder la tête haute, de ne pas baisser le regard malgré la douleur que lui provoquait Duncan. Il devait être fière de lui à cet instant, il devait se sentir fort & puissant. Plus les secondes passaient, plus Neal manquait d’air. Seul son nez lui permettait de ne pas perdre la partie, mais l’air expiré par ce dernier ne suffisait pas pour le jeune homme. Et malgré la tension, malgré l’énervement, malgré l’excitation - malgré tout, Neal arrivait à tenir son regard sur lui. Un regard qu’il avait rarement employé sur cet ami, hautain, méprisant, sadique… Si Neal avait perdu cette bataille - il n’avait pas perdu la guerre ! Neal venait de retomber de tout son corps sur le sol, émettant un bruit assourdissant à ce contact. Sa jambe gauche venait de s’aplatir également sur le sol, lui arrachant une douleur aigu tandis que ses deux mains avaient réussis à protéger tant bien que mal son visage - le sang dégoulinait de son nez et de sa bouche. Mais il ne ressentait pas la douleur - où cette dernière lui faisait bien moins mal que sa colère. Après quelques secondes de répit, Duncan s’était précipité pour aider Esteban - Neal en avait profité pour se relever difficilement, se tenant à la barrière, il eut d’abord du mal à reprendre connaissance correctement. La rue semblait être floue, et ses deux amis lui tournaient autour - c’était du moins ce qu’il apercevait. Et après quelques secondes il pu enfin observer que rien autour de lui, ne bougeait. Aussitôt il reporta sa main sur son nez et la vision du sang lui prouva de la violence soudaine de Thomas. Sans jamais vouloir perdre la bataille, il se jeta sur son ancien ami - comme ce dernier l’avait fais avec lui. Poussant Esteban au passage.

      « Je t'interdis de parler d'elle de cette façon - il secoua Duncan d'une façon très violente en l'attrapant à son tour par le col de son tee shirt, tu m'entends quand je te parle ?! Ajouta t'il en tapant la tête de ce dernier contre le torse de Carson qui ne réalisait pas vraiment ce qui se passait - encore affaiblie par le coup de Rowlands.
      Tu n'as toujours été qu'un bouche trou à ses yeux, je le sais! Je la connais mieux que vous deux réunit même avec sept ans d'absence… Un bouche trou… Juste histoire de faire mal où ça pouvait le faire »

    Il venait d’ajouter cette dernière phrase avec une rancœur visible, presque moqueuse tellement que c’était flagrant à ses yeux. Neal savait que pour Victoria, ses deux anciens amis n’étaient presque rien à ses yeux, même avec sept ans d’absence, il se savait en avantage. Jamais Victoria ne pourrait renoncer à son passé avec lui pour deux êtres ignobles voulant la faire passer pour une fille facile. Et à cette image, il eut ce besoin de vouloir les détruire. Pourtant Neal le lâcha mais pas du regard. Il savait qu’il était plus faible qu’il y a quelques minutes et déjà sa tête recommençait à tourner. Aussi, il se laissa tomber contre la rambarde pendant que les deux jeunes autres garçons s’apprêtaient à quitter le lieu

      « Viens on se casse d'ici, ça pu le con Il attrapa Esteban au vol, descendant les marches »
      « C'est ça, casse-toi avec ton bouffon ! Sa voix était désinvolte mais plus faible »


    Ajouta-t‘il tout en regardant les deux bouffons partir loin de lui. Duncan semblait presser, avait-il peur de faire demi tour et de commettre l‘irréparable ? D‘un coup de colère, Neal shoota sur un caillou et vînt heurter le crâne de Duncan qui lâche par surprise un "oh" avant de se retourner vers son ancien ami, le dévisageant du regard. Neal le soutenait comme jamais, le provoquait à venir le rejoindre pour un nouveau duel. Neal était tellement sur les nerfs, qu‘il n‘aurait pas eu de mal à les poursuivre, toutefois il voulait agir différemment, et battre ses envies de vengeance. Esteban les connaissant mieux que quiconque tira avec lui le jeune Thomas pour ne pas qu‘il fasse demi tour. Pourtant, ce dernier s‘apprêtait à aller rejoindre Neal mais la force employé soudainement par Carson l‘en empêcha. Il tourna son regard vers son ami, échangeant un bref clin d‘œil avant de poursuivre leurs courses. Avant que ses jambes ne se mirent à courir, Esteban se retourna une dernière fois vers Rowlands et lui fit le doigt d‘honneur avec un sourire niais dont lui seul avait le don. Neal bougonna quelque chose d’incompréhensible avant de ne plus avoir dans son champs de vision ses deux anciens camarades. Claquant la porte de chez lui, il était extrêmement tendu et irrité. Si il avait eu une personne devant lui, il se serait probablement battu avec cette dernier même si il s’agissait de son cousin. Mais Neal Rowlands n’avait pas dis son dernier mot et il savait qu’un jour où l’autre, il recroiserait la route de l’un d’eux - si ce n’est des deux. Et ce jour là, aucune alternative ne serait envisageable - si ce n’est une guerre sans merci !

    La vengeance est une justice sauvage…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan

Revenir en haut Aller en bas
 

Enfin les retrouvailles, ou pas!!!! #Esteban / Neal / Duncan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-