AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Talking wise endlessly... with miss Random

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Talking wise endlessly... with miss Random Jeu 23 Juil 2009 - 23:25

    FLASH-BACK

Le texte était prêt dans sa tête et prêt à être envoyé. Il l'avait lu et relu une bonne dizaine de fois, histoire de ne pas laisser de fautes d'orthographes ou de phrases au sens plus que douteux, se demandant si tout était clair et fidèle à ce qu'il voulait dire. Oui bien sûr, même s'il en éloignait au fur et à mesure de ses retouches, alors il avait finalement envoyé le texte tel quel avant de se compromettre plus. En règle générale, envoyer un mail ne lui posait pas de problème, mais là c'était suffisamment important pour faire attention. L'avenir de sa carrière d'écrivain ne dépendrait pas -totalement- de ce qui suivrait, mais il y serait néanmoins lié, alors il tentait de mettre toutes les chances de son côté.

    From: Basil LANE
    To: Lucie RANDOM
    Object: lecture

    Bonjour,

    Voilà bien longtemps que je reporte (et je m'excuse pour mon silence de ces derniers mois), mais je crois qu'il est enfin temps pour moi de mettre un terme à mon travail. Je viens de terminer les dernières corrections de mon texte et j'aimerai que vous le lisiez pour me donner vos remarques et critiques, comme vous le faisiez l'an dernier.
    Seriez vous disponible un jour pour en discuter?

    En vous remerciant par avance,
    Basil Lane

Le ton était cordial, mais assez froid. En même temps, dès qu'il essayait de rendre son message plus amical il avait l'impression de le devenir un peu trop. Quoi qu'il en soit, même s'il n'était actuellement plus son élève, le fait d'avoir coupé contact pendant quasiment 5 mois le gênait, et il se voyait mal renouer avec un "hey! ça va? Ça vous dit de prendre un verre un de ces jour pour parler de mes écrits?!" Quelque chose de cet ordre était absolument hors de question, et ce quelle que soit la façon avec laquelle on pouvait envisager les choses!
Et puis la réponse était vite venue, le soir même. Petit moment d'appréhension au moment de l'affichage du message alors qu'il n'avait pas de raison de l'être, et le rendez-vous avait été fixé au samedi suivant, 18h pour être sûr d'avoir le temps de discuter un peu et de boire un verre, au Blue Lagoon Bar. Ce n'était pas le genre d'endroit que Basil fréquentait régulièrement, mais l'établissement avait le mérite d'être relativement calme malgré le monde qui y venait, et l'on y était toujours bien reçu.
    FIN DU FLASH BACK

Sur la route qui le menait au Blue Lagoon Bar où il avait rendez-vous avec Lucie Random, Basil marchait rapidement. Il était dans les temps, en avance même, ce qui n'était pas vraiment dans ses habitudes d'éternel retardataire, mais aujourd'hui était un jour particulier. Au cas où il l'oublierait, à chacun de ses pas il sentait le contenu de son sac lui rentrer dans la cuisse. C'était désagréable, vous vous en doutez bien, mais il avait beau essayer de ranger ses affaires autrement, un coin continuait à le gênait, alors il tentait de se convaincre que se serait encore une souffrance avant d'arriver à l'achèvement de son œuvre. Et oui, rien que ça! Mais il fallait le comprendre, cela faisait maintenant près d'un an qu'il l'écrivait, et près de trois ans qu'il en avait le schéma en tête. De mauvaises langues diraient probablement qu'étant d'inspiration autobiographique, ça ne devrait pas être si compliqué, mais il niait à chaque fois avec force, expliquant que même si certains faits étaient réels, la trame du roman était inventée. Libre au gens de le croire ou non. Mais s'il y avait une chose sur laquelle il n'y avait pas moyen de discuter, c'était le sérieux qu'il mettait à la tache. Beaucoup pensent qu'un écrivain est juste quelqu'un qui a la chance de tirer profit de facilités littéraires, mais pour lui cela relevait vraiment du travail. Mais il aimait ça, alors même s'il devait faire quelques sacrifices pour parvenir au résultat espéré, et bien il les faisait. Il n'y avait qu'à voir sa tenue pour s'en rendre compte. Comme un jeune homme qui passe un entretien, il avait troqué ses habituels tee-shirt/converses pour une chemise et des chaussures plus habillées. Ça ne changerait pas la façon dont se déroulerait la soirée, mais c'était un moyen pour le rassurer. Et il souriait le long des rues d'Ocean Grove.
Il arriva au bar une quinzaine de minutes en avance, chercha son ancien professeur des yeux, et ne la voyant pas s'installa à une table un peu à l'écart -bien que visible depuis l'entrée- où ils n'auraient pas à parler trop fort pour se faire entendre l'un de l'autre. Ca ne serait pas vraiment gênant, juste... désagréable, et il préférait que la soirée se passe bien. Enfin la soirée, ça ça restait à déterminer, mais au moins pour la partie de la soirée. Il balaya de la main les quelques miettes qui restaient sur la table, et y posa son précieux manuscrit. 192 pages dacylographiées par ses soins et qui l'avait convaincu que jamais il ne se relancerait dans une entreprise aussi ennuyeuse. Il avait l'habitude de mettre ses notes de cours au propre à l'ordinateur, et là c'était son texte, un texte qu'il connaissait parfois par cœur, mais osciller entre des feuilles de papier et le clavier de son ordinateur lui avait fait perdre plus de forces que ça ne lui avait fait gagner du temps.

Monsieur, je vous sers quelque chose?

Une serveuse s'était approchée sans qu'il ne s'en rende compte et le sortit de ses rêveries. En même temps, un rien pouvait l'en sortir, alors elle n'avait pas de raison de culpabiliser pour l'avoir fait sursauter.

Oui. Une bière s'il vous plait.

Elle répéta la commande comme pour mieux s'en souvenir, puis revint avec en l'espace de trente secondes. Il n'avait pas compté, mais le laps de temps lui avait semblé très court, et comme il était l'un des rares clients pour l'instant elle devait essayer de les impressionner. Il la remercia et la regarda s'éloigner, se disant qu'il l'avait déjà vue quelque part, mais en étant incapable de se souvenir où. A la fac peut être, ou alors la dernière fois qu'il était venu ici... Impossible de s'en rappeler. Ah, ça c'était bon! Lui qui se ventait d'avoir une excellente mémoire, si elle commençait à le lachait c'était mauvais signe. Il ne pouvait pas rejeter la faute sur sa nervosité puisqu'il se sentait bien, confiant de la façon dont les choses se dérouleraient avec Miss Random. D'ailleurs, il était justement en train de penser à elle quand il la vit rentrer dans le bar. Il leva un bras et agita la main pour lui signaler sa présence jusqu'à ce qu'elle le repère et se dirige vers lui.
Il soupira. C'était maintenant que les choses sérieuses, vraiment sérieuses, commençaient et il allait devoir faire de son mieux. Rien d'impossible, donc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Talking wise endlessly... with miss Random Lun 27 Juil 2009 - 17:34




    Je n'avais jamais imaginer un jour avoir pour élève une personne désireuse d'écrire,de faire partager son ambition. Moi même dévorant les livres, lisant tout ce qui me tombait sous la main, j'avais tenté dans le passé de créer moi même mon univers, sans grand succès. Ce travail prenait des heures, des jours, des mois et même plutôt des années, et j'étais bien trop impatiente pour travailler sans relâche un ouvrage qui ne me permettrait pas de vivre. Autrefois, étudiante moi aussi, je travaillais dans perdre de temps pour m'amuser, je n'avais aucun ami, un petit ami partageait mes jours depuis mes seize ans, mais, notre histoire se termina dix ans plus tard alors que tous pensaient que notre vie continuerait aveuglement sur le chemin du partage.



        Juillet 2oo8
        Seule, quelque part


        Je marchais sans but premier, ne sachant quoi faire, j'étais seule et le visage en larmes, je ne savait pas où ma vie me mènerait. Voilà dix ans que nos vies n'étaient plus qu'une, nous partagions tout, je travaillais sans relâche, le laissant guider mes pas, mon diplôme en poche, je n'étais que trop fière de pouvoir enseigner la littérature à de jeunes adultes, ma vie démarrait enfin. Et puis il est parti sans un mot, me laissant seule à la dérive, ne sachant quoi faire. Après des mois de souffrances, j'ai alors décidé de tout plaquer pour devenir ce que je n'avais jamais été : une femme. Me laissant guider, je suis devenue celle que j'avais toujours refusée d'être : une coureuse. Allant de bras en bras, je n'ai jamais plus eu de vie amoureuse, du moins, pas réellement, c'est le coeur brisé que je suis arrivée dans cette ville où j'ai fais mes premiers pas dans l'enseignement.

        Tout de suite, je me suis attachée à cet élève portant le pseudonyme de Basil Lane. C'est avec tristesse que je l'ai laissé partir, mais avec joie que j'ai repris contact. Lisant avec passion son écrit, je me suis laissée à rêver. Et, quelle ne fut pas ma joie d'apprendre que je le reverrais, un jour qui arriva rapidement



    Juillet 2oo9
    The Blue Lagoon Bar


    Je suis arrivée un peu en retard, comme à mon habitude, j'aimais me préparer pour chacun de mes rendez vous, amoureux ou pas. Ce jour là, l'étouffante chaleur me fit mettre un petit taleur qui m'allait à merveille. Quelque chose de sérieux à la fois, de léger et de sensuelle, parce que j'étais devenue ce genre de femme, ne portant plus que des vêtements qui me mettaient en valeur. Des yeux je l'ai cherché, et aperçu alors une main virevoltant dans l'air, j'ai esquissé un sourire et me suis avancée vers Basil. L'émotion s'empara de moi et je ne su que dire sur le moment, avec une pointe de perdition, je lui ai dis

      Bonjour Basil, je suis heureuse de te revoir


    Et je ne mentais pas en le lui disant, revoir un élève avec qui j'avais eu une certaine affinité me plaisais beaucoup, je ne savais plus quoi dire d'autres, je me suis alors assise en face de Basil, le regardant le sourire aux lèvres

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Talking wise endlessly... with miss Random Sam 1 Aoû 2009 - 10:22

Vous le savez probablement, mais revoir quelqu'un que l'on n'a pas vu depuis longtemps est toujours un moment très bizarre. Il y a la joie de revoir cette personne, de savoir que l'on va passer un bon moment avec elle, et puis une sorte d'appréhension à se demander ce que l'on va bien pouvoir dire et faire. Car oui, perdre de vue quelqu'un, c'est créer une brisure dans une relation, et l'on ignore comment cela a été comblé par l'autre. Il y a donc généralement une phase des retrouvailles où l'on se sourit, assez niaisement il faut l'avouer, avant de retrouver ses marques et de recommencer là où les choses avaient été arrêtées.
Basil regarda son ancien professeur se diriger vers sa table. Elle n'avait pas changé, toujours aussi élégante et habilement mise en valeur par ce qu'elle portait, le genre de détails qui rendait amoureux la moitié des étudiants qui assistaient à ses cours. D'ailleurs, soyons honnêtes, remplacez la par un vieux bonhomme chauve et grassouillet et vous auriez perdu ces mêmes élèves. La littérature n'attire pas toujours autant les foules que ce qu'elle devrait. Et si voulez tout savoir, Basil se trouvait un peu dans les deux camps à la fois. Avant tout pour la matière, et puis un peu pour celle qui l'enseignait parce qu'elle le faisait bien. Il était du genre à observer ses enseignants, leur façon de transmettre leur passion, de s'animer à partir de mots et de leur donner envie de s'y engouffrer à leur tour; et s'ils étaient agréables à regarder, ça ne gâchait rien. Après tout, si le cours n'était pas mené par le vieux grassouillet mais avec un jeune prof charismatique et hautement charmant ça ne pouvait qu'être mieux. La revoir lui rappelait tous ces bons côtés qu'avaient la fac, et lui donnaient presque envie d'y retourner avec impatience. Le moment de la rentrée arriverait de toute façon bien assez tôt puisque son année sabbatique touchait à son terme. Et ce texte était la seule chose qu'il avait réussi à mener à bien, contrairement à tous les projets qu'il avait et qu'il serait obligé de mettre entre parenthèse, sauf évolution particulière et surtout inattendue.
Bonjour Basil, je suis heureuse de te revoir. Il la regarda s'assoir en souriant lui aussi, rassuré de voir qu'elle avait toujours cette sorte de don pour mettre en confiance les gens, même en une seule phrase. Peut être qu'il était le seul sur qui ce don avait de l'emprise, mais il l'avait particulièrement apprécié quand il avait du passer son oral avec elle.
    Moi aussi. Et merci d'être venue, ça me fait vraiment plaisir que vous ayez accepté.

C'était la moindre des choses d'être franc avec elle. OK, c'était pas vraiment dans ses habitudes de mentir non plus, mais suivant ses interlocuteurs, il ressentait plus ou moins le besoin de vider ce que sa conscience lui dictait. Il n'allait pas lui proposer une valse non plus, même s'il sentait tout tourner à l'intérieur de sa tête, comme à chaque fois qu'il entreprenait quelque chose de nouveau, et présenter son roman était bel et ben une expérience nouvelle. Il enchaîna, tant qu'à s'échanger des politesses autant le faire complètement.
    Je suis désolé de vous embêter, une fois de plus, avec mes histoires, mais j'avais beaucoup apprécié tout ce que vous aviez fait pour moi l'an dernier. Ça m'a vraiment bien aidé pour continuer.

Et ça aussi, c'était vrai. Parfois, quand il se relisait, il avait l'impression d'entendre sa voix lui commenter des passages: "Non, là c'est un peu trop confus. Il y a de l'idée mais il faudrait développer un peu plus. Et tel personnage agit très bizarrement, ça ne correspond pas à son caractère, regarde." Et il se relisait et comprenait qu'elle avait raison. Même quand elle n'était qu'une petite voix dans sa tête. Mais comme une incarnation matérielle ne remplace jamais l'idée que l'on s'en fait, il avait fait appel à elle, au nom du "bon vieux temps". Il avait hésité, déjà parce qu'il n'avait pas donné signe de vie pendant quelques mois (pas bien), et puis parce qu'il n'avait pas envie d'abuser de son temps non plus. Elle avait toujours eu l'air enchanté de suivre ce qu'il faisait, mais comme là ce n'était pas juste une ou deux copie doubles qu'il lui montrait, le problème était différent. Quoi qu'il en soit, il avait préféré s'en excuser, histoire de mettre les choses au point et de calmer cette petite part en lui qui lui conseillait de le faire. L'autre part étant bien entendu concentrée sur autre chose que des politesses.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Talking wise endlessly... with miss Random

Revenir en haut Aller en bas
 

Talking wise endlessly... with miss Random

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: The Blue Lagoon Bar-