AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1315 McKluzi ; Stay with me and I'll be fine .. [PV Venus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: N°1315 McKluzi ; Stay with me and I'll be fine .. [PV Venus] Dim 26 Juil 2009 - 16:28


    S T A Y . W I T H . M E . A N D . I ' L L . B E . F I N E



La nuit porte conseil paraît-il. Ezéchièl ne comptait plus ses nuits blanches, et pourtant ses idées de semblaient pas moins floues pour autant, bien au contraire. Plus le temps passait, plus il s’embourbait dans le doute, il n’arrivait plus à y voir clair. La colère lui montant rapidement à la tête n’arrangeant rien. Sa petite sœur était de sortie ce qui ne lui plaisait absolument pas, « mais il faut la laisser faire un peu sa vie. » lui avait dit sa chère colocataire. C’est sur il l’a couvait trop, mais comment faire autrement. De toute façon il avait toujours eu cette attitude paternaliste avec les gens qui compte pour lui. Et le cycle continuait de se répété.
Il avait récemment fait la connaissance d’une jeune fille, la rencontre il préférait l’oublier en quelque sorte. Non pas qu’il regrettait de l’avoir connue, non bien au contraire, à présent elle faisait partie des personnes les plus importantes pour lui, il ne pourrait en aucun cas le regretter. Mais disons que ce soir là tout aurait pu mieux se passer. Pour se rassurer il se disait souvent que leur relation ne serait pas aussi spéciale sans cette mésaventure.
La solitude était l’une des choses qu’il affectionnait et haïssait le plus à la fois. Sans savoir réellement pourquoi se retrouver seul l’apaiser, il n’avait plus besoin de sourire faussement si il n’en avait pas envie, mais en même temps la solitude lui donnait une impression de vide immense. Comme si sa vie n’avait pas de sens, comme si il lui manquait quelque chose. Bien sur il amputait sa à la « fusion » existant entre lui et sa jeune sœur. Mais il avait conscience qu’il s’agissait plutôt de la vision qu’il a de lui et de sa piètre utilité. Même si protéger est la chose qu’il semble faire le mieux, il n’a plus l’impression que ça soit d’une grande utilité. Qu’importe il ne voyait pas quoi faire d’autre. Ce soir il avait besoin de légèreté mais il savait que le numéro qu’il avait composé ne l’aiderai pas forcement.

Venus était l’une des rares personnes à le comprendre vraiment, ils se complétaient, avaient besoin l’un de l’autre. Ses crises de colère ne l’effrayait pas au contraire, il se sentait lui-même avec elle. Ce n’était pas la légèreté qu’il voulait vraiment, se débattre avec lui-même lui était vraiment difficile. Mais il n’avait pas envie de rentrer dans la peau d’un personnage inventer de toute pièce pour ne pas avoir à trop penser. Si l’on reprochait bien souvent aux hommes de ne jamais réfléchir, c’était bien une chose qu’on ne pourrait pas lui reprocher, à moins de pousser le vice et lui dire qu’il pense trop, chose à laquelle il acquiescerai sans la moindre hésitation.
La jeune femme était là depuis plus d’une heure, ils avaient passé leur temps, dans le jardin des Mckluzi, admirant les étoiles parlant de tout et rien, elle était un peu comme chez elle ici, et pouvait allez et venir comme bon lui semblait. Et apparemment elle trouvait que le jardin manquait sacrement de boisson. Pendant que la belle demoiselle partait en excursion dans la cuisine Ezéchièl resta assis sur les marches. Un succession de bruit, d’image défilait dans sa tête, un rien pouvait remonter tout ça à la surface et même le parfum enivrant de la jeune femme ne pouvait pas empêcher ça. Lorsqu’elle vint le rejoindre il avait la mâchoire crispé, les points sérer, le regard dans le vague. C’est que lorsqu’elle lui prit le bras qu’il s’aperçut de sa présence, affichant un sourire tellement faux qu’elle ne pourrait que le remarquer.

    ▬ « Déjà là ?! Tu as trouvé ton bonheur? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1315 McKluzi ; Stay with me and I'll be fine .. [PV Venus] Dim 26 Juil 2009 - 19:32

    Je mentirais si je disais que ce soir j'avais prévu de venir voir Ezéchièl. N'aller pas imaginer par là que je ne l'aime pas au contraire, j'adore mon grand protecteur, mon ami quelqu'un de très important pour moi. Alors, pourquoi si je n'avais pas prévu de venir chez lui, je me trouvais dans ses bras ? Tout simplement pour sa soeur. En effet, la demoiselle et moi nous étendions très bien même si ce n'était pas aussi grand qu'avec son frère on s'entendait quand même bine. Elle n'aimait pas le voir seul alors elle m'avait demandé de veiller sur lui pendant qu'elle n'était pas là. Ezéchièl et moi c'est un début étrange mais qui nous a grandement rapproché. Une rencontre comme on en fait pas et surtout même si je ne le connais pas depuis longtemps je l'accepte tel qu'il est. Je ne suis pas du genre à avoir peur lorsqu'il se met en colère, je serais même plutôt du genre à le serrer fort contre moi pour le calmer au risque de me prendre une gifle ou autre de toute façon je sais qu'il regretterait. J'étais donc venue chez lui comme but premier de rassurer sa soeur mais aussi surtout parce que j'adorais passer du temps avec lui. Si j'avais le choix de passer une soirée avec Ezéchièl ou d'aller en soirée, je préférais une soirée avec lui car ce jeune homme fallait bien toutes les coucheries du monde. J'étais arrivée chez lui habillée assez simplement, un jeans accompagné d'un débardeur blanc, il faisait chaud pas besoin de veste. De toute façon je pourrais venir chez Eze en pyjama qu'il m'accueillerait encore chez lui, c'est sans doute l'une des raisons qui faisait que je l'adorais autant. Il ne s'intéressait pas du tout à moi à cause de mon physique ce qui arrivait malheureusement trop souvent.

    Cela faisait plus d'une heure que j'étais arrivée ici et c'était tellement bon le calme qui régnait et surtout je passais un moment où rien ne comptait vraiment. On parlait sans pour autant commencer à déblatérer des romans. J'ai toujours pensé que c'est dans les silences que l'on apprend le plus de choses. Pour certaine personne cela aurait pri une toute autre tournure. Et oui, imaginez-nous dans son jardin, moi dans ses bras en train de regarder les étoiles. Certains auraient pu croire que nous étions un couple ce qui n'était absolument pas le cas. Nous n'étions juste pas des plus démonstratifs par les mots alors nous avions trouvé notre propre mode d'expression celui des gestes. Je l'embrassais et il faisait de même, il me mettait sur ses genoux, tous pleins de gestes tendres qui pouvaient être pris pour de l'amour pour certains mais seul nous savions ce qu'ils voulaient vraiment dire. Je le regardais et je commençais à avoir soif c'est sans doute pour cela que j'étais partie chercher à boire. En effet, j'étais venue tellement souvent que je savais à peu près où se trouvait chaque chose. Bien entendu, je ne faisais pas les courses alors je regardais ce que l'on pouvait bien boire, il y avait un peu de Vodka mais il ne valait mieux pas se lancer dans les alcools considérer comme fort. En effet, cela ne valait mieux pas. Alors, je pris deux bières que je décapsulais. Lors que je vis dans quel état il se trouvait, je laissais les deux bouteilles d'alcool derrière moi, ce qui comptait le plus c'était l'état de mon petit Eze. Je vouais qu'il n'allait pas bien il repensait à quelque chose de son passé comme à chaque fois quelque chose de mystérieux et d'inavouable même à moi. Je le pris dans mes bras, il remarqua enfin ma présence mais je voyais qu'il souriait d'un sourire forcer. Je le lâchais le temps de prendre les deux bières avant de me mettre entre ses jambes et de lui tendre sa bière.

    « Si tu veux je peux repartir et de laisser seul encore un petit moment. Et oui j'ai trouvé mon bonheur deux petites bouteilles de bières. »

    Je me mettais accroupie sur les marches de l'escalier, je buvais une gorgée de ma bouteille avant de la mettre sur le côté. Je lui faisais un câlin, le serrant fort avant de prendre sa tête entre mes mains je le regardais droit dans les yeux, je savais qu'il n'allait pas bien. Pas besoin de mot je le sentais. Alors, je lui donnais un baiser, pour le calmer, l'apaiser pour qu'il arrête de penser à ce qui le rendait tellement mal. Je voulais qu'il aille mieux tout simplement. J'étais toujours proche de lui mon visage à quelques centimètres du sien et je le regardais dans les yeux tout en lui parlant.

    « Je sais que quelque chose ne va pas et je sais que tu ne peux pas en parler mais essaye simplement de ne pas y penser tu te fais du mal pour rien Ezéchièl. En tout cas ce soir prévoit de la place supplémentaire je dors ici sauf si cela te dérange de devoir me supporter pendant toute une nuit. J'espère bien que non. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1315 McKluzi ; Stay with me and I'll be fine .. [PV Venus] Lun 27 Juil 2009 - 13:51


Dans une vie on rencontre des gens tous aussi différents les uns que les autres. Certes la vie de ce jeune n’était pas si longue que ça, après tout vingt trois années cela passe assez vite quand on y pense. Mais il avait beaucoup vécu, son regard, son corps marqué de cicatrice en est la preuve. Mais il avait vu beaucoup de chose, il en avait aussi subit beaucoup d’autres. Et dans ces instants ils faisaient parfois des rencontres qu’on aurai jamais pu envisager. Venus en faisait partie, une personne spéciale pour une rencontre hors du commun. Elle le comprenait sans qu’il n’ait besoin de parler et c’était agréable. Peu de personne acceptait son côté peu bavard, tentant de le faire changer, de le faire parler au maximum, ou « d’abuser » de ses silences. Pour beaucoup le silence pouvait être pesant, pouvait mettre mal à l’aise. Pas entre eux, c’est justement dans ces moments là qu’ils se comprenaient mieux que jamais. Si Ezéchièl avait apprit à dissimuler beaucoup de chose, mais sa colère bien sur n’avait jamais été dissimulable et encore moins contrôlable. Il avait l’habitude que ça effraie, et il le comprenait, il faut dire que ça avait tendance à l’effrayer aussi d’une certaine manière. Il n’avait jamais levé la main sur sa jeune sœur, mais savoir que dans un élan de rage il pourrait, cela le mettait très mal à l’aise. De ce côté-là Venus était différente, elle n’était pas effrayé à l’idée d’être victime de sa violence, au contraire, en faite elle partait du principe que s’il regrettait avant même d’y arriver, il ne faisait pas réellement de mal. Pour lui tout était différent, tout était plus dure. Il n’aimait pas culpabiliser autant il se sentait vulnérable, faible et ça ne lui plaisait absolument pas. Mais quiconque connaissait le jeune homme, savait qu’il était loin d’être faible bien au contraire. Seulement l’attachement qu’il pouvait ressentir près de certaine personne était tellement intense qu’il ne pouvait pas se permettre de leur faire du mal ou du tord. Il savait que c’était dû à son passé, à ce qu’il avait vécu et perdu par sa seule faute. Il souhaitait tout, sauf voir ceci se reproduire.

Un seul bruit, rien qu’un, il entendit un grincement de frein et aussitôt les souvenirs s’enclenchaient dans sa tête. Il s’y revoyait, il y était , mais il était remonté seul. Il l’avait abandonné. Quant il repensait à elle, étrangement ce n’était pas des moments précis qu’il revoyait, mais plutôt des sensations. Son odeur, sa main dans son dos le réveillant doucement chaque matin, le son mélodieux de sa voix. Ses lèvres si douce contre sa peau. Son sourire, tant de petites sensations, de léger moment qui accroissait sa colère.
Venus l’avait ramener à la réalité ce qui lui fit du bien, sa présence l’aider à chasser ses idées noirs, c’est sans doute en toute connaissance de cause que Cassandre l’avait appelé pour qu’elle lui tienne compagnie. Elle se positionna entre ses jambes, et lui tendit une bière dont il but immédiatement un gorgée. Cette manie de croire que l’alcool était capable d’anesthésier même les sentiments les plus douloureux, revenait régulièrement, mais encore heureux il n’était pas non plus alcoolique, il était déjà affublé de bien trop de défaut, pour rajouter cette addiction à la liste.

    ▬ « Si tu veux je peux repartir et de laisser seul encore un petit moment. Et oui j'ai trouvé mon bonheur deux petites bouteilles de bières. »


Le laisser seul ? Non ce n’était pas ce qu’il voulait, même si il semblait unit avec sa solitude pour le meilleure et surtout le pire, il l’a détestait de tout son être, sa solitude le révulsait et pour cause elle était sa plus fidèle et traitre amie. Se rapprochement, cette étreinte, ce baiser, cette douceur fut comme une douche froide. Etrangement elle avait tout de suite su d’instinct comment le calmer, la douceur était sans doute la pire ennemie de sa violence et son plus puissant antidote. La crainte ne faisait naître en lui qu’angoisse, un angoisse qui se matérialisait en colère tel un cercle vicieux.

    ▬ « Je sais que quelque chose ne va pas et je sais que tu ne peux pas en parler mais essaye simplement de ne pas y penser tu te fais du mal pour rien Ezéchièl. En tout cas ce soir prévoit de la place supplémentaire je dors ici sauf si cela te dérange de devoir me supporter pendant toute une nuit. J'espère bien que non. »


Il se perdait dans son regard et c’était agréable, ses mots étaient d’une douceur infinie et c’est-ce qu’il aimait le plus chez elle. Il était conscient d’être un privilégié, d’être l’un des seules à qui elle parle ainsi, que ce comportement, peu de monde y avait le droit, et il était le premier à les plaindre. Ce faire du mal pour rien ? Il n’y croyait pas vraiment, il était certain que culpabiliser ainsi était la meilleur moyen d’honorer leur mémoire.

    ▬ « Tu sais très bien que je te le refuserai pas. Tu pourrai venir sans même m’en avertir ça ne me dérangerai pas non plus. »


Il préférait même qu’elle reste ici, au moins il était sur qu’elle ne ferait pas n’importe quoi ailleurs. Mais priver Josh de sa présence l’embêtait un peu, bien qu’il doute de sa finesse avec elle assez régulièrement, alors il partageait la poire en deux. Il savait aussi qu’il ne pourrait pas la garder enfermer, bien que des fois l’idée lui traversait l’esprit, fermer la maison, Cassandre, Venus et Sarah à l’intérieur et hop voilà rien ne pourrait leur nuire. Mais c’était bien sur impossible, tant pis après tout elles pouvaient se débrouiller seul avec quand même le regard vert perçant du jeune veillant sur elles.

    ▬ « Si j’en parlerai, crois moi tu serai n’importe où sauf ici. »


Ce n’était pas la première fois qu’il lui disait ça, elle était rodé à force, mais il avait toujours l’espoir qu’elle finisse par comprendre, elle pensait le connaître et savoir ce qui le hantait quotidiennement, mais elle était loin du compte. Parfois il se disait aussi, que la meilleure protection qu’ils puissent offrir, c’était tout simplement de disparaître et les laisser.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: N°1315 McKluzi ; Stay with me and I'll be fine .. [PV Venus]

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1315 McKluzi ; Stay with me and I'll be fine .. [PV Venus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-