AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « you know how i feel. » ● &JOSHUA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: « you know how i feel. » ● &JOSHUA Mer 29 Juil 2009 - 20:13


    IT'S A NEW DAWN
    IT'S A NEW DAY
    IT'S A NEW LIFE
    FOR ME
    & I'M FEELING GOOD
    .

    muse, feeling good.



    Il ne devait pas être plus de quinze heures. Un jeudi après-midi. Dieu merci, elle n'avait jamais cours, le jeudi après-midi. C'était déjà ça. Fairway Place, joyeuse petite place de Miami, rayonnait de tous ses feux, et la populasse était bien présente, grouillante et braillante, insouciante et stupide. Elle détestait les gens. Les gens le lui rendaient bien.
    L'esprit ennuyé, elle se tenait contre un mur, près de la vitrine du starbucks, où tout le gratin des étudiants se pressaient déjà, bien heureux de prendre leur petit frapuccino avant de repartir chez papa-maman ou aux dortoirs universitaires du coin. Une Davidoff entre les doigts, les yeux fixés sur les badauds. Âme en peine.

    Plongée dans une ville américaine, sans amis, sans famille, il y a seulement un an, avec pour tout soutien un mari merveilleux et une lettre de recommandation pour l'université du coin, il lui avait semblé que le monde était devenu parfait, que l'amérique était la terre des rêves et de l'espoir. Plus de père, immonde salaud. Plus de mère, suivante idôlatre. Plus de soeurs, idiotes et inutiles. Plus de frères. Seuls ses frères parvenaient encore à lui manquer. Les autres n'étaient que de mauvais souvenirs, enfermés à double tours dans les bas-fonds de son esprit. Ils n'étaient plus rien.

    Autrefois belle et épanouie, elle passait aujourd'hui ses jours à vaquer ça et là, tel un fantôme, et ses nuits à regarder le plafond blanc de sa chambre, essayant de se rappeler ce qu'avait été le monde, avant lui. Aujourd'hui, elle ne savait plus vraiment comment elle avait pu vivre avant de le connaître. Sa présence, au bout de ces années, était devenue presque indispensable et, aujourd'hui qu'il n'était plus, la perte lui faisait l'effet d'une partie d'elle-même disparue, plongée dans les ténébres. Un gouffre dans le coeur. Un puit sanguinolent dans les entrailles. Un mal de chien, lancinant et perçant.

    Mais, trève d'accablement.

    Patagonlaith jeta un coup d'oeil à sa montre avant de soupirer d'agacement. Elle ne savait pas si elle était en avance ou si il était en retard. Qu'importe. Elle n'aimait pas attendre. Elle eut le temps de se fumer une troisième clope lorsqu'il apparut, enfin, de l'autre côté de la place, sourire aux lèvres et regard charmeur passant de gauche à droite. Fidéle à lui-même. Un sourire qui n'effaça pourtant pas sa mauvaise humeur plus tard, et il traversait la rue pour la rejoindre, sous son regard un peu froid, un peu exasperé, mais tout de même soucieux. Sous le mince sourire qui lui déformait les lèvres. Il ne fallait pas lui en vouloir. Elle n'avait jamais été habituée à trop de chaleur humaine.

    PATAGONLAITH ▬ Tu es en retard.


    Une simple remarque qui passa pour un " bonjour ". Elle ne s'en fit pas pour son ego, elle savait qu'il commençait à la comprendre, depuis le temps.



      Septembre 2008 ; Université de Miami, USA.

      Elle s'était assise à la première place, au premier endroit, sans réellement faire attention à ses voisins. Elle avait sortie son banal petit carnet à spirales et son stylobille noir, et, sourcils froncés, s'était plongé dans le cours, corps et âme.

      JOSHUA ▬ Hey, tu es nouvelle toi, non ? Je m'appelle Josh.
      PATAGONLAITH ▬ Patagonlaith. Enchantée.
      JOSHUA ▬ Ce n'est pas vraiment banal, comme nom. Et sinon, tu ...


      Sans vraiment le regarder, elle planta sa main droite sur sa table, montrant avec un clair amusement la pierre blanchâtre qui scintillait à son annulaire. Il sembla, un instant, partagé entre la surprise et l'incompréhension. Et puis, il rit et s'excusa, lançant quelques compliments de plus, qui ne la firent que sourire. Elle ne pensait pas que, un an plus tard, il serait devenu un de ses plus proches amis.





HJ . ( tout ceci est fort peu inspiré, je m'en excuse Silent )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « you know how i feel. » ● &JOSHUA Jeu 30 Juil 2009 - 0:26


Joshua bifurqua sur la 12ème avenue et traversa le boulevard suivant, tout en portant sa cigarette à ses lèvres. Il tira un mouvement dessus, puis souffla. Le jeune homme avait une bonne raison d’être en retard : on était jeudi après-midi. Il avait cours le jeudi après-midi.


dix minutes auparavant (...)

Josh apporta sa main à sa bouche afin de cacher un long bâillement. Affalé sur son plateau qui lui servait de table pour écrire, il lança un bref coup d’œil vers la grande pendule qui surplombait le mur, en face des étudiants. Il mit un certain temps avant de remarquer que l’aiguille des secondes ne tournait plus. Cela lui faisait une belle jambe ! D’un geste las, il se tourna vers son voisin de table, qui se trouva finalement être une voisine. Il s’étira discrètement et chercha l’intention de la jeune blondinette.
Hey.
Celle-ci se tourna lentement vers le jeune home et écarquilla les yeux, comme si elle n’arrivait pas à croire qu’il s’adressait enfin à elle. Josh remarqua que les joues de la jeune femme virèrent légèrement au rouge, ce qui lui fit décrocher un sourire.
Euh…salut, bafouilla-t-elle en remettant quelques mèches de cheveux rebelles derrière son oreille.
Elle ne le regardait pas vraiment dans les yeux.
Désolé… tu as l’heure ?
Il se passa au moins trois secondes avant que la jeune femme réagisse. Cette dernière semblait étrangement déçue. Elle hocha silencieusement la tête, avant de jeter un rapide coup d’œil vers sa montre.
Il est quinze heures moins cinq.
Josh se leva promptement de son tabouret dans un bruit assourdissant de grincement de chaises. La moitié des étudiants se trouvant dans l’amphithéâtre se tournèrent vers lui, les sourcils froncés. Le jeune homme qui aimait d’ordinaire être le centre de l’attention ne pouvait s’en plaindre - même le professeur s’était tu et le dévisageait désormais. Il croisa ses bras autour de sa poitrine et alors que le jeune homme fourrait rapidement ses affaires dans son sac, il l’interpella.
Monsieur Stanford, vous allez quelque part, peut être ?
Ca ne se voit pas, professeur ?
Ce qui était assez déroutant dans le comportement du jeune homme, c’était que ce qui pouvait passer pour de l’insolence était dit sur un ton étrangement poli. Il contrôlait parfaitement son intonation de voix, ce qui avait l’art d’énerver encore plus son interlocuteur. Quoi de plus agaçant que de sermonner quelqu’un qui fait mine de faire quelque chose de tout à fait normal ? Le professeur arqua un sourcil, foncièrement sur les nerfs.
Il ne me semble pas que le cours soit terminé.
Il le sera dans dix minutes, Monsieur. Malheureusement pour moi mon amie va me tuer si je ne suis pas là dans les cinq prochaines minutes.
Votre vie personnelle ne m’intéresse guère, Stanford. Votre amie attendra la fin du cours.
Cette idée fit ricaner Josh, elle lui parut absurde. Il balaya rapidement l’amphithéâtre du regard, fière d’avoir attiré l’attention de tous les étudiants. Certains le regardaient avec amusement, d’autre au contraire semblaient tous aussi agacés par son arrogance que leur professeur.
Vous ne connaissez pas Patagonlaith.
Sur ce, il attrapa son sac et tourna les talons, descendant deux à deux les marches de l’amphithéâtre. Il ne se faisait pas de soucis car il avait des relations, son père arrangerait l’histoire, même si il devait financer un troisième gymnase pour étouffer toutes les frasques de son fils. Malgré qu’il partage une haine réciproque avec ce dernier il le sortait toujours d’affaires, sans doute par réputation.
Au faite, vous devriez réparer votre pendule, lança le jeune homme en claquant la porte. Il était persuadé d’avoir entendu des rires étouffés derrière celle-ci.


Quand le jeune homme atteignit enfin la place du centre de la célèbre ville de l’état de Floride, elle était déjà là. Patagonlaith n’était sans doute pas très contente d’avoir du l’attendre et d’ailleurs, son visage trahissait son agacement. Il lui sourit et lui fit un léger signe au loin en guise de salut. Il se rapprocha promptement d’elle, les mains enfoncées dans les poches de son jean taille-basse. Avant même qu’il atteigne son hauteur, une simple remarque s’échappa des lèvres de la jolie brune - une remarque à laquelle il s’était désormais habitué.
Tu es en retard.
Moi aussi je suis heureux de te voir, fit ironiquement le jeune homme, un sourire taquin s’esquissant sur ses lèvres.
Il plongea son regard dans le sien, cherchant à lui déceler un sourire. Patagonlaith, fidèle à elle-même se tenait devant lui, une cigarette coincée entre son index et son majeur. Josh avait écrasé la sienne en chemin.
J’avais cours, se justifia-t-il. Je suis même parti dix minutes en avance rien que pour toi, ajouta Josh en lui désignant un clin d’œil. Fisher bouillonnait quand j’ai claqué la porte de l’amphi, crois-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « you know how i feel. » ● &JOSHUA Jeu 30 Juil 2009 - 1:26



    Il arriva, bienheureux et souriant, comme à son habitude, fidéle à lui-même. Parfois, elle se demandait comment s'était, de rire et de sourire, de se foutre de tout et du monde, d'être aussi détestable qu'attractif. Elle se posait parfois la question lorsque son regard se posait sur lui. Elle avait toujours été de ces gens qui observent, qui analysent, qui décortiquent chaque information, chaque notion, chaque mot et chaque geste. Elle aimait comprendre, comprendre de quoi était fait l'homme, comprendre ce qui le motivait, ce qui le poussait en avant et, au contraire, ce qui l'alourdissait. Et, en général, Joshua était très intéressant.

    Il était drôle de le regarder charmer et draguer à tout va, de le voir argumenter et se perdre dans des explications douteuses lorsque le petit-ami bizarrement débarqué d'on ne sait où d'une petite proie autrefois charmée ramenait le bout de son nez. Il était à la fois étrange et commun. Elle l'aimait ainsi.

    JOSHUAMoi aussi je suis heureux de te voir.

    Elle sourit, un peu, l'ironie lui redonnant un peu de baume au coeur. Il plongea ses yeux dans les siens et elle soutint le regard, ne le quittant pas même pour avaler et recracher la fumée d'une clope, éniéme bâton de mort dans une journée trop courte. Elle était assez forte à ces petits jeux là. Une palme pour sa froideur de reine des neiges. Seulement, cette fois-ci, le jeu ne l'amusa pas. Elle détourna le regard, encore agacée par son retard.

    JOSHUA J’avais cours. Je suis même parti dix minutes en avance rien que pour toi. Fisher bouillonnait quand j’ai claqué la porte de l’amphi, crois-moi.

    L'amusement se mêla alors à la désapprobation. Quelle était cette manie de s'enfuir de cours à tout va ?! Elle-même ( et pourtant Dieu savait ce qu'elle souffrait lors de ses cours d'Histoire de l'Art. ) n'aurait jamais déserté une salle de classe aussi promptement, au su et à la barbe de tous. Peut-être était-ce par politesse, discrétion ou manque de courage. Peut-être était-ce aussi à cause des mots de son père qui lui tambourinaient parfois les temps en un crescendo lancinant et cinglant. Quelques mots sur son inutilité pour le monde et sa crétinerie latente. Pas vraiment dis comme ça, plutôt dans le style « Tu n'es qu'une sale connasse qui ne verra jamais autre chose que le dessus du pont où tu dormiras et les putains de faces des connards que tu baiseras comme la petite pute que tu aies. » Oui. C'était à peu près ça. A quelques mots près.

    Elle ne s'excusa pas. Les excuses étaient inutiles, superflues. Toujours d'une humeur sanglante et cinglante, elle grinça un peu des dents.

    PATAGONLAITH C'est trop d'honneur.

    Diantre qu'il était dur d'être civilisée alors qu'on venait d'un monde si différent, si à part que cela ressemblait presque à une autre dimension. Mais, elle avait du s'y faire, en une année, aussi compliqué que cela avait été. Et, encore aujourd'hui, sa mauvaise humeur latente était une épine dans le pied de ses proches. Pourtant, elle se força à chasser les sombres nuages de ses pensées et finit par sourire. Un vrai sourire. Bien comme il faut. Essayant de chasser la remarque précédemment échappée de son trop plein de noirceur. Elle était comme ça, Patagonlaith. Sombre petite chose. Lunatique petite chose. Ce n'était rien.

    PATAGONLAITHTu aurais du me dire que tu avais cours, j'aurai décalé à seize heures. Ce n'est pas une heure de plus à attendre qui allait me tuer.

    Evidemment, elle ne fit aucune remarque à sa mauvaise humeur à à peine cinq minutes de retard. Une heure d'attente l'aurait sûrement tuée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « you know how i feel. » ● &JOSHUA Jeu 30 Juil 2009 - 13:58

Josh épia sa réaction, qui finalement ne le surprit guère. Elle soutenu tout d’abord le regard pétillant du jeune homme – sans doute pas de la même intensité, mais tout de même - puis détourna vaguement les yeux. Elle semblait encore agacée par son retard. Néanmoins, il avait réussit à lui faire décrocher un faible sourire, c’était le principal.
Si nous mettions les deux jeunes gens côté à côté et que nous observions chacune de leurs réactions, on se rendrait très vite compte qu’ils étaient énormément différents. Joshua était aussi détestable qu’attractif, et aussi extraverti que la jeune femme était réservée. Peut être ce vieux proverbe refaisait surface ‘Les contraires s’attirent’. Toutefois, Patagonlaith et le jeune homme ne s’attiraient pas de la façon dont on pourrait le penser –du moins pas de celle du proverbe. Entre eux il n’y avait qu’une forte amitié avec quelques doses de flatterie – à sens unique. C’était sa façon d’être, Joshua ne pouvait s’empêcher de charmer et draguer à tout va. Sans compliment ni sans flatterie, Josh Stanford n’était plus lui-même, ou du moins il devenait Joshua Stanford, le fils que son père avait toujours rêvé d’avoir, loin, bien loin de cet être suffisant et arrogant. Voici enfin un point commun qui le rapprochait de Patagonlaith, la haine qu’ils portaient tous les deux à leur père respectif. Josh ne manquait de rien dans sa vie, ne serait-ce que de ça. Un père.

La voix de la jeune femme le fit sortir de ses pensées.
C’est trop d'honneur.
Le jeune homme laisse échapper un léger rire amusé, avant de remarquer que la jolie brune avait enfin finit par sourire. Un franc sourire, qui faisait plaisir à voir.
Tu aurais du me dire que tu avais cours, j'aurai décalé à seize heures. Ce n'est pas une heure de plus à attendre qui allait me tuer.
Joshua arqua un sourcil, l'air faussement choqué.
Une heure de plus t'aurait tuée. Ma présence t'est indispensable, plaisanta-t-il, décidément sur le ton de la rigolade. Et de toute façon ça me donnait une bonne excuse pour sortir de cours plus tôt, enfin je crois.
Il se passa quelques secondes avant qu'il se rende compte que les propos qu'ils venaient de tenir n'étaient pas très fins. Il reprit la parole, dans un geste maladroit pour se rattraper :
Non pas que tu me sers uniquement d'excuse pour sécher les cours !
Sa maladresse lui jouait souvent des tours. C’est que Josh pouvait avoir l’air bête, des fois…
Non vraiment, je suis content de te voir.
Josh lui sourit, histoire de lui montrer qu'il était sincère. Elle le connaissait de toute manière trop bien pour ne pas comprendre ce qu'il voulait dire.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « you know how i feel. » ● &JOSHUA Ven 31 Juil 2009 - 19:30



    Leur père ... Oh !, on ne peut pas dire que Patagonlaith avait posée des questions, la curiosité n'ayant jamais été son fort, mais, disons qu'elle en avait assez entendu pour comprendre. Et puis, ce n'était pas comme si elle-même en parlait à foison. L'Irlande et sa famille étaient deux choses fermées à double tour dans un bas-fond de mémoire, deux lointains souvenirs dont elle ne voulait plus jamais percevoir les échos. Son père aurait été mort, cela ne lui aurait tiré qu'une froide et malsaine satisfaction. Répercussions d'une vie passée à se haïr. Elle avait toujours été trop arrogante et ouverte d'esprit pour la petitesse de son géniteur.

    JOSHUAUne heure de plus t'aurait tuée. Ma présence t'est indispensable. Et de toute façon ça me donnait une bonne excuse pour sortir de cours plus tôt, enfin je crois.


    Certes. Elle ne dénigra pas. Oui, une heure l'aurait laissée morte sur ce joli bout de trottoir. Elle n'avait jamais eut les gênes de la patience, une espèce d'effrontée au calme inexistant. Elle calmait son stress par la cigarette, sa fatigue par le café, sa froideur par le chocolat chaud, sa colère par l'alcool et sa folie par le travail. Elle calmait sa solitude grâce à des énerguménes comme Josh. Et, ce n'était définitivement pas une tare.

    JOSHUA Non pas que tu me sers uniquement d'excuse pour sécher les cours !


    Elle leva un peu les yeux au ciel, un mince sourire au coin des lèvres. La maladresse était quelque chose de très présent, chez Josh, notamment auprès des filles - combien de fois ses mots avaient pu lui jouer des tours, dans sa vie ?! - mais, elle s'y était faite. Elle n'était pas de ces gens à l'ego démesuré, qui s'emportent pour le moindre fait, le moindre geste, le moindre mot. Son éducation l'avait laissée être la petite bâtarde du quartier, la " moins que rien " dans la bouche de son père et la grande inconnue d'une mère infidéle. Rien qui ne flatte l'ego, en soit. Rien qui n'aide à autre chose qu'à la modestie et à l'appitoiement. Mais, en gros, elle s'en était assez bien sortie. Il fallait les voir, ces mous de la bedaine et obéses du portefeuille qui la regardaient marcher dans les rues, ces élèves qui grimaçaient à chacun de ses A+. Il fallait les voir. Il fallait les voir démentir une enfance passée dans la boue.

    JOSHUA Non vraiment, je suis content de te voir.


    Elle prit une dernière bouffée de sa blanche et fumante cigarette avant de la laisser tomber au sol, l'écrasant d'un dernier coup de talon bien senti. Elle passa une main dans ses cheveux, les dégageant de sa vue, puis reporta son attention sur le jeune homme face à elle, un léger sourire flottant sur ses lèvres.

    PATAGONLAITH Et, le plaisir est partagé. Bien, et maintenant, pouvons-nous enfin aller boire ce café, le pourquoi de tout ce blablabla ... ?


    Non, la patience n'était finalement pas intégrée dans son code génétique.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « you know how i feel. » ● &JOSHUA Dim 2 Aoû 2009 - 18:00

Heureusement pour lui, Patagonlaith ne réagit pas – du moins pas avant qu’il eu le temps de s’expliquer clairement. Il avait pu la voir lever les yeux au ciel, un faible sourire se dessinant au coin de ses lèvres, mais rien de plus. Rien de bien ‘inquiétant’ en conséquence. Elle n'était pas de ceux qui s'emportent pour le moindre fait, le moindre geste ou le moindre mot ; tant mieux. Josh l’observa écraser sa cigarette avec son talon sur le béton, puis elle croisa le regard du jeune homme.

PATAGONLAITHEt le plaisir est partagé. Bien, et maintenant, pouvons-nous enfin aller boire ce café, le pourquoi de tout ce blablabla ... ?

Josh sourit, un franc sourire amusé. La jeune femme était impatiente, elle l’avait toujours été. Le jeune homme leva à son tour les yeux au ciel avant de chercher son regard. Il passa d'un geste las sa main dans sa chevelure châtain.

JOSHBien sur m’dame.

Il balaya du regard les environs, cherchant un endroit où ils pourraient s'installer. Fairway Place était décidément un endroit plein de charme et toujours en activité avec ses restaurants qui faisaient le tour de la place. Il y en avait pour tous les gouts, glaciers, restaurants et -aaah, voilà ce qu'il cherchait- des cafés. Les boutiques entouraient pour la plupart l'immense place du centre ville. Josh se demanda si Patagonlaith aimait réellement cet endroit populaire et très animé -les gens se bousculaient presque pour passer tellement il y avait du monde. Patagonlaith détestait les gens, il fallait être aveugle pour ne pas l'avoir remarqué.
Le jeune homme désigna du regard le Starbucks, la jolie brune était adossée à la vitrine.

JOSHTon choix s'est arrêté sur le Starbucks coffee?

Bien que tout semblait le montrer, il préférait sans assurer. Patagonlaith, dans un endroit aussi populaire et conviviale que le Starbucks coffee? Décidément, la jeune femme le surprendrait toujours. Il l'aimait comme ça, impulsive et lunatique.
Il croisa ses bras autour de sa poitrine, un léger sourire béat flottant sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « you know how i feel. » ● &JOSHUA Mar 4 Aoû 2009 - 23:47




      JOSHUABien sur m’dame. Ton choix s'est arrêté sur le Starbucks coffee?


    Il semblait surprit. Cela ne l'étonna pas. Fairway Place était tout ce qui la répulsait. Des gens, du monde, du bruit, une foule opaque et criarde. Elle n'aimait le bruit que lorsqu'il avait un but, une signification. Ici, ce n'était que des adolescents, groupés et riant, rayonnant de joie et de promesses. Tout cela la faisait vomir.

    Oh, elle n'avait jamais été agoraphobe ou toutes ces conneries de " maladies " dont on étiquetait les gens un peu différents, un peu solitaires. Elle pouvait très bien, parfois se payer de grands bains de foule, et ne rechignait jamais à une petite sortie en boîte, le samedi soir, ou à un grand concert dans une salle pleine à craquer. Tant qu'on la laissait tranquille et évitait de trop la bousculer.

    Non, le problème ne venait pas du nombre. Le problème venait de la nature humaine. L'hypocrisie, les mensonges, la colère, la haine, l'intolérance, la violence, la bestialité ... Peut-être en avait-elle trop vu. Peut-être en avait-elle trop fait. Le fait était que l'humanité la dégoûtait, depuis un certain temps. Le " pourquoi " était trop complexe pour être relaté présentemment.

      PATAGONLAITHUn peu de civilisation ne peut pas faire de mal, tant que cela ne devient pas une habitude, bien sûr. Et puis, leur chocolat chaud est plus que divin.


    Elle eut un mince sourire. Le café et ces substances censées aider le retard de la fatigue ne faisaient pas vraiment parties de ses mets favoris. Sa préférence allait toujours pour le chocolat et ce genre de choses. La gourmandise était sûrement son pêché favori. Elle eut un dernier regard pour les alentours avant de se diriger vers le Starbucks, dont elle poussa la porte avec, certes, un peu d'appréhension. Et, c'est avec un dégoût certain qu'elle attendit son tour, laissant traîner ses yeux chocolats sur la foule amassée dans le lieu. Elle soupira et croisa les bras, reportant son attention sur Josh, près d'elle. Un mince sourire crispé sur les lèvres.

      PATAGONLAITHBien ... Et, à part ça, quoi de nouveau dans la vie de Josh Stanford ? De nouvelles conquétes, peut-être ?


    Plus par pour faire passer le temps que par curiosité, bien sûr.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « you know how i feel. » ● &JOSHUA Ven 7 Aoû 2009 - 11:21


    « Un peu de civilisation ne peut pas faire de mal, tant que cela ne devient pas une habitude, bien sûr. Et puis, leur chocolat chaud est plus que divin. »
Un sourire amusé fendit le visage de Joshua. Il acquiesça silencieusement d’un signe de la tête, avant de suivre la jeune femme dans le café. Elle poussa la porte et le jeune homme la retenu pour le couple qui les précédait, ceux-ci le remercièrent poliment. Aussitôt rentré, une odeur de viennoiseries et de café chaud vint lui frotter les narines. Tous les deux joignirent la file d’attente, Josh en souriant, Patagonlaith en soupirant, croisant les bras autour de sa poitrine, comme si elle était ennuyée. Le jeune homme ne manqua pas de le remarquer, mais au final ça l’amusait plus qu’autre chose ; il la connaissait assez pour connaître la plupart de ses réactions dans ce genre de ‘situations’. Il croisa son regard.
    « Bien ... Et, à part ça, quoi de nouveau dans la vie de Josh Stanford ? De nouvelles conquêtes, peut-être ? »
    « Comme toujours. »
Il rit légèrement. Il doutait que ça puisse l’intéresser. Dernièrement, il s’était passé tellement de choses dans sa vie pourtant insignifiante quand aurait pu la comparer à un feuilleton télé. Pour commencer, il s’était prit une bonne raclée par un certain Blythe pour avoir ‘insulté’ sa sœur (en vérité il n’avait fait que le charrier en parlant d’elle, la réaction qu’il avait cherché à produire avait été d’autant plus concluante que prévu… jusqu’à ce que le jeune homme lui mette un poing dans la figure). Ensuite, il y avait Venus. Il se comportait tellement maladroitement et stupidement avec elle qu’il fallait être vraiment perspicace pour comprendre que tout ceci cachait des sentiments non refoulés. Pour toute dire, lors de leur dernière rencontre, il lui avait dit d’aller ‘méchamment se faire voir’… Hum. C’était aussi parce que Blythe l’accompagnait. En repensant à cette histoire, il ne put s’empêcher de froncer les sourcils. Puis, ses traits se radoucirent rapidement.
    « Tu me connais, avec moi, on ne s’ennuie jamais. »
Il lui désigna un sourire amusé. Il n’y avait aucun double sens derrière de tels propos, il faisait seulement allusion à sa vie en général.
    « En l’espace d’une semaine, j’ai ‘conclu’ avec deux filles – presque trois – je me suis bagarré avec deux pauvres mecs, j’ai sauté dans la mer avec ma sœur à une heure du matin et je me suis fait viré de chez moi par mon père. Ah oui, et je me suis pris une paire de talons de dix centimètres dans la figure l’autre jour chez Prada. »
Que d’aventures, conclut intérieurement le jeune homme, un sourire aux lèvres. Peut importe, la vie ne serait pas aussi drôle sans, malgré qu’il y a certaines choses qu’il aurait préféré éviter.
La file devant le comptoir se dispersa peu à peu, et ils arrivèrent bientôt devant le ‘barman’. Celui-ci posa son regard sur Josh d’un air interrogateur, attendant qu’il prenne commande. Le jeune homme se tourna vers la brunette.
    « A toi l’honneur. »
C’était question de politesse, mais c’était surtout qu’il n’avait pas eu le temps de réfléchir à ce qu’il allait commander, trop occupé à raconter ses mésaventures.



Je préfère te prévenir que je pars en vacances demain et que je reviens seulement le 22, je pourrais pas te répondre d'ici là, désolée...
& je m'excuse aussi pour le retard :S
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: « you know how i feel. » ● &JOSHUA

Revenir en haut Aller en bas
 

« you know how i feel. » ● &JOSHUA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Fairway Place-