AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ISN'T SHE LOVELY, ISN'T SHE WONDERFUL, ISN'T SHE PRECIOUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: ISN'T SHE LOVELY, ISN'T SHE WONDERFUL, ISN'T SHE PRECIOUS Jeu 30 Juil 2009 - 14:49

      ERIC GALLOWAY AND JHORDAN KENNEDY
      somewhere in a bar of miami
La solitude est certainement le meilleur ami de l'homme, pourtant tout le monde la fuit. Tout le monde fuit ce que chacun d'entre nous recherche au plus profond de soit. La solitude est le meilleur ami de l'homme, car elle est discrète, elle ne pose aucune question et se contente juste de rester à vos côtés dans les moments les plus critiques de votre vie. La solitude c'est le saint Graal de chaque homme et pourtant elle constitue aussi le pire ennemi du peuple. La solitude vous pousse au malêtre, la solitude vous pousse au malheur, la solitude vous pousse dehors, mais elle vous amène également à ne plus être seule. La solitude c'est le déclic qui vous fait prendre conscience de l'ennui qui vous entoure, du poids du monde sur vos épaules et de tout le reste. La solitude c'est ce qui vous fait changer de direction. Ce n'est pas le destin qui vous pousse dans les bras d'un parfait inconnu ou dans ceux que vous désirez plus que tout au monde, mais bel et bien la solitude. La solitude vous ronge de haut en bas, de mal en pire, elle vous contraint donc à passer à autre chose. A ne plus être seul. Ce soir là la solitude poussa Jhordan en dehors de chez elle, la solitude lui fit prendre une autre direction, un autre chemin, la solitude la conduisit au coin de cette ruelle sombre et inquiétante, la solitude la mena devant quelqu'un, la solitude fit disparaitre sa solitude. C'est asser étrange à dire, mais pourtant tellement simple à comprendre. Jhordan est le genre de personne dont les nuits sont hantées par de terribles cauchemars, de terribles cauchemars dont seul son passé en est responsable, le problème avec le passé c'est qu'il est impossible d'y remédier, les choses sont faites, les bonnes, les mauvaises. C'est donc lors de l'une de ses nuits de frayeurs, car elle arrivait tout de même à dormir correctement de temps en temps, que Jhordan fut poussée par la solitude. Quand il est trois heures du matin vous avez beau faire le tour de votre répertoire pour trouver un peu de réconfort, pour combattre cette solitude, dans le cas de Jhordan Kennedy le seul prénom qui vous apportera le réconfort nécessaire est celui de Tammy. Le fait est que la demoiselle l'avait déjà fait se lever une fois cette semaine pour les mêmes raisons, Jhordan avait donc préférée oublier cette option. D'un autre côté il y avait aussi la station service, celle où la blondinette avait prit l'habitude de se rendre les nuits de déprimes pour y retrouver ses barres chocolatées préférées, mais Jhordan n'était pas d'humeur à manger, elle était d'humeur à oublier. Elle avait donc prit les clés du 4x4 de sa grand-mère, qui soit dit en passant ne lui servait à rien puisqu'elle faisait tout à pied, et elle avait quitté Ocean Groove, dans l'espoir que de quitter les lieux, là où le mensonge et le péché son a leur apogée, lui permettrait d'oublier plus facilement. Elle avait donc fuit le quartier, habillée et coiffée comme quelqu'un sortit du lit, ce qu'elle était d'ailleurs, pour échouer dans un bar minable où elle était sûre de ne connaitre personne. Une chose était sûre personne ne lui aurait refusée l'entrée de ce bar pour tenue 'incorrecte' au vu de la dégaine de tous les clients de ce lieux, Jhordan était de loin la personne la mieux habillée. Mais passons, elle s'était installée sur l'une des tables isolées du bar et elle avait commandée une bière, un pichet à vrai dire. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Mais l'alcool est le seul véritable ami d'un solitaire. C'est donc en compagnie de son pichet de bière et de sa solitude que Jhordan passa les trente minutes à venir à l'intérieur de ce bar, où d'ailleurs elle donnait l'impression d'être une bête curieuse au vu de tous les regards qui s'étaient posés sur elle à son arrivée et de tous ceux qui prenait encore le soin de l'inspecter. Après voir bu son pichet et ne s'être toujours pas débarrasser de sa solitude et de ses mauvaises pensées, Jhordan décida de commander à nouveau, la même chose. La serveuse vint alors poser l'objet du mal sur la table en bois qui se trouvait devant Jhordan. Et à l'instant même où elle pensait à la solitude immense dans laquelle elle se trouvait, un visage familier passa la porte de ce bar miteux, dans l'une des ruelles les plus mal fréquentées de la ville.

une seule chose est nécessaire : la solitude. la grande solitude intérieure. aller en soi-même et ne rencontrer pendant des heures personne, c'est à cela qu'il faut parvenir.
rainer maria rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ISN'T SHE LOVELY, ISN'T SHE WONDERFUL, ISN'T SHE PRECIOUS Jeu 30 Juil 2009 - 19:44


    Tout le monde se débat sur la solitude, est elle le meilleur ami de l'homme ou son meilleur ennemi, tout dépend de celui qui se pose la question, est bon nombre de personnes se la sont posé. Pour certain, la solitude est l'empire de la conscience, l'endroit où l'homme est le plus heureux, elle s'avère utile, permet un questionnement sur soit même. Mais ne serait-elle pas un ennemi, qui tue l'homme à petit feu quand il est intime avec elle, quand il ne vit que d'elle. Ne la rend t-il pas fou ? Ou au contraire lui apporte elle la liberté la plus intense qu'il puisse avoir, puisque finalement on est réellement libre qu'en étant seul.
    Eric c'était souvent posé la question, la solitude était-elle vraiment la solution pour qu'il aille mieux. Il y avait bien sur un pour un contre, mais pas réellement de juste milieux. Eric l'avait choisit tout comme sa seule solution pour vivre, enfermé lui et sa solitude, coupé de toute vie en dehors de son travail. C'était son remède pour affronter ses démons et son passé, "restes seul et tu ne seras plus jamais blessé", voilà ce qu'elle lui avait susurré au creux de l'oreille avec un air de jubilation sa solitude. Et il l'avait écouté, enfin, Eric essayait d'appliquer cela à la lettre. Il n'avait plus envie d'être déçu par l'homme, alors autant l'éviter, mais cette solitude commençait à le bouffer.
    Il était tard, Eric ne dormait plus, enfin non depuis plus d'un an, il ne dormait quasiment plus, il n'arrivait plus. Il restait enfermé chez lui, à attendre, à penser au boulot, à se morfondre, à se plaindre intérieurement de sa vie finalement ...
    Mais ce soir, il en avait assez, assez de sa maison, de son vide constant, assez de cette solitude. Il avait pris les clés de sa voiture et avait roulé pendant un moment dans Miami, sans but précis. Certains disait qu'être sur la route leur provoquait une sensation de liberté, un échappatoire, ce n'était pas le cas pour le docteur Galloway, il trouvait ça ... inutile, rouler dans les rues sombres de Miami ne lui apportait strictement rien, il connaissait déjà la ville, rien de nouveau, il se sentait toujours aussi ... seul. C'était pour cela qu'il s'était garé et avait décidé de marcher, dans des ruelles inaccessible en voiture, là ou il n'était jamais allé pour trouver quelque chose de nouveau. Il s'alluma une cigarette, cela le détendait, le contacte de la cigarette à ses lèvres le faisait se sentir mieux et lui enlevait un certain poids, celui du stress constant. Eric arriva devant un bar et le regarda en tira sur sa cigarette ... il n'avait rien de mieux à faire que d'y rentré non ? Sinon qu'est ce qu'il allait faire, reprendre sa voiture et rentrer chez lui ? Non inutile, il se retrouverait à nouveau comme un tigre coincé dans une cage entrain de panser ses plaies. Il tira une dernière fois sur sa cigarette et entra dans le bar. Un petit bar miteux dans une rue isolée, voilà de quoi le réconforter, avec un bon verre. Les méfaits de l'alcool, il les connaissait bien, il en avait bouffé pendant des années, gamins et adulte on l'avait toujours rappeler à l'ordre, c'est mal et tout ce qui va avec. Mais à vrai dire, il s'en foutait, il menait une vie saine et entrer occasionnellement dans un bar n'allait pas le tuer, ça allait même le détendre. Eric commanda premièrement un simple verre de scotch et regarda un peu mieux ce bar. Les gens le regardaient aussi, normal, il était le nouveau, il n'avait jamais mis les pieds ici, les habitués devaient trouver ça bizarre. Puis contre tout attente il vit quelqu'un qu'il connaissait, une jeune femme. Seul avec sa bière, elle le regardait elle aussi. Était-ce le destin, histoire de lui dire, ce soir tu échappera a un court moment de solitude en te retrouvant dans le même bar qu'elle ? Eric ne croyait pas au destin et à toutes les conneries de ce genre, c'était le pur hasard, c'est tout. Il hésita un moment, allait-il la voir ou non ? Il n'en savait rien ... Finalement, il décida de se lever, d'aller à la table de Jhordan et s'asseoir sans dire un mot.

Revenir en haut Aller en bas
 

ISN'T SHE LOVELY, ISN'T SHE WONDERFUL, ISN'T SHE PRECIOUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-