AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1800 ♦ Charles&Madison ♦ "one more person in our lives"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: N°1800 ♦ Charles&Madison ♦ "one more person in our lives" Dim 16 Aoû 2009 - 12:32



O N E . M O R E . P E R S O N .
I N . O U R . L I V E S


Charles&Madison



MusicPlaylist
MySpace Music Playlist at MixPod.com




    Journal de Madison
    ♦️ Il y a des événements que l’on est près à attendre une vie entière. Malgré l’impatience, les larmes, les multiples doutes, tout fini par arriver un jour. C’est ainsi que lorsque j’ai vu deux barres bleus sur mon test de grossesse, j’ai déversé un torrent de larmes, j’en étais moi-même surprise. Je ne suis pas parvenue avant aujourd’hui, soit deux jours après, à m’exprimer clairement sur le sujet, mes pensées étaient embrouillées, magnifiques certes, toutes tournées vers l’avenir, vers mon fiancé. Mais trop confuse pour que je parvienne à les éclaircir réellement.
    Mais aujourd’hui est un grand jour, je dois le lui annoncer, j’ignore si cela se passera comme je l’imagine, si tout sera parfait, comme j’aime que des moments comme celui-ci le soit. En revanche je suis sur d’une chose dans sept mois, je serai maman …
    ♦️



Toute la journée, Madison n’avait cessé de préparer la soirée, qui devrait être parfaite à ses yeux. Un brin perfectionniste, elle a toujours mit un point d’honneur à soigner ses annonces, à rendre ses moments là un peu inoubliables, même si en sommes dans le contenue comment les oublier ?
A priori tout semblait lui sourire. Ces derniers temps Charles était beaucoup pris par son travail, même Rebecca ne parvenait pas à se libérer souvent, elle avait réussi grâce à son frère, à décrocher un petit rôle dans une pièce de théâtre. Malgré les apparences, Madison était toujours heureuse lorsque sa jeune belle sœur travaillait, elle craint juste que son avenir ne soit difficile, même si cela n’est pas toujours compris ni admis, elle ne pense pas en mal et regrette que cela se passe souvent mal. Mais aujourd’hui elle n’aurai pas à lui demander un service ce qui éviterai une énième dispute. D’autant que le matin même, lorsque la jeune femme s’adressa à elle pour lui demander si elle était là pour dîner, elle ne put s’empêcher de le prendre comme une agression.
Les rapports entre les deux jeunes femmes étaient souvent tendus bien heureusement il y avait des moments d’accalmis, mais Madison ne savait plus vraiment comment se comporter sans aller dans le sens contraire de ses opinons.

Mais aujourd’hui n’était pas une journée propice aux disputes, elle ne le permettrait pas, elle avait passé l’après-midi de la veille avec Bonnie Whealer, sa voisine et très grande amie. Une jeune fille qui compte beaucoup pour elle, elle fut la première au courant pour la grossesse de Madison, elle n’avait pu s’empêcher de le lui annoncer et surtout lui demander des conseils sur la soirée qu’elle préparait à Charles. Elle avait manifesté tellement d’enthousiasme et d’excitation, que la jeune femme ne pouvait plus retenir le sien, elle avait presque cru qu’il l’apprendrait un soir trop tôt. D’autant que Bonnie avait de justesse tenue sa langue face à son charmant voisin, qui surement trop fatigué n’avait pas réellement retenue cet éphémère petit malaise et le grand sourire qu’affichait sa jeune voisine.

Toute l’après-midi avait été consacré à la cuisine, elle n’était pas réellement un cordon bleu, ce n’était pas un de ses talents, mais à force d’entraînement et d’acharnement, Madison réussissait très bien les recettes qu’elle pouvait passer des heures à chercher sur internet. Loin d’être une parfaite petite femme au foyer, elle avait surtout décidé de se faire pardonner de l’un des repas abominable qu’elle avait voulu concocter à Charles et Rebecca un soir. Depuis elle ne voulait plus leur offrir un repas d’une qualité aussi médiocre et souhaitait absolument leur faire plaisir. Alors si un bon plat cuisiné par ses soins pouvait leur donner le sourire, elle s’y attèlerait avec bonheur.
Ce soir là était consacré à son fiancé, elle avait donc choisit en menu un repas plutôt médiéval, elle avait passé beaucoup de temps à chercher une bonne idée, alors qu’elle avait la réponse sous le nez, son homme passionné de moyen âge, ne serait-il pas heureux de voir qu’elle s’était plongé pour quelques heures dans son monde pour lui préparer un repas ? Certes elle ne lui avait pas préparé un banquet comme il y avait à cette époque, mais quelque chose de plus accessible pour deux personnes ou pourrions nous dire, trois.

Elle avait ensuite passé beaucoup de temps sur la décoration, elle avait dressé une magnifique table toujours dans son thème avec quelques pétales de fleurs au centre, et surtout des bougies. L’éclairage de la terrasse, donnant sur leur petit jardin, était essentiellement constitué de bougies, ou petites lumières tamisées. Elle n’avait rien laissé au hasard, même sa tenue. C’est avec la complicité de la costumière de la compagnie médiéval que dirige son fiancé, qu’elle avait réussi à obtenir une très belle robe aussi fidèle à l’époque, que toutes celles qu’elle créait pour toutes les représentations de la compagnie. C’est surement là que la tâche fut la plus ardue, enfiler une robe pareil, seule, était réellement très compliqué, elle se résigna alors à appeler Bonnie à l’aide, qui toujours avec excitation se précipita chez sa voisine pour constater ce qu’elle comptait préparer et l’aider à enfiler sa tenue. C’est toujours avec un grand sourire et en lui souhaitant une bonne soirée qu’elle la quitta se soir là. Il était déjà 20h30, Charles ne devait plus tarder à arriver, tout était fin près, elle peaufinait quelques détails, rallumait quelques bougies, lorsqu’elle entendit la porte d’entrée s’ouvrir.
C’est un peu anxieuse, mais irrévocablement heureuse qu’elle attendait sa réaction.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1800 ♦ Charles&Madison ♦ "one more person in our lives" Sam 29 Aoû 2009 - 4:39








À la fin de l’été, pour Charles et sa compagnie médiévale, il s’agissait d’une période chargé, que ce soit les festivals, les spectacles ou les pratiques qui s’accumulait jusqu’à ne plus laisser aucun temps libre, ou du moins, très peu. C’était aussi à cette période de l’année que les cours d’escrime reprenait et le grand chevalier qu’il était avait du mal à jongler avec cet horaire plus que surchargé lui permettant à passer de passer une ou deux soirées par semaine avec sa bien-aimée, qui, bien souvent, dormait à point fermé lorsqu’il arrivait à la maison. D’ailleurs, chaque fois qu’il la trouvait ainsi, il l’embrassait tendrement sur le front avant de remonter ses couvertures, la bordant amoureusement avant d’aller s’enfermer dans son bureau pour travailler jusqu’aux petites heures du matin. Il détestait négliger ainsi sa belle mais, compréhensive, elle avait appris à vivre avec cette routine un peu étrange qui durait presqu’un mois. Néanmoins, pour une fois cette soirée-là, il avait réussi à se libérer tôt, ayant écourté une pratique de qualité moyenne, vu la fatigue de la grande majorité de l’équipe, ce qui était parfaitement compréhensible !

C H A R L E SÇa suffit pour ce soir, tout le monde. Nous reprendrons demain, reposez-vous et revenez en forme.

Sa remarque fut accueillit par un soupir collectif de soulagement : cette période n’était pas mouvementé que pour Charles, elle l’était aussi pour toute l’équipe, que ce soit son assistante Alvira ou bien les acteurs de la troupe, voir même les costumières qui travaillait d’arrache-pied pour mettre au point les tenues et pour finaliser le tout dans les temps. Ne prenant même pas la peine de retirer son costume de pratique – composé de pantalon ample en cuir noir, d’un chemisier blanc échancré montrant son torse et bottes en cuir foncé, il se dirigea vers sa voiture, saluant au passage ses compagnons qui rentrait tous chez eux, un grand sourire aux lèvres. Il ne lui fallut pas un long moment pour qu’il prenne la direction de la route qui menait chez lui. Jetant un coup d’œil à son téléphone portable, il appuya sur la touche automatique qui composait le numéro de sa résidence et fut surprise de ne pas avoir de réponse : peut-être que Madison avait rendu visite à Bonnie, croyant à tord qu’il reviendrait une autre fois très tard à la maison. Tombant sur la boîte vocale, il laissa un message lui signifiant qu’il serait de retour très bientôt.

C H A R L E SBonjour Rebecca et Madison! Je ne sais pas si vous êtes rentrés, mais, bonne nouvelle, la troupe prend congé ce soir, je serais donc de retour vers 20h30. Je vous aime très fort et à tout à l’heure, mes princesses.

Ne se doutant aucunement de la belle surprise qui l’attendait chez lui, il s’arrêta un instant chez un fleuriste pour acheter un énorme bouquet de roses rouges pour sa dulcinée et une petite peluche très mignonne pour sa cadette qui venait tout juste de commencer à travailler sur un nouveau projet au théâtre – la raison même de son absence à la répétition de ce soir. Reprenant la route là où l’avait arrêté, il roula pendant une vingtaine de minutes avant de bifurquer sur Lemon Street où il s’arrêta finalement au numéro 1800, garant sa voiture derrière celle de sa fiancée. La maison était sombre et Charles se demanda si sa belle n’avait pas déjà Morphée, malgré leur hâtive pour aller au lit. La porte n’étant pas verrouillée, il entra et referma derrière lui. De la lumière provenait de la véranda, peut-être que Madison avait décidé de se faire une petite soirée cocooning?

C H A R L E SMa chérie, je suis rentré!

Il entendit quelques bruits, comme si quelqu’un marchait dans la pièce, mais aucunement réponse. Inquiet, il s’avança vers la véranda et ce qu’il trouva le surprit plus que jamais : la pièce avait complètement changé d’allure, avec toutes ses chandelles et ses décorations. Et, comme un mirage sortit du plus beau de ses rêves, sa charmante fiancée se trouvait là, vêtu d’une robe d’époque, une véritable réplique d’antan. La lumière des bougies lui donnant l’impression d’être auréolé d’une lumière céleste, il ne put s’empêcher de la trouver magnifique à cet instant précis. S’avançant vers elle, il laissa tomber son sac dans un coin de la pièce puis il s’agenouilla vers elle, prenant sa main afin de lui offrir un baisemain. Puis, se relevant, il approcha ses lèvres des siennes, un énorme sourire aux lèvres.

C H A R L E STu es magnifique , lui murmura-t-il à l’oreille avant de lui tendre le bouquet de fleurs qu’il lui avait acheté quelques minutes plus tôt. Elles ne sont pas à ton égale mais j’espère qu’elles te plairont.
Revenir en haut Aller en bas
 

N°1800 ♦ Charles&Madison ♦ "one more person in our lives"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-