AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entretien avec le diable ( PV J.Lennon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Entretien avec le diable ( PV J.Lennon) Mer 2 Sep 2009 - 17:28

-First Meet-



    Le meilleur moyen pour ne pas subir la domination de son chef
    est de lui reconnaitre le droit de dominer.
    En général cela suffit - ©️ François Proust.


    2 septembre 2009-C’est en cette fin d’après-midi, que nous retrouvons Marcus, habillé d’un costume noir haute couture, dans des locaux, en rénovation. Dans un bruit et un chantier infernal, il a tenu à faire installer son bureau, dans la seule salle terminée. Pour cause, il commence déjà à engager, le personnel à venir. Des croupiers, des vigils, mais aussi des serveurs-barmaid. Car oui, l’établissement sera de haut standing et au tant tout mettre à disposition, pour que le client soit heureux, et qu’il dépense son argent. Pour l’instant, avec les travaux, ça ne ressemble pas à grand-chose, mais une fois fini, ce sera le luxe à l’état pur. Quoiqu’il en soit, installé derrière son bureau Marcus, laisse défiler la bande d’idiots de postulants venu pour passer l’entretien…Ces gens n’ont apparemment pas compris que Monsieur Reinaert ne demande pas d’expériences dans le service dans une boîte de nuit, mais des qualifications pour servir une riche clientèle ! Jusque-là, il a eu le choix, entre ; les jeunes femmes qui viennent se présenter avec un décolleté plongeant et une mini-jupe ras les fesses, et les jeunes hommes, qui viennent en bermuda, style » je sors tout juste de mon lit » ! Alors pour le premier groupe, tout ce qu’elles peuvent obtenir de lui, c’est son lit et le deuxième, une paire de claque avec en prime, le conseil de retourner à l'école. Enfin…Le dernier candidat au poste, étant sorti, Marcus s’adosse contre son fauteuil avec une pile de CV devant lui. Quand son assistance, fait son entrée en scène.

    « Monsieur, le prochain candidat est là. »
    « Faites le patienter dix minutes, j’ai un appel à passer. »

    Aussitôt l’assistante sortie, Marcus se cramponne à son téléphone pour appeler ses enfants, de qui, il n’a pas prit de nouvelle, depuis qu’il est aux Etats-Unis, soit deux mois. Il n’est pas très présent au près de sa progéniture, mais en contre partie, ils ne manquent de rien. C’est le prix à payer. Il tombe sur la nounou, qui le rassure, en lui disant que tout va bien, il entend la voix de son fils derrière, qui demande à parler à son père, mais Marcus n’a pas le temps. Maintenant, qu’il est rassuré et que tout va bien, il n’est pas nécessaire qu’il parle à son fils. Il raccroche, en disant à la nounou de les embrasser pour lui, et il est prêt à recevoir le prochain postulant. D’un geste désinvolte, il prend le CV devant lui, afin de le survoler.

    -Jovan Lennon, 22 ans-

    Marcus ne semble pas très emballer à première vue, mais peut-être pour s’amuser un peu, il préfère laisser le bénéfice du doute. Peut-être sera-t-il à la hauteur, malgré un parcours professionnel médiocre ? Il n’y croit pas trop, mais la vie réserve de ces surprises parfois.

    « Vous pouvez le faire entrer, Angie ! »

    Marcus, connaissant les bonnes manières, se lève de son fauteuil, pour accueillir le candidat à cet emploi…M’ouais, la première impression, n’est pas terrible. Mais laissons le parler. Après, lui avoir serré la main, et l’avoir invité à prendre place, dans une des chaises disposées devant son bureau, Marcus place le CV devant lui, et pose les premières questions de routine.

    « Parlez-moi un peu de vous, Monsieur…Lennon ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Entretien avec le diable ( PV J.Lennon) Mer 2 Sep 2009 - 18:59

Mercredi 2 Septembre 2009. Ce jour-là, Jovan stressait. Cela faisait maintenant deux mois qu'il était -pour être plus sympa avec lui- sans-emploi. Durant ces deux mois, il n'avait rien fait, n'avait pas gagné d'argent -hormis les sous de leur victoire au volley (mais que faisez-vous de nos jours avec 200Dollars?). Il recherchait un emploi tout en restant discret sur son chômage face à sa grand-mère. Il ne lui avait encore rien dit. Mais maintenant, c'était de plus en plus difficile de lui mentir: l'argent commençait à manquer, et bientôt si ça continuait, il n'aurait plus qu'à voler pour pouvoir payer les médicaments de sa mamie: chose qu'évidemment, il n'avait pas envie de faire.

C'était la semaine dernière qu'il avait lu une annonce dans un journal que Lucio avait laissé à la maison. Après avoir subit un "tu lis les nouvelles toi maintenant?" de sa mamie, il avait pu lire l'annonce complètement. Il cherchait tout type de personnes pour travailler dans un casino. Ca passait de videurs, des croupiers, et des serveurs. Il demandait une tenue correct, une maitrise parfaite de la langue (sans blague? xD) et deux-trois trucs que Jovan ne prit même pas la peine de lire, trop pressé qu'il était de téléphoner au numéro indiqué.

C'est ainsi qu'il avait obtenu un rendez-vous aujourd'hui. La secrétaire lui avait parlé d'un certain Monsieur Reinart, Rainard, Reynald, ou quelque chose du style. Pour avoir ce nom, il fallait être déjà riche. Ca sonnait avec.
Il s'était donc bien préparé. Il avait enfilé une chemise, et un pantalon. Evidemment, il s'abstient des baskets. Il détestait être habillé comme ça, mais pour travailler dans un casino, il fallait être bien non? Et puis, s'il obtenait un poste, il serait sans doute mieux payé qu'au Lagoon Bar. Quoiqu'en même temps, la clientèle ne serait sans doute pas la même..

Arrivé dans les lieux en travaux, Jovan se présenta à la secrétaire. Elle était bien foutue au passage. Il avait du bien la choisir..

" Bonjour Madame.. je viens pour l'entretien d'embauche."

" Quel nom?"
" Jovan Lennon"

Ce fut tout. Pas très aimable, elle lui indiqua le siège où il allait devoir attendre. C'était la fin de journée, elle devait en avoir vu passer des chômeurs en manque de boulot. Assis sur sa chaise, Jovan jeta un coup d'oeil autour de lui. Il allait devoir passer un entretien d'embauche en plein milieu des "TRRRRRRRRRRR" des perceuses, et des "BOUM" du marteau. Au moins, ça le mettra plus à l'aise face à ce riche sans doute..
Quelques instants plus tard, il entendit la secrétaire annoncer son arrivée. Il fallut encore quelques minutes pour qu'elle l'acceuille avec un sourire (elle était de suite bien plus sympathique).

" Monsieur Rquelquechose vous attend "


Et elle l'accompagne. Arrivé à la porte, Jovan vit le bonhomme s'avancer. Il avait une trentaine d'années, respirait l'argent, et -à première vue- n'avait pas l'air commode. Se forçant d'être aimable et poli, Jovan lui serra la main, et dit.

" Bonjour Monsieur!"


Ca commençait. A peine ce fut fait, il l'invita à s'asseoir en face du bureau. Parfait. Jovan s'asseya et regarda le type. Celui-ci jeta un coup d'oeil sur son CV, et demanda alors de lui parler de lui. Super.. Qu'est-ce qu'il allait lui dire? Raconter qu'il avait besoin de ce job pour payer le traitement de sa grand-mère auquelle il n'a encore rien dit sur son chômage pour ne pas l'inquièter? Raconter que ses parents et lui se sont tellement éloignés qu'ils ne se parlent plus? Raconter qu'il n'avait pas fait d'études parce que c'était une tête de mule? Evidemment que non..

" Bien, pour commencer, je suis quelqu'un d'assez souriant. Je suis aussi poli, et j'essaye d'être le plus sympathique possible."


Sur ce, il laissa un petit temps, le temps sans doute d'avoir l'impression de faire sa promo. Il fit un petit sourire, et continua.

" Je suis aussi quelqu'un qui est dynamique, et je ne rechigne pas sur le travail."


Qu'avait-il à ajouter? il pouvait maintenant attaqué les quelques défauts qu'il avait, mais il en omit quelques uns -comme par exemple celui d'être bagarreur.

" Seulement, je suis un petit peu impulsif. Non pas que je réagisse au quart de tour, mais disons qu'il peut m'arriver de prendre la parole un peu trop rapidement."


Voilà, ça résumait. même si le "un petit peu" était de trop, et si la suite était fausse (puisqu'il réagissait aussi au quart de tour physiquement), Jovan se tut à ce moment-là, en concluant avec un.

" Voilà, je crois vous avoir parler de moi."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Entretien avec le diable ( PV J.Lennon) Mer 2 Sep 2009 - 21:01

    Il était bien habillé et bien présenté. Certes…Mais Marcus est une personne très exigeante. Vous savez, dans le genre éternel insatisfait…Certes, il ne fallait pas de très grandes qualifications pour être serveur au sens propre, du terme. Mais officiellement, il préférerait prendre une personne ayant une formation de sommelier ou alors, ayant eu de l’expérience dans un grand établissement. Servir dans le bar qu’il projetait pour son casino, n’avait rien à voir avec le service dans un bar quelconque ou une boîte de nuit. C’est clair que remplir un verre de Vodka/Redbull était à la portée de tous. Mais connaître la carte des vins, servir du champagne, préparer des cocktails, en innover d’autres, ça, n’importe qui ne pouvait pas le faire. Et Marcus, ne voulait pas prendre le temps de former…Non, il voulait des personnes déjà qualifiées. Enfin, quoiqu’il en soit, Monsieur Lennon, commençait à se décrire…Quand il en vint à parler d’impulsivité…C’était plutôt un mauvais point. Des clients désagréables, parce qu’ils auront perdu une petite fortune, des clients ivres, pas toujours très polis, il allait en avoir. Et s’il n’était pas apte à garder son sang froid, ça ne pourra pas faire l’affaire. Enfin, encore reste-t-il à savoir, jusqu’ou allait son impulsivité. Marcus affiche un air dubitatif, pas très convaincu par les arguments du jeune homme. Un long silence s’installe une fois que Jovan eu fini de parler…Avec cet air, arrogant, autoritaire et dur, qui caractérise si bien le visage de Marcus. Il soupire, avant de répondre à l’homme qui est en face de lui.

    « Vous savez Monsieur Lennon, quand il s’agit d’obtenir un emploi, tout le monde est souriant, tout le monde est dynamique, tout le monde est poli et tout le monde est travailleur ! J’espérais que vous vous décririez avec plus d’originalité…Moi ce que j’attendais de vous, c’est que vous ne me disiez pas, ce que tout le monde m’a dit, pour cet entretien ! Vous comprenez, il faut se démarquer pour obtenir un poste ! »

    Marcus hausse les épaules d’un air accablant. Il rebaisse les yeux sur le CV qu’il avait à peine survolé afin de le lire en détail…Rien de vraiment impressionnant. Un jeune ayant laissé tomber les études et qui depuis, enchaînait les petits boulots, sans grande importance. Il relève les yeux vers Jovan, et reprend :

    « D’autant plus que votre parcours scolaire et professionnel n’est pas terrible…Comme CV on fait mieux ! Mais enfin…Ca à la limite, si vous avez la personnalité et les connaissances qu’il faut, ce n’est qu’un détail. »

    Certes, pour Marcus, le parcours scolaire est important…Mais il pouvait comprendre, que tout le monde n’a pas forcément la possibilité de faire de hautes études. Mais tout le monde, avait la possibilité d’entamer une formation, aussi ridicule soit-elle…Même si ce n’était que pour devenir peintre en bâtiment ou plombier, il valait mieux avoir un papier qui attestait de vos qualifications !

    « Pourquoi voulez-vous avoir ce poste ? Il faut un minimum de connaissance dans le service 5 étoiles, vous en avez conscience ? »

    Marcus est perplexe et il emploie un ton, assez…provocateur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Entretien avec le diable ( PV J.Lennon) Jeu 3 Sep 2009 - 11:36

Ce type assis en face de lui n'aspirait pas confiance du tout. Il était le stérotype même du gars insupportable. Parce que Jovan en avait connut des gars avec lesquels il avait passé des entretiens, mais jamais il n'avait eu un gars aussi insupportable devant lui. Celui-ci ne semblait guère apprécié. Ni son âge, ni son nom, ni même son CV (et encore Jovan pouvait l'admettre son CV n'avait rien d'attrayant). Il y avait indiqué où il avait passé ses études, et si un tant soit peu ce type connaissait l'école près de Boston, il devait savoir que c'était une école de redressement. Ensuite, Jovan y avait indiqué qu'il avait fait quelques petits boulots par-ci par-là. Il en avait même rajouté, pour que le CV soit un peu plus remplit. Mais après tout, qui irait vérifier si Mr Jovan Lennon faisait bien les lits dans cet hôtel minable?

Et voilà que le type en question le regardait avec en prime un long silence. On dit qu'un ange passe dans ces moments-là, mais honnêtement là, c'était plutôt le diable qui venait prendre possession du corps de ce Reinaert. Celui-ci lui dit alors qu'il attendait autre chose de se part, que ce que tout le monde disait. Il fallait être original. Oui, mais quel idiot alors. Si justement, il était comme ça, il aurait mieux fait de lui mentir? C'était débile. Mais en même temps, c'était toujours pareil. Il fallait se démarquer des autres. Et lui, là, ce type il savait se démarquer des autres? Si il allait dans un entretien d'embauche avec la gueule qu'il avait, croyait-il sérieusement un seul instant que les gens le prendront? non, sans doute pas..

" Il faut peut-être se démarquer, mais je ne vois pas l'intérêt de vous mentir sur ma personnalité. Vous m'avez demandé de parler de moi, c'est ce que j'ai fait."


Et le type avait attaqué sur son CV, comme quoi il n'était pas terrible. Certes, Jovan avait fait des petits boulots à la sortie de l'école, et pendant quasiment deux ans, Jovan avait inventé encore d'autres petits boulots, histoire que son CV paraisse plus lourd. Là encore, Jovan aurait sans doute pu répondre à ce gars. Mais il fallait mieux pour lui qu'il se taise quand même. Et puis, ce Monsieur R. avait ajouté qu'après tout, ce n'était qu'un détail.

Jovan regardait le gars. Ce n'était qu'un détail, mais il doutait qu'il dise réellement la vérité. Il voulait ce qu'il y avait de mieux pour son espèce de casino. Même les personnes les plus adaptés apparemment.
L'homme lui demanda alors pourquoi il voulait absolument ce travail. Ca Jovan allait rester vague dessus. Il n'allait sans doute pas lui dire la véritable raison. Il ne voulait pas que la pitié rentre en jeu là-dedans,quoiqu'il doutait même que ce type puisse avoir un coeur. Du coup, Jovan répondit.

" J'en suis parfaitement conscient, sinon je ne perdrais pas mon temps ici... J'ai travaillé dans un plus petit bar, je sais faire beaucoup de cocktails, et même si je connais pas tout les champagnes qu'il existe, je peux très bien les apprendre avant que le casino n'ouvre ses portes."


Il fallait bien admettre que cela allait encore mettre du temps. La preuve, ils étaient encore en travaux, et ils étaient loin d'avoir fait ne serait-ce que la peinture. Ca, ce type ne pouvait que l'admettre.
Le jeune homme regardant l'autre type continua sur sa lancée, expliquant alors pourquoi il voulait ce poste. Il n'allait en aucun cas faire louange du casino. Il ne dirait pas "si je veux ce poste, c'est parce que je me sens à l'aise dans des casinos, ça me donne envie de travailler, etc...". Il allait dire pourquoi il avait besoin de ce poste, et ce pourquoi n'était pas question de motivation.

" Si je veux ce poste, c'est pour travailler, et pour subvenir aux besoins de ma famille."


Ca s'arrêtera là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Entretien avec le diable ( PV J.Lennon) Dim 6 Sep 2009 - 18:28

    Certes, Marcus n’était pas tendre. Mais en même temps, il n’était pas connu pour avoir cette qualité. Peut-être bien, qu’à la place de ce Monsieur Lennon, il ne serait pas plus apprécier par son employeur. Mais, il y avait un mais…Monsieur Reineart avait fait des études dans de prestigieuses écoles, et il avait déjà, un certain bagage d’entrée. Après, il fallait l’avouer, il n’avait jamais eu à passer d’entretien de sa vie, si ce n’est avec son père, qui de toute manière, l’a engagé d’office, une fois les études de Marcus terminées. Durant toute sa vie, on lui avait tout servi sur un plateau d’argent. C’était un gosse de riche, son avenir professionnel était tout tracé. C’était peut-être injuste, mais c’est la vie ! Et ce n’était certainement pas Marcus qui allait s’en plaindre. Son père, avait réussi dans la vie, et avait bâti cet empire, sans aucun diplôme ! C’était bien la preuve, que les études ne faisaient pas tout. Il fallait avoir de l’ambition. Marcus, grâce à son père, avait eu la chance d’étudier, et c’était précisément ce qu’il allait offrir à ses enfants ! Ils avaient d’ailleurs intérêt à être à la hauteur des espérances de Marcus ! S’ils veulent un jour hériter de cette fortune colossale, ils devront se montrer dignes, ce que leur père, attendait d’eux. Mais bon…On pourrait débattre des heures sur la richesse et la réussite professionnelle de Reinaert, mais, l’argent ne faisait pas tout. Comme tout le monde, il avait ses problèmes et même ses souffrances. Il avait beau paraître inhumain, il l’était quand même un tout petit peu. Il n’avait connu que très peu de temps sa mère, et son père était tout le temps absent…Il a passé son enfance au près d’une nounou…Pas franchement sympathique. Plutôt stricte dans son genre ! Il avait cruellement manqué d’amour durant son enfance, du coup actuellement, il a du mal à connaître ce sentiment…Ou alors, il l’exprime à sa manière. C’est une expérience, qu’il inflige à son tour, à ses enfants…Il est très peu présent aux près d’eux. Mais pour lui, l’essentiel, c’est que sa progéniture, ne manque de rien, qu’ils étudient dans les meilleures écoles possibles et qu’ils aient une vie dorée. Peu importe, qu’ils manquent d’amour ou non. L’amour, la tendresse, l’affection…Ca passe au second plan pour Marcus.

    Qu’il en soit, il repose son regard sur Monsieur Lennon, une fois que celui-ci eu fini de parler. Un léger sourire, un peu narquois se dessina au coin des lèvres du franco-allemand. Effectivement, Jovan avait l’air d’être une personne plutôt agressive, et malgré sa courtoisie, il contredisait les paroles de Marcus. Il avait de la chance, pour l’instant ça amusait le PDG, mais il ne fallait pas se méprendre. Il avait horreur qu’on mette sa parole en doute et qu’on le contre. Donc, si ce monsieur, disait qu’il était dynamique, actif, souriant et travailleur, c’était parce qu’il était vraiment comme ça….Bah voyons !

    « Ah oui ! Donc vous êtes comme tout le monde ? C’est bien ce que vous dites ? »

    Un large sourire animait le visage amusé de Marcus. Puis, il poursuivit, en disant qu’il avait tout à fait conscience du travail que ça représentait, et que même si, il avait quelques lacunes, il était prêt à les combler, parce qu’il apprenait vite. Comme c’est miiignon ! Marcus baissa la tête sur le CV pour refermer le dossier, puis les releva en direction de Jovan, toujours avec ce petit sourire. Il venait d’avouer à demi-mot, qu’il ne connaissait pas le service dans un établissement de luxe.

    « Certes, Monsieur Lennon, je ne doute pas une seconde de vos capacités d’apprentissage, mais même si le casino n’ouvre pas ses portes avant quelques mois, nous ne sommes pas une entreprise formatrice. Je n’ai pas le temps, ni l’énergie à consacrer, pour trouver quelqu’un, qui vous apprendra les ficelles du métier ! Je ne peux pas confier ce poste à un novice, il me faut une personne d’expérience. »

    Marcus haussa les épaules, sachant, que de toute évidence, Monsieur Lennon, n’avait pas cette expérience requise. Avant que ce dernier n’ajoute, qu’il voulait ce poste pour subvenir aux besoins de sa famille…C’est charitable. Mais encore une fois, il venait d’admettre qu’il ne s’intéressait pas vraiment à la place, mais au salaire qu’elle pouvait apporter. Marcus laissa échapper un petit rire, presque moqueur.

    « Epargnez-moi ce discours, vous allez me faire pleurer ! J’ai entendu cette phrase vingt fois aujourd’hui…C’est très honorable de vouloir subvenir aux besoins de votre famille…Si votre seule motivation, c’est d’avoir un travail et d’entretenir vos proches, vous n’avez pas frappé à la bonne porte. Je ne crains que vous ne fassiez pas l’affaire Monsieur Lennon. »

    Une petite mimique, faussement compatissante accompagnait cette dernière phrase.

    « Vous comprenez, j’ai besoin d’une personne qui aime son travail, et qui ne le fait pas, juste pour « travailler et subvenir aux besoins de sa famille » ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Entretien avec le diable ( PV J.Lennon) Ven 11 Sep 2009 - 19:39

Jovan sentait bien que l'entretien dérapait. Il savait maintenant que jamais il n'aurait ce poste. Il y avait parfois des gens, comme ça, avec lequel on ne pouvait jamais s'entendre. C'était purement et simplement physique. Vous savez c'est comme le coup de foudre, un regard, et hop on comprend qu'on se déteste. Là c'était pareil. Il avait certes fallut plus qu'un regard, il avait fallut des paroles -bien que même dès que le type avait ouvert la bouche, ça avait senti la fin de l'entretien. C'était physique comme disaient certains.

Assis sur sa chaise, se tenant relativement bien, et ce malgré qu'il ait une grande envie d'aller mettre ses petits pieds sur la table, Jovan regardait le gars. Jamais il ne baisserait le regard devant lui -sauf si évidemment, il touchait un point sensible. Le gars avait plus l'impression de s'ennuyer. Peut-être était-il trop fatigué de sa journée.. Pauvre chou. Trêves de plaisanterie, le jeune Lennon avait quelque peu du mal à le comprendre. D'un côté, il cherchait du monde pour du boulot, de l'autre, il ne laissait pas beaucoup le temps à Jovan pour s'exprimer..

Il prit alors un air narquois (que Jovan n'apprécia guère), et demanda alors "ah oui, donc vous êtes comme tout le monde".. Quel con. Rien qu'à cette remarque, Jovan se demanda si ça servait à ça de faire des études. Prendre les gens de haut, leur montrer qu'on sait plus de choses qu'eux, leur montrer que nous nous ne sommes pas comme les autres. Jovan garda les yeux rivés sur lui, et répondit alors, calmement, posément (comme il n'avait pas l'habitude de le faire dans ces cas-là).

" Si tout le monde est comme ça, alors oui, je suis comme tout le monde."


En même temps, pendant qu'il disait ça, Jovan se dit qu'effectivement, être comme tout le monde était bien mieux. C'était bien plus pratique pour se fondre dans la masse, et ne pas attiré les regards. Mais malgré ses paroles, Jovan espèrait que ce type ne se mettait pas dans le "tout le monde", parce que franchement si c'était le cas, alors Jovan préfèrait devenir un idiot.

Le type lui dit alors que ce n'était pas ce qu'il voulait, qu'il n'avait pas le temps pour trouver quelqu'un pour former, ni rien du tout. Jovan fut surprit d'entendre ça, mais ne laissa rien paraître. Il n'avait pas le temps, okay, il pouvait le concevoir. Jovan répondit alors du tac au tac.

" Vous savez, il est possible d'apprendre autrement qu'avec un formateur."


Il ne connaissait pas les petits tas de pages reliés entre eux que l'on appelait courrament les livres? Parce que franchement, à partir du moment où on sait lire, Jovan pouvait très bien comprendre ce qu'est un Bordeaux, et savoir avec quoi il est le mieux adapté. M'enfin, il ne continua pas à s'expliquer, pensant de toute façon que c'était peine perdue. Il avait beau avoir peut-être un jour été brillant, ses cheveux blancs devaient lui faire aujourd'hui quelques soucis.

Ce qui énerva en revanche Jovan ce fut sa dernière remarque sur le boulot et la famille. Il eut en plus un regard et un sourire moqueur que Jovan n'appréciait pas du tout. Son cerveau s'échauffait déjà. Il avait même la tension qui montait. Parce qu'il était comme ça Jovan: une remarque lancée, et il pouvait s'énerver plus rapidement qu'il ne l'aurait voulut. Et si ça se trouve, ce type aussi d'ailleurs. A ce rythme-là, Jovan et lui pourraient facilement en venir aux poings.

" Sincèrement qui aimerait son travail avec un patron comme vous? Et vous travaillez pourquoi vous? Parce que vous aimez votre travail? Ou parce que vous avez hériter de ce boulot?.."


Jovan s'arrêta là, laissant le temps au gars de pouvoir comprendre où il voulait en venir. Se levant alors, Jovan ramassa ses affaires, et regarda le gars.

" J'espère pour votre famille que vous n'avez pas de gamins ni de parents à vous occuper, parce que ça ne doit pas être facile tout les jours de vous savoir loin d'eux, et de vous savoir plus préoccuper par vos casinos que par leurs bonnes notes à l'école.."


S'il y avait un truc que Jovan ne comprenait pas, c'était le fait qu'on puisse travailler plus que de s'occuper de ses gamins. Lui-même essayait de trouver un moyen de pouvoir un minimum voir son fils. Il n'en parlait jamais, très peu de gens savaient pour le petit Lennon (qui ne portait pas ce nom de famille d'ailleurs), mais malgré tout ça, sans sa petite tête, il essayait par tout les moyens de trouver un stratégème pour voir son fils.
Sa dernière remarque, Jovan l'avait dit parce qu'en ville, une rumeur circulait que ce R.l venait d'un pays étranger, et qu'il avait laissé toute sa famille là-bas, en attendant d'implanter ses casinos à Miami.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Entretien avec le diable ( PV J.Lennon) Ven 9 Oct 2009 - 23:59

    Marcus avait tout de suite saisi qu’il avait à faire à quelqu’un d’agressif. Et d’ailleurs il ne fit qu’aller dans le sens du franco-allemand dans ses répliques. Jovan ne semblait pas apprécier les propos de Marcus. Mais ne dit-on pas qu’il n’y a que la vérité qui blesse ? Et croyez-moi, ce n’était pas à Monsieur Reinaert qu’il fallait demander de mâcher ses mots. Oui, il était dur, froid, distant, perfide et tout ce que vous voulez…Mais il avait de l’argent. Et comme bien des personnes aisées, il avait tendance à croire que l’argent pouvait tout acheter, tout permettre…Quoiqu’il en soit, les paroles de Lennon le firent rire plus qu’autre chose…Jusqu’au moment ou ce dernier se mit à parler de la famille de Marcus et plus particulièrement de ses enfants. Deux choses à savoir sur Marcus…Ne surtout pas lui couper la parole et ne pas évoquer sa famille dans des termes peu élogieux. C’est un monstre…Mais ses enfants, c’est son point faible ! Il n’est certes pas le père modèle toujours très présent au près de ses gamins. Mais ce sont les deux personnes les plus importantes dans sa vie et jamais il ne laissera à un petit morveux de la trempe de Lennon lui dire, comment élever ses enfants.

    « Mes enfants se portent très bien Monsieur Lennon ! Dans 20 ans vous pourrez revenir postuler ici, au près d’eux ! »

    Sous-entendu, qu’il leur assure un avenir en or. Et c’est le plus important pour Marcus. Car lui avait grandi dans l’absence totale de ses deux parents, et il trouvait qu’il s’en sortait plutôt bien. D’accord, ça avait fait de lui un être insensible…Mais quand on voit ou en sont les gens sensibles…Marcus préférait nettement être à sa place, à l’heure actuelle. Enfin, ce qui est sûr, c’était que Jovan avait énervé le PDG. Lui aussi était plutôt violent et il n’était pas du genre à se faire dicter sa conduite. Il se releva à son tour d’un geste brusque de sa chaise de bureau afin de poursuivre.

    « Je dirais que contrairement à vous, je suis en mesure d’entretenir ma famille…Plus que ça, ils n’ont qu’à claquer des doigts pour avoir ce qu’ils veulent…Pouvez-vous en dire au tant ? Si toute fois, vous avez fait l’erreur de vous procréer ! »

    S’avançant en direction de la porte, qu’il ouvrit, pour mettre gentiment Jovan à la porte, il poursuivit :

    « Je ne pense pas que vous pouvez en dire au tant…Vous ne seriez pas ici pour demander du travail, sinon ! Quoiqu’il en soit, merci quand même de votre postulation Monsieur Lennon ! »


[ Arf...Non seulement j'ai du retard, mais en plus c'est vraiment pourri comme post. Désolé]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Entretien avec le diable ( PV J.Lennon) Ven 30 Oct 2009 - 17:37

Jovan n'avait eu à faire qu'à une rumeur au début. Il avait entendu qu'il était étranger, qu'il était venu ici, à Miami pour y implanter des casinos, et faire encore fortune. Mais après une simple petite remarque, il sut que c'était vrai. Cette remarque avait eu le don d'énerver le riche. La preuve en est, sa réponse.

Il avait l'air de vouloir faire de sa vie une forteresse, et d'offrir à sa retraite ce domaine à ses enfants. Il était clair que leurs avenirs étaient tout tracés. Tant mieux pour eux après tout. Comme se disait Jovan, on ne choisit pas sa famille. S'ils héritaient de cette fortune, qu'ils l'utilisent, c'était compréhensible. Ce qu'il l'était moins en revanche, c'était qu'un père ne veuille pas passer du temps avec ses gosses. Mais en attendant, ce que lui voyait, ou du moins imaginait, c'était des gamins qui ne voyaient même pas leur père, et qui devaient malgré tout être tristes. Quoique dans un sens, c'était peut-être mieux pour eux qu'ils ne connaissent pas leur père, vu le monstre que c'était.

Oui, l'histoire de l'entretien de Jovan aurait pu s'arrêter là. Il aurait pu repartir, énervé certes, mais il n'aurait pas eu d'histoire. Mais il a fallut que ce Reinaert -ou un nom du genre- n'ouvre encore sa bouche. Il s'était levé, Jovan aussi d'ailleurs. Il prenait le chemin de la porte, et Jovan allait le suivre. Mais quelques mots firent monter le taux de colère à son maximum dans le corps de Lennon: "si toute fois, vous avez fait l'erreur de vous procréer".

Il faut dire que Jovan pouvait réagir au quart de tour. Peut-être était-ce dû à une hyper-activité. Mais il était plus qu'impulsif, et pendant que le type parlait encore, lui racontant qu'il pouvait toujours revenir proposer ses services dans 20 ans, Jovan s'approcha du gars, et le colla contre le mur. Ses poings serrant la chemise bien repassée du type.

" je plains vos gamins."

Ce fut sa seule réponse. Il ne voulait pas s'attarder sur le fait qu'il avait un gamin, et tout ça.
Se rendant compte de ses gestes, se rendant compte qu'il était en train de dépasser les bornes, Jovan relâcha légèrement la prise. Il n'était pas venu ici pour se battre. Il était venu pour trouver du travail. Au lieu de quoi, il avait faillit frapper quelqu'un.
Il faut dire que ça faisait quasiment deux ans et demi que Jovan avait apprit l'existence d'un petit bonhomme. Le fils d'Ele. Son fils. Et depuis ce temps, Jovan essayait de trouver un moyen pour avoir le droit de visite. Et ce n'était pas en se battant, qu'il réussirait un jour.

Il tenait toujours légèrement le type. Il allait le lâcher, mais il le sentait énerver, et dans un sens, redouter la réponse du type.
Le fils de Jovan, et les enfants de Marcus étaient pourtant dans la même situation: aucun d'eux ne voyait leur père. La seule différence, c'est que l'un refusait de passer du temps avec eux, et que l'autre ne pouvait pas.

[ fin nul Cry! Je suis désolée^^'! Pour ma défense, je me remets au rp xD ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Entretien avec le diable ( PV J.Lennon)

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien avec le diable ( PV J.Lennon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-