AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [KENNEDY'S HOUSE] what goes around (...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: [KENNEDY'S HOUSE] what goes around (...) Ven 4 Sep 2009 - 12:24

What goes around ... comes around.

(c)scoopgrrrl & datura@LJ
STARRING JHORDAN KENNEDY & RHYS BLYTHE




Même si le numéro 3609 n’était pas véritablement éloigné du numéro 1666 d’Apple Road, Rhys Blythe n’avait jamais eu l’occasion d’y trainer. Par manque d’opportunité mais surtout par manque d’envie. Il ne fallait pas être sorcier pour comprendre pourquoi : la résidente de ce numéro n’était pas tout à fait dans les petits papiers de Rhys. Aussi, en fin d’après-midi, après avoir passé la journée en ville (enfin plus exactement l’après-midi, la matinée, il l’avait passé au fond de son lit), le jeune homme passa sans se garer devant sa maison et continua de remonter la rue pour ne s’arrêter qu’à l’adresse du 3609 Apple Road. On pouvait donc tout de suite réaliser que quelque chose de particulier se tramait là. D’autant plus que Rhys n’était pas accompagné par son chien Glutton, resté docilement à ronfler sur la pelouse du jardin des Blythe.
Quelles étaient alors les intentions du jeune homme ? Pourquoi décidait-il ainsi, du jour au lendemain, de venir se pointer devant la barrière de la maison de Jhordan Kennedy ? Une illumination divine survenue en pleine nuit ? Non, disons plutôt une certaine lettre d’un certain corbeau qui lui aurait d’une certaine façon fait nourrir certains sentiments de culpabilité. Et Jhordan était donc, bien malgré elle sans doute, la première sur la liste d’amendements de l’étudiant. Il tenait à changer, à rattraper un maximum de ses erreurs commises – qu’elles soient justifiées ou non. Aussi, il était évident que les crasses qu’il avait fait subir (en représailles, nous sommes d’accord mais tout de même) à Jhordan méritaient des excuses. Sans doute pas les plus plates et les plus dévouées qui soient mais au moins, un signe qu’il était désolé. Et oh combien il avait de choses à se faire pardonner. Même si ses sentiments à l’égard de cette jeune femme restaient inchangés (faut pas non plus pousser le bouchon trop loin), il tenait à faire cet effort. Principalement pour lui-même, certes, mais quand même …
Lorsqu’il sortit de sa Land Rover, Rhys poussa un soupire, conscient qu’il allait très probablement se prendre un pain dans la figure mais il était déterminé. Après tout, elle ne serait pas la première du coin à lever la main sur lui alors une de plus ou de moins … Rhys claqua donc la portière de sa voiture derrière lui et se dirigea vers la demeure qu’il souhaitait pénétrer. Il savait Kennedy chez elle parce que sa voiture était garée non loin de la sienne et que des lumières étaient allumées au rez-de-chaussée. Espérant alors qu’elle ne soit pas accompagnée d’une énième conquête, Rhys sauta par-dessus la barrière sans le moindre égard pour la notion de « propriété privée ». A présent à quelque pas de la porte d’entrée, il porta son index sur la sonnerie et attendit que la demoiselle daigne venir lui ouvrir. Il dut attendre ainsi pendant une bonne dizaine de minutes, assit sur le perron, sans recevoir la moindre réponse avant de se décider à utiliser une autre tactique. Parce qu’une chose était sûre, il ne comptait pas s’en aller avant d’avoir eu l’occasion de discuter avec Jhordan. Rhys alla donc récupérer des petits cailloux et commença à lancer ses projectiles contre le carreau de ce qu’il identifiait comme la salle de séjour. Ses jets n’étaient pas violents et les cailloux pas plus gros qu’une pièce d’un cents, son but n’était pas de casser une fenêtre mais uniquement de produire des « tip tip tip tip tip tip … » incessants et hautement frustrants. Jhordan finirait par lui ouvrir la porte uniquement pour que ce bruit prenne fin, c’était forcé. D’une voix forte et assez lassée, Rhys cria finalement à son adresse, avec le désir qu’elle puisse l’entendre clairement, sans mettre un terme pour autant à ses lancés répétés. A croire qu’il s’était fait tout un stock pour tenir la soirée entière.

    « Jhordan Jho Kennedy ! Ouvre-moi cette porte, je sais que tu es là ! »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [KENNEDY'S HOUSE] what goes around (...) Lun 14 Sep 2009 - 11:46

Théoriquement il n'y a rien de pire que l'ennui. Ce soir Jhordan travaillait, mais le temps a combler entre cette heure précise où elle aurait posée son petit derrière dans sa voiture pour enfin aller faire quelque chose de ses mains commençait sincèrement à se faire long. depuis midi Jhordan était levée et elle errait dans la maison de sa grand-mère -prétendument la sienne aussi, mais elle gardait toujours à l'esprit que sa grand-mère l'avait accueillit chez elle et que donc par conséquent il s'agissait avant tout de sa maison. La blondinette s'entêtait à monter et descendre les escaliers, à zaper les chaines de télés, à faire des allers-retours dans le frigidaire. Rien de bien exaltant en somme. Le temps avait passé lentement, mais il était passé quand même et Dieu merci. La fin d'après-midi tapait à son carreau alors que JHordan avait l'impression de se trouver dans cet ennui maladif depuis déjà plusieurs décennies. A cet instant précis, elle aurait pleurée pour que Jayhan soit dans le coin, pour qu'il s'engueulent, qu'ils se disent qu'ils se détestent, que les portes claquent, que les objets volent, mais rien. Le néant, un silence totalement et peu habituel dans la résidence kennedienne. Nora -le boss de la famille- était partit en vacances improvisée avec son club de lecture. Jhordan avait toujours trouvée ce genre de secte bizarre et les gens s'y trouvant peu fréquentable, manque de peau sa grand-mère était une corrompu, mais elle faisait avec. Alors que sa grand-mère avait quittée les lieux, Jhordan s'imaginait passer une semaine avec son cousin ou alors que le territoire conquis deviennent un squatte pour les amis de Jayhan. Mais le résultat fut autre, Jhordan était seule chez elle, depuis maintenant un jour et demi, ce qui ne ressemblait pas vraiment à Jay de quitter le cocon familiale. Jhordan se surprit à penser qu'elle aimerait plus que tout que son cousin débarque dans la minute avec une groupe de junkies au cul uniquement pour étancher son ennui. Que nenni ! Rien n'arriva, c'est donc en soupirant et en trainant des pieds que la blondinette se rendit sous la douche, la seule chose qu'elle n'avait qu'une fois aujourd'hui.

● ● ●


Cela ne faisait que quelques minutes que Kennedy était sous la douche que des bruits se firent entendre contre la porte d'entrée. Peut-être est-ce un meurtrier en cavale, une femme qui venait de se faire agresser, un enfant entrain de faire une crise d'hypoglycémie, n'importe quoi, quelque chose, une truc qui lui permettrait de ne pas s'ennuyer. Jhordan sauta donc en dehors de la douche et se précipita en courant vers la porte d'entrée. Dans le feu de l'action -et surtout les pied bien mouillés- elle fit surprise de glisser sur les fesses jusque dans la chambre de sa grand-mère après avoir loupé un virage dangereux à l'étage. Elle se releva tout aussi vite qu'elle n'était tombée et descendit les escaliers en trombe. « Merci Seigneur. Promis juré craché je serai une parfaite chrétienne maint ... » Jhordan s'arrête dans ses confessions, tout comme dans sa course effrénée, un bruit sourd lui fit avoir un haut de coeur, une voix qu'elle connaissait trop maintenant, à vrai dire une voix qu'elle n'avait pas envie d'associer à ce visage, un visage qu'elle ne voulait pas voir. « Jhordan Jho Kennedy ! Ouvre-moi cette porte, je sais que tu es là ! » Depuis quand ce mec l'appelait pas son diminutif ? Rhys Blythe avait sacrément de gros problèmes. La dernière fois qu'ils s'étaient vu, il sortait avec une certaines Venus Vasilis, depuis elle avait quitté la ville, c'est qu'il devait vraiment y avoir un problème avec lui. La fois d'avant monsieur abandonnait madame dans une position peu recommandable, dans un endroit particulière bizarre, dans une tenue plutôt étrange. Et là, il venait frapper à sa porte, comme une fleur, comme si tout allait bien. Elle prit quand même l'initiative d'ouvrir la porte, elle s'ennuyait tellement qu'elle aurait pu aller chez Caleb&Bonnie pour faire un Scrabble, mais bon faut pas trop pousser mémé dans les orties non plus, aujourd'hui elle se contenterai de Rhys, peut-être que demain elle irait perfectionner son orthographe. Jhordan Kennedy -en serviette- était face à Rhys Blythe qu'elle fixait d'un air exaspéré. Elle ne dit rien, préférant que lui prenne la parole en premier. En plein ennui certes, mais pas non plus au point de raconter ses petites histoires pornographiques à middle Blythe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [KENNEDY'S HOUSE] what goes around (...) Ven 25 Sep 2009 - 23:27


Heureusement pour la jeune femme, lorsqu'elle finit par accepter de lui ouvrir la porte, Rhys venait de baisser son bras pour récupérer un nouveau caillou plutôt que d'en lancer un. Après tout, il aurait pu clairement commettre la maladresse de viser Jhordan par inadvertance ce qui serait – il faut le souligner – d'une erreur de tactique monumentale : faites vous donc excuser après avoir balancé un caillou sur le pif de la personne dont vous souhaitez le pardon. S'arrêtant subitement dans son geste, Rhys fut prit de court par la vision que lui offrait la jeune femme. Il pouvait, naturellement, s'attendre à tout venant d'elle mais il devait reconnaître que la voir dans cette tenue ne faisait pas partie des choses inscrites sur sa liste de prévisions. Ne pouvant s'empêcher de la dévisager de bas en haut, remarqua sa peau brillante et encore humide, ses cheveux tout aussi mouillés, il se reprit tout de même juste à temps, se souvenant de la raison pour laquelle il avait fait le déplacement.
S'éclaircissant la voix, jetant derrière lui les petits cailloux qui reposaient jusque là dans la paume de sa main, il se rapprocha de la porte d'entrée et, de la même occasion, de Jhordan entourée uniquement d'une simple serviette. On pouvait critiquer Rhys par tous les moyens possibles et inimaginables mais il fallait être juste envers lui et remarquer la façon dont il se tenait ferme et déterminé malgré le désir urgent qui l'animait de tourner les talons pour rentrer chez lui ou pire encore, de se ruer sur elle. Alors que moins d'un mètre les séparait, soutenant son regard, le jeune homme prit une profonde respiration et déclara d'une voix droite, comme s'il avait répété ce discours durant toute la nuit passée.

    « Kennedy, je suis en visite officielle. Il me semble qu'on a encore quelques affaires à régler tous les deux … Je suis donc là pour essayer de réparer les morceaux, si tu es d'accord. »


Rhys semblait ainsi très sûr de lui mais il n'en était rien. Il appréhendait la réaction de Jhordan parce qu'il n'était pas dupe : la jeune femme n'allait pas lui pardonner leurs dernières rencontres simplement parce qu'il en exprimait le souhait. Elle allait sûrement le faire trimer, le faire amèrement regretter la façon dont il l'avait traité mais il était plus ou moins prêt. Du moment qu'elle ne le castrait pas … Pourtant, les mains plongés dans ses poches, il se tenait face à elle comme un gamin s'apprêtant à passer un mauvais quart d'heure mais qui était tout de même paré à passer ce moment la tête haute. Ne laissant pas spécialement le temps à la jeune femme de répondre, Rhys reprit la parole, jetant un coup d'œil furtif vers l'intérieur de l'habitat, comme pour vérifier s'il n'interrompait pas quelque chose … Après tout, peut-être qu'elle était en train de faire une mousse-party dans sa salle de séjour.

    « Je peux entrer, deux minutes ? Promis, je ne toucherai à rien, j'ai juste besoin de te parler. »


La fixant avec insistance, Rhys espérait que son regard émeraude suffirait à faire comprendre à la jeune femme à quel point il désirait pouvoir s'exprimer avec elle. Étrangement, il ne sembla pas lui passer à l'esprit l'idée que le moment puisse être mal choisi : elle sortait de sa douche, de toute évidence, et nécessitait sûrement un moment à elle pour s'habiller et se bichonner. Mais non, Rhys semblait penser que Jhordan n'était pas à ça près, qu'elle pouvait bien entendu accueillir un voisin chez elle alors qu'elle n'était pas habillée. En tout cas, cette idée ne dérangeait pas du tout le jeune Blythe, loin de là …
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: [KENNEDY'S HOUSE] what goes around (...)

Revenir en haut Aller en bas
 

[KENNEDY'S HOUSE] what goes around (...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-