AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ LOYAL HOUSE ] I don't care what you think about me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: [ LOYAL HOUSE ] I don't care what you think about me. Sam 5 Sep 2009 - 1:11


with Demitri Appleton & Loyal Waverly



    D’accord, Loyal n’a pas trouvé un moyen plus subtil d’attirer l’attention de son beau voisin, mais au moins il faut bien avouer que sur le long terme, ce fut efficace. Il est difficile d’expliquer les raisons pour lesquelles Loyal ne se gène pas trouver tout les moyens pour énerver Demitri Appleton, son voisin. Le voir s’énerver lorsque la belle Australienne garait sa voiture collée à la sienne la mettait de bonne humeur le matin. Ce n’est certes pas très mature de sa part, mais que voulez-vous, elle n’a que vingt ans après tout. Elle appréciait d’autant plus parce que Demitri avait tendance à prendre très mal tout ce qu’elle faisait, ce qui la poussait à continuer ses mesquineries.

    Ce jour là, il était à peine 20h lorsque Loyal brancha son I-pod à deux baffles de taille moyenne. Elle augmenta le volume et jeta la télécommande sur le canapé. Habillée d’un short de sport et d’un t-shirt ample - bref, anti-glamour -, elle se baladait dans sa maison en se dandinant au rythme de la musique. Inutile de préciser qu’elle mettait aussi fort en grande partie à cause de son voisin, mais également pour son propre plaisir. Étant une mordue de musique, elle pouvait passer ses journées à écouter de la musique et son esprit profitait de ses longues pauses pour s’évader. Pas aujourd’hui. Ce soir, elle avait improvisé une petite fête chez elle, en tête à tête avec elle-même, quoi de mieux ? Plus sérieusement, disons qu’elle avait simplement envie de mettre la musique à fond.
    Loyal dansait à présent dans toute les pièces de sa maison, Lucky, son chien, la suivait en sautillant, essayant de lui mordiller les chevilles. Elle finit par se laisser tomber sur un sofa et respira profondément. Elle aimait particulièrement être seule ces temps-ci, les conversations avec les autres l’agaçait plus que d’ordinaire. Lucky se jeta sur elle et se blottit sur son ventre tandis que la jeune blonde lui caressait tendrement le pelage. Ce chien devait être le seul être vivant qu’elle acceptait de voir tout les jours. Non pas que miss Waverly soit asociale, bien au contraire, mais elle n’aimait pas les personnes collantes et avait tendance à se lasser extrêmement vite de voir la même personne pendant trois jours d’affilée. Elle avait besoin de son espace, de pouvoir souffler de temps en temps. Comme ce soir par exemple.

    Il était relativement tôt et la belle Australienne n’était pas fatiguée, pourtant elle ne se sentait pas le courage de se préparer et de sortir. Ce soir, elle resterait chez elle, à danser avec Lucky sur les musiques entraînante de son I-pod. Bref, une soirée tranquille en perspective. Loyal déplaça son chien et se dirigea vers la baie vitrée qui donnait sur son jardin et les maisons voisines. Comme d’habitude, il n’y avait déjà plus un chat dehors, hormis quelques jeunes qui discutaient un peu plus loin. Ce quartier était décidément trop calme, on devait entendre le bruit de sa musique dans toute la rue. Tant mieux. Elle sourit en pensant à ses pauvres voisins qui devaient subir tout ce bruit. La seule chose qui pouvait la faire baisser le son serait que la police vienne le lui demander. Hormis eux, personne n’avait le droit de le lui demander, elle ne baisserait pas. Elle était chez elle non ? Par conséquent, Loyal pouvait faire ce qu’elle voulait. Elle se dirigea vers la cuisine et se leva sur la pointe des pieds pour attraper la boite de céréales lorsque des coups brusques et répétés se firent entendre. Elle sursauta et se tordit la cheville. Heureusement, elle se rattrapa sur le mobilier et réprima une plainte. Loyal sautilla jusqu’à la porte d’entrée, essayant vainement de se masser la cheville en se dirigeant vers la porte d’entrée. Qui osait venir la déranger maintenant ? Elle qui avait envie d’être seule. Elle pria pour ne pas découvrir son frère devant la porte et ouvrit la porte, laissant s’échapper plus fort la musique.

    « Oh Quelle surprise !, que me vaut cette visite nocturne, cher voisin ? » Dit Loyal, un petit sourire sur les lèvres. Elle s’appuya sur la porte et se massa la cheville qui commençait à rougir. Elle grimaça à la vue de son pied. Demain, elle aurait sûrement un bleu, la belle affaire.
    Se rappelant que son voisin était toujours dehors, elle leva les yeux et se redressa. Demitri Appleton se tenait devant sa porte, Loyal posa une main sur la porte de sorte à ce qu’il n’entre pas et le regarda, son sourire toujours ancré sur les lèvres. A l’intérieur, la musique résonnait toujours aussi fort mais ça n’avait pas l’air de gêner Loyal plus que ça. Elle savait pertinemment ce qu’il faisait là mais Loyal feignit n’en avoir aucune idée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ LOYAL HOUSE ] I don't care what you think about me. Sam 5 Sep 2009 - 2:06

  • Cela faisait quelques temps que Demitri avait ré-emménagé à Ocean Grove. Il n'avait pas eu de mal à s'adapter, et à s'intégrer. Certes, il avait du user d'une bonne dose d'hypocrisie, de faux sourires, et de faux semblants maintes et maintes fois. Mais bon, lorsque l'on veut quelque chose, on met tout en œuvre pour l'avoir. Et cette fois, ce que désirait Demitri s'était s'intégrer dans ce quartier qu'il avait connu jadis enfant. Bon jadis adolescent. Bon d'accord, il était parti pendant seulement six ans, mais tout de même, en six ans, bien des choses changent. Par exemple, il avait été peiné d'apprendre que la grand-mère Spines du bout de la rue était décédée. Cette femme avait le cœur sur la main. Elle avait tout fait pour Demitri lorsqu'il était plus jeune. Elle lui offrait des bonbons, lui donnait de l'argent, l'emmenait partout où il le désirait. Oui, bien des choses changent dans un quartier en six ans. Par exemple, Demitri ne s'était pas attendu à voir ses anciens voisins divorcés. Ils avaient l'air d'un couple si fort, si soudé, si uni.
    Dans tous les cas, Demitri avait commencé à se faire quelques connaissances. Il avait retrouvé Jhordan, une amie d'adolescence. Il avait rencontré Bonnie dans des circonstances bien spéciales, ainsi que son ex Caleb. Si avec Bonnie il s'entendait plutôt bien, avec Caleb c'était loin d'être le cas. Et parmi ses connaissances, il avait aussi eu l'occasion de rencontrer l'une de ses voisines les plus proches. A dire vrai, elle habitait la maison à droite de la sienne. Elle avait une vingtaine d'année, était plutôt jolie, charmante, et pouvait même sembler agréable à première vue. A première vue seulement, parce qu'avec Demitri c'était une vraie petite peste, une carne, une garce, tout ce que vous voulez. Cette jeune femme, d'apparence douce et sympathique, avait décidé de pourrir la vie à Demitri. Il ne savait pas ce qu'il lui avait fait, d'ailleurs il n'avait strictement rien fait. Le jour où il avait emménagé, il lui avait poliment dit bonjour avec un petit sourire, et depuis, elle lui faisait vivre un cauchemar. Bon d'accord, peut-être pas à ce point, mais tout de même!
    Elle passait son temps à lui faire des crasses. Oh non, rien de bien méchant, juste des petites attentions qui agaçaient au plus haut point le jeune homme. Il avait 27 ans, était marié, était avocat, il n'avait pas besoin de jouer avec une gamine de 20 ans. Pourtant, elle, semblait prendre un malin plaisir à garer sa voiture collée à la sienne, à laisser son chien uriner et faire ses gros besoins sur sa pelouse. Aujourd'hui, Demitri était rentré pour travailler au calme chez lui. Des travaux étaient effectués dans son nouveau cabinet d'avocat. Il s'était donc dis qu'il serait plus tranquille chez lui. Le dossier qu'il traitait était important, c'était un gros client, qui risquait une grosse peine, pour un crime qu'il n'avait pas commis. Cela faisait donc deux heures que Demitri était penché sur ce cas, lorsqu'il entendit une musique. Il crut d'abord qu'il s'agissait de Maloëe, mais ce n'était pas du tout son style de musique. Il jeta un coup d'oeil par sa fenêtre, et il comprit rapidement. Sa chieuse de voisine avait remis ça. La musique était si fort qu'elle donnait l'impression de venir du rez de chaussée, alors que non, elle provenait carrément d'une autre maison. Demitri attendit dix minutes puis finalement craqua. Elle se foutait définitivement de sa gueule. Rageusement, il referma son dossier, et descendit quatre à quatre les marches de ses escaliers. Il sortit de chez lui en claquant la porte, et traversa à tout allure sa pelouse. Une fois arrivé devant la porte de la coupable, Demitri ne prit même pas la peine d'utiliser la sonnette. Non il frappa de toutes ses forces contre la porte. Il répéta ce geste plusieurs fois. D'une part parce qu'il était énervé, et d'autre part, parce qu'il espérait qu'elle entendrait malgré sa musique. Il n'eut pas besoin d'attendre très longtemps. Loyal lui faisait déjà face. Elle avait ce petit sourire innocent et hypocrite scotché au visage. Une attitude qui avait le don d'énerver Demitri. « Oh Quelle surprise !, que me vaut cette visite nocturne, cher voisin ? » Demitri jeta un coup d'œil sur la cheville qu'elle était en train de masser. Il lui aurait bien jeter sur un ton moqueur: « Tu t'es fait mal?! Bien fait! » Mais c'était beaucoup trop enfantin. Il se racla la gorge, et sur un ton sec, il lui dit: « Ça serait possible que tu baisses le volume? T'es pas toute seule dans le quartier. » Il avait presque été poli. Voyant qu'elle ne bougeait pas, mais qu'au contraire elle ouvrait la bouche, Demitri éjecta son bras qui lui bloquait le passage, et passa à côté d'elle. Il entra dans sa maison, sans écouter ce qu'elle lui disait. Elle ne voulait pas baisser le volume? Très bien. Il avança dans la maison à la recherche de la fameuse stéréo. Au bout de quelques secondes, il se tourna vers elle, croisa les bras, et sur un ton froid il lui dit: « Elle est où ta putain de chaine hifi. J'ai pas que ça à foutre. Si toi tu passes tes journées à rien branler, c'est pas mon problème. Moi j'ai d'autres choses à faire. » Il avait parlé de façon crue et directe, comme toujours, surtout lorsqu'il était énervé. Après tout, à quoi bon rester diplomate? Il savait qu'avec elle cela ne marchait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ LOYAL HOUSE ] I don't care what you think about me. Sam 5 Sep 2009 - 14:54


    Lorsqu’on prenait la peine de connaître un peu Loyal, on se rendait directement compte qu’il valait mieux ne pas la vexer. En effet, la jeune femme n’a jamais eue un caractère facile, pire encore, les médecins lui avaient diagnostiqué un tempérament à tendance bipolaire depuis ses quatorze ans. Elle passait donc d’une joie immense à une colère noire. Demitri Appleton ne savait pas dans quoi il s’était embarqué lorsqu’il était venu frapper à sa porte.

    DEMITRI :« Ça serait possible que tu baisses le volume? T’es pas toute seule dans le quartier. ». Loyal fronça les sourcils. De quel droit venait-il lui faire pareille demande ? La jeune fille allait lui répondre lorsqu’elle fut poussée brusquement contre sa porte. Abasourdie, elle regarda son voisin, furieux, chercher sa chaîne hifi. L’Australienne fut d’abord surprise, ensuite la colère s’empara d’elle. Il voulait qu’elle baisse le volume ? Il n’y arriverait pas. Loyal claqua la porte furieusement et se dirigea vers Dimitri.
    DEMITRI:« Elle est où ta putain de chaîne hifi. J’ai pas que ça à foutre. Si toi tu passes tes journées à rien branler, c’est pas mon problème. Moi j’ai d’autres choses à faire ». Le ton que son voisin avait employé finit par vexer profondément Loyal. Elle n’allait pas se laisser faire par cet homme qui osait s’introduire chez elle sans permission et, qui plus est, se permettait de la tutoyer . Elle ne le connaissait ni d’Adam ni d’Eve, pourquoi le tutoierait-elle?

    «  De quel droit osez-vous me tutoyer ? Je me permet de vous rappelez que je suis chez moi et que, par conséquent, je fais ce qui me plait. Si ça ne vous plait pas, contactez la police ou, mieux, déménagez! » dit-elle sèchement, plantant son regard dans le sien. Elle s’était rapproché discrètement de son sofa mais ne quittait pas l’intrus des yeux. Loyal n’avait pas l’intention de baisser le volume, quelques minutes avant, si il le lui avait demandé gentiment, elle l’aurait fait. A présent, c’était peine perdue, Loyal redoublerait d’imagination pour lui mener la vie dure. Elle ne foutait rien? Vraiment?
    «  Oh, je vous empêche de bosser sûrement? Dites donc, c’est votre femme qui doit être heureuse que son abruti de mari ramène du boulot à la maison. Ce n’est pas la peine d’insister, je ne baisserais pas le volume de ma chaîne stéréo. » reprit-elle, riant légèrement. C’était de le pure provocation bien entendu, Loyal le savait, c’était son but. Loyal fixait Demitri dans les yeux, une lueur d’amusement perçait dans les yeux de la jeune femme, bien qu’elle soit toujours aussi fâchée. Le fait de voir Demitri dans un tel état la faisait rire. Elle ne savait pas pourquoi dès le premier jour elle n’avait pas apprécier son voisin, il avait eue l’air pourtant très gentil. C’était peut-être ça après tout, il avait été trop gentil avec tout les gens du quartier, y comprit elle. Loyal se méfiait des gens trop gentils, ils cachaient toujours un côté violent. Elle avait donc vu juste à voir l’état actuel de Demitri. Dommage, il était plutôt attirant pour son âge.


    Elle se laissa tomber sur son sofa et pris un magazine qui était posé sur la table basse. Elle allongea ses jambes sur la table basse et , levant à peine les yeux sur son voisin, elle fit un léger geste de la tête vers la porte.
    «  Vous connaissez le chemin je pense. », lança-t-elle, sèchement. Loyal aurait bien continuer à s’engueuler avec Demitri, mais il avait l’air furieux et elle avait eut un aperçu de sa force lorsqu’il était rentré en forçant le passage. Elle doutait cependant qu’il soit du genre à repartir ainsi, alors que la musique était toujours aussi forte. Personnellement, Loyal était habituée à écouter ses chansons aussi fortes. La jeune Australienne feuilletaient son magazine, tournant les pages rageusement.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: [ LOYAL HOUSE ] I don't care what you think about me.

Revenir en haut Aller en bas
 

[ LOYAL HOUSE ] I don't care what you think about me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-