AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...) Sam 5 Sep 2009 - 2:17



      IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE.
      PRESLEY HUNTINGTON & CALEB VARNHAM

    Cela faisait déjà un peu plus de trois semaines que Caleb avait quitté le domicile conjugale, comme on pourrait l'appeler. Mais en réalité, ça n'était seulement que la maison de Bonnie. L'argent de son père l'avait payé et en fait ils avaient beau eu dire qu'ils étaient venu ici ensemble, il n'avait pas l'impression d'avoir fait quelque chose dans leur vie depuis qu'ils étaient arrivés. Oui, il avait travaillé au garage mais ça n'était pas vraiment son argent qui les avait fait vivre jusqu'ici. Il se sentait parfois inutile ici, il se demandait souvent si ça n'était pas une bonne idée de quitter cet endroit pour aller autre part ou peut-être il pourrait trouver une meilleure vie. Parce que depuis qu'il était seul il se sentait beaucoup trop mal. Il lui manquait quelque chose dans sa vie, une chose que lui manquait aussi quand il était au Canada, une chose qui lui manquait avant de rencontrer Bonnie. A présent, il était seul et même si il avait espéré qu'elle revienne lui demander de revenir, il pensait que c'était trop tard à présent, qu'elle devait sûrement avoir tourné la page même si lui n'y arrivait pas. C'était une cure qu'il pratiquait loin d'elle, elle était une drogue et même si il avait commencé à s'attacher beaucoup trop à elle, cette drogue était nocive. Nocive pour son vrai personnage, celui qu'il a toujours été. Un homme fort, sans attache et sans règles, celui qui pouvait faire ce qu'il voulait, celui qui n'avait besoin de regarder ce que les gens penseront de lui et surtout ce qu'elle penserait de lui. Ce soir-là il avait emmenagé dans une chambre du Four Season Hotel. Il avait décidé d'enfin quitter le garage, car il n'avait plus aucun espoir de voir revenir Bonnie. Il pensait déjà dans quel confort il allait être, quelque chose qui changeait complètement de la petite salle où il dormait et du matelas en mousse qui n'était pas bon pour son dos, même pour un jeune homme. Il avait prit la chambre pour deux semaines pour l'instant. Muni de son sac de sport où étaient rangé toutes ses affaires personnelles, il se fit mener dans les couloirs de l'hôtel par un homme en costume noir. Celui-ci lui ouvrit la porte de sa chambre et lui confia la carte d'accès de celle-ci. Il était déjà tard, il ne savait pas encore l'heure qu'il était mais Caleb était exténué, il ferma la porte d'un coup de pied contôlé et se dirigea vers son lit. Il balança d'une façon négligée son sac puis et s'éffondra sur le lit. La tête enfouie dans les draps doux du lit, il avait trouvé le bon endroit pour se ressourcer. Il resta pendant dix bonnes minutes comme ça, la face contre le lit, sans bouger, juste histoire de prendre quelques résolutions. Ou peut-être faire quelques bêtises de plus ? De toute manière il n'en n'était pas à sa première et au point où il était, il pouvait même tuer l'homme habillé d'un costume noir et le cacher dans le placard de l'hôtel qu'il n'aurait de compte à rendre à personne. Il se sentait terriblement seul, au point même de demander à ce jeune homme de revenir pour lui tenir compagnie. Non, plus sérieusement, depuis un moment il avait perdu l'habitude qu'il avait prise en arrivant ici, l'habitude de parler aux gens. Il avait toujours été renfermé et depuis qu'il était à Ocean Grove il avait pu enfin remédier à ce problème. Mais là, c'était tout autre chose, cela faisait trois semaines qu'il avait complètement arrêté de sortir et donc de boire, de voir ses amis ainsi que de s'amuser. Il se sentait trop seul et il s'exilait davantage. Soudain il eut une idée. Une idée qui aurait sûrement pas plut à son ex petite amie, mais soit, elle avait voulu mettre un terme à leur relation, alors il pouvait faire ce qu'il voulait. Il se redressa et attrapa son téléphone dans la poche de sa veste. Il se dirigea vers la table de chevet et prit l'annuaire. Il chercha le numéro qu'il voulait et le composa, attendant une réponse. Jusqu'à que la personne au bout du fil s'annonce.

      « Bonsoir... j'aimerais... l'un de vos services. » l'hésitation se remarquait.
      « Bien sûr, vous avez des préférences ? »
      « Non. »
      « Bien. Où voulez-vous que cela se passe ? »
      « Four Seasons Hotel, chambre 223... »

    Caleb n'attendit pas davantage et raccrocha. Il ne savait pas si ils allaient en envoyer une, vu qu'il avait raccroché. Il se dit que c'était trop fou de faire ça seulement pour une vengeance, une vengeance qu'elle n'entendra sûrement jamais parlé. Caleb était persuadé qu'ils n'enverraient personne. Il se dit qu'il allait directement dormir, il avait hâte d'essayer un lit, les lits lui avaient manqués. Caleb retira son tee-shirt et son pantalon, il attrapa un long short dans son sac et l'enfila ainsi qu'un débardeur blanc qu'il mit rapidement. Il jeta ses habilles sales et son sac sur le sol et se jeta dans le lit. Il attrapa la télécommande et alluma la télévision, puis, il s'allongea confortablement. Quelques minutes passèrent ainsi, peut-être dix, peut-être quinze, en tout cas il avait complètement oublié l'appel qu'il avait passé quelques minutes plus tôt. Lorsqu'il voulu changer de chaine parce que son match était terminé, il entendit frapper à la porte. Pendant un moment il resta immobile, puis au bout de quelques secondes il reprit le contrôle de son corps. Il éteignit la télévision et sauta du lit pour se diriger vers la porte. Il attendit pendant encore quelques secondes avant que la personne derrière ne re-frappe. Il ouvrit enfin. La jeune femme était ravissante et pour autant pas en déshabillée, elle était habillée tout à fait normalement, sûrement qu'elle aurait quelque chose en dessous. Caleb la toisa de bas en haut jusqu'à arriver à son visage, elle avait un petit sourire en coin, tout à fait provocateur. Le jeune garagiste ne put s'empêcher d'afficher un sourire à son tour, il n'allait tout de même pas la laisser dehors. Il ouvrit la porte plus grand et se poussa de l'entrée, il fit un signe de la main pour montrer l'intérieur de la chambre, pour l'inviter à entrer.

      « Installez-vous. »


Dernière édition par Caleb Varnham le Mer 16 Sep 2009 - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...) Mer 16 Sep 2009 - 17:03



    Cette soirée elle savait qu’elle ne la passerait pas tranquillement dans son lit. Elle avait fait une promesse en quelque sorte, et avait décroché un boulot peu commun. Il lui plait sur certain aspect, elle est ainsi capable de manipuler bon nombre d’homme pour en connaître certain secrets inavouables. Mais ce qu’elle fait reste dégradant, d’autant plus qu’elle doit se plier à la moindre exigence. Être rabaissé de la sorte, n’est pas du genre de Presley. En jeune fille indépendante elle a toujours décidé par elle-même et la forcer à quelque chose est comme pour ainsi dire presque impossible. Sauf dans ce cas précis. Ce qu’elle déplorait, c’est qu’il s’agissait toujours d’homme dont il était quasiment impossible d’avoir envie, elle gâcher ses soirées pour des parties de jambes en l’air foirées. Bon il faut admettre que d’elle-même elle n’avait pas spécialement envie de se trouver quiconque même pour une nuit. Bien sur ça arrivait de temps à autre, mais elle était devenue plutôt solitaire ces derniers temps, sans qu’elle ne puisse expliquer pourquoi. Mais ce soir elle savait qu’elle aurait de la compagnie, ça marchait ainsi, il y a certaine soirée où elle doit être prête à aller n’importe où au moindre coup de téléphone. Même si il était possible qu’elle ne soit pas utile ce soir, elle n’y croyait pas beaucoup. Deux ans maintenant qu’elle fait ça, et pas une seule fois elle a pu rester chez elle tranquillement. Malgré tout elle avait envie d’y croire, installer confortablement dans son canapé, une couverture sur les genoux, un bol de café chaud entre les mains. Elle zappait entre toutes les chaînes qu’elle avait ne parvenant pas à ce décider sur son programme télévisé. A la voir on ne croirait pas que sous sa jolie robe se cache un déshabillé plus qu’affriolant surtout pour une jeune fille de son âge. Pourtant tout était préparé elle était prête, même si elle commençait à s’endormir devant une série qui avait l’air plutôt ennuyeuse, elle se fit réveiller par la sonnerie du téléphone. « Allo » Répondit-elle faiblement, encore dans un demi sommeil. « C’est pas le moment de dormir chérie, Four Seasons Hotel, chambre 223 dépêche toi. » Le coup de téléphone fut très bref, et elle profita d’une petite pause maquillage pour se réveiller un peu, finissant son café qu’elle avait oublié sur la table du salon, bien que froid à présent, elle aurait besoin d’un peu de caféine. Remettant un peu de rouge à lèvre, masquant les traces de fatigues, en moins de deux minutes elle était prête à partir. Même si ce boulot compte peu pour elle, elle sait que si elle arrive trop en retard il est possible qu’il y ait des plainte et ça retomberai sur elle. Une chose qu’elle tient à éviter le plus possible. Se mettant alors en route, derrière le volant de sa voiture elle se dirigeait vers le Four Seasons Hotel, un établissement qu’elle connaissait que trop bien pour y avoir passé de nombreuses nuits. Se garant dans le parking de l’hôtel, elle avait rapidement gagné le hall d’entrée, elle connaissait par cœur les moindres recoins, et s’était dirigée d’une démarche automatique vers les ascenseurs. Alors qu’il montait jusqu’au second étage, la jeune fille se demandait qui avait eu besoin de ses services ce soir, lorsqu’elle toqua à la porte une première fois, elle avait émit la conclusion qu’il s’agissait de quelqu’un d’assez vieux, ou peut être un peu ralentit, blessé à la jambe peut être. Mais elle fut d’autant plus surprise lorsqu’elle vit un homme jeune, athlétique, qui de toute évidence n’avait pas de problème pour se trouvait une femme. Même si elle cogitait intérieurement, se demandant qu’Est-ce qui avait bien pu l’amener à composer un tel numéro, elle lui offrit un petit sourire qui se voulait charmeur qu’il s’empressa de lui rendre. « Installez-vous. » Alors qu’il se décalait pour la laissé passer, la jeune fille entra dans la chambre après lui avoir adressé un sourire destiné à le remercier. Pas de parole inutile dans ce genre de situation. Elle posa nonchalamment son sac sur la table où était posé l’annuaire téléphonique encore ouvert. Elle ne pu se retenir plus longtemps, une remarque lui brûlait les lèvres. « Je dois avoué que je suis surprise, comment pourriez-vous avoir besoin de mes services ? »



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...) Mar 29 Sep 2009 - 19:07


    La situation était assez complexe. Il ne savait que faire, il ne savait pas si c’était une bonne idée de combler son vide par une jeune fille qu’il avait appelé simplement pour assouvir son manque de Bonnie et tout ça sur un coup de tête… En fait il n’avait pas du tout l’habitude de ces situations, il n’avait jamais fait appel à ce genre de jeunes filles et en plus de ça, se sentir coupable pour une autre femme n’avait jamais été dans ses habitudes. Il fallait avouer que son immigration aux Etats-Unis n’avait pas seulement changer ses habitudes mais aussi ses sentiments, sa manière de penser et surtout ses relations avec le monde extérieur. Caleb suivit du regard la jeune femme entrer dans la salle et poser son sac et en profita pour refermer la porte d’un simple coup de talon. « Je dois avouer que je suis surprise, comment pourriez-vous avoir besoin de mes services ? » Caleb fut surpris de cette remarque et cela se remarqua lorsqu’il arqua un sourcil. Peut-être avait-il fait quelque chose qui n’allait pas ? Peut-être que la chambre n’était pas assez bien ? Non… On était au Four Seasons Hotel et c’était un hôtel plutôt luxueux… Alors peut-être que c’était une endroit trop… bien ? Non, l’endroit n’était pas un problème, alors si ce n’était pas l’endroit, c’était donc… lui. Il s’avança lentement pour se planter à deux mètres de la demoiselle.

    « Pourquoi ? J’ai pas la bonne tête pour ça ? » il regarda autour de lui et vit son sac posé négligemment sur le sol et reporta d’un geste rapide son attention sur la jeune femme. « Oh ! Vous savez, j’ai de quoi payer ! »

    Ce qui surprit Caleb, c’est le fait que la jeune femme rie à sa dernière réflexion. En effet, elle devait sûrement se rendre compte qu’il n’avait pas l’habitude. Il n’était pas du tout sûr de lui et même si c’était un bon acteur, il ne voulait pas en abuser pour montrer un homme qui a l’habitude de ça. En fait il voulait juste être lui-même mais c’était un problème, car il ne savait même plus qui il était. Un homme fort sans limites, sans règles et sans attaches ou un homme prit dans sa tête et dans son cœur par une jeune femme qui l’avait mit à la porte. Caleb préféra la première option et secoua la tête légèrement pour sortir de ses pensées. Il porta son regard sur le long manteau que la jeune femme portait. Il avait vu ça des millions de fois à la télévision et il s’imaginait bien ce qu’elle devait porter en dessous. Il s’approcha à nouveau lentement de la jeune femme pour arriver à quelques centimètres de celle-ci. Caleb posa ses doigts avec hésitation sur le premier bouton de son manteau, comme si c’était sa première fois, il retira celui-ci et leva la tête pour plonger son regard dans le sien. Il s’avança davantage pour que leurs visages soient quasiment collés. Il voulait que ça se passe vite, ça n’avait pas l’air d’un plaisir mais seulement d’un bouchon pour combler le trou qu’il avait dans son cœur mais en même temps, ça n’était pas un de ces vieux hommes riches capables de prendre une femme pour un objet et de la soumettre et tous ses désirs. D’ailleurs, dans les relations entre Caleb et Bonnie, c’était toujours Bonnie qui prenait les commandes et lui en profitait. Il attendit quelques secondes avant de casser le silence qui s’était installé.

    « Alors… par quoi on commence ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...) Ven 9 Oct 2009 - 17:58


Habituellement elle avait tendance à se sentir très mal à l’aise, débarquer ainsi dans une chambre d’hôtel, un seul but en tête. Agir comme si cette carrière lui convenait à merveille, faire semblant d’apprécier l’homme qu’elle avait en face d’elle, être ainsi l’objet d’un inconnu. Cette jeune fille de caractère n’aurait jamais pu décider d’une telle destinée seule. Son objectif, se débarrasser de toutes formes de règles, alors être ainsi obligée de vendre son corps, était tout sauf ce qu’elle aimait le plus, au contraire. Mais étonnamment se soir elle se sentait plutôt à son aise, le jeune homme en face d’elle avait l’air hésitant, débutant, ne connaissant pas la marche à suivre, une chose qui l’étonnait, quand bien même il n’était pas habitué à faire appel à ce type de service, il était quand même assez charismatique, et le sentir ainsi perdu, l’aidait à elle-même se situer. A force de faire se métier, à force d’agir de façon presque routinière, de se destiner à aider les autres plus qu’à ne réfléchir sur sa propre personne, elle finissait par se perdre complètement, ignorant qui elle pouvait bien être. Auparavant tout était plus simple, elle l’avait, il était son repère, il l’a rappelait à l’ordre quant elle faisait un faux pas. Aux yeux de sa mère à cette époque, elle n’était qu’une jeune fille complètement perdue, faisant les pires erreurs de sa vie, toujours était-il que ses meilleures années étaient belles et bien passées, et elle ne s’était jamais sentit aussi seule et perdue que ses derniers jours.
Quant à lui, ce jeune homme qui avait apparemment besoin d’elle, semblait encore bien plus perdu qu’elle, à moins qu’il ne soit maladroit, mais elle en doutait. Il s‘approchait d‘elle, et à mesure qu‘il effectuait un pas, il semblait presque le regretter. Presley demeurait immobile, imperturbable, habituée à tout ça, « Pourquoi ? J’ai pas la bonne tête pour ça ? » elle ne retint pas ce léger sourire qui se dessinait sur son visage, la bonne tête pour ça ?! Il était évident que non, charmant, charismatique, comment pouvait-il en arriver là. Elle ne se leurrait pas elle savait que sa profession était dégradante, mais elle n’avait pas le choix, elle savait qu’elle n’avait qu’une utilité limité. Et c’était ce qu’elle en était venue à penser d’elle. « Oh ! Vous savez, j’ai de quoi payer ! » immédiatement elle se mit à rire. Il n’avait pas l’air de comprendre où elle voulait en venir et ses réactions étaient plutôt amusantes. Même si elle n’avait pas envie que la soirée tourne comme elle le devrait, elle était au moins contente d’une chose, il était beaucoup plus sympathique et amusant, que les « habitués ».

« Je ne parlais pas de ça, je n’ai pas d’inquiétude pour ça. Mais vous n'avez pas le physique de ces vieux désespérés. » elle marqua une pause sourire aux lèvres. Pour qu’un homme compose un tel numéro, il devait y avoir deux raisons à ses yeux. Soit il s’agissait d’une personne désespérée pour n’importe quelle raison. Soit il avait des pulsions très insistantes, un maniaque comme elle s’amusait à les appeler. Elle reprit plus sérieusement.  « Ce qui m’amène à me demander, en quoi pourriez-vous être désespéré ? » Presley ne cessait de l’observer, se demandant ce qu’il pouvait bien penser, qui il pouvait bien être en réalité. Une multitude de question qui la taraudaient, elle était du genre observatrice, et cela faisait partie de son job après tout, elle devait être capable d’identifier le moindre désir de son client. Mais lui, il ne semblait même pas conscient de ce qu’il faisait, il ne semblait même pas le vouloir réellement. Quant bien même, elle était capable de demeurait impassible face à ça, même si elle continuait de s’interroger intérieurement. Néanmoins, il avait l’air désireux de prendre les devants, en terminer le plus vite possible. Il s’approchait d’elle, toujours aussi hésitant, mais de plus en plus proche d'elle. Leur visage n’étaient plus qu’à quelques petits centimètres l’un de l’autre, mais le silence qui régnait dans la pièce le mettait sans doute mal à l’aise, il décida alors de le rompre. « Alors… par quoi on commence ? » une fois de plus un sourire fendit son visage, elle se recula légèrement, son regard interrogateur était plongé dans le sien. « dîtes moi ce que vous souhaitez. » mais elle doutait sérieusement qu’il soit en mesure de répondre à cette interrogation, son regard semblait chercher une réponse, comme s’il essayait de se souvenir de ce qui avait bien pu lui passer par la tête. « Pourquoi avez-vous composé ce numéro ? » Dit-elle en désignant l’annuaire téléphonique derrière elle. Elle n’avait pas pour habitude de gérer une telle situation mais après tout, on le lui avait appris, elle devait parfois avoir quelques heures de psychologie avec ses clients, pour mieux les satisfaire parait-il. Mais elle doutait qu’avec celui-ci tout se passe comme son patron l’aurait espéré, et pour ça, elle en était heureuse.


    Spoiler:
     



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...) Mer 28 Oct 2009 - 15:05


« Je ne parlais pas de ça, je n’ai pas d’inquiétude pour ça. Mais vous n'avez pas le physique de ces vieux désespérés. » Il n’avait en effet pas penser à ça. Il n’avait pas l’habitude de ce genre de choses et surtout il avait toujours dit que c’était ridicule. Il se posait la même question que la jeune femme. Il se demandait comme une femme de ce genre pouvait se retrouver ce genre de boulot. Caleb passa une main dans ses cheveux, elle avait un bon sens de l’observation il n’était pas ce qu’on peut appeler un vieux désespéré. Il n’était pas désespéré, il ressentait seulement un vide total. Il avait compensé le vide de son frère avec Bonnie et à présent il n’avait qu’une façon de compenser le manque de Bonnie, c’est ce qu’il faisait. « Ce qui m’amène à me demander, en quoi pourriez-vous être désespéré ? » Les sourcils de Caleb se froncèrent, il n’avait pas envie de parler de ça ici et avec elle. Il ne la connaissait même pas, elle ne saurait que lui dire, peut-être même qu’il la mettrait mal à l’aise ou sûrement que ce serait lui qui serait mal à l’aise. Après tout il n’avait jamais ressentit ce genre de choses auparavant alors il ne savait comment s’y prendre pour en parler. Il préféra en venir aux faits, même si il avait hésité à appeler, maintenant qu’elle était là autant en profiter. Malheureusement jouer les pervers n’était pas son fort, il avait toujours été plus à l’aise avec des filles qu’il connaissait un minimum histoire d’au moins savoir ce qu’elles veulent. Il était capable de faire les choses bien, mais il y avait quelque chose qui le retenait et il se battait contre cette chose. C’était un homme, un homme qui aimait ce genre de chose mais il y avait quelque chose qui clochait, il était complètement perdu. Il la regarda se reculer légèrement et lui lancer ce regard interrogateur qui surprit Caleb. « Dîtes moi ce que vous souhaitez. » Elle rendait les choses plutôt difficile, elle avait dû se rendre compte qu’il y avait quelque chose qui retenait Caleb, mais ce n’était pas ses affaires de s’en mêler. Elle devait faire son boulot. Il repassa à nouveau sa main dans ses cheveux en baissant la tête, ce qui montrait qu’il ne savait plus vraiment ce qu’il voulait. Son corps lui disait d’en profiter, de prendre les devants, de toute façon elle travaillait pour ça mais son âme lui disait tout autre chose. Il avait l’habitude d’écouter ce que lui disait son corps mais depuis qu’il était à Miami et depuis qu’il avait vécu avec Bonnie, son âme avait prit une plus grande place dans ses décisions. « Pourquoi avez-vous composé ce numéro ? » Caleb ne releva pas la tête mais lança un regard furtif à la jeune femme, puis en lança un autre à l’annuaire. Il n’avait pas de réponse à cette question, mais il avait la réponse de son état actuel.

« Elle… » Caleb n’ajouta rien avant de s’asseoir sur le lit et de s’étaler sur celui-ci. Il n’avait pas regardé la jeune femme et fixait le plafond qui possédait un miroir. Un sourire nerveux s’installa sur son visage. Il allait faire quelque chose qu’il n’avait que très peu fait dans sa vie. Il allait se confier. « Je l’ai vu la dernière fois. Avec un autre… » Il hésita encore un moment, ça n’était pas facile, surtout en regardant son reflet dans ce miroir. « Je ne l’ai jamais trouvé si jolie. » Il fixa encore pendant quelques secondes son reflet et porta son attention sur la jeune femme pour voir sa réaction et continua en la regardant. « Je suis pas ce genre d’homme à… être accro… Mais je crois que j’étais jaloux… Ou quelque chose dans ce genre… Je ne sais pas… » Caleb se releva soudainement, ça y est c’était fait alors à présent il ne voulait pas aller plus loin. Il en avait déjà trop dit, ce n’était pas à son habitude. Il préféra changer de sujet rapidement avant que cela aille trop loin, après tout elle avait montré qu’elle avait percé sa situation mais lui aussi voulait savoir plus sur les raisons qui la menaient à exercer un tel métier. Il était assis sur le bord du lit et la regarda faire de même, il essaya d’esquisser un léger sourire et enchaîna. « Et moi je me demande comment une jeune femme comme vous peut faire ça… Vous n’êtes pas le genre de fille à avoir besoin de ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...) Jeu 29 Oct 2009 - 15:38



Elle n’avait pas l’étoffe d’un psy et n’avait jamais manifesté une quelconque empathie auparavant. Elle n’était pourtant pas vieille, mais Presley auparavant, c’était une jeune fille dépourvu de n’importe quel sentiment humain, limite hautaine et se fichant éperdument des autres. Égoïste sur les bords, elle ne se préoccupait que d’elle-même et ce n’était pourtant pas par égocentrisme, juste par manque de temps. Se consacrer à ses petits problèmes lui prenait pas mal de temps. Mais tout ça c’était avant, avant qu’elle rencontre Mike Huntington, il s’était suffisamment préoccupé d’elle pour qu’elle en vienne à se préoccuper des autres à son tour. S’ouvrant plus facilement, affichant un sourire compatissant, prête à tout entendre, à donner son avis et peut être un conseil, bon ou mauvais, elle n’était pas en mesure d’en juger. Elle parlait seulement sincèrement. Elle avait appris à être à l’écoute des gens et à aimer les aider du moins un peu, elle avait compris que se confier avait quelque chose de positif. Elle se sentait toujours mieux après avoir parlé durant des heures à Hailey, appréciant cette échange qu’il existe entre elles, cette compréhension et se soutient. Ainsi lorsqu’on lui demandait d’être à l’écoute de ses clients elle ne devait pas faire un effort titanesque, du moins c’était dans ses possibilités. Encore fallait-il que l’homme soit agréable ce qui était déjà plus rare. Elle avait simplement dû développer son côté hypocrite, ce petit côté pas si difficile que ça à apprivoiser. D’ordinaire franche et direct elle pouvait devenir n’importe qui à présent, elle avait appris à se fondre dans la masse, comme Mike le lui avait appris. Bien sur il n’était pas rare que l’on se demande quelle utilité elle aurait bien pu en retirer, tout le mystère était ici, à présent elle s’en servait au mieux pour son second emploi, qu’elle avait dû apprendre à gérer comme tout le reste.

Elle avait ainsi facilement compris que le jeune homme n’avait pas les idées clairs, elle n’avait vraiment rien d’une psy, et pourtant elle savait qu’elle ne se trompait, elle voyait à travers ses gestes qu’il était quelque peu nerveux. Peut être même mal à l’aise, mais elle se doutait aussi qu’il faudrait le faire parler avant que quoique ce soit ne se passe, sans doute qu’il le regretterait, et ce n’était pas là son souhait. Si tout les hommes qu’elle avait rencontré depuis, se jetaient sur elle, tel des adolescents en rut, lui était réellement hésitant. Elle comprit qu’elle avait raison lorsqu’il commença enfin à répondre à ses interrogations. « Elle… » comme elle s’en doutait il s’agissait d’une fille, après tout il n’y a qu’une femme pour tourmenter un homme de cette façon. « Je l’ai vu la dernière fois. Avec un autre… (…) Je ne l’ai jamais trouvé si jolie. (…) Je suis pas ce genre d’homme à… être accro… Mais je crois que j’étais jaloux… Ou quelque chose dans ce genre… Je ne sais pas… » Elle laissa parler ne prononçant pas le moindre mot, son visage resta figé, ses yeux écarquillés, elle écoutait avec une grande attention, et saisit le première occasion pour faire quelque pas et s’assoir sur le lit. Elle n’était pas particulièrement douée en amour, et sans doute que la profession qu’elle était sensé exercé à cet instant donnerai l’image d’une raté qui ne pourrait nullement donné de bons conseils, pourtant elle hésita un instant avant d’elle-même se lancer. « il suffit simplement d’être amoureux pour devenir jaloux… Que s'est-il passé avec elle ? » Elle posa la question difficilement, elle ne savait pas ce qu’elle pouvait en conclure c’est pourquoi elle préférait se lancer dans une interrogation supplémentaire. Elle ignorait le contenue de cette histoire mais quoi qu’il se soit passé, pour lui ça faisait encore bel et bien partie de son présent. Elle ne s’attendait pas a un tel revirement de situation, il avait commencé à se confier, peut-être avait-il eu honte par la suite, elle l’ignorait, cependant il s’était brusquement arrêté, et avait brusquement changé la donne, se mettant ainsi à être lui aussi curieux. « Et moi je me demande comment une jeune femme comme vous peut faire ça… Vous n’êtes pas le genre de fille à avoir besoin de ça. » après tout c’est elle qui avait lancé ça, s’était presque légitime que ça se retourne contre elle à un moment. Elle hésita un instant, se demandant ce qui pouvait bien l’inciter à ce poser une telle question. L’esquisse d’un sourire se dessina sur son visage avant qu’elle ne puisse répondre d’un ton assez détaché. « Il faut bien arrondir ses fins de mois. » elle marqua une pause, mais ne tarda pas à reprendre, il venait d’être sincère du moins c’est la sensation qu’elle avait-eu, elle devait en faire de même, elle reprit alors plus sérieusement. « malheureusement quelque fois on a pas d’autre choix. » elle s’était montré honnête, tout en restant évasive, conscience qu’il se montrerai peut être encore plus curieux.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...) Sam 28 Nov 2009 - 2:57


« Il suffit simplement d’être amoureux pour devenir jaloux… Que s'est-il passé avec elle ? » Caleb secoua instinctivement la tête, amoureux, lui ? Non. C’était impossible. Peut-être. Il ne savait pas, qu’est-ce qu’il savait de l’amour ? Il ne savait pas ce qu’on ressentait quand on était amoureux, alors il ne pouvait donner son avis sur ce que la jeune femme venait d’approuver. Heureusement, il avait changé de sujet. Elle lui avait demandé ce qu’il s’était passé avec Bonnie, et en commençant à lui raconter, il avait oublié ce petit passage. Il n’aimait pas le dire, il n’aimait pas dire ce qu’il avait fait à Bonnie parce qu’après maintes et maintes réflexions il avait honte de ce qu’il avait fait. Lorsque il l’avait fait, il pensait que c’était une simple erreur, qu’elle pourrait pardonner sans problème. Mais maintenant qu’il l’avait vu avec un autre homme, c’était difficile d’encaisser. Il avait une certaine amertume, contre cet homme et contre Bonnie. Et dire que lorsqu’elle l’avait su, il avait demandé à son ex petite-amie de ne pas insulter l’inconnue avec qui il l’avait « trompé » maintenant qu’il y pensait, si il aurait été à sa place, il aurait fait plus que crier ou pleurer, il aurait peut-être agit d’une façon injuste contre cet homme, ou encore Bonnie. Mais à présent il réfléchissait avant d’agir, il savait qu’il y avait une certaine guerre entre lui et Bonnie, ou une certaine rivalité. Elle essayait de se venger pendant que lui essayait de lui montrer qu’il n’était pas l’homme qu’elle détestait. Chacun menait sa bataille. Caleb sortir de ses réflexions et fixa la jeune femme en attendant sa réponse. Il répondit à son sourire, avant que celle-ci ne réponde. « Il faut bien arrondir ses fins de mois. » Caleb écoutait attentivement, il trouvait que c’était du gâchis de vendre un corps comme le sien seulement pour de l’argent. Un léger rictus se dessina sur ses lèvres. Son ton était détaché, elle n’avait pas l’air de trouver ça important. Pourtant ça l’était, chaque homme qui prenait ses services ne devaient la considérer comme un objet et c’était assez bizarre pour une fille dans son genre d’accepter cela. « Malheureusement quelque fois on a pas d’autre choix. » Caleb hocha la tête, ne comprenant pas la résignation que la jeune femme avait prise. Elle n’avait pourtant pas abandonné quand elle lui avait demandé ce qui l’avait poussé à l’appeler, mais elle abandonnait quand il s’agissait de sa vie ? Les sourcils froncés, il ne comprenait pas vraiment. Il y avait toujours eu le choix. Il n’y avait rien qu’à le voir, il avait vécu dans les quartiers les plus pauvres du Canada, puis il avait rencontré Bonnie qui lui avait changé sa vie, il avait habité dans un des quartiers les plus riches de Miami et maintenant il résidait dans un hôtel de luxe, car il n’avait pas abandonné sa vie quand Bonnie l’avait quitté. Cette jeune femme l’avait en quelque sorte aidé, elle lui avait montré qu’il ressentait des choses pour Bonnie qu’il ne connaissait même pas avant, seulement en l’écoutant, seulement parce que pour une fois il avait réussi à parler à quelqu’un de ce qu’il avait ressenti à un moment donné de sa vie. Caleb esquissa un sourire, malgré le ton détaché de la jeune femme, il savait qu’on ne pouvait pas être fier d’exercer un métier dans lequel on ne la considérait pas vraiment comme une femme, une vraie.

« On a toujours le choix. » la contredit-il. Il tapota le lit, juste à côté de lui. Il l’invitait à s’assoir et elle s’exécuta, elle était là pour assouvir tous ses désirs ce soir n’est-ce pas ? « Bon… si j’ai bien compris j’ai le droit de te demander ce que je veux ? » demanda-t-il, adoptant un regard aguicheur. Sans le remarquer, Caleb l’avait tutoyé, il n’y avait plus la même barrière entre eux, qu’au début de leur rencontre. Evidemment il n’allait rien lui demander de ce qu’elle pensait faire en arrivant ce soir-là. Il se demandait même à quoi il avait pensé en composant ce numéro. Il n’avait pas vraiment eu besoin d’assouvir ses envies sexuelles, il avait juste voulu quelqu’un avec qui parler, quelqu’un qu’il ne connaissait pas et qui ne le jugerait pas. Cette jeune femme dont il ne connaissait même pas le nom, ne le connaissait pas et ne le jugeait pas, c’est qu’il recherchait pour cette nuit. Il tourna son buste vers la jeune femme pour être face à elle. « Moi c’est Caleb. Pas de surnoms ridicules, hein ? A toi, c'est quoi ton petit prénom ? » demanda-t-il sur un ton léger. Il avait adopté la carte de l'humour, pour détendre l'atmosphère. Il doutait que d’habitude, ses clients lui demandent ce genre de choses. Elle l’avait en quelque sorte aidé, il voulait qu’elle passe une bonne soirée, ou une soirée meilleure que celle qu’elle aurait passé si un pervers de 69 ans l’aurait attendu dans cette chambre. Une soirée qui lui montrerait que les hommes n’étaient pas tous des animaux incapables de se retenir et en même temps une soirée qui montrerait à Caleb que ce n’est pas l’homme qui n’avait pas pu se retenir le soir où il avait gâché sa vie avec Bonnie.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...) Mer 9 Déc 2009 - 13:13



S’il y avait bien une chose trop compliqué ici bas, il s’agissait bien de l’amour, et elle ne pouvait qu’en éprouver un sentiment de certitude en voyant le regard vague, triste du jeune homme. Semblant complètement déraciné sans cette jeune fille, bien qu’elle ignorait complètement ce qui avait fini par les séparer, elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver de la compassion face à lui. Après tout elle savait ce que l’on pouvait ressentir, enfin pas exactement. Elle savait qu’on réalisait bien souvent l’importance que les personnes ont pour nous, une fois qu’ils ne sont plus là. Ô elle ne doutait pas qu’il le savait déjà au quotidien, mais comme chaque être humain, on continue de se lever le matin, sans réellement se rendre compte à quel point le monde serait bien trop vide sans cette personne dormant paisiblement à nos côtés. Non on continue comme à notre habitude, sans réaliser l’importance de ces petits moments. Chose qu’il doit maintenant comprendre également. Depuis son plus jeune âge, Presley avait cru au prince charmant, son père cultivait un tel monde féerique autour de la fillette, qu’elle ne pouvait qu’en rêver, et une fois de plus lorsque la réalité nous rattrape on ne peut que déchanter complètement. Ô elle avait connu un prince charmant, un peu cabossé du reste, mais elle en avait connu un. Mais les contes de fée ne font pas mention des moments comme celui-ci, aucun prince, aucune princesse, ne s’est retrouvé à parler à une inconnue tant la peine avait envahit leur être. Non dans les contes de fée tout se passait avec tant de facilité et de bonheur. Ça en était complètement ridicule, rien ne vous préparez à perdre un être cher, rien ne vous disait quoi faire dans ce genre de situation et s’il n’y avait qu’une seule personne faite pour nous. Dans une poussée de romantisme elle dirait que oui, il n’y avait qu’une seule personne en ce monde faite pour nous, et qu’il fallait donc se battre pour la garder, mais parfois la vie décide pour nous, et nous devons faire quoi ? Vivre seul ? Sans doute pas, l’amour était décidément l’une des choses les plus compliqué, la chose que Presley n’arriverait jamais à réellement comprendre, le vivre est une chose, en saisir toute l’importance c’était beaucoup trop difficile parfois.
Il ne lui avait pas répondu, pour autant elle avait vu qu’il était passé par une phase de négation, avant de douter, et qui sait, acquiescer en son fort intérieur peut être. Elle ignorait si ce qu’elle avait dit avait pu avoir un impact, mais au moins elle avait pu voir un sourire apparaître sur le visage triste et fatigué du jeune homme, elle avait au moins gagné ça. Elle se rendit rapidement compte, que sa dernière question n’aurait pas de réponse, après tout elle s’était suffisamment immiscer dans sa vie, bon il s’était confié de lui-même, mais il n’en était pas obligé, après tout qui aurait réellement envie de se confier à une prostituée ? Elle n’allait donc pas trop pousser, il avait totalement le droit de vouloir garder ces choses pour lui, c’était parfaitement légitime et elle n’était pas la pour l’ennuyer à la base, au contraire même.

« On a toujours le choix. » elle se pinça les lèvres en petit signe de semi désaccord si l’on puis dire, évidemment d’ordinaire elle aurait prôné la même chose, mais dans sa situation, elle ne pouvait s’appliquer. A moins qu’elle n’ait pas analysé toutes les composantes, elle ignorait comment elle pourrait avoir le choix, il était certain que de son propre chef, jamais elle n’aurait fait ça. Premièrement elle n’en avait nullement besoin, et ensuite, elle n’était pas ce genre là. Indépendante, de légère tendance féministe, allez donc savoir pourquoi elle se vendait, ce n’était pas non plus comme si ces parties de jambes en l’air représentaient un intérêt ou un plaisir, bien au contraire même. Mais cette remarque la faisait réfléchir, peut-être avait-il raison, peut être n’avait-elle pas prit en compte tout ce qu’elle aurait du, et sans doute qu’il y aurait un moyen de finalement « choisir » d’elle-même au final. Si elle ne se permettrait pas de partir dans ses pensées pour y réfléchir, elle gardait ça dans un coin de sa tête, affichant un léger sourire en guise de merci, avant de le rejoindre lorsqu’il en avait manifesté le souhait. « Bon… si j’ai bien compris j’ai le droit de te demander ce que je veux ? » une fois de plus elle ne pouvait s’empêchait de sourire, elle ne le connaissait pas, mais pour ce qu’elle savait de lui, elle était intimement persuadée qu’il n’allait pas formuler les mêmes demande que ses clients habituels. « exactement, c’est noël avant l’heure. » lui dit-elle ironiquement, la tournure de la soirée était plus qu’étonnante pour elle, elle n’avait pas réellement l’habitude d’apprécier une soirée au boulot, de simplement discuter et rien d’autre, s’était agréable et elle ne pouvait s’en cacher. Elle avait aussi remarqué qu’il s’était spontanément mit à la tutoyer, sans doute qu’il se sentait plus à l’aise du moins assez pour ne pas employer de quelconque forme de politesse, après ces confidences. « Moi c’est Caleb. Pas de surnoms ridicules, hein ? A toi, c'est quoi ton petit prénom ? » elle ne put retenir un petit rire, c’est vrai qu’elle aurait pu avoir tendance et avec facilité à trouver un surnom ridicule, mais elle s’abstiendra évidement, même si c’était plus que tentant. « promis, je vais me retenir » dit-elle en souriant avant de reprendre, « Presley, oui mon père était un fan du king, neuf mois pour se décider entre Elvis et Presley. » même si elle employait un ton plutôt humoristique, ça n’en demeurait pas moins vrai, son père avait réellement hésité entre ces deux prénoms, sa femme ni pouvant rien, elle était destinée à représenter la folie d’un homme pour un grand chanteur décédé. « Pour une fois qu’on me demande mon prénom, je t’interdit de trouver un surnom. » toujours souriante, cette soirée était plus qu’inhabituelle pour elle, mais positivement, heureusement.




_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...)

Revenir en haut Aller en bas
 

IT'S A LONG ROAD AND YOU FACE THE WORLD ALONE (...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Four Seasons Hotel Miami-