AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Until the truth becomes a lie (iyovi)

Aller en bas 

Benjamin Davis

messages : 314
name : sean
face + © : Hayden Christensen (mellow bird); ASTRA & flamefruits & (signature)
multinicks : gaelan, zachary, carter
points : 1048
age : 28 y.o
♡ status : single
work : nurse at Windmont Bay Clinic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : booked (tanja, iyovi, jonathan, avery)

Until the truth becomes a lie (iyovi) Empty
Message· · Sujet: Until the truth becomes a lie (iyovi) Until the truth becomes a lie (iyovi) EmptyMar 11 Sep - 17:15

Ses retrouvailles avec Iyovi ne s’étaient pas déroulées dans de bonnes conditions. Face à une enquête, la jeune femme avait cherché à faire son boulot et il n’avait fait que lui causer du tort. Certes, il n’avait rien vu au stade bien qu’il ait assisté au match, mais ça ne lui donnait pas une raison pour être désagréable. Il était responsable de l’échec de leur relation. C’était lui qui était parti. Pas elle. Alors que leur plan avait toujours été concocté à deux. Il regrettait ce geste, mais il n’était pas sûr de pouvoir lui donner la raison de son départ, ni pourquoi il ne l’avait pas emmenée avec lui. Les sentiments n’étaient pourtant pas feints. Il l’avait aimée, et elle lui apparaissait tellement différente à présent qu’il ne savait pas bien s’il était bien utile de lui rendre visite aujourd’hui, pourtant c’est ce qu’il fit. Il se trouvait devant le bureau du shérif, pas certain de cette idée, mais il voulait briser la glace, pas être en froid avec elle, même si elle avait toutes les raisons du monde de lui en vouloir. Toutefois, il ne souhaitait pas qu’elle vive dans le passé et il se disait qu’ils pouvaient passer à autre chose. Mais il n’était pas convaincu qu’elle accepte. En allant la voir aujourd’hui, il ne savait vraiment pas à quoi s’attendre. Il avait fini le travail de ce matin et avait demandé à l’infirmière de sa mère de rester plus longtemps à s’occuper d’elle, parce qu’il avait à faire dans les environs. Une excuse sans trop de détails. Il fallait qu’il parle à Iyovi. Rentrant dans les lieux, il regarda autour de lui. Les lieux avaient changé de l’extérieur comme à l’intérieur. C’était déroutant. Pourtant, dans un coin de la pièce principale, sur un tableau d’affichage en liège se trouvait encore la photo de son frère ainé, il y a vingt ans de cela. Lui et son sourire ravageur. Ben détourna bien vite le regard, ne supportant plus de voir cette photo partout depuis tant d’années. S’approchant du comptoir, il prit une profonde inspiration et s’adressa à la personne devant lui. « Bonjour. Je souhaiterai parler à Iyovi O’Hara s’il vous plait, c’est important. » L’homme le regarda d’un drôle d’air, jugeant qu’à l’apparence du bonhomme, ça n’avait pas l’air d’une urgence. « Et qui la demande ? » Benjamin avait anticipé la question et pourtant, il ne trouva aucun mensonge à formuler. « J’ai des informations sur une des disparitions. » Qu’il avoua. Sauf que ça ne concernait pas une disparition d’enfant, mais bien une disparition d’adolescent, en d’autres termes, la sienne il y a dix ans. L’officier le prit au sérieux et quitta sa chaise pour aller trouver la dite O’Hara. Il ne pouvait plus reculer maintenant, alors il se contenta de réfléchir à ce qu’il pourrait lui dire, faisant le tour de la pièce, posant son regard sur le moindre détail, évitant soigneusement le portrait angélique de son grand frère. La patience était une vertu qu’il avait toujours eue, à subir le favoritisme envers Christopher. Faisant dos au comptoir où il était un peu plus tôt, des pas se firent entendre…

_________________
YOU & I WE WERE BORN TO DIE
Walking through the city streets, is it by mistake or design? I feel so alone on a Friday night, can you make it feel like home if I tell you you're mine?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
somebody gotta raise a little hell.

Iyovi O'Hara

messages : 2305
name : lora (isleys).
face + © : riley keough — mine, tumblr.
multinicks : nomi, ronan, letty, catori, dimitri.
points : 2655
age : twenty-eight.
♡ status : uhm?
work : WBSO deputy — member of the northern blackhawks motorcycle club.
home : a small house, pioneer oak with parker and ditta.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on.

Until the truth becomes a lie (iyovi) Empty
Message· · Sujet: Re: Until the truth becomes a lie (iyovi) Until the truth becomes a lie (iyovi) EmptyMer 26 Sep - 9:29

Plus les mois défilaient, plus Iyovi sentait l’étau se resserrer autour de quelque chose qu’elle ne saurait encore définir. L’ambiance au bureau du Shérif devenait oppressante à mesure que le temps passait, tous déterminés à trouver des réponses à une enquête qui s’éternisait. Et comme beaucoup de ses collègues, Iyovi en avait fait sa priorité. Elle était devenue plus flic qu’Iyovi ces derniers temps, cette affaire la suivait partout où elle allait, qu’importait qu’elle ait quitté son lieu de travail ou que son uniforme ne soit pas sur elle. Elle ne pouvait s’enlever ces gamins de son esprit, ces potentiels suspects, cette menace qui rodait tant que le coupable ne serait pas trouvé. Elle s’était plongée dans les dossiers, et semblait même être tombée dans le piège que sa mère lui avait conseillé d’éviter. Sa vie sociale se résumait qu’à quelques virées à moto, sa famille et le club. Son lit demeurait vide et froid, alors que son cerveau bouillonnait de milles questions. Et comme pratiquement à chaque prise de service, elle espérait qu’on ne leur annonce pas la disparition d’un autre enfant. « Iyovi ? Quelqu’un veut te parler. Ça concerne l’enquête. » plongée dans ses rapports, elle leva les yeux vers son collègue. « Okay, merci Tim. » elle termina de rédiger la dernière ligne. Une jeune fille qui avait mis le feu à la voiture de son petit-ami après l’avoir surpris en train de la tromper avec la mère de cette dernière. Des appels qui continuaient de tomber au quotidien, et qui, aussi étrange que cela puisse paraitre, permettait à Iyovi de penser à autre chose. Elle en venait presque à remercier les habitants de Windmont Bay de continuer à faire des petits délits. Elle quitta son bureau et rejoignit l’accueil là où on l’attendait. Ce n’était pas rare de voir des personnes débarquer avec des infirmations, certaines plus utiles que d’autres, mais il était important de les entendre. A la vue de l’homme qui se tenait là, elle se freina dans son élan. Benjamin. Elle poussa un long soupir avant de se rapprocher. « Tu voulais me voir ? On m’a dit que tu avais des informations sur les disparitions. » C’était bien pour cette seule et unique raison qu’elle prenait sur elle pour lui accorder un peu de son temps. « Suis-moi. » ajouta-t-elle sans lui laisser le loisir de dire ou faire quoique ce soit d’autre. De retour à son bureau, elle l’invita d’un geste de la main à prendre place en face d’elle. « Je t’écoute. »

_________________

—— take me back to the West coast
where the sun shines all day weaving through the heart of Los Angeles to the San Francisco bay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Benjamin Davis

messages : 314
name : sean
face + © : Hayden Christensen (mellow bird); ASTRA & flamefruits & (signature)
multinicks : gaelan, zachary, carter
points : 1048
age : 28 y.o
♡ status : single
work : nurse at Windmont Bay Clinic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : booked (tanja, iyovi, jonathan, avery)

Until the truth becomes a lie (iyovi) Empty
Message· · Sujet: Re: Until the truth becomes a lie (iyovi) Until the truth becomes a lie (iyovi) EmptyMar 2 Oct - 23:34

Iyovi se tenait là. Elle n’avait pas trainé, parce que comme il l’avait prédit, les informations sur les disparitions étaient un sujet sensible ici. Elle allait être déçue. Ou peut-être pas. Peut-être ferait-elle la paix avec son passé. Il n’en savait rien, mais il tenta d’afficher un sourire sincère pour la saluer. « Salut Iyovi. » Il ne savait même plus comment la saluer à force. Mais il se contenta d’acquiescer à sa demande, la suivant jusqu’à son bureau, qui ne lui rappelait que trop bien les événements d’il y a vingt ans et lui se balançant sur la chaise, regardant les semelles de ses chaussures tandis que sa mère criait à l’assassin et que son beau-père promettait de poursuivre la police en justice s’ils ne retrouvaient pas son gosse. S’installant, sur la chaise qu’elle lui indiquait, il la remercia promptement. « Merci de m’accorder du temps. » Prenant une profonde inspiration, les choses sérieuses commençaient. La fixant droit dans les yeux, il préféra rompre le silence sans plus attendre. « Ecoute, je suis pas venu pour te parler des disparitions récentes… Mais de la mienne y a dix ans. » Il s’était promis de lui en parler. Il avait jeté un pavé dans la mare, et pourtant, il se sentait étrangement serein. Aussi, il sortit une enveloppe assez épaisse de la poche arrière de son pantalon, posant la dite enveloppe sur le bureau, la faisant glisser jusqu’à elle. « Avant que tu dises quoi que ce soit, je veux juste que tu acceptes ça. » Il s’agissait de tout l’argent qu’il lui avait dérobé tant d’années auparavant, pour se faire la malle, sans elle. Signe de paix ? Oui. Il s’en était voulu dès le départ, mais il n’aurait pas pu lui expliquer pourquoi. Elle n’aurait pas compris. S’accoudant sur la table, joignant ses mains, le grand blond poursuivit : « Iyovi, je sais que tu ne le croiras surement pas, mais je suis désolé. Sincèrement. » Il y avait de quoi l’être et peut-être ne lui pardonnerait-elle jamais, mais au moins, il faisait table rase du passé. Ou presque. Il semblait que quelque chose coinçait encore. Les raisons pour lesquelles il était parti sans elle. « J’avais mes raisons, et ça n’avait rien à voir avec toi, crois-moi. » Il tentait d’en faire fi. Changeant de sujet. « Je pensais que tu refuserais de me voir si je ne venais pas ici pour parler des disparitions. Je suis désolé si je t’ai fait une fausse joie. Tu sais que de toute façon, pour nous ça ne servirait à rien de retrouver Christopher, c’est trop tard. » Allusion à l’état de sa mère qui était bien trop préoccupant pour la voir s’améliorer et lui vouait une telle haine et une telle jalousie à son frère qu’il préférait le considérer comme mort.

_________________
YOU & I WE WERE BORN TO DIE
Walking through the city streets, is it by mistake or design? I feel so alone on a Friday night, can you make it feel like home if I tell you you're mine?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
somebody gotta raise a little hell.

Iyovi O'Hara

messages : 2305
name : lora (isleys).
face + © : riley keough — mine, tumblr.
multinicks : nomi, ronan, letty, catori, dimitri.
points : 2655
age : twenty-eight.
♡ status : uhm?
work : WBSO deputy — member of the northern blackhawks motorcycle club.
home : a small house, pioneer oak with parker and ditta.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on.

Until the truth becomes a lie (iyovi) Empty
Message· · Sujet: Re: Until the truth becomes a lie (iyovi) Until the truth becomes a lie (iyovi) EmptyVen 18 Jan - 13:34

Il était difficile à dire si son expression neutre était le résultat de ces derniers mois d’entrainement à rester impassible face à autrui dans le cadre de ses fonctions ou si c’était simplement parce qu’elle avait l'habitude de ne plus être surprise par le bullshit qui sortait de la bouche de son ex. Il n’était pas là pour les disparitions des gamins, et dans le fond elle s’en doutait que ce n’était pas la raison de sa présence ici. Pourtant, elle ne chercha pas à l’interrompre. Même lorsqu’il lui planta sous les yeux une enveloppe qui contenait l’argent qu’il lui avait piqué des années auparavant. La seule réaction qu’elle eut fut de regarder autour d’elle pour s’assurer qu’aucun de ses collègues ne prêtait attention à leur échange. Non pas qu’elle soit paranoïaque mais elle savait que certains officiers, encore aujourd’hui, n’étaient pas particulièrement confiants avec une Northern Blackhawks dans leur rang. Alors voir un homme déposer un paquet de fric sur le bureau d’une deputy, c’était suffisant pour susciter l’intérêt. Toujours silencieuse, elle se contenta de le fixer et d’écouter ses excuses. Depuis qu’ils étaient retombés l’un sur l’autre, Iyovi lui avait fait sentir qu’elle ne lui avait pas pardonné d’être parti comme un voleur – et c’était le cas de dire. Malheureusement pour lui, la jeune femme était particulièrement rancunière, d’autant plus qu’il avait trahi sa confiance, en plus de briser son cœur d’adolescente. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle avait hurlé que si elle remettait la main sur lui, elle lui ferait bouffer ces billets verts qu’il aimait tant. La turbulente avait laissé place à une femme beaucoup plus maitre d’elle-même, mais en voyant l’enveloppe devant elle, elle devait avouer que l’envie était tentante. Ce qu’elle ne ferait pas, bien évidemment… Elle poussa un long soupir, et laissa volontaire quelques secondes de silence entre eux. « Je n’en veux pas. » furent les premiers mots qui sortirent de sa bouche après avoir sagement écouté Ben. Il n’y avait aucune agressivité ou de rancœur dans sa voix, sa fermeté se traduisit par le geste qu’elle fit en repoussant l’enveloppe vers Ben. Cet argent avait représenté leur porte de sortie, l’occasion pour eux deux de quitter Windmont Bay mais de l’eau avait coulé sous les ponts et c’était davantage l’affront qu’il lui avait fait en l’abandonnant qui l’avait blessé plutôt que le vol. « Et n’insiste pas, je ne le prendrai pas. » ajouta-t-elle. Maintenant, qu’allait-t-elle faire ? Allait-elle prendre sur elle et agir en adulte en lui laissant le bénéfice du doute ou était-ce bien plus simple – et agréable – de lui mener la vie dure ? « Elles viennent un peu tard tes excuses, » certes, il n’avait pas osé reprendre contact comme il l’avait fait remarquer, et sans doute avait-il eu raison de ne pas le faire. « mais je les accepte. » c’était un premier pas, elle n’enterrait pas si facilement la hache de guerre mais elle acceptait de ne pas la lui lancer en pleine face. « Tu seras toujours le connard qui m’a piqué du fric mais au moins, on peut passer à autre chose maintenant. » ce qui sous-entendait qu’elle n’oublierait pas et quand bien même chacun avait leur vie à présent et que leur histoire faisait depuis longtemps partie du passé, elle ne ressentirait peut-être plus le besoin de lui foutre son poing dans la tronche (violente ?  pas du tout). Détail qu'elle se garda bien d'ajouter, après tout elle était dans son uniforme. « On fait tout pour qu’ils ne connaissent pas le même sort. » mais de quel sort s’agit-il ? Car même s’ils étaient maintenant présumés morts, l’affaire n’a jamais su lever le voile sur la disparition des quatre garçons, dont le frère de Benjamin. Iyovi refusait qu’on la dise naïve à vouloir s’accrocher à l’espoir que cette fois-ci, les choses seraient différentes.

_________________

—— take me back to the West coast
where the sun shines all day weaving through the heart of Los Angeles to the San Francisco bay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Benjamin Davis

messages : 314
name : sean
face + © : Hayden Christensen (mellow bird); ASTRA & flamefruits & (signature)
multinicks : gaelan, zachary, carter
points : 1048
age : 28 y.o
♡ status : single
work : nurse at Windmont Bay Clinic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : booked (tanja, iyovi, jonathan, avery)

Until the truth becomes a lie (iyovi) Empty
Message· · Sujet: Re: Until the truth becomes a lie (iyovi) Until the truth becomes a lie (iyovi) EmptyMar 22 Jan - 22:10

Benjamin a conscience de ne pas être le bienvenu. Il le comprend d’ailleurs, parce qu’il n’aurait jamais dû la traiter de la sorte à l’époque. Mais aussi étrange que ça puisse paraitre, et elle ne le comprendrait peut-être pas, il l’avait fait parce qu’il l’aimait. Ses sentiments avaient toujours été sincères envers elle, mais il avait été contraint de l’abandonner et de lui laisser croire qu’il était un voleur. De l’eau avait coulé sous les ponts depuis et il souhaitait faire amende honorable. Mais encore une fois, il était maladroit dans sa façon de faire. Il aurait dû garder l’argent pour lui et ne lui donner que lorsque ça serait le moment. Il était clair qu’elle ne le prendrait pas ici, pas dans un commissariat. Mais comme souvent, Benjamin ne réfléchissait plus quand il était tracassé et il avait du mal à faire la part des choses face à son ex-petite-amie. C’était différent d’avec Tanja, parce qu’il était celui qui était parti, et il l’avait fait, alors qu’ils s’étaient promis beaucoup de choses. Il le regrettait. Elle est froide, la jeune femme. Elle cherche à instaurer un certain malaise entre eux. Probablement pour qu’il culpabilise. Il reste de marbre quant à sa réaction. Comme à l’accoutumée. Benjamin ne le montre pas, mais il aurait aimé qu’elle accepte ce remboursement. Croisant les bras sur son torse, il insiste, malgré sa recommandation. Il n’est plus un adolescent, il est maitre de ses propres décisions. « Je te le dois. Je te l’ai emprunté, trop longtemps, que tu veuilles me croire ou non c’est la vérité. » Il sait qu’elle ne peut pas les prendre ici. Il observe la pièce, levant les yeux pour vérifier la présence de caméras. Les récupérant, il poursuit en les remettant dans sa poche. « Si tu préfères que je te les rende chez toi, je le ferais. » En revanche, bien qu’il semble être difficile de faire état d’un tel acte de bonté, Iyovi lui pardonnait. Ou du moins, elle tentait de le faire. Il ne comptait pas la récupérer, beaucoup de choses avaient changé entre temps, mais il refusait d’être en mauvais termes avec elle, parce que malgré tout, il espérait qu’elle se remémore le bon et pas seulement son affront. Il peut comprendre qu’elle le prenne pour une mauvaise personne, mais il avait juste pris peur ce fameux jour où il s’en était allé. « J…J’avais mes raisons, Iyovi. J’étais en danger, j’ai paniqué, et je pouvais pas prendre le risque que tu viennes avec moi. » Il se pince les lèvres, il la fixe avec intensité, comme pour lui prouver qu’il est véritablement honnête mais qu’il a juste du mal à se confier sur cet épisode. Il ne veut pas non plus qu’elle croit qu’il en veut à la police de l’époque, qui n’avait rien vu. Parce que le shérif c’était le paternel de la demoiselle. « A se focaliser sur la disparition d’enfants, y a d’autres choses qui sont passées sous le nez des policiers. Et je ne blâme personne. » Il précise, sait-on jamais. Il émet aussi une hypothèse, histoire de lui faire comprendre que les disparitions actuelles ne sont probablement pas reliées à celles d’il y a vingt ans. « J’en suis même venu à me demander si mon frère n’avait pas disparu pour la même raison que moi. » Mais bien sûr, ce ne sont que des suppositions et il n’enquête absolument pas sur la mort de son frère. Pour lui, il n’y a pas de doute, Christopher n’est plus en vie et ce depuis vingt ans. Le jeune homme prend une profonde inspiration et lui propose son aide. « Ecoute, je sais que je mérite pas ta confiance, mais si je peux faire quoi que ce soit pour vous aider, n’hésite pas. » Il crut bon de mentionner son métier, comme pour lui donner du crédit. « Je suis infirmier à la clinique de Windmont Bay. » En tout cas, il savait d’ores et déjà qu’en quittant les lieux, il irait mettre son paquet dans sa boite aux lettres.

_________________
YOU & I WE WERE BORN TO DIE
Walking through the city streets, is it by mistake or design? I feel so alone on a Friday night, can you make it feel like home if I tell you you're mine?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Until the truth becomes a lie (iyovi) Empty
Message· · Sujet: Re: Until the truth becomes a lie (iyovi) Until the truth becomes a lie (iyovi) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Until the truth becomes a lie (iyovi)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dolph Ziggler & Tyson Kidd vs R-Truth & Sheamus.
» 05. The naked truth
» Somalia Coast Guards - Knaan Speaks Truth unlikely to be heard on CNN
» « The Truth is always the right answer » (terminé)
» 03. How to make truth from lies.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: vagabond :: butterfly effect :: season 1-
Sauter vers: