AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ weisel's house ] here , if you need it (...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Jeu 17 Sep 2009 - 14:17


HERE IF YOU NEED IT
I CANNONT SEE THROUGH YOUR EYES. WHO ARE YOU?

STARRING SLOAN WEISEL & PRESLEY HUNTINGTON





    La matinée était belle, et comme assez souvent Presley se leva assez tôt. Elle tournait en rond chez elle après s’être douché. En peignoir de bain, elle errait dans sa propre maison tel un rôdeur, ne sachant pas trop par où commencer. Se préparant machinalement son café ainsi qu’un petit déjeuner incroyablement copieux en comparaison du petit gabarie de la jeune fille. Bien qu’assez grande, elle demeurait très fine, indubitablement grâce au sport. Cette maladroite maladive, enchainant les situations plus loufoque les unes que les autres. Dénombrant tellement de cicatrice dû à de nombreuses chutes toutes aussi improbables les unes que les autres. Mais malgré tout elle restait très sportive, les seuls moments où elle ne s’emmêlait pas les pieds pour finir sur le macadam, c’était sans nul doute lorsqu’elle courait. Le seul sport plutôt calme qu’elle pratique. Habituellement cette fan de sensation forte, préfère les sports extrême, ce que son entourage a tendance à lui déconseiller. Autrefois sa mère ne souhaitait pas qu’elle apprenne le surf, prétendant qu’elle était capable de se briser la nuque en faisait une mauvaise chute, et ce dès la première leçon. A la mort de cette dernière, Presley n’hésita pas une seconde, et s’acheta une planche et partie pour ses premiers cours. Et ça pouvait semblait sans doute miraculeux, mais dans sa maladresse elle a toujours beaucoup de chance, ses cicatrices en témoignent, elle se blesse rarement grièvement, de plus il s’avère qu’elle est très douée en sport. Courir, surfer sur les vagues, quelque soit le sport qu’elle pratique, elle se sent toujours plus libre, certes ça lui permet de se maintenir en forme, de ne pas s’empâter et de continuer à manger toujours autant. Se sentant libéré de toute obligation de tout et tout le monde. Seul avec sa planche, ne pensant plus à rien. Après la cigarette, le sport était sa seconde addiction, elle ne pouvait s’en passer.
    Alors qu’elle engloutissait assez rapidement son petit déjeuner, tartine de pain et Nutella, fruit, yaourt et même céréale, un véritable petit ogre dans un corps de femme. Elle prit sa dernière bouchée de céréale, lorsqu’elle s’aperçut de l’heure. Déjà huit heures, et elle n’était même prête pour son jogging. Elle jeta assez brusquement son bol dans l’évier de la cuisine, et monta les escaliers quatre à quatre pour rejoindre sa chambre. Fouillant dans sa penderie, elle y piocha un short et un débardeur, tout assez simple après tout elle allait seulement courir. Enfilant ses baskets, elle pu enfin partir pour son moment de détente quotidien. N’oubliant pas de prendre son i-pod qu’elle accrocha à son short. Sur les marches de sa grande demeure bien trop vide, elle prit un instant pour regarder ses voisins, voir la rue s’éveiller petit à petit. Nouant rapidement ses cheveux elle se mit en route. Une fois de plus faire le vide dans sa tête lui faisait du bien, ne penser qu’à sa course, qu’à ses pieds heurtant le sol, rythmé par la musique qui passait actuellement dans le petit appareil. Parcourant les rues d’Ocean Grove, en à peine quelques minutes quelque chose interpella son attention. Elle s’arrêta devant une maison, vide depuis peu, elle semblait être déjà habité de nouveau. Vivant ici depuis toujours, elle savait à quel point les villas de ce grand quartier résidentiel, pouvaient être prisé. Il fallait toujours peu de temps pour qu‘une villa soit vendu ou loué. Amenant ainsi toujours plus de nouveaux arrivants. Et apparemment Ocean Grove en comptait un de plus en cette rentrée. Curieuse et attiré par les cartons bordant l’allée de la maison, elle s’y engagea, après tout c’était le meilleur moyen de se faire de nouvelle connaissance. Mais le nouveau propriétaire sortit de chez lui, alors qu’elle venait à peine de s’engager dans l’allée. Interloqué, il devait surement se demandait ce qu’elle fichait ici. Elle fut surprise de voir qu‘un de ces nouveaux voisins ne manquait pas de charme. Après tout elle était habitué ici, bon nombre des visages qu‘elle croisait ici étaient largement regardables. Elle se demandait d‘ors et déjà ce qu‘allait bien pouvoir raconter les commères sur le compte du nouvel arrivant. Quant à elle, elle se dirigea nonchalamment vers lui, un sourire fendit son visage. Si la plus part des habitants d’Ocean Grove étaient curieux de connaître les secrets les plus noir de leurs voisins, sa curiosité touchait un autre domaine. Elle n’a jamais réussi à comprendre l’être humain, son fonctionnement, comment des idées aussi tordu peuvent ainsi naitre dans leur esprit. Alors quant elle se posta devant lui, la première chose qui lui vint en tête, n’était autre que se demandait, de quel mystère il pouvait bien être entouré. « Salut, fraîchement débarqué à ce que je vois. » Dit-elle en demeurant souriante et enjouée, être sociable et agréable était dans sa nature, tout comme être arrogante et garce à d’autres moments. Elle tendit sa main, au jeune homme espérant qu’il ne soit pas réticent à l’idée de rencontrer ses voisins. « Presley, une voisine, un peu lointaine, j’habite Apple Road. Enfin bref je parle un peu trop. Bienvenue. » Pourtant pas impressionnée, ni même timide, la jeune fille à toujours eu une tendance à trop parler, à s’emmêler les pinceaux dans ces paroles, ça faisait parfois son charme.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl


Dernière édition par Presley Huntington le Mer 21 Oct 2009 - 11:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Jeu 17 Sep 2009 - 19:53


Cela faisait moins de 24 heures que Sloan Weisel avait officiellement emménagé au n°1200 de Lemon Street. Lui et le camion de déménagement avaient traversé des kilomètres depuis Chicago pour arriver au quartier d'Ocean Grove aux alentours de dix-neuf heures la veille. Autant dire qu'une fois qu'il mit les pieds à l'intérieur de la demeure, la première idée qui lui traversa l'esprit fut de s'allonger et s'endormir immédiatement. Malheureusement, la maison était encore totalement vide. Avec l'aide d'un déménageur, Sloan réussit alors à installer le divan qu'il avait eu dans son ancien petit appartement et le plaça au centre de la salle de séjour. Étonnamment, il semblait tout de suite beaucoup plus petit qu'il ne l'avait imaginé au milieu de ce si grand espace. Pourtant, il n'y avait aucun doute, tant que Sloan pourrait s'y allonger tout entier, ce n'était pas demain la veille qu'il s'en séparerait. Mais l'heure qui suivit ne fut pas l'occasion pour Sloan de se reposer : il y avait le reste du camion à vider et bien qu'il ne contenait pas beaucoup de cartons, la tache était longue puisque la maison était immense. Lorsqu'enfin le camion fut entièrement déchargé, Sloan remercia les hommes et il put enfin s'étendre de tout son long sur son divan si familier. Trop épuisé pour visiter le quartier, saluer les voisins ou simplement se préparer un dîner, l'australien s'endormit presque immédiatement, ne se réveillant qu'au petit matin.

Vers sept heures et demi du matin, Sloan émergea de son sommeil et lança un regard brouillon à la pièce qui l'entourait. Elle était d'une blancheur éclatante et l'absence de rideaux rendait l'éblouissement encore plus violent. Se frottant les yeux, une fois debout, le jeune homme réussit à les ouvrir suffisamment pour voir où il avançait. Si ses souvenirs étaient bons, il lui suffisait de monter à l'étage, de tourner à droite pour trouver la salle de bain. Se dirigeant donc vers l'escalier, Sloan s'arrêta deux minutes pour attraper son sac de voyage contenant les affaires dont il aurait besoin pour sa toilette. Ses pronostics se révélant exact, il trouva la salle d'eau là où il l'avait pensé. Dix minutes plus tard, l'esprit beaucoup plus réveillé, le jeune homme redescendit, les cheveux encore humides, un t-shirt et un short propres comme vêtements d'intérieur. Il ne comptait pas sortir de chez lui pour la matinée car il avait un tas de choses à faire entre les affaires à rangées et les meubles à monter. Le pas plus énergique, il se retrouva dans la cuisine et dut prendre une bonne dizaine de minutes à retrouver le thermostat qu'il avait utilisé pour le voyage de la veille. Lorsqu'il réussit enfin à mettre la main dessus, il fut soulager de se rendre compte qu'il restait un fond raisonnable de café pour lui permettre de tenir toute la matinée. Luttant un instant pour comprendre l'utilisation du micro-ondes – merci, cuisine toute équipée – Sloan eut enfin le luxe de pouvoir plonger ses lèvres dans un café serré et brûlant. Ne s'attardant pas pour le boire entièrement tout de suite, il se souvint qu'il avait déjà eu l'occasion de changer son adresse pour son abonnement au USA Today et il espéra alors qu'il avait bien reçu le numéro du jour ici. Sloan, son café à la main, se dirigea donc vers sa porte d'entrée et, alors qu'il dévalait à peine les petites marches le séparant de l'allée, il fut surpris de voir qu'une jeune femme se trouvait pile devant chez lui. S'arrêtant net, il la regarda, dans un sentiment d'incompréhension et de méfiance. Fort heureusement, la demoiselle en question prit les devants et ne tarda pas à briser la glace. De toute évidence, elle était du coin puisqu'elle devinait avec brio que Sloan était nouveau. Finalement moins sur la défensive, Sloan s'approcha d'elle juste assez pour pouvoir serrer doucement la main qu'elle lui tendait. Elle faisait preuve là d'une politesse indubitable et Sloan s'en serait réjoui si quelque chose dans cette situation ne l'intriguait pas … En effet, pourquoi cette jeune femme avait-elle eu l'idée de venir l'accueillir de si bon matin ? De plus, la tenue dans laquelle elle se présentait n'était pas non plus la plus appropriée – non pas que Sloan ne fut pas particulièrement ravi de voir une femme en mini short sur son palier.
Un sourire poli et bref s'affichant afin sur les lèvres de Sloan tandis qu'ils partageaient leur poignée de mains, il relâcha ensuite la main de Presley avant de se présenter à son tour.

« Salut, fraîchement débarqué à ce que je vois. (...) Presley, une voisine, un peu lointaine, j’habite Apple Road. Enfin bref je parle un peu trop. Bienvenue. »
« En effet, je viens d'arriver. Merci, Presley. Je suis Sloan Weisel, c'est gentil d'être passé pour m'accueillir. »

Profitant de cet échange de politesse, Sloan remarqua alors la raison pour laquelle la jeune femme était vêtue de la sorte : c'était très probablement l'heure de son jogging quotidien s'il se fiait à son baladeur et aux baskets qu'elle portait aux pieds. Remontant son regard vers le visage radieux de Presley, il hésita un instant sur la marche à suivre. Il n'avait jamais été accueillit si rapidement après un déménagement et il espérait ne pas être tombé sur une pie venue voir ce qu'elle trouverait de croustillant à picorer. Néanmoins, comme quelque chose chez cette femme lui disait qu'il pouvait lui donner une chance sans risquer de le regretter immédiatement, il finit par reprendre la parole.

« Apple Road, c'est la grande rue voisine, c'est bien ça ? Je sais qu'on est le week-end mais, est-elle aussi endormie qu'ici ? »

Sloan n'est pas du genre à sourire très souvent, à vrai dire, pour l'entendre rire aux éclats ou simplement sourire sincèrement, il fallait s'y mettre à plusieurs ou être vraiment convaincant. Néanmoins, le regard qu'il portait à la jeune femme à cet instant montrait qu'il était réellement intéressé par son interrogation et qu'il n'était pas le moins du monde dérangé par son intervention.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Sam 19 Sep 2009 - 15:04




    La nouveauté, c’est une notion qui fait assez souvent peur. L’être humain est en majorité fait pour vivre toujours au même endroit, entouré des mêmes personnes. Mais lorsque par la force des choses nous en sommes à tout recommencer ailleurs, c’est souvent avec la peur au ventre que nous redémarrons. C’est comme formater un ordinateur, on repart de zéro, une nouvelle ville, un nouvel entourage et par-dessus tout une nouvelle vie. Combien n’en ont pas rêvé, peu, très peu. Tout le monde voudrai oublier ses erreurs de parcours et refaire sa vie ailleurs. Mais peu se laisse tenter, la raison est simple, la nouveauté fais peur, l’imprévisible. L’être humain n’aime pas voyager à l’aveugle, ce n’est pas assez rassurant. Du moins c’est à cette conclusion qu’en est venue Presley. La jeune fille de dix neuf ans à peine, à tenter une fois même deux en faite, de recommencer du moins si l’on veut. Elle s’était retrouvée à cette place de nouvelle, dans un nouvel environnement se demandant si elle ne vivait pas à côté d’un tueur en série. Sa vie à Passadena devait être le paradis, elle y aurai élevé ses enfants, auraient eu une vie tranquille avec l’homme qu’elle aimait. Mais comme toujours, il fallait que la vie s’en mêle. Son retour à Ocean Grove était plus que bizarre, elle avait presque oublié à quel point les résidents peuvent être curieux, à quel point ils peuvent jaser les uns que les autres, comme si il n’y avait rien de plus important. Elle n’allait pas souvent accueillir les nouveaux, du moins elle n’y allait pas volontairement en quête de ragot ou quoique ce soit. En réalité c’était toujours par hasard, elle croisait un visage inconnu et elle allait se présenter, dans aucun but précis, mise à part mettre à l’aise le nouveau voisinage. Elle se souvenait, qu’elle n’avait pas été très bien accueillit et parfois l’ignorance des voisins peut être blessante. Voir des personnes vous dévisager et surtout vous éviter. Passant comme si ils ne vous connaissaient pas, alors que quelques jours plutôt vous étiez partie vous présenter. Presley était polie de nature, assez respectueuse en un sens, du moins elle souhaitait une bonne entente avec son voisinage, la bas du moins. De retour à Ocean Grove, elle s’aperçu à quel point ce petit quartier, aussi calme en apparence que chaotique et mystérieux, pouvait lui manquer. Accueillir de nouvel personne pour la plus part signifiait découvrir de nouveaux secrets. Pour Presley cela représentait toujours un nouveau départ, pour elle, tout autant que pour cette personne. « En effet, je viens d'arriver. Merci, Presley. Je suis Sloan Weisel, c'est gentil d'être passé pour m'accueillir. » Il n’y avait aucun doute pour elle, Sloan, bien que très attirant, avait lui aussi ses secrets, ses petits démons qu’il tente peut être de fuir, ou de simplement oublier. Il souhaitait peut être repartir à zéro lui aussi. Son regard était assez révélateur, poli, attirant mais mystérieux. Il faut dire qu’il n’avait pas réellement bien choisit l’endroit, pour un nouveau départ, devait ignorer que les habitants d’Ocean Grove ont tous, ou presque, une curiosité exacerbé. « Enchantée !! Il n’y a pas de quoi. On dit que c’est la première impression qui compte. Alors des voisins accueillants, peuvent donner une bonne impression du quartier. » Presley n’était pas forcement la mieux placé pour donner une bonne impression. Faisant autrefois partie de ceux qui la ternissait, une jeune fille sans histoire particulière, juste perturbée, agissant de manière toujours idiote. C’était presque ironique qu’elle souhaite valoriser le quartier. Elle qui l’aimait autant qu’elle le détestait. Bien qu’elle s’y sentait chez elle, elle savait aussi que plus longtemps elle y resterai, plus elle s’exposerai aux curieux. Mais en même temps c’était peut être les nouvelles têtes qui lui sauvaient la mise sans le savoir. Après tout, tout ces petits fouineurs ne pouvaient pas courir plusieurs lièvres à la fois, n’est ce pas ? Affichant toujours un sourire aussi radieux, elle se rendit rapidement compte que le jeune homme bien que poli n’était pas spécialement du genre souriant, bavard et encore moins confiant. Mais après tout il y avait de quoi. Débarquer ici, ne connaître personne, ou peu de monde, comment savoir à qui faire confiance ou non ? «  Apple Road, c'est la grande rue voisine, c'est bien ça ? Je sais qu'on est le week-end mais, est-elle aussi endormie qu'ici ? » La jeune fille étouffa un rire, elle ne pouvait s’en empêcher, imaginer la rue endormie, c’était comme imaginer Paris sans la Tour Eiffel sans doute. Elle se demandait s’il n’y avait pas déjà certains voisins cacher derrière les rideaux épais de leur cuisine, leur tasse de café à la main, tentant de percer le mystère sur ce nouveau voisin, peut être l’avait-il déjà remarquer dès son arrivée. Ocean Grove était un quartier tellement mouvementé, éveillé, mise à part pendant les congés peut être et encore. « C’est bien ça. Oh à mon avis la plus part on soit découché, soit reste caché pour mieux observer. C’est un grand quartier, mais 80% des habitants sont très curieux. Je serais pas surprise de voir votre vieille voisine d’en face cacher derrière un buisson. » Dit-elle, tendis qu’un sourire ironique fendait son visage. Elle se doutait que le jeune homme n’aimait pas beaucoup les fouineuses, et même si quelques questions de politesses, ou simplement pour faire la conversation, la taraudaient, elle se demandait si ce serait mal venu. Elle n’avait pas beaucoup d’inimitié, mais sa maladresse pourrait peut être conduire Sloan à l’éviter, ce qu’elle trouverai regrettable après tout avoir un si beau jeune homme dans ses amis c’est un avantage non négligeable. « Alors vous nous venez d’où ? On pourrait peut être se tutoyer, j’trouve que ça fait trop, hmm .. guindé. » Même si elle ne souriait plus vraiment, après tout elle se risquait à avoir des crampes tant elle souriait, ses yeux étaient rieurs, loin d’instauré une ambiance glaciale.




_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Dim 20 Sep 2009 - 19:22


Sloan devait reconnaître que cette jeune femme n'était pas commune. La fraîcheur et la spontanéité qui se dégageaient d'elle étaient déstabilisantes mais pas forcément dans le sens négatif du terme. Savoir qu'une personne pouvait faire preuve d'autant de naturel et d'innocence face à un parfait inconnu était révélateur : cette demoiselle devait être une personne particulière pour avoir le cran d'agir de la sorte. Aussi, Sloan n'arrivait pas à détacher son regard du sien, perplexe quant à la marche à suivre. Il était nouveau dans le coin et son naturel méfiant le poussait à la remercier puis à lui tourner le dos pour retrouver son tout nouvel intérieur ; mais une part de lui – sans doute plus forte – se sentait réconfortée par cette présence chaleureuse après toutes les épreuves qu'il avait traversé ces deux dernières semaines. En effet, après sa rupture avec sa petite amie puis les démarches administratives diverses et variées pour réussir à décrocher les papiers de cette nouvelle maison avaient poussés d'avantage le jeune homme dans sa solitude. Il hocha alors doucement la tête quand elle soumit l'idée que les premières impressions étaient les plus importantes. C'était exact et Dieu savait combien Sloan se basait sur elles – tout en évitant, bien entendu, d'en arriver à des conclusions hâtives. Ainsi, s'il percevait chez Presley que des ondes positives, il restait tout de même sur la défensive, prêt à s'éloigner au premier signe allant de travers.
Il garda le silence durant le temps que prit Presley pour répondre à sa question et, bien qu'il n'utilisa point la parole, on pouvait clairement comprendre qu'il était surpris et intrigué par ce qu'elle venait de dire. Réellement, les voisins étaient aussi indiscrets ? Levant un œil suspect en direction des rideaux de ses voisins d'en face, il se mit sans doute à tomber dans la paranoïa car il crut voir une ombre se mouver derrière les carreaux voilés. Secouant cependant la tête, comprenant qu'il était inutile de se mettre à s'inquiéter et qu'il était fortement probable que la jeune femme en face de lui exagère sur la personnalité de ses voisins, il reposa son regard sur elle. Son front s'était légèrement plissé, comme s'il était encore tracassé par ce qu'elle venait de dire sur la curiosité des habitants de ce quartier. Son agent immobilier avait oublié – ou l'avait-il fait exprès ? – de lui mentionner cet élément et cela dérangeait passablement le jeune homme : aurait-il emménagé à Ocean Grove s'il avait sût cela ? Sans doute, oui, paradoxalement.

« C’est bien ça. Oh à mon avis la plus part on soit découché, soit reste caché pour mieux observer. C’est un grand quartier, mais 80% des habitants sont très curieux. Je serais pas surprise de voir votre vieille voisine d’en face cacher derrière un buisson. »
« Vraiment ? Est-ce que je dois alors me montrer très attentif à ce que je fais ou dis ? … Ma voisine d'en face est vraiment âgée ? Moi qui me faisais une joie d'avoir une voisine dynamique et sexy ... »

Il faisait là preuve d'humour mais il ne fit qu'esquisser un sourire furtif. Il n'avait pas pensé un seul instant à l'identité que pourrait avoir ses voisins et à vrai dire, ils pouvaient être tous de vieux croutons en décomposition que cela n'aurait pas dérangé Sloan. Surtout qu'il avait à présent la garantie qu'une jeune femme tout à fait plaisante au regard habitait à seulement une rue de la sienne. Quand elle lui demanda alors d'où il venait et qu'elle émit l'hypothèse qu'ils puissent se tutoyer, Sloan se détendit d'avantage. Il était tout à fait d'avis qu'ils feraient mieux de passer à la deuxième personne du singulier puisqu'après tout, ni l'un ni l'autre n'avait dépassé la trentaine, s'il ne se trompait pas sur l'âge qu'il donnait de vue à la jeune femme.

« Alors vous nous venez d’où ? On pourrait peut être se tutoyer, j’trouve que ça fait trop, hmm .. guindé. »
« J'accepte, bien entendu. Je viens de Chicago … Autant dire que le climat est vraiment différent d'ici. »

Désignant la tenue de la jeune femme, il ajouta alors.

« Mais je ne voudrais pas t'interrompre dans ton activité physique … A la limite et si tu veux bien de ma compagnie, on pourrait faire un tour du quartier à pieds. Ça te permettrais de ne pas perdre le fil de ton jogging et moi, je découvrirais les lieux. »

Il avait sensiblement pressé sa tasse de café entre ses doigts, comme s'il était lui-même mal à l'aise par ce qu'il venait de dire. En effet, Sloan n'était pas du genre à proposer des excursions au premier venu mais il sentait tellement un bon feeling s'émaner de Presley et il avait tellement envie de faire un tour d'Ocean Grove qu'il tenait tout de même à tenter le coup. Bien sûr, il y avait la très grande probabilité qu'elle refuse l'idée et Sloan ne lui en tiendrait pas rigueur – pourtant, le regard qu'il posait sur elle était étincelant et prouvait bel et bien son désir de visiter le quartier à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Jeu 24 Sep 2009 - 12:04




    Elle ne pouvait pas nier que malgré son côté assez méfiante elle s’était sentit étonnement en confiance avec ce jeune homme. Peut être est-ce du à ce côté nouveau qu’il dégageait, un vent frais venant d’une toute autre direction. Une personne qui ne la jugerai pas, bien sur un jour il rencontrerait surement d’autres personnes qui terniront l’éventuelle bonne impression qu’elle aurai pu faire. Mais elle ne s’est jamais sentit le centre du monde Ocean Grove est très habité, il faudrait sans doute pas mal de temps avant que quelque chose de désagréable sur elle, lui vienne aux oreilles, et elle comptait bien profiter de cette « avantage. » Elle avait pris la décision il y a quelques temps de ça de s’amuser c’était capitale pour elle, pour oublier sa solitude. Vivre seule depuis deux ans aurai pu avoir tendance à la rendre associable. Même si bien sur elle avait quelques amis ce sentiment de trahison perpétuelle ne l’aidait pas à faire confiance aux autres. Alors Sloan tombait en quelques sortes à pic, elle voulait repartir sur de bonnes bases oublier tout ce qu’elle venait de traverser, repartir à zéro.
    Durant cette échange, elle pouvait voir dans son regard pas mal de méfiance, surement qu’il restait là à lui parler par simple courtoisie, mais elle ne voulait pas envisager autre chose, après tout elle prendrai ce qu’il donnerai, si tout ça n’était que simple politesse et bien soit, elle s’en contenterai et aurai au moins fait connaissance du charmant et mystérieux jeune homme de Lemon Street. « Vraiment ? Est-ce que je dois alors me montrer très attentif à ce que je fais ou dis ? … Ma voisine d'en face est vraiment âgée ? Moi qui me faisais une joie d'avoir une voisine dynamique et sexy ... » Elle ne retint pas un éclat de rire, elle aurait sans doute elle aussi préférait un voisin dynamique et sexy, bien qu’elle ne soit pas en reste vu le voisinage. De toute évidence il se sentait peut être un peu en confiance, suffisamment pour se permettre de faire un peu d’humour. « Oh mais y en a beaucoup des voisines dynamiques et sexy, peut être pas en face mais les maisons voisines ne sont pas décevantes. » Elle avait sa petite idée en tête, connaissant assez moyennement le voisinage, elle savait que beaucoup de ses voisines seraient prête à se damner pourvu qu’elles finissent dans le lit du jeune homme. Un nouveau terrain d’amusement pour beaucoup d’habitantes d’Ocean Grove, de la curieuse à la croqueuse d’homme, elles avaient de quoi faire. Après tout peut être aimait-il jouer sur ces terrains là, mais ça, ce n’était pas son problème elle ne s’en préoccuperai pas. « J'accepte, bien entendu. Je viens de Chicago … Autant dire que le climat est vraiment différent d'ici. » Remarquant bien vite qu’il désignait sa tenue par la même occasion, elle sourit un peu gêné cependant, ce n’est pas comme si se balader en mini short la gênait au contraire, mais sans pouvoir l’expliquer, remarquer ainsi sa tenue avait souvent tendance à la perturber un peu, et la faisait douter de son choix vestimentaire. «  C’est certain que ça change radicalement. Mais on s’habitue rapidement à autant de soleil et de chaleur. » Miami avait de sacrés avantages, pouvoir admirer presque toute l’année des sportifs au physique bien sculpté, était sacrement agréable. Elle imaginait mal que, qui que ce soit se sente mal ici, la vie était tellement agréable. La chaleur, le soleil, donnaient une impression de vacance très souvent. Bon certes la neige pouvait manquer, il suffisait seulement de partir en vacance ailleurs. Presley préférait et de loin, le climat de Floride, même si la chaleur pouvait parfois être étouffante, l’ambiance des journées de pluie était bien trop triste et morbide à son gout. « Mais je ne voudrais pas t'interrompre dans ton activité physique … A la limite et si tu veux bien de ma compagnie, on pourrait faire un tour du quartier à pieds. Ça te permettrais de ne pas perdre le fil de ton jogging et moi, je découvrirais les lieux. » Un sourire fendit son visage, elle ne s’attendait pas à une telle proposition, elle qui croyait il y a à peine quelques minutes qu’il se contentait de répondre seulement poliment à ses questions. De toute évidence sa compagnie n’était pas si désagréable. «  Tu ne me dérange pas. Mais j’accepte ta proposition, c‘est une bonne idée. » Elle sourit et lui fit un geste de la tête afin qu’il l’a suive. Elle se mit en route et se demandait ce qu’évoquait chaque numéro devant lesquels elle passait. Bien sur elle ne connaissait pas tout le monde, même si elle avait entendu quelques petits trucs ça et là sur certain de ses voisins, elle n’en connaissait personnellement que peu d’entre eux en y réfléchissant bien. Ils descendirent Lemon Street, elle se rendit rapidement compte qu’elle connaissait peu de monde dans ce coin là, elle entendait même très peu sur eux et après tout elle ne cherchait pas beaucoup. « C’est un quartier assez grand mais on a vite fait d’entendre pas mal de chose sur les uns et les autres, par exemple n°1590, il parait qu’un couple s’est séparé ici, ils avaient débarqué ensemble à Ocean Grove, et apparemment la cohabitation s’est mal passé. » Elle savait qu’en disant quelques petites choses sur ses voisins elle attiserait peut être la méfiance, elle s’empressa de le rassurer, du moins comme elle pouvait. « Enfin je te rassure, je ne suis pas de nature fouineuse, mais comme je te l’ai dis ça parle beaucoup ici. Mais tu vois sur les habitants de cette maison je ne sais absolument rien, pas même leur nom. » Elle esquissa un sourire, qu’il ne lui rendrait surement pas, elle avait remarqué qu’il était peu expressif et ne pouvait lui en tenir rigueur. En continuant dans la rue elle aperçu rapidement le magnifique parc, elle s’adressa encore une fois à lui, en pointant du doigt, le lieu dit. « Le parc, tout ce qui s’y passe, reste dans le parc. » Elle marqua une pause le temps de sourire, il était évident qu’elle faisait de l’humour malheureusement peu de chose restait secrète à Ocean Grove, mais elle se rappelait de certaines escapades la bas dont personne n’avait encore entendu parlé. « Sérieusement, j’y suis allé régulièrement, et ces soirées ne m’ont pas encore rattrapé. » Elle s’empressa de chasser les souvenirs qui lui venaient en tête, bien qu’il s’agisse de bons souvenirs, ils ranimaient aussi une certaine nostalgie dont elle souhaitait se passer.




Spoiler:
 

_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Ven 25 Sep 2009 - 14:49


Le rire cristallin de Presley mit du baume au cœur du jeune homme : il était naturellement satisfait d'avoir réussi à la faire rire mais plus encore, cela faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas lui-même rit que voir quelqu'un le faire de si bon cœur l'apaisait. Un peu comme s'il avait lui-même éclaté de rire avec elle – ce qui ne fut pas le cas, malheureusement. Sloan était resté d'un calme absolu, observant d'un œil bienveillant Presley qui lui répondait déjà. Il hocha simplement la tête quand elle lui affirma que le quartier avait largement son compte de jolies voisines. Si Sloan aurait été d'un naturel ouvertement dragueur, il n'aurait pas hésité à lui répliquer qu'il en avait la preuve exactement sous ses yeux mais il se retint : il n'était pas nécessaire de passer pour un Don Juan dès son arrivée. Il remarqua ensuite qu'elle sembla soudain légèrement embarrassée par le regard qu'il venait de jeter à sa tenue. Il s'en voulut un peu parce que son but n'était clairement pas de la mettre mal à l'aise ou d'avoir l'air d'un voyeur. Sloan évita néanmoins de faire une remarque car il ne pensait pas nécessaire de secouer le couteau dans la plaie. D'une voix qui se voulut la plus rassurante possible, il lui répondit.

« C’est certain que ça change radicalement. Mais on s’habitue rapidement à autant de soleil et de chaleur. »
« Je n'en doute pas une seconde, après tout, c'est toujours plus agréable d'avoir la chance de sentir les rayons du soleil sur sa peau plutôt que d'être emmitouflé de la tête aux pieds. »

Attendant avec appréhension la suite des évènements, redoutant toujours de se voir congédier, le jeune homme parut étonné quand il vit Presley sourire sincèrement et cette vision le soulagea immédiatement. Elle n'était pas offensée par sa proposition de toute évidence et ses mots allèrent en ce sens. Il était tellement satisfait qu'elle accepta sa demande qu'un sourire discret vint se dessiner aux coins de ses lèvres, prouvant qu'il lui en était reconnaissant.

« Tu ne me dérange pas. Mais j’accepte ta proposition, c‘est une bonne idée. »
« Merci. »

Sans plus attendre, il la suivit alors dès qu'elle lui fit signe. Il était habillé d'une manière très décontracté et il tenait toujours dans le creux de ses mains sa tasse de café mais il s'en moqua. Après tout, ils étaient le matin, le quartier était encore assez calme et puis de toute manière, il ne doutait pas qu'il allait rapidement donner plus d'éléments de commérages au voisinage qu'à travers sa tenue actuelle. De plus, il faisait ainsi la paire avec Presley : elle était également vêtue simplement et ils formaient une sorte de duo négligé mais détendu.
Sloan n'avait encore jamais eu l'occasion de visiter à pieds Lemon Street, aussi, il profita de cette balade et observait avec intérêt les différentes maisons qu'ils croisaient et les différents jardins qui les entouraient. Quand Presley prit alors la parole, Sloan lâcha du regard une maison bleutée pour le poser sur elle. Il l'écouta avec attention avant de lever son visage pour chercher le fameux n°1590 dont elle parlait. Il détailla l'habitat et dut reconnaître qu'il s'agissait d'un endroit qui semblait véritablement agréable à vivre, aussi, l'idée qu'il put s'y passer des drames familiaux à l'intérieur contrastait totalement. Mais Sloan n'en était pas non plus totalement choqué : il était sans doute le mieux placé pour savoir qu'il ne faut jamais se fier à un calme et une harmonie apparents. D'autre part, le fait qu'un couple venait de se séparer remémora à l'australien la façon dont il avait lui-même quitté sa petite amie à peine quelques semaines plus tôt et il ne put s'empêcher de ressentir de la compassion pour ce couple dont il ne connaissait pourtant absolument rien. Le jeune homme détacha finalement son attention de la fameuse maison pour regarder Presley qui semblait confuse, comme si elle tenait à se rattraper pour ce qu'elle venait de dire. Hochant la tête, il s'empressa de lui montrer qu'il n'y avait aucun mal dans ce qu'elle venait de dire. Elle venait de lui sourire mais effectivement, il ne le lui rendit pas.

« C’est un quartier assez grand mais on a vite fait d’entendre pas mal de chose sur les uns et les autres, par exemple n°1590, il parait qu’un couple s’est séparé ici, ils avaient débarqué ensemble à Ocean Grove, et apparemment la cohabitation s’est mal passé. (...) Enfin je te rassure, je ne suis pas de nature fouineuse, mais comme je te l’ai dis ça parle beaucoup ici. Mais tu vois sur les habitants de cette maison je ne sais absolument rien, pas même leur nom. »
« Ne t'en fais pas, je devine bien que les informations circulent vite dans le coin et que tu n'as fais que les recueillir quand elles sont finalement arrivées jusqu'à toi. Un couple qui rompt, c'est toujours palpitant à voir et forcément, ça fait du remue, c'est normal,, malheureusement. »

Finalement, leur marche les avait conduit jusqu'à ce que Presley nomma le parc et Sloan tourna la tête pour effectivement apercevoir l'espace vert. Il était agréable à la vue, il n'y avait pas de doute et Sloan s'imaginait déjà en train de flâner dedans en fin de journée. Cependant, la remarque mystérieuse qu'ajouta la jeune femme concernant le parc attira l'attention du jeune homme qui posa sur elle un regard piqué de curiosité. Pas de chance pour elle, elle venait de donner à Sloan un peu trop d'éléments pour qu'il ne relève pas ce qu'elle venait de dire. Feintant la nonchalance, il but une gorgée de son café avant de répliquer d'un ton se voulant le plus naturel possible.

« Le parc, tout ce qui s’y passe, reste dans le parc. (...) Sérieusement, j’y suis allé régulièrement, et ces soirées ne m’ont pas encore rattrapé. »
« Vraiment ? Ce parc a connu nombreuses de tes péripéties ? Si j'y pénètre et demande aux bonnes personnes, tu penses que je pourrais apprendre des choses intéressantes te concernant ? »

La regardant de biais, un éclair de malice passa dans ses yeux. Sloan n'était pas sérieux à cet instant, il n'avait nullement l'envie de soulever les voiles de Presley si cela ne venait pas d'elle. Il souhaitait juste la taquiner, la titiller un peu pour voir de quelle façon elle pourrait bien réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Dim 4 Oct 2009 - 11:11



    Au fil des années Presley avait appris à ce moquer un peu de tout ces ragots qui peuplaient ce quartier. Elle y vivait depuis qu’elle était enfant, pour elle il s’agissait d’une bien triste routine. Ce n’était pas comme si la moindre petite chose était espionné et raconté partout, seulement les habitants étaient tous un peu trop curieux. A croire qu’Ocean Grove était le quartier général des fouineurs. De toute jeune elle avait appris la méfiance, faire confiance était difficile pour elle. Surement la raison de sa solitude. Toujours à l’écart percer sa carapace n’était pas une mince à faire. Elle se révélait être une amie dévouée pourtant, peut être trop des fois, mais une amie présente pour les autres. Seulement, de nature plutôt réservée elle n’aimait pas qu’on en sache trop sur elle, elle aimait garder le mystère convaincu, que le tout qu’elle était, ne plairait jamais. Alors plus les années passaient plus elle savait comment s’y prendre ici. Elle savait qui éviter, et comment se préserver, du moins un minimum s’entend. Mais elle ne voulait pas révélé ces petites choses à Sloan, elle ne voulait pas le mettre en garde contre Pierre, Paul ou Jack, après tout il devait se faire sa propre idée. Même si ça l’a démangeait, en personne avenante, elle avait tendance à avoir ce côté un peu protecteur, mais elle ne le connaissait pas assez, et une telle attitude pourrait sembler déplacée. Elle se ravisait donc, tentant d’imaginer ce que les voisins les plus matinaux allez bien pouvoir imaginer encore. Ce n’était pas facile de vivre à Ocean Grove, et ce jeune homme qui semblait mystérieux, peu expressif, mais de toute évidence faisant preuve de sociabilité, elle savait d’expérience que les pies du coin viendrait becter tout ce qu’elles pourraient trouver sur le nouveau et charmant voisin. Lorsque des ragots tombaient à ses oreilles bien sur elle écoutait, bien qu’elle n’y trouve aucune satisfaction à connaître la vie de certaine personne qu’elle ne connait même pas. « Ne t'en fais pas, je devine bien que les informations circulent vite dans le coin et que tu n'as fais que les recueillir quand elles sont finalement arrivées jusqu'à toi. Un couple qui rompt, c'est toujours palpitant à voir et forcément, ça fait du remue, c'est normal,, malheureusement. » Elle fut rassuré de le voir aussi compréhensif, elle ne voulait pas avoir l’air de la dernière commère du coin, ça serait le comble sachant qu’à la base elle se fichait bien de savoir qui faisait quoi. Bien sur parfois elle se mettait en quête de découvrir quelques petites choses ici et là, Neal Rowlands par exemple, était un grand mystère pour elle, mais elle ne savait pas si c’était réellement tout ses secrets qu’elle souhaitait connaître, ou simplement lui. Elle n’arrivait pas à le cerner, et il s’amusait à l’embrouiller toujours plus. Difficile d’apprendre à connaître quelqu’un dans de tel condition. Et elle se demandait si apprendre à connaître son nouveau voisin serait tout aussi difficile. « Bien trop vite parfois. Dire que je ne les connais même pas, et toi non plus et on est au courant de leurs problèmes de couple. C’est quotidien à Ocean Grove. » Elle esquissa un sourire, qui ne s’effaçait pas à mesure qu’ils approchaient du parc. Elle ne pouvait pas s’empêcher de penser à tout les bons moments qu’elle y avait passé en compagnie de son ex mari, même si ex n’était pas vraiment approprié, après tout elle portait encore son nom, elle avait garder son alliance autour de cou, à croire qu’elle ne voulait pas vraiment l’oublier. C’était une chose qui intriguait pas mal, du moins ceux qui l’a connaissait. En effet à l’époque où elle était l’adolescente solitaire, ne trainant qu’avec son petit ami, toujours défonçait, elle attirait les ragots. Les souvenirs de ses soirées dans le parc étaient à la fois doux et douloureux, mais elle avait appris à faire avec. Elle fut tiré de ses songes par la voix de Sloan, lorsqu’elle se perdait dans ses pensées elle en perdait presque le sens des réalités. « Vraiment ? Ce parc a connu nombreuses de tes péripéties ? Si j'y pénètre et demande aux bonnes personnes, tu penses que je pourrais apprendre des choses intéressantes te concernant ? » Son sourire, se transforma rapidement en un petit rictus malicieux, son regard se voulait plus joueur, elle ne le connaissait pour ainsi dire pas du tout, mais en quelques minutes de conversation, elle avait au moins appris qu’il n’était pas du genre fouineur, et que sa remarque ne pouvait être qu’ironique. « Hmm certainement, mais je ne pourrais pas te laisser faire ça. Vois-tu, tu aurais en ta possession, bien trop de dossier sur moi, et tu comprends bien que je ne peux pas concevoir une telle chose. » Le ton ironique qu’elle employait, laissé entrevoir, qu’elle n’était pas réellement inquiète de ce qu’il pourrait réellement apprendre sur elle. Après tout elle assumait, même si le souvenir de son style et de ses frasques étaient plutôt honteux, elle pouvait aussi s’en amuser. « Mais il y aurait là une petite injustice, tu en apprendrais sur moi, mais je saurais quoi sur le nouveau et charmant voisin ? » Toujours joueuse, elle savait qu’il pourrait peut être freiner le tout, pour ne pas avoir à se dévoiler, et elle ne lui en tiendrait pas rigueur, ou, peut être ferait-il comme se cher Neal, s’amusant à l’emmener dans des contrés imaginaires. Elle espérait seulement pouvoir connaître se jeune homme qui l’intriguait, malgré son regard plutôt expressif, elle n’arrivait pas à y déceler quoique ce soit. C’était une croyance bizarre, elle avait toujours procédé ainsi, il lui arrivait de se tromper bien sur, elle l’avait beaucoup fait ces derniers temps. Elle ne voulait pas aller à l’aveugle, elle ne voulait pas être déçu une fois encore.


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Ven 9 Oct 2009 - 18:52


« Bien trop vite parfois. Dire que je ne les connais même pas, et toi non plus et on est au courant de leurs problèmes de couple. C’est quotidien à Ocean Grove. »

Sloan pencha la tête, assez troublé, d'une certaine façon, par le constat qu'elle venait de faire. C'était pourtant vrai : Ocean Grove lui semblait être l'endroit des commérages par excellence et incontestablement, ce détail risquait de lui poser problème et il demeura un instant perdu dans ses pensées. Tout de même enclin à poursuivre cette discussion, malgré cette ombre qui venait de s'immiscer dans son esprit, le jeune homme prit la parole juste à temps pour éviter de paraître grossier en ne lui répondant pas.

« Alors le but est de rester le plus discret possible pour ne pas attirer l'attention ? Heureusement que je suis quelqu'un d'assez banal. »

Il avait répondu cela d'un ton nonchalant mais c'était loin d'être anodin : peut-être espérait-il, à travers cette dernière affirmation, convaincre Presley qu'il était un type tout à fait normal et qu'il n'y avait rien de bien palpitant à rechercher sur son compte. Loin de lui cependant l'idée de penser la demoiselle comme une fouineuse mais on ne pouvait jamais être trop prudent, c'était quelque chose qu'il avait fini par apprendre après des années d'expérience et de durs combats.
Enfin, lorsqu'ils s'arrêtèrent face au parc, Sloan remarqua que l'ambiance entre eux s'était fortement détendue. Sans doute était-ce grâce à la proximité de la verdure mais les deux jeunes gens se montraient, chacun de son côté, beaucoup plus naturels. Sloan s'amusait à se présenter comme une éventuelle menace tandis que Presley lui répondait avec espièglerie qu'elle ne compterait pas se laisser faire. Le jeune homme, un très faible sourire perché aux coins des lèvres, l'écouta se défendre et même déclarer qu'elle n'allait certainement pas le laisser mener à bien sa quête d'informations compromettantes à son sujet.

« Hmm certainement, mais je ne pourrais pas te laisser faire ça. Vois-tu, tu aurais en ta possession, bien trop de dossier sur moi, et tu comprends bien que je ne peux pas concevoir une telle chose. »

C'était assez comique si on prenait en compte le fait que si Sloan avait réellement eu le désir de fouiner dans son existence passé, il y arriverait parfaitement bien même si elle ferait de son mieux pour l'en empêcher. Malgré les apparences, le jeune homme pouvait tout à fait se permettre de déployer des moyens impressionnants pour assouvir n'importe quel désir ou curiosité. Pourtant, il n'en était pas encore là : Presley lui apparaissait comme une jeune femme agréable et bien qu'elle éveillait de plus en plus sa curiosité en évoquant des souvenirs douteux dans ce parc, l'australien ne désirait pas s'immiscer dans sa vie privée. Du moins, pour le moment. Se croyant à l'abri d'un retour de bâton, Sloan fit le constat qu'il se méprenait car la jeune femme ne tarda pas à lui renvoyer la pareille.

« Mais il y aurait là une petite injustice, tu en apprendrais sur moi, mais je saurais quoi sur le nouveau et charmant voisin ? »

La mine de Sloan se tordit soudainement en une légère grimace. Il détestait devoir parler de lui mais même si son souhait ultime aurait été de garder à jamais son passé pour lui, il savait pertinemment qu'il devrait en parler tôt ou tard. Tout de même, quitte à choisir, autant opter pour le plus tard possible. Glissant les mains dans les tréfonds des poches arrières de son short, c'était une façon pour lui d'exprimer de manière physique son malaise. Malheureusement pour lui, cette action eut aussi le don de dévoiler au regard de la jeune femme l'une de ses impressionnantes cicatrices qui défiguraient son corps. Celle-ci, blottie côté intérieur de son avant-bras droit était celle d'une brûlure ancienne. Inconscient de présenter un spectacle assez impressionnant à la jeune femme, Sloan lui répondit de son ton le plus cordial mais teinté d'une réticence certaine quant à devoir parler de sa vie avant Ocean Grove.

« Rien de bien intéressant. Vraiment, tu t'ennuierais ferme si tu venais à apprendre ma biographie. C'est même quelque chose que je ne souhaite à personne. »

Étonnamment, dans le tissu de mensonges qu'il venait de débiter, sa dernière phrase était l'unique qui sonnait sincère : Sloan ne souhaitait même pas à son pire ennemi de devoir écouter le récit de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Dim 11 Oct 2009 - 13:42



« Alors le but est de rester le plus discret possible pour ne pas attirer l'attention ? Heureusement que je suis quelqu'un d'assez banal. » était-ce réellement possible ? Rester discret à Ocean Grove, bien sur il était toujours possible d’essayer après tout ça ne coutait rien et ça en valait la peine. Qui ne voudrait pas garder ses petits secrets sur lui, se fondre dans la masse et échapper à l’attention des autres. Presley aurait pu être presque nostalgique à cette pensée, elle n’était pas le centre de toute les attentions certes, mais avoir disparu durant deux ans, avoir été mariée, et revenir seule, comme une fleur son alliance en pendentif. Elle avait attisée les questions peut être était-ce encore le cas. Mais elle avait surtout pris l’initiative de ne plus s’en soucier. Fatiguée de devoir cacher des choses qui font simplement partie de sa vie privée. Elle ne comprendrait sans doute jamais cette manie qu’ont ses voisins de fouiner partout, mais avec le temps elle s’y était faite. D’un air un peu résignée, elle le regarda droit dans les yeux « c’est surement ça le but. Tout le monde a au moins une vie privée qui doit resté privée, ordinaire ou non. Mais heureusement Ocean Grove ce n’est pas que ça, sinon le quartier serait plutôt vide. » un léger sourire aux lèvres, peut être tentait-elle de le convaincre qu’Ocean Grove n’était pas si terrible, que c’était loin d’être une torture que de vivre ici. Certes certains voisins peuvent être agaçant, mais n’est-ce pas le cas dans n’importe quel voisinage ? Si ce n’était pas pour le bruit, ça serait pour les plantes qui empiètent sur le jardin de l’autre, ou le chien qui vient manger les plantations. Les raisons de brouilles entre voisins sont tellement divers. Savoir qu’ici tout le monde ou presque cachait quelque chose était un peu réconfortant en un sens, on était pas forcement la pire ordure du monde parce qu’on avait escroqué une famille convenable, après tout le patriarche de cette famille battait sans doute ses enfants … Durant ses moments de grands ennuies c’est parfois ainsi qu’elle s’occupait, imaginant des scénarios sur ses voisins, crédibles ou non. Mais elle n’allait pas pour autant chercher à en découvrir la vérité, ça aurait été beaucoup moins drôle autrement.

Si elle ne venait pas de le rencontrer, on aurait pu croire a une amitié plutôt bien installé, du moins un courtoisie et une tranquillité apparente. Elle savait peu de chose sur lui, pourtant elle ne se forçait pas à être polie ou agréable, le tout lui venait naturellement, certes elle était de nature sociable mais rare sont les personnes avec qui elle puisse se sentir pleinement à l’aise. Peut être était-ce dû à son côté peu expressif, il ne semblait pas vouloir à tout prix fouiner connaître le moindre détail, il avait même l’air plus décontracté que quelques minutes auparavant. Qui sait le parc avait peut être des effets positifs sur eux. Néanmoins il avait l’air mal à l’aise suite à ce qu’elle avait dit, il n’y avait pourtant aucune arrière pensée derrière tout ça, juste de l’espièglerie. Mais dans sa contorsion synonyme sans doute de son mal-être, elle aperçu une cicatrice défigurant l’avant bras du jeune homme. Elle ne voulait pas y porter un regard trop insistant elle tenta alors de replonger son regard dans ses yeux. « Rien de bien intéressant. Vraiment, tu t'ennuierais ferme si tu venais à apprendre ma biographie. C'est même quelque chose que je ne souhaite à personne. » ce qu’elle pensait, le spectacle qu’elle avait sous les yeux, accordé à ce qu’il venait tout juste de lui dire, sonnait incroyablement faut. Elle n’arrivait pas à associé une telle cicatrice à une vie banale, encore moins face à son comportement. Bien qu’elle ne souhaitait pas se montrer insistante ou gênante, elle ne pouvait pas mentir pour autant. Loin d’être un modèle d’honnêteté, elle était du genre plutôt franche, et ne comptait pas s’en priver, espérant que sa maladresse chronique ne vienne pas s’en mêler. « pour être honnête, je n’arrive pas à penser que ta vie puisse être si banale. Je ne remet pas ta parole en doute, seulement … » elle s’interrompit un temps, s’approchant de lui, hésitant un instant avec de prendre son bras qui fut un jour ou l’autre blessé. « si je te posais la question, tu me répondrais surement que lors d’une journée repassage le fer t’es retombé sur le bras. Et je ferais semblant d’y croire, mais ça ne sera pas le cas, parce que dans ton attitude, ton souhait d’éluder les questions et ton mal-être du simple fait d’évoquer la question … ta vie ne doit pas être si banale que ça, et je ne pense pas que ça soit pour autant une bonne chose. » une nouvelle fois elle marqua une pause, espérant qu’il n’en profite pas pour s’en fuir, elle fit un pas en arrière, le regard droit dans les yeux, son regard était des plus sincère elle espérait qu’il le remarquerait, qu’il était peut être assez observateur pour constater qu’elle ne souhaiter pas lui mentir. « tu m’intrigues ; je ne souhaite pas fouiner dans ta vie, ça ne me regarde pas et si je dois être amené à savoir quelque chose il n’y a que toi pour en décider. Seulement je préfère être honnête tu m’intrigues et je pense, surement à juste titre, que ça sera difficile d’apprendre à te connaître vraiment. » un léger sourire fendit son visage, elle venait de faire la rencontre d’un jeune homme qui lui semblait être quelqu’un de bien. Elle ignorait cependant tout de lui, mise à part peut être qu’il n’aimait pas parler de lui, que son passé était son secret le plus précieux.


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Sam 17 Oct 2009 - 15:49


« c’est surement ça le but. Tout le monde a au moins une vie privée qui doit resté privée, ordinaire ou non. Mais heureusement Ocean Grove ce n’est pas que ça, sinon le quartier serait plutôt vide. »

Sloan dut reconnaître qu'il était assez content de l'entendre dire qu'Ocean Grove n'était pas qu'un quartier de commérages. Il était bien entendu certain que ce coin de Miami avait beaucoup à offrir mais l'entendre de la bouche d'une des habitantes était une garantie supplémentaire. Le sourire qu'elle lui adressa finit de convaincre le jeune homme : il était bien décidé à découvrir les côtés positifs de cette banlieue aisée.

« Je partage ton avis, après tout, s'il est aussi réputé et apprécié, c'est qu'il doit y avoir une bonne raison. Parce que ce n'est certainement pas le prix du mètre carré qui motive à s'installer. »

Il faisait preuve d'humour sur sa dernière phrase même si aucun signe sur ses traits ne le prouvait. C'était l'une des particularités assez déconcertantes du jeune homme : il lui arrivait très souvent de plaisanter mais il fallait être très attentif pour déceler les moments où il ne parlait pas au premier degré car ça n'allait certainement pas être lui qui donnerait les indices pour les déchiffrer. Cependant, on pouvait comprendre qu'il n'était pas sérieux puisqu'il possédait à présent une très grande maison pour un homme célibataire : visiblement, le financement de sa nouvelle habitation n'avait pas du affecter particulièrement ses comptes bancaires. Chose assez étrange d'ailleurs lorsque que l'on connait son « background » d'avant son arrivée à Miami.
Puis vint alors un événement auquel il n'avait pas un instant pensé. Il était aujourd'hui si habitué à l'état de son corps qu'il ne pensait plus à cacher ses marques. Peut-être aurait-il du s'installer dans un pays glacial, il aurait alors constamment porté des pulls immenses et n'aurait attiré l'attention de personne. Malheureusement, il n'était plus sous le temps piquant de Chicago et ses avant-bras dénudés étaient offerts à la vue du premier venu. Et en l'occurrence, à la vue de la jeune Huntington. Il ne comprit pas immédiatement la raison de l'inquiétude qu'elle afficha soudainement. Lui, il était toujours appliqué à la regarder avec courtoisie mais finit par perdre son air poli lorsqu'il entendit Presley lui faire part de ses doutes quant à la qualité de sa vie. Déstabilisé alors quand elle vint attraper son bras, Sloan ne fit aucun mouvement pour se défaire de sa prise mais il était évident que cette situation ne lui plaisait guère. Il se sentait soudainement pris dans un piège et son cerveau commençait à tourner à cent à l'heure à la recherche d'une autre excuse parce que de toute évidence, Presley n'était pas dupe. Elle était, au contraire, bien plus futée qu'il ne le pensait. Zut, parce que l'excuse du fer à repasser, il l'avait déjà sortit à une autre personne et il aurait pu être fortement tenté de la réutiliser avec elle … Gardant le silence, il écouta avec une attention toute particulière ce qu'elle avait à lui dire. Son regard clair semblait figé mais soutenait absolument celui de la jeune femme. Elle tentait de le percer à jour mais l'australien n'allait certainement pas laisser une chose pareille se produire. C'était juste impensable, il était bien trop tôt … Même son ex-petite amie n'avait pas eu l'opportunité de comprendre toute l'étendue du mystère « Sloan Weisel ». Quand elle fit alors un pas en arrière, relâchant son bras mais pas sa suspicion, le jeune homme ramena son bras contre son torse, comme s'il cherchait inconsciemment à effacer le souvenir de ses cicatrices au regard de Presley. Heureusement, se dit-il, qu'elle n'avait pas aperçut celles qui recouvraient son dos car elle aurait tôt fait d'être mille fois plus alarmée. Il comprit néanmoins que les intentions de la demoiselle n'était pas malsaines : son regard était sincère et elle ne souhaitait nullement recueillir des informations pour les répéter sur tous les toits. Elle était réellement soucieuse pour lui. Pourtant, Sloan allait quand même lui fournir le même discours qu'à chaque fois qu'il était confronté à une telle situation.

« si je te posais la question, tu me répondrais surement que lors d’une journée repassage le fer t’es retombé sur le bras. Et je ferais semblant d’y croire, mais ça ne sera pas le cas, parce que dans ton attitude, ton souhait d’éluder les questions et ton mal-être du simple fait d’évoquer la question … ta vie ne doit pas être si banale que ça, et je ne pense pas que ça soit pour autant une bonne chose. (…) tu m’intrigues ; je ne souhaite pas fouiner dans ta vie, ça ne me regarde pas et si je dois être amené à savoir quelque chose il n’y a que toi pour en décider. Seulement je préfère être honnête tu m’intrigues et je pense, surement à juste titre, que ça sera difficile d’apprendre à te connaître vraiment. »
« Cette cicatrice, ce n'est rien … Je suis un vétéran de la guerre d'Irak. Je l'ai eu il y a un peu plus d'un an pendant une mission qui a mal tournée. C'est d'ailleurs à cause de celle-ci que je suis revenu aux États-Unis. Je sais que ça peut sembler impressionnant mais le pire est passé, il n'y a plus de raison de s'en soucier. »

Il marqua une pause, essayant de déchiffrer sur le visage de la jeune femme une réaction qui lui prouverait qu'elle était convaincue par ce qu'il venait de dire. Mais surtout, il priait pour qu'elle ne soit pas une infirmière ou pire, un médecin pour avoir remarqué que sa cicatrice était bien trop lisse et imprégnée pour ne remonter qu'à un an. Reprenant rapidement la parole, comprenant que c'était maintenant que tout se jouait, Sloan fit un pas vers elle et posa doucement une main en dessous de son épaule, souhaitant que ce geste appuie au mieux ses propos.

« Je te remercie tout de même Presley. Je sais que c'est une inquiétude sincère que tu as eu à mon égard mais je t'assure qu'elle n'a pas de raison d'être. Je vais bien. Cette cicatrice est juste un souvenir de guerre, rien de plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Lun 26 Oct 2009 - 14:16



De toute évidence il était spécial, et il fallait être réellement perspicace pour le percer à jour, il se dissimulait derrière une façade presque infranchissable. Oui presque parce qu’aux yeux de la jeune fille, il n’y a aucune carapace qui puisse avoir le mérite de tenir bon quoi qu’il arrive. Et elle en savait long la dessus, pour avoir passé des années à se cacher, à vouloir se protéger comme elle pouvait. Malgré tout ce n’était pas tant grâce à la perspicacité qu’elle avait acquise durant ses heures de travail assez illégal, il fallait l’avouait, ni en toute connaissance de cause, qu’elle avait réussi à desseller la note humoristique dans ses dernières paroles. Mais plutôt en habitante d’Ocean Grove, pour avoir parcouru bon nombre des papiers, bien que toute cette paperasse administrative lui donne des boutons, elle était bien forcé d’admettre que s’octroyer une belle petite maison pour y enfouir ses secrets, n’était pas une chance très abordable pour des petits salaires. Par chance son compte en banque était déjà très bien fourni, de plus elle gagnait assez bien sa vie, être une fille de la nuit était plutôt bien payé.
Mais l’ambiance changea assez rapidement, elle savait qu’elle y était pour quelque chose, elle ne le connaissait pas, et savait qu’il serait d’ailleurs difficile pour elle d’y parvenir, mais elle avait compris que parler de lui, le mettait vraiment mal à l’aise. Ce qui était d’autant plus déstabilisant, sa vie entière semblait être un secret, qui n’avait pas l’air facile à porter. Il avait d’ailleurs l’air de porter le poids du monde sur ses épaules, comme si ce qu’il cachait était un fardeau trop lourd. « Cette cicatrice, ce n'est rien … Je suis un vétéran de la guerre d'Irak. Je l'ai eu il y a un peu plus d'un an pendant une mission qui a mal tournée. C'est d'ailleurs à cause de celle-ci que je suis revenu aux États-Unis. Je sais que ça peut sembler impressionnant mais le pire est passé, il n'y a plus de raison de s'en soucier. (…) Je te remercie tout de même Presley. Je sais que c'est une inquiétude sincère que tu as eu à mon égard mais je t'assure qu'elle n'a pas de raison d'être. Je vais bien. Cette cicatrice est juste un souvenir de guerre, rien de plus. » Et de toute évidence elle n’avait pas tord, elle n’avait jamais fait la rencontre d’un vétéran mais la guerre change une personne, c’était une évidence. On ne peut qu’en revenir différent, elle ne pouvait nier qu’elle était soudainement assez perdu et gênée. Perdu parce qu’elle ne savait trop quoi lui répondre, elle revoyait les flash info dans sa tête se disant que c’était quotidien pour lui a une époque, et que quoiqu’elle dise, se serait surement idiot. Gênée parce qu’elle avait ravivé de mauvais souvenirs. Mais une fois de plus intriguée, il n’avait pas l’air de très bien prendre soin de sa blessure qui avait du mal à cicatrisé, elle décida de ne pas le relever, après tout, quand bien même son origine serait fausse, c’était légitime qu’il ne veuille pas parler de lui, encore plus à une inconnue. Elle ne savait pas trop comment interprété le geste qu’il avait eu vers elle, elle ne s’en dégagea pas pour autant, continuant de fixer son regard, tentant de déchiffrer la moindre petite chose. « Je suis désolée, j’aurais du faire comme si je n’avais rien vu, ça ne doit pas te rappeler de bon souvenir. Tu devrais y faire attention, ça n’a pas l’air de se remettre très bien. » Elle lui adressa une fois de plus un sourire compréhensif, elle s’en voulait réellement d’avoir mis ça sur le tapis et se sentait vraiment idiote. Elle voulait changer de sujet, le remettre à l’aise, ou encore mieux s’en aller, ça serait en effet une bonne idée. Il n’allait pas tarder à la trouver gênante, elle le suspecter déjà de mentir sur l’origine de sa cicatrice, alors peut être commençait-il à en avoir marre de la brunette un peu trop accueillante. Elle réfléchit un instant et décida qu’elle ferait mieux de dire une petite chose, aussi infime soit-elle, sur son compte, se souvenant qu’il avait été intrigué par ses mésaventures dans ce parc, elle lui répondit d’un ton beaucoup plus détaché. « si tu interroge les bonnes personnes, tu sauras que j’ai fais souffrir des hommes ici. » elle pointa le parc du doigt avant de reprendre « il passa un réveillon qu’il n’a pas pu oublié je dois avoir encore ses affaires dans un carton. » Portant ses mains à ses hanches, elle regarda brièvement le sol avant de reporter son attention sur lui. Espérant voir un bref sourire se dessiner sur ses traits, bien qu’elle n’avait pas grand espoir de voir ceci arrivé. Elle prit une grande inspiration, et se mit à parler à la vitesse de la lumière, ces bons vieux tics de maladroite réputée avaient fait leur réapparition. « Je crois que je ferais mieux de te laisser, avant que tu finisses par ne plus me supporter. Je suis entrain de me griller toute seule et c’est ridicule. » elle commençait à partir en marchant à reculons espérant ne pas heurter quelque chose et se rendre ridicule encore une fois. « En tout cas je suis contente d‘avoir fait ta connaissance, chose que tu dois probablement regretter par ailleurs, et je sens que c‘est le moment où je ferais mieux de me taire. »


Spoiler:
 


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl


Dernière édition par Presley Huntington le Mer 4 Nov 2009 - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Mer 28 Oct 2009 - 20:02


Sloan n'eut pas besoin d'un éclair de génie particulièrement fulgurant pour remarquer à quel point il venait de déstabiliser la jeune femme par son explication. Il s'en serait presque voulu s'il n'était pas convaincu qu'il n'avait nullement eu le choix d'agir autrement : Presley digérerait bien mieux cette version des faits qu'une autre. Et puis après tout, la garantie qu'il avait traversé des combats tumultueux à l'autre bout du monde était devenue assez fréquente de nos jours : avec les milliers de soldats encore bloqués en Irak, le fait que Sloan fut l'un d'eux ne devait pas surprendre plus que cela la demoiselle. Cependant, il comprit en la regardant qu'elle se sentait sincèrement coupable d'avoir osé le questionner sur un sujet aussi sensible. Si une partie de lui même faisait preuve de scepticisme et affirmait qu'on commente rarement des cicatrices par innocence, une autre partie en lui, plus forte, croyait en son ingénuité. Elle ne le connaissait pas assez pour avoir une raison de vouloir fourrer son nez dans ses affaires simplement dans le but de satisfaire une quelconque curiosité. Cela faisait une vingtaine de minutes qu'ils se tenaient mutuellement compagnie mais Sloan pouvait d'ors et déjà affirmer que Presley n'était pas une commère de service. Elle semblait, bien au contraire, faire d'avantage partie de ceux qui subissent les atteintes à la vie privée d'autrui. Il en avait un fort pressentiment, de plus en plus confirmé par les éléments de sa vie qu'elle acceptait de lui communiquer.
Lorsqu'elle en vint alors par s'excuser, confuse, auprès de lui, Sloan se pinça les lèvres, étrangement mécontent. Qu'avait-il espéré d'autre que de lire l'embarras et la déception dans le regard de Presley après la façon dont il venait de majestueusement la tenir à l'écart de la vérité ? Bien sûr, elle ne pouvait pas se douter qu'il avait évité de lui répondre sincèrement malgré tout mais il se sentait assez mal, pour une raison imprécise. Il était venu à Ocean Grove pour tout recommencer, ne plus avoir à dire de mensonges mais cela faisait à peine vingt-quatre heures qu'il était ici et il reprenait ses anciennes habitudes. Il faut croire que certains mal sont nécessaires, malheureusement. Lorsqu'elle lui conseilla alors de surveiller le processus de cicatrisation, Sloan retira trop vivement son bras de son épaule, comme s'il venait d'être soudainement brûlé. Réalisant qu'il avait été trop prompt et qu'il avait sans doute déconcerté d'avantage la demoiselle, il passa son bras derrière lui, feignant de se gratter le creux du dos. D'un ton affirmé et la regardant avec une entière sincérité, pour une fois, il lui répondit alors dans les termes les plus brefs mais pas moins convaincants.

« Je suis désolée, j’aurais du faire comme si je n’avais rien vu, ça ne doit pas te rappeler de bon souvenir. Tu devrais y faire attention, ça n’a pas l’air de se remettre très bien. »
« Crois-moi, c'est déjà oublié. »

« si tu interroge les bonnes personnes, tu sauras que j’ai fais souffrir des hommes ici. (...) il passa un réveillon qu’il n’a pas pu oublié je dois avoir encore ses affaires dans un carton. »

Sloan fut surpris de l'entendre parler d'elle à présent. Il comprit pourtant immédiatement ce qu'elle essayait de faire : elle voulait assurer l'équilibre des confessions échangées. Reconnaissant pour ce geste mais assez désorienté, ne s'y étant pas du tout attendu et n'ayant bien sûr jamais souhaité obtenir quoique ce soit de sa part contre son gré, l'australien leva son regard vers le parc et garda le silence. Il dut cependant reconnaître que ce qu'elle lui disait l'intriguait assez. Quelle était donc cette anecdote d'un réveillon passé dans ce parc et ayant de toute évidence était précurseur d'un bien mauvais Noël pour un certain jeune homme ? Et pourquoi gardait-elle ses affaires chez lui ? L'image d'un homme à poils, en plein hiver dans ce parc et suppliant pour le retour de ses vêtements traversa rapidement l'esprit de Sloan et il se surpris à sentir ses traits se détendre pour former l'ombre d'un sourire. Presley l'avait joué fine sur ce coup. Quand elle releva son regard sur lui, il remarqua qu'elle aussi semblait amusée à l'évocation de ce souvenir et le jeune homme se disait que son hypothèse imaginaire pouvait donc clairement tenir la route s'il distrayait toujours la demoiselle. Entrouvrant la bouche pour prendre la parole, tenter un commentaire et peut-être même une question, Sloan la referma rapidement en voyant Presley se plonger à nouveau dans un état d'embarras profond. Non, ce n'était pas ce qu'il désirait ! Perplexe, il la regarda s'éloigner de lui et se maudit mentalement pour avoir réussi à la repousser définitivement alors que ce qu'il voulait était de simplement garder la vérité muette. Sloan se savait d'un naturel renfermé et méfiant mais cela ne l'empêchait pas de se le reprocher à lui-même. Il s'agissait de facettes de sa personnalité ancrées en lui et qui avaient des raisons d'être, mais malheureusement, il s'agissait des facettes en connexion immédiate avec les qualités de sociabilités de tout être humain. C'était d'ailleurs la raison principale pour laquelle il avait rompu avec Paloma, son ex-petite amie de Chicago. Secouant la tête, Sloan essaya de la faire taire en lui adressant un regard totalement insatisfait de la tournure des choses mais elle semblait déjà bien trop lancée dans l'idée qu'elle avait sur le fait qu'il ne la supportait déjà plus. C'était faux, absolument faux d'ailleurs : il appréciait sa compagnie, sa façon d'être si gaie et mystérieuse à la fois, sans doute un peu moins les moments où elle essayait de comprendre toute sa complexité, mais il ne voulait définitivement pas voir cette promenade abrégée par sa faute. Exécutant quelques pas vers elle, le jeune homme réussit à l'attraper doucement, presque dans un frôlement, au niveau de son avant-bras avant de glisser sa main jusqu'à la sienne pour l'empêcher de s'éloigner d'avantage. Il ne se permit pas cependant de la tenir plus de deux secondes, lui-même étonné par son audace, et enchaîna en prenant la parole.

« Je crois que je ferais mieux de te laisser, avant que tu finisses par ne plus me supporter. Je suis entrain de me griller toute seule et c’est ridicule. (...) En tout cas je suis contente d‘avoir fait ta connaissance, chose que tu dois probablement regretter par ailleurs, et je sens que c‘est le moment où je ferais mieux de me taire. »
« Reste, s'il te plait. A moins que tu ne veuilles prendre tes quartiers d'un vétéran, ce qui serait compréhensible. On est réputé pour être des ivrognes ou complètement siphonnés, me semble. » Maladroitement, il esquissa un sourire avant d'ajouter, penchant légèrement la tête de côté. « En plus, je ne peux pas te laisser partir sans savoir ce qui est arrivé exactement à ce type dans le parc. Laisse-moi au moins te raccompagner. »

Une fois plus, ce n'était pas par avidité malsaine qu'il s'intéressait à son anecdote mais il savait qu'il tenait là un moyen comme un autre de profiter un peu plus de sa compagnie. 
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Jeu 29 Oct 2009 - 17:35



Le temps était une notion abstraite pour la jeune fille, sans doute parce qu’elle avait une mauvaise habitude de ne pas s’y fier. D’être toujours en retard, de ne pas voir le temps passé ou on contraire sentir qu’il passait pas assez vite. A ce moment précis elle n’avait pas réalisé qu’elle avait passé tant de temps à échangé d’abord des politesses avec le jeune pour finir par s’ingérer dans sa vie privée. Bien qu’il ne s’agissait en aucune façon de curiosité malsaine, seulement, et à son plus grand regret, elle n’avait pas pu s’empêcher en voyant cette cicatrice si imposante sur son bras. Elle ne s’était pas attendu à une telle réponse elle avait pensé à beaucoup de chose, mais pas à cette hypothèse, pourtant elle se justifiait. Elle aurait sans doute dû y penser bien plus tôt il n’était pas rare de croiser un vétéran pourtant, pas une seconde elle avait imaginé qu’il en fut un. Elle ignorait cependant pour quelle raison, mais tout concordait y compris son attitude qui y trouvait alors un sens. Elle ne pouvait l’en blâmer même si ce n’était déjà pas le cas. Il avait du sentir assez rapidement qu’elle se sentait gêner par l’attitude plutôt curieuse dont elle avait fait preuve, il s’empressa de la rassurer, cependant elle ne se sentait pas plus maline pour autant. Tentant donc d’oublier tout ça, elle avait souhaité changer de sujet, donnant un petit conseil furtif en passant, ce qui le fit réagir plutôt brusquement. Visiblement, soit l’origine de cette cicatrice était tout autre, soit ce qui s’était passé le marqué encore, peut être bien même un mélange des deux. D’ordinaire elle aurait sans doute relevé se détail, demandant subtilement, ou non, si ça allait. Mais ayant ne serait-ce que vaguement cerné les réactions de Sloan, elle préférait éviter de le mentionner, auquel cas, elle le ferait définitivement fuir.

Elle n’était pas très à l’aise pour parler d’elle, en réalité elle ne le faisait que rarement préférant orienter la conversation sur les autres, sans pour autant avoir le désir de trop s’immiscer. Mais sans trop savoir pourquoi elle estimait qu’il serait plus juste qu’il apprenne quelque chose sur elle. Elle n’avait pas été en Irak, elle n’avait pas une vie particulièrement choquante, quoiqu’elle aurait très bien pu mentionné sa mère alcoolique, dépendante de sa carte bleu et des hommes, qui s’était pendu parce qu’elle n’avait fait qu’ignorer sa dépression depuis des années, au lieux de la combattre comme toute personne normal. Elle pouvait également mentionné son ancienne dépendance à différente drogue, son mariage, ou encore son second métier qui pouvait être considéré comme peu recommandable. Oui elle avait beaucoup d’anecdote qu’elle aurait pu lui raconter, mais toutes auraient eu sans doute, un point en commun. Elles l’auraient fait fuir, et ce n’était nullement dans ses intentions, si elle se sentait mal à l’aise et idiote, si elle manifestait le désir de fuir, ce n’était pas parce qu’elle n’appréciait pas sa compagnie bien au contraire d’ailleurs. Plutôt parce qu’elle commençait à se sentir confuse, et idiote, ce qu’elle avait tendance à ressentir plus régulièrement qu’il n’y parait. Si d’ordinaire elle pouvait s’en moquer, là c’était différent. Encore une fois elle ne voulait pas en rajouter et le voir fuir et ne plus jamais lui adresser la parole. Néanmoins, elle ne pouvait s’empêcher de ressentir un sentiment de fierté, lorsqu’elle vit l’esquisse d’un sourire se dessiner sur son visage, certes c’était léger, mais c’était un début. Et même si elle pouvait lire un certain sentiment d’embarras dans son regard lorsqu’elle commençait à s’en aller, elle ne pouvait pas vraiment s’arrêter, sentant que s’était sans doute préférable qu’elle parte avant qu’elle ne gaffe encore. Mais il n’était de toute évidence pas du même avis, la rattrapant d’un geste léger et bref, laissant à penser qu’un contact tel que celui-ci le gêner. Elle se concentra rapidement sur son regard, se stoppant net. Une fois de plus alors qu’il tentait de la retenir, il esquissa un nouveau sourire, ce qui ne put que l’enchanté une fois encore.

« Reste, s'il te plait. A moins que tu ne veuilles prendre tes quartiers d'un vétéran, ce qui serait compréhensible. On est réputé pour être des ivrognes ou complètement siphonnés, me semble. (…) En plus, je ne peux pas te laisser partir sans savoir ce qui est arrivé exactement à ce type dans le parc. Laisse-moi au moins te raccompagner. » elle s’empressa de lui répondre par un sourire avant de prendre la parole. « si tu es siphonné, ça nous fera un point en commun. Ça me va, tu me raccompagne et je te raconte les mésaventures de ce jeune homme. » Instantanément le souvenir lui revenait en mémoire, alors qu’elle avançait en direction de sa maison suivit par Sloan, elle commença son récit. « comme tu t’en doute ce garçon n’avait pas très bien agit, disons qu’il avait eu la mauvaise idée de se servir de moi pour atteindre une amie, enfin bref une attitude idiote qui ne m’avait pas enchanté, je n’aime pas trop être un objet. » elle se félicitait de ne pas avoir évoqué son second métier, tout de suite, tout ceci aurait parut complètement incohérent malgré son authenticité. « J’ai donc décidé de lui filer rendez-vous au parc, prétextant vouloir lui donner son cadeau, bon il faut dire qu’il avait des délires particulier si tu vois ce que je veux dire ce dont j’ai profité pour ma surprise. Il s’est rapidement retrouvé à poil, me faisant pleinement confiance, il ne se doutait pas que peu de temps après avoir été attaché à une arbre, je me serais enfuis, pas très loin seulement chez moi, avec ses affaires sous le bras. » un large sourire fendit son visage avant qu’elle n’achève son récit. « Il est resté quatre heures si je me rappel bien à s’époumoner avant que quelqu’un ne vienne à son aide, autant te dire qu’il ne m’aime plus beaucoup. Et encore le parc a vu bien d’autres choses. »

Bien que les rues d’Ocean Grove soient assez vaste, il ne fallait pas non plus des heures pour les parcourir, ils étaient bientôt à destination, et Presley sentait la fin de l’excursion arriver. Même si elle était responsable de l’arrêt de cette petite balade à Ocean Grove, elle regrettait tout de même que cela s’arrête. C’était l’une de ses fois où le temps lui paressait être passé trop vite, beaucoup trop vite. Elle aurait voulu avoir un éclair de génie pour rallonger d’au moins quelques minutes cette balade, arrivant devant chez elle, elle s’adressant à lui, lui disant la première chose qui lui venait à l’esprit. « Voilà tu sais où sonner, si tu as un problème ou je n’sais quoi. Je me doute que ce n’est pas une frêle jeune fille qui pourra réellement voler à ton secours, mais enfin bref tu as compris l’idée. » dit-elle en souriant et désespérant de sa maladresse irrécupérable.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...) Sam 21 Nov 2009 - 19:27


Cela avait fonctionné. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Presley acceptait du jeune homme qu'il la raccompagne malgré la façon particulièrement étrange dont il agissait avec elle depuis qu'ils s'étaient rencontrés. Cette confiance accordée troublait Sloan mais plus encore, elle lui faisait chaud au cœur. C'était plaisant de pouvoir, pour une fois, être accepté sans avoir à donner des explications précises sur les raisons qui firent ce qu'il est aujourd'hui. Son soulagement dut se lire sur ses traits mais il s'en moquait : Presley avait réellement réussi à lui faire plaisir, il ne ressentait même pas l'envie de le cacher. Après tout, c'était la moindre des choses qu'il se montre enfin reconnaissant envers elle plutôt que de persister à vouloir tirer la tronche … Cependant, il ne s'agissait pas encore du Papa Noël en novembre et Sloan ne tarda donc pas à retrouver son sérieux. Il laissa s'échapper de ses lèvres une faible exclamation de surprise au moment où Presley lui assura qu'ils étaient probablement deux à être illuminés. L'instant d'après, il lui emboita le pas et la suivit sur la route qu'ils avaient emprunté pour arriver devant le parc, mais en sens inverse.
Les mains plongées dans les poches de son short, Sloan écoutait avec une attention et un amusement particuliers le récit de la jeune femme. Il fixait principalement le chemin mais ne pouvait s'empêcher de poser régulièrement son regard sur sa voisine aux moments cruciaux de son récit … et même aux moments les plus banales. Il n'était pas nécessaire d'avoir un troisième œil pour comprendre que Sloan se sentait réellement bien auprès d'elle et que, de plus, il n'était pas homme à négliger une belle vue. Pourtant, il restait tout à fait discret et ne se faisait guère d'illusions ; il s'interdisait lui-même de trop accorder d'importance à cette jeune femme pour diverses raisons. Les principales étant qu'il ne la connaissait que depuis quelques minutes et qu'il ne désirait pas se lancer dans une quelconque tentative de séduction, chose compréhensible puisque Sloan venait de rompre avec sa copine depuis seulement quelques jours. La chute du récit de Presley réussit malgré tout à arracher un éclat de rire bref mais sincère que Sloan contrôla avec une aisance assez déroutante afin qu'il ne dure guère plus de quelques secondes. Cela devait être déconcertant pour Presley mais cet auto-contrôle chez Sloan était comme une seconde nature, comme s'il s'interdisait de paraître trop ouvert, trop joyeux. La regardant avec complicité, Sloan lui répondit alors.

« comme tu t’en doute ce garçon n’avait pas très bien agit, disons qu’il avait eu la mauvaise idée de se servir de moi pour atteindre une amie, enfin bref une attitude idiote qui ne m’avait pas enchanté, je n’aime pas trop être un objet. (...) J’ai donc décidé de lui filer rendez-vous au parc, prétextant vouloir lui donner son cadeau, bon il faut dire qu’il avait des délires particulier si tu vois ce que je veux dire ce dont j’ai profité pour ma surprise. Il s’est rapidement retrouvé à poil, me faisant pleinement confiance, il ne se doutait pas que peu de temps après avoir été attaché à une arbre, je me serais enfuis, pas très loin seulement chez moi, avec ses affaires sous le bras. (...) Il est resté quatre heures si je me rappel bien à s’époumoner avant que quelqu’un ne vienne à son aide, autant te dire qu’il ne m’aime plus beaucoup. Et encore le parc a vu bien d’autres choses. »
« Quatre heures … Rappelle-moi de ne jamais aller au parc avec toi. Ou au moins d'y garder mes vêtements. Je suis frileux, je serai mort de froid avant la fin de la première heure. Même si on est à Miami, je suis certain qu'une nuit en tenue d'Adam dans ce parc doit être douloureux. »

Il avait été élevé dans des pays extrêmement chauds après tout, ce qui devait expliquer sa réticence à s'imaginer en proie aux température nocturnes. Sloan finit ensuite par adresser un regard interrogatif et curieux à l'adresse de Presley quand elle affirma qu'il ne s'agissait que d'une histoire parmi d'autres. De toute évidence, il avait à faire à une demoiselle particulièrement imaginative et surprenante. Devait-il faire attention à ses arrières ? Quoiqu'il en soit, durant tout le trajet du retour, il avait suivit la direction de la jeune femme et ne s'était pas rendu compte qu'ils venaient de rejoindre la rue voisine, Apple Road. Levant son regard autour de lui, il remarqua avant que Presley n'ai à le dire qu'ils s'étaient arrêtés devant une maison qu'il devinait être celle de la jeune femme. Il ralentit le pas, la laisser le doubler et finit par attendre à une distance raisonnable de la demeure, comprenant qu'il était temps pour elle de prendre congé de lui. Lui aussi regrettait cette séparation qu'il estimait trop précoce mais se convint rapidement qu'il ne pouvait en être autrement. Cela aurait semblé déplacé et intrusif de rester plus longtemps avec elle : elle avait probablement des tas de choses à faire pour organiser sa journée et lui de son côté avait encore un déménagement à poursuivre. Sans compter sur les rideaux des voisins qui commençaient à s'agiter, croyant ne pas être surpris à les espionner. D'une expression qui semblait très sincère – après tout, il avait réussi à devenir doué en l'art et la manière d'avoir à laisser (voire abandonner) les gens – il hocha la tête en reconnaissance pour l'invitation qu'elle venait de lui faire. Presley lui semblait être une jeune femme réellement ravissante et fascinante par cette aisance et cette maladresse qui ressortait aux moments les plus inattendus. Lui adressant un regard calme et espiègle, il fit un petit pas vers elle avant de lui répondre.

« Voilà tu sais où sonner, si tu as un problème ou je n’sais quoi. Je me doute que ce n’est pas une frêle jeune fille qui pourra réellement voler à ton secours, mais enfin bref tu as compris l’idée. »
« Merci, Presley. Sans problème. L'effort que tu viens de faire pour m'accueillir signifie beaucoup pour moi et je n'oublierai pas. Je tacherai de te remercier un jour comme il se doit. »

Il finit par sourire doucement et fugacement avant de reculer en marche arrière. Arrivé sur la rue, il ajouta avant de tourner les talons.

« A bientôt, j'espère. Et j'espère avoir plus de chance que le type du parc ... »

Lui adressant un signe de la main, il traversa la route et s'aida des indications des panneaux pour rejoindre Lemon Street, se sentant déjà plus à l'aise dans ce quartier inconnu.



▬ ENDED
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: [ weisel's house ] here , if you need it (...)

Revenir en haut Aller en bas
 

[ weisel's house ] here , if you need it (...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-