AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 off in the night while you live it up i'm off to sleep.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roxcy Hollister
a champagne supernova in the sky.
avatar

♦ Posts : 1645
Multinicks : nora, ridley.
♦ Credits : api, tumblr.

Status : living the married life.
Address : n°1650, parkside street.
Job/Studies : female version of Bear Grylls — french teacher at the Miami University (part-time).
Quote : « my death will probably be caused by being sarcastic at the wrong time. »
Activité(s) de quartier : roller derby.


HALL OF FAME
To Do List: try to find answers, not more questions ; risk her life with Ezio ; spend more time with Matt ; find new ideas for her job.
Contact List:
RP status: on ( ★★☆ ) - ezio, matt.

Message(#) Sujet: off in the night while you live it up i'm off to sleep. Lun 21 Sep 2009 - 18:21


SLOAN WEISEL & BLUENN HENIGHAN


vdp_icons & tp online




Je regardais d’un air distrait le petit carnet qui se trouvait devant moi. J’avais un stylo dans l’une de mes mains, et je m’amusais avec comme pour me donner la sensation de faire quelque chose, de ne pas être là immobile sur ma chaise à ne rien faire. Enfin, bouger un stylo dans tous les sens possibles était ne rien faire… Je soupirai, refermant brusquement le carnet et jetant le bout de plastique sur mon bureau. Je descendis en trombe les escaliers qui menait jusqu’au hall d’entrée et je pénétrai dans le salon où Maggie était confortablement installée devant l’écran de télévision. Jodee n’était pas là, elle était certainement à la boutique. Je poussai les pieds de ma meilleure amie afin de m’installer auprès d’elle et je posai enfin mon attention sur ce qu’elle regardait. MTV. Encore une de ses émissions de télé réalité totalement ridicules mais dont on ne se lasse pas de regarder tellement on aime voir des gens se ridiculiser. Je me mis à rire face à la débilité des candidats de l’émission.

« Tu crois qu’ils se rendent compte qu’ils passent pour des imbéciles devant l’Amérique entière ? »
« Ils s’en fichent, tant qu’on parle d’eux… »

Je me tournai vers Maggie puis je haussai mes épaules ; elle n’avait pas tort mais tout de même. Je n’apprécierai pas qu’on filme et que je passe pour une idiote devant tout le monde. C’était une façon de voir les choses, ma façon. Après avoir passé un peu de temps avec Maggie, je sortis de la maison pour rejoindre l’épicerie en coin de rue et acheter quelques broutilles comme des paquets de chips, du soda etc. Une fois revenu à la maison, je rangeai les affaires à leur place. Je posai mes yeux sur l’horloge en face de moi, Jodee n’allait pas tarder et je me rendis compte que je n’avais rien à faire alors qu’on était un vendredi soir. C’était déprimant. Je m’installai sur le plan de travail de la cuisine, laissant mes pieds remuer l’air, je vis Maggie s’approcher doucement et elle prit place à mes côtés.

« Je crois que j’ai mangé quelque chose que je n’ai pas digéré. »

Je me mis à pouffer de rire. Non pas que je sois ravie qu’elle soit malade à cause de quelque chose qu’elle avait pu manger mais je trouvais la situation ironique. Je lui demandai si elle se sentait mal, si elle avait une envie de vomir ou quoique ce soit d’autres. Elle avait une sale mine, je ne pouvais pas le nier. Au final, elle se bourra de médicaments pour aller mieux et lorsqu’elle était en demande d’un petit service, je m’affairais à la tache, prenant soin d’elle.

Enfin le retour de Jodee arriva, ainsi que l’heure du dîner. Tout ce passa bien même si Maggie avait perdu l’appétit pour la soirée. Jodee nous demanda si nous avions des projets pour ce soir, Maggie lui avait répondu qu’elle ne pensait pas sortir dans son état, qu’il était préférable qu’elle se repose. Quand vint mon tour de répondre, j’avais tout simplement répondu que pour le moment je n’avais rien de prévu. Il suffisait que je reçoive un coup de fil de Joshua, ou encore Presley pour que j’aie des projets. Ce coup de fil n’arriva jamais. J’étais allongée sur mon lit, fixant le plafond et les mains sur mon ventre. Je me surpris à bailler, signe que je m’ennuyais fortement. Les minutes passèrent, les heures avec puis lorsque je posai mon regard sur ma montre, celle-ci m’indiqua qu’il était environ vingt-et-une heures. Je me dirigeai vers mon armoire, faisant coulisser la porte et je me mis à observer chacune de mes robes. Une par une, elles finirent toute sur mon lit. Je m’étais décidée, je n’avais pas spécialement besoin d’une bonne raison pour vouloir sortir un peu. Après de longues hésitations, je finis par me décider pour une robe moulante mais non vulgaire de couleur noire que ma mère m’avait envoyé d’Italie. Je pris rapidement une douche dans ma salle de bain et je m’attardai à ma coiffure plus mon maquillage. Comme toujours c’était quelque chose de discret, je n’aimais pas abuser du make-up, c’était à peine si j’osais mettre du gloss… Pour mes cheveux, je les laissai tomber dans mon dos, légèrement ondulés. Je ne mis que quelques minutes pour faire mon choix question chaussure et je pus enfin quitter ma chambre. Arrivée au niveau des escaliers, je m’arrêtai net en entendant un « HEP » dans mon dos. Je me retournai doucement, comme une enfant qui venait d’être prise sur le fait accompli.

« Tu as des projets finalement ? » m’interrogea ma tante.
« Oui, on est vendredi et j’ai besoin de sortir. Ne m’attends pas d’accord ? Je serai avec quelques amis. »
« Dans cette tenue ? Tu es très jolie mais ce n’est pas un peu ha- »
« Je ne trouve pas, ce sera une petite soirée. T’en fais pas okay ? Bon à plus tard tante Jodee ! »
« Fais attention ! »

Je claquai la porte et me dirigeai vers ma voiture. Une bonne demi-heure plus tard, je me retrouvais devant le Four Seasons Hotel de Miami. D’un pas assuré, je pénétrai dans l’enceinte de ce grand hôtel et comme si je connaissais parfaitement l’endroit, je me dirigeai vers le bar. Il y’avait quelques personnes au comptoir, plus généralement des hommes mais aussi un couple. Posant mon sac sur le comptoir, je pris place sur l’un des tabourets. Un serveur vint à ma rencontre.

« Bonsoir, je vous sers quelque chose ? »
« Un martini s’il vous plait. »
« Puis-je voir votre carte d’identité s’il vous plait ? »

Je ne montrai aucune hésitation quant à prendre mon sac et en sortir mon porte-feuille où se trouvait ma carte. Je lui présentai. Il me regarda longuement, faisant des va-et-viens entre la carte et mon visage puis me la rendit.

« Bien mademoiselle, un martini. »
« Attendez ! le repris-je. En fait…ce sera deux martini, offrez le second au jeune solitaire là-bas. »

Je lui montrai d’un coup d’œil, il me sourit et partit chercher les boissons. Je me mis à observer l’homme qui se trouvait à plusieurs tabourets de moi puis je reportai mon attention sur le verre que le barman venait de me poser devant moi. Du coin de l’œil, je me mis à le regarder remettre mon petit « présent » au jeune homme que j’avais remarqué.


_________________

i've been trying to sleep at night
but nothing works / i’ll take my
time to fall in love again. ✤


Dernière édition par Bluenn Henighan le Jeu 24 Sep 2009 - 1:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13788-i-m-looking-for-a-complication http://www.filthy-secret.com/t13804-river-and-roads http://www.filthy-secret.com/t13856-journal-de-bord-de-roxcy-hollister http://www.filthy-secret.com/t13808-ch-n1650-parkside-street-famille-hollister#515192
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: off in the night while you live it up i'm off to sleep. Mar 22 Sep 2009 - 1:13


Ocean Grove constituait pour le jeune homme un nouveau départ, un commencement inédit dans un lieu inconnu. Mais comme toute page blanche, le désir de jeter un coup d'œil au début du livre peut s'avérer plus tentateur qu'on ne pourrait le penser.

Sloan Weisel n'était à Miami que depuis deux jours mais il ne lui fallut guère d'avantage de temps pour repérer les coins ou autres clubs où il trouverait toujours un verre bienveillant. Loin cependant d'être un gros buveur, Sloan connaissait ses limites et ne s'aventurait sous les néons d'un bar qu'à de rares exceptions. Aussi, si le jeune homme faisait acte de présence au rez-de-chaussée du Four Seasons Hotel Miami mais qu'il n'avait pas de chambre à son nom dans le bâtiment, il était indéniable que ses raisons devaient être pertinentes. En effet, rien ne pouvait être d'un plus mauvais augure que de voir l'australien se saouler seul : il était connu pour devenir d'avantage renfrogné voire passablement dépressif quand trop d'alcool coulait dans ses veines. Et Dieu sait comme ces derniers temps, il devrait éviter de brouiller du noir. Mais il avait pris le risque quand il avait claqué la porte du n° 1200 de Lemon Street – il avait besoin d'un verre, peu importe si cela signifiait qu'il passerait la nuit à maudire sa condition. De toute manière, l'état dans lequel il était lorsqu'il quitta sa maison était bien suffisamment troublé pour se plaindre d'avantage de tracas. Sloan ne comptait pas trouver dans l'alcool du réconfort mais uniquement un moyen de rendre le malaise le plus supportable possible. Et les parfums forts du whisky devraient l'y aider sans trop de mal.

La nuit était déjà tombée sur la ville lorsque le jeune homme grimpa derrière le volant de sa voiture neuve et qu'il prit la direction de la sortie d'Ocean Grove. Ses voisins les plus curieux allaient probablement retarder d'une heure leur coucher dans l'espoir d'assister à un retour mouvementé de la part du nouvel habitant de Lemon Street mais ils risquaient de vite être déçus. Si Sloan pouvait se montrer insouciant par moment, il ne tombait pas pour autant dans la stupidité : il n'allait certainement pas rentrer en voiture s'il était bourré. Vêtu d'une chemise noire dont les pans dépassaient de son jean sombre, Sloan jeta un coup d'œil dans son rétroviseur pour déboutonner le premier bouton de sa chemise d'un geste absent, un œil toujours vigilent sur la route. A ce moment de la soirée, il ignorait encore parfaitement l'endroit où il finirait par se rendre : allait-il se contenter du premier bar à l'entrée de la ville de Miami ? Sceptique, Sloan se mit à réfléchir un instant à une alternative et ce ne fut qu'après un feu rouge interminable qu'il se remémora du conseil de son agent immobilier : « Si vous voulez être certain de passer une soirée inoubliable, il y aura toujours un hôtel luxueux à Miami prêt à vous accueillir. En l'occurrence, je ne saurais que trop bien vous conseiller le Four Seasons et son bar indétrônable. » Conscient qu'il serait sans doute judicieux de choisir de se prendre une cuite à quelques mètres seulement de chambres qui pourraient tout à fait l'abriter pour la nuit, Sloan tourna son volant sans plus d'hésitation vers l'adresse de ce fameux hôtel. Il n'y avait jamais mis les pieds mais était passé devant lorsqu'il avait du traverser la ville sur toute sa longueur depuis son camion de déménagement. Lorsqu'il arriva devant l'imposant hôtel, Sloan abandonna sa voiture au parking et gagna rapidement l'intérieur. Le luxe omniprésent de l'endroit fit lever la tête de l'australien autour de lui mais il ne sembla pas plus impressionné que cela. Il n'était pas là pour les tapis d'Inde ou les lustres de cristal mais uniquement pour leurs verres corsés. Un employé des lieux ne tarda pas à fendre sur lui et Sloan lui demanda alors la direction du bar que l'homme lui indiqua avec une précision d'orfèvre. Hochant la tête en signe de remerciement, le jeune homme arriva derrière le comptoir sans trop de difficulté. Le bar n'était pas excessivement rempli mais Sloan ne sembla le remarquer que vaguement. A vrai dire, même si la pièce avait été atrocement pleine, il aurait trouvé un moyen pour se frayer un chemin juste assez pour agripper une bouteille de bourbon.

Cinq minutes plus tard, le jeune homme était installé sur un tabouret, son premier verre d'alcool entre les doigts et la mine aussi peu réjouie que s'il venait d'apprendre que l'équipe de cricket d'Australie était dissoute. Le serveur lançait vers lui des regards à intervalles régulières mais Sloan n'y prêta pas attention. Il n'allait certainement pas se forcer à afficher un sourire alors qu'il n'avait qu'une envie : se blâmer et blâmer ceux qui avaient fait de sa vie ce qu'elle était devenue. Mais il ne fallait pas se méprendre, cela n'était que l'affaire d'une nuit : le jeune homme n'était pas du genre à s'apitoyer sur son sort à tout bout de champs. A vrai dire, il s'agissait là d'une parenthèse calculée et d'une extrême rareté : elle permettait à Sloan d'éviter d'exploser comme une cocotte minute mal réglée à n'importe quel moment. Les minutes s'écoulèrent lentement et chaque gorgée ne faisait qu'obscurcir d'avantage ses traits. Il était pourtant loin d'être pompet mais il agissait déjà comme s'il portait le poids du monde sur ses épaules. Ce fut alors au moment où il souleva son verre pour sa dernière gorgée que son attention se réveilla sensiblement lorsqu'il vit un nouveau verre apparaître devant lui alors qu'il n'avait pas encore demandé à être resservi. Le service, ce soir, était-il si désespéré que ça ? Méfiant, Sloan lança un regard interrogateur au barman qui leva son pouce pour désigner l'extrémité du bar. Tournant son visage dans la direction indiquée, Sloan aperçut la personne supposément à l'origine de cette commande. Une jeune femme svelte et jeune, aux cheveux d'un blond éclatant semblait espérer qu'il accepte ce verre sans broncher. Peut-être l'aurait-il fait avec une personne quelconque mais cette demoiselle, par son regard perçant et son allure séductrice avait réussi l'exploit de déconcentrer le jeune homme de l'alcool. Abandonnant son verre vide de whisky, Sloan passa ses doigts sur le contour du Martini qui venait de lui être offert avant de se décider à se lever. Son verre à la main, il se dirigea vers l'emplacement de la jeune femme et s'arrêta à une distance raisonnable pour pouvoir voir clairement son visage sans donner l'impression de s'imposer pour autant.

« Je vous remercie, mais que me vaut cet honneur ? Loin de moi l'idée de m'en plaindre bien sûr, un Martini ne se refuse pas mais … »

Sa voix n'était pas agressive mais elle trahissait sa méfiance. Sloan n'était pas complètement idiot et il savait parfaitement que les rencontres autour d'un bar étaient à prendre avec des pincettes. Pourtant, quelque chose dans le regard brillant de cette jeune femme ne le rendait pas totalement hermétique à cette situation. Mais attention cher Sloan, il n'est pas impossible qu'un regard bleu et qu'un minois angélique puissent s'avérer fatalement trompeur.
Revenir en haut Aller en bas
Roxcy Hollister
a champagne supernova in the sky.
avatar

♦ Posts : 1645
Multinicks : nora, ridley.
♦ Credits : api, tumblr.

Status : living the married life.
Address : n°1650, parkside street.
Job/Studies : female version of Bear Grylls — french teacher at the Miami University (part-time).
Quote : « my death will probably be caused by being sarcastic at the wrong time. »
Activité(s) de quartier : roller derby.


HALL OF FAME
To Do List: try to find answers, not more questions ; risk her life with Ezio ; spend more time with Matt ; find new ideas for her job.
Contact List:
RP status: on ( ★★☆ ) - ezio, matt.

Message(#) Sujet: Re: off in the night while you live it up i'm off to sleep. Jeu 24 Sep 2009 - 2:13


J’espérais sincèrement qu’il accepte mon verre, après tout ce serait plutôt malpoli de sa part que de le refuser, surtout venant de la part d’une demoiselle n’est-ce pas ? Et un peu de compagnie ne devrait pas être de trop à ses côtés à en juger par son visage miné par un souci dont j’ignorais encore la source. Je n’étais pas l’une de ses femmes tout particulièrement attirées par les hommes ayant l’air de souffrir. Les âmes à soigner pouvaient être intéressantes certes, mais je ne voulais pas jouer l’infirmière ce soir. Peut-être une prochaine fois qui sait… Enfin je le vis lever son visage et me regarder. Je remerciais le serveur d’un simple geste de la tête et d’un sourire avant de reposer toute mon attention sur le jeune homme de l’autre côté du comptoir. Il ne semblait pas saisir l’intérêt que je lui portais, ceci m’amusa. N’avait-on donc pas simplement le droit d’offrir des verres ? Quoi qu’il en soit, il paraissait intrigué et je ne pus qu’accentuer mon sourire. Il était libre de vouloir me rejoindre, je ne l’obligeai en rien et je n’avais pas non plus cherché à lui faire un signe l’y invitant. Néanmoins il se leva et commença à avancer en ma direction, mon verre offert dans sa main. Je détournai parfois le regard, ne voulant pas trop insister non plus, posant mes yeux sur ma propre boisson qui n’attendait qu’une chose : rentrer en contact avec mes lèvres. « Je vous remercie, mais que me vaut cet honneur ? Loin de moi l'idée de m'en plaindre bien sûr, un Martini ne se refuse pas mais … » Je me retournai lentement en sa direction, mon buste pivota légèrement. Il était confus et je ressentais ce sentiment étrange qu’être de plus en plus amusée par cette situation qui me paraissait tellement plus normal qu’à lui. Visiblement il ne n’avait pas l’habitude de recevoir des verres de jeunes femmes. Je me permis de le toiser de haut en bas, puisque je n’avais eus l’occasion que de voir le haut de son corps. Je me décidai enfin à lui répondre :

« Ne me remerciez pas, tout le plaisir est pour moi. Et j’ai le regret de vous dire que je n’ai aucune raison particulière qui justifie mon geste. Prenez-le comme bon vous semble, c'était juste…un petit cadeau même si cela reste maigre comme cadeau j’avoue. »

Je pouvais lire dans son regard qu’il doutait un peu, comme s’il se méfiait de moi ou de mes intentions – car il devait être persuadé que j’en avais. Ce n’était pas le cas, j’avais juste eu une soudaine envie, peut-être pour attirer son attention, ou bien le faire sortir de ses pensées… qui sait ? Et j’avais plutôt bien réussi mon coup puisqu’il se trouvait à mes côtés à présent.

« Je me suis dis que ce serait sans doute mieux de boire à deux plutôt que de vous laisser seul, dans votre coin. »

Je haussai les épaules, je dis cela simplement comme une petite suggestion, il pouvait refuser et retourner à ses occupations, je ne lui en tiendrai pas rigueur. Mais voyant qu’il restait encore là, je lui souris.

« Installez-vous, je ne mords pas. »

Inutile d’ajouter un « pour le moment » ou toute autre phrase d’un goût douteux. Déjà qu’il ne semblait pas tout à fait à l’aise, je n’allais pas en rajouter. Je posai mes doigts sur mon verre, le faisant tourner un peu avant de le prendre en main et de boire une première gorgée. Je fermis les yeux pour en savourer la première saveur, cela faisait longtemps que je n’avais pas bu de martini et à vrai dire je me souvins subitement que je n’avais tout simplement pas l’habitude de boire…seulement à de grandes occasions. J’eus alors une drôle de sensation, inexplicable. Je plissai le front, un peu bizarre. Je me repris, secouant légèrement la tête pour la tourner vers le jeune homme…toujours sans nom.

« Je me présente… Jana Smith. Comment dois-je vous appeler ? »


C’est une main tendue vers lui que j’attendis une réponse de sa part.


_________________

i've been trying to sleep at night
but nothing works / i’ll take my
time to fall in love again. ✤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13788-i-m-looking-for-a-complication http://www.filthy-secret.com/t13804-river-and-roads http://www.filthy-secret.com/t13856-journal-de-bord-de-roxcy-hollister http://www.filthy-secret.com/t13808-ch-n1650-parkside-street-famille-hollister#515192
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: off in the night while you live it up i'm off to sleep. Mer 30 Sep 2009 - 18:01


« Ne me remerciez pas, tout le plaisir est pour moi. Et j’ai le regret de vous dire que je n’ai aucune raison particulière qui justifie mon geste. Prenez-le comme bon vous semble, c'était juste…un petit cadeau même si cela reste maigre comme cadeau j’avoue. »

Sloan n'aurait su dire pourquoi ni comment, mais il réussit à croire la jeune femme quand elle lui affirma qu'à travers ce verre, ses intentions étaient des plus honorables. C'était probablement bien naïf de sa part d'accepter cette réponse mais il le fit. Était-ce à cause de son apparence charmante et l'atmosphère entière de ce bar qui l'incitait à se détendre ? Ou bien parce qu'il avait enfin juste envie, pour une fois, de faire confiance ? Il l'observa un bon moment lorsqu'elle lui avoua finalement que son but était de partager un verre avec lui. Bien sûr, il se doutait que c'était cela l'idée derrière ce « cadeau » mais cela n'empêcha pas le jeune homme de paraître sensiblement surpris. Il était nouveau dans cette ville, après tout, et n'avait pas encore eu l'occasion de faire ses preuves ou montré le moindre élément prouvant qu'il méritait un intérêt quelconque, surtout venant d'une jeune femme qui semblait si imprégnée des lieux. Flatter ? Non, Sloan était beaucoup trop intrigué par l'aura que dégageait cette jeune inconnue pour faire attention à ses propres sentiments.

« Je me suis dis que ce serait sans doute mieux de boire à deux plutôt que de vous laisser seul, dans votre coin. »
« Votre logique se tient. Mais peut-être que je suis de ces types qui adorent se descendre des shots, borné et définitivement seul ? »

Loin pourtant d'illustrer ses paroles, Sloan baissa la tête vers le siège qu'elle lui désigna, et consentit à prendre place à ses côtés. Après tout, c'était la moindre des choses étant donné qu'elle venait de lui payer un verre sans qu'il n'ait eu l'idée de le lui demander. De plus, l'australien n'était pas un taciturne invétéré et pouvoir passer un instant auprès d'une jeune femme qui montrait tous les signes d'une compagne d'excellence ne pouvait se refuser. Tenant toujours son Martini entre les doigts mais n'y ayant pas gouté la moindre goutte, il préféra occuper les secondes qui suivirent à regarder le profil serein de la jeune femme à sa gauche. Elle semblait déguster sa boisson et Sloan eut alors le pressentiment – rassurant – qu'il n'avait pas à faire à une alcoolique ou à une habituée des soirées glauques. C'était sûrement hâtif comme constat mais cela était suffisamment solide pour ne pas donner envie au jeune homme de la remercier et de retrouver sa place initiale. Cette jeune femme le mettait en confiance, le rassurait, même si elle n'avait encore rien dit ou fait de particulier pouvant nécessiter un tel sentiment.
Finalement, tandis qu'elle reposait son verre et sembla se remémorait de la présence du jeune homme à ses côtés, « l'inconnue » perdit son anonymat en présentant une main délicate et en déclarant son identité. Jana Smith, un prénom commun qui n'éveilla nullement les soupçons de Sloan. Relâchant son verre, il dirigea à son tour son bras vers elle et serra doucement la main tendue, en signe d'officialisation de cette rencontre inattendue.

« Je me présente… Jana Smith. Comment dois-je vous appeler ? »
« Je suis Sloan Weisel, mais Sloan sera très bien. Enchanté en tout cas, Jana Smith. »

Soutenant un instant son regard, le jeune homme finit par relâcher sa main, se tourna vers le bar et accepta enfin de goûter à son Martini. C'était un peu comme s'il avait attendu de connaître son identité pour accepter pleinement son verre offert. Il se moquait bien de paraître si méfiant envers la jeune femme mais il pouvait toujours la convaincre que ce n'était là qu'un réflexe d'ancien militaire : il ne faut jamais converser plus de cinq minutes avec une personne dont vous ignorez le nom ; question de bon sens mais surtout une garantie. La garantie que si cette personne s'avère négative, vous possédez toujours son identité pour réclamer vengeance d'une manière ou d'une autre. Encore faut-il que cette identité soit exacte … Mais Sloan n'avait pas le moindre doute à ce propos : selon lui, elle lui disait la vérité.
Le verre était à moitié vide lorsqu'il le reposa enfin sur le bar et il reposa presque aussitôt son regard sur Jana. Avec une curiosité à peine feinte, il lui demanda.

« Vous êtes d'Ocean Grove, n'est ce pas ? »

Il ne savait pourquoi mais c'était presque une évidence que la jeune femme vive dans ce fameux quartier résidentiel. Son allure et sa facilité envers autrui prouvait qu'elle vivait à Miami mais elle n'avait pas le profil d'une simple cliente de l'hôtel. Bien sûr, Sloan pouvait se tromper et il ne serait pas tombé d'extrêmement haut si elle lui répondait par la négative mais il tenait tout de même à éclaircir ce point. Après tout, la possibilité qu'une jeune femme aussi ravissante puisse être l'une de ses voisines n'est pas une information à négliger.
Revenir en haut Aller en bas
Roxcy Hollister
a champagne supernova in the sky.
avatar

♦ Posts : 1645
Multinicks : nora, ridley.
♦ Credits : api, tumblr.

Status : living the married life.
Address : n°1650, parkside street.
Job/Studies : female version of Bear Grylls — french teacher at the Miami University (part-time).
Quote : « my death will probably be caused by being sarcastic at the wrong time. »
Activité(s) de quartier : roller derby.


HALL OF FAME
To Do List: try to find answers, not more questions ; risk her life with Ezio ; spend more time with Matt ; find new ideas for her job.
Contact List:
RP status: on ( ★★☆ ) - ezio, matt.

Message(#) Sujet: Re: off in the night while you live it up i'm off to sleep. Jeu 8 Oct 2009 - 12:35



« Votre logique se tient. Mais peut-être que je suis de ces types qui adorent se descendre des shots, borné et définitivement seul ? »
« Visiblement ce n’est pas votre cas puisque vous vous tenez à mes côtés. »

J’étais ravie de voir qu’il acceptait finalement ma proposition. Il aurait été dommage de ne pas le connaître davantage mais je m’en serais remise. Après avoir porté mon attention sur mon verre, il était temps que je me présente à lui et c’est ce que je fis, une main tendue pour appuyer les présentations. « Je suis Sloan Weisel, mais Sloan sera très bien. Enchanté en tout cas, Jana Smith. » Je lui souris, alors qu’il venait de tendre à son tour sa main. « Enchantée Sloan. ». Une étape de passée, je repris mon verre et en bus une nouvelle gorgée, celle-ci passa largement mieux que la première, ce n’était qu’une histoire d’habitude mais je ne devais pas en abuser, je ne tenais pas beaucoup l’alcool. Il était donc inutile que je termine saoule au bras d’un inconnu, et me ridiculiser par la même occasion. Je sais me montrer raisonnable par moment, surtout lorsqu’il est question de boissons alcoolisées. « Vous êtes d'Ocean Grove, n'est ce pas ? » Je me tournai doucement vers mon interlocuteur, feignant l’indifférence par rapport à la question qu’il venait de me poser mais en réalité, je ne m’attendais pas à ce qu’il me parle d’Ocean Grove. Sans pour autant montrer ma surprise, j’étirai mes lèvres en un sourire amusé par mon propre petit jeu et ma façon de me comporter avec lui.

« Peut-être… »

Je préférais laisser planer le mystère, je n’avais pas réellement envie de parler d’Ocean Grove ou de tout ce qui pouvait me rattacher à ma vie là-bas. Ce n’était pas si important n’est-ce pas ? Néanmoins, il venait d’éveiller ma curiosité, et je me demandais s’il était de ce quartier ou non. Pour qu’il m’en parle, il serait donc logique qu’il soit un résident mais son visage ne me disait absolument rien. Je plissai les sourcils, légèrement soucieuse et soupçonneuse. Mon regard s’était posé sur le comptoir, je ne regardais plus mon camarade. Et sans comprendre un instant la suite, ma main se posa sur mon verre que mes lèvres touchèrent rapidement, le contenu glissa dans ma gorge en quelques secondes. Je ne me souvins pourtant pas avoir ordonné à mon cerveau de terminer ainsi mon Martini. C’était comme si mon corps décidait seul, avais-je loupé quelque chose ? Je posais une main sur mon front, ma tête me tournait subitement. C’était désagréable. Je respirai lentement et enfin, je me repris. Durant ces quelques secondes, j’avais oublié Sloan et je m’en voulus. Je pivotai donc vers lui, malgré tout je ne perdis pas de mon assurance.

« Excusez-moi, dure journée, je lui souris pour le rassurer. Alors…qu’est-ce qui vous tracasse pour que vous vous retrouviez à liquider des verres d’alcool dans ce bar ? »

C’était de la simple curiosité, non une envie de m’immiscer dans sa vie ou encore de jouer la psychologue. Il devait bien avoir une raison, outre le fait peut-être d’avoir une grande soif… . Maintenant que j’avais terminé mon verre d’une manière qui m’était encore étrange, je portai toute mon attention sur Sloan mais avant qu’il n’ait pu dire un mot, le serveur se rapprocha d’eux.

« Je vous apporte un autre verre ? »
« Non merci. » lui répondis-je rapidement, il comprit qu’il dérangeait.

Je reposai mes yeux clairs sur le jeune homme, bien trop mystérieux à mon goût. Qu’est-ce qu’il cachait ?

« Je suis toute ouïe. »


_________________

i've been trying to sleep at night
but nothing works / i’ll take my
time to fall in love again. ✤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13788-i-m-looking-for-a-complication http://www.filthy-secret.com/t13804-river-and-roads http://www.filthy-secret.com/t13856-journal-de-bord-de-roxcy-hollister http://www.filthy-secret.com/t13808-ch-n1650-parkside-street-famille-hollister#515192
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: off in the night while you live it up i'm off to sleep. Mar 13 Oct 2009 - 1:28


La réflexion de la jeune femme mettant à défaut sa supposition d'être un être totalement taciturne le fit sourire. C'était vrai après tout, ses actions (accepter le verre et venir s'asseoir auprès d'elle) ne pouvaient consister une meilleure preuve. Sur son tabouret, Sloan se contenta de lui adresser un signe de la tête signifiant qu'elle avait vu juste. Appréciant l'alcool qui réchauffait sa gorge, l'australien attendit que la jeune femme réponde à son interrogation concernant son adresse. Malheureusement, il obtint finalement une réponse vague mais il ne sembla pas vraiment surpris : cela était-il si surprenant venant d'une inconnue qui vous offre un verre sans réelle raison précise ? Sloan devrait probablement commencer à s'y habituer dès l'instant. Une fois de plus alors, il répondit d'un regard intrigué mais brillant ; il commençait par s'amuser de tout ce petit jeu.

« Peut-être… »
« Okay, très bien. »

A présent côté à côte et les présentations faites, le jeune homme devait reconnaître que cette compagnie inattendue était des plus agréables : la jeune femme faisait preuve d'une élégance certaine et offrait en même temps au jeune homme une vision admirable. Pourtant, loin de lui l'idée de la lorgner avec insistance, il préférait largement lui lancer quelques coups d'œil furtifs à intervalles irrégulières, pour l'admirer mais également parce qu'il ne pouvait s'empêcher de penser que quelque chose clochait chez elle. Enfin, ce n'était rien de bien grave ou de trop voyant : c'était un pressentiment, sans doute appuyé par l'attitude parfois assurée, parfois maladroite de la demoiselle. Loin pourtant de s'inquiéter pour elle, il trouvait tout ceci assez intéressant à analyser : pour lui qui était un fin observateur et assez perspicace en temps normal, c'était comme s'il se trouvait face à une nouvelle énigme. Peut-être était-elle une ancienne alcoolique qui retombait dans son premier amour, ce soir, pour la première fois depuis des mois ? Cela expliquerait ses moments d'égarement et sa façon hésitante de tenir son verre (des remises en question ?). Ainsi, de plus en plus persuadé qu'il avait affaire à une alcoolique, Sloan cependant ne ressentait aucune répulsion à son égard. Bien au contraire, cela la rendait presque attachante à ses yeux : une femme fragilisée, rien de mieux pour attendrir un homme. Continuant de la regarder, légèrement soucieux de son état lorsqu'elle posa une main sur son front, Sloan s'était légèrement tourné vers elle, prêt à exécuter un geste s'il remarquait qu'elle devenait vraiment mal. Finalement, Jana sembla se reprendre car elle releva son visage vers lui, avec le même aplomb dont elle avait fait preuve depuis le début de cette rencontre. L'excuse qu'elle lui présenta pour justifier son instant de vacillement fit hocher Sloan de la tête mais il n'en croyait pas un mot. « Dure journée » était une excuse qu'il connaissait trop bien pour savoir qu'elle n'était qu'un moyen de rassurer la personne en face. Alors que le jeune homme avait toutes les cartes en main pour confirmer ses doutes concernant la santé de cette demoiselle, il fut prit en déroute par la question qu'elle lui adressa. Rien de mieux que de l'interroger sur sa vie privée pour qu'il se recroqueville sur lui-même. Se détournant sensiblement d'elle, reprenant son verre entre ses mains et en buvant la dernière et longue gorgée du liquide, Sloan marqua une pause de quelques secondes, observant le serveur faire son boulot auprès de Jana puis être poliment congédié, avant de consentir à lui répondre. Il tourna son visage vers elle et essaya de lui adresser un regard le plus sincère possible. Peut-être qu'avec la lumière tamisée du bar cela fonctionnerait-il.

« Alors…qu’est-ce qui vous tracasse pour que vous vous retrouviez à liquider des verres d’alcool dans ce bar ? »
« Je viens d'emménager ici, je pense que c'est une assez bonne raison pour picoler un peu. Vous n'êtes pas sans ignorer, je présume, que la vie à Miami peut se révéler très stressante … Si on y ajoute une horde de voisins souhaitant tous vous venir en aide et ne vous accordant aucun instant de répits … Je dois avoir la moitié de mes affaires encore empaquetées. »

Quelle réponse ! Sloan n'était nullement affecté par son déménagement : il avait toujours beaucoup voyagé et s'intégrait relativement bien en général puisqu'il savait se faire discret. Mais il était certain que cette réponse avait de fortes de chances de convaincre la jeune femme : après tout, il était communément admit qu'un déménagement peut rendre dingue. C'était, de toute façon, la seule réponse qu'obtiendrait Jana ce soir : Sloan n'allait certainement pas confier son lourd bagage à une ex-alcoolique – avec tout le respect qu'il lui portait, cela va de soi.
Revenir en haut Aller en bas
Roxcy Hollister
a champagne supernova in the sky.
avatar

♦ Posts : 1645
Multinicks : nora, ridley.
♦ Credits : api, tumblr.

Status : living the married life.
Address : n°1650, parkside street.
Job/Studies : female version of Bear Grylls — french teacher at the Miami University (part-time).
Quote : « my death will probably be caused by being sarcastic at the wrong time. »
Activité(s) de quartier : roller derby.


HALL OF FAME
To Do List: try to find answers, not more questions ; risk her life with Ezio ; spend more time with Matt ; find new ideas for her job.
Contact List:
RP status: on ( ★★☆ ) - ezio, matt.

Message(#) Sujet: Re: off in the night while you live it up i'm off to sleep. Jeu 22 Oct 2009 - 14:58


« Je viens d'emménager ici, je pense que c'est une assez bonne raison pour picoler un peu. Vous n'êtes pas sans ignorer, je présume, que la vie à Miami peut se révéler très stressante … » Elle acquiesça d’un hochement de tête, il ne pouvait pas savoir à quel point elle l’était. « Si on y ajoute une horde de voisins souhaitant tous vous venir en aide et ne vous accordant aucun instant de répits … Je dois avoir la moitié de mes affaires encore empaquetées. » Elle lâcha un bref rire, elle ne pouvait que trop bien imaginer sa situation, sauf que pour lui, cela devait être plus difficile puisqu’il était un homme charmant et apparemment seul. « Surtout une horde de voisines n’est-ce pas ? » Même s’il avait répondu à sa question, cela ne suffisait pas et elle ne semblait pas tellement satisfaite. Emménager dans une nouvelle ville était si déprimant pour lui ? Peut-être en était-il contraint… Elle l’ignorait et elle aurait bien voulu insister mais elle se ravisa, elle ne voulait pas paraître trop curieuse. Ce serait tout gâcher alors que la conversation avait plutôt bien débutée. Mais le plus important, c’était qu’il commençait à être à l’aise avec elle et c’était ce qu’elle cherchait avant de passer à l’étape suivante. Tout était déjà prévu dans sa tête, ce n’était qu’une histoire de routine pour elle aujourd’hui, il n’était pas le premier et ne serait pas le dernier. Elle pivota sur son siège et observa la pièce, il y avait quelques clients par-ci par-là mais il n’y avait pas encore foule. Une douce musique en fond sonore arrivait à ses oreilles, elle n’y avait pas fait attention depuis son arrivée. Puis elle posa son regard sur le jeune homme, elle se pinça les lèvres, signe qu’elle hésitait puis elle se lança :

« Vous n’aimez pas parler de vous, ai-je tort ? » Elle ne lui laissa pas le temps de répondre qu’elle enchaina aussitôt. « Moi non plus je n’aime pas trop ça en réalité… » C’était en parti vrai, elle n’aimait pas énormément étaler sa vie au premier venu, c’était déjà difficile de se confier à une personne qu’elle pouvait connaître depuis une éternité. « Je vais vous proposer quelque que vous ne serez sans doute pas en mesure de refuser. Je ne vais pas chercher à savoir qui vous êtes réellement si vous faites de même me concernant. » Elle rapprocha son visage du sien, il pouvait sentir son souffle sur sa peau, un sourire aguicheur étira ses lèvres. « Contentons nous de passer un bon moment ensemble sans se préoccuper du reste… » souffla-t-elle alors qu’elle posait l’une de ses mains sur la cuisse de Sloan et fit une légère pression à l’aide de ses doigts puis elle se recula, toujours ce même sourire sur son visage angélique.

Elle passa son autre main dans ses cheveux blonds tout en croisant les jambes. Elle regarda alors son verre vide, l’envie de reprendre une autre boisson était bien là mais elle ne fit pourtant rien, ne se laissant pas attendrir par l’appel de l’alcool pour cette fois, elle avait assez bu pour ce soir et se retrouver dans un état second n’était pas de mise. Elle n’aimait pas se retrouver saoule en compagnie d’un homme, elle n’en voyait pas l’intérêt à part pour se ridiculiser. La concernant, elle tenait à se souvenir de chaque détail. De plus, son corps ne semblait pas être en total harmonie avec n’importe quel liquide alcoolisé, elle avait beau apprécié le goût dans sa gorge, cela ne durait guère longtemps ; un mystère pour elle. Elle s’empara de sa pochette où se trouvait ses clés et quelques autres broutilles, mais elle fixa avec insistance la petite carte avec le symbole de l’hôtel, elle le caressa du bout des doigts. Ce n’était plus pour très longtemps. Elle se tourna vers Sloan.

« Vous venez ? » se contenta-t-elle de dire, bien consciente qu’il allait lui demander où qu’elle voulait le mener. C’est pour cela qu’elle tira légèrement le passe de sa pochette pour le laisser visible aux yeux du jeune homme. . « Je ne vais pas vous manger… »

_________________

i've been trying to sleep at night
but nothing works / i’ll take my
time to fall in love again. ✤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13788-i-m-looking-for-a-complication http://www.filthy-secret.com/t13804-river-and-roads http://www.filthy-secret.com/t13856-journal-de-bord-de-roxcy-hollister http://www.filthy-secret.com/t13808-ch-n1650-parkside-street-famille-hollister#515192
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: off in the night while you live it up i'm off to sleep.

Revenir en haut Aller en bas
 

off in the night while you live it up i'm off to sleep.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Four Seasons Hotel Miami-