AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 good morning windmont.

Aller en bas 
-- from the isle of flame.

Blake Sheridan

messages : 887
name : oaristys.
face + © : © delreys, st-john perse.
multinicks : jon, carth, min.
points : 534
age : thirty-two years old.
work : usaf, lockheed martin f-22 raptor (190th fighter squadron).
home : true to himself at ocean avenue, waterfront.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (●●●)

good morning windmont. Empty
Message· · Sujet: good morning windmont. good morning windmont. EmptyMar 18 Sep 2018 - 10:45

I ADMIRE ELEGANCE AND HAVE AN APPRECIATION OF THE FINER THINGS IN LIFE. BUT TO ME, BEAUTY LIES IN SIMPLICITY.
FT. @SELINA GIOVO


— Faire la matinale de la radio locale, tu sais ? C’est une copine d’enfance qui la présente, elle dit que ça lui ferait super plaisir de m’y inviter. Aucune idée de ce que fout Terry de l’autre côté de l’appareil, mais ça a l’air aussi intense que de grimper le putain d’Everest. — Mais c’est énorme gros ! (shrrshrrkkrr) Super nouvelle ! (shrrshrrkkrr) Comment ça se passe (shrrshrrkkrr) dans ton bled, tout le monde va bien ? Non, pitié, pas ça. — Nickel. Tout le monde va nickel. Le sourire de con de Terry, il peut l’entendre à des kilomètres et ce sans l’apercevoir. — Veinard. T’as retrouvé une meuf là-bas ? — Non, pas mal de potes… — Ah putain, bien vu la liberté. Vous cassez les couilles tous les deux avec Martins, vous avez tout compris. — Comment elle va, Katy ? Terry émet un bruit entre deux mondes, style grondement d’ours qui s’étoufferait avec une arrête de poisson. — Elle est déchaînée bordel, déchaînée. Je sais pas si c’est ses hormones, tu sais à cause du gamin, mais putain j’en suis arrivé au point d’être content de me pointer ici le matin et de voir la gueule de Connor, tu réalises ? — … Chaud. — Ouais vieux. Ouais. L’écuelle suspendue qu’il a fabriquée hier pour les oiseaux fonctionne totalement, il remarque en jetant un coup d’œil par la fenêtre. C’est pas un piaf qui est en train de casser la noix là, c’est tout un camping de moineaux. — Je sais que l’armée recense nos passages télé et radio, alors… — Oui, oui, bien vu mon gars, désolé, je te fais chier avec mes conneries familiales alors que t’es libre comme l’air, c’est déprimant – non je veux rien savoir. Donc comme tu dis, merci de prévenir, je prends de quoi noter : tu dis que ça s’appelle comment ton émission là ? Ok. Bon je te la fais pas, t’es un gars sûr et tu connais déjà les bails : quand vous parlez de l’armée, vous parlez de votre patrie, les États-Unis d’Amérique, n’oubliez jamais, le truc habituel. Aucune info évidemment sur les villes survolées, aucun prénom même modifié – je te jure on a parfois des petits génies – et si on te demande comment était la Syrie, eh bah, beaucoup de poussière et de superbes couchers de soleil ! Tu peux même rajouter une petite vanne de gros lover, style « le genre de coucher de soleil que vous auriez envie de partager avec la femme de votre vie, si vous voyez ce que je veux dire », tu vois ce que je veux dire ?

L’index de Blake tapote la mousse noire du micro. Pofpofpof. Le bruit est matelassé, doux et cotonneux, hyper agréable. Il s’apprête à recommencer quand Norma lui attrape la main et le stoppe dans son élan avec un regard qui dit très bien : « Arrête de faire le gamin bon Dieu. » La musique d’intro de la matinale est tellement old school (« Goooood moooorning Windmont !!! ») qu’il déstresse en temps record : il n’y a forcément que le troisième âge pour écouter ce truc. Norma se penche sur le micro tandis que la régie décompte. Elle lui adresse un clin d’œil et… — Ravis d’accueillir dans les studios ce matin, Blake, un enfant du pays devenu… Marrant comme elle prononce son prénom, c’est-à-dire pas du tout comme normalement. Plus profond, plus suave, Bloeyke, on dirait un porno. Il tique une seconde avant d’essayer de concentrer son attention sur ce qui se dit à son sujet. Pas facile. Des banalités qui feront plaisir aux habitants – surtout sa mère. — Revient donc de très loin. Alors, Blake, comment c'était, la Syrie ? Il a un sourire timide tandis que son regard passe de la petite bouteille d’eau posée devant lui aux yeux verts de Norma. — Beaucoup de poussière. Et de superbes couchers de soleil.

— T’as été super, le rassure Fred en pressant son poing contre son épaule, non sans douceur. — Ta voix passe hyper bien au micro, tu le savais ? Non, pour être franc. Parler au micro, il le fait tout le temps à l’armée, mais pas un seul de ces cons n’aurait eu l’idée absurde de lui signaler « putain, Blake, ta voix est ultra-sexy ou c’est moi ? » Quoiqu’à bien y réfléchir, il lui semble avoir déjà entendu cette phrase dans la bouche de Martins. — Viens, je te fais visiter les studios. Norma lui adresse un pouce levé depuis la salle d’enregistrement et Fred l’embarque le long des couloirs à moquette de la radio. Tout y passe : cafétéria, salle de repos, studios pour le podcast geek, crime, et même voyance… Fred pousse une autre porte. — Ici, on enregistre Love & Salt. La pièce est occupée par une fille que Blake n’a encore jamais croisée dans le coin – il faut dire que sa baraque est isolée du centre-ville. Elle ne ressemble absolument pas aux « filles du coin », d’ailleurs, avec sa peau mate façon Amérique latine et sa dégaine de star de ciné. — Hello Selina. Fred se tourne vers lui avec un sourire. — Selina est l’host du podcast, justement. Tu l’as peut-être déjà vue à la télé ? Blake secoue brièvement la tête. — Heu, non. Salut, dit-il en lui tendant une main. En croisant son regard, il réalise à quel point elle a l’air sûre d’elle et de son effet. Son visage est maquillé à la perfection millimétrée, tout étant créé sur-mesure pour augmenter les traits de sa beauté naturelle, jusqu’au plus fin tracé de crayon brun. On dirait une nana de magazine qui se serait soudainement et par magie décollée du papier glacé.

_________________
(cendres roses)

et ma prérogative sur les mers est de rêver pour vous ce rêve du réel. ils m'ont appelé l'obscur et j'habitais l'éclat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
he calls me the devil i make him wanna sin.

Selina Giovo

messages : 482
name : max @ lannisters.
face + © : eiza gonzalez — © queen lora, pinterest stuff.
multinicks : beau, ryke, alec, winona.
points : 768
age : twenty eight years old.
♡ status : free spirit.
work : radio host, model, used to be a reality tv star.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off (blake, ronan, dimitri, brendan)

good morning windmont. Empty
Message· · Sujet: Re: good morning windmont. good morning windmont. EmptyMer 19 Sep 2018 - 13:52

Travailler. Ce n’était pas un verbe avec lequel Selina était familière. Bien sûr, elle avait déjà travaillé, si l’on peut considérer être starlette d’une télé réalité ou épouse d’un sportif comme un réel emploi, mais jamais, oh non jamais, elle ne s’était imaginé devoir travailler pour de vrai. Sa vie avait pris une tournure inattendue, un virage qui l’avait pris par surprise, elle qui espérait se dorer la pilule sur un transat autour de la piscine de sa demeure de Los Angeles, marié à un joueur de basket multimillionnaire, pour le restant de ses jours. La vie avait d’autres plans pour la cubaine et c’est ainsi qu’elle se trouvait à présent à Windmont Bay, host d’un podcast. Heureusement pour elle, c’était un domaine qu’elle maîtrisait. Love & Salt était son petit bébé depuis qu’elle était à la tête de l’émission. Traitant des relations sentimentales et autres sujets ayant un lien direct avec l’amour, Selina devait avouer que son emploi n’était pas aussi difficile que certains. Elle avait même eu de la chance de le trouver si rapidement. Sa rencontre avec Fred avait été une heureuse coïncidence et sûrement, la bonne et seule rencontre intéressante qu’elle avait faite depuis son installation précipitée ici. Passant une main dans sa chevelure brune, elle écoutait attentivement la voix masculine de l’invité du jour sur l’émission de Norma, l’une de ses collègues. Ce n’était, à ses yeux, pas très intéressant, le retour au pays d’un enfant prodige, engagé dans l’armée. Elle ne pouvait s’empêcher de lever les yeux au ciel en entendant les questions de sa collègue et sa voix pleine de niaiseries. Nul doute qu’elle devait être en train de baver devant son invité masculin et de battre des cils en espérant le séduire. Fred insistait lourdement pour que Selina se montre plus amicale, plus ouverte mais c’était plus fort qu’elle, elle ne pouvait pas s’empêcher de juger. De la juger. Elle diminua le son, désireuse de ne plus entendre sa collègue parler pour se concentrer sur quelque chose de bien plus important : son shopping en ligne. Cette robe en noir ou en rouge ? Cette paire de chaussures ou bien l’autre ? Être raisonnable ou bien tout mettre dans son panier ? Telle était la question. Du moins, pas dans l’esprit de Selina. Elle n’était pas raisonnable, si bien qu’elle cliqua rapidement, ajoutant tout, ne sourcillant pas lorsque le total s’afficha sur l’écran de son smartphone. Une moue malicieuse apparue sur son visage alors qu’elle validait sa commande et elle releva la tête, fière alors qu’elle vit un Fred accompagné d’un autre homme s’approchaient d’elle. La jeune femme se leva, faisant claquer ses talons sur le sol en s’avança à son tour. « Fred, tu es charmant aujourd’hui. » complimenta l’host de Love & Salt en souriant, avant de faire face à Blake. L’invité de Norma. Elle prit un instant pour le dévisager, en profitant pour l’observer de la tête aux pieds, avant que ses pupilles brunes ne croisent son regard, amusée. « Tout le plaisir est pour moi. » dit-elle. « Blake, c’est bien ça ? » Bien sûr que c’était son prénom. Elle se saisit de sa main pour la serrer avant de croiser les bras contre sa poitrine. « Amateur des couchers de soleil ? » Taquine, elle haussa un sourcil avant de se tourner vers Fred. « Tu peux y aller, Fred. Je sais que tu es trèèès occupé. Je peux m’occuper de notre héros local. » Sans laisser guère de choix à son employeur, elle enroula son bras autour de celui de Blake pour l’entraîner plus loin. « Tu pourras me remercier autour d’un verre plus tard, Fred peut parfois être… Enfin, tu verras. J’espère qu’il ne connait pas ton numéro de téléphone. » lui souffla-t-elle en le forçant à s’assoir sur un fauteuil. Elle l’imita, croisant ses longues jambes avant de reporter toute son attention sur Blake. Elle espérait qu’il n’était pas attendu ailleurs, elle comptait bien s’amuser avec lui.

_________________

she gave it all, you gave her shit, she coulda done, just anything or anyone, cause she's a goddess. you never got this, you put her down, you liked her hopeless to walk around, feeling unnoticed, you shoulda crowned her, cause she's a goddess.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-- from the isle of flame.

Blake Sheridan

messages : 887
name : oaristys.
face + © : © delreys, st-john perse.
multinicks : jon, carth, min.
points : 534
age : thirty-two years old.
work : usaf, lockheed martin f-22 raptor (190th fighter squadron).
home : true to himself at ocean avenue, waterfront.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (●●●)

good morning windmont. Empty
Message· · Sujet: Re: good morning windmont. good morning windmont. EmptyMar 25 Sep 2018 - 16:37

Il y a quelque chose de reptilien dans son regard, de faussement endormi dans le décor paisible de ses iris, qui ne demande que l’arrivée opportune d’une proie pour se réveiller soudain et bondir, crochets dehors. Non pas qu’il trouve ça désagréable, mais c’est perturbant. Ça donne une sensation d’inconfort, une envie de prendre la fuite autant qu’un besoin irrépressible de se rapprocher pour mieux voir. Ce genre de femme que sa mère, Madame Zinovieva-Annibal, aurait sans aucun doute déifiée. « Regarde cette prestance, cette allure. Elle n’a peur de rien ni personne : c’est une femme comme ça que je veux pour toi. Vos enfants seront des princes », le délire, il l’entend clairement dans un recoin de son esprit et ça fait naitre au coin de sa bouche un étrange demi-sourire. Selina a un bon mot pour chacun. Une œillade caressante en direction de Fred, et une en direction de Blake – alors qu’elle se contrefout des deux, évidemment. Il se prend au jeu et sourit plus franchement à présent. Légèrement gêné lorsqu’il comprend qu’elle a écouté toute son interview spéciale troisième âge, il s’abstient de répondre à la vanne et assiste au départ imposé de Fred. Le mec se fait littéralement jeter du studio, puisque Selina Giovo tient visiblement à préserver son intimité précoce avec Blake Sheridan, qu’elle qualifie au passage de « héros local », non sans ironie. « Bordel », lui murmure le Blake présent dans un recoin de sa cervelle et témoin de tout, « ce genre de nana doit broyer sur son passage tout ce qui ne se dresse pas comme un mur pour lui résister. » Il l’observe en rejetant légèrement la tête en arrière. Elle a forcément une faiblesse. Relation pourrie jusqu’à l’os avec papa ? Carence d’attention parentale ? Cruel manque de confiance en elle l’incitant à rechercher sans arrêt l’appréciation d’autrui dans un regard posé sur elle ? Il devient urgent de trouver ce sur quoi presser délicatement l’index afin de s’assurer une prise sur ce démon dans un corps divin. Désormais prisonnier de la Circé des studios de radio, il croise les bras et attend le premier contact – dont il sait pertinemment qu’il ne tardera pas à venir. Selina est une tactile, il n’a pas besoin de le deviner pour le savoir. Elle glisse son bras couleur de bronze autour du sien et l’embarque jusqu’à un fauteuil de cuir dans lequel elle le fait assoir comme s’il était un rescapé d’accident potentiellement handicapé à vie. Obéissant, il s’exécute et la regarde faire de même face à lui, dévoilant à sa vue une paire de jambes interminables qu’elle croise en guise de panneau stop. — Tu m’inquiètes. Il a mon numéro, mon adresse, et a sans aucun doute déjà aperçu ma carte d’identité. Tu me conseilles quoi, un garde du corps ? Il hausse un sourcil et lui sourit depuis sa place. — Comment tu t’en sors avec lui ? Mon Dieu, elle est presque irréelle. Ignorant en make-up, il se demande si c’est sa peau naturelle qui la fait ainsi scintiller, comme une égérie de film sortant de l’eau au crépuscule sur une île dangereuse. Elle est définitivement fascinante, même sans rien dire, rien penser. Juste en se tenant là, assise face à lui, à le détailler de ses yeux immenses. — T’aurais quelque chose à boire ? Il n’a pas réellement si soif que ça, mais l’idée malicieuse lui vient de lui poser la question, histoire de se faire une idée plus précise du phénomène. Est-elle disposée à jouer le jeu de la femme fatale jusqu’à lui servir à boire, ou va-t-elle plutôt lui recommander de lever son cul et d’aller lui-même se chercher un verre d’eau ? Il sait comment les lions réagissent aux ordres qu’on peut leur intimer. Ils vous ignorent, tout simplement, et c’est comme si votre volonté n’avait jamais existé.

_________________
(cendres roses)

et ma prérogative sur les mers est de rêver pour vous ce rêve du réel. ils m'ont appelé l'obscur et j'habitais l'éclat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
he calls me the devil i make him wanna sin.

Selina Giovo

messages : 482
name : max @ lannisters.
face + © : eiza gonzalez — © queen lora, pinterest stuff.
multinicks : beau, ryke, alec, winona.
points : 768
age : twenty eight years old.
♡ status : free spirit.
work : radio host, model, used to be a reality tv star.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off (blake, ronan, dimitri, brendan)

good morning windmont. Empty
Message· · Sujet: Re: good morning windmont. good morning windmont. EmptyMar 25 Sep 2018 - 17:58

Elle ne lâchait pas Blake du regard, comme s’il risquait de disparaitre si elle détournait l’attention, l’observant comme s’il était la chose la plus belle sur laquelle il lui était autorisé de poser les yeux. Silencieuse, ses yeux foncés observaient le physique avantageux du trentenaire, constatant avec plaisir qu’il s’agissait d’un spécimen tout à fait à son goût. Il semblait avoir tout pour lui, comme s’il avait gagné à la loterie de la génétique et il était difficile pour Selina de faire la difficile, elle qui avait toujours quelque chose à dire. Comme elle, Blake la fixait intensément, à la recherche d’une faille quelconque dans laquelle il pourrait s’enfoncer pour prendre la fuite ou bien encore pour essayer de gagner ses faveurs. Les hommes étaient comme ça, Selina l’avait vite compris, parfois même à ses dépens. Une petite voix lui soufflait qu’il ne ressemblât pas à tous ces beaufs qu’elle avait croisé à son arrivée ici mais difficile de faire confiance en son instinct. « Ne sois pas surpris si tu reçois des photographies de lui en petites tenues. » Elle sourit, les rumeurs sur Fred passaient d’oreille en oreille dans les coulisses de la radio, sa double-vie était un secret de polichinelle connu de chacun. Elle passa une main dans ses cheveux bruns avant de reporter son attention sur le militaire. « Je ne suis pas son genre. Tu as quelque chose que je n’ai pas. » Son sous-entendu n’était pas subtil, mais elle s’en moquait, elle n’était pas connue pour sa délicatesse. Fred lui avait ouvert les bras, et aussi insupportable qu’il pouvait être, elle lui était fidèle. Pour l’instant. Selina savait lâcher un poids mort lorsqu’elle sentait le vent tourner et si Fred était à l’abris, nul doute que les gens lui tourneraient le dos le moment où il dépasserait la limite. La réponse à sa question était pourtant simple : Fred aimait être flatté, brossé dans le sens du poil. C’était le type d’homme à se penser important alors qu’il pouvait être remplacé en un claquement de doigt. Le genre de personne qu’elle avait fréquenté durant ses nombreuses années à vivre à Hollywood. L’host finit par baisser les yeux, cette fois-ci absorbée par sa manucure, oubliant Blake jusqu’à ce qu’il demande à boire. « Non. » répondit-elle simplement, avant de plonger son regard dans le sien, un sourcil impeccablement épilé haussé sur son front. Ses lèvres se fendirent d’un sourire et elle se leva, déposant ses chaussures à talons noir sur le sol. « Café ? » Elle lui demanda tout en se saisissant du combiné téléphonique pour commander à son assistante. Sans que Blake n’ait le temps de répondre, elle raccrocha aussitôt, ses yeux inquisiteurs détaillant à nouveau l'invité. « La structure de ton visage est très intéressante. Tu serais un modèle populaire chez les chirurgiens esthétiques à Los Angeles. » Elle s’avança vers lui, avant de s’abaisser. « Je te veux. » Elle s’interrompit alors que la porte de la pièce s’ouvre, l’assistante déposa deux tasses à café sur la table derrière Selina. « Merci Christina. » « C’est Christine. » « Merci Christina. » répéta la cubaine sans même se retourner. Elle attendit que la porte ne se referme à nouveau pour reprendre la parole. « Je te veux dans mon émission. Célibataire ou non, tu ferais un candidat idéal. » Après avoir été présenté aux ménagères de la commune comme un héros, elles accourraient toutes si elles apprenaient que le beau mâle était célibataire. Un pic d’audience non négligeable pour son émission et des points pour Selina auprès du grand patron.

_________________

she gave it all, you gave her shit, she coulda done, just anything or anyone, cause she's a goddess. you never got this, you put her down, you liked her hopeless to walk around, feeling unnoticed, you shoulda crowned her, cause she's a goddess.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-- from the isle of flame.

Blake Sheridan

messages : 887
name : oaristys.
face + © : © delreys, st-john perse.
multinicks : jon, carth, min.
points : 534
age : thirty-two years old.
work : usaf, lockheed martin f-22 raptor (190th fighter squadron).
home : true to himself at ocean avenue, waterfront.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (●●●)

good morning windmont. Empty
Message· · Sujet: Re: good morning windmont. good morning windmont. EmptyMer 26 Sep 2018 - 12:12

Dans ses souvenirs, Fred était clairement bisexuel. Non, disons plutôt que Fred était ouvert à toute éventualité de choper qui que ce soit, du moment que ce qui fut consentant. Blake était définitivement parti depuis trop longtemps – de quoi débarquer en touriste dans l’actualité sexuelle d’un vieux pote de collège. L’humour de Selina lui arrache un nouveau sourire. Jusqu’ici, elle a beau être intimidante, il la trouve plutôt marrante. Il hausse un sourcil, faussement étonné à l’idée de posséder quelque chose qui puisse attirer Fred et dont Selina serait dépourvue. Feignant de comprendre soudain, il hoche la tête. — M’en dis pas plus. Il désigne ses yeux comme on montrerait une évidence. — Ne m’en veux pas mais le vert-miel est sa couleur préférée. Il sourit en se penchant légèrement en avant pour observer la couleur exacte qui sommeille dans les iris de Selina. Marron profond, brûlant. — Les tiens sont pas mal non plus. Ses yeux à lui, dont la couleur avait été héritée de son père (sa mère les ayant bleu lagon), faisaient partie de son succès auprès de la gente féminine. Il en avait (abusivement) profité pendant des années, avant que l’âge, les hormones et la sagesse ne fassent leur entrée et calment le jeu. La réponse de Selina à sa demande de service express est sans appel : c’est non. Il ne retient pas son rire, notant son esprit de contradiction dans la liste inconsciente de données à son sujet qu’un recoin de son esprit est en train d’établir. Café ? — Pas le choix. La suite vaut son attention : après l’avoir à nouveau détaillé avec une précision chirurgicale dans le regard, Selina lui annonce qu’à Los Angeles, il aurait sans doute été la coqueluche des publicités vantant les mérites d’un ravalement de façade. Là encore, comment ne pas rire ? On dirait que Selina a été éleveuse de poulains dans une autre vie, et qu’elle observe le monde en professionnelle du sujet. Blake se sent détaillé comme dépouillé de ses fringues et suspendu dans l’étal d’une boucherie. Le mot proie lui vient alors en tête. Selina observe les autres humains en prédateur. — T’as l’air de maitriser le sujet. Ses sourcils légèrement froncés, il détaille son visage et il lui semble que son nez est si parfait que c’en est presque anormal. — Tu as fait refaire quelque chose ? Comme un aigle qui fond soudain sur un lemming, elle s’avance d’un coup et se penche sur lui, l’obligeant à reculer dans son fauteuil. « Je te veux. » Interloqué, il cligne des yeux et la regarde sans comprendre. Merde, à ce stade, c’est de la nymphomanie. D’où le sourire narquois de Fred en les laissant tous les deux. Christine le sauve des griffes de Selina en entrant dans le studio pour y déposer le café qu’il n’a jamais demandé. Fut un temps où il aurait sauté sur l’occasion pour dévorer Selina dès cette ébauche de proposition. Le temps de la jeunesse fougueuse… L’expérience de la guerre l’avait salement calmé, on peut le dire. La secrétaire est mal à l’aise, appelée volontairement par le mauvais prénom comme pour lui signifier à quel point elle est insignifiante. Ça ne lui plait pas vraiment, à Blake. — Merci Christine, lâche-t-il dans le dos de la jeune femme tandis qu’elle se détourne pour les laisser seuls, rectifiant au passage le manque d’amabilité de Selina. Il croise son regard surpris et hausse les épaules en guise de justification. — J’ai toujours eu une bonne réputation ici. Et il n’est pas question que ça change à cause de l’intervention de Selina Giovo. La proposition qu'elle lui a faite sur le ton de l'impératif se précise, et il comprend alors que l’humour avait pris le pas sur la nymphomanie, tout à l’heure. Plus ou moins rassuré, il saisit le côté sympathique de l’opportunité de participer à son émission, mais n’en a pourtant pas la moindre envie. — Je suis flatté, mais je dois décliner. Je suis toujours en service, seulement en permission jusqu’à ce que l’usaf me rappelle. Du coup, ça va peut-être te paraître ultra-prétentieux, mais… je suis censé représenter l’armée américaine, explique-t-il dans un demi-sourire contrit. — Je ne peux pas me… médiatiser. Il y a du vrai là-dedans, mais aussi pas mal de gros bullshit. Peu importe. Sans avoir touché le moins du monde au café qui repose sur la table basse, il croise les bras et lui jette un regard curieux. — Je t’intéresse quand même en off ?

_________________
(cendres roses)

et ma prérogative sur les mers est de rêver pour vous ce rêve du réel. ils m'ont appelé l'obscur et j'habitais l'éclat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
he calls me the devil i make him wanna sin.

Selina Giovo

messages : 482
name : max @ lannisters.
face + © : eiza gonzalez — © queen lora, pinterest stuff.
multinicks : beau, ryke, alec, winona.
points : 768
age : twenty eight years old.
♡ status : free spirit.
work : radio host, model, used to be a reality tv star.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off (blake, ronan, dimitri, brendan)

good morning windmont. Empty
Message· · Sujet: Re: good morning windmont. good morning windmont. EmptyJeu 27 Sep 2018 - 15:58

Il avait de l’humour, plus que ce qu’elle s’était imaginé. Cela l’amusait, et le sourire qu’elle affichait sur son beau visage était sincère. Blake marquait un point dans son carnet et elle ne broncha pas d’un millimètre lorsqu’il se pencha pour observer la couleur de ses pupilles, d’un brun profond qui révélait ses origines latines, à l’instar de sa peau naturellement bronzée. « Malin. » remarqua Selina à voix haute. Qu’il profite de ce compliment, cela n’arriverait pas souvent. Plus les minutes qui s’écoulaient, plus la cubaine réalisait son erreur : sa première impression de Blake était fausse. Les hommes comme lui, elle les connaissait, du moins, elle le pensait. Il se révélait être bien plus intriguant et cela piquait la curiosité de la jolie jeune femme qui souhaitait en apprendre plus sur celui qui, dans une autre vie, aurait sûrement pu être modèle pour sous-vêtements. Cette pensée la fit sourire et son attention se porta aussitôt sur le haut de son pantalon, comme si elle s’imaginait pouvoir voir au travers du tissu. Plutôt boxer ou slip ? Elle laissa échapper un éclat de rire avant qu’elle ne relève la tête quand il lui demanda si elle s’était déjà fait refaire quelque chose. La conversation prenait une tournure personnelle et elle n’était pas prête à partager ce genre d’informations avec lui alors qu’elle venait tout juste de faire sa connaissance. Elle prit cependant l’initiative de répondre à sa question par la positive. « Oui. Et je suis très satisfaite du résultat. » dit-elle, simplement. Honnête, mais elle n’était pas prête à entrer dans les détails avec lui. Passant une nouvelle fois une main dans sa longue chevelure, elle leva les yeux au ciel lorsqu’il appelle l’assistante par son véritable prénom. « Un vrai chevalier servant. » ne peut-elle s’empêcher de répondre. Le ton est sarcastique, la relation entre Christine et elle était pour le moins, conflictuelle. Selina avait du mal à s’entendre avec les femmes, ce qui était une surprise pour… Personne. Elle croisa les jambes, écoutant attentivement les explications que Blake lui fournissait alors qu’il refusait son « invitation » de participer à son podcast. « Décevant. » Son patriotisme s’arrêtait aux célébrations de la fête nationale de son pays, vêtue d’un bikini aux couleurs du drapeau américain, un cocktail ou deux dans les mains, dansant sous les feux d’artifice illuminant le ciel. Selina n’était pas particulièrement fière d’être américaine sous la présidence de leur chef d’état actuel. Difficile de l’être au vu de la politique de l’homme mais la situation de Blake devait être différente. Elle acceptait cependant mal la réponse négative qu’il venait de lui donner. « Et quel représentant pour l’armée américaine. Je comprends les femmes qui fantasment sur les hommes en uniforme. » Un petit clin d’œil charmeur, avant qu’elle ne retrouve son sérieux. « Vous êtes tous recrutés pour votre physique ? » Selina admira une fois encore la plastique avantageuse de son interlocuteur masculin, son regard séducteur glissant sur les muscles de Blake qu’elle pouvait apercevoir sous les vêtements qu’il portait. Si dans son escadrille, tous les hommes lui ressemblaient, alors Selina était prête à s’engager dans l’armée dès demain. « Pourquoi ? Tu l’es ?  Intéressé ? » demanda Selina, curieuse d’entendre sa réponse avant qu’elle ne se prononce. Elle ne savait pas s’il se moquait d’elle ou non. Blake s’avérait plus difficile à cerner, une énigme que la cubaine était désireuse de résoudre. Intriguée, elle pencha la tête sur le côté, comme si sa réponse se trouvait dans le regard hypnotisant du militaire. Sa mère, quant à elle, serait folle de joie de savoir que sa fille unique fréquente un fier patriote américain, militaire par-dessus tout. Le jackpot aux yeux de cette dernière.

_________________

she gave it all, you gave her shit, she coulda done, just anything or anyone, cause she's a goddess. you never got this, you put her down, you liked her hopeless to walk around, feeling unnoticed, you shoulda crowned her, cause she's a goddess.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-- from the isle of flame.

Blake Sheridan

messages : 887
name : oaristys.
face + © : © delreys, st-john perse.
multinicks : jon, carth, min.
points : 534
age : thirty-two years old.
work : usaf, lockheed martin f-22 raptor (190th fighter squadron).
home : true to himself at ocean avenue, waterfront.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (●●●)

good morning windmont. Empty
Message· · Sujet: Re: good morning windmont. good morning windmont. EmptyMar 2 Oct 2018 - 12:11

Par des adjectifs soufflés en sa direction, elle commente, juge et détermine ce qu’il est à ses yeux au fil de ses réponses et réactions. C’est étrange, de se sentir ainsi classé, déposé dans une petite case d’un grand tiroir – si bien qu’il en vient à tenter d’anticiper les adjectifs qui lui iraient. Pour l’instant, il est « malin ». Plutôt positif, bien qu’il ignore totalement quelle est l’échelle de Selina Giovo en la matière. Si ça se trouve, juste au-dessus de lui sur la liste de la malice se trouve un total demeuré. A suivre. Elle ne se cache pas d’avoir eu recours à la chirurgie esthétique, et il ne sait pas s’il trouve ça tout à son honneur ou si, au contraire, c’est à prendre comme une révélation décevante. La beauté quasi irréelle de Selina, remarquée par Blake dès la première seconde, ne serait pas entièrement due à l’intervention de la nature. L’acier d’un chirurgien avisé est venu transformer les quelques traits que la génétique parentale Giovo n’était pas parvenue à unifier au maximum. Il l’observe avec ce qu’il espère être de la discrétion, à la recherche du « fake » en elle. Ses seins ? Son nez ? Évidemment, elle vanne son intervention galante envers l’assistante maltraitée, et comment lui en tenir rigueur ? Pas son habitude, à Blake, de défendre la veuve et l’orphelin. A l’usaf, il est connu pour être le Maitre du TrashTalk. Comme son nom l’indique, le trash talk est une technique de déstabilisation utilisée contre l’adversaire visant à se placer en ligne directe avec lui via la radio, et l’insulter, le bâcher toujours plus à la moindre erreur de pilotage dans le but unique de le déconcentrer (et donc de l’affaiblir). Une information à maintenir secrète à tout prix, parce qu’il sait que Windmont Bay n’en ferait pas une qualité. Quelques secondes plus tard, le voilà « décevant » en plus d’être « malin ». A nouveau, il répond à sa déception par un sourire quelque peu contrit. La vanne ne prend pas fin pour si peu, puisque Selina renchérit avec l’armée, se moquant du sérieux avec lequel il énonce son sens du devoir. A son tour, il a envie de la taquiner. Pas de raison qu’il soit le seul à en faire les frais. — Tu les comprends, mais tu n’as pas l’air de t’inclure dans leur communauté. Et ça, c’est décevant, assène-t-il dans une parfaite imitation de La Déception, lui jetant un regard « d’en-dessous » à moitié penaud et cent pour cent bidon. Selina doit faire fantasmer tous les cinquantenaires de Windmont Bay, mais sur qui se portent ses fantasmes à elle ? Il ne serait évidemment pas contre l’idée d’en être le héros principal. Elle lui adresse un clin d’œil auquel il répond par un sourire d’habitué. La drague, quand on est à l’armée, c’est le pain quotidien dès qu’une femme se trouve dans votre périmètre. D’autant que très, très peu de femmes s’engagent dans l’air. Jeux de séductions et autres grivoiseries ont eu tendance à le lasser sur la fin, trouvant le temps un peu long, et à présent qu’il est de retour dans « la vie normale », il a plutôt envie de changer de mode d’emploi. Sont-ils recrutés pour leur physique, à l’armée ? — La formation est physique, alors en un sens… ouais ? L’entrainement militaire crée le physique dont il a besoin. Les pilotes ne sont pas tout à fait entrainés comme les marines, ça va de soi. Les seniors n’ont pas la même allure que les juniors, les sergents sont souvent très solides, etc. Sentant que la question est plus rhétorique que véritablement constructive, il se retient de donner de plus amples informations au sujet de sa formation. En vérité, il la soupçonne de s’en foutre totalement. La question qu’elle lui retourne, retournant sa propre question à son avantage, lui arrache un sourire. C’est un peu gros, il faut l’avouer, mais pas détestable. — Poser les questions qui correspondent précisément aux réponses qu’on attend, c’est… le fonctionnement traditionnel de tes interviews ? Et si oui, il ne serait pas contre l’idée d’être le cobaye d’une innovation de la part de Selina Giovo. Quelque chose lui dit qu’elle est plus rusée que lui, et l’envie lui vient de prendre sa place, de poser lui-même les questions le temps d’une matinée dans les studios.

_________________
(cendres roses)

et ma prérogative sur les mers est de rêver pour vous ce rêve du réel. ils m'ont appelé l'obscur et j'habitais l'éclat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
he calls me the devil i make him wanna sin.

Selina Giovo

messages : 482
name : max @ lannisters.
face + © : eiza gonzalez — © queen lora, pinterest stuff.
multinicks : beau, ryke, alec, winona.
points : 768
age : twenty eight years old.
♡ status : free spirit.
work : radio host, model, used to be a reality tv star.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off (blake, ronan, dimitri, brendan)

good morning windmont. Empty
Message· · Sujet: Re: good morning windmont. good morning windmont. EmptyLun 15 Oct 2018 - 15:15

Il lui plaisait. Blake avait non seulement remporté la loterie de la génétique mais il semblait être intelligent. Loin de l’image qu’elle se faisait de lui lorsqu’il était entré accompagné de Fred quelques minutes plus tôt. Des hommes comme lui, elle n’en avait pas fréquenté beaucoup ces dernières années. A Los Angeles, le cercle doré dans lequel elle avait évolué mettait en avant le physique avant tout. L’intellect passait en second plan. La vie y était superficielle, loin de l’authenticité qu’elle pouvait voir en se promenant dans les petites ruelles de Windmont Bay. C’était principalement pour cette raison que Selina avait l’impression de se retrouver isolé. Avec le temps, sa situation s’améliorerait sûrement même si elle était persuadée qu’il y aurait toujours un décalage entre les habitants de l’Oregon et elle. La cubaine s’adapterait, comme toujours, à ce nouvel environnement. Sa vie était loin d’être un long fleuve tranquille, des épreuves, elle en avait traversé. Des épreuves qui avaient forgés son caractère, et si tout le monde la jugeait, il était en réalité très difficile de cerner ses véritables intentions. Elle était bien plus qu’une jolie fille. Féline, elle se leva, et tourna autour de Blake qui lui était toujours assis sur une chaise. Ses yeux experts l’étudiaient sous tous les angles alors qu’elle était à la recherche des bons mots. « Je commence à changer d’avis. » dit-elle, en souriant. Elle serait idiote de mentir et c’était en réalité vrai : imaginer Blake en tenue militaire faisait battre son cœur plus rapidement. Le motif treillis n’était pas commun dans son dressing mais elle serait presque prête à se laisser convaincre. Presque. « Je dois dire que tu as des… Arguments convaincants. » Elle déposa une main sur l’un de ses bras, appréciant la musculature qu’elle pouvait sentir sous le tissu. La cubaine retira sa main comme s’il était effrayé de se brûler par la chaleur de la peau du militaire. Une lueur espiègle apparue dans son regard miellé. Elle avait envie de jouer avec lui, comme un chat jouerait avec sa souris avant de la dévorer. Mais était-elle réellement le chat dans ce scénario ? Selina n’en était pas aussi sûre. Ne laissant rien paraitre, elle reprit possession de sa chaise comme s’il s’agissait d’un trône, croisant ses longues jambes dans une imitation presque parfaite de Sharon Stone. La séduction était quelque chose de naturel chez elle, « Un esprit sain dans un corps sain, c’est ça ? » Elle haussa un sourcil, amusée par sa question. « Une professionnelle ne dévoile pas ses secrets comme ça. » souffla Selina avant de pencher la tête sur le côté. Se faire interroger, ou plutôt interviewé par Blake n’était pas ce qu’elle avait prévu mais après tout, pourquoi pas en profiter pour que leur petit jeu continue. Tous les deux étaient bien partis et elle n’avait rien de mieux à faire à l’heure actuelle. Selina appréciait aussi beaucoup le eye candy qu’elle avait sous les yeux, et une partie d’elle n’avait pas envie de le voir se lever et quitter la pièce. « Mais pose-moi les questions que tu désires. Je te répondrais. » Ses réponses seraient peut-être honnêtes, ou peut-être pas. Quelque chose lui disait que malgré tout, les prochaines minutes allaient se révéler être intéressantes. Elle se saisit d’une mèche de sa chevelure brune pour l’enrouler autour de l’un de ses doigts, fixant de son regard chaleureux le trentenaire qui se tenait face à elle.

_________________

she gave it all, you gave her shit, she coulda done, just anything or anyone, cause she's a goddess. you never got this, you put her down, you liked her hopeless to walk around, feeling unnoticed, you shoulda crowned her, cause she's a goddess.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-- from the isle of flame.

Blake Sheridan

messages : 887
name : oaristys.
face + © : © delreys, st-john perse.
multinicks : jon, carth, min.
points : 534
age : thirty-two years old.
work : usaf, lockheed martin f-22 raptor (190th fighter squadron).
home : true to himself at ocean avenue, waterfront.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (●●●)

good morning windmont. Empty
Message· · Sujet: Re: good morning windmont. good morning windmont. EmptyMar 12 Fév 2019 - 18:27

Bien que peu enclin à juger autrui à la hâte, il n’était pas moins pétri qu’un autre type par de nombreux clichés et idéaux. Il y avait, par exemple, cette idée selon laquelle toute femme plantureuse et outrageusement séductrice ne pouvait pas avoir l’intellect en plus. Une sorte de… sélection imposée par des lois naturelles absurdes et qui trouvaient sans doute leur fondement dans un paternalisme abject visant à retirer à la Femme toute potentialité d’absolu. Bien des hommes se mettaient soudainement à flipper grave en réalisant que la nana en face d’eux se rapprochait dangereusement de cette « totalité ». Si en plus d’être canon, et d’attirer à elle le reste de la meute – poussant donc l’heureux élu à défendre ses droits au péril de son égo – elle était plus intelligente que lui, leur cerveau vrillait et leur indiquait cette porte de sortie bénéfique : la fuite. Si Blake faisait en effet partie des lambdas de ce monde, il n’avait en revanche pas peur des femmes qui le challengeaient, voire le dépassaient dans presque toutes les catégories. Selina, il n’avait pas de gêne à se l’avouer, le dépassait en charme (il ignorait comment jouer de son physique avenant avec autant de talent et d’intensités) et en vitesse d’esprit. Sa répartie allait plus vite que la sienne, c’était indéniable. Elle devait être habituée : soit les hommes fuyaient devant elle, soit ils entamaient avec elle un bras de fer dont la finalité ne pouvait que se révéler détestable. Tournant autour de lui en surjouant le thème du félin cernant sa proie, elle lui signale à demi-mots qu’il commence à lui plaire. Peut-être parce qu’elle a compris qu’il n’en faisait absolument pas un challenge, de son côté, elle ne semble pas lui faire cette révélation dans le but de le flatter. Habituée des codes de la séduction et du rapport de force, Selina a rapidement saisi qu’au poker, Blake est nul à chier. Aux jeux de hasard, en revanche, il est plutôt chanceux. Sa main frôle son bras, puis s’agrippe, quelques secondes à peine, à son biceps qu’elle tâte sans vraiment y mettre de la force. Surpris, il la laisse venir, peu émoustillé par ce contact infime, et l’observe s’en aller d’une démarche entêtante. Quand elle se rassied en face de lui, il parcourt ses jambes de son regard ambré, signe qu’il prend plus de plaisir à la dévorer des yeux qu’à être caressé d’elle. Il n’avait pas prévu de l’interviewer, mais il faut croire qu’elle n’a pas envie de le laisser partir aussi tôt. Un mince sourire étire ses lèvres tandis qu’il croise les mains au-dessus de ses jambes, dont l’une est passée par-dessus l’autre comme une équerre. — Dis-moi quelque chose de toi que je ne pourrai jamais trouver, ni sur internet, ni dans la bouche d’un homme qui te connait, énonce-t-il après un moment de réflexion durant lequel il a laissé ses yeux se perdre dans son regard chaud, réellement curieux et plus amusé par la manière dont elle prendra cette question, que par l’anecdote qu’elle serait susceptible d’amener à sa connaissance.

_________________
(cendres roses)

et ma prérogative sur les mers est de rêver pour vous ce rêve du réel. ils m'ont appelé l'obscur et j'habitais l'éclat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




good morning windmont. Empty
Message· · Sujet: Re: good morning windmont. good morning windmont. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
good morning windmont.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)
» Good Morning Marijoa
» Good morning, sunshine ! ☆ feat. Heaven
» Good Morning Impel [1625]
» good morning sunshine (pv declan bowden)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: vagabond :: butterfly effect :: season 1-
Sauter vers: