AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sheh' | Little financial problems

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Sheh' | Little financial problems Ven 24 Avr 2009 - 21:17

Ding dong !


    APPARTEMENT DE Melle RAMDANI. 10H ET QUELQUES MINUTES ...

    Le temps est matinal, frais. Un vrai jour de printemps, où une légère bise circule dans l'air, alors que les gens s'éveillent à peine, et que la fourmilière du monde du travail se remet en marche comme chaque matin. Sur les trottoirs proprets d'Ocean Grove, une jeune femme marche, le pas soutenu, un dossier calé sous le bras, et un sourire enchanteur aux lèvres. La petite bosseuse exemplaire qui va rendre son travail fait avec acharnement à l'heure avec ponctualité ? Nooon... plutôt l'emmerdeuse de service qui va faire sa tournée. Et elle commence par ce sympathique petit appartement cosy d'une étudiante un peu en retard dans ses payements de loyer.

    Poussant la porte d'un geste franc, la rouquine n'a pas besoin de sonner, elle n'adresse aucun salut à la gardienne, qui est aussi la propriétaire de cette résidence. Les délateurs ne lui plaisent pas plus que les gens en faute, c'est évident. Si certains arrêtaient de penser que tout le système ne fonctionnait qu'avec la dénonciation, on aurait déjà évité pas mal de conneries dans l'Histoire. Mais là n'était pas la question.

    Grimpant les escaliers tranquillement - Tammy savait que sa proie du matin ne lui échapperait d'aucune manière, et ce grâce à un effet de surprise désagréable -, celle qui aurait pu avoir en cet instant la même réputation qu'un huissier terminait sa course en se dirigeant vers la porte où était inscrite le numéro correspondant à celui rédigé en feutre rouge sur le dossier. S'arrêtant et raclant la gorge promptement, la rouquine sonna à la porte, puis passa pensivement sa main dans ses cheveux en attendant.

    C'était d'autant plus pratique que ce matin, Tam' n'avait pas l'allure d'une working-girl. Son jean, sa veste en cuir noir et les talons haut lui donnaient plutôt l'allure de la voisine tête-en-l'air et chiante qui vous taxe du sucre trois fois par jour. Restait ce dossier, ce facheux amas de papiers qui allait gâcher la journée de Sheherazade à n'en pas douter.

    Au loin, le bruit de pas qu'elle distinguait signalait l'arrivée imminente de Mademoiselle Ramdani.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Sheh' | Little financial problems Dim 26 Avr 2009 - 13:01

Moins d'une semaine s'était passée depuis que Sheherazade avait posé ses valises à Miami, dans ce qu'elle aimait appeler "la fournaise américaine". Elle avait emménagé le jour même dans ce petit studio avantageusement placé dans la ville et qu'importe si peu de temps s'était écoulé depuis, elle était déjà très bien installée. Elle avait déjà acheté tout ce qu'elle n'avait pas pu emporter -vaisselle, équipements ménagers, et n'attendait plus qu'on installe sa ligne téléphonique. En attendant, elle se contentait de deux cellulaires, l'un à la puce anglaise, l'autre américain, où elle déplorait le manque d'appels. Tout était pour le mieux donc, si on exceptait sa vie sociale inexistante. Elle ne s'en plaignait pas encore. Après tout, elle venait d'arriver, c'était normal, mais lui manquaient déjà l'Angleterre et les soirées folles auxquelles elle avait pu participer. Elle commencerait les cours et le boulot dans deux jours et si elle avait déjà fait quelques rencontres assez plaisantes, rien de grandiose. "Inutile d'y penser", songea Sheh', "une nouvelle journée commence". Et rien ne venait l'obscurcir si ce n'est l'ennui qu'elle avait de ne pas participer aux cours. Elle était pressée de recommencer à étudier et étant donné le niveau de Cambridge, elle ne craignait pas le moins du monde d'être larguée à l'université de Miami. Mais avant ça, il restait à occuper la journée d'aujourd'hui. Elle s'était réveillée à 9h et paressait quelque peu devant la télévision. La télévision américaine était une véritable source d'émerveillement pour elle. Quand à Cambridge, elle la regardait rarement, la diversité des talk-show en Amérique la surprenait. Elle aurait pu rester là toute la journée si, brusquement, elle ne s'était pas levée et décidée à aller acheter un brumisateur, ou un ventilateur. Quelque chose pour qu'elle puisse échapper à cette chaleur. Son appartement était à l'ombre mais pas climatisé. Les clefs en main, son portefeuille dans la poche, elle était justement sur le point de quitter les lieux quand on sonna. Une moue boudeuse s'afficha sur son visage. Si c'était le technicien pour la ligne téléphonique, il allait lui pourrir sa matinée... L'air légèrement ennuyé, elle ouvrit la porte et se retrouva face à une ado/jeune femme. Tiens ? on appliquait aux États-Unis la parité dans les travaux manuels ? Sheh' baissa légèrement les yeux sur les dossiers qu'elle tenait en main et cela vint contredire sa première intuition, à moins que les techniciens aient l'obligation de faire remplir autant de paperasse à leurs clients -ce dont elle doutait, ce serait une affreuse erreur commerciale, justement.
L'idée que l'odieuse Tammy Hunkerfield venait de la choisir pour plat du jour ne lui effleura pas l'esprit. Ni même, d'ailleurs, qu'elle veuille lui réclamer un loyer en retard. Cela paraîtrait bien étrange étant donné que Sheherazade était à jour et avait mis au point cinq jour auparavant les détails avec la propriétaire. Elle avait payé, comme elle le devait, la caution et les mois de loyer à l'avance. Que pouvait-elle faire de plus quand les charges étaient comprises ? Ca paraîtrait plus étrange encore quand la propriétaire, elle, ne lui avait rien réclamée. Cela signifierait alors, et cela surprendrait beaucoup Sheh', que la propriétaire avait fait appel à cette adolescente/jeune femme pour exécuter les basses besognes. Mais le débat n'avait pas lieu d'être, étant donné que Sheh était à jour partout. Elle sourit très aimablement à la demoiselle, qui se tenait debout devant elle, la poussa quelque peu pour sortir. Sheh ne la connaissait pas du tout, et personne ne connaissait Sheh. Résultat : tout cela se réglerait très vite après avoir éconduit la miss, qu'elle jugeait avoir au grand maximum 18 ans. Peut-être faisait-elle une collecte pour son école et vendait des calendriers =D ?
-Bonjour, dit Sheherazade avec bonne humeur, pendant qu'elle tournait les clefs dans la serrure.
La journée s'annonçait bonne, alors la demoiselle méritait un sourire jovial. Sheh', en se tournant vers elle, réévalua son âge. "Peut-être un peu plus âgée, oui...", dans ce cas, il était fort probable qu'elle ait affaire à une voisine venue lui souhaiter la bienvenue, ou s'excuser du bruit qui allait s'annoncer à cause de la fête d'anniversaire de sa grand-mère ou peut-être un témoin de Jéhovah, peut-être.
-Je peux vous aider ?
Une fois encore, Sheh' loucha sur le tas de papiers dans les bras de Tammy. Nouvelle hypothèse : peut-être était-ce une illettrée qui avait des difficultés à remplir sa feuille d'impôts ? Hum, non, en fait, ça ce n'était pas une hypothèse, juste une pensée impertinente égarée et isolée dans l'esprit encore brumeux de Miss Ramdani.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Sheh' | Little financial problems Dim 3 Mai 2009 - 11:59


    Vous êtes bien Sheherazade Ramdani ? Bonjour, je suis Tammy Hunkerfield.. Je travaille à l'agence immobilière où votre propriétaire a passé l'annonce pour cet appartement ..

    Ton de voix agréablement acidulé, peut-être un peu faux sur certaines intonations – évidemment que c’était faux et mielleux, ca n’était pas une commode petite voisine qui saluait l’arrivante, c’était la pétasse de l’agence immobilière qui fouinait dans les affaires des autres -. La rouquine remarque le sourire de la jeune femme. Au moins elle a l’air enthousiaste de voir le Diable sonner à sa porte. Lui rendant son sourire par un rictus un peu condescendant sur les bords, Tammy entreprit de saisir le dossier où il était écrit en grosses lettres rouges le nom de la résidence. D’une main experte elle feuilleta les premiers papiers pour en dénicher un, celui qui concernait les paiements de Sheherazade.

    Alors, où était ce loyer en retard… Loyer en ret… Intérieurement, la déception se fit grande. C’était une petite étudiante modèle qu’on avait donc là ? Tammy avait confondu son dossier avec celui d’un autre ? Mmh. Eh bien, inutile de faire marche arrière, elle allait quand même se renseigner, on n’est jamais trop informés sur les gens qui peuplent Ocean Grove, parole de Hunkerfield.

    Refermant le dossier d’un geste sec, la rouquine releva le menton vers Mademoiselle Ramdani avec un soupir désolé. Désolé, mes fesses, oui. Tammy avait l’art et la manière d’avoir un petit air contraint et douceâtre alors qu’elle était justement venue ici pour contrarier la journée d’une personne comme une autre. Recalant le dossier sous son bras, Tammy jeta un coup d’œil non dissimulé par-dessus l’épaule de Sheherazade, histoire de voir l’intérieur, et accessoirement d’espérer pouvoir voir un petit morceau de la vie de sa future victime. Un comportement presque… « arachnidéen » - à la différence que les araignées ne portent pas des escarpins aussi hauts réputés pour être des instruments de torture -.

    Ce que je vous annonce est bien sûr regrettable, j'en conviens, mais Mrs .. Enfin, votre propriétaire m'a signalé qu'on se plaignait de nuisances sonores qui viendraient de chez vous.. Par ailleurs j'ai noté quelques.. "retards" de paiement au niveau de l'électricité ou de l'eau.. Enfin si vous permettez, on sera plus à l'aise à l'intérieur pour en discuter, mh ?

    Comment s’incruster en dix leçons, livre publié par Miss Hunkerfield, experte en ce domaine depuis son plus jeune âge. L’étudiante, elle, ne devait sûrement pas tenir à rallonger la visite de cette fille qu’elle n’avait jamais vu et qui semblait annoncer de mauvaises augures, et qui de surcroît se permettait de s’inviter elle-même chez les gens. Bon, de toute manière, est-ce que Sheherazade avait réellement le choix ? Si elle refusait, Tammy aurait été encore plus infecte. Si elle acceptait… Oh, de toute manière, plus vite ce sale quart d’heure serait passé, mieux ca serait pour elle. Elle n’allait pas rester là toute la matinée, si ? … Si ?

    S’avançant d’un pas tout à fait naturel vers la porte et donc vers l’intérieur de l’appartement, Tammy attendait la réponse de son « hôte », avec un grand sourire … amical.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Sheh' | Little financial problems Ven 8 Mai 2009 - 21:05

L’on devait reconnaître aujourd’hui à Sheherazade une certaine patience. Bien d’autres locataires se seraient contentés de bousculer Tammy et de l’abandonner sur le seuil. Beaucoup plus qu’il n’y aurait eu de soumis craintifs, lui ouvrant grand leur porte. Mais Sheh’ se sentait pleine de sollicitude pour cette pauvre salariée, qui avait du enchaîner les remontrances matinales aux mères célibataires et aux étudiants moins sérieux qu’elle quand Sheh dormait encore. Elle s’était présentée sous le nom de Tammy Hunkerfield, en enrobant le tout de formalités superflues. Sheh rangea soigneusement cette information. Elle avait une très bonne mémoire mais qui avait le défaut d’être sélective et il n’était pas rare qu’elle oublie le prénom de personnes insignifiantes. Sa proprio, par exemple. Elle avait beau venir frapper à sa porte tous les matins, Sheh ne s’était souvenue de son nom qu’après s’être fait quelques antisèches, collées contre la porte de son réfrigérateur. Sa proprio s’appelait Mrs Thatcher et si Sheh ne s’en souvenait jamais, c’était probablement parce qu’elle était loin d’être une dame de fer à la classe toute britannique. Non, c’était une vieille femme craintive qui faisait appel à de jeunes rousses aux sourires crispés. Sheh jaugea un instant Hunkerfield, plus par habitude qu’autre chose. «Tammy », elle s’en souviendrait. « Hunkerfield », en revanche, ça lui semblait plus difficile. Trop de syllabes, des sons trop gutturaux. L’esprit de Sheh était à mille lieux du danger imminent qui planait au-dessus d’elle. Non, elle ne considérait pas Tammy comme une personne suffisamment sérieuse pour lui faire du tort. Pas que Sheh la croit stupide, mais porter d’aussi hauts escarpins quand on était chargé d’aller faire le tour des ménages pour réclamer de l’argent, ce n’était franchement pas malin. Si Tammy avait du s’occuper de la moitié des dossiers qu’elle tenait en main, ses pieds devaient être dans un état qui corrompait sérieusement son sex-appeal.
Sheh attendait en souriant avec politesse que Tammy ait fini son speech. De toute évidence, Sheh n’aurait pas à se présenter d’elle-même et elle patienta le temps que la demoiselle trouve son dossier. La chaleur se faisait plus pénible encore, immobile comme elle était dans cette petite cage d’escaliers. La preuve en est qu’elle avait réussi à la faire légèrement divaguer sur les escarpins de Tammy. « Votre propriétaire m’a signalé qu’on se plaignait de nuisances sonores qui viendraient de chez vous… » Mmh, la demoiselle semblait avoir trouvé quelque chose de sérieux à lui reprocher, à moins qu’elle n’ait dévoilé ses cartes dans un bluff admirable puisqu’il avait touché un point correct. Sheh se retint de sourire. "-Je m’essaye parfois à la guitare, c’est vrai", répondit-elle en guise d'explication. Mais si rarement. Et si peu fort ! C’était probablement faux, mais Sheh avait consenti à lâcher un peu de viande à Tammy dans l’espoir de la voir s’en aller. Maintenant, elle était censée accepter le faux repentir de Miss Ramdani, la sermonner un peu, pourquoi pas ? et puis s’en aller, au moins le temps que Sheh se procure un brumisateur. « Par ailleurs, j’ai noté quelques retards de paiement au niveau de l’électricité ou de l’eau » Sheh haussa un sourcil perplexe. Elle ne perdait pas patience mais il était clair qu’elle considérait que la pénibilité de la tâche de Tammy n’excusait pas nécessairement un tel arrivisme.
-Il y a écrit ça sur mon dossier, vraiment ?
Question rhétorique, et le ton nettement trop ingénu de Sheh laissait clairement entendre comme elle était lucide. C’était tout bonnement impossible. Sheh était arrivé en début de mois et bien trop tôt pour qu’elle ait déjà des charges à payer. Avant de partir, elle avait vérifié tout ce qu’elle avait à faire, en avait fait une liste minutieuse et elle doutait que le droit américain diffère du droit anglais sur le point du paiement des charges. Ne devait-elle pas consommer, avant de payer ? D’autant plus qu’on disait de l’Amérique que c’était le pays de consommation mais cela n’étant pas, ça n’en aurait pas été moins absurde. Bref, Sheh décida d’entrer dans le jeu de Tammy. Elle lui sourit gentiment, les yeux ternes et d’une voix déjà un peu plus minaudant, ajouta.
-Je suis désolée, vous ne pouvez pas rentrer chez moi, j’ai quelques petites choses à régler aujourd’hui. Mais je suis sûre qu’il s’agit d’une erreur, nous pouvons régler ça très vite.
« Des petites choses à régler » qu’elle n’avait pas besoin de préciser. Répondre : « je dois d’urgence me rafraîchir en allant acheter un brumisateur » aurait été mal inspiré et si Tammy commettait l’indiscrétion de lui demander des précisions, Sheh lui inventerait probablement un odieux mensonge.
Sheh se plaça entre la porte de son appartement et Tammy qui s’était déjà avancée un peu trop. Même si le personnage n’avait pas été aussi antipathique, Sheh ne laissait pas entrer n’importe qui chez elle. Pas que l’endroit soit dans un état exécrable. Loin de là, il était même d’une propreté admirable pour le lieu d’habitation d’une étudiante. Mais imaginer Tammy chez elle lui était dérangeant. Depuis qu’elle avait emménagé, seuls sa proprio et Samuel étaient entrés chez elle. « En plus, avec ses pompes, elle va trouer mon lino », songea Sheh. Elle se plaça de sorte à avoir une vue sur les dossiers qu’avait en main Tammy.
-Je peux peut-être y jeter un coup d’œil ? J’ai de très bonnes notions en fiscalité.
Vérité objective mais légèrement teintée de mensonge. Sheh avait étudié trois ans le droit fiscal, et dans l’une des meilleures universités européennes. Mais elle exécrait ça et s’en vanter n’était pas dans l’ordre de ses priorités. Pas qu’elle soit mauvaise élève dans ce domaine –elle n’était mauvaise élève nulle part, mais elle ne se vantait jamais de quelque chose qu’elle ne considérait pas maîtriser. Comme son talent inexistant pour la guitare, par exemple, remarqué par ses voisins, selon le joker de Tammy. Mais bon, ce n’était pas vraiment comparable. Autant, elle avait des connaissances confirmées en Droit Fiscal, mais elle détestait ça, autant ne saurait-elle jamais jouer de la guitare.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Sheh' | Little financial problems

Revenir en haut Aller en bas
 

Sheh' | Little financial problems

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-