AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 but you don't need to do this alone.

Aller en bas 
— they've given you a reason to fight.

Dimitri Oslov

messages : 290
name : lora (isleys).
face + © : jake gyllenhaal — sayaa, tumblr.
multinicks : iyovi, nomi, ronan, letty, catori.
points : 750
age : thirty-eight.
♡ status : pretty fine by himself.
work : bounty hunter — part-time barman at daveys.
home : loft, crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on.

but you don't need to do this alone. Empty
Message· · Sujet: but you don't need to do this alone. but you don't need to do this alone. EmptyJeu 27 Sep 2018 - 10:32



september 16th
---------------
feels like a masquerade is
the man behind the mask


La nuit avait été longue, et pour cause, il n’avait pas fermé l’œil. La tempête l’avait obligé à rester cloitré dans le cinéma et même après avoir pu en sortir, il n’avait rejoint son loft que pour prendre une douche et récupérer ses clopes. Il vivait depuis assez longtemps dans la région pour ne plus être surpris par ce genre d’intempéries mais il avait été rarement témoin d’un rafales aussi violentes. Plus de peur que de mal s’était-il finalement dit. Et il ne pouvait nier qu’il avait été heureux de pouvoir s’en éloigner mais le spectacle à l’extérieur était d’autant plus effrayant. Après son passage l’appartement, il était alors aussitôt reparti errer dans les rues de Windmont Bay, encore jonchées de débris ou bloquées à cause des inondations. Ses pas le menèrent à la première épicerie fine qu’il croisa, quittant les lieux quelques minutes plus tard le bras pris par un sac en papier rempli. Ces courses n’étaient pas pour lui, mais pour les Schades. Ils n’avaient pas quitté son esprit de tout le temps où il était resté entre les quatre murs du cinéma, s’inquiétant tout naturellement pour les membres de cette famille qu’il considérait comme la sienne. Il n’avait pas pu les joindre plus tôt, son portable l’ayant misérable lâché – la technologie d’aujourd’hui – et le réseau avait aussi tout compliqué. Depuis la mort de Tobias, il s’était fait la promesse de veiller sur les personnes qu’il avait laissé derrière lui. Après tout ce qu’ils avaient fait pour lui, il lui semblait être important de rendre la pareille. Ces derniers mois n’avaient été faciles pour personnes, comment auraient-il pu l’être ? S’ils avaient perdu un époux et un père, il avait perdu son meilleur ami. Il faisait de son mieux pour faciliter leur quotidien, le rendre moins dur à supporter mais bien des choses avaient changé depuis cette fameuse journée. Notamment sa relation avec la plus jeune, Sofia. La mâchoire serrée par cette simple pensée, il tira une dernière latte avant de se libérer du mégot qui tomba au sol. Il observa les alentours alors qu’il arriva enfin devant la demeure. Il y avait des branches un peu partout, de la boue aussi. Malgré la beauté du quartier, il ne faisait aucun doute qu’elle avait aussi subi les ravages d’une nuit mouvementée. Devant la porte d’entrée, il frappe un premier coup. Rien. Il sortit maladroitement les clés qu’on lui avait confié, preuve de la confiance qu’ils lui portaient. Et ce depuis des années. « Il y a quelqu’un ? C’est Dimitri. » s’annonça-t-il en fermant la porte derrière lui. Sans attendre un signe de vie, il rejoignit la cuisine. Tout semblait en ordre, à part quelques fenêtres en mauvais état. Il déposa le sac de provisions sur le comptoir. Il posa ses deux mains sur le rebord, la tête baissée il poussa un long soupir. La fatigue se faisait sentir, ses yeux cernés pouvaient en témoigner – serait-ce plutôt les résultats de ces mois à retomber dans ses travers ? Qui sait. Il commença à ranger les courses dans le réfrigérateur et ce n’est que lorsqu’il le referma qu’il trouva Sofia plantée là. « Je ne t’ai pas entendu arriver. Un vrai ninja. » il esquissa un sourire. « T’es seule ? Tout va bien ? » il jeta un coup d’œil en sa direction tout en pliant le sachet qu’il avait entre les mains. « Tu diras à ta mère que je m’occuperai de réparer les fenêtres et tout ce que la tempête a endommagé. Qu’elle ne s’inquiète pas pour ça. » conclut-il.

_________________

the space between our calm and rage ⋅ started growing shorter ⋅ disappearing slowly.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
my heart is fire, my heart is young.

Sofia Schades

messages : 1038
name : olivia (carolcorps)
face + © : laura harrier | @mine — @tumblr/tatbilb
multinicks : alma, inej, etta, noko, reggie, georgie, leslie & maeve.
points : 946
age : twenty two years old.
♡ status : she shouldn't think about him, but she does.
work : WBSO cadet.
home : a manor on harbor row with her ma' and big brother

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off. (jamie, dimitri, jude) - jeremiah

but you don't need to do this alone. Empty
Message· · Sujet: Re: but you don't need to do this alone. but you don't need to do this alone. EmptySam 29 Sep 2018 - 22:21

Après toute une vie en Oregon, la jeune Schades était habituée aux caprices de la météo et des tempêtes qui pouvaient gronder au dessus de leur tête. Mais la belle ne se souvenait pas avoir vu les éléments se déchainer avec tant de virulence en un peu plus d’une vingtaine d’années. De service la veille, la belle avait aidé plusieurs personnes à regagner leur demeure ou un lieu plus sûr avant qu’elle même ne se retrouve coincée en ville. Réfugiée dans la clinique, elle en avait profité pour donner un petit coup de main au personnel hospitalier débordé par cette nuit cauchemardesque. Les générateurs de secours leur avait permit de pouvoir travailler en dépit de la coupure d’électricité. Elle s’était alors contentée de rassurer les patients et l’équipe d’internes très nerveux, ainsi que de prendre des nouvelles de ses proches via un réseau téléphonique capricieux. Péniblement, la belle avait réussit à avoir son frère qui était resté au manoir avec leur mère. Cette dernière particulièrement fatiguée et sensible aux changements de temps, sentait ses articulations devenir de plus en plus douloureuses. Inquiète, Sofia regrettait de ne pas être auprès de sa famille mais ne pouvait pas prendre le risque de décamper tandis que le vent soufflait de plus en plus fort. Peu de choses effrayaient la jeune femme, mais la fureur des éléments en faisait partie. Savoir qu’elle était seulement soumise aux caprices de mère nature, impuissante en dépit de l’insigne accroché à sa ceinture. Bien que ses pensées accompagnaient ses proches, la belle savait qu’elle serait bien plus utile si elle se contentait de garder son sang froid. L’esprit focalisé sur le moment présent et sur les personnes autour d’elle ne l’empêcha pas de rejoindre Harbor Row à la minute où un silence morne avait remplacé l’assourdissant hurlement de la tempête. Sur le trajet, elle ne put que constater tristement les dégâts causés. Des arbres s’étaient déracinés et effondrés, des routes étaient bloquées lorsqu’elles n’étaient pas inondées, tant de branchages jonchaient le bitume. Si elle ne travaillait pas aujourd’hui, en revanche elle savait ce qu’elle ferait de sa journée. Ce serait un jour de plus qu’elle ne consacrerait pas à son père, songea la belle, avant d’arriver devant chez elle. Circuler à Windmont Bay était désormais un véritable parcours du combattant, mais elle n’était pas surprise de voir que le quartier résidentiel n’avait pas été épargné non plus. Au moment où elle s’apprêtait à entrer, elle vit son frère aider sa mère à rejoindre sa voiture. « Je vais me changer et je vous rejoins. » avait-elle suggérer lorsque Elias lui confia qu’il préférait accompagner leur mère à la clinique, espérant que les urgences ne seraient pas trop débordées et qu’ils pourraient aider à soulager ses douleurs. Sofia se garda bien de faire part de la situation là bas et se contenta d’approuver et les laisser s’y rendre. Rapidement, la jeune femme fila sous une douche chaude avant d’enfiler un gros pull et une paire de jeans. Elle comptait retourner à la clinique aussi vite, mais dans sa précipitation, la belle avait à peine remarqué les vitres qui avaient explosé et les débris qui encombraient plusieurs pièces. Sachant qu’elle ne pourrait rien faire à part attendre, la belle préféra commencer à déblayer le salon, histoire que sa mère puisse rentrer dans une maison à peu près en ordre. Concentrée à la tâche, elle n’avait pas entendu frapper à la porte, pas plus qu’elle n’avait entendu Dimitri s’annoncer. Ce n’était que lorsqu’elle entendit des bruits provenant de la cuisine, que la jeune femme récupéra le sac poubelle plein de bouts de verres, branchages et autres pour aller voir l’origine de ce mouvement. « Je sais être très discrète. » lâcha-t-elle en esquissant un petit sourire, soulagée de constater qu’il s’agissait de Dimitri. Depuis plusieurs mois, la belle ne savait plus comment agir en sa présence. Son coeur se serrait toujours dès qu’elle croisait son regard, tiraillée entre ses doutes et la tendresse qu’elle avait toujours éprouvé à son égard. Toutefois, la soirée de la veille fut une véritable folie et ne pouvant joindre le russe elle fut malgré tout contente de le voir en un seul morceau. « Oui tout va bien. Elias a accompagné maman à la clinique, ses articulations lui faisaient mal. Mais rien de grave, ne t’inquiète pas. » le rassura-t-elle. « Tu n’as rien? Je n’ai pas réussis à te joindre hier. » s’enquit-elle, bien qu’au premier coup d’oeil, le russe avait l’air d’aller bien. La jeune femme se hissa sur l’îlot central de la cuisine, abandonnant son sac de débris au sol. À chaque fois qu’elle se perdait à l’observer, Sofia ne pouvait s’empêcher de penser à son père, de se refaire le film de ce qui s’était passé sur ce bateau, d’entendre la voix de Dimitri chaque fois qu’elle relisait le rapport sur ‘l’accident’. Pourquoi ne parvenait-elle pas à y croire? Qu’est ce qui clochait? « C’est gentil, mais c’est beaucoup de travail puis tu en as peut être déjà chez toi. » presque sans s’en rendre compte Sofia avait réalisé s’être adressée à lui avec un brin d’agressivité. Son regard se perdit alors dans le vide un instant, puis elle prit une profonde inspiration. « J’étais inquiète, je suis contente que tu ailles bien. » avoua-t-elle sincère.

_________________

sometimes i don't say the thing. i'm terrified. i'm bruise all over. i'm afraid i'll rust with all this sadness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
— they've given you a reason to fight.

Dimitri Oslov

messages : 290
name : lora (isleys).
face + © : jake gyllenhaal — sayaa, tumblr.
multinicks : iyovi, nomi, ronan, letty, catori.
points : 750
age : thirty-eight.
♡ status : pretty fine by himself.
work : bounty hunter — part-time barman at daveys.
home : loft, crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on.

but you don't need to do this alone. Empty
Message· · Sujet: Re: but you don't need to do this alone. but you don't need to do this alone. EmptyLun 17 Déc 2018 - 21:50

D’un mouvement de tête, il prit l’information. Il était soulagé d’apprendre qu’ils n’étaient pas blessés. Les dégâts n’étaient que matériel, et encore, ça aurait pu être pire. « Quelques égratignures, mais j'ai connu pire. » il avait entendu à la radio qu’il y avait eu de nombreuses visites à l’hôpital, dont un cas mortel. « J’étais coincé au Arc Light avec d’autres personnes et mon portable était à plat. Le toit s'est envolé, j’ai jamais autant cru en ma bonne étoile. » il esquissa une nouvelle fois un sourire, pour atténuer la gravité des choses. Il avait pu constater rapidement les dégâts une fois sortie de la bâtisse grâce aux pompiers. Les habitants de Windmont Bay allaient devoir se contenter de leur téléviseur le temps des réparations. Et il ne put s’empêcher de penser aux propriétaires, c’était le genre de coup dur dont on se passerait bien ; mais encore une fois, ça aurait pu être bien pire. Il avait passé son temps à penser à eux, aux Schades. Il n’était pas inquiet quant à leur capacité à s’en sortir dans ce genre de situation, mais c’était plus fort que lui, il les appréciait comme sa propre famille, et tout naturellement, ses inquiétudes s’étaient tournées vers eux. Il leva les yeux, observant silencieusement Sofia. Il passait régulièrement les voir, peut-être un peu moins ces derniers mois pour diverses raisons mais ils restaient sa priorité malgré tout. « Je m’en occuperai. » qu’il répondit, sur un ton qui signifiait que cela ne servirait à rien de l’en dissuader. Il essayait de passer outre le comportement parfois étrange de la jeune femme, ces remarques passive-agressives qu’elle lui lançait de temps à autre. Il n’était pas aveugle, il savait que quelque chose clochait. Il n’était pas idiot aussi, il se doutait parfaitement que la mort de son père y était pour quelque chose mais il ne savait y mettre des mots sur ce qu’elle pouvait penser. Il n’avait pas non plus cherché à poser les bonnes questions, celles qui fâchent, celles qui ne lui permettront pas de revenir en arrière. Dans le fond, il était préférable qu’elle soit ainsi avec lui, mais cette légère distance qui avait commencé à s’installer entre eux le peinait. Si seulement les choses pouvaient être plus simples. Mais la vie n’était pas faite ainsi, et il en avait bien conscience. Ce qui ne l’empêcherait pas de se poser dans le rôle qu’il s’était donné, et même s’il n’appréciait pas s’imposer, leur tourner le dos serait bien plus difficile à supporter. Alors il était prêt à accepter un peu de malaise, de sous-entendus. « Et le boulot ? Comment ça se passe ? » sa curiosité était sincère, au-delà du fait qu’il avait encore du mal à croire que Sofia se soit lancée dans cette voie, il devait admettre qu’elle montrait une fois plus sa une force de caractère et une détermination qui lui rappelait avec tendresse Tobias. Il n’en demanda pas davantage, il essayait avec subtilité de connaitre les véritables motivations qui avaient poussé la demoiselle à se lancer là-dedans. Une fois plus, il se retenait de dire le fond de sa pensée, de peur que la conversation ne s’oriente vers quelque chose qui était préférable d’éviter, de contourner. « J’espère que cette histoire de liste qui a fuité ne va pas compromettre votre enquête. » la liste qui était sur toutes les lèvres depuis plusieurs jours. Ces noms pointés du doigt comme étant les principaux suspects présumés dans l’affaire des disparitions d’enfants. Dimitri savait qu’il y aurait des conséquences possibles à une telle faute, que cela provienne du service de police en lui-même ou de quelqu’un qui aurait volontairement balancé l’info. Sofia se retrouvait mêlée à cette histoire maintenant qu’elle faisait partie du bureau du Shérif, et il espérait qu’elle prendrait assez de recul pour ne pas s’infliger davantage de pression. Il estimait qu’elle était assez grande pour gérer ça toute seule et il savait aussi qu’elle ne manquerait pas de le lui faire remarquer, mais quitte à passer sous silence son envie d’aider du mieux qu’il pouvait, il pouvait se montrer présente, être l’oreille attentive qu’il avait toujours su être.

_________________

the space between our calm and rage ⋅ started growing shorter ⋅ disappearing slowly.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
my heart is fire, my heart is young.

Sofia Schades

messages : 1038
name : olivia (carolcorps)
face + © : laura harrier | @mine — @tumblr/tatbilb
multinicks : alma, inej, etta, noko, reggie, georgie, leslie & maeve.
points : 946
age : twenty two years old.
♡ status : she shouldn't think about him, but she does.
work : WBSO cadet.
home : a manor on harbor row with her ma' and big brother

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off. (jamie, dimitri, jude) - jeremiah

but you don't need to do this alone. Empty
Message· · Sujet: Re: but you don't need to do this alone. but you don't need to do this alone. EmptySam 16 Mar 2019 - 16:54

Malgré elle, depuis le décès de son père et les multiples interrogations qui l’assaillaient, la jeune femme avait mit une distance entre elle et le russe. Comme elle s’était soigneusement éloignée de sa famille qui désapprouvait sa quête insensée pour une vérité qui lui paraissait si évidente. De la même façon qu’elle s’était refermée sur elle-même quelques années en arrière. Rejetant les autres gamins pour lesquels elle n’éprouvait que haine et ressentiment. Toutefois, face à Dimitri, la jeune Schades hésitait, tiraillée entre son affection pour lui et ses doutes.  Cette tempête avait pourtant remit certaines choses en perspectives. Intimement persuadée qu’il était lié d’une façon ou d’une autre à ce qui était arrivé à son père, qu’il en savait d’avantage, elle savait désormais qu’elle ne voulait pas le perdre lui aussi. Quoi qu’il se soit passé sur ce bateau, quoiqu’il ait décidé de dissimuler, la jeune femme commençait à le redouter. Et si Jamie avait raison? Si la vérité était pire que de se bercer d’illusions? Si l’ignorance était, pour une fois, une bénédiction? Ce serait peut être mieux ainsi, mais Sofia n’était pas du genre à abandonner. « Ils t’ont examiné? Où tu t’es enfuis le plus vite possible? » demanda-t-elle, à la fois inquiète le connaissant assez pour savoir qu’il était capable de minimiser la situation, considérant toujours qu’il y avait plus grave ailleurs. Et à la fois amusée en l’imaginant éviter le personnel de santé comme la peste. Pourtant, elle devait admettre que si elle avait su plus tôt où il se trouvait, elle aurait passé plus de temps à s’inquiéter qu’à se montrer utile cette nuit. Rassurée pour sa famille, Sofia n’avait guère beaucoup de proches pour qui elle pouvait s’inquiéter réellement, et après avoir envoyé un message à Letty ou encore Wes, il ne restait plus que Dimitri aux abonnés absents. De quoi la laisser cogiter et imaginer tout et n’importe quoi. « La prochaine fois qu’ils annoncent une tempête, charge ton téléphone et évite le cinéma. Beaucoup trop de dangers potentiels. » Puis ce n’était pas comme si les derniers films sortis passaient à l’Arc Light. Il fallait plusieurs mois voir quelques années avant que cela n’arrive chez eux, entre temps les téléchargements allaient bon train. L’Arc Light ne devait son succès qu’à son aspect vintage et aux projections de vieux films cultes. À défaut d’avoir le dernier Star Wars, les habitants de Windmont Bay ont pu revoir la trilogie initiale. De quoi revisiter ses classiques. « Si tu y tiens. » Il était inutile d’argumenter, il était aussi têtu et déterminé qu’elle, sinon plus lorsqu’il s’agissait de prendre soin de sa famille. À plus forte raison depuis le décès de son père. Ce qui avait le don, à la fois de l’agacer et de la rassurer. Toujours persuadée que son attitude était motivée par une certaine culpabilité. Injuste puisqu’il avait toujours su se montrer présent pour eux. Mais elle-même ne savait plus sur quel pied danser, quoi croire, ou à quelle intuition se fier. « Plutôt bien, je fais encore parti des petits nouveaux. Du coup je ne fais que prendre des dépositions et faire des rondes, rien de bien palpitant pour l’instant. » Bien qu’après la seconde disparition, le bureau avait renforcé les effectifs et par la même occasion, donné l’opportunité aux cadets de prendre plus de responsabilités. Et si la belle n’irait pas s’en plaindre, la situation était trop triste pour la célébrer. « Je suis surprise que tu t’y intéresse. »  fit-elle un brin cynique, se souvenant que trop bien de sa réaction et celle du reste de sa famille en apprenant son nouveau choix de carrière. À croire qu’ils en avaient oublié la mission première d’un officier de police. ‘Protect and serve’ son uniforme n’était une menace que s’ils avait quelque chose à se reprocher après tout. « Non, on craint des débordements et des vendetta personnelles. Ils estiment que puisqu’on piétine, ils feront mieux que nous. Ce qui a le don d’agacer mes supérieurs qui sont déjà bien sur les nerfs. » admit-elle, réalisant par la même occasion que c’était la première fois qu’elle s’était sentie autant à sa place quelque part. « Je ne crois pas t’avoir vraiment demandé comment tu allais, après.. Enfin tu vois? » la belle changea de sujet brusquement, profitant de ce moment de calme. Et si sa question était sincère, ses intentions n’étaient pas entièrement désintéressée. Espérant ainsi desceller le moindre petit indice la laissant croire qu’elle n’était pas folle après tout. Ou peut être aurait-elle face à elle, un ami triste qui avait déjà trop perdu. Sofia ignorait encore ce qu'elle souhaitait réellement voir ou découvrir.

_________________

sometimes i don't say the thing. i'm terrified. i'm bruise all over. i'm afraid i'll rust with all this sadness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




but you don't need to do this alone. Empty
Message· · Sujet: Re: but you don't need to do this alone. but you don't need to do this alone. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
but you don't need to do this alone.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: vagabond :: butterfly effect :: season 1-
Sauter vers: