AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I go around a time or two just to waste my time with you - ft VB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: I go around a time or two just to waste my time with you - ft VB Mar 13 Oct 2009 - 2:03

&

Blue Lagoon - 23h15


    Cela faisait maintenant quelques jours qu'Eytan ne se sentait plus dans son assiette. Ici à Ocean Grove, on le connaissait bosseur -limite acharné-, sans problèmes et toujours prêt à rendre service; le coeur sur la main, mais depuis 3 jours, son moral baissait petit à petit. Une sorte de rechute dont il connaissait parfaitement les causes et qu'il essayait de refouler en allant chercher une petite boîte le plus souvent rangée derrière le miroir de sa salle de bain. C'était une boîte de bonbons remplie de petites pillules blanches; des pillules blanches qu'il engloutissait par deux voire trois quand il sentait qu'il en avait besoin. Et depuis lundi, il en avait presque avalé le tiers. Il avait même appellé le Four Season, où on lui avait donné l'occasion de travailler en tant que commis de cuisine, pour les prévenir qu'il ne se sentait pas en forme olympique. Naturellement, au son de sa voix blafarde, on lui avait donné des jours de congés et souhaité un prompt rétablissement... Il avait conscience de la chance qu'il avait d'avoir quelques jours de libre, mais étant d'un naturel bosseur, il était rare qu'il prenne généralement des journées de libres; si bien que, lorsqu'il les demandait, ses supérieurs ne les lui refusaient jamais. Un bon point pour lui!
    Aujourd'hui donc -et ce depuis 48h-, il était chez lui, refusait de fermer l'oeil la nuit et passait ses soirées à regarder des DVD sur son écran géant, tout et n'importe quoi pour garder son esprit occupé. Lorsqu'il se rendit compte qu'il n'avait plus de films à regarder et que les séries qui passaient sur le câble étaient des rediffusions qu'il avait déjà vu maintes et maintes fois, le jeune homme soupira de dépit. Il éteignit la télé et se releva, faisant craquer ses genoux par la même occasion.Un léger regard morne à sa montre... Vue l'heure qu'il était, il ne voyait qu'un seul endroit où aller pour s'aérer un peu la tête... Il est vrai qu'il habitait à Miami maintenant, et que par conséquent, même à une heure si tardive, il y avait mille endroits où aller échouer, mais le jeune homme avait ses petites habitudes. Il aimait allé traîner au Blue Lagoon, l'un des bars les plus huppés de la ville et qui, de part sa popularité, attirait énormément le jeune homme. Lorsqu'il y allait, son cerveau était tellement sollicité à droite et à gauche qu'il en oubliait totalement comment penser et ne se tracassait plus de ses petits problèmes; les litres d'alcool qu'il buvaient lui facilitant énormément la tâche, il fallait l'avouer...
    Il monta donc à l'étage de sa jolie maison, grimpant les marches boisées deux à deux, un nouvel élan ravivant légèrement son coeur triste. Il se faufila dans sa chambre, enlevant son T-shirt qu'il laissa traîner sur le sol et enfila une chemise plus habillée pour sortir. Eytan était un garçon qui, depuis quelques années, aimait faire attention à comment il s'habillait, peut-être le fait d'habiter dans un quartier tel qu'Ocean Grove y jouait pour beaucoup; il fallait dire que ses voisins étaient tous plus classes les uns que les autres, si bien qu'il s'était sentit obligé, il y a de ça quelques années, de faire des efforts sur ses tenues parfois ... peu recherchées. Ce soir, il avait opté pour une chemise bleue à manche longues. Il les retroussa et épousseta son jean d'un revers de main. Après être passé dans la salle de bain et s'être recoiffé, il redescendit les marches pour sortir de la maison, ne prenant même pas la peine de laisser un quelconque mot à son coloctaire. Qui sait, peut-être que ca serait lui qui le ramènerait sur le chemin du retour, à bord de son taxi légendaire!
    Un peu de marche et un long trajet en bus plus tard, le jeune homme se retrouva dans la rue du Blue Lagoon, il sortit son porte-feuille de sa poche arrière et s'approcha d'un distributeur de billets, auquel il retira suffisamment d'argent pour passer une bonne soirée. Lorsqu'il eu récupérer sa carte, il la rangea à son endroit et reglissa son porte-feuille dans sa poche, se dirigeant d'un pas nonchalant vers l'entrée du bar. A l'entré,e on ne lui demanda pas sa carte d'identité; après tout, il avait maintenant 24 ans et son visage devait être radicalement passé d'un visage rondelé enfantin à celui d'un jeune homme, les traits plus marqués et plus secs... Il hocha imperceptiblement la tête lorsqu'il passa à la hauteur du vigile et s'engouffra dans le pub. S'il venait ici, c'était également inconsciemment parce qu'il savait qu'il y trouverait la personne avec qui il avait envie de passer la soirée ce soir... Victoria Blythe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I go around a time or two just to waste my time with you - ft VB Sam 17 Oct 2009 - 16:55


Voilà que Victoria devenait une grande habituée du Blue Lagoon Bar. Autant que le Parkwest. Mais non en tant que serveuse, comme elle l’avait pu l’être pendant un an, mais en tant que consommatrice. Et une consommatrice de luxe puisque la demoiselle restait souvent jusqu’à la fermeture. Elle était certainement dans un passage appelé à vide. Le genre de moment où l’on fait le bilan de sa vie. Et aussi le genre de moment où on se rend compte que tout n’est que tracas, problèmes et soucis, avec en prime des erreurs et des fautes. Il y a toujours des instants que la vie offre pour faire le point dessus et voir où les choses ont commencé à aller mal. Pour Victoria, la réponse était toute trouvée : tout avait mal commencé par le départ de Neal. Mais cela, voilà longtemps que ce point était connu. C’était évident qu’il y avait eut d’autres choses bien foireuses pour être dans un état pareil. Le retour de cette même personne est alors une goutte de plus dans le vase déjà bien rempli par la disparition de son père puis de son grand-père. Autant de circonstances qui ont fait qu’en ce 13 octobre, la jeune blonde se trouvait à une table des plus reculés, le regard vert perdu dans ses pensées fixé droit devant elle, comme à la recherche d’un gouffre auquel elle pourrait s’engouffrer et tenter de tout oublier. Pour l’instant, la seule solution qu’elle semblait voir se présenter face à ses yeux, c’était ce verre qu’elle tenait d’une main, posée sur la table et qui attendait patiemment d’être bu. Certes, elle n’avait pas l’âge. Mais elle ne s’appelait pas Victoria Blythe pour rien. D’humeur guère appréciable depuis un moment, la jeune fille avait menacé de jouer de ses contacts pour faire couler à pique le si respectable bar. Une réflexion et elle tiendrait parole. Cela n’était guère dans ses habitudes de jouer de l’influence de sa famille. Mais une fois n’est pas coutume, la jeune Blythe devenait une sorte de petite peste prétentieuse et capricieuse, qui se fourrait derrière des barrières sûres dès que la moindre occasion se présentait. Victoria leva son verre pour le porter jusqu’à ses lèvres de façon lasse, comme un automatisme pour lui rappeler le présent dans lequel elle vivait. Voilà un mois et demi que le gala était passé, tout comme la fin de son coma. Le gala, ce fichu gala qui a foutu sa famille dans de beaux draps. A croire que cette année n’était pas la leur. Et, autant le dire, les médias ne les avaient pas épargnés. Le matin même, encore à la radio, la jeune blonde entendait parler de ce gala. Elle donnerait tout ce qu’elle avait pour ne plus en entendre parler. Ou revenir en arrière pour corriger certaines erreurs. Le souci était que Victoria ne voyait pas où ses frères et elle-même avaient pu se tromper. Tous avaient été calculé pour cette soirée soit aussi meilleure que quand l’organisateur était leur grand-père. En voilà un qui doit se retourner dans sa tombe. Et leur père ? Que dirait leur père s’il voyait les choses ? S’il voyait sa fille dans cet état là ? Cette pensée ne fit que rajouter de l’amertume dans le verre de cette dernière. Penser à son père à ce moment précis n’était peut-être pas la meilleure chose à faire. Elle risquerait d’avoir malencontreusement un nouvel accident de voiture, qui ne la louperait pas, cette fois-ci. Des pensées aussi lugubres revenaient exactement comme il y a sept ans. Seulement, là, son père était partit pour toujours et elle n’avait plus personne vers qui elle pouvait se tourner. Elle n’avait pas le côté paternel rassurant, aimant et complice qui caractérisait tant leur relation père/fille. Il avait été le seul homme de sa vie qu’il ne l’eut jamais déçu, à qui elle a toujours voué une admiration et qui l’a toujours encouragé dans ses choix, ses envies et ses ambitions. Mais Douglas Blythe était partit tôt, bien trop tôt aux yeux de sa fille. Si cette dernière avait vu en cette mort, une des douleurs les plus meurtrières de son existence, les soucis posés par la perte de son grand-père étaient tout autre. Victoria n’avait jamais été proche de lui, de toute manière. Que voulez-vous que cela lui fasse ? De ce côté-là, c’était plutôt les conséquences sur la fratrie elle-même qui étaient alarmantes. Notamment la découverte des pilules dans la chambre de son frère, dont elle n’avait pas oublié l’existence contrairement à ce qu’il pouvait peut-être supposer. La position la plus délicate se trouvait être celle de Maât. Victoria s’inquiétait énormément pour lui, même si elle ne le montrait pas forcément. Mais quand bien même tous ses problèmes furent résumés, la jeune blonde ne trouvait rien à répondre ou à résoudre. Son esprit était certainement bien trop embrumé pour pouvoir penser à tout régler dans la plus sobre idée. Levant la tête vers l’entrée, où une ombre venait d’apparaitre, un léger sourire – le premier de la soirée – flâna sur ses lèvres. Préférant tout de même la discrétion, Victoria se leva en s’appuyant sur la table et se dirigea mollement vers le comptoir, où Eytan prenait sa première commande – et certainement pas sa dernière.

VICTORIA : A un quart d'heure près et j’ai cru que tu ne viendrais pas. elle tourna et posa son dos contre le rebord du comptoir, les coudes sur le bois qu’elle nettoyait encore il y a quelques mois. La table du fond, là-bas, te convient, j’espère ? Parce que je ne compte pas changer.

Sa voix était enjoliveur, tout comme son sourire qui s’agrandissait au fur et à mesure. Ce qui était passablement remarquable, chez elle, c’était certainement l’effet que lui donnait l’alcool. Ses paroles pouvaient être provocantes ou totalement à la ramasse, elle n’en gardait pas moins un visage de poupée encadré par des cheveux blonds qui ne résumaient à rien. Victoria Blythe ne manquait pas de charme, et encore moins sous l’effet enivrant de l’alcool. Et le pire, c’était qu’elle le savait forcément et qu’elle en jouait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I go around a time or two just to waste my time with you - ft VB Jeu 29 Oct 2009 - 16:27

    Il posa un coude sur le comptoir légèrement collant du bar et se pencha vers le barman pour passer sa commande. Commande toute simple et qu'il avait l'habitude de passer à chaque fois qu'il venait "une bière bien fraîche s'il te plaît". Bien que fin gourmet, Eytan n'en oubliait pas les classiques et trouvait que parfois une pint de bière valait bien mieux qu'un verre de vodka russe ou d'un grand whisky écossais. En plus de ça, le jeune homme ne faisait pas vraiment partie de la haute société, il vivait des revenus que lui apportait son travail en tant que commis et des quelques cours de musique qu'il donnait, en tout et pour tout, il avait juste de quoi vivre, et encore, heureusement pour lui qu'il partageait sa maison avec Ned Westwood, sinon il n'aurait pratiquement plus rien pour vivre après en avoir payé le loyer exhorbitant; en plus de ça fallait-il ajouter qu'il ne recevait pas d'argent de papa et maman et qu'il n'avait hérité de rien du tout à la mort de son grand-père adoptif (pas étonnant si vous voulez son avis)? Pas forcément non; alors le voir siroter un verre de Jack Daniels aurait été totalement incompatible avec son personnage et même plutôt risible pour être honnête. Lui-même en aurait rit s'il s'était vu serré dans un costume Ralph Lauren hors de prix avec une chevalière au petit doigt et un verre en main. Non, ca n'était vraiment pas lui, il était plus du genre bière et décontraction. Après avoir payé son verre et attrappé sa pint, le grand blond se retourna pour faire face à la pièce et espérer localiser son amie parmis la foule compacte qui était présente ici ce soir. Il avait déjà porté son verre à ses lèvres quand la jolie blonde en question arriva à sa hauteur. Il leva les sourcils, légèrement surprit qu'elle soit déjà à ses côtés et avala sa gorgée avant de reposer son verre, écoutant la voix douce de son interlocutrice s'adresser à lui. Apparemment il arrivait juste à l'heure, à 15 minutes près, il aurait pû rater la jeune fille et se serait donc ennuyer à mourir dans ce bar surpeuplé qu'il fréquentait pourtant avec assiduité. Il émit un petit rire amusé lorsque, comme à son habitude, elle lui demanda son avis mais lui fit savoir qu'elle n'irait pas changer le sien pour autant, il avait à faire à une vraie petite chef. Il remarqua son ton canaille et comprit qu'elle était arrivée il y a bien longtemps et qu'elle avait donc eu le temps de prendre de l'avance sur la boisson. Son regard se posa sur la table reculée que Victoria lui montra et il hocha la tête:

    EYTAN : Ca me va très bien, tu sais bien que je suis pas du genre à chipotter. répondit-il en souriant légèrement. Depuis combien de temps es-tu là? Tu aurais dû m'appeller, je serai venu plus tôt si j'avais su.

    Alors qu'il parlait, il ne put s'empêcher de détailler avec intérêt la jeune fille. Quel garçon ne l'aurait pas fait, Victoria était une jeune fille absolument splendide! Elle avait un corps splendide, des cheveux qui sentaient toujours bon le shampoing, un sourire étincellant, des yeux envoûtant et un visage angélique, presque comme rassurant et c'est une des raisons pour lesquelles le jeune homme aimait tant sa compagnie; avec elle, il avait l'impression d'avoir à faire à un ange, un ange à qui il pouvait confier tous ses moindres secrets (enfin, presque) et ses doutes. Il avait l'impression qu'elle pouvait tout lui pardonner et que par conséquent, sa vie n'était pas aussi terrible qu'il le pensait. Mais malgré tout, Eytan savait que la jeune Blythe n'était pas un ange en tout point et que ses grands yeux verts et pétillants pouvaient cacher bien des tourments; il suffisait de regarder pour voir que, même ce soir (et malgré les verres qu'elle devait certainement avoir enfilé) son esprit était torturé par des pensées encore secrètes; "les yeux sont le miroir de l'âme", c'est ce que dit le dicton, et bien ce soir encore il prouvait au jeune homme combien il était vrai. Malgré son air enjoliveur et son petit sourire taquin, Eytan savait qu'elle était ici pour une raison plus obscure.
    Passant une de ses mains dans le dos de la jeune fille, il la pria de passer devant pour ouvrir le chemin, la suivant de près pour ne pas la perdre de vue. Dans la foule, il croisa le regard de plusieurs personne, reconnaissant certaines d'entre elles et ignorant d'autres:

    EYTAN : Dis-moi, t'es sûre que t'as le droit de boire ça? demanda t-il d'un air innocent en donnant un petit coup de menton vers le verre à moitié entamé qui traînait sur la table. Il me semble que tu es un peu jeune non?

    Il émit un petit rire, sachant très bien que, même si elle était encore mineure aux yeux de la loi, la jolie blonde avait droit à des privilèges que la majorité des autres adolescents américains n'avaient pas droit, et boire de l'alcool dans un pub en faisait partie. Il se laissa tomber sur le siège rembourré du club et déposa son verre sur la table, secouant sa main dans les airs pour en enlever les quelques gouttes d'eau fraîche qui s'y étaient condensées:

    EYTAN : Alors, comment vas-tu?

    Il posait cette question d'apparence anodine pour une bonne raison. Depuis la fête organisée par sa famille (fête qui d'ailleurs avait viré au cauchemar à en croire les informations), il n'avait pas revu la jeune fille et n'avait donc pas pû s'assurer qu'elle allait bien. Et étant plutôt du genre "grand frère protecteur" il voulait savoir comment elle avait vécu la chose; elle savait qu'elle pouvait lui parler, c'était à ça que servaient leurs petites retrouvailles, ils se parlaient ouvertement, comme s'ils étaient en rendez-vous avec un psy; à la seule différence que la séance ne coûtait pas $500 et que c'était plus simple de parler à quelqu'un que l'on connaît qu'à un total étranger. Il fixa donc les yeux clairs de la jeune fille la laisser s'installer confortablement avant de répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I go around a time or two just to waste my time with you - ft VB Dim 8 Nov 2009 - 14:57


Victoria eut un sourire. Elle aimait bien Eytan. Elle pouvait lui raconter tout plein de choses sans être juger. Et il était un des rares qui s’amusaient plutôt qu’autre chose de voir la jeune fille en état un peu second sous l’effet de l’alcool. Et rien que pour cela, il méritait son respect le plus total. Ils se connaissaient depuis juste quelques semaines et pourtant, une sorte de rituel s’était installée entre eux. Ils étaient devenus complices en un rien de temps, comme si le fait de se retrouver dans un bar facilitait les rencontres et les liens. Et ce fut aussi pour cela que la jeune fille préférait se rendre plus souvent au Blue Lagoon Bar qu’au Parkwest. Le Blue Lagoon s’était légèrement plus convivial que la boite de nuit de Miami. Et puis, depuis son accident suite à un saut au Parkwest, elle évitait très légèrement d’y mettre les pieds. On ne sait jamais ce qu’on pourrait faire. Au moins, au Blue Lagoon, Victoria savait qu’elle avait une raison d’attendre et qu’elle ne resterait pas indéfiniment seule. Eytan était un type assez remarquable, quand même. Elle savait pas pourquoi mais elle ne le considérait pas comme un ami comme les autres. Peut-être est-ce parce que leur relation s’est faite rapidement et dans des conditions quelque peu spéciales. Ca devait être ça, effectivement. Mais la jeune Blythe se sentait au moins en sécurité avec lui. Elle avait dans la tête que jamais il ne la jugera, que ce soit par son comportement ou ses paroles. Elle était persuadée qu’elle pouvait lui faire confiance, même si elle se doutait bien qu’il n’était pas un symbole de pureté. Elle restait Victoria Blythe, la petite fouineuse à ambition du quartier. Chaque personne cachait ses défauts et ses faiblesses. Et la jeune blonde y faisait partit, malgré elle. Même si elle, elle ne faisait pas grand-chose pour se montrer agréable. Tout le quartier savait qu’elle était ironique, froide et sarcastique. Elle possédait un certain répondant, notamment dût au fait qu’elle savait toujours où attaquer et qu’elle avait toujours les armes nécessaire pour foncer tête baissée. Sa grande force était certainement celle ne pas trop se soucier du regard des autres. Elle était la mieux placée pour savoir qu’elle ne devait pas se fier à ses paroles injustifiées qu’étaient les commérages – même si avoir des commères pouvait se montrer assez intéressant par moment. Elle avait un moral qui ne se laissait pas avoir par les réflexions et remarques. Depuis le début de son adolescence, elle avait déjà dût y faire face. Elle s’était déjà confrontée à des paroles méchantes et totalement perverses durant sa scolarité. Donc les paroles du quartier n’avaient aucun impact sur sa volonté de fer, et encore moins sur son moral déjà bien amoché. Victoria eut un léger sourire alors que le jeune homme venait de prendre la parole.

EYTAN : Ça me va très bien, tu sais bien que je suis pas du genre à chipoter. Depuis combien de temps es-tu là? Tu aurais dû m'appeler, je serai venu plus tôt si j'avais su.
VICTORIA : Je crois que j’ai perdu la notion du temps. roula des yeux devant sa propre idiotie. Appeler ? Oui, c’est vrai que ça aurait été une bonne idée pour me faire passer une groupie qui a besoin de son compagnon préféré.

La jeune Blythe eut son sourire qui s’agrandit. Il est vrai que ça aurait été mal vu d’appeler, pour ce coup-ci. Dans le fond, c’était assez intéressant d’être aux aguets à chaque fois que la porte s’ouvrait. Et puis, si elle avait appelé, elle n’aurait pas été aussi ravie qu’en ce moment même de le voir. Eytan était vu comme son sauveteur de la soirée, celui qui allait lui redonner un minimum de moral et de sourire, tout en partageant de bons verres. Victoria avait conscience qu’elle était venue bien plus tôt que d’habitude, de toute façon. D’où sa démarche légèrement chancelante alors que le jeune homme la soutenait faiblement par la pression de sa main sur son dos. La jeune Blythe ne fit pas attention aux personnes présentes, même si elle crut voir des mains saluées brièvement. De toute façon, elle s’en fichait bien de ces personnes. Celui qu’elle attendait était arrivé et c’était comme s’il n’y avait plus rien autour d’elle. C’était peut-être un peu égoïste de penser ça mais c’était pourtant véridique. Ne pouvait-on la blâmer de se foutre totalement d’un environnement qui s’en foutait aussi d’elle ? Non. Victoria se laissa tomber à son siège alors qu’ils arrivaient à destination.

EYTAN : -moi, t'es sûre que t'as le droit de boire ça ? Il me semble que tu es un peu jeune non ? Victoria leva les yeux au ciel, avant de mettre le doigt devant sa bouche.
VICTORIA : Chuuut. T’imagines même pas à tout dont j’ai accès.

Son ton était malicieux et son sourire reprit place sur ses lèvres, tout en observant Eytan s’installer à ses côtés. Leur table se trouvait assez éloigné pour avoir une vision plutôt globale de la salle et ne pas être dérangé par de prompts visiteurs. C’était l’avantage de venir tôt. Ayant travaillée ici pendant un an, la jeune Blythe connaissait les horaires de pointe et de vide par cœur. Le Blue Lagoon Bar n’avait quasiment aucun secret pour elle. Elle prit son verre, dont le liquide lui était effectivement interdit. Mais ne faisait-elle pas vingt-et-un ans, de toute façon ? Mais ce n’était pas un problème d’âge, de toute manière. Elle connaissait assez le patron pour savoir qu’il tenait bien trop à son bar et à sa popularité pour laisser une adolescente de dix-huit ans lui ruiner toutes ses années de travail acharné pour réussir à se faire un nom. D’humeur mauvaise, Victoria n’aurait aucun scrupule si les serveurs et barmans ne répondaient pas à ses attentes. Non seulement le patron serait ruiné mais en plus, tous ses employés se retrouvaient au chômage. Voilà qui serait furieusement gênant. Et puis, quand on s’appelait Blythe, il était clair qu’on possédait des privilèges que la plupart des habitants pouvaient ignorer. La jeune fille trempa ses lèvres dans la boisson alors que le jeune homme lui posait la question fatidique.

EYTAN : Alors, comment vas-tu ? la jeune blonde resta un moment en suspension, verre près de la bouche, l’air de méditer sur la réponse. puis, elle haussa des épaules.
VICTORIA : On va dire que j’ai connu des jours meilleurs. Mais que je suis pas forcément non plus à blâmer. elle but une gorgée de son verre avant de reprendre la parole. Et toi donc ? J’imagine que tu dois bien t’ennuyer la journée, sans moi. sa voix était de nouveau taquine et elle entrouvrit une nouvelle fois les lèvres pour ingurgiter du liquide. Qu’est-ce qu’elle adorait embêter Eytan.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: I go around a time or two just to waste my time with you - ft VB

Revenir en haut Aller en bas
 

I go around a time or two just to waste my time with you - ft VB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: The Blue Lagoon Bar-