AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ▬ Are you this girl or other that you hide?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: ▬ Are you this girl or other that you hide? Mar 27 Oct 2009 - 17:02





    (c)meganlovesjared & kasiunia0504




She's beautiful; She's sexy; She's a bitch - But she's FRAGILE




Jack Wagner et Mileady venaient tout les deux de mourir presque au même instant sans savoir que leur destin s'était lié par cet acte. En moins de dix minutes, les rues si paisibles d'Ocean grove s'étaient remplis de gens à l'affût de la moindre information concernant ces deux morts. Goldie, elle, était restée plantée derrière sa fenêtre, observant toute cette frénésie, les deux ambulances qui emmenaient les deux corps et les journalistes qui arrivaient. Depuis qu'elle vivait ici, la jeune Stewart n'avait jamais connu autant de malheur, de désarrois et de tromperies enfermés dans un si petit périmètre. Elle laissa retomber son rideau et s'avança vers sa cuisine. Elle ne connaissait pas Mileady et ne l'avait que rarement croisé dans les rues d'Ocean Grove; Par contre, elle connaissait très bien Jack Wagner. Elle le connaissait plus précisément depuis sa plus tendre enfance. Son père était un ami de Jack et elle avait eu très souvent l'occasion de le rencontrer. A l'époque, il était adorable avec, elle l'appelait d'ailleurs, tonton Jack, mais depuis qu'elle avait emménagé ici, leurs rapports s'étaient considérablement dégradés. Jack lui faisait du chantage, il avait découvert l'un de ses plus sombres secrets et n'avait eu aucune pitié de se jouer de la jeune Stewart. Mais pour autant, sa mort l'attristait vraiment. La dernière fois qu'elle l'avait vu, c'était lors de la prise d'otage et elle se souviendrait toute sa vie du regard de celui-ci; Elle y avait vu passer une telle folie qu'elle ne pensait pas qu'elle pouvait exister chez lui, peu importe qu'il ait été un homme méchant, manipulateur et orgueilleux. Cette folie l'avait aidé à appuyer sur la gâchette et d'abattre sa femme alors que tout le monde était en danger de mort, lui y compris. Elle ne saurait jamais qu'elle terrible secret les Wagner cachait, mais il devait être vraiment horrible. Jack Wagner emportait l'un des secrets de Goldie avec lui dans sa tombe et un sentiment de soulagement se mêlait à sa tristesse. Elle sortit de l'un de ses placards une vielle bouteille de Scotch, en versa un fond dans un verre et leva sa main comme pour porter un toast.


    - " Tu me manqueras Jack Wagner. "



Elle vida son verre d'une traite; Elle détestait le Scotch, mais lui, adorait ça. Il n'était que 21h00, mais Goldie monta se coucher, déployant sur elle sa couverture comme pour se cacher des malheurs qui touchent Ocean grove.
C'était samedi, elle s'était levée tôt, et elle s'était rendue à l'agence de mannequin pour laquelle elle travaillait. Elle avait déjeuné en compagnie de Cassandre et elle avait tout son après-midi de libre. Quand autrefois elle aurait pris cette occasion pour s'adonner au shopping, depuis plus d'un mois, ses occupations avaient changé. Dès qu'elle le pouvait, Goldie prenait la direction du Riviera Country Club et c'est ce qu'elle fit de nouveau. Elle avait pris l'habitude de toujours garder sa tenue de tennis, sa raquette et des balles dans son coffre, l'idée de se rendre sur le court pouvait arriver à tout moment. Dès qu'elle s'était installée à Ocean Grove, elle avait pris son abonnement au club. On y trouvait tout ce que l'on voulait pour se détendre et au lieu du spa, qu'elle fréquentait habituellement, Goldie traînait sur l'un des courts de tennis. Elle choisissait toujours celui qui était le plus éloigné et elle le réservait pour toute l'après-midi. Une fois qu'elle avait enfilé sa petite jupe blanche, son polo blanc et ses tennis assortie, elle attrapait sa raquette et se contentait de sourire aux personnes présentes qui s'approchaient d'elle pour un brin de discutions. Lorsqu'elle arriva sur son court habituel, elle ferma cette maudite porte qui grinçait et ouvrit sa boîte de balles. La première fois qu'elle avait demandé à la réception de lui réserver le court pour elle seule tout l'après-midi, on lui avait répondu qu'elle aurait besoin d'un adversaire pour jouer; Elle avait rétorqué que Goldie Stewart n'avait besoin de personne. Ses balles étaient roses, tout le monde l'avait remarqué, mais personne n'avait osé faire la réflexion du genre - Les balles jaunes ne sont pas assez biens pour elles? - Ou du moins, personne ne l'avait fait devant elle. Et c'était partie pour des heures ou elle taperait des ces balles de toutes ses forces, elle irait les chercher et elle recommencerait jusqu'à que toute la rage qu'elle accumule en elle s'estompe. Depuis la prise d'otage, Goldie était obsédée par une seule chose, se venger et savoir pourquoi ces salauds étaient venus sur ce bateau. Elle avait beau retourner la situation dans tous les sens, elle ne comprenait pas pourquoi des gens cagoulés prendraient le risque de finir leur vie derrière les barreaux pour quelques bijoux et un peu d'argent. C'est vrai, ils savaient qu'ils se feraient attraper, le paquebot quittait le port et on allait se rendre compte de leur disparition, alors pourquoi? Qu'elle était la raison pour laquelle elle avait été ruée de coups devant tout le monde, la raison pour laquelle elle avait eu deux côtes cassées et des hématomes multiples. Tout ceci la hantait et la seule façon qu'elle avait trouvé d'extirper sa rage hors d'elle était de taper dans ces balles de toutes ses forces et de crier, et de pleurer sans que personne ne la voit. Elle avait passé ses jours de convalescence ici, au début, elle ne jouait pas, elle ne pouvait pas lever son bras assez haut et de faire des mouvement brusques; Ce terrain était devenu son refuge, elle pouvait se laisser aller à toutes les émotions qu'elle voulait sans être épiée. D'ailleurs, en soulevant son haut, elle pouvait encore voir la trace d'un énorme hématome sur son ventre. Personne ne s'était jamais demandé où elle disparaissait, ni pourquoi, tout le monde avaient dans l'idée que Goldie Stewart s'était forcement remise de ce choc émotionnel, et peut-être même, que cet incident ne l'aurait même pas touché. Ils avaient tous tort, mais Goldie ne voyait pas l'intérêt de le leur dire. Elle frappait dans sa dernière balles quand cette fichue porte se mit à grincer de nouveau. Elle n'avait jamais été dérangée et elle a toujours stipulé à la réception que personne ne devait entrer sur ce court, qu'elle n'avait besoin de rien ni de personne. Cette règle n'avait jamais été déroger, mis à part tout de suite.


    - " J'ai demandé à ce que personne n'approche ce court, je l'ai réservé pour tout l'après-midi alors... " Goldie criait et ne s'était même pas retournée pour voir sur qui elle criait, mais quand elle se tourna au milieu de sa phrase, elle la stoppa net. " Rhys? " Goldie avait retrouvé un ton calme et la colère avait laissé place à la stupeur. " Comment va ton amie Isobel, elle s'est bien remise j'espère; Je n'ai pas eu le courage de lui rendre visite et de m'excuser de ce qui s'est passé. "



De tout ce quelle aurait pu dire, il a fallu qu'elle lui avoue un truc qu'elle n'avait dit à personne et auquel elle s'empêchait même de penser. Elle était persuadée que ce qui était arrivé à Isobel Reynolds était sa faute. Les évènements qui avaient suivi la blessure de la jeune femme ne la faisait pas culpabiliser, mais la jeune Stewart était persuadée que si on avait tiré sur Isobel, c'était sa faute. Elle n'en n'avait jamais parlé, à qui que ce soit, et elle se serait giflé de l'avoir dit à haute voix à Rhys, mais apparemment, elle avait besoin d'en parler maintenant. Ses yeux s'emplirent de larmes; Elle fit volte face, voulant aller récupérer des balles un peu plus loin, mais Rhys la retint par le bras. Elle détestait être vulnérable et elle détestait encore plus que quelqu'un d'autre la voit comme vulnérable, fragile. Elle adorait l'image de la fille fatale, sans émotions, sans scrupules, imbue d'elle-même, manipulatrice et arrogante qu'elle donnait aux autres; Et elle aurait préféré que Rhys garde cette image d'elle.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ▬ Are you this girl or other that you hide? Sam 7 Nov 2009 - 14:31


Le traumatisme de la prise d’otage sur le paquebot des Blythe était encore très présent à Ocean Grove et l’esprit de Rhys comptait probablement parmi les plus préoccupés, bien qu’il ne fût personnellement pas attaqué durant cette fameuse nuit. Pas une journée ne passait sans que le jeune homme ne ressente une vague lancinante de culpabilité l’engloutir. Il se sentait tellement responsable de tout ce qui s’était produit qu’il ne pensait pas réussir un jour à totalement se le pardonner. Il n’était pourtant pas le principal fautif mais cela, il n’en savait rien. Pour lui, c’était le nom de « Blythe » qui avait constitué la motivation des criminels et naturellement, il se blâmait pour avoir causé autant de dégâts à des êtres qui étaient, avant tout, ses voisins. Presque inconsciemment, convaincu que c’était leur mode de vie princier qui avait réveillé la haine des priseurs d’otage, Rhys s’était considérablement calmé, presque durcit dans une sorte d’auto-châtiment. Il avait cessé ses blagues douteuses à l’encontre de son voisinage, buvait beaucoup moins et passait à présent le plus clair de son temps soit à la fac, soit sur un terrain de sport pour s’exercer lorsqu’il n’était pas tout bonnement assis sur les bancs réconfortants de l’église d’Ocean Grove. Il tentait sans doute de se convaincre qu’il n’était pas qu’un opportuniste, voulant se prouver et prouver aux autres qu’il pouvait tout à fait être productif et utile. C’était sans doute bien naïf, mais il s’agissait du seul moyen qu’il avait trouvé pour ne pas continuer à se haïr comme il l’avait fait en voyant leurs convives se faire tabasser ou tirer dessus.
Cette journée de fin de semaine, en temps normal, aurait du être consacrée à un tour en ville, à une flânerie en tout genre avant de finir dans un bar au milieu de potes déjà bourrés mais Rhys avait d’autres projets en tête, découlant directement de son désir de se montrer sous un meilleur jour. Bosser : voilà ce qui le ferait tenir une journée de plus. Etudiant en sport, l’activité physique lui plaisait particulièrement mais la façon dont il repoussait sans cesse ses limites commençait à l’éreinter. Pourtant, hors de question de s’en plaindre : il en éprouvait même une certaine satisfaction, presque masochiste. Il méritait cet épuisement. De plus, cela lui permettait de garder son esprit concentré sur une seule chose et l’empêcher ainsi de divaguer vers les sujets bien trop douloureux concernant le gala annuel des Blythe. Ainsi, après avoir avalé un déjeuner à Apple Road, Rhys se rendit au Riviera Country Club au volant de sa Land Rover, seul. Il avait confié Glutton, son fidèle chien à ses voisins d’en face parce qu’il savait combien la présence de son animal de compagnie risquerait de le détourner du sérieux dont il devait faire preuve pendant son activité sportive. Lorsqu’il arriva à l’accueil du Club, Rhys portait sur son épaule gauche son sac à dos tandis qu’au bout de sa main droite se tenait une raquette de tennis rangée dans son étui. Aucun sport – terrestre ou marin – n’était épargné : il avait dans l’idée d’exceller dans autant de sports qu’il lui était possible, quitte à ce que sa blessure ancienne au genou ne revienne le déranger. Une chance cependant que Rhys fut familier du tennis : habitué à y jouer depuis tout petit contre Maât tandis que leur père les coachait. L’étudiant demanda alors à la responsable de l’accueil une salle pour qu’il puisse s’exercer et cette dernière lui indiqua la porte numéro 52. Malheureusement, Rhys déjà impatient, secoua la tête en croyant avoir entendu le « numéro 62 ». D’un pas vif, il gagna donc les vestiaires principaux et déposa ses affaires avant de se changer et de nouer ses lacets avec ferveur. Il était plus que motivé, presque fiévreux. Attrapant sa raquette, il finit par sortir des vestiaires, vêtu d’un débardeur large, d’un short arrivant aux genoux et se dirigea vers la porte 62. Et dès qu’il ouvrit la porte, il comprit qu’il venait de faire erreur. Des balles étaient déjà en service dans cette salle et il ne tarda pas à se rendre compte du malentendu mais c’était trop tard. Rhys reconnut la chevelure bouclée et lumineuse de Goldie Stewart avant même d’avoir à entendre sa voix lui hurler dessus. La rencontrer ici lui fit plaisir mais cela retomba bien assez vite lorsque la jeune femme l’engueula. Bouchée bée, il resta pourtant sur le seuil de la porte et fixa Goldie, intrigué. Que lui prenait-il ? Il la savait intransigeante mais pas à ce point … Quand elle finit par se calmer considérablement en réalisant qu’il s’agissait de lui, Rhys fit un pas à l’intérieur de la pièce mais ne pouvait s’empêcher de sentir que quelque chose clochait. Ce n’était pas normal et il n’aurait sut définir exactement pourquoi. Il l’écouta évoquer l’état d’Isobel et il ne put s’empêcher de ressentir un accablement sur ses épaules. Le sujet d’Izzie blessée par sa faute était encore très dur pour lui à supporter et il préféra ne pas lui accorder de réponse dans l’immédiat. Cependant, et même s’il lui était reconnaissant de se soucier de son amie, Rhys ne détachait pas son regard de Goldie, le sentiment que quelque chose n’allait pas chez elle grandissant d’instant en instant. Doucement, il se glissa alors jusqu’à elle et lui attrapa le bras tandis qu’elle essayait, de toute évidence, de fuir sa présence en feignant de ramasser des balles qui étaient parfaitement bien par terre. Ayant réussi à la faire s’arrêter, le jeune homme la contourna et vint se planter face à elle. Il se mit à chercher son regard et fut surpris de le voir brillant de larmes. Son intuition avait donc eu raison. Une main toujours posée sur le bras de Goldie, il lui demanda alors avec attention.

« Hey, je ne voulais pas te déranger. Je te promets de te laisser le cours rien qu’à toi si tu le souhaites … »

Il ne l’avait jamais vu dans un état pareil mais il était convaincu qu’il fallait bien plus à Goldie Stewart qu’un empiétement de propriété pour l’atteindre autant. Il se mit alors à soupçonner des raisons plus sérieuses et finit donc par ajouter en penchant la tête pour combler leur différence de taille et être certain qu’elle comprenne qu’il s’inquiétait pour elle.

« Goldie, qu’est ce qui ne va pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
 

▬ Are you this girl or other that you hide?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Riviera Country Club-