AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ Famille Ainsworth ] too much addicted

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
avatar

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

Message(#) Sujet: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Mar 27 Oct 2009 - 17:58

too much addicted.

STARRING CASSANDRE AINSWORTH AND BILLY JOHNSON




Il y a de ces journées qui peuvent paraître incroyablement longue. Dès les premières heures du jours on s’aperçoit que le temps va prendre un malin plaisir à défiler lentement, trop lentement. C’est malheureusement l’une de ces journées qui commençaient déjà à rendre folle Billy. Elle n’en avait déjà pas besoin pour l’être certes mais elle détestait ça. L’idée même qu’elle pourrait hypothétiquement s’ennuyer, l’angoissait. En grande hyper active elle agissait toujours dans l’urgence, dans le speed toujours débordée sans qu’on ne sache pourquoi. Mais aujourd’hui ironiquement elle n’avait rien à faire. C’était son jour de congés résultat, des moments rien que pour elle, mais ça n’était pas arrivée depuis bien longtemps. Elle sortit alors sur le pas de la porte récupérer le journal qui venait d’être déposé, ou jeté tout dépendait de la vision des choses. Elle venait de changer d’emploi, mais si une nouvelle opportunité se présentait, pourquoi pas ? C’était une chance à saisir de n’avoir rien à faire aujourd’hui. Elle s’installa confortablement dans son canapé, tasse de café chaud à la main, et elle pouvait feuilleter son journal tranquillement. Mais on ne pouvait pas dire qu’elle était réellement focalisée sur sa recherche, tournant les pages bien trop rapidement pour avoir réellement lu les annonces. Ses pensées étaient plutôt dirigées vers un tout autre objectif, et surtout vers une personne en particulier. Une personne qu’elle ne parvenait pas à se sortir de la tête, ce qui rendait les choses d’autant plus compliquées. Abandonnant alors son journal en le posant nonchalamment sur la table basse, elle porta sa tasse à ses lèvres, fixant sa fenêtre. A l’heure qu’il était Ocean Grove s’animait, elle voyait ses voisins partir à leur travail pour la plus part. Quant à elle, elle hésitait encore sur ce qu’elle allait faire. Deux solutions s’offraient à elle, continuer de trainer chez elle pour la journée, faire comme toutes ses filles de séries télévisés pour adolescente en manque d’amour, et donc s’enfiler du chocolat, regarder des films d’amour à s’en faire pleurer, bien que son émotivité n’atteigne pas ce degrés là. Ou aller la voir, en personne après tout elle n’avait pas de quoi se rendre malheureuse éternellement et ce n’était définitivement pas son genre. Elle avait décidé de s’imposer dans sa vie, bien qu’elle ait sa place de manière irréfutable, les doutes qui l’envahissaient ces derniers temps, l’a poussé à croire le contraire.
Expirant un bon coup pour se donner du courage, elle passa d’abord par la cuisine où elle déposa sa tasse dans l’évier, avant de se diriger vers les escaliers juste aux abords de la pièce. Montant rapidement elle fila immédiatement dans la douche. Ce qui lui prit peu de temps, n’étant pas du genre à se regarder le nombril pendant une heure, et puis elle était comme d’habitude, bien trop pressée. Ce qui était plus dure, fut de trouver la tenu adéquate. Lorsqu’elle savait que dans la journée elle croiserait le jolie visage de Cassandre, elle ne pouvait résister à l’envie d’être la plus belle possible, qu’aucune autre ne puisse lui voler la vedette, ou pire qu’un homme la détourne d’elle. C’est donc avec beaucoup d’hésitation et de soin qu’elle choisissait ses vêtements. Elle opta finalement pour une petite marinière assez légère, le soleil était au rendez-vous et il ne faisait pas encore trop froid ça convenait parfaitement. Un short taille haute, qui par contre serait un peu trop léger pour la saison, elle n’oublia donc pas d’habiller ses jambes d’un collant opaque noir. Elle avait volontairement lâché ses cheveux retombant en cascade dans le dos de la jeune fille. Elle ne voulait pas trop en faire et être le plus naturelle possible, elle n’insista pas non plus sur le maquillage, accentuant simplement son regard avec un crayon noir, et ses lèvres avec un rouge à lèvre rosé. Elle se regarda un instant avant d’enfin décidé qu’il était temps de partir. Enfilant ses louboutins noirs, et prenant sa légère écharpe noir, encore posée sur le meuble de l’entrée depuis la veille. Elle ne prit que ses clefs, après tout elle n’allait pas loin.

Prenant soin de claquer la porte derrière elle, elle arpentait à présent Lemon Street, remontant la rue pour rejoindre enfin Apple Road. On ne pouvait pas dire que les deux jeunes filles vivaient loin l’une de l’autre. C’était d’ailleurs pour elle que Billy avait posé baguage dans ce quartier résidentiel, décidément trop guindé pour elle. Mais qu’importe, il y avait vraiment peu de chose qu’elle ne ferait pas pour elle. Arrivant devant le numéro 1690, elle n’eut même pas le temps de faire part de sa présence, que la porte s’ouvrait déjà, laissant passé un jeune homme assez grand. Billy arqua un sourcil voyant qu’il avait l’air de s’être habillé dans le noir, l’individu lui adressa un salut pressé auquel elle répondit. « T’as pas les yeux en face des trous chéri. » Dit-elle en désignant sa chemise encore pratiquement ouverte. Il ne tarda pas à filer, apparemment trop pressé. Elle put se retourné vers Cassandre qui attendait dans l’encadrement de la porte. Avant même un bonjour, elle attaqua directement sur la provenance de l’individu débraillé. « Un nouveau stagiaire ? Non pas assez bien pour toi, un riche héritier feignant rencontré à une de ses soirées branchées à laquelle tu ne m’aurais pas invité ? »




_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).


Dernière édition par Billy L. Johnson le Jeu 29 Oct 2009 - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Mer 28 Oct 2009 - 15:47


Cela faisait plusieurs jours déjà que Cassandre se retrouvait seule chez elle, enfin seule quand on ne prenait pas en compte la présence du jardinier ou de la femme de ménage. Deliah, sa mère, avait dû partir en urgence pour Los Angeles à cause d’un problème avec un mannequin. Aujourd’hui, ce n’était plus une surprise, mais au début, un an après leurs arrivées à Ocean Grove, Cassandre avait l’impression qu’on se foutait d’elle. « Tu verras, c’est un nouveau départ pour nous Cass’, nous allons réparer les erreurs du passé et ne pas oublier que nous sommes de la même famille. » Quelle idiotie ! Ce n’était pas en étant à l’autre bout du pays que cela les aiderait à se rapprocher l’une de l’autre. Ce n’était pas tant l’absence de sa mère qui la gênait, à vrai dire, elle était bien contente de pouvoir avoir la maison pour elle, mais c’était l’excuse bidon qu’elle lui avait sorti pour se retrouver dans ce coin de Miami. Le point positif ? C’était que Cassandre pouvait gérer à sa guise l’agence qu’elles avaient implanté ici. C’était un avant-goût de ce que serait sa vie une fois à la tête de cette prestigieuse agence, cette sensation lui donnait davantage l’envie d’y accéder le plus rapidement possible, quitte à évincer sa propre mère. Apparemment elle se fichait bien des liens familiaux, pourquoi Cassandre s’y préoccuperait ? Mais pour l’heure, ce n’était pas le jour pour penser à l’agence. Elle avait dû passer à l’université pour récupérer quelques affaires et accessoirement des devoirs à rendre pour dans plusieurs semaines. Encore une fois, elle se permettrait de les faire à la dernière minute ou pas du tout. Sa mère l’avait prévenu qu’elle allait devoir se payer un tuteur si elle continuait ainsi. Des paroles qui entraient dans une oreille de Cass’ et qui ressortaient tout aussi rapidement. Ce n’est que sur le chemin qui menait au parking du campus qu’elle entendit son prénom. Soupirant, elle se tourna pour faire face à la personne qui s’approchait. C’était un des étudiants, il avait le blouson de son équipe, signe qu’il appartenait à l’équipe sportive de l’université. Alors qu’elle le détailla sans grand intérêt, il reprit la parole. « Je ne t’ai pas beaucoup vu ces derniers temps, je me demandais où est-ce que tu te cachais. » Il souriait et attendait une réaction de la part de Cassandre, en vain. « Hum, ouais donc je me disais qu’on pourrait sortir un de ces soirs tous les deux. Aller au cinéma, ou bien chez moi. » Cassandre cacha son dégoût à la perspective de sortir avec lui. Il était loin d’être repoussant pour toutes les filles, et même si elle devait reconnaître qu’il était charmant, elle ne s’intéressait absolument pas à lui. Dès lors que ses lèvres s’étirèrent, il se mit à sourire aussi. « Pourquoi pas, mais je suis très prise en ce moment. » Elle avait pris l’habitude de ne pas jeter tout de suite les hommes, ils restaient utiles pour ses affaires et cacher ce qu’elle était vraiment, mais ce n’était pas non plus une raison pour se jeter dans leur bras à tout bout de champ. « Et maintenant, tu fais quoi ? » Elle fut prise au dépourvu, elle ne s’attendait pas à ce qu’il mette en pratique son invitation pour tout de suite, elle étai agacée. Elle posa son regard sur ses livres qu’elle avait sous le bras et elle releva la tête avec toujours plus d’assurance. « Je comptais rentrer chez moi et commencer à rattraper mon retard mais…j’avoue que je vais avoir un peu de mal, alors peut-être que…tu pourrais m’aider ? » Demanda-t-elle déjà certaine de la réponse, elle remarqua sans difficulté l’air ravi du jeune athlète. « Tout ce que tu veux Cassandre. » Satisfaite, elle lui fit signe de monter dans la voiture. Direction Ocean Grove.

Une fois arrivés à bon port, elle ne prit pas la peine de lui faire visiter la demeure, elle le conduit rapidement dans sa chambre. Portant les livres de Cassandre, il les déposa sur le lit où elle-même était déjà assise, il l’imita. Elle le regardait comme si elle attendait quelque chose et alors qu’il s’apprêtait à l’embrasser, elle fit mine de rien et se leva pour prendre des stylos et des feuilles. « On a du boulot. » Il n’était plus aussi enthousiaste que tout à l’heure, il était clair que ce n’était pas faire des devoirs qui l’excitait le plus dans la pièce. Cassandre en était consciente et elle le faisait bien sûr exprès. Après plusieurs minutes, alors qu’ils étaient plongés dans les bouquins, Cassandre sentit que quelque chose caressait sa jambe puis sa cuisse. Elle baissa les yeux et vit la main de Mike, elle détourna le visage et se pinça les lèvres, elle avait une grande envie de lui en foutre une. Il était tellement sûr de lui qu’il continua et finit par prendre possession d’elle en quelques secondes, elle ne vit rien venir, elle étouffa même un léger cri de surprise. Les livres et les feuilles tombèrent à la suite sur le sol et tandis qu’il humait l’odeur du parfum de Cassandre dans son cou, il ne cessa de répéter qu’il avait envie d’elle. Elle ressentit une fois de plus l’envie de vomir, la bile lui remontant dans la gorge mais elle le laissa faire jusqu’à qu’il se mette à l’embrasser. Elle lui mordit la lèvre plus par envie de lui faire mal que plaisir, mais bien évidemment, il prit ça pour une soudaine poussée de sauvagerie. Le pauvre, il fallut de peu pour qu’il retire sa chemise et ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase quand elle sentit sa main puissante commencer à s’attaquer à son chemisier. Avec force, elle le fit basculer et le fit tomber du lit. Elle était furieuse. « Ta mère ne t’a pas appris les bonnes manières ?! » Elle se leva du lit, sans le quitter des yeux et lui lança un regard noir. « Je suis pas une poupée gonflable que tu peux manipuler à ta guise espèce de crétin ! DEGAGE DE CETTE MAISON ! » se mit-elle à hurler. Il récupéra en deux trois mouvements sa chemise et sa veste au couleur de l’université de Miami puis quitta la chambre. Elle le suivit de près, alors qu’il descendait les escaliers, elle se remit à crier. « PERVERS !! » Il ne prit pas la peine de se tourner vers elle, il ouvrit la porte et partit. Cassandre arriva alors à l’encadrement de la porte, reconnaissant immédiatement Billy. Elle était plus que surprise de la voir là et bien évidemment, elle ne tombait pas au meilleur moment. « Un nouveau stagiaire ? Non pas assez bien pour toi, un riche héritier feignant rencontré à une de ses soirées branchées à laquelle tu ne m’aurais pas invité ? » Cassandre se mit à rire et la laissa entrer. D’un geste de la main, elle replaça correctement ses cheveux en bataille et boutonna rapidement les boutons que ce Mike avait commencé à tripoter quelques secondes plus tôt. « Pire ! » dit-elle blasée. « Un simple athlète de l’université… Du bas de gamme en somme. » Même si elle avait la possibilité de lui dire la vérité et la rassurer sur le fait qu’elle avait envoyé bouler le jeune homme, elle n’en fit rien. Après tout, le problème restait le même… Elle s’arrêta puis se tourna vers Billy, elle sentit son cœur faire un raté en la contemplant. « Que me vaut le plaisir de ta visite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
avatar

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Jeu 29 Oct 2009 - 14:05



Une impression de déjà vue envahissait l’esprit de la jeune fille. Comme si elle s’était déjà trouvé à cet endroit précis, l’homme venant de s’échapper précipitamment, le regard de Cass’ jusqu’à sa tenue voir même son parfum. Tout lui semblait familier, bien sur il y avait une explication rationnelle à toutes ses impressions, donnant une illusion d’un pseudo don de voyance. Pour Billy, le côté rationnelle était ailleurs, cette impression n’était nullement anodine, certes elle était un peu farfelue, au point d’être le genre hyper sensible, ressentant des énergies dans des pièces, au point de presque croire en des rêves prémonitoires et en des choses qui dépasseraient l’entendement. Mais cette impression n’avait rien de surnaturelle cependant, non bien au contraire. Les éléments variaient mais les composantes étaient les mêmes, elles étaient là toutes les deux, se regardant, un homme se trouvait entre elles, pas physiquement du reste, mais il était bien la. Et ce n’était pas la seule chose qui se retrouvait au milieu, l’ambition de Cass’ étant l’un des principaux problèmes. C’est ce qui les amenaient souvent à se disputer, Billy comprenait son besoin de garder tout ça secret, de ne vouloir rien dire à propos de ces préférences, voulant garder une certaine image d’elle, se cachant derrière des relations factices. Elle l’avait même accepté pendant un temps, étant dans l’ombre d’un homme qu’elle haïssait peut être autant qu’elle, supportant de voir des échanges de baiser qu’elle était sans doute la seule à ne pas trouver convainquant. C’est peut être bien comme ça que ça jalousie presque maladive avait prit racine. D’ordinaire d’une grande tolérance et d’ouverture d’esprit, elle s’amusait même à en rire lorsque des mecs passaient furtivement dans sa vie, se trompait de jumelle. Mais la sans doute que c’était trop lui en demandé. Aussi loin qu’elle s’en souvenait, elle n’était jamais tombé amoureuse, alors peut être que sa jalousie n’avait pas encore eu d’occasion de se manifester, ou l’attitude de la jeune fille l’accroissait, qui sait ? Elle ne se posait plus vraiment la question, elle l’a subissait peut être autant que Cassandre, elle n’avait aucune contrôle la dessus, comme elle n’en avait eu aucun vis-à-vis de ses sentiments. C’était plus fort qu’elle, elle ne parvenait pas à y mettre un terme, et pourtant elle le souhaitait. C’était une véritable torture que de ressentir une douleur aussi intense jusqu’au plus profond de ses entrailles. La jalousie peut être bien plus douloureux que l’on peu l’imaginer; il n’y avait rien de plaisant dans chacune de ses réactions, surtout pour une fille comme elle. Mais plus le temps passait, plus des idées lui traversaient l’esprit, des doutes balayaient toutes les certitudes qu’elle pensait avoir. Ainsi lorsqu’elle accepta la première fois de vivre caché dans l’ombre d’un énergumène infecte elle le fit par amour. Mais une fois qu’elle en souffrait, Cassandre ne s’était toujours pas résolu. Elle ne voulait pas renoncer à son image, à cette agence. Elles n’avaient visiblement pas les mêmes priorités.

Elle lui faisait face, elle gardait la tête haute et pourtant elle se sentait humiliée, nulle, incapable de la satisfaire de se plier à quelques petits désagréments pour pouvoir la garder. Mais à la fois elle savait qu’elle se perdait en pensant de cette façon, qu’elles devraient trouver un moyen pour que leurs caractères et désires cohabitent ensemble. Mais malheureusement elles n’avaient pas encore trouvé. Bien que les mots sortant de sa bouche étaient douloureux elle continuait d’apprécier le son de sa voix, son rire était d’ailleurs l’une des choses qui l’avait tout de suite attiré chez elle, haut et clair, laissant transparaître sa force de caractère. Elle savait quand elle riait sincèrement, ou quand elle s’évertuait simplement de demeurer « polie », son image était encore et toujours au centre de tout, lui indiquant une ligne de conduite bien précise. Quant à elle s’était encore et toujours sa jalousie qui prenait le pas sur elle. Si elle avait tenté d’ignorer le jeune homme débraillé, elle ne pouvait qu’être déçu de l’attitude désinvolte de la jeune fille. Elle faisait face à une Cassandre plutôt débraillé, ne pouvant imaginé qu‘une chose avec les éléments qu‘elle avait d‘ors et déjà en main. « Pire. (…) Un simple athlète de l’université… Du bas de gamme en somme. » Pire, elles n’avaient pas la même notion de ce mot non plus, pour elle le pire c’était qu’un homme s’était encore retrouvé près d’elle, sans doute avaient-ils fait plus que boire le thé en toute amitié. En voilà sa véritable définition à ses yeux. Elle ne lui adressa qu’un sourire tout aussi blasé que le ton qu’elle avait utilisé pour lui répondre. Elle commençait à regretter d’être venu, peut être qu’il y aurait eu un moment plus propice, et quant elle lui posa la question elle était même incapable d’y répondre. « Que me vaut le plaisir de ta visite ? » que pouvait-elle lui répondre ? Tu me manquais, je voulais simplement te voir ? Une humiliation supplémentaire dans la journée après avoir croisé l’homme qui lui tenait compagnie de manière apparemment beaucoup plus agréable qu’elle ne le faisait. « à vrai dire je ne sais plus, je pensais vouloir te voir, mais je n’sais pas peut être quelque chose m’en a coupé l’envie je me demande bien ce que ça pourrait-être. » elle-même n’avait pas apprécié le ton qu’elle avait employé, et s’empressa de corriger quelque peu le tire. « j’avais vraiment envie de te voir, mais sincèrement là, la seule chose qui tourne en boucle dans ma tête, c’est mais qu’est ce qui foutait la bordel ?! Et pourtant la réponse me parait assez clair. » elle ne savait pas ce qui était le plus dure à cet instant, la jalousie qui lui faisait atrocement mal, ou l’envie de la prendre contre elle, sachant pertinemment qu’elles ne partageraient qu’un moment éphémère.



_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Mar 3 Nov 2009 - 14:53


Leur histoire était comme un vieux disque rouillé, répétant sans cesse la même chose. Concernant les deux jeunes femmes, c’était toujours la même chose, la même rengaine, un mauvais cercle vicieux. Elles ne pouvaient pas s’empêcher de se voir même si cela voulait aussi dire qu’elles devaient souffrir, se détruire pour le bien d’une prochaine carrière pour Cassandre. Si seulement tout était simple, elles n’auraient alors qu’à vivre tranquillement leur petite idylle sans se soucier du reste, malheureusement pour elles, tout n’est pas rose et mignon. Cassandre regardait avec une patience feintée lorsqu’elle lui demanda le pourquoi du comment de sa visite ici. « A vrai dire je ne sais plus, je pensais vouloir te voir, mais je n’sais pas peut être quelque chose m’en a coupé l’envie je me demande bien ce que ça pourrait-être. » son ton avait été sévère, presque froid, Cassandre n’eut aucun mal à détecter un ton de reproches et elle devait s’y attendre. Elle plissa le front, agacée mais Billy reprit la parole : « j’avais vraiment envie de te voir, mais sincèrement là, la seule chose qui tourne en boucle dans ma tête, c’est mais qu’est ce qui foutait la bordel ?! Et pourtant la réponse me parait assez clair. » Ses intonations avaient changé, comme si elle-même s’était rendue compte qu’elle y était allée un peu fort quelques secondes auparavant mais cela n’empêcha pas Cassandre de soupirer. Elle éprouvait le besoin de faire comprendre à Billy qu’elle n’avait pas à être jalouse, en fait cela semblait tellement stupide et inutile aux yeux de miss Ainsworth. « Il ne s’est rien passé Billy, crois-le ou non mais je l’ai foutu à la porte avant même qu’il n’ait le temps de dégager son pantalon. Il n’a d’ailleurs rien compris. » Un sourire à la fois amusé et mauvais étira ses lèvres alors qu’elle se remémorait la scène, pauvre garçon, il allait très certainement raconter qu’il venait de passer l’un des moments les plus forts de sa vie, un moment que je ne lui avais pas refusé pour éviter d’être confronté à l’humiliation d’un rejet. Certes, elle lui avait envoyé des signaux quelques peu contradictoires mais ce n’était qu’à des fins personnelles. Cassandre pouvait bien avoir la réputation de « trainée » en apparence, détrompez-vous, elle ne sautait pas sur tout ce qui bouge non plus. Elle n’était pas certaine que ce qu’elle venait de dire avait rassuré Billy, elle l’espérait mais si elle continuait encore à douter d’elle, alors elle ne pouvait rien faire de plus. Même si elles n’étaient qu’amies, il fallait qu’elles se fassent confiance non ?

Enfin elle l’invita à prendre place dans le salon, la gouvernante de Cassandre, Zora, s’approcha des deux jeunes demoiselles. Cassandre posa alors son attention sur son invité surprise. « Tu veux boire quelque chose ? » Elle laissa alors à Billy le temps de donner sa réponse et Zora quitta ensuite la pièce. Installée sur son fauteuil, elle sentait le silence s’imposait entre elles, et il n’était pas nécessaire de préciser qu’elle avait horreur de cela. « Je suis contente de te voir même si j’aurais préféré que tu arrives à un autre moment. » Faire souffrir Billy était difficile pour Cassandre, c’était très certainement la dernière chose qu’elle voulait même si c’est ce qui arrivait bien souvent. Pourquoi ne pouvaient-elles pas tout simplement entretenir une relation amicale sans qu’il n’y ait de peine et de cris ? Peut-être parce qu’il ne s’agissait pas d’une simple amitié, oui c’était évident, jamais elles ne pourront se comporter normalement entre elles avec un tel passé. Pour que tout s’arrange, il ne suffisait qu’à Cassandre d’assumer ce qu’elle était vraiment et ça, on y était encore loin. Enfin, elle prit son courage à deux mains et quitta son siège pour se mettre à côté de Billy, elle lui prit les mains, ce geste n’aurait rien d’étonnant pour deux très bonnes amies, elle n’avait pas non plus envie que l’employée de maison la surprenne et aille s’imaginer des choses. Mettre au courant sa mère de ses différences sexuelles était ce qu’il fallait éviter à tout prix. D’un air confiant et rassurant, elle fixa avec intensité la jeune femme en face d’elle. « Je n’ai pas envie de me disputer une nouvelle fois avec toi, alors s’il te plait, arrêtes d’être jalouse, vraiment il n’y a aucune raison pour que tu le sois. Je sais que ce que tu as vu pouvait porter à confusion mais cette fois, il m’a seulement été nécessaire pour m’aider avec mes cours… » Elle avait volontairement chuchoté afin que Billy soit la seule à pouvoir l’entendre, oui c’était stupide étant donné qu’elles étaient seule dans le salon mais elle avait des tendances à devenir paranoïaque sans raison. Même si la plupart du temps lorsqu’elles se voyaient, cela partait souvent en dispute, elle n’avait pas envie que cela se reproduise aujourd’hui. Quelques minutes après, elle s’éloigna légèrement de Billy, lâchant au passage ses mains et avec une aisance retrouvée elle lui demanda : « Bien, que me racontes-tu ? » Elle espérait que Billy allait jouer le jeu, et ne pas remettre sur le tapis leurs différents petits problèmes, mais Cassandre devait s’attendre à tout. Peut-être que sa tentative avait raté et qu’elle ne l’avait finalement pas rassuré du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
avatar

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Dim 8 Nov 2009 - 14:29




Si elle pouvait vivre sans elle, les choses seraient sans doute plus simple. Pourquoi s’obstiner dans une voie apparemment sans issue ? Tout ça était complètement stupide une attitude que pourtant elle ne maitrisait pas, qu’elle n’avait jamais maitrisé. Elle revenait vers elle inlassablement, même si elle avait lutté contre ça, même si elle aurait voulu oublié ses sentiments qui peuvent régulièrement devenir douloureux. Mais elle en était incapable, Billy était devenue radicalement dépendante de la jeune femme. Sa présence était un réel besoin qu’elle avait besoin d’assouvir toujours plus et elle trouvait ça parfois aussi ridicule que pathétique. Elle avait toujours trouvé ça ridicule, lorsqu’elle observait des couples, des amis à elle, ce besoin d’être toujours collé l’un à l’autre, était beaucoup trop étouffant pour elle. Bien trop indépendante et anticonformiste, jamais elle n’aurait pensé pouvoir tomber dans un engrenage comme celui-ci. Encore moins succomber au charme d’une jeune fille, ce fut plus qu’inattendu et surprenant pour elle. Peut être pas autant que ça le fut pour sa sœur, qui ne voit toujours pas cette relation d’un très bon œil. Pendant un temps elle ignorait s’il s’agissait de son esprit de contradiction ou d’une réelle dépendance, qui expliquait son besoin incessant de Cassandre. Aujourd’hui elle avait sa réponse, bien qu’elle ne soit pas complètement satisfaisante. Dépendre d’une personne n’a jamais été une chose particulièrement recommandé d’autant plus si cette dépendance à des côtés assez destructeur. Mais à ces yeux tout était bien différent. Même si elle ne semblait pas être assez bien pour Cassandre, qui l’a trouvait trop jalouse, pas assez patiente. Ni même pour sa sœur, elle ignorait si dans ses moments de crises, elle disait simplement le fond de sa pensée sans aucune barrière ou si au contraire elle devenait méchante gratuitement. En réalité elle n’avait plus beaucoup de certitude face à ça. Tout du moins le peu qu’elle pouvait avoir s’envolait en présence de la jeune femme et c’était exactement ce qui était entrain de lui arriver. « Il ne s’est rien passé Billy, crois-le ou non mais je l’ai foutu à la porte avant même qu’il n’ait le temps de dégager son pantalon. Il n’a d’ailleurs rien compris. » un léger sourire se dessina sur les fines lèvres de la jeune fille. Imaginer la situation avait quelque chose d’amusant elle ne pouvait le nier, elle connaissait Cassandre et sa façon de faire. Même si l’idée qu’il y ait pu avoir une quelconque proximité entre eux, la répugnait, elle savait très bien qu’elle se refuserait et pas de la manière la plus délicate et ordinaire qui soit. Elle voulait lui faire confiance, malheureusement elle n’avait aucun contrôle sur sa jalousie, elle ne savait pas y mettre un frein, cependant, elle tentait de faire l’effort, ça durerait le temps qu’elle pourrait, mais pour l’heure elle tenterait de sourire simplement et de faire abstraction du reste, espérant que la douleur qui s’était logée dans sa poitrine ne referait pas surface tout de suite. « Je te crois. » ce qui était en partie vrai. Lorsque la jalousie prend possession de nous, il y a malheureusement un symptôme bien envahissant qui surgit, la paranoïa, et si elle arrivait bien souvent à faire taire cette petite voix ce n’était pas toujours possible.

Elles passèrent ensuite dans le salon, sous l’invitation de la jeune fille. Croisant ainsi sa gouvernante. Billy s’était toujours demandé comment Cassandre avait bien pu cacher tant de chose à sa mère et à cette femme qui était présente plus que régulièrement dans la demeure familiale. Elle passait surement pour une bonne amie avec qui il y avait eux quelques problèmes, peut être y avait-elle ajouté quelques garçons pour expliquer le tout, si elle en avait eu le besoin. Après tout peu de personne était au courant pour cette histoire, mise à part sa sœur qui savait tout dans les moindres détails et qui en avait même honte, mais elle savait qu’elle garderait le secret sur l’identité de Cassandre, même si elle ne cachait pas ses tendances sexuelles, elle continuait de cacher qui était réellement la jeune fille dont elle était tombé amoureuse. Même si leur relation se compliquait de jour en jour, elle ne voulait pas tout ruiner autour d’elle et risquer de la perdre définitivement, même si elle fut tenté un jour, elle ne voulait pas la mettre face à ça, elle savait qu’assumer ce genre de chose n’était pas toujours facile, ça ne le fut pas pour elle, elle ne voulait tout simplement pas lui infliger cela. Même si elle voulait demeurer patiente, elle n’y parvenait pas et c’était peut être bien là le problème. Peut être que tout venait d’elle, elle se l’était répété des milliers de fois, mais n’était jamais parvenu à accepter tout ce qui irait avec cette relation caché, même si ces hommes ne représentaient rien pour Cassandre, ils étaient ceux dont elle n’avait pas honte. C’était ainsi qu’elle voyait les choses et qui rendait surement la chose impossible de son côté. « Tu veux boire quelque chose ? » elle répondit simplement, d’un air complètement détaché voir presque absent, perdu dans ses pensées comme bien souvent, sa concentration n’était pas à son maximum en sa présence, même pour une question aussi simple. « Non merci, ça ira. » Elle prit tout de même, la peine d’adresser un sourire polie à la gouvernante, qui s’éclipsa bien rapidement, les laissant seules. Seules avec leur silence, c’étaient pourtant rare entre elles, habitués plutôt à des cris, des engueulades vraiment digne de ce nom, entre ces deux caractères de feux. Tout comme elle, Cassandre détestait ce genre de silence pesant, qu’elle s’était empressée de rompre. « Je suis contente de te voir même si j’aurais préféré que tu arrives à un autre moment. » une fois encore elle aurait pu se montrer blessante, sa paranoïa, sa jalousie, lui jouant à nouveau un mauvais tour, dans ce qui était des paroles rassurantes, elle voyait le fait qu’elle était mal tombé, peut être parce qu’elle aurait souhaité être seule avec lui. Ce qui était évidemment stupide, elle venait d’admettre et de croire qu’elle l’avait viré de chez elle, à l’instant ou Billy était arrivée. Mais elle n’eut pas le temps de répondre quoique ce soit, une chance, elle aurait sans doute dis des choses idiotes, qu’elle aurait regretté par la suite. Cassandre avait quitté son fauteuil pour s’assoir près d’elle, saisissant ses mains. Billy aurait juré sentir son cœur faire un bon, pas étonnant, lorsque l’on sait qu’un tel contact était l’une des choses qui lui manquait le plus. « Je n’ai pas envie de me disputer une nouvelle fois avec toi, alors s’il te plait, arrêtes d’être jalouse, vraiment il n’y a aucune raison pour que tu le sois. Je sais que ce que tu as vu pouvait porter à confusion mais cette fois, il m’a seulement été nécessaire pour m’aider avec mes cours… » la colère s’était insinuée en elle encore une fois. « cette fois » avait-elle dit, ou du moins chuchoté, deux détails qui aurait pu la rendre dingue. Que s’était-il passé les autres fois ? Elle avait réellement peur que l’on sache pour ce qui avait pu avoir entre elles ? Tant de raison, et pourtant elle voulait faire un effort du moins essayer. « Ce n’est pas ce que je veux non plus. Mais je ne le fais pas volontairement, crois bien que si je le pouvais j’y mettrais un terme. Après tout nous ne sommes qu’amies, je n’ai pas à l’être. » rentrant dans son jeu, elle avait chuchoté tout comme elle, mais elle avait su mettre une intonation toute particulière dans ses derniers mots, un peu de rancœur sans doute, même si c’était elle qui avait prit cette décision, elle désignait Cassandre comme seule coupable, ce qui était bien sur injuste et elle le savait. Lui souriant peut être peu sincèrement, c’était évidement contradictoire avec ce qui se passait réellement dans sa tête, elle l’a regardait s’éloigner et reprendre sa place, comme si rien n’avait eu lieu. « Bien, que me racontes-tu ? » elle n’avait même pas pensé à ce qu’elle pourrait lui dire en venant ici sans raison apparente, après tout fallait-il vraiment qu’il y ait une raison ? Malgré tout, elle avait une préférence pour l’improvisation. « oh tu sais, la routine, ma sœur aussi adorable soit-elle, peut être réellement insupportable parfois, et je m’ennuyais, ce qui me désespérait profondément. Alors j’ai pensé que dérangeait une amie serait une bonne idée. » affichant un grand sourire, malgré l’ironie de ses propos, son plan originel n’était pas de dérangeait après tout, mais ce fut quelque part le cas. Auparavant, elles étaient amies, réellement amies, il n’y avait pas de pique, pas d’ironie ni de rancœur, rien que de l’amitié, du moins au tout début, c’était sans doute une période qu’elles ne retrouveraient plus. « et toi ? Dis moi comment se passe ton ascension au pouvoir. » elle savait à quel point l’agence était importante à ses yeux, et si elle n’y voyait pas d’intérêt elle-même, elle en connaissait l’importance pour elle. Alors malgré sa haine de cette agence, sa haine de l’ambition dont elle faisait preuve, elle préférait se tenir au courant, qui sait peut être qu’un jour elle pourrait tenter sa chance auprès d’elle sans que l’agence ne vienne entraver leur relation.

Spoiler:
 


_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Lun 16 Nov 2009 - 17:48


« Ce n’est pas ce que je veux non plus. Mais je ne le fais pas volontairement, crois bien que si je le pouvais j’y mettrais un terme. Après tout nous ne sommes qu’amies, je n’ai pas à l’être. » Une fois de plus, que ce soit l’une ou l’autre, il leur était impossible de profiter d’une simple conversation sans qu’elle ne touche pas leur relation plus qu’amicale. Cassandre ne releva pas la pique, même si l’envie ne manquait pas. Elle avait beau avoir énormément d’affection pour Billy, la considérait comme une personne à part, elle ne restait pas moins aussi celle avec qui elle passait son temps à se disputer. Elle se contenta donc de la défier du regard avant de retrouver son éclat joyeux et détaché face à la situation. Elle s’était d’ailleurs empressé de changer de sujet en lui demandant ce qu’il pouvait bien avoir de beau dans la vie de Billy. Cette dernière ne mit pas longtemps avant de répondre et Casey hocha la tête, avalant les paroles de son interlocutrice. Elle semblait acquiescer même si les propos tenus par rapport à sa sœur jumelle, Jeylhan, n’étaient pas partagés par Cassandre. Jeylhan et Billy pouvaient bien se ressembler comme deux gouttes d’eau physiquement, mentalement parlant il y’avait un énorme fossé d’après Casey. Le jour et la nuit, celle qu’elle aimait et de l’autre, celle qu’elle ne pouvait absolument pas supporter et cela n’allait pas changer de si tôt. « Adorable n’est pas le terme que j’aurais pris pour la qualifier mais nous ne la voyons pas de la même manière. » enchaina-t-elle après Billy. Casey ne perdait jamais une occasion de dire ce qu’elle pensait sur telle ou telle personne, qu’importe qu’elle soit la sœur d’un être cher ou non. Lorsqu’elles sortaient ensemble, Cassandre avait pris sur elle en supportant tant bien que mal la présence de la jumelle mais aujourd’hui c’était différent. Depuis sa séparation avec Billy, la guerre était ouvertement déclarée et c’était une bonne chose, Casey en avait plus qu’assez de faire semblant d’apprécier la dit « adorable sœur ». Elle était consciente que son animosité envers un membre de sa famille pouvait blesser Billy, mais c’était parfois le genre de chose qui passait bien au dessus de la tête de la jeune Ainsworth. « Et toi ? Dis-moi comment se passe ton ascension au pouvoir. » Autre sujet tabou entre elles : l’ambition de Cassandre. C’était en grande partie en cause de cela que leur couple n’avait pas fonctionné. L’envie presque obsessionnelle qu’avait Casey de reprendre l’agence de sa mère était telle que même l’amour n’avait pas été plus fort. Comme quoi il ne peut pas tout vaincre… Elle se redressa légèrement dans son siège, esquissant un mince sourire malicieux sur son joli minois. Ses jambes se croisèrent et ses doigts s’entremêlèrent ensemble. Elle estimait avoir toutes les qualités pour gérer cette entreprise familiale, elle savait que sans elle, sa mère n’aurait pas eu autant de succès, cela semblait être une évidence à ses yeux. Et elle savait que ce n’était qu’une question de temps, bientôt elle n’aurait plus à se fatiguer avec ses études de droits car bientôt, elle serait la nouvelle PDG. Un rêve qui était en elle depuis des années alors qu’elle n’était qu’une adolescente, mais déjà à l’époque, elle savait ce qu’elle voulait. Elle tenait cela de son père plus que de sa mère. Lui aussi était ambitieux, énormément même, son boulot c’était sa vie et il avait tout gâché à cause d’une autre obsession. « Je pose mes pions petit à petit. » répondit-elle enfin dans un soupir. « Depuis que je suis majeur, je suis officiellement l’associée de ma mère, je co-dirige l’agence à ses côtés. Elle ne se doute pas encore que la fin de son règne approche à grand pas. » Et elle en était fière, le ton de sa voix, son sourire, tout montrait l’étendu de sa fierté à parler de ce plan qui pouvait avoir l’air de machiavélique. Elle était prête à détrôner sa propre mère pour accéder à la toute puissance. C’était ainsi que cela devait se passer, elle était prête à tout pour y arriver. Elle était maligne, elle savait quand elle devait jouer ses cartes ou bien s’abstenir. Lorsqu’elle vivait à New York, sa mère s’en était rendu compte, et pour arranger leur relation entre elles, elle avait décidé de quitter la grande pomme pour rejoindre un endroit plus tranquille. Aujourd’hui encore, Deliah pensait avoir tout arrangeait, seulement elle faisait erreur. « C’est ce que j’ai toujours voulu, tu es bien placée pour le savoir. » Sans s’en rendre réellement compte, son ton s’était fait plus sévère qu’elle ne l’aurait voulu. Même si elle s’était abstenue sur le moment de lui reprocher son comportement, cela n’avait pas duré trop longtemps. S’il y’avait bien une chose qui ne changerait pas chez elle, c’était bel et bien l’objectif d’accéder à la tête de l’agence, c’était un souhait plus immense encore que tout le reste. Et Billy ne le comprenait pas, elle ne comprenait pas toute l’importance de ce vœu, personne ne semblait le comprendre à part elle… Et c’était bien dommage. Si seulement Billy pouvait s’y faire, les choses seraient certainement plus simples entre elles. « Tu devrais passer plus souvent. Vois comme c’est agréable de discuter toutes les deux... » c’était bien sûr ironique, toute leur conversation n’était que sous-entendus et piques dissimulées à la perfection. L’amour pouvait se montrer si cruel parfois…
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
avatar

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Mer 25 Nov 2009 - 11:28





« Adorable n’est pas le terme que j’aurais pris pour la qualifier mais nous ne la voyons pas de la même manière. » elle n’était pas sans ignorer la mésentente entre les deux jeunes femmes, une chose assez incompréhensible pour elle, bon elle savait que sa sœur pouvait être parfois réellement mesquine et agaçante, qu’il fallait avoir vu ses bons côtés pour l’apprécier. Elle savait également que Jeylhan n’aimait pas beaucoup sa relation avec Casey, pour de multiple raison. Déjà qu’elles soient deux femmes n’étaient pas une bonne chose à ses yeux, de plus on ne peut pas dire que les disputes incessantes, la jalousie, les secrets étaient un environnement stable pour une relation comme celle-ci. Pour beaucoup de raison Jeylhan n’aimait pas Casey, malgré ses efforts pour lui faire comprendre que la jeune fille était quelqu’un de bien que si elle l’aimait elle pouvait faire l’effort pour elle d’en faire autant. Mais rien n’y faisait, sa sœur avait ce petit quelque chose d’égoïste et d’intolérant que n’avait pas Billy. C’était sans doute par vengeance qu’elle se méfiait du soit disant séduisant Pride Berrington, son regard de pervers sadique, lui inspirait tout autre que de la sympathie, malgré le sourire polie et séducteur qu’il affichait continuellement ou presque, elle ne tombait pas dans le panneau, et ce sans doute pour énerver sa sœur, qui n’avait de cesse de se montrer intolérante voir méchante à son égard. Alors d’une certaine façon elle comprenait Casey, mais il s’agissait de sa sœur elle ne pouvait pas non plus être totalement d’accord. Elle ne voulait pas prendre partie même si elle comprenait parfaitement d‘une certaine façon. Ce qui était véritablement difficile à comprendre pour elle, c‘était comment deux personnes qu‘elles aimaient autant pouvait tant se détester, après tout elles avaient un point commun en quelques sortes. « elle est disons, compliquée. » hmm c’était une évidence, elle-même n’aurait sans doute pas employée ce mot. Elle n’aimait pas cette guerre qui existait entre elles, comment tolérer que les deux femmes qu’on aimait le plus, se détestaient si ouvertement ? Elle n’y arrivait pas, mais elle faisait semblant, comme souvent ces temps-ci. Ce n’était pour autant pas dans ses habitudes de ce comporter ainsi. Ce qui les avait sans doute rapproché n’était pas leur talent pour cacher leurs sentiments ou relation. Mais bien leur tendance à dire haut et fort ce qu’elles pensaient de tout le monde, un jeu qui les avait beaucoup amusé du temps où elles étaient réellement amies. Car il était évident que si elles se clamaient amies, elles en étaient incapable, malheureusement pour elles. « Je pose mes pions petit à petit. (…) Depuis que je suis majeur, je suis officiellement l’associée de ma mère, je co-dirige l’agence à ses côtés. Elle ne se doute pas encore que la fin de son règne approche à grand pas. » d’une certaine façon elle avait de l’admiration pour elle, un petit bout de femme si déterminée qu’elle serait prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut, et suffisamment maligne et machiavélique pour obtenir le dit objet de convoitise, en l’occurrence l’agence de sa mère. Lorsqu’elle fit sa connaissance ce fut la chose qui l’avait tout de suite fasciné chez elle, elle qui n’avait jamais eu une réelle ambition qui avait toujours souhaité qu’une chose, changer encore et toujours. Billy était le genre de fille à se lacer facilement des choses, si elle pouvait en avoir marre d’un travail, il était une chose dont elle ne parvenait pas à se passer, cette jeune fille qu’elle trouvait si différente des autres, réellement spéciale. Sans doute était-ce pour ça qu’elle en était tombé amoureuse, elles se ressemblaient tellement mais étaient si différente en même temps, elles se complétaient. Elle n’imaginait pas une seule seconde que ce qui l’avait attiré et fasciné chez elle, serait ce qui finirait par celer leur séparation. A présent cette ambition sans borne était sans doute son pire ennemie, même si elle tentait toujours de comprendre comment elle parvenait à évincer sa mère, comment elle pouvait ne pas y voir d’inconvénient à lui faire ça, elle détestait en parler. Mais c’était sans doute une forme de pique indirecte que de lui rappeler pourquoi et à cause de qui, une relation entre elles étaient impossible. « C’est ce que j’ai toujours voulu, tu es bien placée pour le savoir. » oh oui elle le savait parfaitement, comment pourrait-il en être autrement ? Elle sentit un ton de reproche dans sa voix, comme si elle lui reprochait quelque chose, quoi elle devait accepté de faire tant de sacrifice uniquement pour être avec elle ? Elle devait accepté de voir un homme à son bras, de se cacher de n’être que l’éternelle amie se cachant dans l’ombre de l’ambition démesurée de sa petite amie. Elle était loin de pouvoir accepté une telle chose, elle ne voulait pas être la seule à faire des sacrifices, le couple était fait de compromis, et si elle avait accepté d’en faire, il en était une qui n’acceptait pas. Elle voulait que rien ne change dans sa vie, en réalité elle voulait tout, de la façon dont elle le souhaitait, si ça ne venait pas comme elle l’imaginait cela ne pouvait la satisfaire. Un côté un peu capricieux qui l’attendrissait autrefois, mais qui maintenant l’agaçait. « Qui mieux que moi pour le savoir ? » le regard qu’elle lui avait lancé se voulait quelque peu accusateur, elle aurait voulu qu’elles parviennent à se comprendre à s’écouter réellement. Mais c’était un véritable dialogue de sourd, aucune n’écoutait l’autre, ni ne voulait se comprendre. Si l’une blâmait l’autre et vice et versa, en réalité elles étaient toutes les deux fautives et bornées. Sans doute qu’elles auraient besoin d’une personne objective capable de leur faire entendre raison. Encore qu’elles seraient capable de rien n’écouter une fois de plus. « Tu devrais passer plus souvent. Vois comme c’est agréable de discuter toutes les deux... » elle ne put se retenir de sourire, évidemment il ne s’agissait pas d’une discussion dites normale, elle ne savait d’ailleurs pas pendant combien de temps elle parviendrait à maintenir ce rythme. « Ce serait avec plaisir, mais j’aurais trop peur de te déranger en plein rendez-vous une fois de plus. » de toute évidence pas trop longtemps, une pique non dissimulé sur sa tendance à se montrer bien trop souvent avec une personne en particulier. Elle aurait pu se taire bien sur, ne rien en dire afficher se sourire polie et tout aussi hypocrite encore pendant un moment, mais c’était plus fort qu’elle, sa nature revenait bien trop vite à la surface.





_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Jeu 10 Déc 2009 - 14:32


Tout n’était qu’illusion. Casey souriant de toutes ses dents, l’air parfaitement ravie voire heureuse ou bien les jolies paroles sortant de la bouche de Billy. S’entendre était un mot qui ne leur convenait plus, sauf quand l’une ou l’autre craqué pour se tomber dans les bras et faire comme si elles ne s’étaient jamais quitté. Dans ces mots de tendresse, les tensions n’étaient plus là, elles se laissaient aller, sans se soucier du reste. Si elles arrivaient à se conduire comme deux personnes amoureuses et sans tabou dans ce genre de moment, pourquoi ne pouvaient-elles pas continuer ainsi ? Le problème était évident malheureusement, et le problème était Casey. Elle était encore loin d’assumer ce qu’elle était, bien qu’elle dise le contraire, prétextant qu’une nouvelle de la sorte ne ferait que lui mettre des bâtons dans les roues quant à sa prochaine ascension professionnelle. C’était le cas, mais outre ce détail, elle savait qu’elle ne supporterait pas le regard méprisant de certaines personnes. Elle avait simplement peur, peur d’être rejetée, de se retrouver seule et Dieu savait Ô combien Casey ne supportait pas la solitude. Elle n’avait pas besoin de cela, quitte à sacrifier sa vie sentimentale, elle ne gâcherait pas toute sa vie ainsi. Après tout, qui le voudrait ? Elle avait absolument tout ce dont une personne censée aimerait avoir : la richesse, la beauté, la prestance, l’assurance de bien gagner sa vie jusqu’à la fin de ses jours (…). Elle n’avait peut-être une vie de famille des plus parfaites mais elle ne pouvait pas tout avoir et elle semblait s’en passer, en apparence du moins. Mais au plus profond d’elle, elle était blessée, des cicatrices qu’elle mettait un point d’honneur à bien camoufler sous tant de froideur. Elle aurait aimé que les choses soient plus simples, vis-à-vis de Billy en tout cas. Elle n’aimait bien évidemment pas l’idée de la blesser d’une quelconque manière, cela la faisait souffrir aussi mais c’était plus fort qu’elle. Elles avaient essayé, elles avaient échoué, à quoi bon remettre cela ? Pourquoi ne pouvaient-elles pas se contenter d’être amies ? Tout simplement parce qu’il est difficile de rester simplement amie avec une personne qui représente bien plus à vos yeux. Cassandre pouvait comprendre la jalousie de Billy, bien qu’elle soit désagréable. Elle pourrait lui balancer qu’elle n’était plus avec elle, qu’elle n’avait donc aucun droit à être jalouse de la sorte mais il suffisait d’échanger les rôles pour se rendre compte qu’elle-même agirait de la sorte. Casey restait aveuglée et elle le faisait exprès, elle ne voulait pas affronter la vérité. Il ne restait donc plus que le silence pour éviter la dispute. La solution était-elle de ne plus se revoir ? C’était ce qui aurait été préférable, bien évidemment, mais c’était surtout impossible. Billy lui avait plusieurs fois dit qu’elle ne devait pas craindre la réaction de sa mère, qu’elle était sans doute très ouverte sur ce sujet ; Casey n’était pas de cet avis. Et même si elle l’avait été, cela n’aurait rien changé. Sa mère était tout aussi croyante et pratiquante que sa fille, comment pourrait-elle accepter cela ? Mais ce n’était pas tant les conséquences sur leur vie à deux, sur leur relation mère/fille qu’elle craignait, c’était les conséquences sur son plan, sur le projet professionnel qu’elle avait en tête. Non, jamais elle n’avouerait ce secret tant qu’elle n’aurait pas obtenu ce qu’elle souhaitait le plus au monde : l’agence. « Ce serait avec plaisir, mais j’aurais trop peur de te déranger en plein rendez-vous une fois de plus. » Casey continua de la fixer, contrastant son regard noir par un sourire amical. Rares étaient les moments où c’était Casey qui faisait le premier pas pour calmer le jeu entre elles. « Voyons, je suis certaine qu’une présence féminine en plus ne dérangerait aucunement l’un de mes adorables sujets. » Sujets ou plus respectueusement appelés : ses bouche-trous, les garçons lui servant de couverture. « Quoiqu’après tout, tu connais Puck n’est-ce pas ? Tu sais donc à l’avance que je passe beaucoup de temps avec lui. » Son sourire s’élargit, elle savait que le sujet « Puck » était un de ces nombreux sujets à éviter en présence de Billy mais encore une fois, Casey n’eut aucune retenue. Néanmoins, ce qui changeait, c’était que Casey appréciait réellement celui qui l’aidait depuis pas mal de temps maintenant et qu’elle – par conséquent – n’appréciait pas l’attitude de son ex face à Puck. « Ou bien il reste le téléphone, tu peux toujours appeler si tu as si peur de me trouver en compagnie d’une personne qui risque de te froisser. » Elle décroisa ses jambes et avança son buste vers Billy. « Mais tu pourras t’en passer si c’est pour rejouer la fille qui a été lâchement délaissé et qui s’amuse à jouer les jalouses. Je me porte bien mieux sans ce comportement et tu verras que toi aussi, ça te soulageras. » L’expression de son visage était devenu plus sévère, plus dur quant à son ton, il était neutre bien qu’un peux amer puis elle se remit à sourire. Ne plus revoir Billy était quelque chose qu’elle redoutait mais elle ne supportait réellement plus le comportement de celle qui se trouvait en face d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
avatar

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Mer 16 Déc 2009 - 15:03




Si l’on remontait le temps et qu’on pouvait changer un détail, ne serait-ce qu’un minuscule détail, sans doute que beaucoup aurait la vie plus simple. On a tendance à souvent dramatiser et oublier que tout peut changer, il suffirait d’un petit déclic, d’une seconde de lucidité, pour se rendre compte que tout pourrait être différent, si (…) Billy s’était souvent demandée ce qui pourrait se passer si elle revenait trois ans en arrière, ce qu’elle souhaiterai changer, elle avait du mal à se faire à l’idée de quitter Miami, et était convaincu que ce n’était pas là la solution qui leur fallait. A ces yeux si l’obsession de Casey les bloquait énormément, sa jalousie n’était pas anodine au sein de ce « couple » d’amie. Après tout il n’y avait qu’à voir la tournure qu’aurait prise les choses si elle n’avait pas fini par péter une durite. Tout était tranquille, elles avaient ce qu’elles voulaient toutes les deux, elle avait eu le droit à la seule forme d’exclusivité qu’était prête à lui donner Casey, ce n’était peut être pas l’idéale, mais c’était leur histoire, c’était comme ça entre elles. Plus Billy se repassait le « film » en boucle plus elle venait à la conclusion que s’était elle qui avait tout gâché. Mais pouvait-on réellement lui reprocher de vouloir être avec la personne qu’elle aime le plus au monde sans avoir à se cacher dans l’ombre d’un homme ? un homme qui aux yeux de tous était celui que Casey aimait, pour un temps très limité. Parfois Billy aimait s’en prendre au monde entier pour tout ça, subitement sans raison apparente, elle avait bien souvent laissé Gabriel perplexe, lui demandant pourquoi le monde était aussi étroit d’esprit, pourquoi aimer devrait-être régit par des règles aussi précises que simplement un homme et une femme ? L’amour ne se contrôle pas, et en ça l’être humain était complètement stupide de vouloir y mettre des barrières. Car après tout les barrières ne sont jamais infranchissables et les règles sont là pour être transgressées. Les mentalités n’avaient pas évolué, et elle en souffrait, autant que beaucoup d’autre surement. Mais le plus dure était l’avis de la famille, si elle avait souvent réconforté Casey à se sujet, lui expliquant que sa mère comprendrait surement, lorsqu’elle passait le pas de sa porte et entendait les reproches de Jeylhan, elle comprenait sa crainte à le lui annoncer, même si il était évident que la raison principale de son déni n’était pas sa mère. Mais elle comprenait, devenir la honte de la famille, et pourquoi ? Pour aimer une fille, qu’est-ce que ça pouvait bien changer ? en quoi était-elle différente ? Elle savait qu’elle aurait pu rester complètement elle-même face à ça, après tout elle était du genre à vouloir tenter toutes sortes d’expériences le plus farfelus possible, celle-ci était sans doute la plus belle malgré les difficultés. Mais elle n’avait jamais connu l’amour avant, elle avait aimé oui, mais pas de cette manière, sa famille, ses amis les plus proche, mais jamais d’une telle façon, au point d’en perdre totalement la tête, et le contrôle d’elle-même. C’était parfois comme si elle se retrouvait piégé dans son propre corps, agissant de façon indépendante à sa nature profonde. D’ordinaire, elle qui était si ouverte, si tolérante, il était difficile de l’imaginer refuser catégoriquement de cacher sa relation, au profit d’un homme qui n’aurait jamais autant d’importance qu’elle, tout simplement parce qu’elle savait que Cassandre n’a jamais aimé les hommes. « Voyons, je suis certaine qu’une présence féminine en plus ne dérangerait aucunement l’un de mes adorables sujets. » elle n’avait pas apprécié ses dernières paroles, et elle pouvait en être clairement certaine à travers son regard, mais Billy quant à elle, était amusée par cette hypothèse, elle n’avait pas tord c’était une certitude, qu’elle homme serait mécontent d’une telle soirée ? Le mot « sujet » lui arracha un petit sourire, malgré sa jalousie, elle aimait se rappeler qu’à ses yeux ils n’étaient rien d’autre que des pions dans l’échiquier de son plan. « Quoiqu’après tout, tu connais Puck n’est-ce pas ? Tu sais donc à l’avance que je passe beaucoup de temps avec lui. » le sujet Puck était inévitablement le dernier qu’elle aurait aimé aborder. Elle ne le connaissait pas réellement bien, elle ne le supportait pas vraiment comme toutes personnes s’approchant de trop près de Casey, et les piques qu’ils s’en voyaient à la figure régulièrement en témoignaient, néanmoins elle savait qu’il n’était pas un sale type, seul point positif surement. Mais pas assez important pour avoir du poids dans la balance, il passait du temps avec elle, trop de temps, ce qui commençait à l’irriter de manière ostensible. « Ouais, toujours ensemble d’ailleurs ? Tu n’as pas trouvé mieux pour le remplacer ? » elle n’était pas certaine de vouloir un remplaçant à ce dernier, elle ne l’appréciait pas, pourtant parfois elle se surprenait à avoir quelque part un peu confiance, un peu seulement. « Ou bien il reste le téléphone, tu peux toujours appeler si tu as si peur de me trouver en compagnie d’une personne qui risque de te froisser. (…) Mais tu pourras t’en passer si c’est pour rejouer la fille qui a été lâchement délaissé et qui s’amuse à jouer les jalouses. Je me porte bien mieux sans ce comportement et tu verras que toi aussi, ça te soulageras. » un sourire naquit sur ses lèvres, oh cela n’avait rien avoir avec ce bon vieux sourire sincère, non il s’agissait plutôt d’un rictus, blasée, nerveux. Elle savait comment aller tourner la suite, elle ne passerait pas devant cette remarque, elle le savait, une bonne routine très bien rôdée, qu’il était difficile d’éviter. « Jouer ? Tu crois que c’est aussi simple qu’un jeu tout ça ? Ô pour toi oui sans doute, tu ne sais faire que ça, jouer avec les autres. Mais ça commence à se retourner contre toi, et un jour tu te retrouveras seule, peut être avec cette fichue agence que tu veux tant, mais quand tu te retourneras et que personne ne sera la pour fêter ta réussite; ta victoire aura un goût amer Cass’ » son regard s’était fait plus dure, mais en même tant la mélancolie pouvait se lire dans ses prunelles, elle l’a fixait du regard et pourtant elle avait la sensation de ne plus arriver à la voir réellement, comme si toutes ces disputes l’aveuglait de plus en plus.



_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Mar 29 Déc 2009 - 15:44


« Ouais, toujours ensemble d’ailleurs ? Tu n’as pas trouvé mieux pour le remplacer ? » Casey arqua un sourcil, elle était ravie de voir la réaction de Billy. Parlez-lui de Puck, et c’était bon pour la mettre dans tous ses états. Néanmoins Casey n’appréciait pas qu’elle ait une telle animosité envers le jeune homme qui était bien plus qu’une simple couverture comme les autres. Il était un des rares hommes en qui elle avait confiance, et cela pour diverses raisons. Il avait au moins le mérite de lui laisser un petit espoir concernant la gente masculine…ils ne sont peut-être pas tous des salopards. Bien sûr il y’avait aussi Rhys Blythe, mais c’était l’amour qu’ils portaient tous deux en Dieu qui les avait rapproché. « Toujours ensemble. Les gens disent de nous que nous formons un beau couple, une raison de plus pour que nous nous côtoyons encore. Sa présence ne me lasse pas, à la différence des autres… » Elle avait conscience que chacun de ses mots pouvaient blesser Billy mais c’était ainsi entre elles. Puisqu’elles ne pouvaient pas tout simplement vivre de leur amour comme toutes les autres personnes, elles préféraient se détruire. C’était malsain et pourtant elles continuaient, sans jamais se donner une limite. Un jour, tout ceci devra cesser, mais quand ? Casey s’était montré plus sérieuse face à son interlocutrice en enchainant. Sa jalousie était devenue un véritable problème d’après Casey. Indépendante, elle n’aimait pas se sentir toujours redevable envers Billy alors que ce n’était plus le cas, et depuis longtemps. C’était aussi le point sensible qu’il fallait éviter d’évoquer. Toutes les deux très têtues, toutes les deux difficiles à cerner… C’était un cercle vicieux. Elles avaient peut-être l’air de communiquer mais ce n’était pas le cas, elles ne s’écoutaient plus l’une et l’autre, c’était donc peine perdue. C’était une situation que Casey ne supportait et elle savait qu’il était préférable qu’elles ne se voient plus du tout mais elle ne pouvait pas non plus expliquer cette sensation de manque. Elle n’avait clairement jamais ressentie ce genre de chose pour une personne, mais elle n’en pouvait plus. C’était invivable, autant pour Billy que pour elle. Rien ne rentrerait dans l’ordre tant que l’une d’elles ne ferait pas un sacrifice. Pour Casey, il était impossible qu’elle oublie sa prochaine ascension dans l’agence familiale pour une histoire d’amour et Billy en avait certainement marre de vivre dans l’ombre des faux petit-amis de Casey. « Jouer ? Tu crois que c’est aussi simple qu’un jeu tout ça ? Ô pour toi oui sans doute, tu ne sais faire que ça, jouer avec les autres. Mais ça commence à se retourner contre toi, et un jour tu te retrouveras seule, peut être avec cette fichue agence que tu veux tant, mais quand tu te retourneras et que personne ne sera la pour fêter ta réussite; ta victoire aura un goût amer Cass’ » Le visage bien qu’angélique de Cassandre prit une toute autre forme. Rien que de la routine après tout, toujours en train de se disputer pour les mêmes raisons, Casey savait comment cela allait se terminer, Billy aussi. Elle n’appréciait pas les reproches que venait de lui faire Billy et elle n’allait pas se taire pour lui faire plaisir. Casey fixa avec intensité celle qui l’a blessé davantage, laissant le silence s’immiscer quelques secondes puis elle se leva. « Si cela te déplait tant alors pourquoi t’obstines-tu à vouloir faire partie de ma vie Billy ? Qu’attends-tu donc pour enfin tourner la page et m’oublier ? C’est ce que tu aurais dû faire depuis longtemps ! » Elle s’était rendue compte que le ton de sa voix augmentait en volume progressivement, elle se stoppa net lorsqu’elle vit sa gouvernante traverser le couloir de l’autre bout de la maison. Elle prit donc une profonde inspiration, tentant de se ressaisir. Lorsqu’elle se sentie plus sereine, elle reposa son regard sur Billy. « Il n’y a plus de nous deux Billy, il n’y en aura plus jamais tu m’as comprise ? Je ne te ferai jamais passé avant l’agence et je n’accepterai pas que tu puisses tout gâcher ! C’est terminé. Si c’est si difficile pour toi alors tu peux t’en aller et ne plus remettre les pieds ici. » Même si elle n’avait pas hurlé, l’intonation de sa voix était dure et mauvaise. La seule émotion que l’on pouvait voir sur son visage était la colère, mêlée discrètement à de la tristesse. Une douleur qu’elle s’efforçait d’oublier dans un coin, parce que ses mots dépassaient ses pensées les plus profondes mais c’était nécessaire… D’un côté, elle n’acceptait pas non plus de continuer à faire souffrir Billy parce qu’elle était incapable de lui donner ce qu’elle désirait. Dans un murmure, elle lança la dernière attaque : « Tu as raison, je joue avec les gens… Tu n’étais qu’un jouet parmi tant d’autres, maintenant va-t-en. » Personne ne pourrait imaginer qu’à l’intérieur de ce petit corps frêle mais dont le buste montre toute sa fierté, tout était en train de lui brûler, la faisant horriblement mal.

Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
avatar

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted Mar 5 Jan 2010 - 19:28




« Toujours ensemble. Les gens disent de nous que nous formons un beau couple, une raison de plus pour que nous nous côtoyons encore. Sa présence ne me lasse pas, à la différence des autres… » Si elle ne détestait pas foncièrement Puck, elle détestait en revanche sa présence aux côtés de celle qu’elle aimait. Un droit qu’elle estimait n’être que le sien, purement égoïste certes, mais malgré ses efforts pour comprendre, elle n’arrivait pas à se mettre à la place de la jeune femme et voir l’importance de sa réussite, et ce besoin perpétuelle de ce cacher. Elle se voyait elle aussi dans l’obligation de se cacher, de rien dire ou très peu, elle ne parlait pas clairement de Casey, seulement « d’une fille » elle mentait pour protéger ce secret qui en faite continuait encore maintenant à les détruire. Évidemment Billy retint ces derniers mots pour elle, consciente qu’il s’agissait surement d’une attaque contre elle, et même si ce n’était pas le cas, elle l’a savait suffisamment maligne pour le sous entendre et l’énerver un peu plus. Pourtant elle n’avait pas envie de répondre, elle était consciente que chaque mots la blessaient, tout autant que les siens. Pourquoi se détruire autant, peut être en pensant naïvement que si elles parvenaient à se haïr, l’absence de l’autre deviendrait moins douloureuse. C’était ce que Billy voulait se forcer à croire, elle n’était plus sur de rien c’était un fait, si au départ elle n’avait aucun doute en tête, si elle était venue lui rendre visite en amie, souhaitant une fois de plus oublier leur différent. C’était clairement une chose parfaitement impossible entre elles, et pourtant elle voulait essayer de toute ces forces, ce n’était pas comme si elle voulait absolument lui faire mal, au contraire, elle souffrait à chaque fois que ce qu’elle disait pouvait la blesser. La jeune femme la connaissait si bien qu’elle savait que sous ses airs hautains et supérieurs, elle n’était pas si glacial qu’elle y paraissait, et que c’était bien plus facile de l’atteindre que l’on pourrait le croire. Seulement il fallait se méfier des apparences avec Casey, d’ordinaire Billy s’en souvenait, mais perdue comme elle l’était elle n’arrivait plus à tirer le vrai du faux de cette conversation. Ni de toute leur relation en réalité, tout était si confus qu’elle se demandait parfois si les sentiments qu’elles partageaient étaient réels ou si ce n’était que du vent. « Si cela te déplait tant alors pourquoi t’obstines-tu à vouloir faire partie de ma vie Billy ? Qu’attends-tu donc pour enfin tourner la page et m’oublier ? C’est ce que tu aurais dû faire depuis longtemps ! » Un pure écran de fumée qu’apparemment Casey avait réussit à effacer bien plus aisément qu’elle. Elle avait ce sentiment de faiblesse qui la rongeait, la sensation qu’elle était devenue faible face à elle, qu’elle avait fait tomber toutes les barrières avec elle, et qu’il lui était impossible, ou presque, de redevenir celle qu’elle était. Que cette force de caractère qui faisait d’elle ce qu’elle était, s’était évaporée, qu’elle était l’âme sensible des deux, bien plus rapidement écrasée par Casey et son ambition redoutable. Elle aurait voulu lui répondre que sa vie n’avait de sens que si elle en faisait partie, mais une fois de plus elle se montrerait trop faible, trop sentimentale, et elle ne voulait pas montrer cette facette d’elle une fois encore. Et si le ton était monté, elle ne voulait pas s’énerver une fois encore, et rester calme, malgré le tumulte de pensées contradictoires qui hurlait en elle. « J’ai naïvement pensé qu’on pourrait retrouver notre amitié. Mais tu as parfaitement raison c’était idiot de le penser. » Une fois de plus la présence de la gouvernante avait ramené la jeune fille à la réalité, même une dispute n’avait pas de place entre elles, il serait bien trop facile de comprendre la relation qu’elles pourraient peut être entretenir. Billy se demandait même si la gouvernante n’était pas au courant au fond. Comment passer autant de temps ici sans comprendre ce qui se tramait en dessous ? « Il n’y a plus de nous deux Billy, il n’y en aura plus jamais tu m’as comprise ? Je ne te ferai jamais passé avant l’agence et je n’accepterai pas que tu puisses tout gâcher ! C’est terminé. Si c’est si difficile pour toi alors tu peux t’en aller et ne plus remettre les pieds ici. (…) Tu as raison, je joue avec les gens… Tu n’étais qu’un jouet parmi tant d’autres, maintenant va-t-en. » si elle paraissait toujours aussi calme et attentive, si elle avait l’air de ne pas se soucier de l’impact de ces mots. Si elle avait l’air de ne rien ressentir, c’était bien sur complètement faux, tout les doutes qu’elle avait prenaient ici tout leurs sens. C’était pourtant le genre de dispute habituelle, elle pensait de plus en plus que leur relation n’était fondée sur rien du tout, qu’elle n’avait rien représenté pour Casey, pourtant si il s’agissait que d’un doute, c’était parce que paradoxalement elle restait persuadée qu’elle avait tout de même compté. Mais ces mots, elle ignorait si elle devait y croire, mais Casey paraissait si sur d’elle, si sérieuse qu’elle avait du mal à douter. Reprenant ses esprits, tentant de rester le plus impassible possible, elle s’approcha d’elle, les yeux brillant de larmes qu’elle tentait de contenir de toutes ses forces. Rester plus forte qu’elle ne l’avait été tout le long de leur relation. « J’aurais du m’en douter, pourquoi aurais-je eu le droit à un traitement de faveur n’est-ce pas ? » si elle avait esquissé un sourire, au fond d’elle rien n’avait jamais été si douloureux, elle n’avait jamais eu autant de mal à sourire, à mentir, elle n’avait jamais autant eu cette sensation de déchirure en la regardant dans les yeux. « Je ne gâcherais rien rassure toi, j’espère que tu l’auras cette agence, après tout tu fais tout pour tu le mérites bien. Je ne reviendrais plus, tu peux être tranquille. » se levant pour se diriger vers la porte, elle était belle et bien résolue à ne plus l’importuner, qu’importe si elle devait atrocement lui manquer, après tout, c’était déjà le cas. « Je te souhaite sincèrement de réussir Cassandre. » tourner la poignet fut aussi dure que d’avoir soutenue son regard en cachant véritablement le fond de sa pensée. si son attitude aurait tout pu faire échouer, elle voulait pourtant qu’elle soit heureuse, et si c’était agence qu’il lui fallait, alors elle ne pourrait pas vouloir autre chose pour elle. Sortant rapidement, marchant machinalement dans les rues d’Ocean Grove elle aurait pu rentrer chez elle, mais elle avait des chances de croiser sa sœur, et une leçon de morale était la dernière chose dont elle aurait besoin. Elle ignorait où elle allait, mais quelques soient l’endroit où ses pas la mèneraient, ils ne la ramèneraient surement pas à Casey.



♠ THE END


_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: [ Famille Ainsworth ] too much addicted

Revenir en haut Aller en bas
 

[ Famille Ainsworth ] too much addicted

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-