AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 the only mistake you can make is not asking for help

Aller en bas 
it's all butterflies and roses

Jax Beauchamp

messages : 3313
name : Olivia
face + © : harris dickinson (@calvaries)
multinicks : zoya + alfie + emerson + parker + aj + orlando + chad
points : 911
age : 24
♡ status : trying to get over him
work : on the road (delivering driver)
home : a small appartement in a shitty neighborhood

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (■■■) iris, angel, bran

Message· · Sujet: the only mistake you can make is not asking for help Mer 31 Oct - 11:22

IRIS + JAX
@Iris Stevenson
11.2018

Jax avait hésité jusqu’à la dernière minute. Il avait cherché d’autres alternatives mais aucune n’était assez rapide à son goût. Il lui coûtait d’envisager cette possibilité mais il n’en avait pas d’autres. Ou plutôt, il en avait une mais qu’il n’utiliserait qu’en dernier recours car la simple idée de se séparer du collier de sa mère lui écorchait l’âme et il voulait pouvoir croire qu’il n’en était pas à ce stade désespéré. Pas maintenant, pas si tôt. Il avait aussi peur qu’on lui dise que les quelques perles étaient en toc, que ça ne valait rien, que cela résume l’existence de sa mère : une histoire belle et triste, qui n’avait aucune valeur et qui finissait dans l’oubli le plus total. Alors Jax avait décidé de ranger sa fierté. S’il fallait qu’il joue les mendiants pour savoir pourquoi Bran réagissait aussi froidement, il s’y résoudrait, bien que cela lui donne des frissons d’horreur.
Et dans ce cas, quel autre choix que celui-là ? se demanda-t-il alors qu’il approchait la maison des Stevenson. S’il y avait bien quelqu’un qui pouvait le regarder sans le juger, sans esquisser la moindre once de mépris, c’était Richard, Jax le savait. Il avait toujours envié son meilleur ami d’avoir un père comme celui-là. Il aurait aimé en avoir un qui ne valait ne serait-ce que la moitié de Richard Stevenson. Malheureusement, il n’avait eu droit qu’à Dillon Beauchamp jusqu’à un mois et demi plus tôt. Dillon qui l’avait dévalorisé toute sa vie, Richard qui lui avait donné l’impression de ne pas être un cas désespéré. Dillon que Jax voulait ranger dans l’oubli et Richard vers lequel il se tournait quand il se trouvait face à un mur infranchissable. Et si Richard refusait… Jax ne savait pas ce qu’il ferait mais une chose était sûre : rien ne l’empêcherait de survoler l’Amérique pour retrouver son petit ami.
L’ouvrier repéra la voiture du père de Trent et poursuivit son avancée, remontant l’allée vers le porche de la maison. C’était tout aussi bien que son meilleur ami ait déménagé, finalement, songea Jax, car il n’était pas certain qu’il aurait eu le cran de venir s’il savait Trent dans les parages. Sa dignité était suffisamment piétinée sans qu’il voit l’expression sur le visage de son ami de toujours en le découvrant en train de supplier pour un prêt – 500 $, en plus, ça n’était pas grand-chose pour certains et c’était une montagne pour lui. Il savait qu’il n’aurait pas dû éprouver cette honte brûlante vis-à-vis de Trent mais elle était pourtant là, insidieuse, gravée en lui tandis qu’il grimpait les marches et frappait à la porte en prenant une profonde inspiration, prêt à lâcher un discours qu’il avait préparé pour justifier sa demande, pour convaincre Richard, pour lui promettre qu’il le rembourserait jusqu’au dernier centime.
Mais ce discours s’évapora quand la porte s’ouvrit et qu’il tomba nez-à-nez avec la jeune épouse de Richard, source de tourments pour Trent et raison principale de sa désertion du foyer familial. Pris de court, ayant presque oublié qu’il pouvait effectivement tomber sur elle et non sur l’homme qu’il était venu voir d’un pas si résolu, Jax resta muet et la fixa, légèrement hébété avant de se reprendre. Il secoua la tête, comme pour se remettre les idées en place et s’exclama, maladroitement :
- Sal—Bonjour… Est-ce que Richard est là ? J’aurais voulu lui parler…
Il frissonna, envahi par la désagréable impression d’être pris la main dans le sac. Il ne faisait pourtant rien de mal, il venait juste demander de l’aide. Mais cela lui ressemblait si peu et il détestait cette position de faiblesse mais maintenant qu’il était là, il ne pouvait plus faire demi-tour.

_________________

'Cause they say the bigger the love, the harder the fall,
well I'm crashing through the floor.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Iris Stevenson

messages : 703
name : zoé.
face + © : kristine froseth — cosmic light, chrysalis.
multinicks : dahlia, poppy.
points : 130
age : twenty-three.
♡ status : married to the one who didn't abandon her.
work : veterinary assistant.
home : her dream house on bridgewater way.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : parker, sami, trent, jax.

Message· · Sujet: Re: the only mistake you can make is not asking for help Dim 13 Jan - 2:04

l'idée que gunner aie pu se faire enlever l'avait hantée plusieurs nuits d'affilée. trouver sa chambre vide avait déclenché en elle un sentiment qui lui était inconnu jusqu'ici, et qu'elle espérait ne plus jamais ressentir. mais au fond d'elle, iris sait qu'elle ressentira à nouveau cette inquiétude, un jour. c'est évident. en épousant richard, elle a également épousé les responsabilités qui accompagnent son nouveau statut de belle-mère. des responsabilités auxquelles, naïvement, elle ne s'attendait pas en disant oui. sa réponse aurait-elle été différente si elle avait su ce qui l'attendait réellement ? à vrai dire, elle n'en sait rien. et elle n'a pas envie d'y penser. toutes ces questions et ces doutes appartenaient au passé, et iris avait fait le choix de tirer un trait sur tout ça. seul le présent comptait désormais. et le présent consistait à babysitter gunner, actuellement dans sa chambre. et elle avait vérifié, cette fois.
installée sur le canapé, la télécommande dans une main et sa tête dans l'autre, une sélection de films qui se ressemblent tous défilent sous ses yeux fatigués. elle s'endormira probablement avant même d'en avoir choisi un, ou dès les premières images du premier qui viendra. et il faut dire qu'avec les nuits agitées qu'elle vient de passer, il est peut-être préférable qu'elle ferme les yeux afin de rattraper le sommeil qui lui manque. elle lutte, un peu, mais pas longtemps. les visages de son mari et de son plus jeune fils se dessinent progressivement, puis s'évanouissent lorsque des coups à la porte la sortent violemment de son demi-sommeil. ses yeux s'ouvrent en grand et toute trace de fatigue disparaît tandis que le retour à la réalité lui fait réaliser que quelqu'un attend derrière la porte. sans plus tarder, iris se lève et s'empresse d'aller ouvrir à la personne qui poireaute depuis déjà de trop longues secondes.
il ne lui faut qu'une demi-seconde pour reconnaître le visage de celui qui lui fait face, et sa bouche s'entrouvre de surprise mais également d'incompréhension. serait-elle toujours en train de rêver ? mais quel drôle de rêve alors, bien différent de ceux dont elle a l'habitude de faire. non, ce n'en est pas un, mais elle ne se pincera pas pour vérifier qu'elle est bien éveillée. « bonjour ? » elle finit par lancer la première, le jeune homme dont elle ignore malheureusement le prénom restant lui toujours muet. il semble même quelque peu désemparé, pour une raison qu'elle ignore également. sa venue a-t-elle un rapport avec leur rencontre, le soir d'halloween ? cette hypothèse est rapidement balayée lorsqu'il explique vouloir parler à richard, présentement absent malheureusement.
« non, désolée, je l'ai déposé à l'hôpital juste avant » elle fronce légèrement les sourcils en esquissant une moue désolée. s'il avait décidé de rentrer à pied de son examen médical, il n'avait eu d'autre choix que de s'y faire déposer par sa femme, ayant toujours interdiction de conduire - mais selon l'avis du médecin l'interdiction était peut-être déjà levée au même moment. « tu veux l'attendre à l'intérieur ? » elle propose alors en esquissant un pas en arrière, tirant un peu la porte par la même occasion. elle pense savoir à qui elle a affaire d'après les nombreuses descriptions de richard sur l'ami de trent, et un sourire se dessine au coin de ses lèvres à l'idée de faire plus ample connaissance avec le jeune homme.

_________________
i guess i could be pretty pissed off about what happened to me, but it's hard to stay mad when there's so much beauty in the world -- american beauty.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
it's all butterflies and roses

Jax Beauchamp

messages : 3313
name : Olivia
face + © : harris dickinson (@calvaries)
multinicks : zoya + alfie + emerson + parker + aj + orlando + chad
points : 911
age : 24
♡ status : trying to get over him
work : on the road (delivering driver)
home : a small appartement in a shitty neighborhood

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (■■■) iris, angel, bran

Message· · Sujet: Re: the only mistake you can make is not asking for help Mar 29 Jan - 14:44

Il savait que c’était complètement idiot mais il perdait complètement ses moyens face à l’imprévu. Un imprévu qui n’aurait pas dû en être un, s’il avait réfléchi davantage, s’il n’avait pas agi sur un coup de tête (ou de cœur). Au lieu de chercher d’autres solutions, il avait voulu aller à la plus efficace, la plus rapide, même si elle lui en coûtait beaucoup, pas seulement en ce qui concernait l’argent mais aussi pour sa fierté, comme si c’était la seule chose de valeur qu’il lui restait. Mais n’était-ce pas le cas, en quelques sortes ? Il avait longtemps cru que sa dignité serait l’unique bien qu’on ne pourrait lui voler et voilà qu’il commençait à se demander si là aussi il ne s’était pas fourvoyé. Pourtant, à ce moment précis, il s’en fichait de remiser son ego au placard, de piétiner ses principes, de s’abaisser à quémander. Il voulait bien tout remettre en question, tout offrir en pâture, si cela lui permettait de franchir la distance pour retrouver son amant. S’il avait su, à ce moment précis, ce qui l’attendait là-bas, peut-être qu’il y aurait réfléchi à deux fois. Et encore…
En attendant, il n’était pas encore là-bas et il contemplait le visage de la jeune femme d’un air déboussolé, incapable de savoir comment réagir à cette tournure qu’il n’avait pas envisagée. Il était évidemment trop tard pour tourner les talons et s’en aller et inventer une excuse idiote pour expliquer sa visite inopinée ne lui vint pas à l’esprit. Il aurait pourtant pu prétendre chercher Trent, feindre d’avoir cru le trouver là, prétexter avoir oublié qu’il ne vivait plus chez les Stevenson. Et pour cause… Il se trouvait face à l’objet des tourments de son meilleur ami et se sentait un peu stupide de la dévisager comme s’il était face à une extraterrestre. Elle n’en avait rien, pourtant, ni l’allure, ni les traits. L’ouvrier pouvait néanmoins comprendre le trouble de Trent, à défaut de le partager. A la lumière d’un jour clair, il pouvait voir ce qu’il n’avait pas pris le temps de constater lors de leur brève rencontre à la soirée d’Halloween : Iris avait des yeux envoûtants, d’une couleur qui happe et elle avait le visage d’un ange déchu mais ce que Jax relevait surtout, c’était l’aura fragile qu’elle dégageait. Il peinait à croire qu’une demoiselle qui avait l’air si jeune, si délicate, ait pu mettre sens dessus dessous un ménage que tous pensaient indestructible. La preuve que les apparences étaient souvent trompeuses, songea distraitement Jax alors que son regard glissait vers les lèvres roses entrouvertes, les joues de porcelaine, les longs cils. Il était incapable de se mettre à la place de Trent mais il ne pouvait s’empêcher d’imaginer la tête de son meilleur ami s’il découvrait qu’il lui avait parlé, même si ce n’était pas elle qu’il était venu voir, à l’évidence. Jax n’était pas du genre curieux, jamais il n’aurait voulu franchir cette frontière trouble. Au contraire, même, il préférait rester aussi loin que possible des Stevenson, pour ne pas mettre son meilleur ami dans tous ses états. Pour ça, cependant, il aurait dû commencer par éviter de venir faire une demande d’emprunt auprès de Richard. Que dirait Trent s’il découvrait ce qu’il avait fait ? Et s’il apprenait qu’il avait rencontré Iris, sans rien avoir calculé ?
- Oh… d’accord, répondit Jax, incapable de dissimuler sa déception.
Pourtant, il aurait dû anticiper l’échec, les variations de celui-ci pouvant être multiples. L’absence de Richard, le refus de ce dernier de participer à cette folle épopée qui n’avait aucun sens, son malaise à l’idée de faire quelque chose dans le dos de Trent. D’ailleurs, Jax lui en aurait-il seulement parlé ou aurait-il trouvé une autre excuse pour cette demande maladroite ? La question ne semblait plus se poser.
Jax hésita lorsqu’Iris proposa qu’il l’attende à l’intérieur et jeta un coup d’œil légèrement inquiet dans le couloir puis vers l’étage supérieur. Gunner était-il présent ? Que se passerait-il si c’était le cas et qu’il évoquait devant Trent sa venue, sa présence dans la maison, presque seul avec Iris ? Le regard incertain de l’ouvrier revint à la maitresse des lieux et le sourire qu’il décela le gêna :
- Je—je ne crois pas que ça soit une bonne idée. Ce n’est pas grave, je l’appellerai. J’aurais dû le faire avant de venir. Je suis désolé de t’avoir importunée…
Il se mordit la lèvre, conscient qu’il faisait preuve de maladresse et qu’elle pourrait s’interroger sur la raison pour laquelle ce n’était pas une bonne idée. Il aurait dû la saluer et s’en aller, mais c’était comme si ses pieds étaient englués dans le sol et il ne fit pas le moindre geste pour prendre congé d’elle.
Et puis il n’oubliait pas la raison première de sa venue. Bran. Revoir Bran. Comprendre ce qu’il se tramait. Ne plus souffrir de cette incertitude qui le rongeait face au silence de son amant.
- Est-ce que—est-ce qu’on pourrait garder ça entre nous ? Je… Je ne tiens pas vraiment à ce que Trent sache que je suis venu.
Il grimaça et s’en voulut de la mettre dans une situation pareille.

_________________

'Cause they say the bigger the love, the harder the fall,
well I'm crashing through the floor.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Iris Stevenson

messages : 703
name : zoé.
face + © : kristine froseth — cosmic light, chrysalis.
multinicks : dahlia, poppy.
points : 130
age : twenty-three.
♡ status : married to the one who didn't abandon her.
work : veterinary assistant.
home : her dream house on bridgewater way.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : parker, sami, trent, jax.

Message· · Sujet: Re: the only mistake you can make is not asking for help Jeu 14 Mar - 0:23

elle ne connaît pas ce garçon qui se tient devant elle. elle ne sait rien de son passé, ni même de son présent d'ailleurs, si ce n'est qu'il aurait souhaité que ce soit richard qui ait ouvert la porte. elle ne sait pas ce qui l'amène. ni si ça lui a coûté de venir jusqu'ici. tout ce qu'elle sait, iris, c'est qu'il y a une raison. peut-être qu'il la lui dira, ou peut-être pas. peut-être qu'elle l'apprendra plus tard. peut-être pas. peu importe. ce n'est pas qu'elle n'est pas curieuse iris, c'est juste qu'elle ne se mêle pas des affaires des autres. et s'il ne veut pas partager avec elle ce qu'il comptait partager avec richard, alors elle respectera son choix. car elle ne le connaît pas, et il ne la connaît pas. ils ne se doivent rien.
dans un court moment de silence, elle lit dans ses yeux toute la déception et la curiosité que son visage lui procure. elle en a pris l'habitude. les premières semaines, ça n'arrêtait pas. sans cesse on sonnait pour découvrir le visage de la fameuse nouvelle madame stevenson. même le facteur, qui se contentait jusque là de déposer le courrier dans la boîte aux lettres, trouvait des prétextes pour appuyer sur la sonnette dans l'espoir de détailler celle qui avait pris la place d'une autre. mais le regard de jax semble différent. sincère. elle ne décèle aucune arrière-pensée dans ses yeux. et si iris n'a pourtant jamais été très douée pour comprendre les gens qui l'entourent, elle a appris au cours des derniers mois à distinguer le vrai du faux en ce qui concerne les habitants de windmont bay - ce qu'elle n'arrivait clairement pas à faire lorsqu'elle n'était qu'une gamine perdue dans le système. et dans le regard de jax, iris voit de trop nombreux non-dits qui n'attendent que d'être révélés.
iris a appris très tôt qu'elle ne pouvait compter que sur elle-même. que si elle désirait quelque chose, dans la vie, elle devait l'obtenir par ses propres moyens. qui d'autre, sinon elle ? ça n'a jamais été une question de fierté. les foyers qu'elle a côtoyé n'ont tout simplement jamais été capables de lui apporter ce genre de chose. de l'aide. si ça avait été le cas, n'aurait-elle pas été adoptée ? pourtant, elle a longtemps cru que c'était de sa faute. c'est ce qu'on lui répétait, après tout, alors comment ne pas y croire quand on n'est encore qu'une enfant ? comment ne pas y croire quand les autres enfants, eux, s'en vont au fur et à mesure dans leurs nouvelles familles ? au fond, iris elle y croit toujours un peu. ça ne partira jamais réellement, elle le sait. mais elle s'y est fait. et puis, elle a richard aujourd'hui. alors même si elle a appris à ne plus compter sur les autres, elle sait qu'elle n'est plus toute seule.
jax semble lui aussi avoir besoin de richard. à quel sujet, elle n'en a pas la moindre idée, mais ça doit être assez important pour qu'il vienne en personne lui en parler. malheureusement, richard n'est pas là et iris voit jax se fermer alors qu'elle lui propose d'entrer et de l'attendre à l'intérieur. il décline son invitation en mentionnant que ce n'est pas une bonne idée, qu'il appellera, et finit même par s'excuser de l'avoir dérangée. « n-non, pas de souci » elle souffle presque en secouant légèrement la tête, peut-être un peu surprise de la tournure de la situation. il n'a pas à s'excuser, puisque ce n'est pas le cas. il ne l'a absolument pas importunée. mais alors que ses mots semblaient signaler son départ imminent, son corps, lui, ne bouge pas. ne se tourne même pas. sans dire un mot, iris pose son regard sur les yeux hésitants du jeune homme, attendant une réaction de sa part sans non plus le presser pour en obtenir une. ses lèvres finissent par se délier et jax mentionne le prénom de trent, souhaitant que son meilleur ami reste dans l'ignorance de cette rencontre fortuite. iris arque un sourcil surpris, loin de se douter de la véritable raison qui pousse jax à vouloir cacher cet échange. « bien sûr. » elle murmure après avoir acquiescé de la tête. si jax tient à ce que trent ne sache rien de tout ça, c'est que la raison qui l'a conduit jusqu'à elle - bien malgré lui - doit être bien plus sérieuse qu'elle ne l'aurait cru. iris n'est certes pas son mari, mais elle ne peut tout bonnement pas le laisser repartir comme ça, si ?
« on n'est pas obligé... de parler, si t'en as pas envie. » elle finit par lâcher en posant un regard timide sur celui du jeune homme. ils ne se connaissent pas, après tout. une brève rencontre due au hasard et à un moment de panique, ça ne compte pas. elle n'est pas sûre de ce qui le retient réellement de fouler le sol de cette maison, mais le fait qu'il ait jeté un coup d'œil par-dessus son épaule juste avant semble lui mettre la puce à l'oreille. « ou bien... on peut aller s'asseoir sur le banc, derrière. » elle suggère alors dans un soudain élan de confiance. à l'abri des regards et des oreilles indiscrets. même celles de la maison. « c'est comme tu veux. »

_________________
i guess i could be pretty pissed off about what happened to me, but it's hard to stay mad when there's so much beauty in the world -- american beauty.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
it's all butterflies and roses

Jax Beauchamp

messages : 3313
name : Olivia
face + © : harris dickinson (@calvaries)
multinicks : zoya + alfie + emerson + parker + aj + orlando + chad
points : 911
age : 24
♡ status : trying to get over him
work : on the road (delivering driver)
home : a small appartement in a shitty neighborhood

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (■■■) iris, angel, bran

Message· · Sujet: Re: the only mistake you can make is not asking for help Dim 17 Mar - 13:37

Jax se sentait pris entre deux feux : la raison ou la folie, l’audace ou la réserve, l’espoir ou l’abandon. Tout cela ne tenait qu’à un fil ou, en l’occurrence, à une décision qu’il devait prendre dans la minute qui suivrait et qui dessinerait son existence pour les prochaines semaines. Devait-il trouver un autre moyen de rassembler la somme nécessaire et, dans ce cas, continuer à éprouver l’impatience qui lui rongeait les nerfs, ou céder à la facilité pour écourter sa torture ? Il savait qu’il ne s’agissait pas seulement de Bran mais aussi de ce que ressentirait Trent s’il apprenait – quand il l'apprendrait ? – la démarche que son meilleur ami avait entreprise dans le secret. Mais il était prêt à risquer cette gêne, uniquement parce qu’il avait assez confiance en leur amitié pour ne pas souffrir de ce qui pouvait être considéré comme une certaine trahison. Pourquoi, en effet, cacher au jeune Stevenson son besoin pressant d’argent et son incapacité à attendre de voir comment les choses se développeraient ? Jax ne le savait pas trop, il savait juste qu’il ne se sentait pas la force de le regarder dans les yeux, d’avouer qu’il en était arrivé-là. Il n’avait jamais offert un spectacle aussi pathétique à son meilleur ami, même lorsqu’il s’était présenté avec un œil tuméfié, à la suite d’une dispute avec son père. Il ne s’était jamais montré aussi vulnérable devant Trent parce qu’il n’en avait jamais ressenti le besoin. Mais maintenant, cet amour et cette inquiétude qui le consumaient, Jax ne savait pas comment les gérer et ne voulait pas que Trent le découvre. C’était sans doute idiot mais pourquoi nier l’évidence ? Son meilleur ami était cependant passé en second plan pour la première fois en une décennie d’amitié et c’était sûrement cela qui rendait Jax nerveux, ce qui le faisait culpabiliser. Car, en réalité, il savait déjà comment Trent prendrait son geste, il pouvait même se figurer la mine qu’il afficherait s’il découvrait ce que Jax avait fait. Mais à ce stade, Jax repoussait cet affolement parce qu’il fallait qu’il se concentre sur une chose à la fois et, pour l’instant, il n’avait que sa quête d’argent à l’esprit.
Par chance, la jeune épouse de Richard – Iris, il devait cesser de la voir comme la belle-mère de Trent mais comme une personne à part entière, elle n’était pas définie par son statut marital, c’était juste un détail dans son existence, mais un détail qui altérait les relations qu’elle pouvait avoir son entourage – ne s’offusqua pas de sa maladresse et Jax éprouva un certain soulagement. Il n’avait pas envie de la mettre dans une situation délicate, mais il n’avait pas envie non plus de troubler son amitié avec Trent alors que rien n’était fait, ni emprunt, ni voyage précipité. Tout pouvait encore s’effacer, ils pouvaient encore faire comme si rien de tout cela n’était arrivé. Du moins l’espérait-il. Les lèvres pincées, l’ouvrier réfléchit encore au choix qui s’offrait à lui – plutôt limité, en somme – et quand Iris lui offrit une sorte d’alternative, Jax la considéra un instant. S’ils ne parlaient pas, que feraient-ils ? Ils ne se connaissaient pas, ne se seraient sans doute jamais rencontrés s’il n’y avait les circonstances de son lien avec Trent, et pourtant, en un sens, peut-être était-ce pour le mieux. Sa mère le lui avait assuré, quand il était gamin : parfois, les gens sont mis sur ton chemin pour une raison, même si tu ignores encore laquelle. Était-ce le cas ? Ou cherchait-il une excuse pour céder à la tentation ? Si l’hésitation de Jax était évidente, elle finit par s’évanouir quand la jeune femme suggéra qu’ils aillent s’installer sur le banc, derrière la maison, près du jardin, là où ils pourraient discuter sans risquer d’être à portée d’oreille. Déglutissant, l’ouvrier finit par hocher la tête en silence, acceptant avec reconnaissance cette proposition salvatrice.
- Je vais faire le tour par le côté, dit-il en reculant, comme s’il voulait à tout prix éviter de fouler le parquet de la jolie maison quand il était seul avec Iris.
Si Richard avait été là, il l’aurait sûrement suivi à l’intérieur. Ils seraient allés dans son bureau et ils auraient pu discuter au calme de cette affaire qui était si importante aux yeux de Jax qu’il en venait à la cacher à son meilleur ami.
Jax rejoignit le porche arrière et s’installa sur le banc, les mains dans les poches, pour contempler ce jardin où il avait joué avec Trent et Jack à de nombreuses reprises, quand ils étaient adolescents, quand les parents de Trent étaient encore l’image idéale des parents dont le jeune Beauchamp avait rêvé pour lui et sa sœur. Une langueur lointaine qui lui étreignit brièvement le coeur avant qu’apparaisse à nouveau la silhouette d’Iris. Il lui adressa un regard incertain, comme s’il doutait encore que ça soit une bonne idée d’avoir accepté de lui parler, puis reporta les yeux sur le paysage :
- Le jardin n’a pas changé, commenta-t-il en le désignant d’un coup de menton. Cela faisait un moment que je n’étais pas venu.
L’âge adulte aidant, il avait eu moins de contacts avec Richard. Ils préféraient traîner dehors, à des soirées ou près d’un terrain de sport, plutôt que de squatter la chambre de Trent. Pourtant, à chaque fois qu’il croisait Richard, ce dernier ne manquait pas de se montrer égal à lui-même. Jax avait toujours eu une confiance totale en lui et même si son mariage avait tout à coup coulé pour donner naissance à un autre, l’admiration du jeune Beauchamp n’avait pas faibli.
Se sentant cependant obligé d’expliquer sa venue et son comportement, Jax ne chercha pas à meubler la conversation et il avoua doucement :
- Si je n’avais pas envie que Trent sache que je suis venu voir son père, c’est parce que je voulais lui demander de l’argent. Je sais que Trent n’aurait pas hésité une seconde à m’en prêter si je le lui demandais mais je ne crois pas qu’il possède la somme dont j’ai besoin et que je voulais trouver rapidement.
Jax se malmena la lèvre inférieure et précisa :
- C’est la première fois que j’envisage une telle démarche, je n’ai jamais emprunté de l’argent à quiconque, je me suis toujours débrouillé. Mais là… là chaque jour qui passe est une angoisse et je ne sais pas vers qui d’autre me tourner.
Il avait honte, l’ouvrier et il ne le cachait pas.
- Et puis je ne suis pas sûr que Trent comprenne pourquoi je le fais. Même si je sais qu’il ne comprendra pas plus pourquoi j’ai voulu passer par son père plutôt que de lui en parler.
Rien qu’en évoquant son dilemme tout haut, Jax prenait conscience de l’absurdité de sa situation, tiraillé entre trop de sentiments pour pouvoir réfléchir correctement.
- Richard a toujours été là pour nous. Je me suis dit qu’il n’exigerait pas forcément une explication, qu’il savait que je le rembourserais jusqu’au dernier centime. J’aurais quand même dû lui demander un rendez-vous, au lieu de passer comme ça, à l’improviste.
Car par sa faute, maintenant, Iris se trouvait dans une position d’autant plus ennuyeuse qu’elle avait sûrement déjà assez de tracas avec l’ajustement que demandait sa nouvelle vie. Se pinçant les lèvres, Jax fixa un point au loin puis tourna la tête vers Iris pour lui adresser un sourire contrit.
- Je ne sais pas trop pourquoi je te raconte tout ça. Peut-être parce que tu me fais un peu penser à ma sœur.
Il ne cherchait en rien à souligner la jeunesse d’Iris mais ce détail ne pouvait pas être ignoré et, surtout, il ne savait pas vraiment quoi lui dire. Il pouvait difficilement lui poser des questions qui passeraient sûrement pour invasives, encore moins évoquer la relation trouble que Trent avait avec elle, qu’elle en ait conscience ou non. D’ailleurs, pendant une seconde, Jax se demanda si elle se doutait de l’effet qu’elle avait sur son meilleur ami. Puis il chassa cette idée. Il préférait ne pas le savoir.

_________________

'Cause they say the bigger the love, the harder the fall,
well I'm crashing through the floor.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message· · Sujet: Re: the only mistake you can make is not asking for help

Revenir en haut Aller en bas
 
the only mistake you can make is not asking for help
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Jude Celestin would not make it through to a presidential run-off!!
» Mateli ap make pwen
» 03. How to make truth from lies.
» Première leçon à donner [Mike Natoli]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: vagabond :: butterfly effect :: season 1-
Sauter vers: