AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Duncan | Course poursuite dans Lemon Street

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Jeu 29 Oct 2009 - 1:41

pv Duncan


 
PANAMEE « Je vais vous prendre ce cornet à la framboise » réclama la jeune mère qui tenait son bambin au creux de ses bras, les yeux remplis de gourmandise, elle se lécha la lèvre supérieure au moment où son fils fit de même. Le glacier tendit la glace enroulée dans un mouchoir à la femme, qu'elle prit de sa main disponible et entendit alors les gémissements de son rejeton qui pointait du doigt la boule de glace de sa maman. Elle lâcha un faible sourire et fixant ce que réclamait Oliver, elle reposa ses pupilles sur l'enfant « T'es sûr de vouloir cette boule de glace ? » il ne répondait guère. Évidemment, à six mois, la conversation parent - enfant n'est pas encore réellement construite. Elle reposa ce dernier dans la poussette à trois roues, Panamee approcha sa glace à son fils qui la prit aussitôt entre ses dix doigts, et se tourna vers le marchand. « Je vais vous commander sa jumelle. Merci », annonça t elle avec un franc sourire.

Elle attendit devant le comptoir du marchand en scrutant du regard la fabrication de sa glace, fit un immense sourire au moment de la réception de sa gourmandise, et entendit un SPLASH derrière elle. La jeune demoiselle pivota immédiatement en direction de son fils qui pleurait à chaudes larmes, Panamee s'accroupit à hauteur de la poussette, son bras droit tenant la glace qu'elle venait d'acheter, elle passa une main sur le visage de son enfant, qui lui tendait les bras vers sa mère. Il tapait des pieds contre le landau, d'une manière assez forte d'ailleurs, elle détourna le visage vers la boule de framboise qui avait fini sa route non pas dans l'estomac de son fiston, mais sur la chaussure cirée du client de derrière. Instinctivement, sa tête remonta toute la silhouette du costard en passant même sur l'entre jambe et le torse, et s'arrêta nette sur le visage de l'homme. De toute sa courte vie, la maman n'avait rarement eu l'occasion de voir un minois si finement dessiné. Un collier de barbe de trois jours faisant le pourtour de son menton, une épaisseur des cheveux brune installée en fouillis sur son crâne, et ses yeux. Elle resta les yeux ancrés dans ses pupilles pendant de longues secondes avant de s'en détacher et de faire un sourire crispé à la situation.

Détachant la sécurité de la poussette d'Oliver, elle prit dans ses bras celui qui se jeta sur la poitrine de sa mère, en tentant de ne pas faire tomber l'unique survivante des glaces. Une fois bien installé dans le creux de mère poule, elle se redressa du sol et contempla le jeune homme qui regardait l'état de ses chaussures. Le seul fait d'être dans ses bras avait calmé le mioche qui jouait à présent avec les ondulations de la chevelure de sa mother. Stoïque devant l'affaire, elle attendit qu'il redresse la tête pour lui adresser la parole sur un ton plutôt désolé et désemparé.

PANAMEE « J'oblige que vous me donniez la note du cordonnier. » avança t elle avec un faible sourire pour rassurer l'homme qui contemplait les dégâts. Elle baissa elle aussi le visage sur la chaussure aux teintes rosées, et repositionnant son fils dans ses bras, elle sentit la glace fondre dans ses mains. « Tenez. » Elle tendit sa boule de framboise légèrement fondue par le soleil, et avec une ironie totale elle reprit la parole. « Deux solutions : vous croquez à pleine dents le meilleur parfum de notre glacier Tony ou ... », elle se mit alors à effectuer un sourire plus sincère et conciliant, les paupières plissées par le rayon qui atterrissait dans ses iris. « Vous arrangez votre chaussure en faisant de même sur l'autre côté. Ce qui me fera deux notes de cordonnier mais je pense l'avoir bien mérité. »
 
[...]


Une amitié s'était installée à Ocean Grove.
Allongée dans son canapé en ce vendredi soir, il était 23H00 lorsque Betty venait d'avouer qu'elle avait tué Sally par pure vengeance. Endormie totalement dans son divan, Panamee avait la bouche légèrement entrouverte, sa fine main retenant la télécommande de la télévision qui grésillait à chaque fois que Betty discutait, elle fut réveillée par le flash back du meurtre de Sally. PAN ! Ce même coup de feu elle venait de l'entendre dans son cauchemar du gala de charité, et se redressant d'un coup de son fauteuil, et brûlante, elle venait d'éteindre la TV abrutissante. A deux doigts d'avoir perdu son cœur par une crise cardiaque.

La jeune mère partit dans sa cuisine où elle se passa de l'eau sur le visage et surtout le front, elle laissa glisser quelques gouttes sur sa nuisette qu'elle s'efforça rapidement à faire disparaître par un sopalin. Les deux bras tendus face au lavabo, elle ferma un instant les yeux en soupirant, puis les rouvrit lorsque la lumière de son lampadaire se mit elle aussi à faire de petits crépitements. Panamee souleva le rideau de sa cuisine, et fixant avec plus d'attention l'immense lampe de Apple Road, elle vit Duncan Thomas arriver par l'entrée de la résidence. Cette dernière exclama sa satisfaction par un sourire jusqu'aux oreilles qui ne fut de courte de durée. Effectivement, c'était bien lui. La chemise ouverte, courant et manquant de tomber par le repli de son jean mal fermé, sa ceinture vagabondant dans le vide alors accrochée par uniquement deux passants, il cavalait ses chaussures en main. Derrière son rideau, elle fronçait les sourcils d'incompréhension jusqu'à ce qu'elle aperçut cet homme bourru qui avançait à grands pas derrière Duncan. Il en fallait peu pour comprendre.

Sur un coup de folie et sans se rendre compte de sa tenue, la mère de famille sortit de chez elle en petite tenue, elle passa par le derrière de son jardin pour atterrir sur Lemon Street. Au bout de seulement vingt secondes, la silhouette de l'homme courant se dessinait dans le noir de la rue, et elle s'approcha de ce dernier à grands pas. En voyant Panamee, il se stoppa net. Elle rejoignit Duncan dans la pénombre avant même que l'homme austère débarque, puis ne comprenant la situation ou ne voulant l'accepter, elle fronça les sourcils.

PANAMEE « Qu'est ce que tu fiches à 23H00 et dévêtu dans ma rue ? » s'exclama t elle en levant les bras au ciel de stupeur. « Merde, c'est quoi ton pro... », alors qu'elle fut en pleine demande d'explication, elle vit le rude homme âgé d'une quarantaine d'années qui s'avançait. S'interrompant dans sa leçon de moral, Panamee attrapa instinctivement la main de son ami qu'elle entrelaça avec les siennes avant de commettre l'incroyable. Elle se munit de sa main droite qu'elle plaça sur la nuque de Duncan et l'embrassa. Un long baiser envahit alors les lèvres de la jeune femme qu'elle avait déposé sur les siennes, ils restèrent ainsi pendant de longues secondes avant de se détacher et que le bougon fasse demi – tour. Perdue dans ses pensées, elle lâcha les doigts du coureur de jupons et rebroussa le chemin en direction de sa maison où Betty & Sally l'attendaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Jeu 29 Oct 2009 - 14:54

Duncan avait légèrement une envie de sucré, c'était ça la dure vie d'un Escort Boy, il avait souvent faim et ses exploits qui duraient souvent des heures allaient être bientôt contre lui si il continuait comme ça il allait prendre du poids et perdre son boulot, il devrait faire attention mais aujourd'hui il faisait une petite pause niveau régime, de toute façon ce n'est pas grave il irait à la salle de sport ou alors il retournerait faire du surf cela faisait un moment qu'il n'en avait pas fais. Ca ne pouvait que lui faire du bien de prendre soin de lui justement, à la place de toujours se plier au règle des filles ou femmes exigentes!

Il était alors aller au marchand de glace non loin de son agence d'où il venait de sortir, encore une fois perché au téléphone, depuis qu'il bossait là bas il avait changé, il pouvait limite paraitre pour un directeur, costard cravate, chemise légèrement ouverte vu qu'il était en pause, et lunette de marque sur la tête, il faisait alors la queue derrière une jeune mère qu'il ne regarda pas pour une fois, trop occupé à essayer de gérer ses rendez vous, un PAD à la main et de l'autre le téléphone, il ne regardait pas trop autour de lui trop concentré sur ce qu'il se disait au téléphone. Un homme d'affaire, ou presque... Voilà qu'il sentit une chose froide sur son pied et le bas de son pantalon, il baissa les yeux, les yeux grands ouverts, qu'est ce qui avait bien pu baver sur lui ? Un extra terrestre ??? Il finit alors rapidement son entretien téléphonique en finissant par dire que pour le moment il était pas disponible pour l'heure à venir, qu'il avait eu un imprévu mais qu'il se rattraperait!
Il regarda alors la maman à ses pieds, un petit sourire en coin, il n'avait pas fais attention à elle alors qu'il y avait de quoi, mais bon, il n'allait pas gueuler sur le gosse il avait quoi ? 3 mois ? xD Oui Duncan n'est pas très doué pour analyser et donner un vrai âge à un enfant mais bon normale, il sait surtout s'occuper des mamans, ou futurs mamans surtout.
Il enleva ses lunettes de soleil et les posa sur sa tête, ses yeux croisèrent alors ceux de la maman, de jolies yeux, un visage bien sympa, mais il devait y avoir un hic dans tout ça, une si jolie personne avec un enfant de 3 mois surtout x) ne pouvait être célibataire, c'était encore une sorte de Rachel Menken, un enfant et un mari, pourquoi les plus belles sont toujours cassées ou des sacrées... mégères pour rester polies.

Duncan dévia ses yeux de ses chaussures alors que la jeune maman s'occupait à présent de son fils, il regardait le dégat, bon ce n'était pas non plus trop la mort, un coup d'eaux et pas besoin de faire un patacaisse quand même...
Alors quand Panamee parla du cordonnier, Duncan ne put que lacher un rire, elle était sérieuse ? Elle voulait qu'il emmène ses chaussures à un cordonnier il ne savait même pas où y'en avait un...


Non ce n'est pas la peine, pour si peu.

Il lacha un petit sourire, ne nettoyant toujours pas les taches, il regardait l'air bêta la maman qui essayait de se dépatouiller avec le petit et sa glace de l'autre main, pourquoi les mères étaient toujours attirantes à arriver à tout gérer ? Une femme polyvalente voilà ce que c'était pour lui une mère avec un bout de chou dans les pattes, elle savait toujours ce qu'il fallait faire, mais s'occupait elle de son mari comme un mari veut qu'on s'occupe de lui ? Ce qui allait sûrement revenir au même pour lui, il tromperait la mère de son enfant...

Duncan lacha à nouveau un rire lorsqu'elle lui dit de croquer dans la glace, et si il n'aimait pas la framboise ? Il faisait quoi ? Il secoua la tête, attendant alors le reste du OU et fut surpris de la voir si impliquée, elle voulait nettoyer ses chaussures non mais trop craquantes et trop forte cette femme, ah lalala, qu'est ce qu'il aime les femmes qui s'occupent bien de lui, un peu à la Rachel, décidement, il avait peut être raisons à croire que c'était une sorte de vie comme elle vivait avec Samantha & Don qu'il voulait. Enfin bref il secoua la tête pour se chasser ses idées de la tête et regarda la glace couler le long des doigts de la maman, il sourit et prit deux trois mouchoirs sur le stand et essuya alors les doigts de la mère.


_Croquez là, ou alors faites enfin goutez la glace au petit, je crois qu'il n'a pas eu le temps mon pantalon et mes chaussures ont eu le droit à l'exclusivité!

Il avait dis cela d'un ton ironique et avec un petit sourire en coin, il fit un clin d'oeil à Panamee et s'accroupit alors pour nettoyer ses chaussures rapidement, ce n'était pas non plus brillant et bien propres mais ça ferait l'affaire, pour le moment et pis son pantalon il allait bien sécher à tout moment, il regarda alors le marchand de glace et commanda une boule stracciatella et finit quand même par payer les glaces à Panamee et au petit.
Voilà comment la première rencontre avec Panamee et Olivier se déroula.

[...]


Un soir alors que Duncan bossait, une femme riche de la ville avait fais appel à ses services, il y était allé, elle n'avait pas voulu une tenue approprié, un jean's et une chemise lui suffisait de toute façon elle ne faisait pas ça pour se taper des fantasmes alors voilà, la soirée se passait très bien jusqu'à ce que le mari de la femme ne rentre plus vite que prévus de son petit voyage d'affaire d'Italie, la femme et Duncan avait alors été surpris et Duncan avait souhaité partir par la fenêtre de leur maison aidé bien sûr par la femme. L'homme n'avait presque rien pu voir mais le bruit du corps de Duncan tombant dans un buisson avait réveillé ses soupçons.
C'est alors qu'une course poursuite se déroula, les chaussures sous le bras la chemise volante entrouverte, son pantalon même pas attaché donc il le tenait avec une main, et sa ceinture qui volait au vent, il avait la classe le beau Duncan, voilà les dangers de son métier, il aurait pu faire policier que cela n'aurait pas été plus dangereux selon lui, le pire était les femmes mariées qui trompaient leurs époux pas toujours aimants mais bon.
Il pensait être tranquille dans sa résidence, pensant ne pas réveiller le voisinage mais il faut dire également que l'homme qui lui courait après parlait plus ou moins fort alors tout cela était pas très bien discrèt pour lui mais bon passons.
Le coeur de Duncan battait la chamade, il avait peur de ce qui pouvait lui arriver et alors qu'il arrivait bientôt chez lui et qu'il pensait se cacher sagement attendant que l'homme arrête surement de frapper contre la porte, il vit alors une demoiselle arriver vers lui, il reconnut doucement Panamee la maman du petit de la glace, ils commençaient une amitié mais cette soirée allait sûrement bien la freiner, elle ne savait pas son métier et lui ne savait toujours pas si oui ou non elle était mariée et si son mari allait lui courir après à son tour.
Il essayait de récupérer son souffle lorsqu'elle lui posa les questions, il ne pouvait pas répondre il venait de courir plus vite qu'il pouvait et surtout trop longtemps, il avait beau être endurant, après une soirée de sexe et une course poursuite même Hulk n'a plus aucune force!
Duncan se retourna vers l'homme pour regarder sa progression mais fut alors bloqué par une main, non pas celle de l'homme attérissant sur sa joue mais une main douce Panamee avait mis sa main sur son visage pour ??? L'embrasser, il fut choqué et essaya tout de même de prendre son souffle pour faire de ce baiser un vrai baiser peut être que l'homme arrêterait de lui courir après si il voyait un beau baiser.
Il avait posé sa main qui tenait son pantalon x) dans le bas du dos de Panamee pour faire de ce baiser un véritable baiser de cinéma, normalement ce sont les princes qui sauvent les princesses pas le contraire. Une fois le baiser finit il se mordit la lèvre et regarda derrière lui l'homme avait rebroussé chemin, il soupira et posa ses mains sur ses hanches pour reprendre son souffle, il sortit un léger.


_Merci tu viens de me sauver la vie...

Que voilà déjà Panamee rebroussé chemin, il fronça les sourcils, elle n'attendait rien de lui elle venait de le sauver et maintenant elle partait ? Il fronça les sourcils mettant sa tête sur le côté légèrement comme pour comprendre, il boutonna son pantalon pour qu'au moins celui ci ne tombe plus et se dirigea vers elle la rattrapant par la main.

_Panamee je...

Il regarda sa tenue, elle était légèrement vêtue elle devait avoir froid, il enleva alors sa chemise de son torse et lui mit sur ses épaules, mais manque de chance pour lui un baiser rouge était posé sur le col de celle ci, si elle le voyait elle allait sûrement posé des questions à son ami, enfin si amitié il y avait encore à ce stade là.

_Je... Je te suis redevable, comment te rendre la pareille ?

Il avait légèrement récupéré son souffle mais jusqu'à quand ? Une deuxième scène de ménage allait elle se produire ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Jeu 29 Oct 2009 - 17:57

Cet homme représentatif de l'espèce humaine de l'est qui courait après Duncan, n'était certainement pas son ami. Un ventre bien rebondie de plusieurs litres de bières, de lourds sourcils épais formant un mono – sourcil, un costume non coordonné, et un accent digne de notre ancienne Prusse. L'aspect tragique qu'elle voyait à travers sa fenêtre la faisait rire intérieurement, tout du moins jusqu'à ce qu'elle se rende compte que si son ami était dénudé, ce n'était pas par les doigts de fées de notre Obélix russe. Puis, la petite voix de son inconscient l'avait poussé à lui porter secours en descendant les marches de son perron en chaussons et nuisette. Elle s'était pressée le pas jusqu'à arriver droit devant Duncan qu'elle aurait giflé en d'autres circonstances – c'est à dire, s'il n'était pas poursuivi dans une merde internationale – mais son instinct l'avait laissé hurler sur lui jusqu'à l'arrivée incommode de l'homme graisseux.

HOMME « touch boum boum ! » s'écria t il entre le 1587 et 1589 de Lemon Street. Elle se retint difficilement de rire à la parole de l'homme bourru, et reprit position vers Duncan qui reprenait son souffle. La respiration plus que saccadée du jeune garçon était entrain d'exaspérer cette mère de famille qui, s'énervait contre lui. « oundi bouch qué tcha tu oui, oui !! » renchérit celui qui s'approchait à grands pas. Pas besoin de comprendre ce qu'il disait. Il était énervé.

Panamee prit les choses en main en posant délicatement ses lèvres sur celle de son ami, sa nuque frôlant alors le cou puis le lobe de l'oreille qu'elle tira légèrement en sentant la main de Duncan sur son dos. Bien que dans la pénombre la vision était rétrécie, cette main compressant les reins de la jeune femme avait bien quelque chose de réel dans le baiser. Le doigt ayant légèrement tiré son lobe pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas intérêt à en profiter, se décolla de sa nuque et ses lèvres se retirèrent enfin. Perturbée par le chahut, elle avait préféré prendre la fuite et n'avait guère attendit les remerciements inutiles de son ami. Partie en direction de sa maison par la petite ruelle rejoignant Apple Road, elle entendit cependant le meuglement de quelques mots de la part de Duncan.

DUNCAN « Merci tu viens de me sauver la vie... »

Elle continuait d'avancer dans le noir à petits pas, resserrant la légèreté de sa robe contre elle, Panamee sentit une pression contre sa main droite. Ses yeux tombèrent sur sa main qui venait d'être en contact avec le bras de Duncan qui avait tenté tant bien que mal de la rattraper, et alors qu'elle se retourna pour faire face à ce dernier, il prit une nouvelle fois la parole.

DUNCAN « Panamee je... » enchaîna t il légèrement gêné par la situation. Retirant sa chemise, il la déposa tel un 'gentleman' sur les épaules de la jeune femme sans lui demander l'autorisation. Dans le noir, il y avait peu de chance pour qu'elle puisse voir la marque de rouge à lèvres dans le col de sa veste. Elle n'osa cependant le remercier pour sa bonne action de la soirée, et alors qu'elle s'apprêtait à reprendre le chemin pour sa maison et qu'elle marchait aux côtés de Duncan, il compléta sa phrase. « Je... Je te suis redevable, comment te rendre la pareille ? ».

Panamee se stoppa net et le contempla avant de larguer un profond soupir et de marcher avec plus de répondant, comme pressée de rentrer chez elle. Ils étaient amis. Et le voir dans cet état l'insupportait. Ses yeux sombres pénétrèrent alors dans les iris ronds de Duncan, et elle resta flanchée là pendant un bon nombre de secondes, sans rien dire. Combien de temps s'était il écoulé ? Trop. Reprenant la marche vers son chez – soi, elle ne l'écoutait plus mais se sentait épiée par le jeune homme qui la suivait derrière elle. Arrivée à quelques pas du 1668 Apple Road, elle se retourna et comme ci la boule de glace venait de lui éclater en pleine figure, elle déballa son sac.

PANAMEE « Ça t'arrives souvent de te faire poursuivre par des gros russes dans la rue ? » avança t elle alors qu'elle inspirait de profondes respirations, tellement énervée elle l'était. « Nan, en fait dis moi comment ? », elle marqua une pause et tourna la tête de gauche à droite, elle commença à exploser de colère. « OU ? C'est quoi ton problème Duncan ? » s'exclama t elle en mettant ses mains sur ses hanches comme abrutie par son comportement. « Tu as le syndrome d'excitation génitale persistante, c'est ça ? Tu as le SGEP ? » Panamee largua un deuxième soupir en pleine face avant de rétorquer et d'avouer ce qui la tracassait depuis plusieurs jours. « Je t'ai vu avec deux blondes différentes en une journée [...] puis y a eu la rousse du mardi et la brune du mercredi. A quoi tu joues, BORDEL ! » En réalité, la jeune mère était blessé par l'attitude du garçon, elle voulut lui mettre une bonne claque sur toute la longueur de sa joue, mais quelque chose l'arrêta. La fenêtre de son fils légèrement entrouverte laissa entendre des pleurs persistants de plusieurs dizaines de secondes et Panamee venait seulement de l'entendre. Relevant le visage en direction de l'étage supérieure de sa maison située à quelques mètres, elle ouvrit grands les yeux, regarda en premier Duncan puis accourut chez elle.

PANAMEE « J'arrive Oliver. » annonça la mère qui se précipitait à l'intérieur du 1668 Apple Road en grimpant quatre à quatre les marches de son perron. Elle laissa alors la porte principal ouverte, tellement pressée d'accourir auprès de son fils, l'idée de refermer la porte derrière elle lui passa par la tête. « Je suis là mon cœur. » Les pleurs des premiers mois, même à six mois. Manque de chance, son dogue de bordeaux d'à peine un an sortit alors de son salon et de sa niche pour sortir à l'extérieur de la demeure. Mowgli se précipita en direction de Duncan, où il se mit à sauter sur lui en exécutant le 'beau', accroupi sur ses deux pattes.

Son enfant dans les bras, elle descendit les escaliers du premier étage au moment où elle vit son chien partir de la maison. Panamee avançait derrière lui, tapotant la tête de son rejeton contre son épaule pour le rendormir, et voyant son chien assis 'au pied' devant Duncan – ce qu'elle n'avait jamais réussi à lui faire faire en un an – elle resta contre le muret de sa maison à contempler son canin, un petit sourire au coin de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Jeu 29 Oct 2009 - 22:32

Après tout vu l'allure de l'homme c'était tout à faire normal que sa femme ait fais appel à Duncan ou un autre Escort boy, tout le monde aurait fais pareil non ?
Les paroles de l'autre homme aurait fais rire Duncan dans d'autres circonstances mais là ce n'était pas vraiment le lieu ni le moment de rire, il ne devait pas rire de peur que Panamee lui en foute une et que l'homme rapplique pour en rajouter, ah lalalala les femmes!
Duncan rit de l'intérieur en sentant alors Panamee lui tirer l'oreille, aie aie, mais ne savait elle pas que cela lui plaisait ??? MDR! Il ne put cacher sous sourire pour autant, un léger sourire se dessinait sur ses lèvres alors qu'ils s'embrassaient, et il ne fallait pas quand même cracher sur ce baiser, elle savait bien embrasser quand même comme maman.

Duncan n'avait pas compris pourquoi Panamee avait pris la fuite, s'était elle rendue compte de la débilité de la situation, de la nudité dans laquelle elle était et lui aussi par la même occassion ?
Mais alors qu'il lançait les remerciements elle continuait de marcher, et lorsqu'il lui demanda que faire pour lui rendre la pareille, elle s'arrêta, net, il ne comprit pas son action, il ne comprit pas pourquoi un instant elle ne bougea ni ne parla pas, c'était bizarre... Etrange, cette fille avait des comportements étranges et tout cela justement le poussait un peu plus à aller vers elle dans sa direction la connaître il aimait les gens complexes surtout ceux avec qui il ne voulait pas en premier lieu et première envie des relations de corps à corps!
De toute façon cette fille avait quelques choses un potentiel qui faisait qu'il était forcement attiré par elle, il savait qu'elle pouvait lui apporter quelques choses mais quoi ??? Ca il allait le chercher et comprendre pourquoi son avis là à cet instant ou son pardon de l'avoir déranger l'intéressait lui particulièrement, car d'ordinaire il aurait juste remercier un sourire béta aux lèvres et serait rentrés chez lui se dépatouiller!
Et c'est alors qu'elle se remit à marcher légèrement plus vite, Duncan ne comprenait rien elle le faisait tourner en bourrique, mais malgré tout il la suivit, il avait récupéré son souffle mais était légèrement lassé de reprendre une course poursuite apparemment ce soir était sa soirée, il allait faire ça encore longtemps ? Et alors qu'elle s'était remis en marche, elle commença alors à débiter des paroles, tout un tas... Des questions beaucoup trop de questions, il se massa la nuque.

« Ça t'arrives souvent de te faire poursuivre par des gros russes dans la rue ? »

Il se mordit la lèvre, hum à vrai dire c'était la première fois depuis qu'il avait pris ce nouveau boulot mais il est vrai que des fois il y avait de l'action, c'était peut être pour ça que de temps en temps il préférait aller à l'hôtel pour essayer de ne pas avoir la peur de la découverte par le cocufié. Mais cette question le rendait mal à l'aise, c'était elle, et il ne voulait pas que sa nouvelle amie le juge... Surtout pas là. C'était qu'un job, il avait enfin une excuse de faire cela c'était son job.
Duncan ne put que rire même si le moment n'était toujours pas le bon à l'entente d'une abréviation non connu pour lui. SGEP c'était quoi ça elle était l'inventrice des abréviations ? C'était énorme, mais il dût très vite se reprendre vu le regard et les gestes de Panamee, elle pétait un plomb cela se voyait et en même temps cela lui faisait mal de voir une fille qui semblait avoir tout pour elle être dans un état pareil tout ça à cause de lui alors qu'ils n'étaient rien tout les deux, ils étaient en début d'amitié, à 1% d'amitié même peut être, c'était le début d'une relation et lui merdait déjà pas mal.

« Je t'ai vu avec deux blondes différentes en une journée [...] puis y a eu la rousse du mardi et la brune du mercredi. A quoi tu joues, BORDEL ! »

Il fronça les sourcils, il ne comprenait pas vraiment pourquoi elle lui envoyait ça c'était quoi le problème ? Le fait qu'il se tape des filles aussi souvent et qu'il ait du succès ou bien le fait qu'elle soit jalouse ? Si jalousie il y avait ? Il ne comprenait pas ses paroles, autant les premières allaient plus ou moins mais là non... En même temps ce qu'elle venait de lui dire le blessait, car le fait de blesser une fille à qui malheureusement il tenait déjà, car elle semblait si attachante le blessait. Il entendit les pleurs d'Olivier et il se mordit la lèvre tout pénaud, il merdait encore, il pensait se reprendre en main, pensant avoir un boulot pour sauver sa maison, car depuis quelques temps son colocataire était partit il se retrouvait alors seul à gérer une maison bien trop grande, il avait dans l'envie de déménager mais en même temps son salaire aidait LARGEMENT à payer la maison et cela était toujours bien mieux que de prendre un appartement miteux, tel qu'un Studio ou F1 pour amener une dame de classe ou non... C'était une histoire de marketting sa maison, une façade...
Il baissait la tête regardant alors le sol, il vit Panamee rentrer alors chez elle, laissant la porte ouverte, il s'assit un instant sur les marches du porche et passa sa main dans ses cheveux, il s'alluma une cigarette et fut pris de cours, le chien, O_o oups elle avait un chien non pas que cela l'effaie mais il n'était pas vraiment pret à ce qu'un chien vienne alors lui sauter dans le dos, il se releva brusquement faisant attention à ne pas cramer le chien par la même occassion et reçut vu l'exitation du chien des coups de pattes sur le torse laissant alors quelques marques de griffures... Mais rien de bien grave.
Duncan savait plus ou moins y faire avec les animaux, il s'était entrainé sur eux avant de le faire aux filles :P (Joke) il avait alors très vite caresser le chien le saluant et essayant de le calmer, jusqu'à même arriver à le faire s'asseoir sagement, il sourit alors et se baissa pour lui gratter la tête, Duncan tira sur sa cigarette tout en restant accroupi vers le chien, il ne fit pas attention mais il était observé il releva les yeux et vit alors Panamee et Olivier, la maman toujours aussi belle, en nuisette et avec la chemise de Duncan marqué :s mais bon... Après tout elle avait sûrement dû comprendre son petit manège même si là pour le coup il n'osait plus trop rien dire. Il se redressa tirant une nouvelle latte, mauvaise habitude mais bon, la solitude et le fait de vouloir faire le poète avait fais de lui qu'il avait commencé à fumer pour plaire aux filles soient disant, pour fumer le calumet de la paix avec les 3 mousquetaires... Fin bref. Une histoire de plus parmis tant d'autres!
Il regarda alors Panamee, son petit sourire au coin des lèvres étaient magnifiques, ah lalalala les femmes mariées, les mères lui faisaient vraiment trop tourner la tête, comment avait il réussi à mettre une barrière avec Rachel, il devrait l'appeler pour lui demander!
Il décida alors à ouvrir la bouche.


_Ton chien à l'air sympa.

C'était pas grandiose mais le peu qu'il avait réussi à dire naturellement, il tira une dernière latte et jeta sa cigarette au loin, crachant entièrement la fumée et voir tout ce qu'il pouvait avant même de se rapprocher de Panamee et de son fils, il prit un chewing gum dans sa poche de jean's et en mit un dans sa bouche, il ne voulait pas abîmer l'odorat du petit, il avait toujours fais attention à ne pas enfumer un enfant, même si il avait été con il avait par moment un minimum de respect!
Il se rapprocha alors de la mère et de l'enfant et fit un bisou sur le front naturellement à Olivier, il semblait fatigué réveillé par le fait que sa mère et lui s'engueule dans la rue. Il murmura alors au bout de chou.


_Désolé bébé, je ne voulais pas te réveiller.

Il fit un petit sourire et caressa la tête du bout de chou en plongeant son regard dans celui de Panamee... Il ne savait pas quoi dire plus quoi faire, devait il partir ? Devait il rentrer et calmer les questions de la femme ? Devait il calmer Olivier avec elle ? Devait il aller promener Mowgli ??? Que devait il faire ?
Il détourna le regard vers le chien justement et le siffla pour qu'il rentre à la maison, ce qu'il fit naturellement... Mouhahahahaha ils leurs fallaient un homme dans cette maison.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Ven 30 Oct 2009 - 0:48

Panamee était assez remontée contre le jeune homme, et pour dire si elle avait pu, elle l'aurait gifflé d'un bon revers et serait partie sans rien ajouter. Elle avait alors déballé son sac sous les yeux interrogateurs de ce dernier qui ne comprenait pas son attitude. En effet, il y avait peu de temps auparavant, ils ne se connaissaient guère. Mais aujourd'hui et surtout pour elle, tout était différent et elle le haïssait pour l'avoir en quelque sorte trahit avec son pénis. Quoiqu'il en soit, au cours de son déballage intensif de tout ce qu'elle détestait chez lui c'est à dire : l'homme coureur de jupons, elle s'étais mis à parler en abbréviations et langage complexe. Son SGEP qui n'était autre qu'un syndrome neuronale avait fait l'apparition dans la conversation entre deux enguelades - un côté un peu trop chirurgical qui lui revenait souvent dans la parole - à voix haute.

Elle criait de temps à autre, baissait quelque peu la voix tout de suite puis renchérissait avec de l'ironie. La jeune mère tellement préoccupée par son discours sur les donzelles de Duncan, n'entendit pas les pleurs de son fils de six mois endormi dans son lit à barreaux du première étage. Tout du moins, elle ne fit guère attention à son fils jusqu'à ce que la brise de ses larmes parvienne dans son ouïe fine, et qu'elle redresse le visage en direction de sa maison, apeurée. Elle avait alors lancé ce regard désolé avant d'accourir à l'intérieur de la maison, grimpant tel un singe les escaliers de sa demeure, elle arriva auprès de son fils qui serrait les poings de fatigue. Le prenant dans ses bras, elle fit ce petit bruit d'adulte 'gaga' par les enfants avant de le presser contre lui et de descendre les marches qui la menaient à l'entrée de chez elle.

PANAMEE « Chuuut. » lança t elle en atteignant la dernière marche du colimaçon. Mowgli passa droit devant elle en trombe pour sortir à l'extérieur, et ce fut ainsi qu'elle se rappela que sa porte d'entrée fut restée ouverte dans la précipitation. Elle émit un petit soupir avant de s'approcher de son perron, et cherchant des yeux son dogue de bordeaux, elle le vit au pied de Duncan. Pour être au pied, il l''était. Totalement assis devant le jeune homme, il ne bougeait une patte et tirait la langue d'assoiffement après sa course faite dans la maison. Elle s'arrêta alors et par un petit sourire en coin, se plaqua contre le mur de son habitation son rejeton dans les bras qui plissait des yeux. Au moment où elle s'apprêtait à faire rentrer son canin à l'intérieur de la maison, elle le vit s'allonger sur les pieds de Duncan, et n'osant déranger, elle regarda ce tableau. L'homme debout devant le 1668 Apple Road était tout sauf ordinaire. Durant l'absence de Panamee, il avait eu l'occasion de remettre à bien ses chaussures fraîchement lacées et sa ceinture accrochée à son jean qui ne tombait plus désormais. Son sourire venait de là : après leur 'première dispute', il avait pris le soin d'arranger son image comme il le put.
 
DUNCAN « Ton chien a l'air sympa. », il avait lâché ça comme une bombe. Un gamin de sept ans qui ne savait pas quoi dire sur son erreur aurait divagué sur l'accouplement d'une fourmin, et ce dernier parlait de son chien. Elle explosa soudainement de rire à ce qu'avait dit Duncan, alors qu'elle le contemplait au loin, elle secoua la tête de gauche à droite en émettant son merveilleux sourire qui venait de réconcilier les deux voisins. Son rire n'était en rien forcé mais sortait de l'intérieur de son corps, sans le vouloir il venait de dire quelque chose qui parvenait à le rendre attirant. Le jeune homme en question qui souriait aussi s'avança alors jusqu'en haut du perron où était Panamee, fit la chose la plus adorable qu'un homme pouvait faire pour elle. Il venait d'écraser sa cigarette et de plonger sa main dans sa poche de pantalon à la recherche d'un chewing gum - il était clair que ça n'avait rien d'extraordinaire sauf pour elle - qu'il avala dans sa mâchoire et continua sa route jusqu'à hauteur de l'enfant. « Désolé bébé, je ne voulais pas te réveiller. » dit il tout en tapotant le front de ce dernier avant de l'embrasser sur le haut de sa chevelure blonde.

Remettant son fils en bonne position dans ses bras, elle vit Oliver effectuer le même sourire au jeune homme qu'elle lui avait fait précédemment, puis relevant son visage vers Duncan, elle ne sut quoi faire. Elle secouait son fils dans ses bras pour l'apaiser mais ses idées paraissaient floues au sujet de son ami. Alors qu'elle s'apprêtait à récupérer son chien par le bout du collier, elle entendit un faible sifflement provenir de son voisin, la bouche entrouverte elle vit son dogue prendre le chemin de la maison et rentrer à l'intérieur sans grogner. Incroyable. Secouant la tête d'exaspération vis-à-vis de son canin, elle resta figée à quelques centimètres de Duncan, ses joues légèrement rougissantes par la timidité et la gène dans laquelle elle se trouvait.

PANAMEE « T'es incroyable. » avait elle meuglé avec son fils dans les bras. Elle rentra dans son couloir menant jusqu'au salon et n'entendant guère de pas derrière elle, la jeune mère se retourna et pencha la tête sur le côté. Ce petit basculement de visage avait fait descendre d'un cran la chemise de Duncan qu'elle portait toujours sur le dos et avait fait glissé quelques mèches sur sa peau. « Tu ne vas tout de même pas rester dénudé jusqu'à la fin de la soirée. » Etait ce un rencard ? Panamee remonta la veste trop grande de plusieurs tailles sur son épaule, et alors qu'elle retroussa les manches de sa main droite, elle haussa les sourcils avant de reprendre. « Non pas que ça me déplaise que tu sois sans chemise. » avait elle rajouté avant de pénétrer dans son salon où elle déposa Oliver dans un couffin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Ven 30 Oct 2009 - 14:15

Duncan pensait bien que Panamee était remontée même si il ne comprenait toujours pas pourquoi à vrai dire, il ne comprenait pas pourquoi soudainement cela la dérangeait qu'il soit beau jeune et se fasse courser par un viel idiot!
Ils n'étaient qu'amis, alors pourquoi réagissait elle comme ça ? Il ne comprenait pas cela et cela allait surement le perturber pendant un paquet de temps à moins qu'il décide alors de lui demander directement mais pour le moment ce n'était pas le moment...
A vrai dire qu'elle utilise des abréviations le faisait rire, elle était énervée mais pourtant elle n'en perdait pas sa langue, elle savait s'exprimer et c'était cool, car beaucoup de filles à part dire des gros mots et les insulter ne savaient pas faire grand chose!

Duncan était resté calme, il ne s'était pas énervé il restait là la laissant déblaterrer ces paroles et attendant le sifflet final, devenait il patient? Le travail l'aidait il ?
Alors qu'elle rentrait s'occuper de son fils ce qui était tout au plus normal et si elle n'y était pas allé il y serait allé, mais bon... C'était peut être pas pour faire le gentleman mais pour faire cesser les cris stridents du petit allez savoir. En attendant il était alors dehors avec le chien et sa clope, il avait récupéré de ses efforts de coureur de jupons, et respirait normalement, quelle soirée quand même, un petit sourire lui vient alors sur les lèvres lorsqu'il y pensa, mais très vite cette pensée partit, il était occupé par autre chose.
Il avait beau être à toujours torse nu, il s'était tout de même rhabiller un minimum le petit allait sûrement être descendu par sa mère et il ne voulait pas le choquer déjà et lui apprendre des mauvaises choses, car il parait qu'ils retiennent pas mal de choses même si ils ne se rendent pas compte enfin c'est ce qu'il a cru entendre ou même ce qu'il a vaguement entendu un jour où il écoutait des parents et ou bien sûr il faisait bien exprès de faire le faux interessé!

Alors qu'il lui dit que son chien était sympa elle lacha un rire, elle explosa de rire même il fronça les sourcils il ne comprit pas et haussa les épaules l'air tant pis je ne saurait pas pourquoi tu rigoles j'ai rien dis de comique pourtant, mais bon il était peut être clown dans ses passes temps!
Duncan ne savait pas si Panamee fumait ou même si l'odeur de la cigarette la dérangeait et en premier lieu il avait surtout pris un chewing gum pour le petit mais il était vrai qu'il ne voulait pas la répulser il s'en voulait déjà assez de l'avoir mis dans une situation des plus mal à l'aise alors il devait être poli et sage comme si Panamee était une mère pour lui et dont il voulait récupérer le pardon.
Le sourire d'Olivier en sa direction le fit craquer ce petit semblait si touchant et pourtant il criait bien partout qu'il ne voulait pas d'enfants, mais au fond de lui peut être que le contraire était présent, peut être qu'il voulait un enfant peut être qu'il en avait besoin même si lui même était la plus part du temps un enfant un gros même mais bon.
Duncan savait qu'il l'avait détendu en une phrase en un petit geste surement insignifiant pour la plupart mais elle semblait plus calme, plus prête à parler avec lui, elle n'osait même plus rien dire si c'est pour dire!
Duncan sourit lorsqu'il vit Panamee soupirer elle n'arrivait pas à dresser son chien ? Si elle voulait il le ferait pour elle, c'était toujours bien mieux un chien qui obéit d'autant plus lorsqu'on a un enfant en bas âge à ses côtés, sinon un chien devient vite une arme.

« T'es incroyable. »

Duncan ne put que lacher son plus beau sourire, oui il était incroyable il le savait et aimait l'être c'était peut être une phrase jeter en l'air mais pour lui c'était plus que ça il aimait être exceptionnel, il avait peut être tout simplement besoin d'amour ce jeune homme!


_Merci du compliment.

Il lui fit un clin d'oeil et alors qu'elle rentra chez elle, Duncan resta sur le porche attendant peut être un signe de la part de la jeune femme, après tout il ne savait toujours pas si un époux, un mari aimant était derrière la porte, il n'allait pas rentrer sans son autorisaiton c'était pas possible il avait du respect même un minimum. Panamee passa la tête sur le côté pour lui lancer une invitation à rentrer, il sourit et se passa une main dans les cheveux, il entra alors et referma la porte derrière lui, il mit ses mains dans ses poches comme gêné et regarda timide l'intérieur de la jeune femme, il y avait il la trace d'un homme à l'intérieur ? Autre qu'Olivier ?

« Tu ne vas tout de même pas rester dénudé jusqu'à la fin de la soirée. »

Duncan la regarda, il ne la comprenait pas, son ironie était elle réel ou non ? Voulait il vraiment qu'il se rhabille ? Mais que devait il remettre ? Une nuisette à elle ? Sa chemise c'était elle qui l'avait, et sa veste il l'avait surement perdu en route ou alors elle était encore sur le canapé de sa dernière cliente, il ne savait même plus où ses affaires étaient et pour le moment ce n'était pas sa priorité!
Il ne répondit rien un haussement d'épaules comme réponse lui suffisait, il avait pas froid alors pourquoi se rhabiller et pis elle devait au pire avoir un plaid... C'était un autre moyen de se vétir et pourquoi pas se rapprocher. x)

« Non pas que ça me déplaise que tu sois sans chemise. »

Duncan fronça légèrement les sourcils avec un sourire malicieux au coin des lèvres, elle était forte cette fille, un léger rire enfantin sortit alors de sa bouche, comment résister ?
Il la suivit jusqu'au salon, jetant toujours un petit regard dans la pièce, une photo en indice ou quoi serait toujours bien pour lui, il n'avait pas envie de partir à nouveau en courant chasser par le mari de Panamee. Il s'approcha du couffin d'Olivier et le regarda, le petit lui tendit la main et Duncan ne put que faire un sourire en coin et lui caresser, c'était dingue comme les gamins sentaient qu'il était gentil et qu'il devait sûrement aimer les enfants, même si il ne voulait pas que cela soit dis. Il regarda sa main enfin son doigt tenu par le petit et n'arrivait pas trop à s'en décrocher, mais il sortit alors de ses pensées, il n'avait pas répondu à Panamee il avait préféré voir le petit se rendormir ou s'appaiser avant de retourner vers la mère. Il la regarda alors toujours un regard malicieux dans les yeux et un sourire en coin de coquin.


_Ma nudité te dérange ? J'aime la tienne moi.

Il lacha un léger rire, pas trop fort non plus il ne voulait pas que le petit pleure à nouveau, il rigolait il la taquinait même si sa nuisette était belle et la mettait en valeur il ne fallait pas trop pousser quand même. Et pis il était bien torse nu il adorait trainer dans cette tenue.
Il regarda alors l'horloge collé au mur et fit de gros yeux, genre le mec choqué, il était déjà 23h30 passé, il se faisait tard il ne voulait pas la déranger, il relacha alors l'emprise de l'enfant sur son doigt et regarda Panamee.


_Je ne voudrais pas abuser de ta gentilesse, j'ai réveillé ton fils je ne voudrais pas me faire courser par ton... époux.

Il avait mis une pause avant de sortir ce nom époux comme si son souhait à ce moment précis était qu'il n'y en ait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Ven 30 Oct 2009 - 18:17

OLIVER « Areuh... Greu » s'était exclamé le petit alors que sa mère longeait son couloir, elle secouait doucement l'enfant pour rendormir ce dernier qui plissait des yeux de plus en plus souvent. Arrivée devant le couffin de son fils, elle retira la couverture du panier en osier et le déposa délicatement avant de le recouvrir du plaid à nounours.

Se dirigeant vers sa salle de bain du rez – de – chaussée, Panamee laissa alors son ami en compagnie de son enfant et partit à l'intérieur de sa salle d'eau vêtue de sa chemise entrouverte descendant jusqu'à ses cuisses. Sa brosse à dent dans la main droite, elle remplit le bout de dentifrice et l'enfouit dans sa mâchoire jetant un œil au travers de la porte au jeune homme qui jouait avec Oliver. Elle se frotta tout d'abord le côté gauche puis le droit avant de faire le devant de sa gencive, telle une vraie maniaque, elle cracha dans son lavabo et recommença la manœuvre une deuxième fois. La petite main de son nourrisson bloquait l'index de son voisin qui ne semblait plus vouloir se détacher du petiot, et alors qu'elle le contemplait sa jambe pliée sur l'encadrement de la porte retenant son poids, elle vit son môme s'endormir. Le regard de Duncan piocha dans les pupilles de la jeune demoiselle qui le reluquait, elle lui rendit cette vision espiègle et pouffa légèrement avant de pénétrer dans sa salle de bains. Un fin sourire aux lèvres encadré de dentifrice blanchâtre, elle s'essuya la bouche pleine de blanc au moment où elle entendit délibérer le garçon.

DUNCAN « Ma nudité te dérange ? J'aime la tienne moi. » il s'en suivit d'un petit rire.

Elle redressa la tête de son lavabo se fixant dans le miroir de sa salle d'eau, elle pencha son visage hors de la porte et le regarda en arquant un sourcil. La serviette au coin de sa bouche, elle le lorgna pendant de longues secondes en silence, puis un fin petit sourire aux lèvres la jeune mère se décrocha de son torchon. Panamee croisait les bras et le mirait de haut en bas avant de hausser les épaules et de vaguer à ses occupations tout en renchérissant du bout de sa pièce de quelques mètres carrés.

PANAMEE « J'ai connu mieux... » avait elle répliqué en le zieutant de bas en haut. Puis, elle retira la chemise de Duncan qui venait de glisser parfaitement le long de son corps, pour enfiler un peignoir dans les mêmes tons. Éteignant la lumière de sa salle de bain, elle attrapa en main sa chemise – qui n'était pas proprement parlé la sienne – qu'elle lança en pleine figure sur la tête de son voisin. Attendant de revoir le joli minois du jeune homme, elle explosa en un petit rire enfantin semblable à celui de son fils qui dormait déjà, et releva sa tignasse en arrière qui tombait à présent sur son peignoir.

Elle resserra la ceinture de sa robe de chambre, traversa la pièce de son salon pour atterrir dans sa cuisine mais fut interrompue par les dires de son voisin. L'horloge venait de sonner 23H30. DING DONG. Son regard se porta un instant sur le coucou du cadran, et ne se souciant guère de l'heure qui tournait au fil du temps, elle continua son chemin.

DUNCAN « Je ne voudrais pas abuser de ta gentillesse, j'ai réveillé ton fils je ne voudrais pas me faire courser par ton... époux. », il accentua le dernier mot avec un peu plus d'incertitude et d'interrogation. Il lâcha le doigt serré entre la main du bambin, et tournant la tête en direction de la jeune mère il marqua un moment de silence légèrement perspicace.

PANAMEE « L'unique homme de la maison vient de te serrer la main du haut de ses soixante dix centimètres, Duncan. » avait elle rétorqué comme par évidence. Elle mit en marche la machine à café dont elle ne se servait très rarement pour être la plupart du temps servie à l'hôpital, et se servit alors un décaféiné avant de le poser sur le rebord du comptoir et de laisser passer sa tête par delà le bar. « Un café ? C'est offert par la maison. A moins bien sûr que tu veuilles rentrer chez toi. » Elle se trouvait des excuses à elle même alors qu'elle tapait machinalement la capsule de sa cafetière Senseo dans le sac poubelle de sa cuisine, elle posa sa tasse sur la table du salon et resta silencieuse avant de reprendre rapidement. « De toute manière je comprendrai, je veux dire... », elle marqua une pause et se précipita alors de finir sa phrase « Tu dois certainement avoir d'autres choses à faire. Être fatigué même. Et puis, » Panamee qui s'apprêtait à s'installer dans son canapé les pieds démunis de ses chaussons et de chaussettes, redressa son joli visage de Blanche Neige pour contempler Duncan qui la fixait avec attention. « Je devrai peut être me taire, c'est ça ? » Et lâchant un profond soupir, elle but une gorgée de son café et se releva telle une hyperactive de son divan « Je le savais que je parlais trop. » dit elle en levant une main au ciel comme pour se féliciter de ses gourdes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Ven 30 Oct 2009 - 22:43

Duncan ne comprenait pas trop son comportement à Panamee, elle le sauvait, l'embrassait surtout et maintenant elle allait se laver les dents avant de ? Elle voulait quoi ou plutôt elle attendait quoi de lui ? Elle voulait l'engueuler enfin c'était comme ça qu'il avait perçut les choses et maintenant elle voulait son corps peut être ? Il ne comprenait pas trop et cette fille le perdait tout en l'entrainant petit à petit vers elle. Il sourit légèrement lorsqu'elle montra ses dents blanches pleines de dentifrice!
Elle avait un truc qui faisait qu'elle était craquante, attirante et il se demandait franchement comment une femme aussi belle et apparemment adorable pouvait le sauver lui, un véritable connard de premier au metier pas des plus glorieux... Il était assez perplexe.

Son attitude lorsqu'il lui disait que sa nudité lui plaisait était marrante, cette fille avait des bonnes réactions, interessantes dont il ne se doutait pour une fois pas voir même carrement pas du tout.
Cette fille le subjuguait, il était envouté par son regard, et ses manières, la façon dont elle avait répondu.

« J'ai connu mieux... »

Avec en plus une façon de le regarder il ne pouvait que craquer, il se mordit la lèvre tout en souriant légèrement et secouant la tête cette fille était trop forte.
Il la fixait du regard, elle était marrante dans ses actions, elle enleva sa chemise, elle aurait pu la garder même si le rouge à lèvres d'une autre femme était de trop elle lui allait pourtant bien, et malheureusement pour lui il ne pensait pas qu'elle allait lui jeter à la figure. Il lui lança alors un regard noir et secoua la tête d'incompréhension, en plus de se prendre la chemise dans la tête il venait de prendre une bouffée de son odeur dans les narines, enivrante...
Il la regarda alors sa chemise à présent dans sa main en boule.


_Je suis sûr que tu mens.

Duncan le beau, le grand, le fort, le magnifique, voilà qu'il se vente, et lorsque monsieur fait le malin il sourit, un sourire malicieux bourré de malice et de bétises, un vrai enfant.

« L'unique homme de la maison vient de te serrer la main du haut de ses soixante dix centimètres, Duncan. »

Duncan l'écouta attentivement, il regarda à nouveau le bébé et puis regarda la jeune femme, il la rejoint dans la cuisine et se mit derrière elle, elle était alors seule dans la vie, aie, le diable prenait de plus en plus de place dans la situation, et la tentation pour lui allait monter, il n'y pouvait rien il réagissait souvent au coup de coeur, avec des coups de coeurs parfois plus grands.
Duncan redevenait lui même, il n'était pas l'homme Escort Boy a parler pour ne rien dire, il jouait plus un jeu, il était lui là, Duncan ne parlait pas beaucoup voir carrement pas, il était comme ça secret et mystérieux même si par moment il se forçait doucement pour parler.

« Un café ? C'est offert par la maison. A moins bien sûr que tu veuilles rentrer chez toi. »

Elle recommençait à parler, elle ne lui laissait même pas répondre limite, il avait alors un sourire en coin la laissant finir, de toute façon avait il le choix ?
Alors qu'elle était face à la machine en train de parler et poser des centaines de questions, Duncan s'approcha d'elle posant une main à nouveau sur elle, mais sur les hanches cette fois ci et l'autre main il posa son index sur sa bouche tout en soufflant un petit chuuut. Oui elle parlait trop mais elle parlait surement pour deux.
Il ne jouait pas les insolants, il voulait juste qu'elle arrête de se prendre la tête, qu'elle pose sans cesse des questions sans même attendre une réelle réponse, elle avait déjà fais ça devant la maison avec son métier et là elle reprenait avec une simple tasse à café.
D'une voix douce et basse il lui murmura alors.


_Merci pour le café j'en veux bien un alors. Et non je n'ai rien d'autre à faire même si je dois t'avouer que là j'aurais besoin d'une bonne douche.

Il avait dis cela avec un sourire en coin ce n'était point une invitation, il se sentait juste sale, et avait besoin de se doucher, il n'avait pas eu le temps avant normale avec la course poursuite en même temps il aurait eu le temps quand ?
Mais malgré le fait qu'il sent pas bon, et qu'une douche pour lui s'imposait il ne voulait pas partir de chez elle, il ne voulait pas la laisser seule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Sam 31 Oct 2009 - 0:54

Sa chemise finement plissée et repassée du matin venait de terminer étalée sur le crâne rasé de Duncan, qui l'avait récupéré et fourré en boule dans sa main droite, contemplant d'un œil hagard la jeune fille il esquissa un sourire en coin et secoua la tête de gauche à droite. Elle s'apprêtait à recevoir la veste en pleine face mais contre attente, il ne fit rien de tout cela. Panamee venait de pénétrer à l'intérieur de sa cuisine, sortant la tasse à café de son placard du haut, elle mit en marche la cafetière, et attendit tranquillement derrière au moment où il sortit toute sa courtoisie.

DUNCAN « Je suis sûr que tu mens. » sortit il avec un élan de provocation. N'apercevant de là où elle était le sourire malicieux de son voisin qui sous entendait des bêtises à travers sa phrase, elle appuya sur le bouton marche avant d'entendre la coulée du café. Son fils venait de s'endormir dans son berceau le hochet dans la main et la trace écrite de l'index que le jeune homme avait inséré entre les doigts du rejeton.

Elle secouait la tête en rigolant – bien sûr qu'elle ironisait – puis attrapa sa tasse de café entre ses fins doigts. La chaleur qui émanait du verre venait de réchauffer les deux mains de la jeune mère qui se sentit tout d'un coup cuire de l'intérieur. Ce n'était pas seulement sa tasse. En effet Duncan se préoccupant tout d'abord de son enfant qu'il tentait de faire rendormir, tant bien que mal s'était déplacé jusqu'à la cuisine sans se revêtir et s'était placé juste derrière la jeune femme. Elle qui tournait la cuillère en forme de tourbillon sur la couleur noirâtre de sa boisson chaude se stoppa rapidement dans son entrain, le souffle chaud de son voisin avait étuvé cette demoiselle qui posa ses deux mains sur le comptoir de son plan de travail. Un arrêt qu'elle reprit par un contrôle sur elle même, et sa cuillère à café se remit à tourbillonner dans le sens des aiguilles d'une montre d'un coup de fouet énergique. Panamee ne se sentait pas seule bien au contraire, tout en s'approchant de la donzelle – une main innocente – venait de se plaquer sur le flanc de cette dernière qui ouvrit soudainement des yeux ronds. Persuadée de faire fausse route, elle répliquait toute son explication sur son café, et alors qu'elle s'apprêtait à rejoindre le salon où son fils 'dodotait' à poings serrés, elle fut arrêtée par l'emprise de Duncan. Il s'était penché sur elle et avait pointé son index sur la bouche rosâtre et surélevée de la mère. Tandis qu'elle parlait avant l'entrée de son chuut prématuré, la bouche de Panamee se déforma alors en grimace lorsque son doigt vint se déposer sur ses deux lèvres.

Elle se retourna et le fixa comme elle ne l'avait jamais fait encore auparavant. Ses yeux emplies de fatigue par le boulot venait de croiser les iris en forme de biche de Duncan, et voici qu'à présent ils se contemplaient dans le silence totale de la demeure. Deux regards ancrés qui se distinguaient dans la cuisine du 1668 Apple Road, son chut avait ralenti la cadence et la jeune demoiselle n'osait plus rien dire face à l'étranger de sa maison. Alors qu'il venait de retirer son doigt de la bouche de Panamee, elle esquissa un petit sourire en coin, rentrant ses lèvres à l'intérieur de sa bouche pour les faire ressortir plus humidifiée, au moment où il répliqua à voix basse qu'il souhaiterait bien un café.

DUNCAN « Merci pour le café j'en veux bien un alors. », il haussa simplement les épaules et scruta un instant le café qu'elle tenait dans ses mains avant de relever le visage pour soutenir le regard qu'ils échangeaient. Elle put alors vous décrire tous les pores de Duncan, de ses yeux sombres s'éclaircissant sous la lumière du néon ou de sa bouche plus pulpeuse que la sienne, et de son nez si fin et aquilin qu'on l'aurait cru sculpté dans de la pierre. Oui, elle l'avouait. Debout devant elle et sous ses paupières, il était beau. Mais cela ne signifiait rien pour autant. Le bourdonnement du ventre de son voisin arrêta ce jeu d'échange où Panamee souriait et arquait un sourcil : as tu faim mister Thomas ?

DUNCAN « Et non je n'ai rien d'autre à faire même si je dois t'avouer que là j'aurais besoin d'une bonne douche. »

Elle attrapa une gorgée dans son café avant de le reposer sur le comptoir de sa cuisine, sentant dans sa phrase une provocation dissimulée derrière ce sourire en coin si blanc. Elle réfléchit un instant à l'occupation principale qui trottait dans la tête du jeune homme, puis ne sachant que répondre d'autre à son besoin de prendre une douche tout de suite, elle ajouta sans soutenir le fait que cela pourrait être, ou pas, une sorte d'invitation à ramasser un savon à deux.

PANAMEE « Deuxième porte à droite au premier étage. Je te fais ton café, tu n'auras qu'à le boire après. » Et sans lui laisser le choix, elle retourna à ses occupations tirant sur la capsule de sa machine à café, elle sortit une deuxième tasse de son armoire. La jeune mère entendit l'éloignement de ses pas à l'instant même où le bruit de sa cafetière pressait les grains pour faire évacuer le liquide de café. Sortant de son réfrigérateur un plat cuisiné du soir, elle le fit rapidement réchauffer au micro onde et le déposa sur la table de la cuisine, accompagné de la fidèle tasse de café légèrement tiède.

Cinq minutes s'étaient écoulées depuis qu'il avait grimpé les escaliers de sa maison, Panamee se dirigea sur son canapé où elle s'enfouit – allongée – dessus, recouverte d'un plaid elle regardait le dernier épisode de son thriller du soir, plissant des yeux de temps à autre, elle se mit à bailler au moment où le grincement des marches se fit entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Sam 31 Oct 2009 - 1:34

Duncan ne lui aurait pas jeter sa chemise à nouveau, il n'y aurait rien gagné et on lui avait toujours appris à ne rien jeter sur une femme, alors il obéissait même si il en faisait des vertes et des pas mûres à pas mal d'autres filles.

Duncan savait que sa provocation allait marché, toutes les filles répondaient à la provocation à croire qu'elles étaient toutes un point sado par moment, elle aimait entendre des piques et des perches filer dans les airs. Elle fit alors couler son café le prenant dans ses mains Duncan l'observait, elle le fascinait il n'y pouvait rien, chez certaines personnes cela aurait pû leur faire peur, un homme dans votre dos vous observant sans arrêt elle ne semblait pas avoir peur de lui et c'était tant mieux d'ailleurs il ne lui voulait pas de mal sinon il lui en aurait déjà fais, ce n'était pas Olivier haut comme trois pommes le seul homme de la maison qui allait sauver sa mère des prises d'un méchant, ni même le chien qui semblait pas obéir à la mère célibataire mais à un homme comme lui oui.
Duncan n'avait pas pensé à se revetir, elle avait dis que sa nudité ne la dérangeait pas alors il en profitait tout bêtement et pis il se sentait bien comme ça aussi fallait le dire, il aimait son torse c'était comme une sorte de trophée pour lui c'était son outil de travail, un art!

Alors qu'il était derrière elle, et qu'elle était préoccupée par le café et la cuillère surtout qu'elle tournait comme un toc sans cesse, il s'était approché d'elle pour la faire se taire et arrêter de tourner en bourrique aussi bien dans sa tête que dans ses questions, elle pensait trop elle allait saturer, à tout moment qui sait. Et alors que sa main était venue se poser sur la hanche de la jeune femme, il apperçut le stop net de la touillette à café, ce geste si benin l'avait sûrement destabilisé, il ne voyait pas pourquoi d'un coup elle avait arrêter si elle n'était pas peut être même un minimum troublé par ce simple geste qui n'en est peut être pas un.
Duncan ne perdait pas des yeux la jeune femme, chaque situation, chaque geste de celle ci le faisait sourire, aussi bien intérieurement qu'extérieurement, elle était craquante, c'était dingue! Son regard l'apaisait, elle avait des yeux qui donnaient envie de s'y plonger, c'était dingue comme pour lui là à ce moment là tout était naturel alors que tout était peut être trop rapide, ils n'étaient même pas encore totalement amis et lui passaient déjà son temps à penser à autres choses, à agir comme si cela faisait des années qu'ils se cotoyaient. C'était une situation des plus étranges mais pour une fois il ne se posait pas de questions il se laissait flotter.

Il dût s'arrêter de l'admirer, il fut alerter par un bruit étrange venant du bas de son corps, et non non ce n'est pas ce que vous croyez quand même il n'a pas un lion dans le pantalon, c'était son ventre -_-' tout bêtement, il avait peut être trop fais de sports et avait un petit creux? Allez savoir, il fit alors une grimace et un sourire de gosse de 4 ans en haussant légèrement les épaules, il n'allait rien dire il n'allait pas abuser quand même, il ne voulait pas abuser de son accueuil.

Duncan n'aurait pas dû parler de la douche pour lui ce n'était qu'une erreur mais en même temps vu toutes les hésitations de la jeune femme cela était peut être également un test savoir ce qu'elle attendait réellement de lui... Mais sa réponse n'allait sûrement pas l'aider un peu plus, à croire que son corps disait oui et ses mots non.
Alors qu'elle venait de lui répondre le guidant tel un GPS, il entrouvrit la bouche pour parler, mais la referma immédiatement, de toute façon elle était de dos elle ne pouvait pas alors voir si il avait voulu répliquer et qu'il ne l'avait pas fais.

Duncan s'approcha alors des marches, et enleva ses chaussures, un gentleman, un vrai il monta alors les marches le menant à l'étage, il se massa la nuque et regarda à gauche, une chambre, la chambre d'Olivier, une chambre d'enfant, rangé mais avec des jouets par ci par là, elle devait bien s'occuper de son fils et elle ne devait pas être trop débordé à moins qu'elle ait de l'aide ?! Il tourna la tête et vit une autre pièce, hum plus interessant déjà, la chambre de Panamee, il ne marchait pas dans la chambre à vrai dire il n'y était même pas rentré, il avait juste jeter un coup d'oeil depuis le pas de la porte, ses draps devaient être doux x), une odeur de femme, une bonne odeur regnait dans la pièce, il ferma un instant les yeux comme pour se souvenir de ce parfum pendant quelques instants, il secoua la tête il devait sortir de ses pensées et aller se doucher sinon cela allait finir par être louche, et le café allait être froid, elle allait même pourquoi pas penser qu'il faisait des trucs sous la douche xD!
Il partit alors à la ... Mince il avait oublié l'endroit de la salle de bains, il se tapa le front et finit par trouver la salle de bains après s'être trompé de porte deux fois xD Il y entra et se regarda dans le miroir, il regarda également autour de lui, la douche était une bonne idée mais qu'allait il mettre ensuite ? Il soupira et se déshabilla alors pliant ses habits sur le lavabo, il alla sous la douche, faisant couler l'eau le long de son corps, ça faisait du bien, il en avait rêvé, il avait fermé les yeux alors que l'eau lui coulait le long du visage et du corps, l'eau était chaude c'était vraiment plaisant... Il se sentait bien alors qu'il n'était même pas chez lui, il n'avait même pas fermé à clé la porte il avait confiance et pis même il savait qu'elle ne viendrait pas... Il le sentait bien comme ça. Il finit sa douche et là même question revient, comment allait il descendre la retrouver ?
Ses habits étaient pas top propres ils voulaient sentir bon, il se mordit la lèvre inférieur et enfila alors le peignoir rose xD xD de Panamee, il avait pas l'air beau là dedans ><, il secoua la tête il ressemblait à rien, il le remit alors vite fais à sa place et prit une serviette basique, c'était sûrement le meilleur choix, il s'essuya le visage et l'enroula autour de sa taille, il se regarda à nouveau dans le miroir, quel couillon il se trouvait toujours dans des plans bizarres. Il reçut un sms, la femme qu'il venait de quitter avait essayé de le joindre alors qu'il était sous la douche, elle n'avait pas laissé de messages sur le répondeur il soupira et haussa les sourcils, toutes des folles pensa t il, demain à la première heure il allait voir l'agence pour annuler tout ses rendez vous avec celle ci.

Duncan finit par descendre, ses habits à la main, il les posa sur les premières marches de l'escalier, il regarda en direction de la cuisine il n'y vit pas Panamee, il fronça les sourcils et regarda en direction du salon, elle n'y était pas non plus, il fronçait de plus en plus les sourcils, elle n'avait pas pu partir quand même il n'avait pas passé deux heures sous la douche si ?
Il s'approcha alors un peu plus et là il la vit, allongée les yeux légèrement assoupies, elle luttait pour ne pas s'endormir ? Il ne put que lacher un petit sourire en coin, charmeur, elle était elle même charmante que faire d'autres à part la regarder l'air idiot ?
Il fit le tour du canapé et s'assit alors à ses côtés, devant elle, tenant légèrement sa serviette de peur qu'elle tombe, il ne voulait pas l'effrayer, elle était si gentille avec lui comment être un salaud avec elle ? Il ne pouvait pas et n'y songeait même pas, une mèche de cheveux de la jeune femme était tombée sur son visage, il porta alors sa main sur celui ci et enlaça la mèche de cheveux, la déplaçant alors pour mieux admirer son visage... Il parlait bas pour ne pas la brusquer ou la réveiller trop, et surtout ne pas déranger Olivier même si il devait sûrement dormir comme un ange.


_Je devrais mieux te laisser, tu vas t'endormir, t'as peut être envie d'être seule et moi je m'incruste chez toi et même sous ta douche.

Il lacha un petit rire, il pouvait être idiot, il était obligé de lui reparler de la douche, il voulait quoi qu'elle ouvre les yeux pour s'appercevoir dans quelle tenue il se trouvait ?
Il ne regardait rien d'autres à part elle, il en avait même oublié sa tasse de café et l'assiette, il sentait une odeur de manger mais ne pensait vraiment pas qu'elle lui ait chauffé quelques choses, il pensait juste que son envie de manger lui jouait des tours et que cela n'était que irréel...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Sam 31 Oct 2009 - 3:00

Une fois parti, Panamee avait jeté un œil dans son garde manger afin de trouver des gourmandises ou des sucreries capable de renflouer le ventre de son ami, mais ne trouvant rien d'autre qu'un paquet de gâteaux sec, elle se dirigea vers son réfrigérateur qu'elle ouvrit. La barquette ouverte de lardons finement enveloppés dans un sachet en plastique, elle porta sa main sur ce cuisiner tout prêt de marque où le menu indiquait un repas italien sous le nom de lasagnes à la bolognaise. 10 à 15 minutes au micro – onde. Enfournant le plat dans l'électroménager qui chauffait tout et n'importe quoi, elle attendit deux bonnes minutes à regarder le plat tourner sur la plate forme avant de se dégager de la cuisine et de contempler son fils qui dormait. La jeune mère chopa son fils dans les bras tout en le laissant endormi et grimpa les marches grinçantes de sa maison hanté où elle passa devant la salle de bain. GLOUPS. Terrifiée, elle resta dans le couloir sans sourciller des paupières, et marchant à pas de loups jusqu'à la chambre d'Oliver, elle se mit à sourire dans le noir. Décidément. Panamee allongea son enfant dans son lit en le recouvrant immédiatement de cette polaire brodée 'bonne nuit les petits', puis mettant en marche la veilleuse, elle l'embrassa sur le front, actionna la surveillance bébé, et poussa légèrement la porte.

C'est alors qu'elle passa une nouvelle fois devant sa salle de bains entrouverte où l'eau glissait à flot – certainement sur Duncan – jusqu'à ce que le robinet s'arrête. Elle restait immobile dans son couloir sombre mais retrouva peu à peu ses esprits, et comprit alors qu'il venait de finir tout comme le Bip de son micro – onde.

PANAMEE « Merde. » avait elle répliqué alors qu'elle cavalait dans ses escaliers, pieds nus, effectuant son virage vers la droite elle arriva rapidement au niveau des lasagnes. Son état d'esprit trop perturbée, elle sortit le plat sans prendre de gant et manqua de peu de se brûler la main par la chaleur qui sortait des pâtes et de la bolognaise éparpillée sur le plateau repas. Quoiqu'il en soit, ses mimines réussirent à le supporter jusqu'à la table où le café de Duncan devenu frais l'attendait depuis dix bonnes minutes. Un verre et des couverts et le tour était joué.

Malgré l'attente, elle se dirigea dans son salon avec sa couette en poil pubiens de matière douce, et la posant sur ses genoux, elle ralluma la chaîne de son écran plasma. Son oreiller au creux de l'oreille, elle écoutait sans vraiment entendre la dispute des deux héros de l'histoire. Toujours ce même thriller infinissable. Panamee plissait des yeux difficilement, le sommeil parvenait à la combattre malgré la dose de café qu'elle venait d'ingurgiter et la sieste qu'elle s'était permise avant la querelle des deux jeunes gens. Cependant les cris du personnage central du film fit lever un œil en direction de la télévision, elle scrutait de l'iris la jeune dame entrain de se faire mâcher en steak haché par son ex – ami.

BETTY « Je n'ai jamais voulu tuer Sally. »
DAVID « Ne me dis pas de mensonges Bet ! » s'écria d'une voix rauque l'homme à la tronçonneuse qui se mit à découper en petits morceaux la jeune blonde apeurée. « Tu as tué mon fils en tuant Sally, tu vas me le payer. » Le son de son arme coupait la moitié des paroles du tueur au visage déjanté, qui faisant des zigzags avec son appareil, fit tout tomber à terre.

Pliant de plus en plus les paupières, elle entendit que très peu les pas de Duncan et n'osa dédaigner un geste trop fatiguée pour le contempler. Et pourtant, il y avait de quoi. Elle s'endormait petit à petit comme son fils, le même visage venait de sombrer dans le coma du sommeil comme disait elle en voyant Oliver s'endormir à une rapidité folle. Ses paupières closes mais semi – entrouvertes comme pour se persuader que non non, elle ne dormait pas, la jeune mère l'entendit s'accroupir juste devant elle. Ce souffle, elle l'avait déjà ressenti auparavant dans la cuisine au moment de sa tasse de café trop peu chargée en caféine pour tenir la soirée. Oui, cette expiration brûlante qui venait vaciller ses oreilles jusqu'à en faire trembler les tympans la fit frémir et elle se mit à sourire dans le vague, les yeux clos. Elle dormait mais cette enchantement transperça sa mâchoire, jusqu'au point qu'elle écarquilla ses lèvres pour laisser transparaître ses dents. Duncan rappliqua cette mèche valseuse qui cachait son minois, sur le côté de son visage pour mieux l'apercevoir encore, et elle le laissa faire.

Il ria. Racontant que le marchant de sable s'emparait de la mère, il la regarda encore un moment avant de s'exclamer paisiblement.

DUNCAN « Je devrais mieux te laisser, tu vas t'endormir, t'as peut être envie d'être seule et moi je m'incruste chez toi et même sous ta douche. »

Elle ne relevait même pas le point qu'il n'avait pas de changes. Son départ résonnait dans sa tête & alors que ses neurones se mirent en alerte rouge, elle ouvrit un œil. Cette pupille enfantine venait de s'entrouvrir légèrement pour percevoir le mâle en question, elle le referma aussitôt. Tel un jeu. Panamee redressa une nouvelle fois l'opercule de ses iris mais aperçut enfin la petite tenue du jeune homme, et se redressa aussitôt du canapé avec de grands yeux.

PANAMEE « Que... euh... je... », elle se tapa alors la main contre son front et ferma les yeux dans un soupir chancelant.

Bravo. Tu l'as déstabilisé. Un jour viendra où elle débarquera demandant du sucre en soutien gorge et porte jarretelles Duncan. Autant suffoquant, tu seras – maître Yoda sors de ce corps –. Comme par pudicité, elle attrapa la couette et se la mit tout autour d'elle comme ci elle se trouvait plus nue que lui. Elle esquissa un petit sourire taquin et regardant avec plus d'ampleur, dégageant quelques mèches sur son visage son attention se porta sur la serviette. SA serviette. Tout ceci lui paraissait nettement plus drôle lorsque c'était lui dedans.

PANAMEE « J'aurai jamais pensé voir quelqu'un d'autre dans cette serviette » répondit elle débilement avec un faible sourire en coin. DING DONG. Il est minuit. Portant enfin atteinte à ce qu'avait dit précédemment le jeune homme, Panamee s'enfouit au fond de son canapé en songeant un instant à sa journée du lendemain et aux biberons de son fils. Elle redressa la tête et ne dit rien. Il n'y avait rien d'autre à ajouter. Le regard. Il penchait la tête au même moment où elle fit pareil, deux vrais gamins. « Debout toutes les deux heures pour les biberons. » ajouta t elle sur un ton d'ironie avant d'avancer quelque chose en sa direction. « Je te croyais plus habile que ça Duncan ... », elle jeta un regard à sa serviette qui se mettait à se déserrer au fur et à mesure de leur discussion « Ta serviette va te retomber sur les pieds si je continue à regarder. C'est ce que tu souhaites ? & je m'abstiens », et elle ria avant de rajouter « J'ai connu mieux. ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Sam 31 Oct 2009 - 11:43

Duncan ne se serait doutée de rien, il ne pensait pas qu'elle allait lui préparer quoi que ce soit elle se donnait beaucoup de peine rien que pour lui et ça le surprenait il ne voulait pas qu'on s'embête tant pour lui quoi, ça le mettait même mal à l'aise.
Duncan était alors sous la douche pendant qu'elle s'amusait à faire à manger, à s'occuper de son fils et tout ça, il ne pensait en rien qu'elle était en train de tourner comme une hélice, il pnesait juste qu'elle était dans son canapé à se dire qu'il était gonflé d'aller se doucher comme ça chez elle, et patati patata!
Il n'avait même pas entendu la maman monter pour déposer son fils sagement dans son lit, il ne pouvait donc pas penser qu'elle souhaitait peut être un peu de tranquillité seule à seul avec Duncan, même si ce n'était pas ce petit qui semblait si dérangeant.

Duncan avait entendu des voix en descendant mais il s'était très vite apperçut que ses voix faisaient des conversation et que seule Panamee à moins d'être légèrement schizo n'allait pas parler seule c'était alors la télévision, qu'il ne regarda même pas et pourtant ce qu'elle regardait était sûrement des plus comiques vu les échanges entre les deux personnages.

Duncan la trouva touchante, elle avait les yeux fermés et alors qu'il venait d'arriver elle avait un léger sourire sur les lèvres, faisait elle semblant de dormir pour que celui ci s'en aille ? Faisait elle un rêve coquin d'elle et lui ? Ou encore avait elle ressentit sa présence et celui ci le rassurait ? Bon il choisit l'option du calin coquin xD C'était plus interessant de l'imaginer déjà rêver de lui et de son corps mais pour une fois elle pouvait rêver les yeux ouverts il était déjà en tenue pas très habillés.
Duncan ne voulait pas la réveiller en lui disant qu'il allait partir, il aurait pu la voir assoupie dans son canapé et la laisser dormir ou encore l'emmener dans son lit à elle. Mais sa voix la réveilla alors, il se mordit la lèvre c'était légèrement embêtant quand même il ne voulait pas la réveiller l'embêter bref être une gêne pour lui.
Il la vit se réveiller, ouvrant les yeux bafouillant, elle lui faisait quoi là ? Une attaque ? Elle se tapait même le front avec la main, il essaya de l'arrêter à nouveau en attrapant la main qui tapait son front, il souriait en coin même si cela ne lui plaisait pas qu'elle se frappe alors, il ne comprenait pas pourquoi elle se comportait de la sorte.
Il stoppa son sourire et leva un sourcil, elle prenait sa couette et s'enfilait encore plus dans elle ? Elle était pas nue elle, contrairement à lui, alors pourquoi elle faisait ça? Aaaaaaaaaaaah il pensait trop en pourquoi par sa faute!

« J'aurai jamais pensé voir quelqu'un d'autre dans cette serviette »


J'espère que cela ne te dérange pas, j'ai pris la première qui venait.

Il accompagna ses paroles avec un petit sourire coquin, il se disait de plus en plus qu'il était trop culloter pour s'être douché ici, être dénudé encore plus qu'au départ.
Duncan la regarda lui expliquer pourquoi elle était si fatiguée, il sourit avoir un enfant n'était pas si simple il n'avait jamais pensé que ça l'était mais là elle lui rappelait juste que son souhait qui dormait au plus profond de lui allait pas être une mince affaire, un sourire est beau mais il devrait penser à combien de temps il va passer pour lui redonner ce sourire lorsque l'on ne comprend pas le bébé qui pleure sans arrêt alors qu'il a manger, fais ses besoins et tout ça.
Alors d'un ton timide mais gentil, alors que lui était pas si fatigué cela il lui dit.


_Si tu veux je t'aide cette nuit, dors je m'occuperais d'Olivier.

Il devrait juste rentrer chez lui se trouver une autre tenue, car pas dis que Olivier ne veuille pas lui faire son rot dans le cou et là il devrait à nouveau se doucher... xD
Alors qu'il venait de proposer à la maman de l'aide, la voilà qui parlait de sa nudité, il sourit et rougit légèrement, il rougissait que très rarement c'était vraiment quand il se sentait vraiment mal à l'aise ou qu'on le perturbait, c'était le cas elle faisait tout pour le mettre mal à l'aise!

« Je te croyais plus habile que ça Duncan ... », elle jeta un regard à sa serviette qui se mettait à se déserrer au fur et à mesure de leur discussion « Ta serviette va te retomber sur les pieds si je continue à regarder. C'est ce que tu souhaites ? & je m'abstiens », et elle ria avant de rajouter « J'ai connu mieux. ».

Elle était énorme, elle disait tout cela naturellement, elle avait un charme fou. Il secoua la tête et resserra alors sa serviette, tout en la fusillant légèrement du regard comme pour lui dire d'arrêter de le fixer. Il se releva alors tenant bien sa serviette et son regard tomba dans la cuisine, une assiette posé et un café... Ah oui le café...


_Je... Tu m'avais fais à manger ?

Il la regarda interrogé, il était choqué en fait de cette bonne action de sa part, elle ne faisait que ça pour lui et c'était bien rare, il n'avait jamais autant d'attention pour lui et rien que pour lui, il était mal à l'aise quand même il rougissait qu'on s'occupe de lui c'était ce qu'il avait toujours voulu et elle elle faisait quoi ??? Elle faisait exactement ça.

_Tu sais... Il ne fallait pas. Je...

Il était mal à l'aise quel idiot et un signe de plus de mal à l'aise, il se massait la nuque en évitant de temps à autres son regard, de peur qu'elle se moque de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Sam 31 Oct 2009 - 15:51

Les pas se rapprochaient dans le salon tandis que ses yeux se refermaient petit à petit, elle gigota légèrement sur le côté droit où sa main plaquée en dessous de son visage recevait de vilains guilis de 'f'ourmis'. Elle tourna dans sa couette pour retirer ce filet de vent qui passait sous ses pieds, ses iris complètement closes, elle partait dans son ailleurs. A ce moment ci, elle entendit l'accroupissement de Duncan, planté devant elle sans savoir que faire, il repoussa cette vilaine mèche de son visage, et un sourire parmi tant d'autres réapparut sur la bouche de la mère. Un vrai comte de fées, elle se sentait touchée et épiée par l'homme vêtu d'une simple serviette blanche, et même si ses paupières ne décidèrent pas tout de suite de se réveiller, ce toucher de tignasse eut pour effet de faire de ses pommettes, des joues rubicondes.

Panamee eut alors la sage idée d'entrouvrir un œil amusé, semi – ouvert, elle voulut le contempler avant son soit disant départ. Cette idée non réfléchie la déstabilisa totalement. Persuadée de le voir revenir avec ses anciennes affaires ou dans quelque chose de plus 'couvert', le voici qui se présentait à une dizaine de centimètres de sa tête avec pour habit un simple pagne en coton. Non habituée en ouvrant ses deux iris, elle les referma aussitôt et se frappa le front lorsqu'elle se rendit compte qu'elle bégayait avec insistance pour dire trois mots. Sa main portée sur son visage pour se cacher la vision de l'homme à demi – nu, elle se revêtit à l'aide de sa couverture bien que déjà nettement habillée. Il fallut qu'elle se persuade que rien allait arriver. La jeune mère gênée qui plissait des yeux non plus de fatigue mais – comme pour ne pas paraître perverse – elle sentit encore une fois cette portée de chaleur entre les doigts de Duncan. Effectivement, la voyant prise de court ou tout simplement pour la mettre face à la réalité, il avait posé sa main – qui ne portait pas la serviette, tout du moins je l'espère – sur le visage de la jeune mère. Retirant le coup qu'elle venait de se porter sur sa figure, il prit d'une part sa main qu'il enleva de son minois et d'autre part, il esquissa un sourire devant les bafouilles que venaient de provoquer la bouche de cette dernière. Balbutiant je ne sais trop quoi, elle pensait intérieurement à son taux de débilité dont elle venait de faire preuve.

DUNCAN « J'espère que cela ne te dérange pas, j'ai pris la première qui venait. » , penaud. Il venait de répondre à sa question avec ce petit air confus sur les lèvres qui transperçait son petit sourire de coquin, et elle qui se tenait à présent à l'autre bout du canapé, hochait la tête négativement de gauche à droite sans rien dire.

Ils restèrent dans cette même position pendant un long moment. L'observation de la cuisine n'était pas fini d'après Panamee qui, avait désormais l'intention de scruter d'autres sortes de pores beaucoup plus intéressant : ceux de son corps. Ce fin cou où la pomme d'Adam était perçue comme une légère boule montante et descendante à chaque phrasé du jeune homme, elle s'arrêta sur le torse de Duncan. Bronzé à souhait, ses pectoraux en forme de demi cercle était rejoint par cette étagère de tablettes de chocolat – qui en aurait fait baver plus d'une – et des tatouages rajoutèrent une dose de virilité à la personne. Sa serviette enroulé au niveau du nombril était descendu jusqu'au bas de sa taille où deux creux finement marqués se voyaient, ni trop gros ni trop gras. Elle chiffonna ses paupières avant d'émettre un bâillement de jeune dame épuisée et de se fondre une nouvelle fois avec le canapé, se rallongeant dans l'autre sens, elle entendit la proposition de son voisin.

DUNCAN « Si tu veux je t'aide cette nuit, dors je m'occuperais d'Oliver. » Il la contemplait. Oliver, son bijou. Personne n'avait le droit d'y toucher. Cependant, elle était surmenée par le besoin d'un sommeil ne serait ce que léger et sa proposition fit réfléchir cette jeune mère qui exerçait la moue, interrogée.
PANAMEE « Si il y a quoi que ce soit... » annonça t elle avec peur qu'il ne sache pas quoi faire, puis oubliant la fin de sa phrase rapidement, elle reposa sa tête contre l'accoudoir du divan en soupirant. « De toute manière, j'ai le sommeil léger » .

La petite provocation. Elle se mit à éclater d'un rire fin et gracieux face à la figure de Duncan qui frustré, resserrait la serviette empruntée en rougissant comme un enfant de cinq ans. Ayant du mal à reprendre son souffle dans son rire, elle plongea ses yeux foncés dans le regard fusillant du jeune homme, et alors qu'elle arqua un sourcil dans son regard plus que provocateur il détourna le visage pour se redresser du canapé. Elle se mit en boule dans sa couette, émettant un autre bâillement elle se rendormait à plate mesure lorsqu'il reprit une nouvelle fois la parole.

DUNCAN « Je... Tu m'avais fais à manger ? » , il était interpellé par l'assiette posée sur la table et mal à l'aise, il rajouta de sa voix rocailleuse. « Tu sais... Il ne fallait pas. Je... » Le jeune homme se massait le cou, regardant tantôt la cuisine puis le parquet de son salon, il dévia son regard de sorte de ne pas tomber nez à nez avec celui de la jeune femme.
PANAMEE « Tu sais, c'est que des las... agnes. » avait elle sorti en tombant dans un sommeil profond. Plus capable de sortir une conversation digne de ce nom, le petit marchand de sable venait de prendre son contrôle.

Elle resta dans son canapé pendant de longues minutes, le visiophone de son fils dans les mains, puis sentit une main passée en dessous la couverture en coton. C'était Duncan. Trop endormie pour s'en rendre compte lui qui lui fleurait le corps, elle ne se ressentit pas grimpant dans les escaliers par la musculature du jeune homme qui la soutenait jusqu'en des escaliers, tout en marquant une pause à la dernière marche. Tel un propriétaire de la maison, il ne se trompa pas de chambre et la jeta déposa galamment Panamee dans son lit, le talkie walkie toujours accroché à sa main droite qu'elle ne voulait déserrer. Une autre couverture vint lui taquiner le corps, elle se tourna alors sur le côté plongée dans son sommeil, la tête contre son oreiller elle souriait mais dormait. De petits gestes furent exécutés par cette demoiselle qui se tournait avec la couette tout en se bloquant dans les draps, elle plissait des yeux se réveillant de temps à autre pour se rendormir aussitôt. La pression de la main de Duncan tentant de la défaire dans la couette qui s'était enroulée comme un chien autour de son maître, et sa main croisa les doigts de la jeune mère par un pur hasard de sa part. Restant dans cette position l'index de la jeune mère se posa sur la main travaillée du garçon, croyant certainement ou rêvant à son fils, elle avait prit les doigts de son voisin en signe d'apaisement tout en sommeillant dans son lit.

Une heure plus tard. Duncan ayant réussi à se dépatouiller de la mimine de sa voisine, était parti manger puis était remonté voir Oliver dans son berceau. Au moment de refermer la porte de la chambre derrière lui, il crut entendre un bruit de la part de l'enfant. Le talkie Walkie en question annonçait des « Reuh..reouh... Niuh nieuh, OUINNNNNNNN ! » dans les oreilles de la jeune mère qui se redressa machinalement. Les yeux ouverts dans le noir, elle reconnut alors sa chambre et se frotta le front d'incompréhension, enfilant ses chaussons déposés comme par magie au pied du lit, elle partit en direction de la chambre de son fils. Allumant la lumière du couloir, Panamee atterrit dans la piaule de son fiston et vit une ombre dans le clair – obscur. Paniquée un instant, la silhouette qui secouait le bébé dans ses bras pour l'apaiser lui parut ensuite familière, c'était Duncan. Elle resta sur le pas de la porte en épiant les gestes du garçon avec un admirable sourire aux lèvres d'étonnement. La jeune femme qui l'espionnait avança alors d'un pas tandis que ce dernier réussissait à endormir le bambin en moins d'une minute. Les cheveux dans tous les sens, elle se passa la main dans sa tignasse, sa robe de chambre – ouverte par les gigotements de la mère durant son sommeil – virevoltait par la légère brise du couloir. Il reposa le petit dans son lit et redressa le visage en apercevant enfin la présence de Panamee qui continuait à se recoiffer d'une manière un peu australopithèque.

PANAMEE « Merci. » avait lancé la jeune de son couloir qui le contemplait depuis déjà un bon moment. « Tu me... » , elle ne trouvait plus ses mots face au garçon, et alors qu'elle cherchait à rendre la conversation plus vivante que des fractions de phrase, elle leva les mains au ciel avec un sourire immense en riant. « OUUUAHHH ! » , elle n'avait rien à dire d'autre que cette onomatopée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Sam 31 Oct 2009 - 17:56

Ce n'était pas un soit disant départ que Duncan avait voulu lancé il avait vraiment voulu partir, ne voulant pas abuser de sa politesse et pis fallait dire qu'il avait un peu froid dans sa serviette et même ils n'étaient pas assez intimes pour faire cela!
Duncan était fasciné par cette femme, elle resortait un truc qui l'intriguait il ne savait pas encore quoi mais il allait le découvrir tôt ou tard, et comme il se connait il préfére que ce soit tard pour ne pas se lasser, pour ne pas la blesser!
Il avait alors stoppé Panamee et son front qui engageait une bagarre, bien sûr qu'il ne l'avait pas retenu avec la main qui était sur la serviette quand même il savait se tenir (ou presque) il ne voulait pas paraitre pour un mec qui ne pensait qu'à ça, même si il ne pensait qu'à ça...
Duncan aimait l'observer tout comme elle qui le faisait plus ou moins ouvertement, ne pensant pas qu'elle détaillait à ce point là ce corps de grecque! En même temps son corps avait toujours été comme ça, il en avait pris soin à partir de 16 ans, quand il s'était rendu compte que les filles préféraient les beaux muscles que les belles bouées... Et même il aimait passer du temps à sculter son corps même si il n'irait jamais jusqu'à ressembler à un bonhomme michelin (aussi bien dans un sens que dans l'autre).

Duncan ne pensait franchement pas qu'elle allait accepter son aide, il pensait qu'elle allait l'envoyer bouler lui et ses envies d'aider, lui qui semblait si pas dégourdit avec les gosses, ah lalalala il était pris au piège, mais ce piège c'était lui qui l'avait fais se refermer sur lui, alors il s'en contrefoutait au contraire ça lui faisait plaisirs il lui rendait un service comme elle lui avait rendu en début de soirée. C'était pas le même mais ça pouvait toujours être un début.
Il n'avait jamais vraiment gardé un bébé, mais il avait eu la chance de voir Rachel Menken avec Samantha et ça devait sûrement couler tout seul. Duncan était tout de même touché par le fait que Panamee lui laisse garder son enfant, lui il ne l'aurait pas fais xD il n'avait pas confiance en lui, il se connaissait et elle non elle lui offrait sa confiance sur un plateau d'argent le laissant alors gérer sa maison, son chien et son bébé surtout... C'était incroyable.
Il ne put que lacher un petit rire moqueur en l'entendant parler de sommeil léger, elle sombrait déjà elle ne savait même plus finir une phrase elle pensait franchement le faire croire cela ?


_Endors toi, ça va aller.

Il était super timide du fait qu'elle lui ait préparé à manger c'était dingue il n'en revenait toujours pas et dire qu'elle lui disait encore.

« Tu sais, c'est que des las... agnes. »

C'était peut être que des lasagnes mais pour lui c'était bien plus, elle avait touché un point sensible pour lui, de 1. le ventre, et de 2. l'attention, et surtout cela en fait, il aimait qu'on s'occupe de lui même si il ne le disait pas et là elle l'avait touché où il fallait, ou pas.
Elle avait lancé ça dans un dernier souffle et s'était finalement endormit.
Il regarda la cuisine et sourit elle dormait il pouvait sourire, il se baissa près du front de la maman et déposa un tendre baiser accompagné d'un leger voir même inaudible.


_Merci.

Lui qui disait merci c'était plutôt rare pour lui tout était un dû c'était normale, mais là elle avait arrêté ses barrières...
Il se releva et partit en direction de l'escalier, il récupéra son boxer et son pantalon qu'il partit mettre dans les toilettes, il avait légèrement froid il devait bien s'habiller même si il devrait finir par se relaver et se rechanger surtout. Il n'avait pas remit sa chemise, peut être trop honteux de la marque de rouge à lèvres.
Duncan revient dans le salon pour voir si elle dormait toujours, il avait toujours faim mais il ne voulait pas la laisser dans une position indélicate elle allait finir par avoir des courbatures, il regarda la cuisine, arf son ventre allait devoir attendre, et son café à lui lui était passé sous le nez, il soupira se massant la nuque et s'approcha à nouveau de Panamee, il la souleva alors délicatement, il la regarda dans ses bras, elle était légère, telle une plume, elle était belle endormie ainsi, elle avait même posé une de ses mains sur le torse du jeune homme alors qu'il la portait, il souriait à la vue du Talkie toujours dans la main de la maman qui pensait vraiment trop à son enfant, c'était un atout, elle était une mère aimante...
Il la monta alors à l'étage et ayant plus ou moins vu l'étage avant de se doucher il arriva directement dans la chambre de la mère, il la déposa délicatement en faisant attention à chaque partie de son corps pour ne pas qu'elle se blesse le cou ou qu'elle se coince un bras dans le dos.
Il lui avait mis la couette le long du corps pour ne pas qu'elle attrape froid et alors qu'il pensait aller manger il fut prisonnier par la jeune femme, il sourit et s'allongea alors près d'elle la regardant alors dormir sourire, elle devait être rassuré de le tenir, mais savait elle qu'elle tenait son ami ?

Un bon moment plus tard il avait réussi à partir de son emprise même si cela ne le dérangeait pas d'être ainsi coincé, il était bien et il la regarda ou du moins l'appercevait quelques peu, la lumière de la lune éclairant plus ou moins son visage par moment, il restait là un bon moment et finit par descendre manger pour faire honneur à la jeune mère, il avait fais comme chez lui faisant réchauffer les lasagnes dans le micro onde et le café également, il était alors pas loin de 2 heures du matin, il était toujours réveillé, il avait mangé et avait même fais la vaiselle silencieusement, ce qu'il ne fait jamais.
Une fois la chose faite, il décida de remonter voir si le petit Olivier dormait toujours, ainsi que la maman surtout, il était arrivé au sommet des escaliers et il entendait des légères pleurs qui commençaient à de plus en plus se faire entendre, il entra alors dans la chambre n'allumant aucunes lumières pour ne pas l'effrayer ou le réveiller plus qu'il ne l'était déjà et il le prit dans ses bras, le berçant ainsi que lui parlant, il bougeait marchant de temps à autres pour le bercer, il lui racontait des idioties.


_Bah alors bonhomme tu veux pas faire dodo ? Tu sais que t'es jeune encore pour aller en boite mais bientôt tu sortiras et je serais là, tu danseras hein ? Mais pas de filles sinon ta maman me tuera...

Il lui parlait comme un débile, lui racontant de la merde mais apparemment sa voix avait du le bercer il s'était endormie à nouveau, il sourit alors, pourquoi avait il parler de cela à Olivier ? Il parlait comme si il le connaissait depuis des lustres comme si il allait rester avec lui toute sa vie, c'était étrange, il ne s'était même pas sentit observé, il allait alors remettre le petit dans son berceau, le regardant un instant et tournant alors le regard, il vit alors Panamee et l'entendit surtout il avait été tellement occupé par ses gestes envers le petit qu'il n'avait même pas remarqué qu'une lumière avait été éclairé il pensait peut être l'avoir allumé avant... Il se sentit soudainement mal à l'aise, avait elle entendu ses paroles ?

« Merci. »

Elle n'avait pas à le remercier, c'était normal, il avait voulu l'aider, il avait voulu passer une soirée ou plutôt fin de soirée avec elle, il n'avait rien dormit il fatiguait même légèrement, il fronça les sourcils lorsqu'elle ne finit pas sa phrase... Elle recommençait?
Il se rapprocha alors d'elle alors qu'elle baillait et s'étirait. Il sourit et lacha un léger rire moqueur, il s'était approché et pouvait à présent voir la coupe de cheveux de la jeune mère c'était énorme elle avait trop la classe, il mit ses mains dans ses poches l'air béta et la regarda.


_Tu disais ? Tu me ... ?

Il était tout timide mais voulait la suite, il la regardait du coin de l'oeil, il voulait savoir la suite même si il était gêné de cette soirée de cette situation, de tout... Et alors qu'il attendait la suite, il se mit à bailler mettant alors la main devant la bouche, il était mort, il avait besoin de dormir, il devrait rentrer... Mais bizarrement il ne voulait pas, il voulait rester là à la contempler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street Sam 31 Oct 2009 - 18:44

Elle s'endormait toujours ainsi. Enroulée dans tous les sens de sa couette comme ci elle venait d'établir un ébat amoureux – le talkie walkie – à la main pour entendre le ronflement de son fils. Idiote, la respiration profonde de son bambin l'aidait à partir elle aussi dans un ailleurs, et Panamee avait besoin de son visiophone afin d'être 24/24H avec Oliver. La main tactile qui avait frôlé comme par enchantement les doigts de la jeune mère se retrouva bientôt prisonnière de ses phalanges, serrant quelque peu la main entre ses membres, elle s'était rendormie avec le bras droit de Duncan. Elle porta soudainement cette poigne sur son visage et sifflant une légère expiration, elle plissa des pupilles – souhaitant se réveiller – mais bien trop fatiguée pour, elle resta les yeux clos pendant près d'une heure.

En mère digne, elle avait déposé sa main avec le talkie walkie contre son oreiller comme chaque soir où elle était seule pour s'occuper de son petit garçon de six mois, et somnolait de son travail mais le plus souvent, du fait d'être mère. Un petit sourire au coin des lèvres où elle pensait certainement aux bêtises qu'entretenait son fils au quotidien, elle n'entendit pas en premier les pleurs du garçonnet. Mais le volume sonore au maximum résonna tout d'un coup dans ses tympans et la fit sortir petit à petit de ses rêves, elle plissait des yeux pour les ouvrir complètement dans la noirceur, et se rendit compte du lieu où elle était. Dans sa chambre. Panamee se frotta machinalement la tête puis les yeux, regardant alors sa piaule comme pour comprendre pourquoi elle était là ? Et entendant encore les larmes d'Oliver, elle se résigna à se redresser de son coussin. Un pied puis l'autre, elle enfouit ses chaussons et se leva de son plumard, somnolente comme toutes les deux heures, elle frôla de peu un bleu en se cognant contre sa porte de chambre et après trois pas dans le couloir, atteignit la chambre de son rejeton. Elle alluma l'interrupteur de son couloir où la lampe du plafond éclaira l'ensemble des escaliers, et posa sa tête contre la contre porte de la chambre, regardant l'ombre prendre son fils. Elle fronçait difficilement les sourcils et regarda alors la silhouette secouant son bébé pour l'apaiser, et un sourire au coin des lèvres, elle reconnut enfin la voix de son voisin qui portait Oliver à bout de bras.

DUNCAN « Bah alors bonhomme tu veux pas faire dodo ? Tu sais que t'es jeune encore pour aller en boite mais bientôt tu sortiras et je serais là, tu danseras hein ? Mais pas de filles sinon ta maman me tuera... » dit il tout en regardant le fils de son amie. Elle pouffa de rire dans le silence qui s'entretenait au 1668 Apple Road. Panamee adorait que l'on parle à son enfant, d'après une étude cela rendait plus réfléchi un enfant, et le monologue que venait de faire Duncan était totalement loufoque pour elle.

Débilos, elle resta stoïque devant l'entrée de la chambre sans vouloir rentrer ni déranger le jeune homme dans l'avenir du bambin, et elle frisait de rire à chaque phrase anodine que sortait son ami. Attendant sur le palier pendant un bon moment où apparemment il décida de le garder dans le creux de ses bras, comme amusé d'avoir un enfant dans ses bras, puis le reposa tranquillement dans son berceau et aperçut enfin la jeune femme. Il s'était tout compte fait rhabillé et c'était peut être mieux ainsi – pour son fils – non habitué au présence masculine dans sa demeure. Panamee fléchissait le visage sur le côté, sa masse de cheveux s'inclinant elle aussi et recouvrant bientôt tout son visage avant qu'elle ne les tire en arrière et qu'ils jaillissent sur ses épaules.

Elle bâilla dans un souffle et n'eut guère le temps de mettre sa main devant sa bouche, trop pensive et trop occupée à s'étirer le long de son corps en poussant ses bras en l'air qui tombèrent ensuite le long de son corps. Il lui sourit alors d'un petit rire moqueur et s'approcha rapidement de la jeune mère, les mains dans les poches de son jean avec un petit air embarrassé et ne s'arrêtant pas d'avancer, il fut bientôt à hauteur de Panamee.

DUNCAN « Tu disais ? Tu me ... ? »

Dans une situation inconfortable où elle songea à faire provoquer des pleurs chez son fils pour se sortir de cette phrase incommode, elle esquissa un petit sourire espiègle alors qu'il planta son regard dans le sien sans en divaguer cette fois ci. La demoiselle se mordilla alors la lèvre inférieure à petit coups de dents, ses cheveux retombant sur son visage elle contemplait Duncan et dans un souffle de soupir, elle s'exécuta.

PANAMEE « Tu me secoues. » avait elle avoué d'une petite voix à peine audible. Elle porta sa main sur l'interrupteur du couloir et de son index, l'éteignit. Elle l'avait vu bâiller tout comme elle l'avait fait auparavant – l'aurait volontiers invité à se coucher – mais ne trouvait point la parole pour le faire.

Au lieu de ça, Panamee venait d'éteindre la lumière de son couloir, sa tête posée contre la porte elle le fixait dans le noir sans trop vraiment savoir où il était malgré la respiration qui sortait de ses narines et qu'elle sentait effleurer sur ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Duncan | Course poursuite dans Lemon Street

Revenir en haut Aller en bas
 

Duncan | Course poursuite dans Lemon Street

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-