Partagez
 

 you made a friend today (ania/tony)

Aller en bas 

Naaji Darwish

messages : 850
name : nepy
face + © : rami malek © livia
multinicks : jude - garett - charlotte - harlan - filip - diane
points : 607
age : 34.
♡ status : it depends on the day.
work : fisherman. part time escort and porn actor.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (leslie ; callum ; inej)

you made a friend today (ania/tony) Empty
Message· · Sujet: you made a friend today (ania/tony) you made a friend today (ania/tony) EmptyDim 18 Nov - 19:14


16th november 2018
You made me smile today
You spoke with many voices
We travelled miles today
Shared expressions voiceless

@Ania Hibshman & @Tony Burton


Il n’avait pas le droit de se trouver là. Il le savait. Il ne savait juste pas trop pourquoi on le lui avait interdit mais il était parvenu à passer la vigilance de Janine et avait fait l’école buissonnière pour venir assister à l’entraînement des Beavers Juniors de Windmont Bay. Il tenta de se mordiller la lèvre inférieur nerveusement alors qu’il regardait des garçons de son âge en train de jouer mais avait oublié qu’il avait perdu ces deux incisives du haut et de fait cela fit un bruit un peu trop fort, le contraignant à se dissimuler rapidement derrière la grille. Il serrait fort contre lui son album de carte à collectionner, ses grands yeux marrons s’humidifiant lorsqu’il entendit les rires enfantins traverser le terrain et parvenir jusqu’à ses oreilles. Lui aussi, il voulait aller s’amuser. Lui aussi, il voulait jouer au baseball avec les enfants de son âge. Pourquoi la vieille dame l’empêchait toujours de sortir ? Pourquoi seule Mollie avait le droit de se balader tranquillement sans que personne ne lui dise rien alors qu’elle était plus jeune que lui ? Il était un grand garçon après tout. Tony lui avait appris les bases pour parler la langue des signes et il lui était plus facile désormais de s’exprimer. Mais il avait toujours l’impression d’ennuyer le grand italien lorsqu’il lui demandait de parler, alors il restait dans son coin. Il aurait pu aller jouer avec les gamins du quartier mais ils le regardaient tous bizarrement lorsqu’il débarquait dans leur partie de baseball ou lorsqu’ils se baladaient en vélo. En général, ils accéléraient l’allure pour le semer ou l’envoyer tout simplement loin d’eux. Parfois, ils appelaient leurs parents qui invectivaient au petit garçon de rester éloigner de leurs enfants, disant des méchancetés à son égard. Cela le faisait toujours pleurer. Et il se mettait alors à courir jusque chez lui, entrait en trombe et aller se réfugier dans sa chambre pour se dissimuler dans son placard et pleurer en serrant fort contre lui la peluche de Captain America que Naaji lui avait acheté à Disney World.  Tout ce qu’il voulait pourtant, c’était juste jouer et avoir des amis. Mais personne ne voulait être son ami. Il ne comprenait pas pourquoi. Il ne savait pas ce qu’il avait fait de mal. Si on ne lui expliquait pas ce qu’il avait fait de mal, il ne pouvait pas veiller à ne pas recommencer et être sage, faire ce qu’on attendait de lui.

Obnubilé et irrésistiblement attiré par ce groupe d’enfants dont il aurait tant aimé faire partie, il ne remarqua pas tout de suite la silhouette féminine qui arriva derrière lui, tout comme il ne l’entendit pas davantage pour des raisons évidentes. En tant que sourd de naissance, on aurait pu penser qu’il ait pu développer ses autres sens ou à tout le moins un 6e sens lorsqu’on s’adressait à lui. Malheureusement, cela n’était absolument pas le cas de telle sorte que lorsque la jeune femme brune posa sa main sur son épaule, le petit garçon hurla et recula d’instinct, se recroquevillant le plus possible de la nouvelle venue en émettant des vibrations stridentes avec sa bouche. Il était terrifié par la nouvelle venue, ne l’ayant jamais rencontré, et ne parvenait pas même à la regarder dans les yeux. Il était toujours très mal à l’aise avec les femmes âgées, même si elle n’avait pas les cheveux gris comme Janine ou Agnes. Pour Scottie quand on le dépassait en taille, on était forcément un vieux roudoudou. D’après le Docteur qu’il avait vu quand ils étaient enfermés dans ce vilain endroit, s’il avait peur autant des dames, c’était à cause de sa mère qui l’avait maltraité durant son enfance. Il faisait un transfert sur toutes les jeunes et moins jeunes femmes qu’il était amené à rencontrer. Celle qui se trouvait face à lui ne faisait pas exception aux autres et il tenait son album contre lui, comme un rempart entre eux pour éviter qu’elle ne le frappe, émettant des vibrations comme pour se rassurer, ne remarquant pas qu’il avait fait tomber son téléphone entre eux. Il voyait bien qu’elle tentait de lui parler mais il n’entendait pas et ne voulait pas la regarder pour tenter de lire sur ses lèvres. De toute manière, il avait encore beaucoup trop de mal. Alors il se contenta de se recroqueviller et d’attendre que ça se passe.

_________________
Nobody's home, I'm sleepwalkin'. I'm just relayin' what the voice in my head's sayin'. Don't shoot the messenger, I'm just friends with the monster that's under my bed, get along with the voices inside of my head. You're tryin' to save me, stop holdin' your breath.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lulu N'Joya

messages : 972
name : nausicaa (sissi).
face + © : zazie beetz ▬ © gajah & tumblr stuff.
multinicks : eckart • marley • jeremiah • winnie • giacomo • alvin • keane.
points : 959
age : 29 yo.
♡ status : divorced.
work : french teacher.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

you made a friend today (ania/tony) Empty
Message· · Sujet: Re: you made a friend today (ania/tony) you made a friend today (ania/tony) EmptyVen 24 Mai - 13:31

L’entraînement de l’équipe junior des Beavers représentait un petit événement qu’ils étaient nombreux à apprécier à Windmont Bay, les mêmes visages étaient à chaque fois présents, et cela donnait une énième raison aux mères au foyer de la ville de se réunir, pour soutenir ou non leurs bambins. L’assemblée était constituée d’habitués, d’athlètes, de personnes moins sportives, de curieux ; tous se rassemblaient pour passer un moment agréable. Les parents comme les professeurs donnaient extrêmement d’importance à ces manifestations, probablement dans l’espoir de voir un jour leurs enfants évoluer vers une carrière sportive professionnelle, tout le monde prenait son rôle très au sérieux. Les journées en kindergarten n’étant pas très longues, Ania profitait généralement de ses horaires souples – 9h00 - 15h00 – pour participer à diverses activités extrascolaires et aidait à encadrer lorsque cela était nécessaire. Ces petits moments lui permettaient aussi de se rapprocher des parents de ses élèves ou d’enfants qu’elle avait pu avoir dans sa classe par le passé. Constamment sociabiliser avec le monde extérieur résumait grossièrement le quotidien de la jeune femme qui se sentait bien incapable de rester seule, elle n’était pas une âme solitaire et ne le deviendrait probablement jamais. Il lui semblait inconcevable de vivre seule, elle préférait de loin le côté chaleureux d’une colocation. L’échange, l’enrichissement intellectuel, le partage, la communication, comment rendre tout cela possible en vivant isolée ? Assise dans les gradins auprès de mamans, le regard de l’institutrice balaya l’horizon jusqu’à se poser sur une silhouette masculine littéralement accrochée à la grille qui entourait le terrain de baseball. L’homme semblait quelque peu agité, oscillant légèrement de gauche à droite et d’avant en arrière, et regardait avec un peu trop d’insistance les nombreux chérubins qui couraient sous les cris élevés de leur coach. Des messes basses débutèrent tout autour d’elle puis après plusieurs minutes, les murmures se firent plus nombreux, des parents étaient visiblement inquiets pour la sécurité des enfants car manifestement l’attitude de cet inconnu était plus que suspecte, personne ne pouvait l’assurer avec certitude mais tout portait à croire qu’il s’agissait sans doute d’un délinquant sexuel, d’un pervers ou un pédophile avéré ou bien en devenir. Cette hypothèse n’était rassurante pour personne. « Je l’ai déjà vu traîner près de l’école ! » s’exclama vivement une voix derrière elle. « Je vais aller lui demander de partir, » souffla Ania tandis qu’elle se remettait debout, afin de tempérer la situation et éviter que les esprits ne s’échauffent trop rapidement. Elle ouvrit son sac à dos et fouilla un temps certain à l’intérieur avant de tomber sur l’objet de ses désirs, une bombe lacrymogène qu’elle empoigna fermement avant de regarder à nouveau l’individu. Elle siffla une insulte pour elle-même, relâcha finalement l’arme d’auto-défense puis se mit en route vers une confrontation qui ne l’enchantait guère. « Bonjour Monsieur, » dit-elle sur un ton qui se voulait poli. « Excusez-moi, Monsieur, » reprit-elle en agitant les bras, voyant qu’elle ne recevait aucun retour à ses salutations. « Vous ne pouvez pas rester ici. Je vais vous demander de partir, s’il vous plaît. » Toujours aucune réelle réaction de la part de l’homme sur l’épaule duquel elle posa sa main dans le but d’attirer son attention. Si ce dernier l’ignorait sciemment, il n’allait pas être déçu du voyage. Ceux qui s’intéressaient d’un peu trop près aux jeunes enfants n’étaient pas les bienvenus à Windmont Bay, il y avait fort à parier qu’il serait très bien reçu par le comité d’accueil local. Avant d’approcher, elle s’était imaginée tout un tas de scénarios possibles, celui auquel elle dut faire face ne faisait hélas pas partie des options éventuelles. Le hurlement dont il la gratifia la surprit à tel point qu’elle effectua plusieurs enjambées en arrière elle aussi. S’agissait-il en plus d’un toxicomane ? Elle se pencha légèrement, pas trop non plus, pour observer sa carcasse recroquevillée et grimaça. « Votre enfant joue dans l’équipe ? » se risqua-t-elle en apercevant l’album de cartes que l’étranger serrait fermement contre lui, comme une protection bienveillante. Une fois de plus, elle n’obtint aucune réponse de sa part et elle put sentir jusqu’ici les regards à la fois lourds et anxieux des parents à l’autre bout du terrain. Elle s’accroupit pour ramasser le téléphone tombé au sol dans la bataille, au cas où l’issue de la situation ne serait pas favorable, peut-être obtiendront-ils des preuves contre lui dans ce portable. « Vous avez besoin d’aide ? » demanda-t-elle finalement en se persuadant que l’individu était inoffensif, les bruits étranges qu’il balbutiait attestaient d’un problème évident mais elle ignorait, à cette seconde, s’il s’agissait d’une véritable détresse, s’il se jouait d’elle ou si des substances illicites étaient la cause de ses tourments. Elle se devait toutefois de rester vigilante. « Voulez-vous que j’appelle quelqu’un ? »

_________________

--- Haven't you had enough of all of this?
I just don't wanna be the devil, you know. And it hurts the most when you come too close.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

messages : 1844
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©livia & ventimiiglia.
multinicks : sd ¤ ph ¤ ow ¤ bs ¤ md ¤ pt ¤ lj.
points : 557
age : 37.
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
home : hers w/ Naaji.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free. (1/3) inej (fb)

you made a friend today (ania/tony) Empty
Message· · Sujet: Re: you made a friend today (ania/tony) you made a friend today (ania/tony) EmptyMar 2 Juil - 10:43

Burton terminait d’installer la dernière caméra au-dessus du garage de ses clients du jour lorsque son portable se mit à vibrer dans sa poche arrière. Il grommela, les dents serrées autour de son tournevis, et choisit d’ignorer l’appel de son patron qui souhaitait sans doute lui confier une autre mission alors que sa journée était supposée s’être terminée une demi-heure plus tôt. En tant que dernier arrivé au sein de la boîte, il était celui à qui l’on proposait avec insistances les heures supplémentaires ou les remplacements de dernière minute ; ce à quoi il n’était pas opposé, à la base, car plus il travaillait, moins il cogitait. Cependant, ce soir, il avait un rendez-vous important, voire vital, qu’il ne pouvait décemment pas remettre à la semaine suivante. Les pieds de retour sur la terre ferme, il fit le tour du propriétaire pour vérifier ses installations, fit signer les derniers documents aux maîtres des lieux, avant de se remettre en route. Il attrapa son portable pour prévenir de son retard mais plusieurs appels en absence le firent grimacer. « Qu’est-ce qu’il a ? » marmonna-t-il, à la fois heureux et agacé de voir le visage souriant de Naaji sur l’écran de son téléphone. Heureux car il s’agissait de son meilleur ami, agacé car il avait conscience être incapable de lui dire non, et ce dernier compromettait d’autant plus son « rencard » de la soirée. Il appuya sur la touche de rappel et sursauta lorsque, après deux sonneries, une voix féminine réceptionna son coup de fil. « Jess… C’est pas Jessica ? » Il fronça les sourcils et écouta les explications de la demoiselle qui se trouvait actuellement devant l’école de Windmont Bay avec un Naaji vraisemblablement en pleine crise de Scottite aigue. Une main inutile levée près de son volant dans une tentative d’apaisement, il parla d’une voix calme à son interlocutrice, ne comprenant que trop bien le côté désagréable du moment qu’elle devait être en train de vivre. « Il s’appelle Scottie. Il ne vous entend pas, mais vous pouvez lui parler doucement. Il faut éviter tout geste brusque et, à moins que vous soyez mince et jolie, je vous conseille de ne pas essayer de le toucher. » C’était ridicule, mais Tony pensait sincèrement que seules les belles femmes pouvaient apaiser les enfants de sexe masculin. « Je ne suis pas loin, j’arrive. » Il marqua une pause, sur le point de raccrocher, mais se ravisa. « Il vaut mieux éviter de le laisser s’approcher des autres gamins, juste en prévention… »

Scottie n’était pas une personnalité dangereuse, il était même l’un des plus innocents, toutefois Tony était bien placé pour savoir qu’un autre pouvait rapidement prendre la place du pauvre gosse sourd. Oubliant de prévenir son livreur, il s’engouffra sur l’artère principale de la ville et fila – toujours dans le respect des limitations de vitesse – vers le campus. Il ne raffolait pas de cette destination et bon nombre de flics d’autres métropoles auraient grincé des dents à l’idée de le voir s’approcher d’une école, mais il n’avait pas le choix. Son meilleur ami avait besoin de lui. La plupart des écoliers étaient rentrés et seules quelques voitures étaient garées, à cette heure, ce qui l’arrangea pour trouver de la place sur le parking. Il se repéra aux murmures effrayés des personnes présentes pour le guider jusqu’à la silhouette recroquevillée et bourdonnante du gamin de dix ans dans le corps d’un trentenaire. Sans prêter attention au reste de la scène, il s’agenouilla à ses côtés et passa un bras réconfortant autour de ses épaules. « Hé, Scottie, c’est moi, Tonton Tony… » Il glissa son pouce dans son cou, à la naissance de ses cheveux, pour attirer son attention. « Tout va bien, tu t’es perdu ,mais tu as été retrouvé. Par une gentille… » Il releva enfin les yeux sur la jeune femme qui avait jusqu’alors bien voulu supporter la compagnie étrange de Naaji, et bloqua quelques secondes sur la douceur de son visage. « … et très jolie demoiselle… » Il tapota l’épaule de Scottie et se remit debout pour faire face à la brunette, qui semblait à mille lieux de comprendre la situation, et qui n’avait aucune idée de son caractère rocambolesque. « Tony, Burton. C’est moi que vous avez eu au téléphone. Merci de ne pas avoir appelé les flics… » Cela aurait sans doute pu très mal tourner, le cas échéant.

_________________

on the Outside, looking In
this pain I stuffed down is back again & I lie here in bed all alone. I can't mend but I feel tomorrow will be okay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




you made a friend today (ania/tony) Empty
Message· · Sujet: Re: you made a friend today (ania/tony) you made a friend today (ania/tony) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
you made a friend today (ania/tony)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» Tony Stark | Genius, billionaire, playboy and philantropist [Fini]
» TONY MOISE kraze yon kite sa
» Esprit du mal es-tu làà ? ϟ Loki & Tony
» Made in Asia 8 - Bruxelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: vagabond :: butterfly effect :: season 1-
Sauter vers: