AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 " j'ai de quoi nous rafraichir la mémoire."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: " j'ai de quoi nous rafraichir la mémoire." Mar 3 Nov 2009 - 20:36

j'ai de quoi nous rafraichir la mémoire.

STARRING GABRIEL MCALLISTER AND PRESLEY HUNTINGTON




Un dizaine de minutes déjà qu’elle était là attendant devant cette porte sans trop savoir la raison d’une telle hésitation. En vérité elle était pleinement consciente des divers raisons, elle ne voulait simplement pas les reconnaître. Devenir hésitante n’était pas réellement dans ses habitudes, étant plutôt direct et assez sur d’elle. Mais la, la situation était quelque peu déconcertante, ce n’était pourtant pas la première fois qu’elle se retrouvait face à un problème de taille. En revanche pas d’une telle importance. Regardant le petit objet qu’elle serrait fortement dans sa main depuis son arrivée, objet ressemblant fortement à une carte mémoire, elle se demandait si c’était une bonne idée. Si elle n’avait pas plutôt intérêt à garder sa secret à oublier, mais oublier quoi ? Elle ne s’en souvenait même pas, si il y avait eu quelque chose à occulter visiblement son esprit s’en était déjà charger, mettant à la poubelle les informations irrecevables. Il y a quelques minutes alors qu’elle était encore chez elle, elle était persuadé qu’il s’agissait de la bonne décision, aller le voir lui en parler, après tout ce ne serait plus la première fois qu’elle irait l’aborder, de plus elle avait de quoi être convaincante, et quoi qu’il se soit passé il serait obligatoirement intéressé par elle. De plus elle savait déjà de quoi leur conversation serait faite, même si elle comptait bien s’évertuer à demeurer contradictoire, ce n’était pas tout les jours que l’on pouvait avoir un tel pouvoir sur un homme de cette importance, et elle comptait bien profiter de son avantage, du moins elle espérait que s’en était un. Prenant son courage à deux mains, inspirant un grand coup, il fallait bien qu’elle prenne sa décision, frappant un coup, puis un autre voyant que personne ne donnait suite au précédent. Demeurant patiente, du moins elle essayait …


F L A S H B A C K


Assise sur l’un des tabouret du bar de cette imposante maison, qu’elle détestait plus que tout, elle attendait patiemment, du moins elle en donnait l’illusion. Elle ne savait pas pourquoi elle était ici, elle avait pourtant sa petite idée. Il ne l’appelait pas pour prendre le thé, en général s’était pour un travail tout particulier, voir pour la narguer, lui faire réaliser qu’elle était bien loin de pouvoir arrêter. Malgré ses envies de meurtre elle demeurait zen voir hautaine, ce qui avait au moins l’avantage de l’agacer. Se perdant dans ses pensées, dans des rêves dans lesquels elle avait trouvé le moyen de le renvoyer d’où il venait, elle n’avait pas fait attention à sa présence dans la pièce, encore moins celle de l’homme qui l’accompagnait.

« ma belle, j’ai un travail pour toi. » dit-il avec un grand sourire qui l’écœurait de manière évidente.
« tient donc encore ? Tu me surprends comme toujours. » un sourire narquois fendit son visage tendis qu’elle s’adressait à lui avec ironie. Il ne fit cependant pas attention à l’arrogance de la jeune fille, lui répondant d’un clin d’œil presque offensant. L’homme qu’elle était sensé rencontrer se cachait derrière, du moins il devait essayé mais c’était indubitablement raté, sa corpulence ne l’aidait pas à passer inaperçu bien que sa petite taille aurait pu faire l’affaire. Un homme d’âge moyen élégamment habillé, un sourire polie mais peu sincère était incrusté sur son visage. Un de ceux que l’ont voit sur les visages des politiciens, ou des grands hommes d’affaires. A croire qu’ils étaient prédisposés de naissance à devenir des menteurs professionnels. Une fois de plus son « patron » prit la parole, rien que sa voix lui donnait la nausée. « voilà elle sera parfaite pour l’affaire dont nous avons parler. » ils s’adressèrent des sourires et des regards complices, qui donnaient encore plus envie à presley de dégager vite fait, cependant ils avaient éveillé sa curiosité elle se devait de savoir. « et de quelle affaire parlez vous ? » leur demanda-t-elle d’un ton faussement polie.

Le jeune homme s’éclipsa n’oubliant de déposer un baiser dans le cou de presley comme si elle lui appartenait un geste qu’elle eut vite fait de tenter d’éviter en se poussant brusquement. Elle se retrouvait désormais seule face à cet homme qui avait apparemment une affaire à lui confier. Elle oublia rapidement les sourires polies et la fausse amabilité, elle s’adressa a lui avec dédain, sans lui porter la moindre réel attention. « alors qu’est-ce qui ? C’est l’anniversaire de votre frère il s’éclate plus avec sa femme et vous avez eu l’illumination de votre vie en plein rêve ? Une illumination ? Je perds la tête, les types comme vous n’en n’ont pas elles leurs sont soufflées n’est-ce pas ? » un large sourire s’afficha sur le visage de l’homme dont elle ignorait encore le nom, peut être ne le saurait-elle pas après tout. Ceci dit elle fut un peu déstabilisé de le voir répondre par un sourire, s’attendant plutôt à le voir s’offusquer, mais il n’en fit rien. Il répondit simplement « séduisez le sénateur McAllister et faites en une vidéo! » elle est bien bonne, si je m'y attendais à celle la.

E N D I N G



Elle se sentait stupide d’avoir accepté, mais avait-elle réellement le choix. Elle était pourtant suffisamment puissante pour anéantir le « commerce » de son infâme petit rat de patron, mais elle n’avait pas encore les moyens de faire reculer ses collaborateurs qui eux avaient d’autres moyens de persuasion elle s’en souvenait encore beaucoup trop. Mais maintenant elle ne pouvait plus faire marche arrière de toute manière et elle avait bien l’intention d’écraser cet homme qui avait oser la considérer ainsi. Voyant le visage interrogateur du sénateur, elle s’empressa de passer le pas de la porte sans y avoir pourtant été convié. Il s’apprêtait surement à protestait quand elle lui montra la petite carte mémoire qu’elle avait gardé précieusement dans sa main. « il faut qu’on parle. »


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: " j'ai de quoi nous rafraichir la mémoire." Sam 21 Nov 2009 - 1:23

Aujourd'hui avait été l'exemple type d'une bonne journée. Un agenda allégé par Billy. Un petit frère de bon poil, en week end et décidé à passer du temps avec monsieur le sénateur son aîné.
Rien à dire, Gabriel était de bonne humeur. Il en chantonnait sous la douche. Chose rare, et signe indiscutable de la bonne humeur du jeune homme. La douche, il en sortait d'ailleurs lorsqu'il lui sembla, de loin, entendre toquer à la porte.

Il aurait bien braillé un « Andyyyyyyyy vas ouvrir steuplaîîîît ! » sauf qu'il l'avait déposé chez ses amis en revenant de leur journée "entre eux". Il était donc seul, trempé et...pas du tout présentable. Toujours humide, il enfila tant bien que mal un jeans qui trainait là, attrapa une chemise et dévala l'escalier. On toqua une nouvelle fois. Plusieurs coups, plus pressants. « Ça va , j'arrive... » marmonna t-il pour lui même tout en passant sa chemise.
La fraîcheur de l'air mordit son torse encore perlé de fines gouttelettes alors qu'il ouvrait la porte sur une brunette dont le visage lui était malheureusement familier.

Il arqua un sourcil interrogateur. Deux questions essentielles s'imposant à son esprit : Qu'est ce qu'elle venait faire là ? Et est-ce qu'il avait vraiment envie de la laisser entrer, sachant que sa venue chez lui n'avait sans doute rien d'une simple visite de courtoisie. Presley passa la porte sans attendre la moindre invitation, réglant le dilemme d'une manière expéditive. Ce n'est pas pour autant que Gabriel allait se laisser démonter, il allait d'ailleurs contester cette intrusion après avoir rapidement fermé la porte, lorsqu'elle leva la main, d'un geste qui lui évoqua presque une menace. Comme on lève une arme pour avorter toute tentative de contestation. « Il faut qu’on parle. » déclara t-elle soudainement en dévoilant ce que Gabriel identifia comme étant une carte mémoire.

Perplexe, il laissa sa chemise à moitié boutonnée et passa sa main dans sa chevelure humide en jetant à la petite brune, un regard mêlé d'interrogation et d'ennui. L'ennui était feint. Le jeune sénateur était plus qu'intrigué par le contenu de cette carte mémoire, seulement il n'était pas né de la dernière pluie. En tant qu'homme politique, fin orateur et personnage public, il ne se laissait jamais intimider ou surprendre. Et s'il l'était, il n'en laissait rien paraître. Il ne se voulait pas mystérieux, mais il cultivait le doute sur ses éventuelles ressources. De cette façon il avait, ou du moins donnait l'impression d'avoir toujours un coup d'avance.

Puis attendant la réponse à sa question muette, il pénétra dans son vaste salon. « Je te propose un verre ou tu compte te servir toi-même ? » fit-il en masquant l'ironie de sa question par un ton calme.
Une performance aisée tant il était occupé à rassembler une énième fois les souvenirs éparses de la soirée qu'ils avaient passés ensembles, et ce que cette carte mémoire venait faire là dedans. Mais peut-être que ça n'avait rien à voir. C'était fort peu probable, mais on pouvait toujours rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: " j'ai de quoi nous rafraichir la mémoire." Mer 25 Nov 2009 - 17:57




Presley était de nature plutôt intrusive il fallait l’avouer. Tout du moins avec certaine personne, il y en a qu’elle ne se permettrait pas d’aller déranger, ce qu’ils pensent d’elle étant bien trop important pour venir gâcher ça. Mais Gabriel ne faisait pas partie de ce genre là, certes elle ne le connaissait pas vraiment, elle avait passé une nuit avec lui, elle savait ce qu’elle était sensée faire durant cette nuit, mais son esprit était bien trop embrumé pour lui rappeler le moindre détail, qu’importe elle avait une idée ce qui pouvait bien être enregistré sur cette minuscule carte mémoire, elle n’allait donc pas jouer les effarouchées. Bon elle avait pourtant eu une éducation très stricte, les bonnes manières étaient à l’ordre du jour, elle fréquentait uniquement du beau monde à cette époque. Mais jouer les petites filles modèles et obéissantes, ne fut pas très longtemps dans ses tripes, passant bien vite à d’autres délires bien loin de ce qu’on c’était évertué à lui apprendre. Alors entrer chez un inconnu - ou presque - comme si tout lui était du, était en réalité une de ses habitudes. Mais pour le coup cela se justifiait, à moins qu’il préférait que les voisins entendent parler de cette carte mémoire et de ce qu’il y avait probablement dessus ? Hmm sans doute pas, si son électorat entendait parler de cette histoire, probablement que sa côté en politique chuterait radicalement. Probablement aussi que l’égo de la jeune fille en prendrait un coup. « la prostitué qui s’est retrouvée dans le lit du sénateur. » que ça sonnait bien, elle en avait des frissons rien que de penser à avoir cette réputation collée sur le dos. Elle ferait n’importe quoi pour se débarrasser de toute cette histoire, et vue qu’il était sans doute sur la même longueur d’onde qu’elle, du moins en ce qui concerne l’avenir inexistant de cette histoire, il ne pouvait se refuser à l’écouter.
« Je te propose un verre ou tu compte te servir toi-même ? » Un sourire c’était dessiné sur ses lèvres, si elle ne se rappelait pas de leur soirée, elle se souvenait au moins qu’avant de boire comme un trou, elle l’avait trouvé plus que sympathique, même si une animosité non dissimulée c’était installée entre eux, et pour cause, elle ne s’en formalisait pas, et au demeurant, elle persistait à lui trouvait quelque chose de sympathique, cette ironie dans ses propos ne l’avait bien sur aucunement offensé il en fallait bien d’avantage, si bien sur on découvrait son point faible, chose peu aisée. « Je ne me serais pas permise. » dit-elle un sourire narquois aux lèvres avant de reprendre. « mais je te remercie, je préfère éviter de boire cette fois-ci. » toujours un sourire ironique sur le visage, une pointe d’ironie et de sarcasme dans la voix, même si la tournure l’inquiétait, elle s’amusait, et elle comptait bien garder le rythme.

Elle entra dans le salon s’installant sur un fauteuil non éloigné de l’entrée, elle attendit qu’il revienne dans son champ de vision avant de reprendre sur la partie qui l’avait sans doute intriguée. Cette fameuse carte, il fallait dire qu’elle était sans doute toute aussi curieuse que lui, mais ce qui la caractérisait était sans doute cette manie de retenir si bien les informations et ses envies, elle n’était pas du genre à se lâcher sans penser aux conséquences que cela pourrait avoir, elle réfléchissait toujours avant d’abattre ses cartes, et ne cédait pas à la tentation, ce qui lui valait de grands dons dans l’art de la manipulation, une des choses qu’elle adorait faire. Certes elle ne comptait pas manipuler le Sénateur, elle avait déjà fait ça, quelques nuits auparavant, simplement jouer avec ses nerfs, voir jusqu’où allait sa patience. « désolée de t’avoir dérangé en pleine douche, mais je pense que t’imagines à quel point cela pouvait être important n’est ce pas ? Je pense, à juste titre ou pas, que peut être il y aurait quelque chose de compromettant pour toi. » lui montrant brièvement la petite carte elle reprit après s’être éclaircie la gorge. « dans le meilleur des cas, il y a essentiellement une personne prête à m’engager pour te faire tomber, oh il ne faut pas t’en vouloir quel homme aurait pu me résister après tout. » bien sur la dernière partie fut dite sous le ton de l’humour, elle était nullement si prétentieuse, seulement elle avait voulu trouver une façon de faire passer le tout sous le ton de l’humour, admettre qu’elle n’était qu’une prostituée était assez douloureux pour elle, même si elle n’en donnait pas du tout l’impression.




_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: " j'ai de quoi nous rafraichir la mémoire." Lun 7 Déc 2009 - 15:40

« Je ne me serais pas permise. Mais je te remercie, je préfère éviter de boire cette fois-ci. » L'allusion à leur enivrante -c'est le cas de le dire- soirée, eu le mérite de soutirer un sourire furtif à Gabriel. L'impertinence que certains se permettaient à son égard avait quelque chose puérile. Comme si mettre des bâtons dans les roues d'un sénateur était plus jouissif que d'emmerder les autres, ou qu'il y avait plus de mérite à en tirer. C'était pathétique, mais néanmoins divertissant en de rares occasions. Dans ces moments là, le jeune homme se sentait tel un gros chat avide de chasse à la souris. Ceci dit, Presley semblait se plaire à endosser la peau du chat, pour le moment en tout cas.

Alors que son envahissante invitée s'installait dans l'un des confortables fauteuils du salon, Gabriel prit place sur son divan. S'y asseyant confortablement, il croisa ses jambes dans une pose décontractée, attendant de savoir ce qu'elle lui voulait. « Désolée de t’avoir dérangé en pleine douche, mais je pense que t’imagines à quel point cela pouvait être important n’est ce pas ? Je pense, à juste titre ou pas, que peut être il y aurait quelque chose de compromettant pour toi. » On y arrivait. Sa venue, et sa fichue carte avaient donc bien un rapport avec cette fameuse nuit. La garce ! Elle les avait filmés...C'était consternant cette capacité qu'il avait à attirer les plus sinistres enfoirés dès qu'il posait le pied dehors sans se méfier. A croire qu'il ne pouvait être "Gabriel" que dans l'intimité de sa demeure. Quoique l'instant présent ne faisait pas référence en matière d'être "lui même dans sa propre maison"... « dans le meilleur des cas, il y a essentiellement une personne prête à m’engager pour te faire tomber, oh il ne faut pas t’en vouloir quel homme aurait pu me résister après tout. conclut-elle sur le ton de plaisanterie. La fin de sa phrase aurait pu le faire éclater de rire. La pauvre, si elle savait à quel point elle n'était pas son genre. Il fallait vraiment qu'il ai été ivre mort pour qu'il y ai quelque chose de compromettant sur cette carte. Bon...il l'était. Mais ça n'enlevait rien au comique de cette réplique. Autant de pensées que le politicien gardait pour lui. La condescendance n'était pas la bienvenue dans les négociations. Elle liait les langues, braquait les esprits et augmentait significativement le prix à payer pour être quitte.

Presley, en s'en prenant à lui de cette manière, jouait délibérément avec le feu. Elle s'amusait peut-être. Elle avait passé une soirée avec lui...s'était manifestement bien amusée à ses côtés. Sans doute l'avait elle trouvé sympathique. Il l'était. Tant qu'on ne l'attaquait pas. Enfin, le problème restait mineur aux yeux du sénateur. Il avait affronté bien pire que le chantage d'une prostituée. Car c'est bien ainsi qu'il la voyait maintenant. C'est elle qui l'avait cherché après tout. C'est donc en tant qu'homme qui fait affaire avec une prostituée qu'il aborda la chose. « Tu n'as même pas regardé ce qu'il y a là dessus ? »Bien qu'il était amer et déçu qu'une énième personne n'ai eu de l'intérêt pour lui que mieux le berner, son regard restait fixement rivé sur elle, droit, il ne cillait pas, et dans ses yeux brillait une lueur de défi qui ne trompait pas. Mesquinerie, chantage, coups bas, avaient rythmés sa carrière politique. Il n'était pas un amateur, bien au contraire. « Enfin, peu importe. Venons en aux faits : combien vais-je devoir payer pour enterrer ce scandale ? » Que pouvait bien vouloir une fille qui vendait ses charmes, si ce n'est plus d'argent que ce que lui avait proposé son employeur ? L'argent suffisait la plupart du temps à résoudre ce genre d'affaire. Un rictus sardonique fendit son visage tandis que l'autre question essentielle franchissait ses lèvres « Et pendant qu'on y est. Combien de copies en as tu fais avant de venir ici ? » C'eut été trop beau qu'il n'y en ai pas. Gabriel n'était pas inquisiteur, ni pessimiste, juste réaliste. Quand une fille comme elle avait l'opportunité de tenir un homme comme lui sous sa coupe, il était logique qu'elle mette toutes les chances de son côté et prennent les précautions nécessaires afin de pas se faire doubler.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: " j'ai de quoi nous rafraichir la mémoire." Ven 11 Déc 2009 - 18:36



« Tu n’as même pas regardé ce qu’il y a là dessus ? » ironique n’est-ce pas ? En effet elle n’y avait même pas jeté un œil, en tout honnêteté elle avait même peur de ce qu’elle y verrait. Elle savait comment la soirée aurait du finir oui, ce qu’on lui avait demandé, et ce qu’elle avait bêtement accepté - ou été contrainte d’accepter - mais savoir ce qui s’était réellement produit, était bien différent. En outre elle savait à présent que son désir n’était pas de faire chanter un homme politique, ce n’était pas son genre et elle avait d’ailleurs mieux à faire, en réalité, ses intentions étaient bien différentes, mais comment énoncer une telle chose à un homme, premièrement qu’on ne connait pas, et deuxièmement qu’on a manipulé ? Elle se doutait que le peu de confiance qu’il avait pu lui accordé s’était complètement envolée et comment le lui reprocher ? Elle ne le blâmerait pas, il était parfaitement dans ses droits, seulement elle avait une idée en tête, et elle ne comptait pas laisser tomber pour autant. Que la tâche soit difficile lui importait peu, elle irait jusqu’au bout quitte à obtenir un refus. Qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas ? Elle comptait bien utiliser ce proverbe espérant qu’il tournerait à son avantage et non l’inverse. « Non, pour tout te dire je me fiche un peu du contenue. » c’était vrai, du moins en partie, un léger sourire fendit son visage avant qu’elle ne vienne y apporter une précision, « Néanmoins je suis tout de même curieuse de savoir ce qu’il y a là-dessus. Pas toi ? » sans doute dirait-il ; « non, franchement dis moi combien tu veux qu’on en finisse. » ce qui ne l’a surprendrait pas, même si elle savait qu’elle finirait par y jeter un coup d’œil, savoir si elle avait réussit son coup, ou tout simplement savoir qu’elle ambiance avait animée cette soirée. Son esprit même embrouillé lui laissait au moins la sensation, que ce n’était pas le genre de soirée qu’on préférerait oublier. Mais pour un sénateur qu’importe le contenue, une vidéo où il se trouvait en compagnie d’une prostituée, était forcement à enterrer qu’importe le prix. D’ailleurs en parlant négociation, la patience ne semblait pas être l’un des attribues de ce cher sénateur « Enfin, peu importe. Venons en aux faits : combien vais-je devoir payer pour enterrer ce scandale ? » elle ne souriait pas pourtant son regard, lui, faisait le contraire, il pétillait presque comme si ses lèvres s’étaient étirées dans un large sourire sincère. Payer ?! Bien sur elle s’attendait à une telle réponse cela n’avait rien d’étonnant, mais pour elle, qui avait plus de carte en main qu’il n’y paraissait, la situation était tout aussi amusante, qu’étrange. « Payer ?! Mais je n’ai besoin de rien, je suis probablement aussi riche que toi. Je n’ai nullement besoin d’argent. » elle saurait deviner avec facilité ce qui venait de traverser son esprit à la seconde même, « alors quoi ? Qu’est-ce que tu attends ?! » c’était à ce niveau là de la conversation qu’elle devrait se mettre à table, dire le fond de sa pensée, et de son « plan ». Mais Gabriel avait l’air d’être habitué à ce genre de situation, presque aussitôt, il prit les devant, connaissant les rouages de ce genre de magouille. « Et pendant qu’on y est. Combien de copies en as-tu fais avant de venir ici ? » elle aurait pu c’est vrai, mais à quoi bon ? En faite elle s’en fichait de faire chanter le sénateur, ce n’était pas lui sa cible, mais ça il l’ignorait complètement.

Se redressant dans le fauteuil dans lequel elle s’était nonchalamment installée, elle s’éclaircie la gorge avant de reprendre se petit sourire qui ne l’avait presque pas quitté depuis qu’elle était entrée. Contrastant totalement avec les doutes qui l’avaient envahit avant qu’il n’ouvre sa porte. Mais elle était comme ça, une fois lancée, elle allait jusqu’au bout, ne faisant pas cas des doutes et de la peur qui pouvait l’envahir. « Tu pourras fouiller ma maison si tu le souhaites, mais tu ne trouveras rien, la seule qui existe est dans ma main. Et n’essaie pas non plus de me la prendre de force ce serait ridicule. » Elle s’était ensuite levée faisant les cent pas sans doute sous le regard perplexe du Sénateur, elle n’avait pas l’air aussi à l’aise qu’elle l’était en passant le pas de la porte. En réalité il fallait qu’elle parle, qu’elle lui dise quel était son but réel et ce n’était sans doute pas la chose la plus facile qu’elle ait pu faire, en quelque sorte demander de l’aide. Elle si orgueilleuse si fière, elle se demandait si il lui était possible un jour de le faire. Mais tellement d’événement l’avait poussé dans cette voie, et sa rencontre avec Gabriel était sans doute ce qui pourrait l’aider. Elle s’arrêta enfin, lui faisant face, le visage beaucoup plus sérieux, mais son regard trahissait son inquiétude. « Ce n’est pas toi la cible, je veux dire initialement bien sur c’est toi, mais je n’ai nullement besoin de te faire chanter, ça ne m’apportera rien. J’ai besoin de ton aide. » le renversement de situation était sans doute plus qu’ironique, et puis pourquoi voudrait-il l’aider ? C’est-ce qu’elle s’acharnerait à lui faire comprendre.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: " j'ai de quoi nous rafraichir la mémoire."

Revenir en haut Aller en bas
 

" j'ai de quoi nous rafraichir la mémoire."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-