AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 never thought i would become a psychologist #Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: never thought i would become a psychologist #Caleb Dim 26 Avr 2009 - 1:04

Vendredi soir. Aux alentours de vingt deux heures.
Rachel humait son moccachino sur sa terrasse. La lumière de la lune se reflétait sur son visage plein d'espoir. Sa silhouette se dessinait sur les murs blancs de sa maison. Elle croisait les jambes en regardant vainement la rue devant elle qui s'étendait à l'infini.
... Vous voyez le tableau?
Tout simplement: Rachel attendait son mari, qui rentrait tard chaque soir, le vendredi compris. Elle s'empêchait de s'endormir en se carburant au café. D'ailleurs, elle n'avait pas l'air fatiguée du tout. Elle paraissait rêveuse, mais c'était à son habitude. La nuit l'inspirait. D'ailleurs elle avait un bloc note posé à côté de son café. Elle caressa le bord de la table en gardant ses yeux fixés sur la rue. C'était une épouse compréhensive et patiente. Elle ne se plaignait pas de l'absence de son mari. Si elle-même devait s'investir à fond dans son travail pendant une période mouvementée, elle savait qu'il ferait de même. Ce qui était triste par contre c'était que sa fille avait besoin de son père absent... Rachel soupira. Pauvre Samantha. Mais bon dans quelques mois (ou plus?) ça s'arrangera. Et puis, ils avaient tout le temps devant eux.
Rachel sourit. Elle les imaginait voyager vers l'ouest. Oh oui... ce serait très bien. Une excursion en famille.
Soudain, un claquement de porte se fit entendre. Rachel sortit de ses rêveries et regarda à sa droite. Son voisin Caleb sortait. Comme tous les vendredi soirs, à cette même heure du soir. Elle attendit qu'il la remarque. Il allait finir par le faire de toute manière. Comme toujours. D'ailleurs, elle avait un deuxième café sur la table, comme si elle l'attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: never thought i would become a psychologist #Caleb Mer 29 Avr 2009 - 21:40


    Il était dans les environs de vingt deux heures et Bonnie était au boulot. Elle était de garde ce soir-là et Caleb n'avait en fait vraiment rien à faire. A la télévision une série sur un hôpital qui passait, il essayait tant bien que mal de comprendre qui était le Dr Mamour, mais il n'y arrivait pas et ça l'énervait. Il se leva alors du canapé pour se diriger vers l'entrée de la maison. Il avait déjà mangé, il n'avait pas sommeil même s'il avait passé toute sa journée au garage, à essayer de réparer les voitures des voisins. Demain, il ne travaillait pas tôt étant donné qu'on serait Samedi et d'ailleurs il ne travaillait que le matin, et ça ne lui donnait tout de même pas l'envie d'aller s'allonger. Il attrapa ses chaussures et les enfila rapidement, il faisait déjà chaud dehors et un tee-shirt suffirait sûrement. Il attrapa son paquet de cigarettes et sortit, en fermant la porte un peu trop fort qui l'aurait fallu. Il avança lentement vers la route, tout en allumant sa cigarette, il la mit enfin à la bouche et lorsqu'il releva la tête il aperçut Madame Menken, sur sa terrasse, une tasse à la main qui avait l'air de contenir du café. Il ne savait pas vraiment si c'était une bonne idée d'aller lui parler, ou quelque chose dans ce genre. Il apercevait d'où il était une autre tasse de café et il se demandait si le mari de madame allait débarquer derrière elle. Mais en même temps, souvent lorsqu'il allait fumer sa cigarette le soir, il la voyait attendre sur sa terrasse et quasiment toujours – si ce n'est toujours, elle attendait son mari qui devait rentrer du boulot. Ils étaient tous les deux dans le même sac, lui, attendait le retour de Bonnie pour enfin aller se coucher, et elle, elle attendait le retour de monsieur Menken. Parfois, il avait des doutes, il était comme ça toujours à se poser des questions. Lorsqu'il la voyait attendre l'arrivée de son mari, il se demandait si celui-ci n'était pas dans les bras d'une autre femme. C'était une pensée tout à fait innocente et tout le monde se l'aurait posée en voyant la parfaite femme attendre le mari, tard le soir et de plus, Caleb ne savait même pas quel profession exerçait le mari de Rachel, ainsi il ne pouvait pas aller plus loin dans ses questions. Mais c'était égoïste, pourquoi penser que Rachel pouvait se faire tromper, alors que lui même attendait sa petite amie tard le soir, elle pourrait elle-même le tromper. Il effaça cette idée de ses pensées et jeta sa cigarette qui était quasiment finie à terre. Il se dirigea vers la maison des Menken qui n'était pas loin du tout et en profita pour écraser sa cigarette. Il marchait doucement, les mains dans les poches, jusqu'à arriver juste en face de la terrasse. Rachel Menken avait remarqué qu'il s'était approchée de chez elle et elle l'accueillait avec un léger sourire. Caleb répondit à son sourire, même si celui-ci était à peine visible.

      Nous sommes tous les deux en train d'attendre nos conjoints, alors je me suis dit qu'on pourrait le faire ensemble. il avait dit cela tout à fait poliment.

    Malgré ses efforts pour être aimable, il paraissait parfois froid et distant, mais ici, il avait apprit à être beaucoup plus sociable qu'il ne l'était au Canada. En même temps, il était bien obligé étant donné le petit quartier que c'était et éviter tout contact avec ses voisins ne ferait que attirer l'attention sur lui. Même s'il avait l'habitude de la croiser le Vendredi, il était toujours aussi officiel quand il lui parlait, sûrement pour éviter de trop s'investir. D'ailleurs il avait affirmé quelque chose dont il ne devrait pas être sûr. Il avait dit qu'elle attendait son mari alors qu'il y avait une autre tasse avec Rachel. Mais, toujours sûr de lui, il ne s'était pas posé d'autres questions vu qu'il avait l'habitude à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: never thought i would become a psychologist #Caleb Jeu 30 Avr 2009 - 3:03

Rachel n'avait jamais douté de son mari. Pas une fois. Elle avait confiance en lui, enfin... en ce qui concerne leur amour en tout cas. Du reste, Rachel restait une femme très discrète qui ne révélait pas tous ses secrets pas même à son mari. Et cela devait être réciproque, puisque lui-même ne s'étendait pas dans les confessions. Comme cette cicatrice qu'il avait dans le bas de son dos, elle n'avait jamais pu en connaître l'origine. Pour vivre heureux, vivons cachés!
Au pire... il avait pu finir dans un bar, bourré, entraîné dans une bagarre. Rachel se mordit les doigts, inquiète à cette idée. Ca lui ressemblait bien en plus. Il aimait sortir avec ses collègues de temps à autre et finir ses soirées dans l'alcool. Rachel et Don n'avaient pas vraiment établis de règles fixes concernant leurs sorties, ils avaient le droit d'inviter des amis quand cela les enchantait et de sortir quand ils pouvaient confier la garde de Samantha à la babysitter. Mais Don n'avait jamais invité personne à la maison. Ou très rarement. Comme s'il tenait à garder sa sphère d'amis à part de sa sphère familiale. C'était normal en un sens. Ils étaient ensemble depuis trois ans toujours collés l'un à l'autre il fallait bien des instants de liberté, non? Surtout à leur âge, ils n'étaient pas un vieux couple !

"Nous sommes tous les deux en train d'attendre nos conjoints, alors je me suis dit qu'on pourrait le faire ensemble."

La fumée de cigarette avait chatouillé les narines de la jeune femme et la lumière chez ses voisins avait alerté Rachel de la présence de monsieur Varnham. Rachel hocha de la tête et émit un sourire. Du peu qu'elle connaissait de son voisin, elle ne se risqua pas à paraître trop sociable ou chaleureuse.

- Le temps passe plus rapidement à deux.

Rachel continua de sourire. Elle lui fit un signe de tête pour l'inviter à s'asseoir à ses côtés. Elle but sa tasse de café silencieusement en continuant de fixer la nuit, sans regarder Caleb. En même temps, il ne semblait pas du genre à aimer qu'on le fixe lui.

- Vous attendez Bonnie alors?

Rachel ne connaissait la jeune femme que de vue. Elles se croisaient et se saluaient de loin. A vrai dire, les Varnham ne faisaient pas trop dans la sociabilité. Et elle ne les jugeait pas à ce sujet, chacun était libre de leurs actes. Cependant elle trouvait Caleb un brin intriguant. Elle poussa lentement la deuxième tasse de café vers lui sans rien dire, un simple regard aimable suffisait. Cette femme était vraiment trop gentille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: never thought i would become a psychologist #Caleb Dim 10 Mai 2009 - 21:56


    Caleb n'était pas du genre à aller par-ci, par-là pour se trouver des amis ou autre, mais parfois le manque de sociabilité le pesait assez, surtout quand il était seul chez lui et qu'il n'y avait rien à regarder à la télé. Heureusement, bientôt arrivait la saison des match de basketball et dieu sait comme il était accroc à la NBA. Il s'avança encore un peu lorsque la jeune femme lui sourit, en même temps sa voisine n'était pas du tout du genre à refuser une visite. Il avait remarqué qu'elle était plutôt sympa – peut-être trop ? Et surtout plutôt sociable.

      Le temps passe plus vite à deux.

    Il acquiesça cette remarque, il l'avait remarqué aussi. Lorsqu'ils étaient encore tout petits, Stefan & lui détestait aller chez le médecin, redoutant déjà l'attente indéterminée de la salle d'attente. Ils se demandaient d'ailleurs pourquoi prendre des rendez-vous lorsque le médecin n'était jamais à l'heure. Alors ils y allaient ensemble sachant tout deux que la temps passe plus vite lorsqu'ils étaient ensemble. Parfois, leur mère les laissaient à la maison seule, elle aussi redoutait le moment de l'attente, car ses deux petits gnomes étaient des vrais puces ambulantes. Et eux; ça ne pouvait que leur faire plaisir de ne pas y aller. Il répondit à son sourire puis s'exécuta lorsqu'elle l'invita à s'installer près d'elle. Il monta les trois marches du petit escaliers puis s'assit sur la chaise qui était prêt de celle de Rachel. Il suivit son regard puis se mit lui aussi à se perdre dans l'obscurité de la nuit.

      Vous attendez Bonnie alors ?

    Cette question lui faisait bizarre. En effet quelques mois plus tôt il n'aurait jamais cru qu'il serait autant dépendant d'une jeune femme car sans Bonnie il n'y aurait jamais eu D'Ocean Grove et donc il ne peut pas y avoir d'Ocean Grove sans Bonnie pour Caleb. Maintenant qu'il était à Miami, il dépendait quasiment entièrement de Bonnie et d'ailleurs, Caleb n'allait pas sans Bonnie. Il attendit un moment pour répondre jusqu'au moment où la jeune femme lui poussa doucement la seconde tasse de café qui était – d'après lui, destiné à monsieur Menken. Le jeune Varnham le regarda un moment puis s'en empara doucement, laissant le temps à Mme Menken de l'en empêcher si elle regrettait – oui, Caleb était plutôt méfiant, puis il approcha sa tasse à ses lèvres pour boire une gorgée. Une petite grimace s'installa sur son visage, puis il répondit enfin à sa voisine.

      Bonnie travaille tard, nos horaires ne sont pas du tout adaptés. On se voit peu, mais bien. finit-il par conclure.

    Il afficha un sourire léger sur ses lèvres, il savait très bien de quoi il parlait quand il affirmait qu'ils se voyaient "bien", Bonnie était très attaché à Caleb et quand elle avait un moment à elle, elle voulait le passer avec lui. Il prit à nouveau une gorgée de café. Il n'avait jamais vraiment aimé le café, il n'en prenait que s'il savait qu'il serait fatigué dans la journée. Cela marchait très bien chez Caleb, le café réveillait rapidement son cerveau. En effet là, c'était le soir, mais il ne s'inquiétait pas pour trouver le sommeil cette nuit, en effet il ne travaillait pas le lendemain matin. Il continuait à fixer le paysage sombre devant lui, puis il ajouta enfin.

      Monsieur Menken est-il toujours au boulot ? Demanda-t-il, essayant de prendre un ton détaché pour ne pas alerter madame.

    Il avait prit la peine de l'appeler "Monsieur Menken" car il ne perdait pas sa politesse et d'ailleurs, il ne connaissait pas tant que ça Don Menken. De plus, il ne savait quelle profession exerçait cet homme et donc il ne savait si il était encore au travail ou au contraire, sortit avec des amis... C'était pur ça qu'il avait tâché de prendre un ton détaché, mais sa curiosité faisait qu'il avait bien envie de savoir ce que faisait le mari de Rachel dehors à cette heure-ci. Il évita de la regarder, fixant la rue déserte en face d'eux et lançant quelques regards à son habitat. Puis, automatiquement en fixant ce paysage, il prit à nouveau la parole.

      C'est un beau quartier, cela dit, un peu trop étrange.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: never thought i would become a psychologist #Caleb Dim 17 Mai 2009 - 1:46

" Bonnie travaille tard, nos horaires ne sont pas du tout adaptés. On se voit peu, mais bien."

Rachel ne regardait pas Caleb lorsqu'il prit le café posé sur la table. Signe que cela l'importait peu qu'il boive dans la tasse de son mari. Drôle d'heure pour se droguer de boisson "énergisante". L'air se rafraîchissait le soir, certes, mais elle aurait très bien pu se faire un chocolat chaud. Rachel ne semblait même pas sur les nerfs, les traits de son visage indiquaient plutôt de la fatigue et de la patience. Elle préférait d'ailleurs qu'on remarque sa patience plus que la faiblesse de son corps qui s'endormait petit à petit. Elle voulait qu'on la voit comme une femme forte, capable de tenir un foyer et d'accepter que son mari devait travailler deux fois plus pour l'aider dans ce même but. Rachel but à nouveau une gorgée, dans l'espoir que le café fonctionne comme une potion magique peut-être.

"Monsieur Menken est-il toujours au boulot ?"

- Oui, une conférence sur la mythologie dans la littérature contemporaire. Il m'a demandé de venir avec lui, mais on ne pouvait pas laisser Samantha seule. * sourire * Un vendredi soir, j'imagine bien que Bonnie doit être surchargé au restaurant.

Contrairement à Caleb, Rachel savait le métier qu'exerçait ses voisins. Ce n'était pas par voyeurisme qu'elle cherchait à obtenir ces informations, mais c'était au cours de simples conversations même hâtives qu'elle arrivait à mettre à l'aise son interlocuteur et bâtir un semblant de sociabilité. Son sourire et son air aimable amenaient les gens à facilement se dévoiler à la jeune femme, sans qu'elle ne le demande vraiment. Il lui arrivait souvent de croiser des vieux retraités tout joyeux de pouvoir raconter leurs expériences à elle ou la petite Samantha.

- J'aurai du accepter son invitation, on se voit également "peu", comme... tu le dis.

Rachel se versa à nouveau du café grâce au réchaud posé à côté de ses notes. Elle fixait la rue, dans l'espoir d'une apparition, mais sans snober pour autant son voisin.

"C'est un beau quartier, cela dit, un peu trop étrange."

- Vous parlez des derniers événements...? ...Ou des gens? * rires *

Rachel ne pouvait pas s'attarder longtemps sur de mauvaises pensées. Et le meurtre de la famille Johnson ainsi que du pauvre Tiggs l'avaient beaucoup affecté. Elle se souvient du soir où les informations avaient divulgué ce terrible drame. Don venait de lui révélé un drame plus ancien, provenant de son passé. C'était vraiment un très mauvais souvenir. Mais Rachel espérait que le coupable serait bientôt trouvé. Ou pas? C'était tellement... horrible de soupçonner que l'un des habitants d'OG ait pu commettre ce crime. Rachel ne pouvait même pas le concevoir. Elle était d'une naïveté...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: never thought i would become a psychologist #Caleb

Revenir en haut Aller en bas
 

never thought i would become a psychologist #Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-