AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 can't find no peace. (a/k)

Aller en bas 
girls can be heroes too.

Kate Duggan

messages : 931
name : faustine.
face + © : tonkin ⋅ ©silverose, pinterest.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kelley.
points : 539
age : twenty nine.
♡ status : in an on and off relationship with anton (currently: on / pregnant).
work : firefighter.
home : a flat on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : close | anton III, brendan, lexi, orlando, tommy / next: shiloh.

Message· · Sujet: can't find no peace. (a/k) Mar 25 Déc - 20:41

Am I a fool Waiting for you?
What if you never come back? What if you never come back?
There's nothing new, I made another hit, I made another tune
What if we never know why hearts deceive us?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@anton luthor - 28 décembre 2018

Elle se sentait presque comme une estafette, garant sa voiture sur le parking visiteurs et lançant un dernier regard au reflet que lui renvoyait le rétroviseur tout en sachant ce qui se passerait après – plus ou moins. Elle n'avait pas l'air au mieux de sa forme et s'en doutait ; la fatigue la prenait au corps ces derniers temps, à cause des nuits trop courtes dues aux angoisses tardives et aux réveils précoces et nauséeux, et d'autant plus depuis hier soir. Elle s'était demandé comment elle allait lui annoncer, quelle était la bonne façon, ou est-ce qu'il y en avait seulement une ? La situation de leur couple n'était pas des meilleures, ne l'avait jamais été ; incapables de rester ensemble, incapables de rester séparés. Un soupir lui échappa et, analysant un bref instant de plus l'image qu'elle semblait renvoyer, elle détacha ses cheveux pour se donner un meilleur air et attrapa le paquet cadeau fait avec les moyens du bord – du papier, oui, mais une absence d'agilité manuelle l'empêchant d'en faire bon usage et rendant le tout plutôt ridicule – qui l'attendait sur le siège passager. Remontant la fermeture éclair de sa veste en quittant la voiture, Kate sentit s'élever dans sa poitrine et au creux de son ventre une inquiétude nouvelle alors qu'elle savait qu'elle ne pouvait plus reculer. Elle avait dit à Anton qu'elle venait aujourd'hui. Qu'elle devait le voir. S'il lui manquait réellement, comme il l'avait supposé avec une note d'humour à laquelle elle ne s'attendait pas dans ses messages, elle n'allait pourtant pas le voir dans l'intention de faire taire le défaut de son absence à ses côtés. Kate essayait de ne pas y penser, la plupart du temps. De ne pas rendre tout ça trop réel sans savoir ce qu'il allait advenir de la situation – elle ne se sentait pas prête à assumer seule, et savait que la réaction d'Anton donnerait le ton à la suite des événements. Elle qui semblait si assurée d'ordinaire n'affichait pas la même conviction ce matin, alors que ses pieds la guidaient jusqu'à l'accueil de l'hôpital, où elle chercha du regard le chemin vers le service pédiatrique. La situation et l'angoisse la poussaient à remarquer l'ironie de la situation ; aller annoncer une grossesse là-bas. Dans un nouveau soupir, elle se dirigea vers leur point de rencontre supposé, regarda autour d'elle pour tenter de reconnaître sa silhouette parmi celles du personnel. Pinçant un peu les lèvres, elle adressa des demi-sourires de convenance aux regards qu'elle croisait, avant de finalement poser le sien sur celui pour qui elle était là. « Anton ? » Kate s'approcha de lui, laissa sur ses lèvres se poser un autre sourire, légèrement plus étendu cette fois, alors que dans sa poitrine se mélangeaient bien des émotions et des sentiments contraires. Comme à chaque fois qu'elle le revoyait après une rupture, elle allait à l'encontre de cette envie de passer ses bras autour de lui et de le serrer contre elle, sentir sa peau contre la sienne et les mouvements de sa poitrine au gré de sa respiration. Mais l'angoisse ressentie la bloquait à quelques pas de lui, son regard figé sur le visage de son ex petit ami. « Je t'ai apporté ça, joyeux anniversaire. » Main tendue vers lui, elle lui donna le cochon tirelire emballé approximativement, et s'humecta doucement les lèvres. Tentant d'afficher un air plus assuré, elle releva un peu le menton et observa un instant les lieux, avant de se tourner à nouveau vers lui. « T'as cinq minutes pour qu'on discute quelque part ? » Et dès lors, elle ne pouvait plus reculer. Ne pouvait plus prétendre non plus n'être là que pour lui offrir un cadeau légèrement douteux.

_________________
[ once upon a time we had it all, somewhere down the line we went and lost it. one brick at a time we watched it fall. I’m broken here tonight and darling, no one else can fix me, only you, only you -- little mix ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anton Luthor

messages : 985
name : mrs.brightside (marine)
face + © : matthew daddario + kidd, james arthur.
multinicks : mila ⋅ tommy ⋅ raphaël ⋅ avery ⋅ owen.
points : 430
age : 32 y.o
♡ status : in a relationship with kate. (soon to be dad)
work : pediatric surgeon in portland.
home : a small flat on harbor row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●● saga, kate.

Message· · Sujet: Re: can't find no peace. (a/k) Ven 4 Jan - 17:31


can't find no peace
KATE DUGGAN & ANTON LUTHOR

am i a fool waiting for you? what if you never come back? there's nothing new, i made another hit, i made another tune. what if we never know why hearts deceive us? ✻✻✻ Il avait regretté ses mots à la seconde où ils avaient franchi la barrière de ses lèvres, sans pour autant revenir dessus. A quoi bon, si ce n'était remuer le couteau dans la plaie béante? « On est pas fait pour être ensemble. » Peut-être. Peut-être n'étaient-ils pas fait pour une vie de couple paisible, pour une croisière sur un long fleuve tranquille. Leurs caractères respectifs trop affirmés, semblables et à la fois opposés ne pouvaient pas se marier sans que le ton ne monte de temps en temps. Etaient-ils pour autant faits pour vivre séparés ? Non. Luthor en était certain, sans pour autant être convaincu de parvenir un jour à la garder à ses côtés sans une nouvelle séparation à la clé. Le chirurgien chassa Kate de son esprit pour l'instant afin de se concentrer sur ses visites post-opératoires qui étaient au programme ce matin, sans pour autant réellement parvenir à le faire. Sa visite l'intriguait, l'inquiétait peut-être un peu aussi. Ils s'étaient rarement rabibochés parce que l'un d'eux avait simplement décidé que la séparation avait suffisamment duré, en se pointant l'air de rien sur le lieu de travail de l'autre dans le but de recoller les morceaux. Kate savait parfaitement qu'il était difficile d'obtenir l'attention d'Anton en ces lieux et devait avoir une bonne raison pour que ses pas la mènent ici aujourd'hui, alors qu'un seul échange de sms de pure courtoisie résumait leur relation depuis le vingt-cinq novembre. Un seul, qui avait suffit à raviver ses espoirs les concernant, alors que chirurgien avait jusque là craint qu'elle aie avalé, sans remettre en doute, les derniers mots qu'il avait pu lui souffler. Au bureau des infirmières pour y rendre ses rapports de la matinée, Anton pinça les lèvres pour retenir un sourire au son de sa voix qui lui parvenait dans le dos, sans être certain que le sourire en question soit le bien venu. Par rapport à eux, mais aussi à ce qui l'amenait ici, dont il ignorait toujours le sens. Pivotant sur lui-même pour lui faire face alors que son estomac se nouait en la découvrant, il lui adressa un demi sourire en voyant le sien, celui-ci se faisant plus franc lorsqu'elle lui tendit un petit cadeau dont le packaging laissait à désirer. « Merci. » Anton leva l'objet pour le désigner, le gardant pour l'instant emballé car il ne souhaitait pas le découvrir dans le couloir où, déjà, le regard curieux des infirmières pesait sir eux. Le trentenaire tenta de déchiffrer dans son attitude et les intonations de sa voix ce qui l'attendait, s'il devait ou non se préparer au pire, mais il la sentait juste mal-à-l'aise ce qui n'inaugurait probablement rien de bon. « Oui, viens. » Un nouveau sourire pris place sur son visage, alors qu'il posa délicatement une main dans le bas de son dos pour l'inviter à le suivre, refermant la porte d'une salle de consultation derrière eux. « On ne devrait pas venir nous déranger, ici. » Il dit sur un ton un peu détendu, espérant la voir se relaxer. Les fesses appuyée contre le bureau, Anton ouvrit le cadeau pour découvrir une tirelire cochon, ne pouvant empêcher ses yeux de rouler, non sans un sourire. Le chirurgien connaissait ses défauts - qu'il ne considérait pas toujours comme tel - et savait les reconnaître, pour certains. « C'est pour me rappeler d'économiser d'ici la Saint-Valentin ? » Il pinça les lèvres, ignorant où ils en seraient le moment venu. Anton pivota pour déposer le cochon sur le bureau, avant de reporter son attention sur elle, bras croisés devant sa poitrine. Radin ou pas, il ne l'avait jamais oubliée, lorsqu'ils étaient ensembles à cette période, bien qu'aucun des deux n'accordent réellement d'importance à cette fête purement commerciale. « Qu'est-ce qui se passe ? » Il demanda finalement, souhaitant en venir au but de sa visite, pour peut-être pouvoir faire quelque chose et la voir se détendre, le brun ayant rarement eu l'occasion de la voir sur le qui-vive comme à cet instant.

_________________
— i don't miss you, you're not in every single thing i do. i don't think we're meant to be and you are not the missing piece. even when i'm burstin' into flames, i don't regret the day i left. i don't believe that i was blessed, i'm probably lyin' to myself again, 'cause only you could fill this empty space.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
girls can be heroes too.

Kate Duggan

messages : 931
name : faustine.
face + © : tonkin ⋅ ©silverose, pinterest.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kelley.
points : 539
age : twenty nine.
♡ status : in an on and off relationship with anton (currently: on / pregnant).
work : firefighter.
home : a flat on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : close | anton III, brendan, lexi, orlando, tommy / next: shiloh.

Message· · Sujet: Re: can't find no peace. (a/k) Dim 6 Jan - 1:22

Elle avait espéré qu'en le voyant, un peu de l'angoisse qui la guidait depuis huit jours s'envolerait. Qu'elle trouverait, dans son regard ou dans sa façon de sourire, une certitude en sourdine qui parviendrait à souffler un peu sur les doutes qu'elle nourrissait à coup de questions incessantes qui n'étaient pas dans sa nature. Kate n'avait jamais autant appréhendé quoi que ce soit. Elle savait que ça n'était pas la meilleure chose qui pouvait arriver dans leur histoire. Pas comme ça, pas maintenant. Pas alors qu'ils n'étaient pas capables de rester ensemble plus de quelques semaines à tout casser, encore moins après ce qu'il lui avait dit il y a un peu plus d'un mois. Elle avait eu l'impression de laisser chez lui une part d'elle, peut-être trop abimée pour qu'elle ne puisse l'emporter en s'en allant, et depuis plus d'une semaine les mots du chirurgien se répétait dans son esprit, comme un signe de mauvaise augure pour aujourd'hui. Elle se montait la tête autour de ses paroles, elle en avait conscience. Que ça soit au travers du regard que Tommy lui lançait quand il la voyait se perdre dans ses réflexions, comme celui que son reflet lui rendait lorsqu'elle croisait un miroir. Elle empirait sa situation, son inquiétude, à trop attendre, et peut-être avait-elle atteint hier une limite, la dernière, qui l'avait poussée à le contacter. Le ton des messages ne l'avait pas aidée à relativiser, alors que son esprit restait concentré sur la dernière fois que sa voix lui était parvenue. Elle se l'était faite aussi, cette remarque. Bien sûr, elle y avait pensé à plusieurs reprises, s'était questionnée sur ce point. Mais jamais elle ne lui avait balancé à la figure en pleine dispute, rupture, peut-être parce que le dire c'était l'admettre un peu trop. Tentant de relayer ça dans un autre coin de sa tête, elle laissa son sourire s'agrandir légèrement à ses remerciements, sans extrapoler, sa gorge déjà serrée. Et elle se laissa aller avec lui, sentit presque son dos s'appuyer contre sa main par réflexe, chercher inconsciemment un réconfort dont elle avait besoin, dont elle aurait peut-être encore plus besoin après coup. Son regard fit le tour de la pièce alors qu'Anton refermait la porte derrière eux et, sans trop savoir si c'était une sorte d'automatisme ou d'instinct, elle se mit face à lui, laissant quelques pas entre eux, alors qu'elle le regardait s'appuyer contre le bureau. Presque en opposition l'un à l'autre dans la pièce, elle sentit la chaleur de l'hôpital commencer à contraster avec le froid ressentit à l'extérieur et, cherchant à pallier un peu au malaise qu'elle ressentait, elle ouvrit sa veste tout en reposant son regard sur lui alors qu'elle l'observait ouvrir le cadeau qu'elle lui avait ramené. Un demi-sourire revint se poser sur ses lèvres et, haussant simplement des épaules, les doigts pianotant sur la chaise posée devant elle, elle planta son regard dans le sien. « J'ai jamais eu à la faire jusqu'à maintenant. Je me suis juste dit que ça pouvait t'aider à éviter de cacher tes billets sous ton matelas. » Son sourire se fit un peu plus franc sous la blague qu'elle lui souffla, espérant que la pointe d'humour dont elle faisait preuve parviendrait, d'avance, à détendre l'atmosphère dont elle se doutait qu'elle se compliquerait dans quelques secondes, minutes si elle ne trouvait pas les mots justes tout de suite, si elle se ridiculisait en balbutiant. Ceux qu'elle avait cherchés depuis huit jours, qu'elle avait tenté de mettre en ordre depuis hier, qu'elle avait questionnés et requestionnés et reformés et déformés à nouveau et finalement laissés dans un bordel duquel elle devait se démêler maintenant. S'humectant les lèvres, elle prit quelques secondes pour réfléchir après sa question. « Tu sais que je serais pas venue ici si c'était pas important. » Mauvaise entrée en matière, elle en avait conscience. À part l'inquiéter un peu plus – elle le connaissait suffisamment pour savoir qu'il n'était sans doute pas serein, lui non plus, de l'avoir comme ça face à lui –, ça ne mènerait à rien de commencer comme ça. Mais, inconsciemment, elle tentait de gagner du temps sur l'explication. « J'ai pas oublié notre dernière conversation, ni rien, et c'est clairement pas... » Ses paroles se stoppèrent, laissées dans le vide alors qu'elle regardait maintenant un point imaginaire dans la pièce, pour ne pas donner elle-même la mauvaise tournure à la conversation. Elle soupira finalement et redressa son dos, passa ses mains dans ses cheveux puis les laissa retomber contre la chaise. Ses yeux trouvèrent à nouveau les siens, les accrochèrent avec plus de fermeté qu'elle ne l'aurait d'abord cru. « Je suis enceinte, Anton. » Et elle détestait le tremblement, aussi léger était-il, dans sa voix, l'incertitude qui transparaissait au travers de ces quelques paroles, ces quatre mots qu'elle avait redouté devoir lui dire depuis qu'elle avait su.

_________________
[ once upon a time we had it all, somewhere down the line we went and lost it. one brick at a time we watched it fall. I’m broken here tonight and darling, no one else can fix me, only you, only you -- little mix ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anton Luthor

messages : 985
name : mrs.brightside (marine)
face + © : matthew daddario + kidd, james arthur.
multinicks : mila ⋅ tommy ⋅ raphaël ⋅ avery ⋅ owen.
points : 430
age : 32 y.o
♡ status : in a relationship with kate. (soon to be dad)
work : pediatric surgeon in portland.
home : a small flat on harbor row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●● saga, kate.

Message· · Sujet: Re: can't find no peace. (a/k) Dim 13 Jan - 17:59

La plupart du temps, il savait à quoi s'attendre lorsqu'on en venait à elle, à eux. Si la jeune femme réussissait toujours à le surprendre, qu'il ne prétendait pas la connaître par coeur, Anton parvenait à déchiffrer les expressions du visage de Kate et son langage corporel, suffisamment pour se préparer psychologiquement lorsqu'une conversation sérieuse arrivait. Là, le chirurgien était dans le flou, n'ayant pas vu son ex petite-amie depuis un peu plus d'un mois. Il ignorait ce qui pouvait l'amener sur son lieu de travail aujourd'hui, quand la logique aurait voulu qu'elle attende vingt-quatre de plus qu'il soit disponible, à Windmont Bay. Ça s'expliquait peut-être facilement, il suffisait qu'elle travaille demain, puisqu'il ignorait tout de son programme, mais Anton trouvait néanmoins la démarche suspecte et avait l'impression de marcher sur des oeufs, sans trop savoir pourquoi. Il s'appuya contre le bureau et découvrit la petite tirelire qu'elle lui avait acheté, pensant en premier à la Saint-Valentin, puis au fait qu'elle n'avait rien à faire dans sa décoration -inexistante- à l'appartement. Anton aimait garder ses meubles le plus dégagés et libres possible, ce qui lui donnait l'impression d'avoir plus d'espace qui venait avec un sentiment de bien-être, et surtout, lui facilitait le ménage lorsqu'il devait s'y mettre. « Il va falloir que je réfléchisse à une cachette est peu moins évidente. Je me disais aussi que les fonds diminuaient au lieu d'augmenter. » L'accuser de vol n'était peut-être pas la meilleure entrée en matière, mais Luthor cherchait juste à la suivre dans sa plaisanterie, n'ayant jamais caché le moindre centime chez lui. C'est bien simple, il n'avait jamais d'argent dans ses poches, payant tout par carte, et se retrouvait parfois en galère lorsqu'on lui refusait un paiement car la somme était trop basse. Reposant le cochon sur le bureau, Anton porta son attention sur Kate à nouveau, déglutissant légèrement lorsqu'elle lui confirma qu'il ne s'agissait pas d'une simple visite de courtoisie mais bien de quelque chose d'important, pour reprendre ses mots. Il se montrait la plupart du temps avec une patience à toute épreuve, mais dans cette situation précise, le trentenaire désirait qu'elle en vienne au fait au plus vite, plutôt que de lui laisser le temps de s'inquiéter. Un bon nombre de personnes se seraient déjà fait un tas de scénarios pour expliquer cette visite, mais Luthor se contentait d'attendre, préférant avoir les faits plutôt que de laisser libre court à son imagination - qui, pour être honnête, ne le portait jamais bien loin. Le brun passa nerveusement sa langue sur sa lèvre lorsque Kate mentionna leur dernière conversation, détournant le regard alors qu'il dénouait ses bras pour venir appuyée ses paume contre le bureau. Etait-ce le moment pour lui couper la parole et s'excuser? Non. Quand bien même Anton mourrait d'envie de se contre-dire, pour s'assurer qu'elle ne croit pas une seconde de plus qu'il pensait sincèrement qu'ils n'étaient pas faits pour être ensembles, il désirait encore plus la laisser terminer. Son annonce tomba un quart de seconde plus tard, l'obligeant à relever la tête pour tenter d'accrocher son regard alors qu'il sentit un poids énorme lui tomber sur l'estomac, sa respiration bloquée par l'annonce. Silencieux, les mots résonnèrent à quelques reprises dans sa tête, parvenant difficilement à les assimiler et en comprendre le sens. Il n'y avait pourtant rien à comprendre, mais Luthor était à milles lieux de ça, n'avait pas envisagé un seul instant que cela puisse être ce qui l'amenait à lui aujourd'hui. « Tu as déjà fait un test? » Il demanda, sa voix plus basse qu'il ne l'aurait voulu. Quelle réponse espérait-il, au juste? Qu'elle pensait juste l'être et était venue lui en parler pleine d'incertitudes? Sans doute. Non pas parce que le résultat, qui semblait fixé d'après les mots qu'elle avait choisi, l'effrayait vraiment, mais parce qu'il aurait aimé être à ses côtés lorsqu'elle l'avait obtenu. « Je... tu le sais depuis quand? » Il demanda, conscient de choisir très mal ses questions. Le fait est qu'il ignorait quoi dire ou penser, principalement parce qu'il n'avait aucune idée de ce qu'elle attendait de lui dans l'immédiat. Anton avait la sensation que la nouvelle ne la réjouissait pas et avait peur que positive comme négative, sa réaction soit mal interprétée ou ne la braque. Il se refusait à donner du sens à cette nouvelle tant qu'il ne savait pas avec certitude ce que elle en pensait mais surtout ce qu'elle voulait, préférant se protéger plutôt que de sauter à une mauvaise conclusion. « Je ne sais pas quoi te dire, parce que je n'arrive pas à savoir si c'est une bonne ou une mauvaise nouvelle, pour toi? » Il avoua en se mordillant nerveusement l'intérieur de la joue dans l'attente de sa réponse, et se redressa du bureau, essuyant ses mains moites dans son uniforme, sans pour autant s'autoriser à réduise la distance entre eux.

_________________
— i don't miss you, you're not in every single thing i do. i don't think we're meant to be and you are not the missing piece. even when i'm burstin' into flames, i don't regret the day i left. i don't believe that i was blessed, i'm probably lyin' to myself again, 'cause only you could fill this empty space.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
girls can be heroes too.

Kate Duggan

messages : 931
name : faustine.
face + © : tonkin ⋅ ©silverose, pinterest.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kelley.
points : 539
age : twenty nine.
♡ status : in an on and off relationship with anton (currently: on / pregnant).
work : firefighter.
home : a flat on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : close | anton III, brendan, lexi, orlando, tommy / next: shiloh.

Message· · Sujet: Re: can't find no peace. (a/k) Lun 14 Jan - 15:12

Sa nervosité ne diminuait pas maintenant qu'elle était face à lui, bien au contraire. Quelque chose s'agitait avec plus de puissance encore dans sa poitrine, lui donnant l'impression que l'illusion qu'elle tentait de maintenir – celle d'aller bien, celle d'être sûre d'elle-même quand, pour l'une des premières fois depuis bien longtemps, ça n'était pas le cas – se casserait la figure à la première secousse. Pinçant des lèvres, elle tenta de lui adresser un petit sourire à sa réponse, de retrouver de sa nonchalance ordinaire en haussant brièvement des épaules. « Tu sais que je n'ai jamais eu aucune gêne, ça ne devrait pas te surprendre. » Elle le détailla, accrocha un instant son regard pour profiter de ce moment de calme avant... le reste, dont elle ne savait pas vraiment ce dont il serait fait, alors. Et puis il y eut sa question, légitime et à laquelle elle s'attendait, alors qu'elle hocha doucement la tête comme pour se préparer à trouver la réponse à donner. Elle cherchait les bons mots sans les trouver, cherchait la façon la plus douce de lui annoncer la nouvelle sans parvenir à deviner s'il en serait heureux ou non, s'il serait décidé sur quelque chose à peine aurait-elle pu lui avouer sa situation ou si, comme elle, il se retrouverait perdu et sans savoir quoi faire ou quoi dire. Les huit derniers jours avaient eu un goût amer, perdue dans les vagues de pensées qui la prenaient d'assaut sans qu'elle ne parvienne à garder la tête hors de l'eau. Combien de fois avait-elle eu l'impression de se noyer ? Combien de fois s'était-elle sentit plus faible et vulnérable que jamais sous l'emprise de l'angoisse qui ne voulait pas la lâcher ? Elle avait beau tenter de ne pas y penser, essayer de reléguer tout ça dans un coin de son esprit pour s'offrir un répit dont elle avait besoin, elle ne semblait pas y parvenir. Partagée entre la peur et les sensations bizarres qui s'emparaient d'elle, elle essayait parfois de se faire à l'idée de sa grossesse, se retrouvait à d'autres moments à la rejeter totalement, comme si ça ne pouvait pas être réel. Elle tentait de trouver le sommeil sans y parvenir, s'était senti craquer bien plus souvent ces derniers temps qu'au cours des dernières années qui s'étaient écoulées. Elle n'était pas prête à tout ça. Être enceinte, l'idée de devoir prévoir un changement de vie complet, de peut-être devoir faire ça seule si Anton en restait à ce qu'il lui avait dit lors de leur rupture. Qu'ils n'étaient pas faits pour être ensemble. Et s'il le pensait vraiment, s'il n'avait pas balancé ça sous le coup de ce qui se passait entre eux ? Si l'idée d'être ensemble lui paraissait réellement invraisemblable aujourd'hui – et elle pourrait le comprendre, d'une certaine façon, vu la relation presque chaotique qu'ils entretenaient depuis quatre ans –, qu'en serait-il de celle d'avoir un enfant ensemble ? Et, ne trouvant pas les bons mots, elle finit par lâcher la bombe et observer le résultat, de moins en moins sûre d'elle face au silence d'Anton et à la façon dont leurs regards se croisaient pour ne plus se défaire de l'autre. Elle avait envie de faire demi-tour, de claquer la porte derrière elle et retourner chez elle, autant qu'elle pouvait vouloir réduire la distance entre eux pour se laisser aller contre lui et chercher, dans le creux de ses bras, le réconfort dont elle avait besoin. Alors, perdue dans l'entre-deux, Kate ne bougea pas et l'observa seulement, hochant la tête à la question quant au test. « Je voulais pas venir sans être sûre. » Elle pinça légèrement des lèvres, détourna le regard pour le poser sur ses doigts qui, nerveusement, serraient le dossier de la chaise contre laquelle elle était appuyée. La question suivante d'Anton la fit déglutir, toujours dans cette angoisse qui ne la lâchait pas, alors qu'elle ne relevait pas le regard vers lui. « Quelques jours, » elle souffla d'abord, avant de laisser échapper un soupir et de, finalement, chercher à accrocher ses yeux des siens. « J'ai fait le test y a une semaine. » Est-ce qu'elle devait s'étendre sur les raisons qui l'avaient poussé à ne rien dire pendant tout ce temps ? À retarder la conversation qu'ils avaient maintenant, parce qu'elle savait qu'elle ne trouverait pas quoi dire ? Fermant un bref instant les yeux, elle secoua un peu la tête, rouvrit les paupières pour le regarder. « J'en sais rien Anton. C'était pas dans mes projets, et on peut pas dire que notre situation soit la meilleure pour ça. Ça fait depuis que je sais que j'essaye de savoir si c'est une bonne chose ou pas, mais j'y arrive pas. » Ses nerfs jouaient contre elle et la sensibilisaient un peu plus, marquant avec plus d'insistance les tremblements dans sa voix et nourrissant l'énervement qu'elle ressentait déjà contre elle-même. « Je veux pas faire ça sans toi, c'est la seule certitude que j'ai réussie à trouver. Mais à quoi ça servirait si tu penses qu'on est pas fait pour être ensemble ? » Les larmes qui pointaient aux coins de ses yeux, elle les stoppa d'un revers de main en soupirant, détestant l'image qu'elle renvoyait probablement à se mettre dans un état pareil. Elle se racla la gorge, avant de reprendre. « C'est ça que j'ai en tête depuis une semaine, j'ai l'impression d'avoir jamais été aussi perdue. » Les dents plantées dans l'intérieur de sa joue, elle restait toujours à la même place, n'esquissant pas de geste vers lui en le voyant toujours de l'autre côté de la pièce.

_________________
[ once upon a time we had it all, somewhere down the line we went and lost it. one brick at a time we watched it fall. I’m broken here tonight and darling, no one else can fix me, only you, only you -- little mix ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anton Luthor

messages : 985
name : mrs.brightside (marine)
face + © : matthew daddario + kidd, james arthur.
multinicks : mila ⋅ tommy ⋅ raphaël ⋅ avery ⋅ owen.
points : 430
age : 32 y.o
♡ status : in a relationship with kate. (soon to be dad)
work : pediatric surgeon in portland.
home : a small flat on harbor row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●● saga, kate.

Message· · Sujet: Re: can't find no peace. (a/k) Jeu 17 Jan - 20:36

Un sourire en coin se dessina rapidement sur ses lèvres lorsque la brune rétorqua, préférant garder le sourire plutôt que de surenchérir. Anton n'était pas bête et savait que ce cadeau d'anniversaire n'était pas ce qui l'avait guidée à Portland ce matin, qu'ils avaient des choses plus importantes à aborder. C'en était du moins la conclusion tirée après quelques minutes à peine de réflexion, suite aux messages reçus la veille. Avait-il eu tord de lui dire de passer, à l'hôpital ? S'il n'était pas du genre à se laisser désarçonner facilement, quelles que soient les circonstances, Kate avait toujours eu le pouvoir de le faire, ce qui était source de (certaines) ruptures. Anton supportait difficilement la manière dont elle pouvait accaparer la moindre de ses pensées, le troubler et le distraire au point de ne plus se montrer aussi minutieux qu'au quotidien. Il chassa ce « problème » de ses pensées, dans l'espoir qu'elle ne vienne pas à lui aujourd'hui avec une conversation trop importante, qui ne lui permettrait peut-être pas de finir son service dans les meilleures conditions.
Il se leurrait. Sa mâchoire se contracta lorsque la pompier lui annonça sa grossesse, dont elle semblait certaine malgré sa voix tremblante. S'il avait toujours su qu'il désirait être père et fonder une famille - peut-être pas dans l'instant présent, peut-être pas dans les conditions fragiles dans lesquelles leur couple évoluait depuis quatre années -, Anton réalisait que le sujet n'avait jamais été abordé entre eux. Est-ce que Kate Duggan avait, un jour, de son côté, envisager d'être mère ? Réaliser qu'il ignorait la réponse à cette question lui noua un peu plus la gorge, alors que son regard était planté dans le sien. Le chirurgien arqua un sourcil lorsqu'elle mentionna les quelques jours qui s'étaient écoulés, durant lesquels elle avait choisi de garder l'information pour elle, ne pouvant retenir un soupire lorsqu'elle confessa qu'il s'agissait d'un temps un peu plus long. Une semaine. L'échange de messages avaient été on ne peut plus bref, il y a quelques jours, mais il se le rejouait dans son esprit : elle savait. Avait délibérément choisi de lui souhaiter un joyeux anniversaire, suivi d'un joyeux noël, sans laisser le moindre indice sur ce qui se tramait pour elle, pour eux. Pour une fois, mais surtout pour l'instant, Anton prit sur lui pour ne faire aucun commentaire parce qu'il ne pouvait pas se mettre à sa place, pas totalement en tout cas. Le brun avait beau se sentir concerné autant qu'elle, il ne pouvait qu'imaginer le choc de cette nouvelle pour elle et le flot d'émotions qui avaient dû la happer. Il retint sa respiration sans le réaliser lorsqu'elle avoua ne pas savoir s'il s'agissait ou non d'une bonne nouvelle, parce que ça ne faisait pas partie de ses projets, et baissa les yeux vers le sol un instant. Parlait-elle des projets à court terme, ou à vie? Malgré les va-et-vient qui rythmaient leur relation depuis le jour un, Anton avait toujours su, ou peut-être cru, que Kate était la femme de sa vie. Celle avec qui il finirait, éventuellement, par construire quelque chose et jamais l'idée qu'ils n'aient pas les mêmes plans d'avenir ne lui avaient traversé l'esprit. Ses mots tombèrent un poids mort sur ses épaules, l'obligeant à relever les yeux vers elle pour découvrir les larmes qui perlaient dans les siens. « Je ne le pensais pas. » Il la coupa, s'empressa de préciser puis d'avaler la distance entre eux pour passer ses bras autour de ses épaules et la serrer contre lui. S'il avait regretté cette phrase dés lors qu'il l'avait prononcée, Anton n'avait pas pensé que Kate puisse le prendre au mot. Il avait beau se montrer froid, parfois invivable, Luthor s'était convaincu que son amour pour elle ne laissait pas de place au doute et senti son estomac se tordre un peu plus. « J'étais fatigué et... découragé d'en revenir au même point, encore une fois, et mes mots ont dépassés mes pensées. Je te jure que je ne le pensais pas. » Peut-être l'avait-il pensé une poignée de secondes, tout au plus. Venant déposer un baiser dans ses cheveux, il s'éloigna légèrement pour pouvoir l'observer, glissant une des mèches qui devait lui obstruer la vue derrière son oreille. « Je sais très bien que personne d'autre ne pourrait nous supporter. » Il força un sourire, pas certain que sa maigre tentative d'humour les aide réellement à se sentir plus léger, surtout que ces mots pouvaient facilement être interprété autrement. Lui même ne s'était pas alléger, même si le contact de sa peau contre la sienne avait, comme toujours, son petit effet. Il y avait des questions bien trop lourdes, en suspens, pour lui permettre de se convaincre que tout allait bien. « Quand tu dis que ça ne fait pas partie de tes projets. Pas dans l'immédiat ou jamais? » Il ne put s'empêcher de poser la question qui lui brûlait les lèvres depuis qu'elle avait prononcé ces mots, qui lui donnait l'impression de ne peut-être pas la connaître autant qu'il ne l'avait pensé. « Je ne veux de personne d'autre pour être la mère de mes enfants, Kate. » Enfants qu'il désirait avoir, un jour. Il essaya de la rassurer tant dans ses mots que ses gestes, sa main caressant délicatement la joue de son (ex) petite-amie. Anton n'était pas prêt à faire face à sa paternité tout de suite, n'avait pas pensé avoir à se préparer à tout cela avant quelques années encore, mais tout n'était pas toujours question de choix dans la vie, et si l'on s'arrêtait à son avis  lui, il n'était même pas envisageable qu'ils n'accueillent pas ce bébé. Ne restait qu'à savoir ce que Kate, elle, désirait.

_________________
— i don't miss you, you're not in every single thing i do. i don't think we're meant to be and you are not the missing piece. even when i'm burstin' into flames, i don't regret the day i left. i don't believe that i was blessed, i'm probably lyin' to myself again, 'cause only you could fill this empty space.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
girls can be heroes too.

Kate Duggan

messages : 931
name : faustine.
face + © : tonkin ⋅ ©silverose, pinterest.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kelley.
points : 539
age : twenty nine.
♡ status : in an on and off relationship with anton (currently: on / pregnant).
work : firefighter.
home : a flat on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : close | anton III, brendan, lexi, orlando, tommy / next: shiloh.

Message· · Sujet: Re: can't find no peace. (a/k) Mar 22 Jan - 23:22

Elle n'aimait pas toute la vulnérabilité qui transparaissait d'elle à cet instant. Elle n'aimait pas plus cette façon qu'elle avait de se sentir envahie par un bordel émotionnel, une fois de plus, qui ne semblait pas vouloir la lâcher depuis un peu plus d'une semaine maintenant. Dans la situation qu'elle traversait – ils, désormais –, Kate avait l'impression de se perdre elle-même et de ne plus vraiment se ressembler. De se laisser un peu trop prendre par l'angoisse, et cette peur qui d'ordinaire ne l'habitait pas, jamais avec une telle intensité. L'avoir annoncé à Anton n'avait pas eu l'effet escompté. À la place du soulagement instantané qu'elle aurait aimé ressentir au partage de la nouvelle, elle sentit son ventre se nouer un peu plus face à ses instants de silence, et les questions se remettaient à danser dans son esprit, l'une d'elles prenant le pas sur toutes les autres : et maintenant ? Et maintenant, qu'allaient-ils faire ? Qu'allaient-ils choisir ? Qu'allaient-ils devenir ? Elle avait conscience, déjà, que sa grossesse accidentelle aurait une influence que l'on ne pourrait alors ignorer sur leur relation, sans pour autant parvenir, pour l'instant, à savoir si elle serait positive ou négative. Ils n'en avaient jamais parlé, de tout ça. D'un jour fonder une famille ensemble, ou non. De ce qu'ils attendaient de l'avenir à deux, ou même de s'ils pourraient parvenir à trouver une solution pour ne plus continuer dans l'effet cyclique qu'avait pris leur histoire. On se sépare, on se remet ensemble, on se sépare à nouveau, mais on se retrouve quand même, immanquablement. Kate n'avait jamais eu l'idée de mettre sur la table la question d'un avenir comme celui-ci entre eux, parce qu'elle avait parfois eu l'impression que ça serait terriblement ironique, mine de rien, de parler de ça alors qu'ils n'étaient pas foutus de rester ensemble plus de quelques semaines, mois tout au plus. Elle en avait envie, pourtant. Elle voulait construire son avenir avec lui et trouver un moyen d'y arriver sans que tout ne se retrouve à se casser à nouveau la figure à cause d'un concours de circonstances qui les aurait menés une fois de plus à la case rupture, puis retrouvailles, puis rupture, et ainsi de suite. Et peut-être aurait-elle dû glisser cette idée dans la conversation un jour, essayer de savoir si Anton avait en tête de construire quelque chose de durable avec elle, quelque chose qui cesserait d'être bringuebalant pour leur permettre d'avoir, à leur tour, une façon de créer leur famille. Sauf que ses mots continuaient de lui tourner en tête depuis la dernière fois qu'elle l'avait vu, plus encore depuis qu'elle avait fait ce test et appelé Tommy au secours. Et elle n'aimait pas la vulnérabilité qu'elle montrait en admettant à Anton, peut-être plus à demi-mots que réellement, la peur qu'elle sentait grandir en elle alors qu'elle y avait repensé bien trop souvent. Balayant de sa main les larmes qui commençaient à dégringoler sur ses joues, elle releva les yeux vers lui en l'entendant et le détailla un instant, comme si elle cherchait à comprendre ce qu'il venait de lui dire. Sentant ses bras autour d'elle, elle se laissa aller contre lui, le front contre son épaule et les mains posées sur sa taille. Si elle avait ressenti, presque, l'urgence de partir face au silence dont il avait d'abord fait preuve, Kate semblait pourtant trouver un peu de ce réconfort qu'elle espérait dans l'étreinte qu'il lui donnait autant que dans les mots qu'il lui soufflait. Un léger frisson s'empara d'elle au contact de ses lèvres sur son crâne, et finalement la brune releva la tête pour poser ses prunelles sur lui alors qu'il se reculait. Face à son sourire, elle sentit le sien se pointer, discret mais présent, et secoua un peu la tête en baissant un instant le regard. « Je sais pas pourquoi j'ai fait une fixette comme ça, mais j'arrivais pas à m'enlever ça de la tête et... j'ai paniqué, et j'ai repoussé l'échéance avant de venir te le dire parce que j'avais peur de ce que tu pourrais en penser. » Elle tenta de justifier l'attente avant de venir le voir aujourd'hui, laissa retomber la main qu'elle venait de passer sur son visage le long de son corps en soupirant. Les paroles d'Anton la soulageaient sur un point, mais le reste continuait, pour l'instant, à lui nouer l'estomac. Il ne le pensait pas quand il disait qu'ils n'étaient pas faits pour vivre ensemble, mais qu'en était-il de la situation actuelle ? Qu'est-ce qu'ils allaient faire, maintenant ? Si elle avait l'impression de le retrouver un peu, une main toujours posée sur la taille du chirurgien comme si, inconsciemment, elle voulait s'assurer qu'il ne s'éloigne plus – littéralement comme métaphoriquement –, elle se doutait que son regard laissait voir ses doutes, et un peu plus encore à la question qu'il lui posa. C'était peut-être idiot, mais Kate n'avait pas pensé à ça depuis qu'elle avait appris qu'elle était enceinte. La panique avait tellement pris le dessus, les questions aussi, qu'elle n'avait pas cherché à se concentrer sur ce point, tout en sachant malgré tout qu'une part d'elle voulait être mère. D'aussi loin qu'elle s'en rappelle, Kate s'était imaginée avoir un enfant, ou plusieurs. Mais dans ses souvenirs, les projets n'étaient pas clairs comme de l'eau de roche, pas certains. Elle ne se visualisait pas à un âge précis avec tant ou tant d'enfants, gardant l'idée comme une éventualité plus qu'une certitude. Ouvrant doucement la bouche pour répondre, elle s'humecta les lèvres. « Je m'imaginais pas tomber enceinte aussi tôt, ou pas dans une situation aussi instable. Je voyais plus ça comme... une éventualité, plus tard, si les choses le permettaient ? Mais je sais aussi qu'on a beau, de toute façon, s'imaginer des choses, ça n'arrive presque jamais comme on l'avait en tête. » Elle tenta d'accrocher son regard pour voir sa réaction à sa réponse. Mais finalement, combien de fois les choses avaient-elles pu se passer comme elle les avait imaginées ? Les plans de vie, Kate n'en faisait pas vraiment parce qu'elle savait que des événements viendraient de toute façon s'interposer, bons ou mauvais, et probablement était-ce pour ça qu'elle ne s'était pas fixé d'âge, de date limite pour devenir mère, ni même l'obligation que ça arrive un jour. Cet événement-là, elle cherchait dans le visage d'Anton à savoir dans quelle liste il se trouvait ; bon, ou pas ? Et s'il ne souffla pas sur tous ses doutes, sur toutes ses interrogations, elle se sentait peut-être un peu rassurée au contact de sa main sur sa joue, fermant un instant les yeux. Sans en être sûre, elle avait l'impression de le retrouver après un mois d'éloignement, d'absence dans la vie de l'autre, et se rendait compte que, dans l'anxiété provoquée par la situation, elle avait sous-estimé le manque provoqué par la rupture. « Je veux pas de quelqu'un d'autre non plus, » elle lança à voix plus basse qu'elle ne l'aurait cru, ou voulu, et pinça un peu des lèvres en rouvrant ses paupières pour le regarder, prenant quelques secondes avant de demander : « qu'est-ce qu'on fait, Anton ? » Parce que s'il ne voulait personne d'autre qu'elle pour ça, est-ce qu'il voulait aussi de cet enfant ? Est-ce qu'il était prêt, quand bien même elle ne pourrait lui reprocher de ne pas l'être, ne l'étant pas elle-même ? Ses yeux droits dans les siens, elle semblait lui demander en silence de lui donner une réponse, de l'aiguiller vers un chemin ou un autre.

_________________
[ once upon a time we had it all, somewhere down the line we went and lost it. one brick at a time we watched it fall. I’m broken here tonight and darling, no one else can fix me, only you, only you -- little mix ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anton Luthor

messages : 985
name : mrs.brightside (marine)
face + © : matthew daddario + kidd, james arthur.
multinicks : mila ⋅ tommy ⋅ raphaël ⋅ avery ⋅ owen.
points : 430
age : 32 y.o
♡ status : in a relationship with kate. (soon to be dad)
work : pediatric surgeon in portland.
home : a small flat on harbor row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●● saga, kate.

Message· · Sujet: Re: can't find no peace. (a/k) Dim 3 Fév - 15:36

Lèvres pincées, Anton réalisait l'impact qu'avaient pu avoir ses mots sur son ex petite-amie, sans qu'il ne le réalise. Ceux-ci avaient été balancés sur le coup de la colère sans réellement être pensés, venant clôturer la conversation et leur couple par la même occasion, et s'il les avait regretté à la seconde où ils avaient été prononcés, il n'avait pas eu idée de l'importance que Kate leur avait accordé. Le chirurgien s'en voulait d'autant plus face à une Kate complètement désarmée, qu'il n'avait, à son souvenir, jamais rencontré auparavant. Ses mots lui firent, à nouveau, froncer légèrement les sourcils, cherchant à garder à l'esprit qu'elle avait dans l'immédiat besoin de son soutient et non d'une nouvelle dispute. Une partie de lui était blessée qu'elle aie pu penser, une semaine durant, qu'il serait capable de la laisser se débrouiller seule avec cette nouvelle après tout ce qu'ils avaient traversés ces dernières années. S'il avait bien des défauts, celui de se dédouaner des conséquences de ses actes n'en faisait pas partie. Pas avec elle. Luthor réalisait que, peut-être, ils s'étaient voilés la face ces dernières années lorsqu'ils clamaient haut et fort se connaitre sur le bout des doigts, alors que ni l'un ni l'autre ne semblait capable de prédire la réaction de l'autre dans cette situation, qu'ils marchaient sur des oeufs avec la crainte de voir tout exploser une nouvelle fois. « Je suis désolé d'avoir dit ça. » Il souffla, accroché à ses prunelles, quand dans son esprit sa seule envie était de lui hurler qu'elle avait eu tord de garder cette annonce pour elle aussi longtemps, tord d'avoir si peu confiance en lui, en eux. Anton tenta de rester le plus impassible possible, pour ne pas laisser transparaître son désarroi et ses doutes, caressant son dos d'un geste réconfortant. Il se contenta de hocher la tête lorsqu'elle avoua ne pas vouloir être mère dans une situation aussi instable qu'était la leur, ne sachant pas réellement quoi faire de cette information. Est-ce qu'il devait en déduire, par là, qu'elle ne pensait pas pouvoir garder ce bébé ? Ou était-elle prête à y faire face, avec lui, s'il était prêt à se lancer avec elle ? Dans le doute, Anton se contenta de garder le silence, toujours dans le doute que ses mots puissent lui faire peur et la diriger vers quelque chose qu'elle ne souhaitait pas vraiment. S'il était dans son esprit hors de question que ce bébé ne voit pas le jour, il ne s'imaginait pas, non plus, l'assumer seul ou avec Kate si elle ne voulait pas autant que lui. Il n'était définitivement pas prêt à être un père célibataire, n'en avait ni la patience ni le temps, et si sa mère s'en était très bien sortie seule avec lui, Luthor ne désirait pas élever ses enfants dans une famille monoparentale. Sans qu'il ne cesse de caresser doucement sa joue, les lèvres du trentenaire s'étirèrent lorsqu'elle lui dit ne vouloir de personne d'autres non plus, venant écraser ce sourire sur le front de sa petite amie, ex petite-amie, en se sentant un peu plus léger que quelques minutes plus tôt. Il s'éloigna d'elle pour l'observer lorsqu'elle lui demanda le plan, humectant ses lèvrs en réfléchissant à la suite des choses, pour eux. « On commence par une prise de sang, et on va programmer ta première écho. » Il lui adressa un sourire rassurant et attrapa ses mains pour les serrer doucement dans les siennes, avant de réaliser que ce n'était pas des réponses sur le plan médical qu'elle attendait dans l'immédiat, mais bien ce qu'ils allaient faire tous les deux -trois. « Tu risques d'encore me trouver de nouveaux défauts qui te donneront envie de me noyer, parce que c'est sur que je ne serai pas parfait... mais si tu me fais confiance, je veux qu'on aie ce bébé. » La gorge nouée par l'appréhension de ne pas entendre ce qu'il espérait en retour, par l'ampleur de la décision qu'il prenait en quelques secondes à peine, Anton se mordit la joue en accrochant à nouveau son regard, souhaitant que Kate comprenne qu'il ne prenait pas ça à la légère. Il était trop tôt pour réaliser l'ampleur de cette annonce, tous les changements que ça allait engendrer dans leur vie, mais ils avaient du temps pour se préparer et trouver des solutions aux problèmes qui risquaient de se dresser sur leur route. « Si c'est aussi ce que tu veux. » Anton ajouta, ne souhaitant pas faire pression sur elle ou influencer sa décision sur cet événement qui dans un sens comme dans l'autre allait bouleverser leurs vies.

_________________
— i don't miss you, you're not in every single thing i do. i don't think we're meant to be and you are not the missing piece. even when i'm burstin' into flames, i don't regret the day i left. i don't believe that i was blessed, i'm probably lyin' to myself again, 'cause only you could fill this empty space.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
girls can be heroes too.

Kate Duggan

messages : 931
name : faustine.
face + © : tonkin ⋅ ©silverose, pinterest.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kelley.
points : 539
age : twenty nine.
♡ status : in an on and off relationship with anton (currently: on / pregnant).
work : firefighter.
home : a flat on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : close | anton III, brendan, lexi, orlando, tommy / next: shiloh.

Message· · Sujet: Re: can't find no peace. (a/k) Jeu 7 Fév - 0:43

Son regard ne quittait pas les traits d'Anton. En le détaillant, elle essayait de deviner de quoi serait fait leur avenir, comment se déroulerait la suite des événements. Elle cherchait, dans un visage qu'elle connaissait mieux que n'importe quel autre à force de l'avoir détaillé, caressé, redessiné du bout de ses doigts ou de ses lèvres, le réconfort dont elle avait tant besoin à cet instant, et que même Tommy n'avait pas été en mesure de lui prodiguer au cours des huit derniers jours qui s'étaient écoulés. Il avait été là, l'avait écoutée, conseillée, avait assuré son rôle de meilleur ami, de frère qu'il avait depuis des années, mais n'était pas parvenu à calmer les doutes et à répondre à toutes ses questions. Kate avait essayé, à travers le regard, les mots, les gestes de son plus vieil acolyte, de se retrouver là où elle semblait pourtant se perdre. On ne se connaît pas soi-même par cœur. Elle l'avait compris en se surprenant elle-même de par sa réaction et sa propension à laisser l'angoisse monter en elle jusqu'à lui donner l'impression d'étouffer. Fermant un instant les yeux en entendant les excuses d'Anton, elle resserra ses doigts autour de sa blouse, au niveau de sa taille, et calma les battements de son cœur ; avait-il seulement battu aussi fort à un autre moment ? Rouvrant les paupières pour accrocher à nouveau son regard, elle esquissa un petit sourire vers lui, lèvres malgré tout pincées, sans trouver de réponse à lui offrir, sans doute car une part d'elle espérait balayer cette partie de leur échange pour chercher à étouffer, dans le même temps, l'inquiétude qui la tracassait depuis qu'elle savait. « Je suis désolée d'avoir autant tardé, » elle finit par souffler en le regardant, consciente que Tommy avait eu raison sur ce point : Anton devait savoir, et aurait peut-être dû être mis au courant avant. Maintenant qu'elle voyait sa réaction, qu'elle était avec lui et que la bombe avait été lâchée, elle se trouvait idiote de ne pas avoir réussi à rassembler son courage avant ça, elle qui prétendait n'avoir jamais peur de rien, un sourire fier au coin de ses lèvres. Reposant son visage contre la main du chirurgien pour se donner un peu dans la caresse de ses doigts, elle observa le sourire qu'elle vit s'afficher sur son visage, soupira légèrement de soulagement maintenant qu'elle sentait le manque provoqué par son absence se dissiper à son contact, grâce à sa présence près d'elle. Mais et maintenant ? Le plan, c'était quoi ? Qu'est-ce qu'ils allaient faire ensemble, alors que leur avis sur la question semblait être le même ? Si elle semblait regagner un peu confiance – autant en elle qu'en lui, en eux, en ce qu'ils pouvaient faire à deux –, les incertitudes lui prouvaient qu'elles n'étaient pas faites pour s'envoler en un claquement de doigts et la laisser tranquille sur ce point. Pour l'une des rares fois qu'elle avait pu expérimenter ce besoin, Kate ressentait la nécessité de savoir, de mettre des mots sur une situation, pour s'assurer qu'elle ne se trompait pas. Aussi, ses sourcils se froncèrent légèrement, froissant son front alors qu'elle écoutait la réponse d'Anton et secouait déjà un peu la tête. « D'accord, mais c'est pas ça dont je voulais parler. » Triturant sa lèvre inférieure avec ses dents, elle observa son ex petit ami – l'était-il encore ?  – et tendit l'oreille au reste, alors que ses doigts venaient se mêler aux siens en sentant leur contact, caressant du pouce la peau du chirurgien. Son regard accroché à ses traits, elle laissa échapper un souffle amusé, secouant un peu la tête à sa remarque, avant de sentir sa poitrine s'emballer à nouveau. « Tu l'as dit toi-même, je serais la seule capable de te supporter sans que ça ne tourne au crime passionnel. » Et inversement. Sa prétention n'allait pas jusqu'à assurer qu'elle était facile à vivre, et peut-être était-ce aussi pour ça, non seulement que leur couple fonctionnait approximativement, mais aussi qu'ils s'aimaient comme ils le faisaient. Sans doute un peu tard, elle se rendit compte qu'elle n'avait pas tant que ça réfléchit à l'idée même de mettre cet enfant au monde, trop perturbé par les idées – sans aucun sens, elle voulait bien l'admettre maintenant – qu'elle s'était faites sur la discussion qu'ils étaient en train d'avoir. Il était face à elle, attendait probablement sa réponse, et même si elle gardait le silence, Kate ne pouvait s'empêcher de garder son regard rivé sur lui. Aussi ironique le constat pouvait-il paraître de par leur incapacité à ne pas finir par se déchirer à un moment ou à un autre, elle ne pouvait imaginer quelqu'un en qui elle aurait plus confiance pour faire ça. Hochant d'abord doucement la tête en guise de réponse, elle s'humecta un peu les lèvres, mordant légèrement l'intérieur de ses joues. « Ça l'est. » Ce n'était pas un mensonge : si elle ne se sentait pas prête d'un seul coup, si les doutes étaient toujours là d'une certaine façon, Kate ne parvenait pas, ni ne voulait, imaginer quelqu'un d'autre avec elle dans tout ça. Tout allait changer entre eux de par la décision qu'ils venaient de prendre, et si elle se demanda une fraction de seconde ce qu'il allait advenir de leur histoire, s'ils allaient être capables, cette fois, s'ils se remettaient ensemble, de trouver une solution pour que les choses durent et pour ne pas imposer à un enfant les séparations et les retrouvailles en continu de ses parents, elle garda pour elle, pour l'instant, ces questions qui lui tournaient en tête, ne souhaitant pas les aborder si Anton n'était pas prêt à en parler. Relâchant une de ses mains pour venir la glisser sur sa joue, elle prolongea le contact quelques secondes avant de finalement laisser son bras retomber le long de son corps. « Tu veux faire ça maintenant, la prise de sang ? »

_________________
[ once upon a time we had it all, somewhere down the line we went and lost it. one brick at a time we watched it fall. I’m broken here tonight and darling, no one else can fix me, only you, only you -- little mix ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anton Luthor

messages : 985
name : mrs.brightside (marine)
face + © : matthew daddario + kidd, james arthur.
multinicks : mila ⋅ tommy ⋅ raphaël ⋅ avery ⋅ owen.
points : 430
age : 32 y.o
♡ status : in a relationship with kate. (soon to be dad)
work : pediatric surgeon in portland.
home : a small flat on harbor row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●● saga, kate.

Message· · Sujet: Re: can't find no peace. (a/k) Ven 22 Mar - 16:43

Pinçant les lèvres, le chirurgien hocha la tête pour accepter les excuses de sa petite amie. Il était conscient qu'un n'était pas plus responsable que l'autre dans cette situation, que comme toujours dans leur histoire, les tords étaient partagés et n'avaient plus vraiment d'importance. Ça lui importait peu de désigner un coupable après l'annonce que Kate venait de lui faire, l'essentiel était qu'ils se retrouvent. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire en coin lorsqu'il lui coupa l'herbe sous le pied, précisant ne pas vouloir parler des « détails techniques », sans laisser à Anton le temps d'en venir au reste, à eux. S'il était pragmatique, sa formation prenant bien souvent le dessus sur ses sentiments, il était aussi conscient que les réponses dont elle avait besoin ne découlait pas d'une prise de sang qui, pourtant, pouvait remettre en doute l'essence même de leur conversation. Les tests de grossesse, de nos jours, étaient fiables mais il y avait toujours cette infime petite marge d'erreur possible à laquelle il ne pouvait s'empêcher de penser. Etait-il vraiment nécessaire d'aller à bout de cette conversation, sans être fixés? Le médecin avait une réponse bien différente de l'homme, Anton désirait aller à bout de cette conversation qui pouvait tout changer pour eux, dans un sens comme dans l'autre. S'il n'avait pas envisagé une seconde d'être père dans les mois, voir les années, à venir, il s'était souvent projeté dans le futur et celui-ci incluait toujours des enfants, qu'il désirait. C'était quelque chose qu'il ne souhaitait pas remettre en question, pas même pour Kate. Luthor secoua la tête en riant lorsque son ex petite-amie parla de finir en crime passionnel, avant de serrer les doigts de Kate dans les siens. « Ça reste à prouver. » Il dit en arquant un sourcil, la mettant au défi de le supporter sur le long terme sans envie de l'étriper sur place. Anton se savait difficile à vivre et était conscient que ses mots dépassaient de loin ses pensées assez souvent, mais il parvenait rarement à garder son calme lorsqu'une dispute éclatait. La bouche pâteuse, le trentenaire avait ses yeux plantés dans ceux de Kate dans l'attente d'une réponse de sa part, qui allait déterminer leur avenir à tous les deux. Il se pinça les lèvres pour retenir un sourire lorsqu'il eut enfin la confirmation qu'il attendait depuis quelques minutes, qui lui avait semblé être une éternité, sur l'envie de Kate de mener cette grossesse à terme. Etait-il complètement paniqué à l'idée de devenir père dans quelques mois à peine? Totalement. Cela ne l'empêchait de sentir son sourire s'agrandir, la joie de cette annonce se répandre dans tout son corps, maintenant qu'il avait la certitude (ou presque) que Kate voulait de ce bébé autant que lui. Venant prendre son visage entre ses mains, Anton déposa un baiser sur son front sur lequel il s'attardait un instant avant de venir la serrer contre lui. Il ne fallait pas mettre la charrue avant les boeufs, il savait que s'ils voulaient que ça fonctionne entre eux cette fois, ils devaient faire les choses bien et prendre le temps, mais Kate lui avait beaucoup trop manqué pour la garder plus longtemps loin de lui. « Je peux te la faire et envoyer ça au labo, on devrait avoir les résultats demain. Je reviens dans deux minutes, installe-toi. » Il lâcha ses mains, puis s'éclipsa de la pièce pour aller chercher le matériel nécessaire, non sans passer par le bureau du chef pour lui demander l'autorisation de prendre le reste de sa journée. Anton n'avait pas de rendez-vous aujourd'hui, autre que ses visites post-opératoires qu'un collègue pouvait effectuer pour lui, et ne s'imaginait pas laisser Kate rentrer à Windmont Bay et reprendre sa journée comme si on ne venait pas de lui mettre une bombe dans les mains. De retour dans la salle de consultation, il fit signe à Kate de s'installer avant de passer le garrot autour de son bras, désinfecta sa peau pour ensuite chercher sa veine. « J'ai pris ma journée. » Il annonça tout en piquant, connaissant suffisamment Kate pour savoir qu'il n'était pas utile de lui demander de tourner la tête, la prévenir à quel moment il allait piquer et compagnie avant de se faire. Les trois petits tubes remplis, il desserra le garrot et vint placer un coton d'ouate sur son bras, qu'il attacha avec un collant. « Je vais aller me changer, tu veux m'attendre ici? » Il demanda, réalisant qu'elle avait peut-être des plans pour le reste de sa journée qui n'incluait pas sa présence. Il ne lui avait, comme toujours, pas vraiment demandé son avis avant de prendre sa journée et, bien qu'il ne s'imaginait pas être en compagnie de quelqu'un d'autre après cette annonce, Anton préférait ne pas s'imposer.

_________________
— i don't miss you, you're not in every single thing i do. i don't think we're meant to be and you are not the missing piece. even when i'm burstin' into flames, i don't regret the day i left. i don't believe that i was blessed, i'm probably lyin' to myself again, 'cause only you could fill this empty space.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message· · Sujet: Re: can't find no peace. (a/k)

Revenir en haut Aller en bas
 
can't find no peace. (a/k)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elias Nirvana Blackburn ◄ Peace of dream
» (akhésa) ✚ those who don't believe in magic will never find it.
» PEACE OF MIND ► SOA
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
» [Réservé] La Maîtrise du Soru

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: vagabond :: butterfly effect :: season 1-
Sauter vers: