AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'M NOT A PROSTITUTE, I'M JUST A BITCH.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isobel Blythe
what is your secret ?
avatar

♦ Posts : 1634
Multinicks : Lussy Cartwright.
Status : pleased.
Address : saleswoman at « Old School » (record store).
Job/Studies : maried to Rhys.


HALL OF FAME
To Do List: 23 years old.
Contact List:
RP status:

Message(#) Sujet: I'M NOT A PROSTITUTE, I'M JUST A BITCH. Jeu 26 Nov 2009 - 16:47


i'm not a prostitute, i'm just a bitch.
PRIDE & ISOBEL @ four seasons hotel miami, room 315.
» november 2009.


© thefunny_box & hysteriatic



« I booked a hotel room at four seasons for 7p.m. I hope you're free tonight because i will wait for you room 615. Surprise me. xx E. » Un sourcil se haussa sur le visage angélique d'Isobel Reynolds. Mi-surprise, mi-amusée, elle relut une nouvelle fois ce texto peu commun avant de refermer son portable. Ne pas répondre pour convenir de sa présence était un moyen plutôt efficace pour garder l'avantage de supériorité. E. était l'initiale qui désignait Erick Anderson, homme marié autour de la trentaine habitant le quartier depuis environ un an. On pouvait aussi le désigner comme un amant semi-régulier d'Izzie. En quelques mots, précisons juste qu'il était mature et expérimenté, qu'avec lui la jeune femme ne se prenait pas la tête et comme il lui faisait du bien et qu'elle lui évitait de penser à sa femme frigide qui l'attendait chez lui, c'était bénéfique pour presque tout le monde. En plus de ça, il était plutôt pas mal. A part le côté immoral, il n'y avait donc rien à jeter de cette « relation » qui ne faisait de mal à personne. Pour l'instant. Izzie n'était pas le genre de filles à coucher avec le petit ami d'une de ses amies. Par contre, si elle ne connait pas la femme trompée, les choses ne sont plus vues de la même façon, forcément. Vous l'avez surement compris, inutile de se fiez à ses traits ravissants. Tout ceci n'est qu'un mirage pour vous faire croire, l'espace d'un instant, que vous pouvez lui donner le bon Dieu sans confessions. Un conseil : attendez un peu avant de vous fiez aux apparences, elle n'est pas la maitresse d'un homme marié pour rien...

Il n'était que cinq heures de l'après-midi quand elle reçut le texto d'Erick. N'ayant rien de particulier qui était prévu pour ce soir, elle décida rapidement qu'elle se rendrait au rendez-vous fixé. La connaissant, difficile de croire que c'était le genre de femme soumise qui accourt dès qu'on lui demande. A vrai dire, elle avait déjà fait exprès de ne pas venir à certains rendez-vous d'Erick afin de lui rappeler qu'elle n'était pas sa chose et que c'était aussi à elle de décider quand elle le voulait. Mais aujourd'hui, elle était d'humeur coquine et n'avait pas envie de se faire trop désirer. Enfin, elle comptait bien se faire désirer, mais d'une façon beaucoup plus agréable que par l'attente de sa venue. Pour parfaire le plan qui germait dans son esprit, elle se fit couler un bon bain chaud et resta dedans une bonne demi-heure afin de prendre pleinement soin de son corps. La jeune femme n'avait normalement pas besoin d'artifices mais elle souhaiter être le plus irrésistible possible pour que l'effet rendu soit conséquent. Une serviette protégeant sa nudité, ses cheveux soigneusement peignés qui retombaient sur ses épaules, Izzie se tenait devant son armoire, observant avec minutie son tiroir à sous-vêtements. Ayant trouvé ce qu'elle cherchait, elle laissa tomber sa serviette au sol et enfila un ensemble de lingerie particulièrement beau, dans les tons rouges, composé d'un caraco légèrement transparent au niveau de la taille ainsi que d'une petite culotte allant avec le reste. Sa peau naturellement halée rendait le tout très agréable à regarder. Elle jeta un coup d'œil à son reflet dans le miroir et ne put s'empêcher de sourire, plutôt satisfaite. Elle s'occupa ensuite de coiffer ses longs cheveux, les laissant détachés pour la touche sauvage. Une fois prête physiquement, elle partie fouiller dans le dressing de sa tante afin de lui emprunter une paire d'escarpins ainsi qu'un trench beige lui arrivant juste au-dessous des genoux dont elle attacha tous les boutons pour éviter les problèmes jusqu'à l'hôtel... Son idée était quelque peu cliché, mais Izzie préférait attendre de voir l'effet que ça ferait avant de penser que c'était trop « cliché » pour elle. Décidément, on ne pouvait pas dénier le fait que la demoiselle avait un don pour être surprenante.

Elle prit sa voiture pour se rendre au Four Seasons étant donné qu'il fallait qu'elle atteigne le centre ville de Miami. L'hôtel était plutôt luxueux, le service impeccable et les lits très confortables. Que demander de plus ? Pour y avoir été plusieurs fois, elle savait comment se déplacer à l'intérieur et n'aurait surement aucun mal pour trouver la chambre qu'Erick lui avait donné. Une fois dans l'ascenseur, elle hésita sur le numéro de chambre quelques secondes avant d'appuyer sur le bouton 3. 3ème étage. Chambre 315. Il n'y avait aucune raisons pour qu'elle se soit trompé, qu'elle est confondu le premier chiffre. Non, vraiment aucune raisons... Une fois devant la porte indiquée par le numéro 315 en chiffres dorés, elle frappa deux légers coups pour annoncer sa venue. Avec un petit sourire, elle défit rapidement les boutons de son trench afin de ne garder attaché que celui du milieu. De cette façon, ses longues jambes fines et hâlés ainsi que le commencement de son décolleté seraient dévoilés sans gêne à son futur interlocuteur. Elle se tourna vers le couloir, comme si elle éprouvait un plaisir particulier à observait les autres portes. Lorsqu'elle entendit la porte s'ouvrir enfin, elle se décida à se retourner avec lenteur tout en parlant.
    « J'espère que je n'ai pas été trop longue, ça serait dommage que tu te sois fais plaisir tout seul en m'attendant et que tu n'es plus d'énergie à m'accorder. »
Un petit sourire sur les lèvres tandis qu'elle relevait ses yeux vers celui qu'elle croyait être Erick, elle eut la surprise de constater que le jeune homme, bien que plutôt beau, n'avait rien en commun avec celui à qui elle pensait parler. Elle était là, avec son visage candide mais un regard provocateur, son corps plein de tentations mais pour le moment inaccessible, face à un total inconnu. Bien entendu, il était de notoriété publique qu'Isobel n'était pas une jeune femme prude ou pudique, qu'au contraire, elle adorait les provocations et prenait un malin plaisir à mettre les autres dans des situations embarrassantes. Pour l'heure, c'était plutôt elle qui venait d'être victime d'un de ces petits moments de la vie qu'on pourrait qualifier de dérangeant. Pas plus gênée qu'effarouchée, Izzie retrouva rapidement son petit sourire et se sentit plus à l'aise qu'elle n'aurait du l'être. Elle était certaine que cette situation, certes originale, ne pouvait que lui offrir une nouvelle occasion de s'amuser un peu. A bon entendeur...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'M NOT A PROSTITUTE, I'M JUST A BITCH. Sam 5 Déc 2009 - 14:14


Parti de rien, ou presque, l'enfant des ghettos qu'il était, violent et désabusé, était devenu un jeune homme au costume impeccable, à la prestance certaine, et au billet vert trop facilement flambable. Pride Berrington, ou le petit génie de Harvard, sur-diplomé, charmeur et charmant, riche comme Crésus... Quoique ce dernier point était à revoir, s'il était vrai que le brun ténébreux pouvait aisément se payer quelques produits de luxe, en passant par la chemise d'un grand couturier jusqu'à la magnifique décapotable, il lui arrivait de traverser quelques périodes de creux financiers désagréables et qui n'avaient plus rien à voir avec le train de vie d'un riche héritier. Comment gagnait-il sa vie, et qui était véritablement ce garçon ? Héritier, milliardaire, gigolo ... ? Tant de questions sur sa personne jamais résolues, jamais véritablement posées à son encontre non plus, par ailleurs Pride demeurait tant mystérieux sur lui-même qu'il était impossible de lui arracher quelque réponse que ce fut. En cette soirée de Novembre, le brun ténébreux au costume sombre avait décidé de passer la nuit seul dans ce prestigieux hôtel : étrange lubie tout de même, lorsque l'on savait que l'étudiant habitait dans le quartier d'Ocean Groove. A quiconque s'était permis de lui poser la question, Pride n'avait répondu que dans un sourire en coin et une voix basse qu'il avait besoin de repos. Propos incohérent lorsque l'on savait que les jeunes étudiants étaient infatigables et pouvaient faire nuit blanche sur nuit blanche à enchaîner les fêtes sans s'effondrer, et Pride spécialement.

Sa silhouette imposante se découpait dans l'ombre de sa fenêtre d'hotel, il n'avait allumé que quelques petites lampes, sa chambre plongée dans la semi-obscurité dans une volonté de discrétion étrange. Un verre de whisky à la main, l'autre libre plongée dans sa poche, le regard de braise de Pride se posait consciencieusement sur le bâtiment situé non loin de sa fenêtre d'hôtel : cette dernière donnait sur une banque magnifique à l'architecture soignée. Dardant de loin ces hommes en uniforme censés garder le bâtiment, il analysait le moindre de leurs faits et gestes, leurs tics, leurs habitudes de bavardage, leur désinvolture faisant d'eux de mauvais gardiens, ce qui en un sens faisait sourire le jeune homme dont les rétines ambrées ne quittaient plus ses cibles. Portant de temps à autres son verre d'alcool trop fort à ses lèvres, il se faisait observateur habile et méticuleux : aucun détail ne lui échappait. Néanmoins quelques deux coups légers frappés à la porte vinrent interrompre sa tranquillité : Pride fronça les sourcils, agacé, avant de se plonger dans une réflexion trop vive. Car l'escroc étant sur ses gardes, il ne pouvait que se demander qui pouvait venir toquer à sa chambre à cette heure-ci : était-ce la police qui avait retrouvé leurs traces et qui avait compris ce que le trio tramait ? Impossible, avouons que les flics avaient tout de même une intelligence limitée... Se détournant de la fenêtre, le verre toujours à la main, Pride se dirigea vers la porte d'une prestance froide et trop assurée, avant d'ouvrir cette dernière. Et contre toute attente, ce n'était pas un agent fédéral ou autre qui se trouvait sur le seuil, mais une ravissante demoiselle portant un trench beige, les cheveux épars tombant gracieusement sur ses épaules, et tournée distraitement vers le long couloir. Si la police engageait à présent d'aussi orgasmiques fonctionnaires, alors Pride se ferait une joie de se faire arrêter... Appuyant nonchalamment son épaule sur l'encadrement de la porte alors ouverte, il toisait la belle demoiselle d'un regard amusé, non sans l'avoir toisée de haut en bas au préalable pour le plaisir des yeux.
    « J'espère que je n'ai pas été trop longue, ça serait dommage que tu te sois fais plaisir tout seul en m'attendant et que tu n'es plus d'énergie à m'accorder. »
    « Ce serait dommage, en effet. »

La belle intruse se tourna alors vers Pride tandis que la voix suave et basse de ce dernier, amusé, résonnait sombrement dans les couloirs. Apercevant une brève lueur de surprise dans les yeux de la demoiselle, cette dernière néanmoins osa une oeillade provocatrice, ne perdant rien de son jeu de libertine.
    « Si j'avais su qu'ils proposaient ce genre de service, je serais venu plus souvent. » murmura-t-il d'un air un peu trop pervers mais taquin, sous-entendant alors qu'elle était une prostituée, par provocation. « Mais vous vous êtes trompée de chambre mademoiselle... »



Revenir en haut Aller en bas
Isobel Blythe
what is your secret ?
avatar

♦ Posts : 1634
Multinicks : Lussy Cartwright.
Status : pleased.
Address : saleswoman at « Old School » (record store).
Job/Studies : maried to Rhys.


HALL OF FAME
To Do List: 23 years old.
Contact List:
RP status:

Message(#) Sujet: Re: I'M NOT A PROSTITUTE, I'M JUST A BITCH. Dim 20 Déc 2009 - 23:15


Le regard clair de la jeune femme était plongé dans celui plus ténébreux de son mystérieux interlocuteur. Elle esquissa un léger sourire lorsqu'il appuya sur les mots qu'elle venait de prononcer, continuant de le fixer d'un air décidé. Elle ne savait pas qui il était, et même si son allure lui semblait familière, elle ne le connaissait ni d'Adam ni d'Ève. L'idée qu'il puisse venir du même quartier qu'elle ne lui effleura pas l'esprit, après tout, il y avait bien des milliers d'habitants dans Miami et ses alentours, peut-être qu'elle avait déjà vu ce charmant jeune homme au détour d'un café ou quelque chose du genre. Néanmoins, le destin semblait avoir souhaité que les chemins de ces deux-là se croisent pour de bon. La chambre d'un hôtel luxueux était certainement le lieu idéal pour cette rencontre hasardeuse, c'était certain. « Si j'avais su qu'ils proposaient ce genre de service, je serais venu plus souvent. » Izzie continua de le fixer, non sans noter la légère provocation de ses paroles. « Mais vous vous êtes trompée de chambre mademoiselle... » Là encore, un fin sourire sur se dessina sur les lèvres de la demoiselle, plus prête que jamais pour jouer avec le feu.
    « Vous êtes plutôt pas mal, d'un âge pas trop avancé... » commença t-elle sur un ton charmeur avant de jeter un coup d'œil par-dessus l'épaule du jeune homme. Sans attendre une quelconque invitation, elle se glissa à l'intérieur de la chambre en frôlant son interlocuteur au passage. « Et apparemment, vous n'avez aucune compagnie à part moi. Alors non, je ne crois pas m'être trompée de chambre, à moins que vous désirez me voir m'en aller... » continua-t-elle tout en s'asseyant sur le lit de la chambre.
Il était certain que la jeune femme n'avait pas envie de partir dans l'immédiat, et elle avait dit ça sur un ton provocateur, tentant le tout pour le tout. Et puis, maintenant qu'elle était installée et qu'elle avait pris ses aises, pourquoi lui demander de partir ? Elle ne connaissait pas cet homme, mais sa première remarque l'avait déjà renseigné sur sa personnalité, du moins, assez renseigné pour qu'elle désire se jeter dans la gueule du loup. Elle ne se gênait pas pour agir comme si elle était sur son terrain de jeu, mais elle savait très bien que non. Pourtant, ça ne l'empêchait pas de se comporter avec provocation et assurance, un mélange qui lui allait à la perfection. Assise sur le lit non défait, Isobel délaissa les yeux du jeune homme pour laisser vagabonder son regard sur le reste du décor. La chambre d'hôtel était simple, quelque peu luxueuse mais mystérieuse. Mystérieuse dans l'utilisation que le beau brun pouvait bien en faire. Il avait tout à fait l'air de pouvoir se payer une chambre pour plusieurs jours, mais le manque d'affaires personnelles qu'on aurait pu trouvait habituellement venait confirmer l'idée qu'il n'était là qu'occasionnellement. Chose qui intriguait quelque peu la jeune femme, mais elle réservait ses commentaires pour un autre moment. Pour l'instant, ce n'était pas cela qui l'intéressait. Ses yeux se posèrent sur le verre de whisky que tenait son interlocuteur, elle se permit alors de reprendre la parole.
    « Auriez-vous l'amabilité de m'offrir un verre, puisque nous sommes apparemment destinés à faire plus ample... connaissance ? »
Un mince sourire se dessina sur ses lèvres rosées tandis qu'elle relevait ses yeux vers le visage attirant du jeune homme. Elle n'avait pas le sentiment de s'imposer, après tout, il l'avait laissé rentré, n'avait pas appeler la sécurité en la voyant devant sa porte... Si il voulait vraiment être seul, il pouvait toujours lui demander de partir, non ? Et puis, Izzie était certaine qu'elle venait de donner une tournure beaucoup plus agréable à la soirée de cet homme. Sans oublier que la situation était amusante, du moins, la jolie blonde était d'ors et déjà charmée par ce soudain changement de programme. Bien entendu, elle n'oubliait pas qu'elle portait juste des sous-vêtements plus ou moins cachés par un trench, mais elle avait déjà fait abstraction de ce détail qui rajoutait juste un peu de piment à cette scène déjà bien épicée. Elle souriait toujours, sachant bien que voir une inconnue débarquer en petite tenue n'était pas forcément la chose la plus habituelle à laquelle on pouvait assister. Pourtant, elle se comportait aussi normalement que si elle avait rencontré ce jeune homme au bar de l'hôtel. Si toute fois il est possible de qualifier de normal le comportement d'Isobel...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: I'M NOT A PROSTITUTE, I'M JUST A BITCH.

Revenir en haut Aller en bas
 

I'M NOT A PROSTITUTE, I'M JUST A BITCH.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Four Seasons Hotel Miami-