AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « you're the only who hold my hand so good » w/ lennon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: « you're the only who hold my hand so good » w/ lennon. Lun 30 Nov 2009 - 22:05

    A THOUSAND LIES HAVE ME COLDER
    JUSTE ME AND YOU FOR A SEXY DISH; FOUR SEASONS HOTEL - USA (MIAMI)
    JOVAN LENNON & NOBODY DALTON-MONROE
Amour (n. m.) disposition à vouloir le bien d'un autre que soi et à se dévouer à lui. Après quatre mariages & quatre divorces la définition du mot amour n'a plus forcément la même signification pour tout le monde. Nobody Dalton-Monroe faisait partie de ses femmes au coeur brisé et pourtant toujours extrêmement ouverte à l'amour. Mais la sens de ce mot avait perdu énormément de sa valeur au cours des années. A dix-neuf ans à peine elle épouse son ami d'enfance et ancien voisin de sept ans son ainé, avant de finalement signer seule les papier du divorce spécifiant que le tiers concerné est décédé. Mort d'un cancer à vingt-six ans, le seul homme qu'elle est véritablement aimé à l'époque l'abandonne dans un profond désespoir alors que la jeune femme n'a que vingt et un ans. Elle épouse à Vegas un gros requin de l'immobilier sur un coup de tête avant de demander le divorce trois mois plus tard pour tromperie. Cause : sa petite secrétaire de dix-huit ans. Elle compte alors deux divorce à seulement vingt et un ans. Touchée par la malchance perd aussi son troisième époux. Alors au volant de leur voiture conjugale, les deux amoureux se font percuter et seul l'un d'entre eux perdra la vie. Suite à cet évènement Nobody sombrera dans une grande dépression pendant plusieurs mois. Elle a donc presque vingt trois ans quand elle se remet entièrement de cette perte et qu'elle décide de reprendre ses noms de jeune fille. Elle tombera sous le charme d'un anglais au coeur tendre en janvier dernier, seulement ils ne partageaient pas totalement la même vision du couple, le divorce sera donc prononcé en avril de cette même année. Nobody se retrouve donc pour la quatrième fois seule et pour la quatrième fois elle change encore de nomination. Mais malgré tous ces problèmes sentimentaux, Nobody n'a jamais perdu foi en l'amour, même si aujourd'hui pour elle l'amour est synonyme d'amertume et de mélancolie, il reste source de bonheur et de plaisir. C'est pourquoi quelques semaines seulement après son divorce elle commence à flirter avec Jovan Lennon, nouvel habitant dans le quartier. Avec lui elle est donc la véritable Nobody, celle qui sourit, celle qui parle, celle qui rit, celle qui crit, celle qui aime, celle qui n'a pas peur, celle qui aime. Mais ce n'est pas pour autant que les deux jeunes gens se croient constamment au pays des Bisounours. La vie n'est pas belle et ils le savent, car malgré des mois à se tourner autour leur relation est avant tout un gros pavé de confessions, sans pour autant que chacun ne dévoile l'inavouable. Chaque personnes possède son jardin secret après tout, mais cela ne les empêche pas d'entretenir une relation saine et complice. Après plusieurs rendez-vous poussés au vices, agrémentés de malsainité, les deux tourtereaux avaient enfin décidés de sortir de manière officielle. C'est donc sourire aux lèvres que la belle Nobody enfila sa robe noir la plus courte et la plus sexy, qu'elle prit le temps de bien soigner sa coiffure et son maquillage, de disposer son délicieux parfum dans les endroits les plus stratégiques de son cou avant de se faufiler dans son énorme 4x4 noir en direction du Four Seasons Hôtel de la ville de Miami. D'un comme un accord ils avaient décidés de se rendre chaque de leur côté au restaurant. « Lennon. » Par intelligence ils avaient réservés à un seul nom. Il fallait tout de même avouer que de réserver au nom de Lennon/Dalton-Monroe aurait été un peu complexe et inutile. Le maitre d'hôtel l'accompagna donc à sa table et Nobody se rendit compte que Jovan était déjà installé, et que son verre semblait bien entamé. Elle jetta un coup d'oeil à sa montre pour apercevoir qu'elle n'était en retard que de moins de trois minutes. Elle comprit qu'il était donc arrivé en avance et ce fut l'un des éléments qui lui rappela que l'amour, malgré l'amertume et la mélancolie, était avant tout source de plaisir et de bonheur. Et Nobody n'avait pas peur d'affirmer qu'elle aimait Jovan. Du moins, elle n'avait pas peur de se l'avouer à elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « you're the only who hold my hand so good » w/ lennon. Dim 6 Déc 2009 - 11:20

En amour, Jovan avait eu beaucoup moins d'expérience que la jeune femme qu'il allait retrouver ce soir-là. A dire vrai, il n'avait eu qu'une véritable grande histoire d'amour. Elle s'appelait Eleonor, et ils s'étaient rencontrés lorsque le jeune homme et sa famille vivait à Boston. C'était en 2001, et elle venait d'aménager dans une demeure à 500 mètres de chez les Lennon. Ils avaient grandit ensemble, avaient eu les même angoisses au même moment, avaient eu leur première fois ensemble, et surtout, ils avaient toujours compter l'un sur l'autre, Jovan la protégeant de ses peurs, et Eleonor le calmant dans sa colère. Tout avait bien fonctionné entre eux, jusqu'à ce jour de 2006 où elle l'avait laissé tomber, pour un autre qu'il avait pensé à l'époque. Mais c'était tout autre chose. Ses parents ne voulaient pas qu'ils continuent ensemble, et elle, elle avait obéit ; elle était enceinte. Jovan ne l'avait apprit plus d'un an plus tard, et il était déjà trop tard.
Depuis ce jour-là, Jovan avait retrouvé les terres de son enfance, Miami, et plus précisément Ocean Grove. Sa vie amoureuse n'avait été que flirts et sexe. Un petit coup d'un soir, ou alors des aventures qui n'avaient duré qu'au plus une semaine. Mais depuis peu, il s'était de nouveau retrouvé ado. Pour une fille, dès qu'il savait qu'il allait la voir, il essayait d'être bien coiffé, il allait même jusqu'à ce mettre une touche de parfum, assez discrète mais de manière à ce qu'elle puisse sentir. Il passait du temps à se regarder dans le miroir, à essayer de ne pas se couper en se rasant, à utiliser même de l'après-rasage. Et dès qu'il se couchait, la dernière chose à laquelle il pensait c'était à son sourire. Il avait conscience d'être débile, et d'être retourné à l'état d'adolescent éperdument amoureux. Parce que oui, ça faisait maintenant quelques années qu'il n'avait pas ressenti ce petit picotement au coeur.

Ce soir-là, il s'était dépêché de se préparer. Il avait dit à sa grand-mère qu'il ne serait pas là, et encore une fois, celle-ci n'avait pas à s'en plaindre: c'était le moment idéal pour elle d'appeler Lucio pour venir faire une petite partie de poker -ou autre chose. Il avait prit soin de bien se préparer, et en une vingtaine de minutes, il était près. Il avait mit un pantalon et une chemise. Pas de quoi en faire un plat, mais de façon à être assez bien habillé.
Et il était parti en direction de Four Seasons Hotel. Ils avaient réservé une table, et c'était sûrement cette soirée qui allait décidé de leur avenir. Il faut dire qu'après avoir passé autant de temps à tourner autour du pot, à jouer au chat et à la souris, il fallait bien qu'ils commencent à faire un pas devant l'autre, et à se rapprocher.
Arrivé sur place avec une dizaine de minutes d'avance, on le conduit vers la table réservée. Assis là, évidemment, on ne perdit pas de temps à lui proposer de boire un petit verre. Ce qu'il ne refusa pas. Ca allait sûrement le déstresser un petit peu.
Et puis l'heure arriva, elle n'était pas encore là. Il sourit en y pensant : les filles c'était toujours comme ça, ça prenait du temps pour se préparer.
Et moins de trois minutes plus tard, une belle blonde fit son entrée, accompagnée par un serveur. En la regardant, Jovan eut ses yeux remplis de beauté. Cette robe, courte, sexy, et noire lui allait à merveille. Avec un sourire, il se leva, et s'approcha d'elle. Il passa sa main près de son bras, et lui fit un baiser sur le bas de sa joue -vous savez, celui qui veut dire "je commence par là, mais plus tard, j'aimerais descendre'. Il sourit en sentant son parfum.

" Bonsoir Nobody."


Et là, il fit ce qu'il y avait de plus galand. Il prit la chaise de Nobody, et la laissa s'installer dessus avant de retourner s'asseoir en face d'elle. Avec un sourire, il dit.

" J'ai déjà commencé à boire, je n'ai pas voulu refuser quand ils me l'ont proposé."


Il appuya sa remarque d'un sourire, et lui demanda alors.

" qu'est-ce que tu veux boire? "


Histoire qu'ils commandent rapidement, et que les serveurs les laissent ensuite tranquilles..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « you're the only who hold my hand so good » w/ lennon. Dim 6 Déc 2009 - 17:56

C'est quand Jovan se leva de son siège et tira la chaise de la belle pour qu'elle s'installe que cette dernière comprit les raisons qui faisait qu'après toutes ces déceptions amoureuses l'amour avait encore sa place dans sa vie. Elle s'installa donc sur sa chaise que le jeune homme repoussa vers la table, avant de retourner à nouveau en face de Nobody pour regagner sa place. « Bonsoir Nobody. » Non seulement son visage ne composait aucun défaut, mais pire encore sa voix s'accordait parfaitement avec son visage si irréprochable. Son corps, même sous les vêtements, semblait être magnifique, alors que tout le reste, visible par la belle, était sans aucun doute parfait. Ce jeune homme pourrait largement être la cinquième et tant attendu futur époux de Nobody, mais nous ne précipitons pas pour l'instant. « Bonsoir. » Sa voix était calme et posée, comme si depuis des années elle se sentait enfin à sa place, à l'endroit même où elle devait être, avec exactement la bonne personne, au meilleur des moments pour commencer la plus belle des choses.

« J'ai déjà commencé à boire, je n'ai pas voulu refuser quand ils me l'ont proposé. » Voilà qui expliquait donc la peu de contenu qui se trouvait à l'intérieur du verre juste devant lui. « Qu'est-ce que tu veux boire ? » Dans l'immédiat ce n'est pas exactement ce à quoi pensa Nobody. Elle revint rapidement sur la tenue du jeune homme. Un simple panthalon & une délicate chemise en guise d'accompagnement. Elle se dévisagea donc du regard, laissant courir ses propres yeux de haut en bas sur la tenue qu'elle portait. Et si elle n'était pas appropriée ? Si, une fois de plus, Nobody s'était fait des films et Jovan n'avait rien de plus en tête que leur futile jeu habituel ? Elle sentit alors ses joue s'enflammer et elle porta ses mains glacées à la source même du foyer incandescent que représentait son visage. Elle se secoua rapidement la tête comme pour chasser de son esprit cette stupide idée qui venait de la travailler. Elle se concentra alors à nouveau sur la question initiale, avant de se rendre compte que celle-ci aussi constituait un réel problème.

Cela faisait quelques mois maintenant que Nobody & Jovan se tournaient autour sans véritablement s'abandonner l'un à l'autre. Chacun était au courant de certains détails de la vie de l'autre. Notamment la paternité du jeune, qu'il n'avait jamais caché à la jeune femme, ou encore ses conquêtes à répétitions. De son côté Nobody n'avait caché aucun de ses mariages à son nouvel ami, la moindre détail de sa vie avait également été dit sans aucune honte. Seulement Nobody, comme beaucoup d'autres gens, cachent forcément quelque chose à quelqu'un. Aujourd'hui ce quelqu'un était Jovan Lennon et le quelque chose en question était son addiction à la boisson. Jamais encore Nobody n'avait eut l'opportunité ou même l'envie de dire à Jovan que l'alcool était un réel problème pour elle. Elle en avait honte, mais elle aimait trop son vice pour s'en débarrasser. C'était sans doute la raison pour laquelle personne n'était au courant, car elle savait parfaitement que n'importe qui était capable de la libérer de ce poids, mais elle savait surtout qu'elle n'avait nullement l'envie d'en être séparé.

« Je vais prendre un Coca-Cola (...) Light. » Cette phrase aurait pu passer comme n'importe laquelle dans l'une de ses conversations, seulement elle sonnait faux. Sentant donc que sa commande allait être prit pour une blague, Nobody prit l'initiative d'engager la conversation la première, sans pour autant louper la mine surprise de son compagnon quand elle annonça ce qu'elle désirait boire. Le serveur quitta la table et Nobody commença. « Alors pourquoi m'avoir inviter ici Monsieur Lennon ? Vous aviez l'intention de me faire boire jusqu'à me saouler et d'abuser de mon corps dans la foulée ? » Nobody ricana nerveusement après avoir arqué l'un de ses sourcil de manière provocante. Il semblerait que la soirée ne s'annonce pas totalement comme prévu ou du moins avec quelques petits accros.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « you're the only who hold my hand so good » w/ lennon. Sam 12 Déc 2009 - 11:31

Jovan ne s'était pas attendu à ressentir de nouveau ce petit creu au bord de son coeur. Depuis qu'il avait rejoint Miami, il avait sans doute été trop occupé à s'occuper de sa grand-mère, à gagner de l'argent au bar ou en s'occupant du petit Oliver, il en avait presque oublier l'envie de retomber amoureux. Les flirts s'étaient accumulés, sans aucun lendemain. Et pourtant, il y avait une fille, une jeune femme magnifique, mariée X fois (Jovan ne se souvenait plus combien de fois) malgré son jeune âge, une femme qui l'avait fait craqué, et avec qui depuis un moment déjà, ils se cherchaient. Jovan avait enfin trouvé le courage de l'inviter à dîner, histoire de commencer peut-être une nouvelle vie, sans se cacher derrière le traditionnel jeu du chat et de la souris. Et cette femme, elle était là, devant lui, à la regarder. Sa robe lui allait à merveille, ses cheveux légèrement bouclés la ravissaient. Et Jovan craquait devant. Evidemment, dans ce lieu qu'était le Four Seasons Hotel, il évitait de le montrer. C'était un endroit bien trop classe pour daigner montrer ses sentiments. Mais il ne pouvait pas tout cacher, et les serveurs devaient bien se rendre compte que Jovan était sous le charme de cette belle femme.

Il avait posé une question, une simple question, et elle lui avait répondu. Il ne s'attendait pas à cette réponse justement. Qu'est-ce qu'elle allait penser de lui si elle voyait qu'il buvait de l'alcool? Parce que non, Jovan n'était pas alcoolique. Mais que oui, elle pourrait le penser. Elle ne semblait pas aimer l'alcool, sinon, là, elle en aurait consommer, non? Cette réponse trotta dans la tête de Jovan, mais il l'oublia rapidement. Après tout, c'était bien trop tard. D'ailleurs, il sourit à la jeune fille. Un sourire pour lui dire qu'il était content qu'elle soit, un sourire pour rire de l'ajout de ce "light". C'était étrange, mais les filles qui n'avaient pas besoin de faire un régime prenaient toujours du coco Light, alors que celles dont l'IMC était bien trop élevé, continuaient à manger et boire de la nourriture et des boissons non allégées.

Sortant de cette pensée "allégée", Jovan regarda la jeune fille. Elle était vraiment magnifique. Elle ouvrit la bouche, et lui posa une question, laquelle fit sourire le jeune homme. Dans un sens, elle l'avait aussi prit au dépourvu. Il ne savait pas s'il devait y aller franco, ou si au contraire, il ferait mieux d'attendre un moment avant de pouvoir daigner faire le premier pas. Alors, à la question de la jeune fille, il commença par une petite blague.

" Jy ai pensé. Mais mes rêves se sont envolés au moment même où vous avez commandé un Coca."


Il avait répondu de la même manière qu'elle lui avait posé cette question, avec ce vouvoyement. Cette petite phrase avait beau avoir été lancé afin que Jovan puisse avoir un peu plus de temps pour répondre à sa question initiale, elle ne semblait pas pour autant plus explicite. Mais il fallait qu'il se lance, qu'il lui dise ce qu'il ressentait. Peut-être maintenant, peut-être plus tard. Au pire, elle se lèverait et s'en irait. Au mieux, il n'aura pas besoin de la saouler pour profiter d'elle. Et encore au mieux, il ne l'aurait que pour lui, et lui seul. Et c'était cette dernière possibilité qu'il désirait plus que tout. Parce que coucher avec elle, c'était simple. Mais il n'aimait pas que son corps, il aimait sa façon d'être, sa façon de répondre, il aimait tout chez elle, et c'était bien ça ce qu'il voulait: tout.

Un peu gauche, peut-être même intimidé, Jovan se lança. Il faut dire qu'il n'avait jamais vraiment fait ça de toute sa petite vie. et puis le niveau était haut, elle s'était engagée X fois, était passée X fois par ce moment-là.

" J'aimerais juste arrêté de jouer au chat et à la souris avec toi."


Il fit alors une pause, et la regarda avec un sourire, les yeux dévorant son regard. Il ne savait pas quoi dire d'autre. Ou du moins, il ne savait pas comment continuer. Vu comme ça, la jeune fille pourrait presque croire qu'il avait quelqu'un en tête. Oui, et c'était elle justement. Il essaya alors de cacher son manque de savoir-faire en répliquant.

" Je crois que je t'aime Miss Dalton-Monroe."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: « you're the only who hold my hand so good » w/ lennon.

Revenir en haut Aller en bas
 

« you're the only who hold my hand so good » w/ lennon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Four Seasons Hotel Miami-