AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « please don't judge me » w/ damon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: « please don't judge me » w/ damon Sam 5 Déc 2009 - 23:22

    YOU DON'T KNOW ME, I'M NOT A MONSTER
    WHY YOU LOOK AT ME LIKE THAT ?; THE KILLYJENN - USA (MIAMI)
    DAMON SEAVER & NOBODY DALTON-MONROE
Vingt-trois ans c'était aujourd'hui l'âge de la petite blondinette qui venait de pénétrer à l'intérieur de ce bar. Le KillyJenn, pour être plus précis, probablement l'un des clubs les plus discrets du coin. L'un de ses clubs où elle était presque sûre de ne jamais rencontrer l'un de ses bourgeois frustrés qui errent constamment dans son voisinage. Vingt-trois ans était également les années de souffrance endurées par la demoiselle à l'allure si désordonnée qui se dirigeait instinctivement - comme un chien affamé vers sa gamelle - en direction du bar. Sur ces vint-trois années de vie, Nobody avait perdue environ six d'entre elles à noyer ses problèmes dans une bouteille au forme carrées que le commun des mortels appellent régulièrement : Jack Daniel's, mais que Nobody surnomme gracieusement : My Boyfriend. Pathétique certains vous diront, mytique elle vous répondra.

La petite Nobody Dalton-Monroe installa donc son derrière sur l'un des inconfortables tabourets qui habillaient salement le contour du bar, avant de faire signe au serveur de lui servir un verre. Cela faisait bientôt quatre ans que Nobody habitait Ocean Groove et cela faisait environ le même laps de temps qu'elle mettait les pieds ici.



FLASHBACK; 1 JANVIER 2006

Cela ne faisait même pas une journée que Nobody & Caitlyn avaient débarquées dans le coin, que déjà l'ainée des deux s'était sentit obligée de repérer les lieux. La plus vieille avait donc prit la sage décision de se charger de cette tâche évitant ainsi à la plus jeune de quitter le fameux quartier où tout le monde est si gentil. Sauf que la recherche initiale fut vite interrompue par une course majeure que Nobody se sentit obligée de faire.

« Un Jack Daniel's, s'il vous plait. »
« Madame, il est trois heures de l'après-midi, vous êtes sûre ? »
« Certaine ! »


S'était alors enchainé une longue descente alcoolique pour la blondinette en apparence douce et fragile. Elle s'était chargée à elle toute seule de vider une bouteille entière de Scotch en plein milieu de l'après-midi et elle n'avait eut aucun mal à se lever de sa chaise, à sortir du bar, à monter au volant de sa voiture et à conduire jusqu'à sa nouvelle maison. Ce jour-ci le serveur lui avait discrètement glissé la carte du centre des Alcooliques Anonymes le plus proche, mais à l'époque la demoiselle s'était simplement contentée de sourire en glissant le papier dans l'une de ses poches.

FIN DU FLASHBACK



Pour Nobody maintenant il était inutile de spécifier ce qu'elle souhaitait boire quand elle s'installait ici, chaque membre du personnel la connaissait et chacun d'entre eux savaient exactement que Nobody Dalton-Monroe ne tournait qu'au Jack Daniel's et qu'elle était difficile à coucher. Son verre arriva donc sur le bar, mais il n'eut pas vraiment le temps d'y rester. Avec le temps Nobody avait perdu l'habitude d'apprécier l'alcool, aujourd'hui il ne constituait qu'une simple nécessité pour elle.

Minuit treize était l'heure qu'affichait son téléphone portable discrètement posé sur le comptoir devant elle, vingt-huit était le nombre de shooters qu'elle venait de boire, un était le verre plein qui venait de lui revenir. Mal était le sentiment dans lequel elle se trouvait, la solitude fut la pensée qui lui fit finir son verre d'un trait, tandis que le dernier son dance du moment fut la mélodie qui la fit monter sur le bar pour se déhancher de manière provocante. L'alcool n'avait pas vraiment d'incidence sur le comportement de Nobody quand elle se limitait à une, voir deux bouteilles, mais après plus de deux heures et demi passées dans le coin Nobody avait largement perdu le fil du compte de ses boissons et il fallait aussi avouer que tout se mélangeait légèrement dans son cerveau. C'est la raison pour laquelle elle se mit à chanter, sauter, danser et ... se déshabiller sur ce bar, quand sa main fut attrapée par quelque chose et que tout son corps fut tiré vers le bas pour à nouveau finir les deux pieds sur terre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « please don't judge me » w/ damon Mar 8 Déc 2009 - 16:32

C’était légitime que de se demander ce qu’un homme tel que Damon pouvait bien faire dans un de ces bars peu branché, à l’écart de toute attention particulière. Il n’avait – en apparence – aucune raison de vouloir s’abandonner un instant dans un tel endroit et pourtant. Malgré une vie bien rangé et qu’il estime apprécier, lui aussi connaissait ces moments où il préférait penser à autre chose et boire jusqu’à s’en rendre malade. Des moments qu’il voulait taire à son entourage mais qui restaient malgré tout rares, ce qui n’était pas plus mal. Le jeune homme était revenu dans sa ville natale, son quartier natal et avait comme l’impression de revenir des années auparavant, comme si rien n’avait changé. Ce n’était qu’une impression néanmoins. Bien des choses avaient évolué depuis son départ. Il avait quitté Rhys, son meilleur ami, seul et voilà qu’il était en couple avec une charmante demoiselle et cela semblait sérieux entre eux. Damon en était ravi pour eux, mais surtout pour lui. Il avait croisé d’autres anciens amis ou encore des personnes qui n’appréciaient pas à l’époque et c’était toujours le cas aujourd’hui pour la plupart. Un retour aux sources assez réussi d’après lui. Mais lui-même devait avouer que s’il était revenu dans ce quartier toujours – voire plus – aussi chic c’était pour une bonne raison : la revoir. Il était persuadé qu’il ne la verrait plus que comme une simple voisine et ancienne connaissance. Il cherchait surtout à se prouver qu’elle n’était plus aussi dangereusement attirante qu’elle ne l’avait été auparavant. Autrement, ce serait un véritable problème dont Damon se passerait bien. Il avait tu son histoire avec elle auprès de Rhys, il n’avait pas réellement envie de replonger dans cette partie de sa vie, c’était du passé et il ne faut pas toucher au passé.

Il était tard, la lune éclairait parfaitement la nuit sombre et peu rassurante qui s’abattait sur la ville de Miami. Damon avait d’abord roulé longtemps avant de passer les portes de ce club peu connu : le KillyJenn. Sa soirée était déjà toute programmée. Il prendrait d’abord quelques verres en solitaire, dans sa petite bulle comme si le monde n’existait pas autour. Par la suite il ferait un petit tour en ville avant de rentrer chez lui car par chance, il n’était pas une proie facile pour l’alcool. Il était tenace et coriace. Il ne prit pas la peine d’admirer le bar dans sa totalité, cela lui importait peu et il n’était pas venu pour observer les lieux. Il prit place sur un des tabourets et fit signe à l’un des serveurs de lui servir un premier verre de whisky, c’était ce qu’il buvait le plus souvent. Une fois devant le bar, la tête baissée, les épaules avachit comme s’il portait tout le poids du monde sur lui, le temps passa à une vitesse folle. Il avait enchainé quelques verres de whisky pour ensuite vider tout aussi rapidement quelques shoots de vodka. Il sentait sa tête lui faire des siennes durant plusieurs minutes, mais il en était habitué, c’était toujours le même scénario après une cuite du genre. La meilleure solution était de prendre un bol d’air bien frais et c’est ce qu’il s’apprêta à faire une fois qu’il se sentit en mesure de se lever mais son attention se porta sur autre chose. L’ambiance s’était surchauffée subitement et – même si ces sons semblaient lointains – il sentait l’excitation autour de lui, il les entendait. C’était insupportable mais il fit avec. Il passa une main maladroite sur son visage presque endormi mais il retrouva facilement les idées plus ou moins claires. C’est ainsi qu’il put voir ce qui avait provoqué toute cette agitation dans ce bar. Une femme qui avait tout les atouts pour attirer l’attention se donnait en spectacle sur le comptoir. Sa façon de se déhancher se voulait certainement sexy mais elle était maladroite et ses gestes manquaient de précision. Si Damon était certain d’une chose, c’était que cette femme ne travaillait pas pour les lieux et qu’elle agissait sous l’influence de quelque chose. L’idée qu’elle puisse se comporter ainsi de son propre gré, en étant parfaitement maitresse de son corps lui avait vaguement frôlé l’esprit. Voyant qu’elle allait commettre une sacré erreur et que personne ne voulait bouger – bien trop occupé à se rincer l’œil – Damon se fraya un chemin parmi les hommes en manque et surexcités. Sa main tenta d’attraper celle de la jeune femme mais il eut quelques difficultés ; elle n’arrêtait pas de gigoter. Lorsqu’il arriva enfin à l’attraper et avoir de l’emprise sur elle, il l’obligea à descendre, ce qu’elle fit sans objection. Après tout elle ne devait pas bien comprendre ce qui se passait autour d’elle, elle avait bien la tête d’une personne ayant un peu trop abusé de l’alcool. « Allez viens » souffla-t-il à l’inconnu. Il se chargea d’essayer de la faire marcher en la retenant mais là encore, elle tenait à peine sur ses jambes, il se chargea donc de la porter. Il ne fit pas attention aux remarques ou insultes qui lui tombaient dessus, s’ils avaient envie de voir un striptease, qu’ils se rendent donc dans un club avec des filles qui en font leur job. En bon gentleman, il quitta rapidement le bar tout en gardant dans ses bras la demoiselle qui avait cet air perdu et assommé. Ce n’est qu’une fois qu’il arriva à la hauteur de sa voiture qu’il la déposa au sol, faisant attention à ce qu’elle ne tombe pas. Il fronça les sourcils en la voyant, puis il enleva sa propre veste pour lui passer sur les épaules afin qu’elle n’attrape pas froid. Il posa une main son menton, maintenant sa tête pour qu’elle puisse le regarder dans les yeux. « Hey, tu me reçois ? » Il soupira, fatigué lui-même à cause de ce qu’il avait bu en début de soirée. « La prochaine fois, contente-toi de rester chez toi si tu veux te saouler, au moins ça t’éviteras de te faire violer. » lâcha-t-il comme avertissement, même si c’était inutile, elle était saoule et ne se souviendrait de rien demain.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

« please don't judge me » w/ damon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-