AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy)

Aller en bas 
ashes to ashes, funk to funky

Romy Sergent

messages : 1299
name : calvaries
face + © : vanessa kirby © mine
multinicks : saga, dante.
points : 1349
age : twenty-nine years old.
♡ status : after breaking up with owen and saying goodbye to asher she’s now feeling better : she downloaded tinder on her phone.
work : actress and film-maker.
home : she left the apartment she shared with owen after the breakup.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : owen, kelley.

i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) Empty
Message· · Sujet: i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) EmptyMar 15 Jan - 22:40

i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) 1547419729-gif2 i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) 1547419725-gif1
And I know that he knows I'm unfaithful, And it kills him inside
To know that I am happy with some other guy, I can see him dying

2 0 T H   O F   D E C E M B E R   2 0 1 8
@Owen Valentine  & @Romy Sergent

Lorsque le pied de Romy Sergent foula la berge du port, elle se sentit envahie par la culpabilité. Engloutie par ce sentiment, elle s’enfuit rapidement vers la ville, laissant Asher derrière elle. Au loin, elle se retourna vers lui pour lui adresser un dernier regard, tandis qu’elle pinçait ses lèvres. La fraîcheur matinale n’avait pas encore quitté les rues de Wintmont Bay, Romy noua son écharpe autour de ses épaules et se mit à marcher en direction de chez elle. Elle fit un léger détour pour éviter les quelques rues passantes afin d’échapper à un visage familier. Seule dans les rues, elle observait les décorations des fêtes qui n’avaient pas encore été décrochées. Elle regardait le spectacle qu’offraient les parfaites petites maisons abritant de parfaites petites familles. Son rêve avait toujours été de se marier, de fonder une famille, de vivre dans un foyer heureux et sain. Mais la situation actuelle effaçait cette perspective, car depuis cette nuit tout était devenu compliqué. Évidemment, la jeune femme savait que derrière de jolies portes bien décorées se cachaient de nombreux secrets, de nombreux couples malheureux, de nombreuses larmes. Elle avait grandi avec le parfait exemple de la famille déchue et s’était relevée tant bien que mal. Apercevant au loin le nouvel appartement qu’elle partageait depuis un an avec Owen, elle ressentit un douloureux gargouillement au ventre. Les larmes avaient coulées le long de son visage, causées par la peine, l’inquiétude et le froid. Durant les quelques mètres qui la séparaient de l’entrée, elle essuyait l’humidité de ses joues ne voulant rien laisser paraître. Elle imaginait le regard d’Owen, elle avait en tête ses yeux bleus plongés dans les siens. Elle connaissait parfaitement son regard, la manière dont il avait de transmettre ses pensées dans la façon dont il la regardait. Elle angoissait à l’idée de le croiser au réveil. Et s’il dormait encore? Se coucherait-elle à ses côtés? Romy décida qu’elle sauterait dans la douche à peine arrivée, une douche très chaude et très longue qui lui permettrait peut-être de purifier ses pensées à cet instant.  Lorsqu’elle mit la clé dans la serrure, son coeur se serra. Elle ouvrit la porte et guetta le moindre signe de sa présence. Elle regarda à gauche vers la cuisine, mais rien, puis à droite. Il était là, face à la cheminée et faisait un tour sur lui même pour venir jusqu’à elle. Elle s’avança, et brusquement, toutes les craintes qui l’avaient envahie sur le chemin s’étaient évaporées, comme un trac qui avait disparu. Qu’elle tentait de dissimuler tout du moins. Tandis qu’il s’approcha d’elle, elle déposa un baiser sur ses lèvres en le saluant et s’approcha de la table où ils dînaient pour se débarrasser de ses affaires. Dénouant son écharpe et se défaisant de son manteau elle lui expliqua : — J’étais chez Winona, tu as bien reçu mon sms? On a passé la soirée à discuter et à boire des coups. Du coup je me suis écroulée sur son canapé alors qu’on discutait. Elle est trop mignonne, elle m’a bordée. Ce mensonge semblait si évident. Même elle y aurait cru. Elle eut même l’audace d’afficher un léger sourire en direction de son compagnon avant de reprendre ses affaires et de les accrocher au portemanteau dans l’entrée. Revenant vers lui, le coeur qui battait à cent à l’heure, elle se servit inutilement un verre d’eau avec la carafe posée sur la table devant elle. Son regard évitait celui d’Owen, mais elle sentait sa présence de façon très forte. Elle sentait le moindre de ses mouvements, un ressenti presque insurmontable. Depuis les années, ils avaient appris à tellement bien se connaître qu’elle pouvait déceler chez lui une impression. Elle sentait rien qu’à le voir ainsi que ses épaules étaient contractées et que son dos était noué. Elle n’avait qu’une envie ; de le prendre dans ses bras pour pleurer. Il avait toujours été l’oreille attentive au moindre de ses problèmes, de ses moindres frayeurs. Ce mensonge serrait sa gorge si fort qu’elle ne pouvait avaler cette gorgée d’eau. Déstabilisée à l’idée de se trouver dans même pièce que lui sans lui dire, sans pouvoir pleurer sa détresse, elle frottait ses yeux fatigués par la nuit agitée qu’elle avait passée. — Il faut que j’aille prendre une bonne douche, je suis crevée. Faisant pression sur ses yeux, Romy retenait les quelques larmes qu’elle ne pouvait retenir. Elle n’embrassa pas Owen avant de se diriger vers la salle de bain et s’empressa de prendre son sac à main avec son téléphone dedans afin d’éviter qu’il n’ait à fouiller dedans. Il n’y trouverait rien de compromettant, mais elle voulait éviter le moindre risque. Elle ne se risqua pas à croiser son regard en se dirigeant vers la salle d’eau de leur chambre craignant qu’il ne perçoive un quelconque problème et se dépêcha d’entrer et de refermer le loquet derrière elle. Nerveuse, le rythme cardiaque de la jeune femme s’était accéléré. Subitement, elle ôta tous ses vêtements, resta en lingerie et observa son visage dans glace. Son maquillage était quasiment effacé et ses yeux étaient cernés de noir. À cet instant, elle faisait face à elle même, mais elle n’obtenait aucune réponse. Elle n’arrivait pas à se calmer et à tempérer les émotions qu’elle ressentait. Mais elle avait ouvert les vannes, les larmes coulaient sur son visage et ses lèvres tremblantes laissaient échapper les gémissements d’une jeune femme larmoyante. Ses mains s’agrippaient au lavabo sur lequel elle s’appuyait et se mit à faire couler l’eau pour étouffer le bruit. Alors qu’elle se mettait de l’eau sur le visage, elle fut terrifiée d’entendre deux tocs à la porte. Owen se trouvait juste derrière.

_________________
Lock my heart,
throw away the key
Fill my love
with ecstasy.

Bind my heart with
your warm embrace
And tell me no one would
ever take my place.



Dernière édition par Romy Sergent le Dim 12 Mai - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owen Valentine

messages : 1240
name : mrs.brightside (marine)
face + © : r.madden + kidd, calvaries, abba.
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ raph ⋅ anton ⋅ avery ⋅ sören.
points : 466
age : thirty-two y.o.
♡ status : falling to pieces.
work : actor on a break, currently writing his first script.
home : the majestic for now.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●○○ | romy (citra, romy II)

i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) Empty
Message· · Sujet: Re: i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) EmptySam 19 Jan - 22:21

S'il s'était endormi dans un lit froid, las d'attendre son retour pour aller s'y allonger, Owen avait espéré se réveiller Romy à ses côtés, hors rien ne signalait sa présence lorsqu'il ouvrit les yeux. La veille, un message lui avait signalé une soirée improvisée chez Winona, qu'il avait accueilli dans un bref soupire avant d'y voir l'opportunité d'avancer sur le scénario qu'il écrivait - plutôt, tentait d'écrire - depuis près de trois mois maintenant. L'exercice était périlleux, car c'était une première pour l'acteur, mais aussi parce que peu de choses l'inspiraient dans cette ville. Il avait su en apprécier les charmes les premières semaines, avant que le mal du pays ne commence à se faire ressentir, un peu plus chaque jour, et que doucement Windmont Bay ne lui donne le sentiment de passer à côté de beaucoup de choses. Et pour quoi ? Owen restait pour elle. Entre sa relation et Londres, le choix était vite fait; il ne s'imaginait pas avancer dans la vie, sans Romy à ses côtés. Quand bien même leur couple luttait contre vents et marrées depuis bien longtemps, qu'il avait parfois l'impression qu'ils essayaient plus qu'un couple normal n'était censé le faire, le trentenaire parvenait difficilement à se projeter dans un futur duquel elle ne faisait pas partie, seul sur son Angleterre natale. Il n'était pas réellement heureux ici, ne le serait définitivement pas là-bas. S'endormir sans elle était une chose, se réveiller seul une autre. Son agacement était bien plus grand ce matin, aucun nouveau message ne venant signalé que sa soirée se prolongeait jusqu'au bout de la nuit. A quel moment devait-il commencé à s'inquiéter qu'il ne lui soit arriver quelque chose, sans passer pour le mec complètement parano? Dans un long soupire, Owen décida de sortir du lit pour rejoindre la cuisine et y faire chauffer l'eau pour son thé, laissant trainer ses pieds jusqu'au salon pour allumer la télévision en attendant. Il tourna les talons en entendant la porte d'entrée se refermer, découvrant Romy qui s'avançait vers lui, encore dans les vêtements qu'elle portait la veille. Il lui rendit son baiser, glissant rapidement une main sur sa joue avant qu'elle ne s'éloigne de lui pour se débarrasser de son manteau. « Je me demandais à partir de quelle heure il était raisonnable de signaler ta disparition aux autorités. » Il lança, en lui adressant un sourire. Aucune reproche ne transparaissait dans le ton employé, Owen prenant sur lui pour en plaisanter plutôt que d'en faire un drame, malgré sa mâchoire qui se contractait en découvrant ses yeux et le maquillage qui avait coulé sous ces derniers. Il était septique quand au fait qu'elle puisse se retrouver dans cet état là juste en dormant - et quand bien même, pourquoi n'avait-elle pas pris le temps de s'arranger chez Winona, avant de rentrer? -  et s'imaginait déjà une nuit endiablée en boite pour l'expliquer. S'il tenait à s'abstenir de tout commentaire pour ne pas déclencher une nouvelle dispute, de bon matin, le fait qu'il ne parvienne pas à accrocher son regard et sa remarque le fit tiquer un peu plus. Si, comme elle le prétendait, Romy avait passé la nuit chez Winona, pourquoi avait-elle besoin de repos de bon matin ? Il inspira et expira lourdement lorsqu'elle quitta la pièce, prenant le temps d'analyser les informations qu'il avait à sa disposition et le comportement, anormal, de sa petite amie. Sa gestuelle, sa respiration, la manière qu'elle avait eu de le fuir au plus vite, son sac à main qu'elle avait embarqué dans la salle de bain et qui fit sonner une alarme dans sa tête. Quelque chose clochait. Owen n'avait pas assez de détails pour parvenir à mettre le doigt sur le problème, mais il connaissait trop bien Romy que pour se convaincre qu'il se trompait. Il fit quelques pas dans la chambre, essaya de ne pas sauter à des conclusions hâtives, avant de traverser la pièce pour la rejoindre à la salle de bain. Sa main se referma avec incertitude sur la poignée, alors que son estomac se nouait en découvrant la porte verrouillée, chose qui n'arrivait - à sa connaissance, car il n'essayait pas forcément d'y entrer chaque jour - jamais. L'acteur inspira à nouveau, avant de venir cogner sa phalange contre la porte à deux reprises, front posé contre la porte de bois à l'affut du moindre bruit provenant de la salle de douche. « Romy? » Sa voix était au moins aussi incertaine que lui, pinçant les lèvres dans l'attente d'une réponse, une main toujours sur la poignée. « Ouvre la porte, s'il-te-plait. » Il gardait son calme, tout-du-moins tentait-il de le faire, alors qu'il pouvait très bien s'imaginer défoncer cette porte afin d'obtenir au plus vite réponses à ses questions, mais surtout s'assurer qu'elle allait bien.

_________________
-- you made me feel alive, but something died i fear. i really tried to make it out, i wish i understood what happened to our love. it used to be so good, so when you're near me, darling can't you hear me s.o.s.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ashes to ashes, funk to funky

Romy Sergent

messages : 1299
name : calvaries
face + © : vanessa kirby © mine
multinicks : saga, dante.
points : 1349
age : twenty-nine years old.
♡ status : after breaking up with owen and saying goodbye to asher she’s now feeling better : she downloaded tinder on her phone.
work : actress and film-maker.
home : she left the apartment she shared with owen after the breakup.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : owen, kelley.

i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) Empty
Message· · Sujet: Re: i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) EmptyMar 22 Jan - 22:41

Ses mains recueillaient l’eau qui coulait du robinet. Ses larmes se mêlaient à l’eau une fois qu’elles tombaient du bas de ses joues, alourdies par le flot continu. Elle approcha son visage de l’évier pour se rafraîchir. La sensation de froid sur son front et ses tempes éclaircissait ses idées. Tout à coup, elle voyait clair. Dans son esprit, elle avait Owen, qui démontrait depuis cinq années une profonde générosité envers elle, un amour sincère et intense, avec qui elle avait évolué, auprès de qui elle avait grandi. Elle le voyait tel qu’elle l’avait toujours vu : fort et fier, fier d’aimer et d’être aimé par une femme comme elle. À côté de lui, Asher, un amour inattendu, incompris, auquel elle n’avait jamais osé se confronter sérieusement. Il était mystérieux et plein de danger, elle l’avait vu grandir, mais depuis tout ce temps qu’ils avaient passé éloigner, certains aspects de sa personnalité lui semblaient imperceptibles. Mais son coeur criait à la curiosité, intriguée de voir ce qu’il se passait au-delà de la barrière de sécurité. Romy avait délibérément décroché sa ceinture et provoqué un crash dévastateur dans sa vie. Au fur et à mesure que l’eau s’évaporait de son visage qui se réchauffait à la chaleur de son corps, la douleur de ses sentiments se ravivait. Elle aurait pu se verser un océan sur la figure que cela ne serait pas assez suffisant pour remettre de l’ordre dans ses idées. Dans ces moments importants de sa vie, la jeune femme avait toujours eu pour habitude d’imaginer les mots de ses proches : de sa mère, de ses amis, mais là elle n’entendait rien. Elle les visualisait très bien dans son esprit sans entendre les mots qui sortaient de leur bouche. Elle ne savait pas où aller ni comment agir. La culpabilité envahissait son esprit et les larmes s’accentuaient. La présence d’Owen derrière la porte accentuèrent ses larmes, il l’avait visiblement suivie jusque dans la chambre et semblait inquiet. Elle se souvenait encore de cette discussion qu’ils avaient eue à Londres. L’inquiétude qu’elle avait pour la santé de sa mère avait pris le dessus sur leur couple et elle le remerciait encore du sacrifice qu’il avait démontré en la suivant ici, en s’installant dans cet appartement qui ne ressemblait en rien à leur chez eux à Londres qu’ils avaient construit ensemble. Mais la jeune femme s’en voulait de lui avoir fait parcourir toute cette distance pour rien. Elle partageait son amour pour la capitale britannique et elle se sentait terriblement coupable de l’en avoir extrait pour des raisons aussi personnelles que celle de sa mère. Une seconde interpellation de la part de son compagnon l’extirpa de ses pensées. Souhaitant le rassurer, elle réussit à manifester une faible réponse. — Oui… Je sors. Les mains sur le rebord du lavabo, elle regardait son maquillage grossièrement étalé sur ses joues et se démaquilla rapidement à l’aide d’une lingette. Elle prit une serviette pour sécher son visage et les larmes qui restaient à épancher. Une main sur la poignée, elle prit une grande inspiration et ouvrit la porte. Il était là, près de la porte, il semblait inquiet, son regard en disait long. Elle le connaissait si bien, elle savait exactement qu’il se doutait de quelque chose. La proximité qu’ils avaient partagée ces dernières années avait créé une alchimie si parfaite qu’ils lisaient dans le regard de l’autre à chaque instant. Ne pouvant décrocher ses yeux des siens, elle pinçait ses lèvres pour éviter de craquer une nouvelle fois, devant lui cette fois-ci. La nuit avait été courte et tourmentée. La fatigue l’avait envahie et elle se sentait terriblement faible pour affronter un tel instant. — Je ne sais plus ou j’en suis Owen. Lorsqu’elle se plongeait dans les yeux de son compagnon, elle réalisait qu’il avait toujours cette façon de la regarder qui l’avait mise en confiance, comme n’importe qu’elle homme avant leur rencontre ne l’avait fait. Mais elle comprenait là que tout était fini. Elle ne saisissait réellement comment elle devinait cela, mais elle allait devoir y renoncer, parce qu’elle n’était plus la femme dont il était tombé amoureux. Elle avait changé, elle n’était plus la même. Ses yeux se déposèrent sur ses lèvres, elle espérait y déceler une réponse, une aide de sa part. Elle mourait d’envie de trouver un réconfort en l’embrassant, de réchauffer son coeur triste en se blottissant tout contre lui, mais elle ne s’en sentait pas capable ni légitime. Elle le prit par la main pour l’asseoir sur le lit, l’un à côté de l’autre. Elle tenait sa main fermement tandis que l’autre avait toujours cette petite serviette blanche prête à sécher les larmes trop abondantes. — Je me déteste. Je suis perdue… J’ai fauté. Ses deux grands yeux bleus se figèrent dans les siens, attendant en vain une réponse, une réaction. Elle ressentait un trop-plein d’émotion, qui se transformait en vide. Au final, elle ne savait quoi dire, ses tripes étaient nouées, incapables de réagir à cet instant qu’elle redoutait le plus. À cet instant, ils se trouvaient tous les deux seuls, face à l’autre. Eux qui s’étaient toujours soutenus face à l’adversité devaient se confronter.

_________________
Lock my heart,
throw away the key
Fill my love
with ecstasy.

Bind my heart with
your warm embrace
And tell me no one would
ever take my place.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owen Valentine

messages : 1240
name : mrs.brightside (marine)
face + © : r.madden + kidd, calvaries, abba.
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ raph ⋅ anton ⋅ avery ⋅ sören.
points : 466
age : thirty-two y.o.
♡ status : falling to pieces.
work : actor on a break, currently writing his first script.
home : the majestic for now.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●○○ | romy (citra, romy II)

i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) Empty
Message· · Sujet: Re: i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) EmptyMer 13 Mar - 20:40

Il la connaissait par coeur. Owen avait appris, avec les années, à savoir quand quelque chose clochait, sans même avoir à poser les yeux sur elle. Ce matin cependant, tout la trahissait ; de sa respiration à sa gestuelle, en passant par son incapacité à le regarder dans les yeux. Figé au milieu du salon, son cerveau lui transmettait, en quelques secondes à peine, un tas de scénarios pouvant expliquer le comportement de sa petite amie, sans qu'aucun d'eux ne présage quoi que ce soit de bon. Si Owen avait toujours su faire preuve d'imagination, le comportement de Romy ce matin ne lui permettait pas de chasser ses idées noires. Sa mâchoire se serra en même temps que son coeur, et Owen hésita entre aller à la pêche aux informations ou à laisser couler en lui offrant le repos dont elle avait, visiblement, besoin. Le problème était que, même si ce qu'il pouvait possiblement découvrir lui faisait peur, Valentine était bien incapable de rester sans réponse, ses pas le dirigeant vers la porte de la salle de bain avant même que la décision d'aller lui parler ne soit claire dans sa tête. L'anglais inspira, expira une bonne fois, avant de finalement frapper à la porte à deux reprises, la voix de Romy lui parvenant au second essais. Impatient, Owen fit quelques pas devant la porte avant de se planter devant celle-ci, prêt à toquer à nouveau au moment ou elle ouvrit pour l'affronter. Venant accrocher son regard, sa bouche se transforma en une moue inquiète face aux yeux rougit de Romy, alors qu'il tendait machinalement la main vers elle, ne supportant pas de la voir dans cet état. S'il n'y avait aucune traces des larmes qui avaient pu couler sur ses joues quelques minutes plus tôt, ses yeux la trahissaient. Il voulu ouvrir la bouche pour la rassurer, lui dire que quel que soit le problème, ils l'affronteraient ensembles comme toujours, mais son élan fut coupé pas les mots de Romy qui, s'ils étaient murmurés, tranchaient comme des lames de rasoir. De quoi parlait-elle? D'où elle en était dans sa vie? Sa carrière? Avec sa mère? Lui? « Tu ne sais plus où tu en es? » Il répéta, bien qu'il avait compris. A la manière dont elle le regardait, Owen pouvait déjà traduire ce qu'il refusait de comprendre, savait parfaitement que Romy parlait de lui, d'eux. Trop abasourdi - on ne pouvait pas dire qu'il l'avait vu venir, malgré les nombreux vents contre leur couple se battait depuis toujours -, il se laissa entrainer et pris place à côté d'elle dans le lit, caressant du pouce le revers de sa main.  Sans aucune précision de sa part, Owen avait déjà le sentiment qu'il s'agissait de leur dernier instant, du dernier geste tendre qu'il aurait à son égard. Son mouvement s'arrêta net, ses yeux s'écarquillèrent sans pour autant se détourner. J'ai fauté. A mesure que son cerveau acceptait de donner un sens à ces mots, son regard s'assombrissait et les traits de son front se plissèrent. « T'étais où, la nuit dernière? » Le choc de l'annonce leur rendu service à tous les deux, Owen prononçant ces mots d'une voix calme et posée alors que tout se bousculait déjà à l'intérieur et qu'il bouillonnait. A quel point avait-elle fauté? Si ce n'était peut-être pas la meilleure question, qu'Owen pouvait certainement se passer d'un récit qu'il lui ferait surement plus de mal que de bien, le britannique avait besoin de détails pour comprendre ce qu'il venait de se passer. Comment leur couple venait de s'effondrer sans qu'il n'aie eu la moindre chance de faire quelque chose pour sauver les meubles, sans qu'il ne le voit venir, surtout. La vrai question était aussi de savoir à quel point pouvait-il pardonner? Le couple avait souvent été au bord du gouffre, s'était aimé et déchiré, et avait à chaque instant réussi à trouver une solution, ensembles, en choisissant de se faire confiance. Mais si celle-ci n'existait plus, que restait-il d'eux?

_________________
-- you made me feel alive, but something died i fear. i really tried to make it out, i wish i understood what happened to our love. it used to be so good, so when you're near me, darling can't you hear me s.o.s.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ashes to ashes, funk to funky

Romy Sergent

messages : 1299
name : calvaries
face + © : vanessa kirby © mine
multinicks : saga, dante.
points : 1349
age : twenty-nine years old.
♡ status : after breaking up with owen and saying goodbye to asher she’s now feeling better : she downloaded tinder on her phone.
work : actress and film-maker.
home : she left the apartment she shared with owen after the breakup.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : owen, kelley.

i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) Empty
Message· · Sujet: Re: i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) EmptyDim 17 Mar - 23:27

Il était tendre, bienveillant et présent. Des qualités que de nombreuses femmes recherchaient chez leur partenaire et Romy l’avait trouvé. Owen Valentine était un incroyable amant, il l’avait rendue plus heureuse qu’elle ne l’eût jamais été et leur rencontre avait été un moment déterminant pour la femme qu’elle était devenue. — Non… Tandis qu’il posa ses mains sur sa peau, elle ferma les yeux. S’agissait-il là de leur dernier contact? Elle ne pouvait l’envisager. La nuit dernière n’était pas une erreur, mais elle mettait en lumière les problèmes profonds de leur couple. Ils s’étaient tous les deux trouvés, tels deux aimants attirés depuis longtemps qui avaient enfin emprunté la même route et ils ne s’étaient pas quittés depuis. Au fil des années, Owen et Romy avaient développé une alchimie si intense qu’ils pouvaient lire en l’autre comme personne d’autre n’en avait la maîtrise. Ils parlaient le même langage corporel et le moindre geste les trahissait : ils s’étaient promis de ne jamais se mentir et ils s’accordaient une confiance aveugle. Malheureusement, on pouvait à présent sculpter sur la stèle de leur couple cette sinistre maxime : l’amour rend aveugle. Ils en faisaient les frais, aveuglés par des promesses, aveuglés par un confort, par un amour sincère. Les mensonges avaient longtemps été quelque chose qu’ils avaient voulu combattre, une façon pour eux de se protéger du monde extérieur. Romy les avait chassés de sa vie jusqu’à ce jour et elle ne pouvait lui mentir de la sorte. Elle s’était convaincue de toujours lui rester franche et honnête, peu importait les adversités, bien qu’elle n’ai jamais eu la certitude qu’Owen ne lui au toujours dit la vérité sur tout.

À l’instant où elle prononça ces mots, elle les regrettait. Son coeur serré comprenait que c’était la fin d’une époque et le début d’une nouvelle. Peut-être aurait-il fallu mentir, peut-être aurait-il fallu attendre un peu de voir comment les choses se passaient. Malgré toutes les potentielles situations qui auraient pu se dérouler, ce moment se serait présenté à eux quoiqu’il advienne. — J’étais sur un…  Par où commencer, il ne comprendrait pas le pourquoi du comment. À cet instant, Romy compris qu’elle ne lui avait jamais parlé de ce garçon qu’elle avait connu autrefois. Un garçon qui n’avait jamais eu d’impact réel sur sa vie, mais qui aujourd’hui avait tout bouleversé. Elle plongea son visage dans sa main lorsqu’elle comprit que depuis le jour où elle avait aperçu Asher dans la rue au loin, elle avait commencé à mentir. Les cachotteries avaient continué lorsqu’elle avait reçu ce mot et qu’elle s’était extirpée de chez eux, demandant à sa meilleure amie de la couvrir pour la soirée. Romy releva le visage et prit une grande inspiration. — Il s’appelle Asher. Asher Royce. On s’est connus il y a très longtemps et… j’ai… passé la nuit avec lui. Elle allait droit au but. Pendant une minute, elle se tue et observait le regard de l’homme assis près d’elle se décomposer. Elle détestait voir ces traits sur son visage, il avait la mâchoire serrée, il semblait désemparé, ébahi. En le voyant ainsi face à elle, Romy Sergent compris que les sentiments qu’elle avait pour Owen ne s’envoleraient pas de si tôt. Son regard était perdu dans le sien et elle était transportée vers des souvenirs auquel elle n’avait pas pensé depuis longtemps. Elle revoyait des gestes du quotidien qu’il avait l’habitude de faire: la façon dont il s’appuyait sur le plan de travail de la cuisine, regardant dans le vide en attendant que son café soit terminé, elle le voyait marcher pied nu sur la moquette beige de leur salon à Londres, comme il aimait le faire. Elle revoyait des images de leur voyage en Grèce, sous le ciel bleu de la Méditerranée, la chevelure brune du jeune homme refléter la lumière du soleil. Des images banales de leur quotidien qu’elle avait jusque là oublié d’apprécier comme avant. C’est au moment où l’ont perd ce qu’on avait, qu’il nous manque plus que ce qu’on ne l’avait imaginé. Romy se souvenait avec chagrin, ces pensées étaient si belles et si agréables qu’elle ne voulait pas qu’il en ait une expérience différente. Réalisant ô combien il lui était cher, elle craignait que celui-ci la haïsse après ce qu’elle avait fait. — Je suis désolé Owen… Ne me déteste pas, je t’en pris… Elle lui avait posé un ultimatum en lui demandant de choisir entre Londres ou elle, il avait accepté de la suivre. Il voulait certainement encore croire en eux et Romy avait gâché tous les efforts qu’ils avaient pu faire en essayant de se reconstruire. Elle n’avait même pas attendu qu’Owen et elle se disent au revoir correctement. Depuis leur fraîche installation à Wintmont Bay, ils peinaient à remonter la pente due aux aléas de santé de la mère de la jeune femme. Elle ressentait une intense culpabilité à l’idée de l’avoir amené jusqu’ici pour que tout ceci se déroule ainsi. — J’aimerais te dire que cela ne signifiait rien, mais… Son regard était assez équivoque pour lui faire comprendre qu’elle ne regrettait pas tout à fait sa rencontre avec son architecte. Une rencontre qui avait permis de mettre en évidence la fragilité de leur couple. Owen était plongé dans long un silence, Romy le regardait d’un air déploré. Au fur et à mesure que sa bouche restait fermée, elle le voyait s’éloigner d’elle, comme si leurs deux corps qui jusqu’ici ne faisaient qu’un étaient rompus, dissociés.

_________________
Lock my heart,
throw away the key
Fill my love
with ecstasy.

Bind my heart with
your warm embrace
And tell me no one would
ever take my place.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owen Valentine

messages : 1240
name : mrs.brightside (marine)
face + © : r.madden + kidd, calvaries, abba.
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ raph ⋅ anton ⋅ avery ⋅ sören.
points : 466
age : thirty-two y.o.
♡ status : falling to pieces.
work : actor on a break, currently writing his first script.
home : the majestic for now.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●○○ | romy (citra, romy II)

i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) Empty
Message· · Sujet: Re: i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) EmptyMer 1 Mai - 18:36

Combien de fois leur couple avait-il été au bord du gouffre, au cours de ces cinq dernières années, avant de remonter la pente? Owen ne parvenait pas à se souvenir. Son histoire avec Romy comptait autant de haut que de bas, mais ils avaient jusqu'ici toujours parvenu à se relever. A se faire confiance, malgré tout ce qui pouvait être dit, lu, transformé et répété à leur sujet. Dés le jour un de leur relation, les paris avaient été ouverts sur la longévité de leur couple, personne ne croyant réellement en eux. La vérité était que Owen lui-même ne misait pas cher sur leur relation, y voyant surtout le côté pratique, pour leur carrière respective, de faire parler d'eux. Ils avaient pourtant appris, sur ces frêles bases, à se découvrir et s'aimer sincèrement, pour finalement trouver un réel partenaire en l'autre. Les rumeurs de tromperies, trop nombreuses, avaient réussi à les ébranler mais jamais à les déchirer. Si le doute avait parfois réussi à s'installer, à les faire douter, qu'Owen avait à plusieurs reprises remis en question tout ce qu'ils avaient ensembles, il avait choisi de lui faire confiance, ne laissant pas place au mensonge dans leur relation. Peu importe à quel point la vérité pouvait faire mal, l'honnêteté était ce qui leur permettait, jusqu'à aujourd'hui, d'avancer main dans la main et faire front ensemble. Au regard que Romy lui adressait en sortant de la salle de bain, Valentine compris pourtant que tout ceci n'était plus qu'un souvenir.  

Se laissant guider jusqu'au lit, qu'il avait encore aujourd'hui du mal à considérer comme leur malgré cette dernière année passée à Windmont Bay, il y pris place à ses côtés et dégluti avant de s'oser à accrocher son regard à nouveau. Stoïque, le trentenaire semblait figé en dehors de son pouce qui caressait toujours machinalement la main de sa petite amie, cherchant à la fois à l'encourager à aller à bout de sa révélation, mais aussi à profiter de ce qu'il savait être la fin. Ses entrailles se nouèrent un peu plus lorsqu'elle commença, baissant un instant les yeux vers leurs mains avant de chercher son regard à nouveau. Dans sa tête, il pouvait dessiner l'épée de Damoclès qui pendait au dessus d'eux, prête à les séparer définitivement. Asher. L'entente de son prénom mis un terme à sa caresse, avant de glisser sa main hors de celle de Romy lorsqu'elle confirma ce qu'il avait, pourtant, déjà compris. La simple pensée qu'un autre aie pu poser les mains sur elle lui donnait la nausée, celle qu'elle lui aie mentit, embarquant sa meilleure amie dans son mensonge, pire encore. La mâchoire contractée, Owen se recula de quelques centimètres sur le lit pour mettre une distance de sécurité entre eux, qui lui semblait nécessaire. S'il avait toujours été de ceux qui intériorise, explose à l'intérieur, Romy était sa corde sensible et l'anglais bataillait avec lui-même pour conserver ce calme d'apparence, et lui imposer son silence. Owen avait envie de hurler, mais il n'y avait rien à dire, ou ajouter. Romy avait su, à la seconde où elle s'était donnée à un autre, ce que cela signifierait pour eux. Il ne put s'empêcher de laisser échapper un rire nerveux dans un soupire à sa requête de ne pas la détester, avant d'enfuir son visage dans ses mains. Peut-être aurait-il eu plus facile à l'entendre il y a un an, lorsque les rumeurs allaient bon train et que Londres les étouffait petit à petit, mais Owen n'avait pas vu venir la tempête cette fois. Pas ici, pas alors qu'il avait tout laissé derrière lui, pour elle. Peut-être qu'il avait ignoré la flamme, qui brillait de plus en plus faiblement, sans chercher à la raviver. Peut-être s'était-il reposé sur cette certitude que rien ne viendrait les séparer, mais peu importe les erreurs qu'il avait pu commettre, qui avaient sans le moindre doute contribuer à en arriver là, Owen peinait à assimiler ce qui se passait. S'il avait toujours su l'aimer, il ne comprit qu'à son dernier aveu à quel point c'était le cas. Ses poumons n'acceptaient plus l'air qu'il tenta tant bien que mal de leur apporter, lui donnant l'impression de suffoquer. Comme si l'actrice savait jusqu'où Owen pouvait pardonner, elle lui assenait un dernier coup, s'assurant qu'ils ne puissent pas se relever. Romy ne s'était pas juste abandonnée dans les bras d'un autre cette nuit, elle l'avait aimé. Les mots se répercutèrent encore et encore, alors qu'Owen tentait de retrouver sa respiration, se redressant finalement du lit pour faire quelques pas dans la chambre. Tentant lamentablement de canaliser sa colère et sa peine, il ravala ses larmes en prenant une longue inspiration, avant de finalement poser le regard à nouveau sur elle, à court de mot. Absolument rien ne lui venait. Romy venait de faire table rase du passé, de leur couple, et ce qu'il pourrait dire ou faire n'y changerait rien. Lui balancer toutes les horreurs qui lui passaient actuellement par la tête non plus. Owen la connaissait par coeur, savait que le silence était la pire chose qu'il pouvait lui imposer, la laissant seule face à elle-même.

Après des secondes interminables, durant lesquelles le britannique eut l'impression de sentir son coeur se déchirer lentement, Owen détourna finalement son attention de celle qui avait partagé sa vie ces cinq dernières années, pour se diriger vers la commode et rassembler quelques unes de ses affaires. L'essentiel, juste de quoi pouvoir claquer la porte. La seule chose dont il avait besoin, dans l'immédiat, était de s'éloigner d'ici. Qu'elle quitte son champs de vision, avant que les choses ne dérapent et que la liste des regrets et remords ne s'allongent.

_________________
-- you made me feel alive, but something died i fear. i really tried to make it out, i wish i understood what happened to our love. it used to be so good, so when you're near me, darling can't you hear me s.o.s.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ashes to ashes, funk to funky

Romy Sergent

messages : 1299
name : calvaries
face + © : vanessa kirby © mine
multinicks : saga, dante.
points : 1349
age : twenty-nine years old.
♡ status : after breaking up with owen and saying goodbye to asher she’s now feeling better : she downloaded tinder on her phone.
work : actress and film-maker.
home : she left the apartment she shared with owen after the breakup.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : owen, kelley.

i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) Empty
Message· · Sujet: Re: i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) EmptyDim 12 Mai - 16:58

Lorsqu’Owen lui saisit la main ce jour là, dans ce restaurant huppés qu’ils aimaient fréquenter, elle comprit. Tout avait été si naturel entre eux depuis leur rencontre. Son affection pour lui n’avait jamais faillit, elle n’avait d’yeux que pour cet homme ténébreux assis en face d’elle. Au réveil, lorsqu’il lui avait doucement caressé le visage pour lui faire ouvrir les yeux, elle avait répondu oui à son invitation à bruncher. Ils avaient passé des nuits torrides et un bon repas s’imposait pour reprendre des forces. Elle réalisait progressivement qu’elle aimait tout chez lui. Il avait de l’assurance - lorsqu’il lui proposait un déjeuner à peine réveillée, une l’allure élégante - même vêtu d’une simple chemise froissée en demandant sa réservation à une hôtesse, des attentions délicates - lorsqu’il passait doucement sa main dans le creux de son dos pour lui céder le passage devant lui. Elle avait toujours été merveilleusement traitée avec de lui. Face aux sentiments qui naissaient, la jeune femme ne voulait pas se retenir. Elle s’était contrainte trop longtemps pour s’empêcher de vivre une belle histoire. Installé à une table en terrasse, le soleil venait frapper sur la nappe blanche et éblouissait leur visage. Pendant le repas, elle observait son amant déguster son plat. Il tentait de la regarder en retour mais était aveuglé par la lumière du soleil. Un oeil fermé, l’autre à moitié ouvert, il semblait se délecter de l’instant. Dans son souvenir, il arborait une barbe vieille de trois ou quatre jours, preuve du temps qu’ils avaient passés l’un contre l’autre à l’écart du monde dans un petit appartement du centre de Londres. Sa barbe mal rasée et des mèches rebelles réfléchissait un blond vénitien. La lumière était belle, son teint était légèrement hâlé, c’était le début de l’été. Alors, quand il lui saisit la main après avoir terminé leurs assiettes, Romy plongea son regard azur dans celui d’Owen. Son pouce caressait délicatement sa peau, cette sensation lui était aussi agréable que le bruit du vent dans les arbres en été, elle souhaitait que jamais il ne s’arrête. Ils ne disaient rien, et un rictus se glissait alors sur la joue de celle-ci qui commençait à être intimidée. Owen lui avoua ce jour qu’il l’aimait, elle aussi lui confia ses sentiments. Il n’avait pas dit grand chose, mais le silence qu’ils avaient échangé en disait long. Ils se sentaient si bien l’un à côté de l’autre que leurs sentiments semblaient évident, nulle besoin de parler. Plus amoureux que jamais, ils passèrent le reste de l’après-midi à s’embrasser langoureusement, toujours assis à cette même table. Des photographies avaient été prises de cette journée et avait fuité dans la presse, mais leur journée idyllique n’allait pas être gâchée par une traque journalistique. En silence ils avaient affronté ces images, sans forcément en parler, ils s’étaient fait à l’idée que leur couple était médiatisé - mais réel.

La caresse qu’Owen venait de lui faire sur la main était certainement la dernière. Ce doux et dernier contact rendait Romy triste malgré tout. Elle avait parfaitement conscience que cette discussion signifiait la fin de leur couple, mais elle voulait le serrer contre elle, pleurer dans ses bras, se blottir une dernière fois dans son cou pour sentir son odeur. Mais au fil que la discussion avançait, Owen devenait stoïque, telle une pierre. Elle avait l’impression de le perdre, d’envoyer balader toutes les choses auxquelles elle avait tenue jusque là. Il avait été là pour elle, aimant et dévoué et elle avait été égoïste. Malgré qu’ils se soient toujours compris d’un simple battement de cil, ce silence lui déchirait le coeur. Romy affrontait ses pensées et sa peine, face à lui. En face de lui, lui qui ne disait rien. Au creux de son estomac hurlait une douleur, comme une faim déchirante qui empêcherait toute nourriture d’être ingurgitée. Son coeur était serré, une sensation étrange, comme s’il battait trop fort ou qu’il ne battait plus du tout. Ses mains étaient moites et elle n’osait le toucher alors elle croisait les bras mettant les mains sur ses épaules et essuyant des larmes de temps en temps. Lorsqu’il se leva en direction de la commode, elle le suivit du regard et se leva elle aussi. — Owen, dis quelque chose. Lui suppliait-elle. Elle se tenait face à lui, qui faisait face au dressing, l’air concentré. Elle ferma les yeux, désespérée de n’obtenir aucune réponse de sa part. Certes, il était désemparée, mais elle aussi. Romy avait besoin de lui à cet instant, qu’il l’engueule, lui la secoue, qu’il lui dise toute les choses qu’il avait sur le coeur. Alors, c’est ce qu’elle fit. Elle l’attrapa par l’épaule, le tourna vers elle et le força à lui faire face. — Owen, regarde moi. Parle. Hurles, cries-moi dessus, mais réagit. Elle posa ses deux mains contre ses joues tout en se rapprochant de lui. — Je suis sincèrement désolée, j’ai tout gâché entre nous. Je ne supporte pas de te voir dans cet état… Soudain, le téléphone de Romy sonna. Posé au milieu du lit, elle jeta un coup d’oeil sur l’appareil qui continuait de sonner et reposa son regard sur Owen. Elle savait pertinemment qu’il ne s’agissait pas de lui, ils s’étaient promis de ne pas s’appeler. Mais elle ne voulait pas qu’il le croit. Elle ne voulait pas qu’il imagine que dans cette petit boite noire se trouvait des messages torrides adressés à un autre homme. La jeune femme devinait qu’il s’agissait probablement de sa mère à cette heure de la matinée, mais de toute évidence, il s’agissait là d’un moment peu opportun pour un appel. Un silence s’installait lors que la sonnerie de son portable retentissait. Elle s’empressa d’attraper son téléphone et de raccrocher. Bien que cet aventure extra-conjugale apportait une bouffée d’air frais à la jeune femme, elle se sentait terriblement honteuse d’avoir causé un tel tord à l’homme fantastique qu’elle avait fréquenté jusque là. Est-ce que tout cela en valait-il la peine? Peu importait la réponse à cette question car le mal était déjà fait et Owen faisait ses valises. — Tu me déteste? Osait-elle demander. Peut-être étaient-ce les derniers instants qu’il passaient ensemble. Romy imaginait qu’après avoir franchit le seuil de leur appartement, il filerait à l’aéroport pour s’envoler vers la Grande Bretagne. S’il ne devait pas se revoir de suite, Romy voulait tout tenter pour lui extirper quelques mots. Elle craignait de le voir s’en aller. Egoïstement, elle voulait qu’il reste ici, elle ne savait si leur couple devait renaitre, mais elle avait besoin de l’ami qu’il avait toujours été pour elle. Romy ne supportait pas l’idée qu’ils puissent être séparés par plus de huit mille kilomètres l’un de l’autre, mais Owen devait faire ce qu’il semblait être le plus juste pour lui, il devait certainement aussi se protéger d’elle. — Je vais retourner chez ma mère, l’appart… je veux dire, si tu as besoin, tu peux rester ici…

_________________
Lock my heart,
throw away the key
Fill my love
with ecstasy.

Bind my heart with
your warm embrace
And tell me no one would
ever take my place.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) Empty
Message· · Sujet: Re: i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
i know that he knows i'm unfaithful (owen/romy)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous écoutez quoi en ce moment ?
» Romy Schneider.
» Match des Étoiles 2004
» L. SARAH OWEN + My head is a jungle
» Owen Jacob Parker, his life... [TERMINEE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: vagabond :: butterfly effect :: season 1-
Sauter vers: