AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 just like marie-antoinette (hera)

Aller en bas 

Naaji Darwish

messages : 826
name : nepy
face + © : rami malek © blindness
multinicks : jude - garett - charlotte - ellie - filip
points : 444
age : 34.
♡ status : it depends on the day.
work : fisherman on probation. part time escort and porn actor.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (ania/tony ; hera ; leslie)

just like marie-antoinette (hera) Empty
Message· · Sujet: just like marie-antoinette (hera) just like marie-antoinette (hera) EmptyDim 27 Jan - 13:26


26 janvier 2019 - portland
She's a Killer Queen, gunpowder, gelatine
Dynamite with a laser beam
Guaranteed to blow your mind anytime

@Hera Lovelace

C’était sa soirée. Leur soirée. Et par leur soirée, il entendait lui-même et Hera ; pas lui-même, Hera et Snatch ou Vlad ou Jessica ou Janine. Il avait suffisamment tanné toute la famille avec cette soirée spéciale année 80 pour que ces derniers restent en dehors de cette dernière et le laisse profiter. Naaji avait été d’accord pour que le cubain prenne les rennes sous réserve qu’il ne déraille pas dans tous les sens du terme. Les enfants avaient été les plus simples à gérer : Scottie n’aimait pas sortie et Mollie s’était endormie de fatigue, Janine aussi malgré son envie d’aller tutoyer sa folle jeunesse, étant précisé que la folle jeunesse de l’aînée était entendue de manière large. N’en déplaise à la commère de service, elle n’était pas née de la dernière pluie et ses rhumatismes ne lui permettaient pas de maîtriser totalement et à la perfection le moonwalk. Snatch ignorait tout des années 80 étant resté confiné dans la décennie précédente et son lot de traumatisme inhérent. Les seuls qu’il avait été compliqué pour l’escort de taire étaient Vlad et Jessica. Finalement, il y était parvenu en mettant en avant qu’il passait la soirée avec Hera. La seconde ne voulait pas avoir de concurrence lorsqu’elle était de sortie et il était évident que la jolie danseuse exotique était une concurrente de taille. Le premier avait été finalement muselé par le reste de la famille et puni : les conséquences de son implication dans le braquage de la supérette n’avaient pas été du goût de tout le monde. Il avait bien mis en danger trop de monde pour qu’il soit autorisé à sortir. Pavel avait donc quartier libre et il comptait bien en profiter. Parvenu devant le domicile de celle qui représentait son rayon de soleil et l’une de ses meilleures amies, il toqua à la porte de cette dernière, s’installant contre le chambranle dans une attitude sensuelle naturelle. Il n’y pouvait rien : il avait ça dans le sang. Et ce même s’il s’agissait de la belle Hera. Leur relation pouvait paraître ambigüe à tout œil extérieur, les deux étant particulièrement tactiles et proches l’un de l’autre mais les choses avaient été claires entre eux dès le début et ce en dépit de sa bisexualité assumée. Il fallait être honnête la blondinette était à tomber à la renverse et c’était d’ailleurs ce qui avait manqué de se produire littéralement lors de leur première rencontre. Mais il était bien trop semblable, bien trop proche pour partager davantage d’intimité qui pourrait tout venir ruiner. Il l’aimait trop pour tomber en amour ou en luxure avec elle. Il l’aimait trop pour laisser un quelconque membre de la Famille l’approcher et la lui voler. Parce qu’il avait conscience de la perfection de la demoiselle : Naaji avait un faible pour les blondes même si elle avait un caractère bien trop marqué pour lui, Snatch et Vlad ne la traiteraient pas avec le respect qu’elle méritait et Jessica serait capable du pire face à une créature bien plus somptueuse qu’elle. Il voulait la conserver égoïstement pour lui et il ne s’en cachait pas. Il n’y avait pas de secret au sein de la Famille : ils ne se cachaient rien. Ou presque peut être. Et il n’avait pas davantage caché grand-chose à la jolie demoiselle. Ou presque une fois encore. Certains secrets devaient le demeurer pour ne pas causer de mal autour d’eux ou mettre en danger.

« Hola Chica. » Un large sourire se dessina sur ses lèvres pleines lorsque la porte s’ouvrit sur le visage d’or de la demoiselle. Il se redressa et la prit immédiatement dans ses bras, la faisant tournoyer en lui posant un baiser sur la joue avant de la reposer sagement au sol. « Comment va la plus belle des environs ? » Il glissa une main sur sa joue, repositionnant une mèche soyeuse de ses cheveux blonds derrière l’oreille, son regard se promenant sans retenue sur la douceur de ses traits. « Tu es superbe. » De sa démarche chaloupée, il pénétra les lieux, excité à l’idée de passer une soirée de folie avec celle qui était devenue sa partenaire de nuit de folie, sa meilleure amie, son double en tout point. « Prête à faire des folies de nos cœurs sur le meilleur son des années 80 ? » Il haussa les sourcils de manière suggestive alors qu’il entreprenait déjà de se déshabiller. « Je suis ta marionnette. Fais de moi ce que tu veux ce soir ! » Ils avaient convenu de se retrouver chez la jeune femme avant de partir sur Portland à cette fameuse soirée. Le placard de Pavel comprenait beaucoup trop de vêtements de créateurs et luxueux pour qu’il entre en confrontation avec l’ambiance de la soirée qui s’annonçait. Et aucun des placards de la Famille ne pouvait proposer une alternative décente. Ils avaient donc convenu d’un relooking digne de ce nom, l’escort se laissant faire pour une fois et non l’inverse. « Mais avant… » Il sortir une bouteille de champagne de son large manteau noir qu’il présenta à Hera, l’air joyeux. « … portons un toast ! » Ou plusieurs à dire la vérité. c’était leur soirée et elle promettait d’être extraordinaire.

_________________
Nobody's home, I'm sleepwalkin'. I'm just relayin' what the voice in my head's sayin'. Don't shoot the messenger, I'm just friends with the monster that's under my bed, get along with the voices inside of my head. You're tryin' to save me, stop holdin' your breath.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Touch my world with your fingertips.

Hera Lovelace

messages : 1842
name : honeydew ♡ caroline.
face + © : boynton — ©lunaeye.
multinicks : jf ⋅ rm ⋅ nk ⋅ sc.
points : 189
age : 24 yo.
♡ status : heart of glass.
work : exotic fire-breathing dancer.
home : harbor row w/ marloes.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on {●●○} ⋅ naaji, marloes.

just like marie-antoinette (hera) Empty
Message· · Sujet: Re: just like marie-antoinette (hera) just like marie-antoinette (hera) EmptyLun 28 Jan - 16:29

Son walkman posé sur les oreilles, ses talons claquant sur le pavé de la rue principale de Portland, Hera déambulait comme une sirène, non pas à cause d'une quelconque queue de poisson ou de nageoires, mais bien à cause d'un leggings à motif d'écailles qui moulait parfaitement ses jambes fines. Ce choix vestimentaire était osé, même pour elle, mais c'était particulièrement confortable et la jeune Lovelace appréciait être à son aise lorsqu'elle passait la moitié de sa journée à traîner dans toutes les boutiques possibles et imaginables à la recherche de petites perles à ajouter à sa garde robe déjà bien remplie. Mais Hera n'en avait jamais assez, et ses friperies préférées regorgeaient toujours de trésors n'attendant qu'elle pour venir les dérober. Elle était cependant limitée dans le temps car Pavel devait la rejoindre dans son petit appartement à Windmont Bay pour une petite mise en beauté très eighties avant de repartir vers Portland pour une soirée endiablée dans un club qu'ils adoraient tous les deux. La piste de danse n'avait qu'à bien se tenir, les deux divas étaient en route. La chanson actuelle ne se prêtant pas vraiment à l'humeur dans laquelle elle souhaitait être en posant un talon impérial dans sa friperie favorite, elle appuya un ongle savamment manucuré sur le bouton avance rapide jusqu'à ce que la chanson Girls just wanna have fun résonne dans ses oreilles. Se trémoussant légèrement au son de la musique, elle parcourait les différents rayons et étalages à la recherche de la tenue parfaite pour ce soir et également des petits choses pour le cubain cher à son cœur ; le bout de ses doigts touchant à peine le tissu, elle essayait de visualiser le corps de Pavel dans chacun des vêtements qu'elle avait présélectionné dans sa tête, elle en choisi quelques uns, en reposa d'autres. Tout devait être parfait. Elle passa finalement à la caisse avec un pantalon couleur crème, taille haute, un peu ample sur la longueur et resserré au niveau du bassin, ça irait parfaitement à la silhouette élancée du cubain, une ceinture camel, auxquels elle ajouta un marcel noir cintré et une longue chemise manche mi-longue et aux épaules légèrement bouffantes, d'une couleur vert d'eau qui irait à la perfection avec les yeux clairs du jeune homme. Rien de très excentrique, la personnalité naturellement colorée de Pavel ferait le reste, il n'avait besoin d'aucun artifices pour briller et éblouir les autres. La déception de la journée fût qu'elle ne trouva rien de transcendant pour elle, qu'à cela ne tienne son dressing était déjà plein à craquer, en fouinant elle trouverait bien quelque chose à mettre. Elle eu quelques difficultés à monter dans le bus qui devait la ramener vers Windmont Bay, chargée comme elle l'était, mais c'était pour la bonne cause. A peine rentrée chez elle, elle rangea dans un coin de sa chambre les sacs qui contenaient la tenue de Pavel pour ce soir là et s'activa à se créer la sienne, elle ne pouvait se permettre d'y aller en culotte. Dans les tréfonds de ses placards elle parvint à dénicher un simple pantalon noir assez près du corps, de hautes bottes, un bustier noir serti de sequins qui aurait fait pleurer Madonna de jalousie ainsi qu'une lourde veste en jean pleine de broderies, de pins et autre accessoires qui devait cacher la moitié de son corps une fois enfilée. Elle mis ses trouvailles à côté des sacs pour Pavel et entrepris de commencer son maquillage, elle avait à peine noirci ses yeux et appliqué quelques paillettes sur ses paupières qu'on sonna à la porte. Naturellement un sourire apparu sur le visage de la jeune femme, il ne pouvait s'agir que d'une seule personne et elle sentait déjà le bonheur de le voir la transpercer de toutes parts. « Qu'est-ce que tu fais, repose moi par terre. » S'exclama t-elle en riant lorsque la porte à peine ouverte sur Pavel, ce dernier s'empressa de la prendre dans ses bras et de la faire tournoyer un instant dans les airs. Les mains de la blonde se posèrent instinctivement sur les muscles de ses bras pour se stabiliser en attendant de rejoindre enfin la terre ferme. Ses lèvres se fendirent en un large sourire lorsque le cubain posa un baiser sur sa joue. « Juste des environs ? » L'interrogea t-elle avec une moue faussement boudeuse. « Je suis déçue, je pensais être la plus belle tout court pour toi. » Mais son expression laissa de nouveau la place à un sourire enchanteur à la nouvelle réplique de Pavel, il savait toujours s'y prendre pour lui donner le sourire et la valoriser, et ce souvent avec un simple petit mot, pas besoin de lourde déclaration, elle aurait d'ailleurs eu bien besoin de quelques mots de sa part lors de sa dernière représentation ; de gros lourdauds s'étaient encore présentés au club et avaient fini jetés la tête la première dans l'arrière cour pour avoir lancé des propos injurieux aux danseuses, dont Hera, soit-disant que son spectacle manquait trop de nudité. Elle commençait vraiment à croire que des seins apparents étaient réellement la recette du succès. Elle regarda son ami retirer son manteau et commencer à se mettre à l'aise, elle avait toujours apprécié la façon avec laquelle il se mouvait dans l'espace, à croire que tout lui appartenait, et elle lui enviait ce déhanché. « Toujours prête, je suis née pour ça. Et je t'ai d'ailleurs trouvé quelques petites choses. » Déclara t-elle assez fièrement, le regard pétillant en lui désignant d'un geste du menton les sacs qui les attendaient sagement. Pavel était un peu comme une poupée grandeur nature pour elle, il la laissait toujours faire ce qu'elle voulait et se plaignait rarement. « A quoi trinque t-on exactement ? A cette soirée qui s'annonce riche en paillettes ou à quelque chose en particulier ? » Mais Pavel avait toujours quelque chose à fêter, une bonne nouvelle, un nouveau contrat, un rayon de soleil dans le ciel, tout était une bonne excuse. « Donne-moi ça. » Elle s'empara de la bouteille et bu une gorgée directement au goulot, avant d'esquisser une grimace.

_________________
[ • hanging out by the state line • ]
I'm on a bus on a psychedelic trip. Reading murder books tryin' to stay hip. I'm thinkin' of you you're out there so say your prayers, say your prayers. ✰ (@billy idol ~ eyes without a face)


Dernière édition par Hera Lovelace le Jeu 28 Mar - 0:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naaji Darwish

messages : 826
name : nepy
face + © : rami malek © blindness
multinicks : jude - garett - charlotte - ellie - filip
points : 444
age : 34.
♡ status : it depends on the day.
work : fisherman on probation. part time escort and porn actor.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (ania/tony ; hera ; leslie)

just like marie-antoinette (hera) Empty
Message· · Sujet: Re: just like marie-antoinette (hera) just like marie-antoinette (hera) EmptyVen 8 Fév - 21:22

Si l’être humain était un animal fondamentalement social, Pavel faisait figure d’exception au sein de la Famille. Il ne comprenait pas comment les autres pouvaient mener leur existence tranquillement sans avoir le moindre contact avec le monde extérieur et ne s’en formalisant pas. Certes, Janine était l’autre exception mais elle était vieille et moche, tout l’inverse du jeune cubain qui vendait l’honneur suprême de passer un moment avec lui. Mais, pour le reste, on ne pouvait pas vraiment dire qu’ils faisaient partis des plus populaires de la classe : entre Naaji qui était incapable de demander une brique de lait à leur voisine, Vlad qui s’attirait les pires ennuis dès qu’il ouvrait la bouche et Mollie qui faisait curieusement fuir les personnes aux alentours dès qu’elle déboulait quelque part, c’était d’un compliqué de faire parti de cette étrange cellule familiale. Mais on ne choisissait pas sa famille et chacun devait porter son fardeau. La particularité de l’escort boy était qu’il avait pas moins de 7 fardeaux. L’existence de ceux qui étaient littéralement des boulets ne l’empêchait cependant pas de sympathiser et de papillonner de rencontre en rencontre, sans jamais chercher vraiment à s’attacher. Dans sa branche d’emploi, il valait mieux de toute manière ne pas se lier à autre choses que de beaux billets verts, ceux-là même qui faisaient tourner le monde. Même s’il n’était pas arrivé il y a si longtemps que ça dans le monde capitaliste de son Cuba natal, il en avait rapidement saisi les mécanismes et l’égoïsme s’était ajouté à l’égocentrisme démesuré du séduisant latino. Narcisse des temps modernes, expression de Patrocle à son égard, il ne se liait que par intérêt et n’acceptait pas la concurrence, que celle-ci soit du sexe fort ou du sexe faible. Nul besoin de préciser qui était d’ailleurs le sexe fort pour le jeune homme tant il craignait les manœuvres plus subtiles et pourtant redoutables des femmes. Il y avait évidemment quelques exceptions. Il avait fini par se lier à Ditta. Forcément, avoir ses glorieux attributs masculins au sein des différentes cavités de la jeune femme devant une dizaine de personnes s’interpellant entre elles, ça créait des liens. Il s’entendait plutôt bien avec Asher qu’une rencontre fortuite avait transformé en compagnon de soirée et ami de défi en tout genre lui permettant de se surpasser. Mais rien, ni personne ne parvenait à la cheville ne serait-ce qu’à l’ongle du petit orteil parfaitement manucuré de la jeune femme blonde qu’il faisait présentement virevolter dans ses bras, la serrant contre lui et plongeant son nez dans ses cheveux soyeux. Elle était tout ce qui représentait la perfection pour le cubain : elle était belle, séduisante, drôle, intelligente, sensuelle, talentueuse, souple, maline, sexy. Elle était tout ce qu’il pouvait rêver chez une femme et pourtant il n’y avait jamais eu la moindre ambiguïté entre eux. Si elle ne faisait pas partie officiellement de la Famille, Dieu l’en préserve, elle était son double et son âme sœur. Il finit par la relâcher avec une douceur infinie sous ses invectives et répliqua, un clin d’œil amusé, l’accent chantant, secouant ses longues boucles inexistantes : « La plus belle tout court pour moi, c’est moi bébé. » Il secoua les épaules puis les hanches comme point d’orgue de son affirmation avant de reporter son attention sur celle qui était en réalité la plus belle de son univers. Angelina Jolie pouvait aller se rhabiller.

Son sourire éclata sur son visage lorsque la jeune femme lui indiqua avoir trouvé des choses pour lui. Il aimait toujours quand on lui donnait des trucs. Que ce soit des vêtements, de l’argent ou un vieux ticket de métro, il aimait bien. Peut être parce qu’il avait eu une enfance malheureuse et pauvre où ils n’avaient jamais eu grand-chose et qu’on ne leur avait jamais rien donné pas même à Noël. Ou peut être parce qu’il pouvait toujours revendre en faisant passer le vieux ticket de métro pour un accessoire tout droit sorti du dernier film de Leonardo Di Caprio. Les yeux pétillants, il frétilla sur place manquant de la prendre à nouveau dans ses bras pour la faire tournoyer dans les airs mais mieux valait ne pas gâcher tout de suite le champagne. « Je t’ai déjà dit que je t’aimais ? » plaisanta-t-il à moitié. Il était bien la seule à qui il pouvait le dire sans contrepartie monétaire et le pensait sincèrement. Elle était son horizon et son univers. « A quoi trinque-t-on ? A cette soirée où l’on va pouvoir se déchaîner sur la piste de danse jusqu’à ce que le soleil vienne éclipser la lune jalouse de ta beauté. A ces jeunes hommes et jeunes femmes à qui l’on va faire tellement tourner la tête qu’ils ne marcheront plus droit pendant des jours. A ces gens moches qui vont continuer à évoquer notre présence à tous leurs collègues de bureau, les yeux encore remplis d’étoiles. A toi. A moi. A nous. » Il éclata de rire devant la grimace de la jeune femme. « Désolé, elle n’est peut être plus très fraîche. Je ne te raconterais pas comment j’ai réussi à la sortir de la cave de son ancienne propriétaire avant de venir ici. » Il attrapa à son tour la bouteille avant de boire une large gorgée, grimaçant à son tour devant la demi-tiédeur de l’élixir des dieux. « On aurait peut être dû la mettre au congélateur quelques minutes. » Il fit une petite moue, pesant le pour et le contre. « Bah, on se fera payer un magnum sur place. » Il haussa les épaules reprenant une longue gorgée salutaire avant d’en proposer à nouveau à celle qui était bien plus qu’une meilleure amie. Sa trachée était d’ores et déjà assoiffée. Discrètement, du moins aussi discrètement qu’un cubain se prenant pour une star de renommée internationale pouvait l’être, Pavel s’approcha des paquets en tapotant des doigts, réagissant comme un enfant au matin de Noël. « ¡Dios mío! Mi amor, cette couleur ! » s’extasia-t-il en jetant un coup d’œil dans ces derniers, son regard accrochant sur la veste couleur vert d’eau qui relèverait indubitablement son teint olive et son regard d’émeraude. « Tu es la meilleure, cariño. » Sans demander son reste et sans attendre plus longtemps, il entreprit de se déshabiller dans la foulée, jetant ses vêtements de manière dramatique pour se retrouver en boxer Derek Rose. Les Hugo Boss sont pour les losers. « Fais de moi ce que tu veux. Je suis à toi. »

_________________
Nobody's home, I'm sleepwalkin'. I'm just relayin' what the voice in my head's sayin'. Don't shoot the messenger, I'm just friends with the monster that's under my bed, get along with the voices inside of my head. You're tryin' to save me, stop holdin' your breath.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Touch my world with your fingertips.

Hera Lovelace

messages : 1842
name : honeydew ♡ caroline.
face + © : boynton — ©lunaeye.
multinicks : jf ⋅ rm ⋅ nk ⋅ sc.
points : 189
age : 24 yo.
♡ status : heart of glass.
work : exotic fire-breathing dancer.
home : harbor row w/ marloes.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on {●●○} ⋅ naaji, marloes.

just like marie-antoinette (hera) Empty
Message· · Sujet: Re: just like marie-antoinette (hera) just like marie-antoinette (hera) EmptyVen 22 Fév - 15:53

Malgré eux les yeux de Hera se mirent à pétiller lorsque Pavel avoua du bout des lèvres qu'elle était la plus belle du monde à ses yeux, ses lèvres se fendirent en un sourire, elle le taquinait mais n'en avait jamais douté. Il n'y avait qu'à voir la façon dont le cubain se comportait avec elle, toujours à lui effleurer les cheveux du bout de doigts, les sourires rayonnant qu'ils échangeaient, leur connexion était intime et indéniable, simple mais forte. Pavel trouvait toujours les mots pour la faire rire, sa seule présence savait chasser les nuages et elle lui était redevable d'être juste ce qu'il était, une boule de feu prête à tout renverser sur son passage, une météorite ravageant le monde entier, ou du moins son monde à elle. Sa vie était bien monotone avant qu'elle ne fasse la connaissance du jeune homme et il avait su lui apporter tout ce dont elle avait besoin sans même en avoir conscience. Il prenait beaucoup de place, il exigeait énormément d'attention mais elle l'aimait comme il était et ne l'aurait changé pour rien au monde. Ils se complétaient parfaitement, comme deux pièces d'un puzzle nécessaires pour terminer un tableau. Elle répondit à son clin d’œil suggestif par un sourire lumineux. S'empêcher de sourire à la moindre action, réaction de Pavel était un challenge qu'elle n'avait toujours pas réussi, il était impossible de ne pas répondre quand il découvrait ses belles dents blanches ou pénétrait votre âme avec son rire sonore. C'était sans doute cela qu'on appelait être connecté à quelqu'un. Et Hera était définitivement connectée à Pavel, ce n'était plus un fait à mettre en doute. Il avait toujours eu une façon bien à lui de dire les choses, de s'exprimer, son éloquence forçait les gens à l'écouter jusqu'au bout et la jeune Lovelace buvait ses paroles, happée par sa fougue et tout ce qui émanait de lui. Ils allaient véritablement passer une folle soirée et une folle nuit. Hera avait hâte d'enfiler les vêtements qu'elle leur avait dégoté et de faire trembler tout son petit monde sur la piste de danse. Ils allaient faire tourner tous les têtes. C'est avec beaucoup de difficulté qu'elle se retint de sautiller sur place et d'applaudir de joie face à tout ce qui les attendait dans quelques heures, elle pouvait déjà imaginer le regard ahuri des autres lorsqu'ils les verraient débarquer comme deux stars échappées des années quatre-vingt. « C'est une bouteille volée ? Où as-tu dégoté cette petite merveille ? » La température de la bouteille n'était pas idéale et elle pressentait un bon mal de tête, mais le goût était là c'était indéniable. Elle se demandait bien où Pavel avait posé ses mains pour tomber sur un millésime comme celui là. Elle repris une petite gorgée avant d'aller ranger la bouteille dans le frigo, il ne fallait pas abuser des bonnes choses, c'était ce que disait toujours son père. Quand elle revint, Pavel était en train de s'exclamer comme un enfant le matin de Noël devant les sacs qu'elle avait réuni tout spécialement pour lui. Il tenait dans ses mains la veste couleur vert d'eau et s'extasiait devant le vêtement. Il avait l'air enchanté de cette trouvaille et Hera ne pu s'empêcher d'esquisser un sourire ravi. Elle avait vu juste sur la couleur, voir la veste dans ses mains présageait de belles choses. « Elle te plaît ? Je me suis dis que la couleur serait parfaite pour tes yeux. » Qu'on se le dise, Pavel avait de beaux yeux, sans doute ce que la danseuse préférait dans son physique, leur couleur claire en opposition à sa peau mâte était un chef-d’œuvre. Elle n’eut pas le temps d'en dire davantage qu'elle se retrouva face à un cubain presque entièrement nu, exhibant fièrement son corps d’Apollon. Elle secoua la tête, il avait ce don de toujours ramener l'attention et la lumière sur lui. Et il y avait de quoi, le jeune homme était exubérant mais il n'avait aucune raison d'avoir honte de son corps. « Joli boxer. » Déclara t-elle avec un demi sourire. Elle n'était pas embarrassée, ils avaient passé ce cap là depuis un bon moment, il l'avait vu sur scène dans des tenues plus ou moins affriolantes et il n'était jamais gêné de se déshabiller devant elle. Il avait été clair entre eux dès le départ qu'il n'y avait aucune attirance physique entre eux, ni l'un ni l'autre n'avait envie de passer à l'étape supérieure, ils étaient comme qui dirait des âmes-sœurs ; Pavel était sa moitié, il complétait sa vie et lui mettait des paillettes dans les yeux, leur amitié était la plus pure qu'il soit. « Tu es certain de ne pas regretter ces paroles ? » Elle pencha la tête vers lui et lui lança un regard résolument taquin. Elle ramassa le pantalon, le marcel blanc ainsi que la veste qui avait fait fureur chez Pavel et les posa sur le lit devant eux. Elle lui tendit le pantalon. « Enfile ça et dis-moi ce que tu en penses. » Le résultat était saisissant, la taille était parfaite et soulignait magnifiquement la silhouette svelte du jeune homme. Elle fit le tour de son mannequin pour la soirée en hochant plusieurs fois la tête, vraiment ravie de sa trouvaille. Elle lui fit ensuite enfiler le petit haut blanc, elle l'ajusta sur ses hanches avant de finalement se raviser et choisir de rentrer le bas du vêtement dans le pantalon, soulignant davantage la taille fine du cubain ; il allait rendre le monde fou ce soir. Elle se recula pour l'observer, elle ne toucha pas à ses chaussures, les basket blanches étaient intemporelles et elles se mêlaient très bien au reste de la tenue. Elle tourna un instant dans ses mains la ceinture couleur camel avant de l'enrouler autant de la taille de son ami, elle était un peu grande mais choisi de la laisser pendre sur le côté, ça ajoutait un petit air décontracté. Elle termina le look en passant sur les épaules de Pavel la fameuse veste couleur vert d'eau qui lui allait à la perfection, elle soulignait parfaitement sa carrure et ses bras, accentuant légèrement le bombé de ses épaules. Elle ne pu retenir son excitation et se mis à applaudir devant le résultat. « Mon cher ami vous êtes une bombe atomique. » Plantée devant lui, son regard planté dans le sien, elle remarqua qu'il manquait quelque chose ; elle fouilla dans sa trousse de maquillage et en sorti un crayon noir. « Je peux ? » Ce n'était pas grand chose, juste un peu de noir sous ses cils pour faire ressortir davantage le clair de ses prunelles. Il était vraiment à tomber. Elle le fit avancer jusqu'au grand miroir collé à la porte du dressing. « Est-ce que je ne suis pas la meilleure ? Je trouve bien que si. » Elle le laissa se tourner et se retourner dans le miroir et en profita pour enfiler la tenue qu'elle avait choisi pour elle, n'ayant aucune gêne de se changer devant lui - il était bien trop occupé à se pavaner devant son reflet - laissant juste de côté la grosse veste en jean, les sequins de son bustier brillaient de mille feux et lui donnait l'air d'une jolie boule à facettes.

_________________
[ • hanging out by the state line • ]
I'm on a bus on a psychedelic trip. Reading murder books tryin' to stay hip. I'm thinkin' of you you're out there so say your prayers, say your prayers. ✰ (@billy idol ~ eyes without a face)


Dernière édition par Hera Lovelace le Jeu 28 Mar - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naaji Darwish

messages : 826
name : nepy
face + © : rami malek © blindness
multinicks : jude - garett - charlotte - ellie - filip
points : 444
age : 34.
♡ status : it depends on the day.
work : fisherman on probation. part time escort and porn actor.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (ania/tony ; hera ; leslie)

just like marie-antoinette (hera) Empty
Message· · Sujet: Re: just like marie-antoinette (hera) just like marie-antoinette (hera) EmptySam 2 Mar - 17:43

Un sourire carnassier se dessina sur les lèvres du cubain et son regard pétilla de malice derrière laquelle on pouvait très certainement voir le stupre des heures rouges passées avec l’ancienne propriétaire de cette bouteille. « Ne pose pas une question dont tu n’es pas sûre de vouloir la réponse. » plaisanta-t-il à l’égard de la pétillante jeune femme. Ils faisaient bien la paire : entre la danseuse exotique et l’escort boy. Ils étaient séduisants l’un et l’autre, le savaient et en jouaient. Pourquoi s’en cacher ? Pourquoi ne pas profiter de ce que la nature les avait pourvus ? Et, surtout, pourquoi ne pas en tirer avantage au détriment des autres ? Il n’y avait aucun regret ou seconde pensée à avoir sur la question. Il fallait savoir faire preuve d’égoïsme de temps à autres, voire même continuellement si l’on entendait survivre dans ce monde moderne. Pavel l’avait appris dès qu’il avait pu quitter son île natale et mettre les pieds dans ce rêve américain, champs de tous les possibles. Dès lors qu’on était jeune et beau, tout pouvait nous réussir. Force était de constater que tout leur réussissait. Son regard lumineux se posa sur le teint de porcelaine de la jeune femme, la seule qui valait le coup de s’arrêter de respirer quelques instants à ses yeux. Elle était de ces beautés éthérées, de cette classe qui n’existait désormais plus qu’en très peu de monde ces derniers temps. Il ne sentait jamais plus fier que lorsqu’il était à ses côtés. Les hommes se retournaient dans la rue sur elle. Les femmes également, que ce soit par jalousie devant ce corps parfait dont il connaissait les moindres détails sans pour autant les avoir parcouru charnellement parlant, ou que ce soit par désir. Son sourire illuminait la pièce dans laquelle elle entrait. Sa personnalité dissipait les nuages qui pouvaient se rassembler au dessus de votre tête. Hera Lovelace était la personnification de ce à quoi un ange devait ressembler s’il avait eu le malheur de se perdre sur terre et de fouler de ses pieds délicats le sol qui ne serait cependant jamais assez digne pour le supporter. L’escort lui adressa un clin d’œil complice, se transformant en poupée grandeur nature, la laissant faire de lui tout ce qu’elle désirait. Il était sincère lorsqu’il lui donnait un tel pouvoir sur lui. Il lui faisait entièrement confiance, en elle et ses doigts de fée. Et il avait raison de le lui accorder. Il s’observa dans le miroir une fois qu’elle eut appliqué sa magie sur lui et un large sourire vint fendre son visage, l’illuminant foncièrement. « Je te le confirme. Tu es la meilleure. » Il se tourna vers elle et se passa la langue sur les lèvres alors qu’elle enfilait sa propre tenue, la rendant encore plus belle, encore plus lumineuse qu’habituellement. Les sequins accentuaient sa peau d’albâtre, la douceur de ses cheveux blonds couplés avec un maquillage qui la mettait définitivement en valeur. Ce qui au regard de la mode des années 80 pouvait s’avérer ne pas être une mince affaire. Et malgré tout, sa meilleure amie était somptueuse. « Plus que la meilleure, tu es absolument divine dans cette tenue, ma chérie. » Il siffla de manière appréciatrice et la saisit par la taille, afin que le miroir reflète la perfection du couple qu’ils renvoyaient l’un et l’autre. « C’est ce que j’appelle la perfection, faite humaine. » Son pouce glissa tendrement sur un bout de peau dénudé sur sa hanche, la caressant tendrement avant qu’il ne dépose un baiser sur la tempe de la jeune femme. « Allons leur montrer qui sont le roi et la reine du bal et faire tourner quelques têtes. » Il haussa les sourcils, mutin. « Voire en faire tomber quelques unes, qui sait ? »

Le trajet jusqu’à Portland fut rapide. Il le fut d’autant plus que sa précédente cliente n’avait trouvé rien à redire au fait que son escort préféré lui emprunte la voiture de sport de son mari parti à l’étranger pour l’un de ses trop nombreux voyages d’affaires. Pavel ne s’était pas fait prié et ce n’était de toute manière pas comme si ledit époux remarquerait quoi que ce soit. S’il ne remarquait pas même que sa femme le trompait au vu et au su de tous chaque semaine avec un bel hispanique, il n’allait certes pas protester pour la disparition de son aston martin vanquish durant quelques heures. S’il ne voulait pas subir un divorce coûteux qui le mettrait sur la paille, il valait mieux qu’il continue de partir à l’étranger. Et de penser, la prochaine fois, de rédiger un contrat prénuptial en amont. Après avoir ouvert la porte à sa belle, ils avaient filé sur l’autoroute, Pavel se grisant de la vitesse et du luxe dans lequel il baignait depuis son arrivée au pays de l’Oncle Sam. Il avait l’impression que tout lui réussissait et que plus aucune ombre ne viendrait jamais noircir le tableau et moins encore ce soir. Ce soir, il allait passer la meilleure soirée de sa vie avec sa meilleure amie dans l’un des meilleurs bars de Portland. Rien, ni personne ne pourrait jamais lui retirer ça. Arrivé sur place, il laissa les clés au voiturier et tendit le bras à la jeune femme avant de pénétrer dans la dernière boîte à la mode où le bruit des synthés électrisait déjà une foule multicolore sous les néons fluo des projecteurs. Les manches remontées sur ses coudes, il reconnut quelques visages qu’il salua joyeusement avant d’entraîner sans attendre la jolie blondinette sur la piste de danse alors que la voix claire de Kim Wilde résonnait dans les lieux. Ondulant sous les notes de musique et les cris environnant, il sentit rapidement la chaleur de la foule humaine monter en lui et la veste commença à devenir superflue au bout de quelques minutes de danse et déchaînements des corps. Il se pencha vers Hera, ses lèvres frôlant son oreille : « Je vais poser ma veste en carré VIP et passer au bar. Je te ramène une coupe ? » Il s’agissait davantage d’une affirmation que d’une question. Plus qu’une coupe, il lui ramènerait un magnum.

_________________
Nobody's home, I'm sleepwalkin'. I'm just relayin' what the voice in my head's sayin'. Don't shoot the messenger, I'm just friends with the monster that's under my bed, get along with the voices inside of my head. You're tryin' to save me, stop holdin' your breath.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Touch my world with your fingertips.

Hera Lovelace

messages : 1842
name : honeydew ♡ caroline.
face + © : boynton — ©lunaeye.
multinicks : jf ⋅ rm ⋅ nk ⋅ sc.
points : 189
age : 24 yo.
♡ status : heart of glass.
work : exotic fire-breathing dancer.
home : harbor row w/ marloes.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on {●●○} ⋅ naaji, marloes.

just like marie-antoinette (hera) Empty
Message· · Sujet: Re: just like marie-antoinette (hera) just like marie-antoinette (hera) EmptyVen 29 Mar - 14:30

Il y avait toujours eu une certaine part de mystère en Pavel, il suffisait de gratter un peu le vernis qui le recouvrait pour apercevoir quelques secrets, il lui en avait avoué quelques uns à demi voix mais le reste restait encore sous silence. Elle gardait cependant dans un coin de sa tête la confession que lui avait fait le cubain dans les premiers temps de leur amitié, il avait abordé une fois le sujet de la Famille, ces différentes personnalités qui s'entremêlaient et partageaient son quotidien depuis des années, pourtant il ne s'était pas étalé sur la question, prétextant que de toute façon ils étaient bien moins intéressants que lui. La jeune Lovelace n'avait jamais pu oublier cette courte conversation, cet aveu qui aurait pu troubler leur relation, qui aurait dû chambouler certaines choses, mais elle aimait Pavel pour ce qu'il était, pour cette personnalité haute en couleur qui la rendait heureuse par sa simple présence. Elle n'avait pas besoin de plus. Elle ne pouvait pas dire qu'elle ne s'était pas posée mille interrogations sur le sujet, la jeune femme était curieuse de nature et ça l'intriguait beaucoup ; elle aurait voulut savoir comment cela se passait au quotidien, comment ils se géraient entre eux, est-ce qu'elle risquait de se retrouver face à une autre personnalité, comment était-elle censée appréhender la chose si ça devait se produire ? Ne pouvant se résigner à poser toutes ces questions à Pavel de peur de le gêner ou de le blesser, elle les avait rangé dans un tiroir au fond de sa tête, se disant que ce n'était pas important, qu'elle aviserait. Et puis peut-être était-elle destinée à ne côtoyer que Pavel, peut-être que c'était cette personnalité qui était faite pour elle et cette idée lui convenait très bien. Son joli se fronça légèrement à la réponse du brun. « Que de mystère. J'adore. » Dit-elle en frappant dans ses mains tel un petit lapin surexcité. Et sur ces paroles elle bu une nouvelle gorgée alcoolisée, le goût soudainement sublimé par les secrets qui entourait cette bouteille tombée de nulle part. Alors que l'alcool traçait son chemin dans ses veines, Hera s'activait autour de Pavel telle une styliste professionnelle, ses mains s'affairant sur différentes parties de son corps, à lisser le tissu, à réajuster une ceinture trop longue, elle regarda leur reflet dans le miroir et ne pu s'empêcher de penser qu'elle n'avait jamais rien vu de plus beau. Elle ajouta la touche finale à ses cheveux fraîchement crêpés en soulevant quelques mèches et en glissant une pince en forme de joli nœud noir brillant. Ils avaient tout l'air de vraies stars et ils avaient de grandes chances de faire chavirer beaucoup de cœurs ce soir. Elle afficha un sourire idiot lorsque les compliments de Pavel vinrent effleurer ses oreilles. Elle posa sa main sur celle du jeune homme qui épousait la courbe de sa hanche. « Une dernière chose avant de partir. » Elle récupéra son téléphone et pris plusieurs photos d'eux deux. « Je veux garder des souvenirs. » Elle était presque certaine que Pavel avait apprécié être sa poupée grandeur nature le temps d'une soirée et qu'il serait prêt à recommencer si elle en exprimait le désir, mais elle appréciait les voir tous les deux comme ça, la complicité se lisant dans leurs yeux et dans la manière dont ils se tenaient côte à côte. « En route, je trépigne d'impatience. » Elle enfila la grosse veste en jean qu'elle avait choisi pour l'occasion, elle pris son petit sac à main et suivit Pavel à l’extérieur. Ses lèvres rosées laissèrent échapper un sifflement admiratif devant la voiture qui les attendait. « Je peux te demander où tu as dégoté cette merveille ou c'est encore un secret ? » Adressa t-elle au brun, mais elle ne se fit pas prier pour monter à l'intérieur. Hera laissa à Pavel le soin de donner les clés de la voiture au portier et s'engouffra sans attendre dans le club, le son des synthétiseurs fit accélérer les battements de son cœur et elle se sentit revivre, tous les sens électrisés, l'envie de se déhancher de plus en plus présente. Incapable d'attendre plus longtemps, elle marcha directement vers la piste de danse, le pas léger et aérien, la fièvre des eighties bouillonnant dans ses talons. Elle garda cependant les yeux fixés sur la porte et fit de grands signes en direction de Pavel pour qu'il vienne la rejoindre. I knew it was danger but couldn't resist. The touch of a stranger, the thrill of his kiss. Hera connaissait la chanson par cœur et ne tarda pas à chanter au rythme de ses pas, totalement déchaînée. Les gens se pressaient les uns contre les autres et la chaleur monta d'un seul coup, elle ne tarda pas à sentir que sa veste était de trop et elle la tendit à Pavel quand il annonça vouloir aller déposer la sienne. « Tu peux la mettre avec la tienne ? Je sens que je vais mourir sur place si je la garde. T'es un amour. Et ramène moi tout ce que tu peux, je meures de soif. » Elle lui souffla un baiser et repris ses mouvements endiablés. Le cubain disparu dans le cœur de la foule et Hera se retrouva seule au milieu de parfaits inconnus, partageant avec eux la fièvre qui l'animait, après tout n'était-ce pas cela le pouvoir de la musique ? Partager et s'associer avec des gens que l'on ne connaît pas le temps d'une chanson, puis d'une deuxième. Bientôt elle senti une main se poser sur sa hanche, là où sa peau était découverte. « Tu as fait vite. » Dit-elle, confiante, pensant qu'il s'agissait de Pavel. Ses sourcils se froncèrent lorsqu'elle croisa un regard qui lui était totalement étranger. Elle se dégagea sans attendre de cette étreinte qui n'était pas la bienvenue. « Hm, il ne faut pas prendre les paroles de cette chanson au premier degré, je n'embrasse jamais les personnes que je ne connais pas. Trace ta route mon gaillard, je ne suis pas intéressée. » Mais le principal concerné ne sembla pas comprendre le message, il profita du rythme de la chanson suivante pour la frôler autant qu'il le pouvait. « Sérieusement, hors de ma vue où je te colle mes talons de dix centimètres là où ça fait très mal, si fort que tu appelleras ta maman au secours. » L'individu leva les mains devant lui comme pour signifier qu'il avait compris et qu'il ne tenterait plus rien. Hera hocha brièvement la tête et se détourna de lui, mais elle eu cependant le temps de voir Pavel arriver d'un pas rapide vers eux, une lueur étrange brillant dans ses beaux yeux clairs.

_________________
[ • hanging out by the state line • ]
I'm on a bus on a psychedelic trip. Reading murder books tryin' to stay hip. I'm thinkin' of you you're out there so say your prayers, say your prayers. ✰ (@billy idol ~ eyes without a face)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naaji Darwish

messages : 826
name : nepy
face + © : rami malek © blindness
multinicks : jude - garett - charlotte - ellie - filip
points : 444
age : 34.
♡ status : it depends on the day.
work : fisherman on probation. part time escort and porn actor.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (ania/tony ; hera ; leslie)

just like marie-antoinette (hera) Empty
Message· · Sujet: Re: just like marie-antoinette (hera) just like marie-antoinette (hera) EmptyDim 28 Avr - 18:32

Il émanait toujours une confiance inébranlable et une sensualité à toute épreuve de Pavel. A dire la vérité, en y réfléchissant bien, il était l’exacte inverse de Naaji. Il savait toujours comment réagir à propos en public, avait parfaitement conscience de ce qu’il devait faire ou dire pour se faire apprécier, était un véritable caméléon prêt à s’adapter à chaque situation. Et c’était sans doute la raison pour laquelle il s’entendait aussi bien avec la jeune et belle danseuse exotique qui régnait à ses côtés. Pour être proche et dans les petits papiers de la fantasque demoiselle, il fallait être soi même atteint de ce grain de folie douce et sulfureuse, juste assez pour faire tourner la tête sans s’attirer les foudres et les jalousies alentours. Il n’y avait pas mieux assorti que ces deux là et dès qu’ils arrivaient quelque part, ils faisaient tourner quelques têtes au passage, attirant les regards tel de puissants aimants. Aujourd’hui n’était une exception à la règle. Bien au contraire et surtout avec les costumes hauts en couleur et de goût qu’était parvenue à leur dénicher Hera. « Bien sûr, répondit-il en se saisissant de la veste de la jeune femme afin de l’amener en place sûr. Tout ce que je peux ? A tes risques et périls alors. » Il lui adressa un clin d’œil avant de disparaître dans la foule chargé de sa précieuse cargaison et sa non moins importante mission. Arrivé devant le carré VIP, il salua d’un signe de tête celui qui en gardait l’entrée, tel un Cerbère des temps modernes, avant de lui serrer la main d’une poignée compliquée faite de geste et de claquement de doigts dont eux seuls possédaient le secret. « Hernando, comment va la famille ? » En dépit de son air peu affable, ce dernier fondit à l’arrivée de Pavel et son interrogation. « Ca pousse. Enorah entre dans son 5e mois de grossesse. » « Fini les nausées matinales alors ? » « Oui maintenant c’est les envies. Je ne te raconte pas sa dernière trouvaille. Rien que d’y penser, l’odeur me parvient aux narines et me file la nausée. » Le cubain éclata de rire en déposant les vestes sur les sièges de velours rouge et secoua la tête, revenant vers lui. « Pense à l’odeur de la couche à trois heures du matin. C’est pour t’y préparer. Je te confie nos affaires. » « Tu peux : amusez vous bien. » « Gracias. » Il se rendit ensuite au bar où il commanda deux caipirinha, ne supportant plus les mojitos, quel qu’en soit le goût, depuis leur dernière cuite à cette boisson dont la hype était aussi excessive et infondée que celle du Spritz. Faisant joyeusement la conversation avec la barmaid, il remarqua qu’un jeune homme au teint blafard et la chemise de soie noire bien trop grande pour lui n’avait de cesse de le reluquer. Conscient de son charme, il en joua, faisant mine de l’ignorer tout en l’observant du coin de l’œil. C’était sa soirée avec sa meilleure amie et sa seule attention serait dirigée vers elle, cela ne l’empêchait cependant pas de se voir offrir une petite gâterie plus tard au cours de la nuit. Après tout, ce serait un crime que de refuser des lèvres aussi pulpeuses que le type. Le poisson était manifestement ferré par l’apparente indifférence du cubain puisqu’il sentait qu’il ne s’agissait que d’une question de secondes avant qu’il ne se lève et ne l’aborde. Avant même qu’il se décide à s’avancer vers lui, Pavel saisit les deux verres et se tourna vers la piste de danse pour l’apporter à sa compagne. Le bel inconnu aurait le temps de ronger son frein encore une heure ou deux. Son regard scanna la foule pour retrouver cette chère tête blonde parmi cette dernière avant de se figer, les coupes glissant de ses mains pour répandre leur précieux contenu au sol, éclaboussant les personnes alentours et menaçant de blesser quiconque avait décidé de venir sans chaussures fermées.

C’était toujours le problème avec les permissions qui lui étaient accordées. Afin d’oublier les horreurs dont il avait été l’impuissant témoin ou pire encore l’auteur, Snatch avait la fâcheuse manie de boire plus que de raison. Cela l’entraînait souvent dans des plans foireux qui se terminaient bien souvent mal si Tony n’était pas dans les environs pour soit le raisonner, soit pour lui prêter main forte. De la même manière, il avait développé la sale habitude de chercher des noises au premier type venu afin de faire passer cette colère accumulée face aux horreurs de la guerre et qui n’avait nulle place dans la vie civile. Pourtant, ce soir, la boisson n’avait rien à voir avec le fait qu’il était en train de secouer sa main, faisant aller ses doigts pour vérifier que ces derniers n’étaient pas cassés. Ni avec le fait qu’un pauvre type était sonné, gisant au sol, le nez en sang alors que les gens alentours poussaient des cries d’orfraies sous la violence du choc. Le regard ardent, il attrapa le type par le col afin de le soulever suffisamment de terre pour qu’il sente le poids de sa menace : « Tu la touches encore une seule fois et je te promets que le meilleur des garagistes pourra rien pour toi tant je t’aurai démonté. » Ravalant sa haine mais sans apaiser sa colère, il le relâcha, le pauvre type retombant sur le sol, et lui donna un coup de pied dans les valseuses afin de lui passer l’envie de faire preuve de pseudo virilité à l’égard de qui que ce soit. Il se retourna ensuite vers la somptueuse jeune femme blonde qu’il connaissait vaguement via Pavel et s’adressa à elle de son accent lancinant, s’excusant de sa violence dont elle n’aurait jamais dû être témoin : « S’cusez Mam’zelle.  C’est à cause d’ type comme lui qu’nôtre beau pays va mal. » Fonçant légèrement les sourcils, il posa délicatement la main sur son bras, s’inquiétant : « Vous allez bien ? Il n’vous a pas touché ? » Devant le regard qu’elle lui jetait, il réalisa que si lui la connaissait via Pavel, la réciproque n’était pas vrai. Secoua la tête comme pour réaliser sa propre stupidité, il reprit la parole et lui tendit la main. « Pardon, j’me suis pas présenté. Snatch. Pavel m’a beaucoup parlé d’vous. » Ce n’était pas à proprement parlé un mensonger mais il omettait sciemment de préciser que lorsque Pavel abaissait sa garde ou portait son attention ailleurs, le vétéran en profitait pour observer quelques secondes la jeune femme, le visage de porcelaine de cette dernière le hantant. Les jolies blondes aux grands yeux bleus avaient toujours été son talon d’Achille. Sans mauvais jeu de mot pour Patrocle.

_________________
Nobody's home, I'm sleepwalkin'. I'm just relayin' what the voice in my head's sayin'. Don't shoot the messenger, I'm just friends with the monster that's under my bed, get along with the voices inside of my head. You're tryin' to save me, stop holdin' your breath.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




just like marie-antoinette (hera) Empty
Message· · Sujet: Re: just like marie-antoinette (hera) just like marie-antoinette (hera) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
just like marie-antoinette (hera)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mai] Pullip Marie-Antoinette
» SAN ZABRI AP MONTE YON SYÈL PA DO: PANIK NAN KAN CORAIL
» Marie Antoinette rpg
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Bienvenue à Marie-Cé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: vagabond :: butterfly effect :: season 1-
Sauter vers: