AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Ascenseur Emotionnel » [Gabriel McA.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: « Ascenseur Emotionnel » [Gabriel McA.] Mar 15 Déc 2009 - 18:15


« Autrefois, quand on
manquait la diligence,
on patientait une semaine.
Aujourd'hui, on enrage quand
on rate l'ascenseur. »

B. McCormick

SUITE DU SUJET :
« Revenge is a dish best served hot. »
Avec Milla Carragher

Décembre 2009, 15:37. Four Seasons Hotel Miami, Miami, Floride, USA.

Cela faisait quinze jours que Milla était passé au Four Seasons Hotel Miami et qu'elle avait semé la pagaille dans toute la cuisine alors que le service du soir se préparait tranquillement. Scott s'était attendu à son arrivée. Mais jamais il n'aurait cru que cela aurait autant de conséquences pour lui. Milla avait laché son venin et aujourd'hui Scotty en ressentait grandement les effets. Malheureusement pour lui. En effet, après avoir parlé avec Monsieur Hoffmann le soir même où Milla était passé, le jeune homme comprit qu'il serait dans l'obligation de prendre un carton et d'y mettre toutes ses affaires personnelles car il venait d'être viré. Motif du grand patron : la réputation du Four Seasons Hotel. Milla ne devait pas être loin dans cette décision et elle avait dû mettre tout en oeuvre pour que le directeur en arrive à ce point. L'ancien chef cuisinier du Four Seasons Hotel Miami était fou de rage contre elle et contre Hoffmann. C'est pourquoi avant de quitter définitivement il retourna voir son ancien patron et ce grand jour était aujourd'hui, alors qu'il était venu prendre ses dernières affaires dans les cuisines de l'hotel. Cependant, il n'entra pas dans le bureau de son ex-patron, surpris par ce qu'il voyait. Scott fit demi-tour et pris le premier ascenseur qu'il put. Entrant dans ce petit espace avec son carton personnel, il appuya sur le bouton du niveau zéro. Le jeune Matthews déposa ses affaires dans un coin et attendit patiement, adossé contre le mur du fond, les bras croisé et regardant le sol, que l'ascenseur l'amène au rez-de-chaussée pour enfin quitter ce bâtiment.

Alors qu'il se trouvait au tier de sa descente, l'ascenseur s'arrêta à l'un des étages de l'hotel. Un "DING" se fit entendre et les portes s'ouvrirent. Une seule personne attendait. Scotty releva la tête et fut encore plus surpris d'apercevoir que cette personne n'était autre que le sénateur de Floride, Gabriel McAllister. Le jeune Matthews le salua de la tête avec un léger sourire et reprit sa position de départ, n'ayant pas l'esprit aux courtoisie d'usage. Les portes se refermèrent et l'ascenseur reprit sa descente. Après une vingtaine de seconde, tout s'arrêta et les lumières s'éteignirent brusquement. *Chouette !! Une coupure d'électricité !* Pensa Scott ironiquement.

- Et merde ... Continua-t-il à haute voix. Puis son regard se posa sur Gabriel alors qu'il faisait noir. Scott discernait simplement une ombre.


Dernière édition par Scott Matthews le Mar 12 Jan 2010 - 20:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « Ascenseur Emotionnel » [Gabriel McA.] Sam 19 Déc 2009 - 13:02

    Le Four Season Hotel. Une deuxième maison pour Gabriel qui y avait établit ses quartiers avec son équipe, durant toute sa campagne électorale. Il en connaissait la majorité du personnel : Restaurateurs, réceptionnistes, agents de sécurité, et même quelques grooms et femmes de chambres. Période pendant laquelle il avait également rencontré Scott Matthews, le chef cuisinier. Partant d'un bête conflit à cause du sale caractère de Gabriel, ils avaient vite calmé le jeu, s'étaient bien entendus, puis s'étaient même recroisés un soir. Entrevue au cours de laquelle le jeune homme avait découvert en Scott, un homme au caractère vif et joueur, qui avait eu le don d'exciter son sens aiguisé du défi. Oui, jusqu'à il y a encore quelques jours, le Sénateur appréciait réellement Scott Matthews.

    Néanmoins, c'est envahit d'une colère noire comme il n'en n'avait plus ressentit depuis des années, qu'il avait arpenté les couloir du Four Season. En quête de cette même personne qu'il appréciait, il y a encore quelques jours. Pas de chance, il venait d'apprendre que ce dernier avait trouvé le moyen de se faire virer. Qu'à cela ne tienne, il irait déterrer la vermine chez elle.
    Perdu dans ses sombre pensées, ça devait bien faire cinquante fois que le sénateur pressait machinalement son doigt contre le bouton d'appel de l'ascenseur. Il eu un soupir consterné. En plus d'être l'objet d'une angoisse incontrôlable, ces foutues machines avaient la vitesse de pointe d'un escargot grabataire. Enfin, après une attente interminable, les portes s'ouvrirent dans un tintement sonore. Gabriel se glissa à l'intérieur, manquant de piler surplace quitte à finir coincé entre les portes, quand il reconnut Scott qui lui adressait un bref sourire. Par chance sa surprise ne fut aucunement visible et il put se caler à l'autre bout de l'espace confiné qu'ils étaient obligés de partagé.

    Les vingts secondes suivantes se résumèrent à une lutte intérieur pour empêcher toute tentative de meurtre qui aurait été filmée par les caméras de surveillances. Gabriel avait déjà eu le coup une fois, on ne l'y reprendrait plus. Tout allait à peu près bien, lorsque dans une secousse bien trop brutale à son goût, l'ascenseur se stoppa net dans sa course et les lumières s'éteignirent. Le sénateur eut immédiatement un mouvement de recul, pour se plaquer dos contre la paroi. « Oh mon Dieu... » gémit-il avec effroi. Enfermé. Pire encore : plongé dans les ténèbres, il fit courir son regard tout autour de lui, dans l'espoir d'apercevoir la cause de cet arrêt soudain. De n'importe quoi qui pourrait endiguer la panique qui montait en lui. Sa claustrophobie, n'avait rien d'une peur irrationnelle. Elle était la marque indélébile d'un passé de tourments. Sa respiration s'accélérait et son cœur se mit à battre plus vite. La peur saisissante, mêlée aux réminiscences de ce passé deviendrait trop rapidement ingérable. Et il était cardiaque. Il devait se calmer d'une manière ou d'une autre. Un « clac » sourd le fit sursauter. Le groupe électrogène venait de se mettre en route. Une faible lumière rougeâtre éclaira la pièce et Gabriel tourna lentement la tête vers Scott qui le regardait. Accaparé par la peur, il l'avait presque oublié celui-là. Son hostilité toujours aussi vive à son encontre était entièrement paralysée par l'effort colossal qu'il déployait à garder un semblant de self control. Il ne voulait ni le voir, ni lui parler. Question de survie. Pour lequel ? Ça restait à voir.

    Haletant, il ferma les yeux puis leva une main secouée de tremblements pour dénouer sa cravate et défaire le premier bouton de sa chemise. Ainsi aurait-il un peu moins l'impression d'étouffer. Ne restait plus qu'a espérer l'impossible : Que Scott n'essaie surtout pas de lui apporter son aide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « Ascenseur Emotionnel » [Gabriel McA.] Mar 29 Déc 2009 - 0:24


« Autrefois, quand on
manquait la diligence,
on patientait une semaine.
Aujourd'hui, on enrage quand
on rate l'ascenseur. »

B. McCormick

Coupure d'électricité ... Une joie que Scotty n'avait jamais ressenti s'empara de lui. ien évidement cette joie n'était pas réel. Il ne voulait pas se retrouver dans un ascenseur coincé entre deux étages en compagnie du sénateur McAllister en sachant pertinement qu'il était un ami de cet foutu Carson. Il faisait noir de ce compartiment. Scotty arrivait difficilement à distinguer Gabriel. Il comprit simplement qu'il venait de se rabattre sur l'une des parois de l'ascenseur qui n'était pas la sienne. Mais il ne comprenait pas pourquoi d'un seul coup, il agissait de cette manère.

- Oh mon Dieu... Gémit-il avec effroi et le jeune Matthews commençait à savoir le pourquoi de cette réaction.

La respiration de Gabriel s'accéléra. Une lumière rougeâtre apparut après un bruit sourd. Le groupe électrogêne de l'hotel venait de se remettre en route. Mais en aucun cas, il ne put faire refonctionner cet ascenseur. Mon regard se posa de nouveau sur le sénateur que je distinguais mieux désormais. Il semblait désemparé et perdu voire apeuré. Que pouvait-il bien lui arriver ? Il finit par lever sa main afin de denouer sa cravate et de déboutonner sa chemise tout en tremblant.

- Ca va ? Demanda Scotty.

L'ancien chef cuisinier du Four Seasons Hotel Miami s'approcha alors de Gabriel et déposa une main sur son épaule, lui montrant que s'il avait besoin d'aide, le petit sénateur de Floride pouvait compter sur lui. Cependant, Scotty fit ce geste avec une légère peur. La peur de la future réaction du sénateur. Soit il acceptait et n'avait aucun problème avec le fait que Scott avait failli tuer son ami. Soit il le rembarrait et lui gueulait dessus. La deuxième solution était la plus probable. Mais le cuisinier tenta quand même son approche pour l'aider.

- T'as besoin d'un peu d'aide ? Continua-t-il en tutoyant Gabriel comme si c'était tout à fait normal.


Dernière édition par Scott Matthews le Lun 11 Jan 2010 - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « Ascenseur Emotionnel » [Gabriel McA.] Dim 10 Jan 2010 - 13:23

    Hôte malgré lui d'une angoisse trop ancienne et profonde, Gabriel sentait le sang lui battre les tempes avec fureur. Les paupières toujours closes, toute son énergie dévolue à garder le contrôle sur une situation qui lui échappait complètement, il apprivoisait tant bien que mal sa respiration saccadée alors que dans sa poitrine résonnait les battements effrénés de son cœur. Martelant son torse dans un rythme difficilement supportable. Tout son esprit enfermé par la peur comme son corps l'était dans cette cage exigüe.

     « Ca va ? » Demanda Scotty, sans doute préoccupé par l'attitude du sénateur. Et Gabriel ouvrit les yeux, comprenant qu'il n'aurait pas d'autre choix que de lui faire face. « Ca va » Répondit t-il en s'efforçant de garder le ton le plus neutre possible, le regard fuyant, dans l'espoir que le jeune Matthews s'en tienne là et lui fiche la paix. Il avait beau vouloir y mettre de la conviction, sa voix était restée faible en écho à son état réel : ça allait mais tout juste. De son côté, inconscient de son acte, Scott réduisit l'espace salvateur qui les séparait encore, face à un Gabriel résolument collé à la paroi de l'ascenseur comme s'il pouvait échapper à la suite inéluctable de cette approche intrusive.

    Le contact d'une main sur son épaule le fit tressaillir d'une répulsion mal contenue. Le sénateur se raidit un peu plus, si c'était possible. « T'as besoin d'un peu d'aide ? » Scott eu à peine le temps de terminer sa phrase. Acculé d'une part entre crainte et colère, de l'autre par un mur dans son dos et l'homme face à lui, le cocktail était explosif. La réaction du brun, elle, fut foudroyante, hors de contrôle. Il repoussa brutalement la main sur son épaule d'un brusque revers du bras avant de lui assener de l'autre, un coup de poing terrible. Tandis que le cuisinier reculait sous l'impact du coup qui venait de s'écraser sur sa mâchoire, Gabriel l'agrippa par le col et le projeta durement contre le mur opposé, inversant leurs positions initiales. Puis il se pencha vers lui, et approcha son visage à quelque centimètres à peine de celui de Scott. « Je t'interdis de poser la main sur moi ! » cracha t-il avec rage. « Comment oses tu seulement m'adresser la parole après ce que t'as fais à Esteban ?! » Il braqua sur lui un regard furibond, ses poings serrés sur le col du jeune homme, tremblants de la pression qu'il exerçait à la naissance de sa gorge pour le maintenir contre le mur, quasiment collé à lui. « T'as vraiment cru que t'allais t'en tirer comme ça ? Après avoir essayé de tuer un homme ? » Il avait légèrement plissé les yeux, comme s'il tentait de lire la réponse à sa question dans ceux de Scott. Puis il reprit, d'une voix plus basse, plus grave mais non moins vibrante d'un mélange toxique de haine et de dégout. « Je te jure, que si tu t'avise de lui refaire du mal, de croiser sa route ou ne serait-ce que de respirer le même air que lui...La prison à laquelle tu échappe en ce moment même, te paraîtra douce comparé au sort ce que je te réserve. » Au delà des menaces, c'était un avertissement que le jeune Matthews aurait tort de sous estimer comme il avait déjà sous estimé la rancœur que Gabriel lui vouait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « Ascenseur Emotionnel » [Gabriel McA.] Lun 11 Jan 2010 - 19:58


« Autrefois, quand on
manquait la diligence,
on patientait une semaine.
Aujourd'hui, on enrage quand
on rate l'ascenseur. »

B. McCormick

Gabriel répondit un simple "ça va" comme réponse à la première question de Scotty. Evidement, le jeune homme savait pertinement que "ça" n'allait pas pour son petit sénateur de Floride. Le chef cuisinier ne rétorqua point face à ce mensonge qu'il avait découvert tout seul. En même temps, cela se voyait très bien que le jeune McAllister n'était pas dans son état normal. Il avait beau le cacher. Mais malgrès le peu de lumière qu'il y avait dans l'ascenseur, Scott arrivait à comprendre son comportement et à voir parfaitement que "ça" n'allait pas. Scotty s'est donc approché de Gabriel tout en déposant une main chaleureuse et pleine de soutien sur l'épaule du sénateur.

- T'as besoin d'un peu d'aide ?

La main de Scott fut alors rejetté aussi rapidement qu'elle s'était déposée sur cette épaule avec pour seul idée : aider une personne dans le besoin. Sans préter attention à Gabriel, concentré sur ce rejet qu'il comprenait que légèrement, le jeune Matthews fut surpris lorsque le poing de Gabriel entra un contact avec son visage. Il ne s'y était pas attendu. La dernière fois qu'il s'était vu, tout s'était plutot bien terminé. Peut-être était-ce l'effet Halloween qui avait beaucoup joué ? Peut-être également que le sénateur n'appréciait guère que l'ancien chef cuisinier du Four Seasons Hotel ait tenté de tuer son meilleur ami ?

Des souvenirs remontèrent à l'esprit de Scotty alors que ce dernier reculait sous le choc de ce coup. Il revoyait Maât qui le frappait juste avant de rompre. Un coup douloureux pour un souvenir douloureux. Gabriel ne le savait pas, mais ce poing faisait bien plus de mal au cuisinier qu'il ne pourrait le croire. Il ne savait sans doute pas que le jeune Blythe avait eut également une réaction similaire à la sienne avec Scott. Se faisant attraper par le col, le cuisinier ne réagi pas, toujorus perturbé par ce poing venu de nul part. Gabriel approcha son visage de celui de Scotty.

- Je t'interdis de poser la main sur moi ! Hurlat-il à Scotty. Comment oses tu seulement m'adresser la parole après ce que t'as fais à Esteban ?! T'as vraiment cru que t'allais t'en tirer comme ça ? Après avoir essayé de tuer un homme ?
- Je ... Le chef cuisinier n'eut pas le temps de continuer sa phrase. Gabriel avait repris la parole sans considérer le simple "je" de Scott.
- Je te jure, que si tu t'avise de lui refaire du mal, de croiser sa route ou ne serait-ce que de respirer le même air que lui...La prison à laquelle tu échappe en ce moment même, te paraîtra douce comparé au sort ce que je te réserve.
- Et bien qu'est-ce que tu attends pour commencer ce que tu as à faire ?!! Le cadet de la famille Matthews savait pertinement qu'il n'était pas en position de force. Pourtant, il pouvait inversé la situation car désormais, il n'avait plus rien à perdre. Je n'ai plus rien à perdre, Gabriel ! Alors fais ce que tu as à faire. Je vais même te faciliter la tâche. Scott attrapa alors les deux mains du sénateur qui s'aggripaient fortement à son col et les dirigea vers son cou avant de reserrer les doigts de Gabriel sur sa gorge. Tout est désormais entre tes mains. Tu n'as qu'une chose à faire : serrer. J'ai perdu celui que j'aime. Je viens de me faire virer alors que je sais très bien que je n'aurais jamais eut ce boulot sans avoir drogué l'autre chef cuisinier avant notre entretien. Je n'ai plus rien : plus d'amour, plus de travail, plus que moi et moi seul ... Alors je t'en prie, fais-le. A moins que ça ne soit trop difficile pour toi ? scotty fixait Gabriel, attendant sa future réaction.

      FLASHBACK. Mai 2009, 16:10. Four Seasons Hotel Miami, Miami, Floride, USA.

      Scott Matthews était en train d'attendre son entretien d'embauche en compagnie d'un autre chef cuisinier ayant beaucoup plus de compétence que lui. Il serait surement pris alors que lui retournerait tranquillement à Los Angeles pour continuer à être serveur dans son restaurant hupé de la cité des anges. C'était mieux que rien. Mais le nouveau chef cuisinier avait des ambitions bien plus grandes qui le menaient sans soucis à ce statut de chef cuisinier du Four Seasons Hotel Miami. L'autre concurrent partit aux toilettes. Se mordant les doigts, un dilemme se posa au jeune Matthews. Le choix fut rapidement clair. Il sortit deux somnifères de la poche de sa veste et les versa dans le verre de cet homme qui revint une fois les médicaments complètement dilué dans l'eau. Scott attrapa son verre d'eau et le but d'un coup.

      - Prêt pour cet entretien ? Demanda l'homme en question à regardant Scott avant qu'une femme ne l'interpelle pour le faire entrer dans le bureau de Monsieur Hoffmann.

      Le jeune Matthews observa sa démarche. Les somnifères commençaient à faire effet. A peine un quart d'heure plus tard, il resortit, énervé, et claqua la porte. L'assistante vint alors au jeune homme lui indiquant que c'était à son tour d'entrer dans le bureau. Prenant son courage à demain et sachant très bien que l'entretien précédent ne s'était pas déroulé au mieux, Scotty s'avança et serra la main de Monsieur Hoffmann. Il s'assit et son entretien débuta.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « Ascenseur Emotionnel » [Gabriel McA.] Jeu 14 Jan 2010 - 17:02

    En venant ici trouver Scott, le sénateur n'avait pas eu l'intention d'en venir aux mains. Il savait que la situation serait délicate à gérer. Qu'à la vue de sa proie, il serait sur le fil du rasoir, forcé de maitriser le fantôme d'une férocité dont il se savait capable. Il avait eu cinq ans pour changer, pas nécessairement en mieux, mais au moins avait il apaisé le fauve qui lui consumait les entrailles. Malheureusement, il n'avait pas prévu que sa claustrophobie serait également de la partie et qu'il devrait faisait preuve de toute la force de caractère dont il était capable pour ne pas franchir sa limite plus qu'il ne l'avait déjà fait en frappant Scott, dans un geste qui tenait plus de l'auto défense que d'une réelle agression.

    « Et bien qu'est-ce que tu attends pour commencer ce que tu as à faire ?!! Je n'ai plus rien à perdre, Gabriel ! Alors fais ce que tu as à faire. Je vais même te faciliter la tâche. » Gabriel le regardait sans comprendre. Il s'attendait à une tout autre réaction : colère, riposte, indignation, ou ne serait ce qu'un simple geste défensif mais au lieu de ça, Scotty saisit ses mains pour les faire remonter le long de son cou et y affirmer sa prise. S'offrant au bon vouloir du brun, hors de lui, qui peinait déjà à contenir le feu qui lui rongeait les sangs.
    « Tout est désormais entre tes mains. Tu n'as qu'une chose à faire : serrer. J'ai perdu celui que j'aime. Je viens de me faire virer alors que je sais très bien que je n'aurais jamais eut ce boulot sans avoir drogué l'autre chef cuisinier avant notre entretien. Je n'ai plus rien : plus d'amour, plus de travail, plus que moi et moi seul ... Alors je t'en prie, fais-le. A moins que ça ne soit trop difficile pour toi ? »

    Trop difficile pour lui ? Là n'était pas la question. « Le seul assassin dans cette pièce, c'est toi Matthews ! » siffla t-il avec dédain. La diatribe plaintive du jeune homme, à défaut de calmer l'animosité du sénateur, l'enfouissait sous le méprit sans borne qu'elle lui inspirait. Gabriel était de ceux qui avaient toujours fait face, il n'admettait pas la faiblesse, ni le laisser aller, à tel point qu'il peinait à comprendre la requête de Scott. Aussi le toisa t-il un instant dans un silence tendu, puis murmura entre ses dents « Tu n'en vaux même pas la peine... » avant de détacher ses mains de son cou et de s'écarter de lui en lui tournant ostensiblement le dos. Un homme devait se battre, toujours. Se relever s'il était jeté à terre, mais abandonner n'était pas une option. Au moins pouvait-on dire que si les meilleurs partaient les premiers, alors Scott Matthews avait encore de beaux jours devant lui. A cette pensée, un sourire acerbe trancha son expression dégoutée, repensant à ce que le jeune Matthews venait de lui révéler sur son travail. « C'est drôle quand même tu ne trouve pas ? » commença t-il sans se retourner, le regard fixe dans la pénombre « que se soient les mêmes drogues qui t'ont permit d'avoir ton job ici, et qui ont détruit ton couple... » Pas qu'il veuille se moquer ouvertement, mais sa colère était retombée et Gabriel sentait le stress de l'enfermement resserrer de nouveau son étreinte venimeuse. Un brin de conversation malsaine pour occuper son attention et chasser quelques secondes de plus cette phobie glacée qui lui redonnait déjà des vertiges. Qui sait, avec un peu de chance Scotty allait s'énerver à son tour et rendre la chose plus facile à gérer pour le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « Ascenseur Emotionnel » [Gabriel McA.] Jeu 14 Jan 2010 - 20:12


« Autrefois, quand on
manquait la diligence,
on patientait une semaine.
Aujourd'hui, on enrage quand
on rate l'ascenseur. »

B. McCormick

- A moins que ça ne soit trop difficile pour toi ? Scotty fixa Gabriel attedant une future réaction de sa part qui ne tarderait pas à arriver.
- Le seul assassin dans cette pièce, c'est toi Matthews ! Scotty ne répondit rien car il savait qu'il ne pouvait rien répondre face aux propos du sénateur McAllister. Il avait raison. Il avait totalement raison. Le seul assassin dans cet ascenseur n'était pas Gabriel mais bel et bien Scott Matthews. Tu n'en vaux même pas la peine ... Cracha-t-il à l'ex-chef cuisinier du Four Seasons Hotel avant de déserrer son main de sa gorge et de lui tourner le dos comme s'il n'était qu'une chose insignifiante à ses yeux. Ce qui était fortement plausible vu que Scott avait failli tuer son meilleur ami, Esteban Carson. C'est drôle quand même tu ne trouve pas ?
- De quoi tu parles ? S'interrogea Scott, ne voyant pas où son petit sénateur de Floride voulait en venir.
- Que se soient les mêmes drogues qui t'ont permit d'avoir ton job ici, et qui ont détruit ton couple ...

Scotty qui baissait les yeux les releva instinctivement. Gabriel l'attaquait ouvertement mais le jeune Matthews n'avait plus la force de rétorquer et l'attaquer en retour. Il était épuisé de se battre. Il était épuisé de se battre et de n'avoir aucuns résultats positifs au final. Alors Scott jetta l'éponge et se laissa aller là où la vie le menait. Il baissa à nouveau ses yeux, les posant sur son carton rempli d'affaire qu'il avait mis dans son casier. On pouvait y trouver sa tenue de cuisinier, un change, quelques sucreries au cas où une petite faim lui prenait avant ou après l'un de ses nombreux services et pour finir une photo de Maât et de lui, lors de leur retrouvaille à Miami peu après que le jeune Blythe ait quitté Darla. Cette photo représentait un moment de pur bonheur dans la vie de Scott qui ne se réprésenterait surement plus jamais, vu la tournure des évènements.

- Je ne trouva pas ça drole, personnellement. Dit-il avec une voix blessée. Mais si ça t'amuse, tant mieux. Rigole de la tristesse d'une vie puisque tu ne sais faire que ça apparement. Je t'en pris, ne te retiens pas parce que je suis là. De toute façon, j'en ai plus rien à foutre de vous tous. Alors faites-ce que vous voulez avec mes sentiments et ma triste vie.

Scott s'approcha de Gabriel une nouvelle fois. Il se posa derrière lui puisqu'il lui tournait toujours le dos comme un malpoli. Mais le cuisinier ne pouvait relever ce détail trop préocupper par sa vie qui devenait de jour en jour un véritable enfer.

- Plus rien ne m'amuse. Plus rien ne me fait rire. J'essais juste de vivre au jour le jour et tu sais ce qui me remonterait un peu le moral en ce moment ? Le jeune Matthews approcha un peu plus son visage de celui de Gabriel. Il s'approchait encore plus pour qu'il n'y est plus que quelques millimètres qui les sépare. Il retourna alors violement le sénateur et lui léchouilla langoureusement la joue avant de se retirer. Merci, mon petit Gabriel. Je ne serais peut-être plus le seul à me sentir perdu et dégouté après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: « Ascenseur Emotionnel » [Gabriel McA.]

Revenir en haut Aller en bas
 

« Ascenseur Emotionnel » [Gabriel McA.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Four Seasons Hotel Miami-