AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 'cause you're there when i need you | sami

Aller en bas 

Bethany Winters

messages : 44
name : ninon.
face + © : lulu wilson, @diditmyself.
points : 82
age : fifteen, too young to take care of everything but she does anyway.
♡ status : she has a crush on one of her classmates, nothing serious tho.
home : an old house on pioneer oak (26) w/ her siblings.

'cause you're there when i need you | sami Empty
Message· · Sujet: 'cause you're there when i need you | sami 'cause you're there when i need you | sami EmptyVen 15 Mar - 19:43

Jamais, Ô grand jamais Bethany aurait pu penser qu'aller à l'école serait plus fatigant que passer son temps à la maison à s'occuper de Robin et des quelques trucs que Tommy aurait oublié de gérer. Ces derniers temps, depuis que Tommy et Sami se sont (ré)installés à la maison, les choses sont plus calmes. Bethany a plus de temps pour elle et peut se permettre de vivre un peu plus librement, donc de respecter la promesse qu'elle a faite à Tommy il y a quelques semaines de cela. "Je te promets d'aller plus en cours." Huit mots très simples qui pourtant lui provoquent une douleur insoutenable, une promesse qu'elle n'est, au fond, même pas sûre de pouvoir tenir tellement l'école la repousse. La masse de travail qu'on lui donne (à laquelle elle est pourtant habituée), les rumeurs infondées qui circulent à son sujet, sa classe remplie de gamins qui lui donnent envie de s'arracher les oreilles pour qu'elle cesse d'entendre leurs rires débiles. L'école, c'est devenu une vraie corvée pour la petite blondinette. Une énorme corvée qu'elle a décidé de lâcher il y a bien longtemps pour retrouver la chaleur de son domicile, mais dont elle essaye aujourd'hui de s'occuper avec bien du mal.

17h30. Elle passe les barrières du collège, son sac à dos en bandoulière. Elle prend le temps d'enfiler ses écouteurs et de lancer l'une de ses playlists avant de prendre la route et d'emprunter le chemin qui la ramènera chez elle. Elle en a pour quelques minutes. Le trajet est plus long depuis que son vélo a crevé il y a plusieurs semaines. Son grand frère était censé s'en occuper mais il l'a oublié, et il semble bien qu'elle aussi. Pas grave, ça lui permet de prendre l'air, de passer plus de temps sur la route avant de rentrer à la maison et de s'écrouler dans son lit comme elle le fait ces derniers jours, depuis qu'elle est retournée en cours.

Il fait beau, et elle aperçoit quelques enfants marcher avec leurs parents sous ce ciel ensoleillé, les parents portent le sac de leurs progénitures sur le dos pendant que les petits courent dans tous les sens, trop près de la route à son goût, sous les avertissements de leurs parents qui n'ont pas l'air d'y prêter trop attention.

Comme à son habitude, elle s'arrête à la boulangerie le temps d'un quart d'heure pour la petite rencontre régulière qu'elle entretient avec le boulanger toutes les semaines. Il est vieux, il ne sait pas utiliser un téléphone... alors elle lui donne les résultats du loto auquel il participe, puis en échange, il lui offre quelques-unes des pâtisseries invendues. La plupart du temps des croissants, des beignets ou des petits pains au chocolat. Beth quitte la boulangerie avec un sachet dans les mains, un croissant à la main. Elle se régale, et Dieu sait qu'elle pourrait en manger à chaque repas, ces trucs-là. Elle accélère le rythme, puis en quelques instants, elle atteint Pioneer Oak. Elle jette un coup d'oeil à l'allée de leur garage,au loin, et ne voit aucune voiture, aucune activité. Personne n'est rentré à la maison, à part peut-être Ollie qui a terminé plus tôt que sa sœur. Un simple coup d'oeil à son téléphone permet à Beth de remarquer que Charlotte n'a pas besoin d'elle pour Robin, et que rien ne l'empêche donc d'aller rendre visite à Sami, le petit-ami de son frère qui s'installe en ce moment-même de l'autre côté de la rue après qu'un incendie ait décimé son précédent domicile.

Elle prend le temps d'envoyer un message à Oliver et Tommy pour prévenir qu'elle se rend chez Tommy pour leur éviter de s'inquiéter, puis marche jusqu'à arriver sur le seuil de la porte de son nouveau domicile. La petite blonde tape à la porte, puis pose sa main sur la poignée avant de se glisser à l'intérieur. Ils ont tous les deux pris cette habitude, l'un comme chez l'autre. Elle frotte ses chaussures contre le tapis à le tapis à l'entrée puis fait son entrée dans la cuisine où elle dépose le sac en plastique rempli de bonnes choses. "Tu t'en sors ?", qu'elle lui dit en le voyant continuer de bosser d'arrache-pied, comme il n'a pas arrêté de le faire ces derniers jours. Elle se débarrasse de sa veste et la jette sur le canapé encore couvert d'une bâche. Elle ne peut s'empêcher de sourire, pas après la drôle d'aventure qu'elle lui a fait vivre quelques jours plus tôt par SMS. "Une petite faim ?", elle ouvre le sachet et en sort une pâtisserie qu'elle met directement entre les dents tout en s'approchant de son beau-frère, souriant en coin.

_________________
winters are coming

you are a dream that the world once dreamt and now you are part of its song. that’s why you are here, in the place where you’re meant, for this is right where you belong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
god lies between your fingertips.

Sami Harsha

messages : 3986
name : faustine.
face + © : zayn ⋅ ©self.
multinicks : resen ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie.
points : 5966
age : twenty six.
♡ status : madly in love with tommy.
work : projectionist @ arc light.
home : a small cosy house on pioneer oak (8).

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | alma, emerson, oliver, tommy VI, shiloh / next: mila.

'cause you're there when i need you | sami Empty
Message· · Sujet: Re: 'cause you're there when i need you | sami 'cause you're there when i need you | sami EmptyDim 5 Mai - 14:18

'cause you're there when i need you
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@bethany winters - 2 mars 2019

Yaser avait quitté la maison une heure plus tôt, après avoir serré son fils dans ses bras, le menton sur son épaule et un sourire au coin des lèvres. Depuis que les clefs étaient atterries entre les mains du nouveau locataire, la maison devenant celle de Sami pour un temps imparti, il avait insisté pour venir l'aider chaque fois que son emploi du temps le lui permettait, désireux d'offrir à son enfant la stabilité qu'il – selon lui – méritait amplement, et le luxe d'un chez soi remis à neuf. Il comprenait pourquoi Sami avait choisi celle-ci quand l'occasion s'était présentée. Plus que le cadre de vie ou la maison en elle-même (assez petite : les pièces de vie étaient de taille moyenne, une petite chambre au rez-de-chaussée et une autre à l'étage, avec la salle de bains ; à taille suffisante pour une personne vivant officiellement seule, avec le luxe d'un petit jardin clôturé pour le plus grand bonheur de Daniel), l'emplacement était idéal, à cent, peut-être deux cents mètres de la maison des Winters. Sami n'avait même pas essayé de démentir quand son père avait souligné ce point : c'était bien ça, plus que tout le reste, qui l'avait poussé à signer le bail, quitte à devoir repeindre la plupart des murs pour leur donner un coup de jeune, ou simplement les mettre à son goût. Avantage de la situation : les travaux manuels étaient devenus monnaie courante pour les Harsha, avec la nécessité de garder les écuries en bon état au fil des longues années qui s'étaient écoulées depuis l'achat de la propriété. Et, s'il n'était en apparence pas le mieux placé pour s'en charger – pas de muscles saillants cachés sous ses t-shirts souvent un peu trop larges, une silhouette longiligne plus habituée à être trop fine que « dans la norme » –, Sami avait rapidement pris l'habitude d'aider quand il était nécessaire de le faire, et donc de s'en sortir en cas de travaux du quotidien. Son père, pourtant, se refusait à le laisser tout seul quand personne d'autre n'était en mesure de venir, et le jeune Harsha ne se voyait pas lui refuser l'entrée de sa nouvelle demeure, quand bien même il jugeait que son père en faisant trop pour l'aider. Les derniers mois n'avaient pas été les plus à même de leur offrir du temps passé à deux ; Sami avait quelque peu déserté le domicile familial, plus encore que d'ordinaire, pour se lover dans son histoire avec Tommy et, ensuite, pour chercher à régler au plus vite les différents problèmes survenus à cause de l'incendie de son ancien appartement. Ses passages ne se faisaient plus qu'en coup de vent pour la majorité, ou concentrés sur l'aide à apporter aux écuries et aux chevaux. Alors, se doutant qu'il ne s'agissait pour Yaser que d'une excuse pour pouvoir passer du temps avec son fils, il se refusait de le mettre à la porte lorsque son aide était proposé pour avancer un peu plus vite dans les travaux. Après le départ de son père, Sami s'était dit qu'il ne continuerait plus pendant des heures aujourd'hui ; les peintures de la cuisine étaient bientôt finies, à quelques détails près, et le bruit d'une main contre la porte d'entrée lui confirma qu'il n'irait probablement pas plus loin dans l'après-midi. Tournant la tête et découvrant la chevelure blonde sur la petite silhouette de Beth, un sourire étira doucement ses lèvres, alors qu'il haussa les épaules. « Je commence à voir le bout. Après ça il restera plus que l'étage à faire, et ça devrait être bon. » Dans un souci de s'approprier l'endroit, Sami avait voulu le faire sien en redécorant à sa façon, en remplaçant le blanc vieilli, presque jaunâtre, par des couleurs qui lui convenaient bien mieux, le mettait à l'aise et lui permettait de recréer ce qu'il imaginait, à sa façon, comme un intérieur plus chaleureux. Doucement, il secoua la tête à la proposition de piquer quelque chose dans le sac, toujours loin d'être un adepte des grignotages entre les repas, et claqua un rapide baiser contre sa tempe quand elle s'approcha de lui. « Ça va, merci. » Il récupéra finalement son rouleau, le trempa à nouveau dans la peinture, et recommença à fignoler les détails quant à la couleur de sa nouvelle cuisine. « Alors, c'était comment les cours ? Tes profs se souviennent de toi ou ils te prennent pour une nouvelle élève ? » Un sourire taquin au coin des lèvres, il tourna la tête vers elle et lui lança un regard appuyé, faisant par ce biais référence à la situation délicate dans laquelle elle avait réussi à le glisser avec cette histoire d'appel de la part de son professeur principal.

_________________

- i been feeling h i g h when i touch your body / all i want, all i ever wanted, it's in front of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
'cause you're there when i need you | sami
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fanmi Lavalas; Reflexion des haitiens d'Europe
» SAMI CANICHE M ABRICOT 12 ANS CHERCHE SA FAMILLE DPT 37
» Sami Zayn veut changer la perception des arabes à la WWE
» Si demain ✎ Kevin Owens & Sami Zayn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak-
Sauter vers: