Partagez
 

 anywhere else but here. (j/r)

Aller en bas 
a softer beginning

Resen Harwell

messages : 1126
name : faustine.
face + © : lp ⋅ ©self, tumblr.
multinicks : sami ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy.
points : 1613
age : twenty eight.
♡ status : officially no time for that, maybe sorta kinda dating two women at the same time.
work : professional boxer (super-middleweight category), bodyguard.
home : crescent lane with finn, marvin and carter.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | carter, citra, finn, gaelan, marloes, jude, marvin, (raph).

anywhere else but here. (j/r) Empty
Message· · Sujet: anywhere else but here. (j/r) anywhere else but here. (j/r) EmptyJeu 4 Avr - 12:28

And I wish that I could (snap my fingers) make myself disappear
Get myself outta here, oh oh, I'd rather be anywhere else
Anywhere else, anywhere else but here

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@jude dyer - 4 avril 2019


Marvin était en retard. Le constat n'avait, cependant, rien de surprenant : depuis le temps qu'il le connaissait, Resen n'avait jamais eu l'opportunité d'expérimenter une arrivée à l'heure de son meilleur ami aux rendez-vous qu'ils se fixaient. Avec les années, il avait pris l'habitude de lui donner un horaire avant celui auquel il voulait le voir, et d'arriver lui-même en retard à leurs rendez-vous. Si ça n'empêchait pas Harwell d'attendre après lui, au moins s'estimait-il heureux de voir, en temps normal, son attente réduite par rapport à ce à quoi il avait pu être habitué auparavant. Mais ce soir était une exception nouvelle : accoudé à la table du Davies' où il avait pris place, il avait déjà pu voir l'horloge de son téléphone grossir d'une bonne trentaine de minutes, lui arrachant un roulement d'yeux dans lequel l'énervement ne perçait pourtant pas. L'un pour l'autre avaient eu l'habitude de nourrir mutuellement une tolérance accrue à laquelle le reste de la race humaine n'avait pas toujours le droit. Resen passait alors l'éponge sur les retards incessants de son meilleur ami, qui lui parvenait à souffler sur l'entêtement dont faisait preuve le boxeur à bien des égards, et qui parvenait à gratter les limites de la patience des uns et des autres qu'il rencontrait à certaines occasions. C'était peut-être en ça qu'ils se complétaient si bien, les deux : ils savaient accepter les défauts de l'autre la plupart du temps, faire preuve d'une bienveillance à ne pas tant en douter, et pour cette simple raison, Resen savait trouver en lui une patience qu'il ne parvenait pas à avoir avec d'autres personnes, la plupart du temps. Son verre à la main alors que dix heures approchaient lentement mais sûrement sur les différentes horloges, il le porta à ses lèvres pour les y tremper et laisser la mousse de sa bière mourir contre sa bouche. Dans une recherche de distraction, son regard vacilla çà et là sur les personnes présentes dans le bar, observant brièvement certaines silhouettes qui lui semblaient familières, s'attardant sur celles qu'il ne connaissait pas encore. Plus d'un an après qu'il ait mis les pieds en ville, Resen se rendait compte qu'il ne connaissait pas encore grand monde ; trop plongé dans son quotidien exigeant et qu'il ne voulait pas laisser de côté, jonglant entre son job de bodyguard et les combats pour lesquels il s'entraînait à chaque jour que Dieu offrait,  il ne prenait pas toujours le temps de s'arrêter et de s'intéresser aux gens qui l'entouraient. Les visages, il parvenait à les reconnaître. Les caractères, parfois même simplement les prénoms, par contre, étaient rangés dans un coin de sa mémoire bien trop profond pour qu'il y ait encore accès, à part une poignée de personnes qu'il parvenait à connaître et, parfois, apprécier. Buvant une nouvelle gorgée de sa bière jusqu'à la terminer, il se redressa de sa table et, le téléphone glissé dans la poche arrière de son jean, se dirigea vers le bar pour commander la même chose, guettant vers la porte dans l'espoir d'y voir apparaître prochainement les traits de Marvin. Sa nouvelle pinte à la main, il fit un demi-tour sur lui-même, s'excusant auprès des gens entre lesquels il s'était faufilé pour atteindre le comptoir de bois et de zinc, et fit un premier pas pour retourner vers la table qu'il avait gardée pour eux jusque-là. C'est là que l'enchaînement eut lieu. Il évita une première personne à la démarche titubante et, laissant un petit sourire poindre sur ses lèvres en la suivant du regard, ne fut pas en mesure de voir la suivante s'approcher jusqu'à entrer en collision avec lui, renversant une partie de la bière sur Resen, dont les sourcils se haussèrent un bref instant. Rattrapant de sa main libre la personne dont il n'avait toujours pas vu le visage, il la remit sur ses pieds et s'apprêta à ouvrir la bouche pour lui demander si tout allait bien quand il reconnut les deux billes vertes qui vinrent à la rencontre de ses propres yeux. D'un haussement, ses sourcils se froncèrent finalement face au visage qu'il n'avait pas oublié malgré les longs mois qui s'étaient écoulés depuis leur dernière rencontre, et il sentit ses traits se raidir un peu en échappant un soupir à l'encontre du garçon qui lui faisait face. « Dites-moi que c'est une blague, » il marmonna dans sa barbe et secoua la tête. Jude Dyer était un cauchemar. Il gardait, de leurs mois de travail ensemble, l'image d'un gamin capricieux et désagréable, arrogant et, il était vrai, détestable aux yeux d'Harwell, qui avait eu envie à plus d'une reprise de claquer la paume de sa main contre ses joues rougies par l'ivresse, pour tenter de ramener un peu de conscience dans son regard perdu là où la came avait bien pu l'emmener. La fin de son contrat avec lui avait été perçue comme une chance, et depuis son expérience avec lui, Resen refusait les starlettes de son acabit : trop d'emmerdes pour trop peu de respect en retour. Relâchant son bras d'autour du chanteur, il le détailla un bref instant et eut l'impression de se retrouver face à un souvenir plus qu'une réalité. Un sourcil arqué et du jugement dans le regard, il l'examina, de haut en bas et de bas en haut, avant de secouer la tête. « Faut croire que certaines choses ne sont pas faites pour changer. » Retrouver aujourd'hui Jude Dyer, dans un bar, l'ivresse montée à la tête, ne l'étonnait pas vraiment, mais peut-être que le spectacle parvenait à le désoler quand même.

_________________
[ The rosy gleam of his lip, the fevered gleam of his eyes. There was not a line anywhere on his face, nothing creased or graying; all crisp. He was spring, golden and bright. Envious Death would drink his blood, and grow young again. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beneath the sheets of paper lies my truth

Jude Dyer

messages : 1977
name : nepenthès
face + © : harry styles. + © faustine
multinicks : garett - charlotte - ellie - naaji - filip - diane
points : 1937
age : 25 y.o.
♡ status : in a long distance relationship.
work : starting from the bottom of music industry.
home : cute flat in bridgwater way.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●●● - (s1 : elvis // s2 : resen ; isaiah ; sofia ; norrie)

anywhere else but here. (j/r) Empty
Message· · Sujet: Re: anywhere else but here. (j/r) anywhere else but here. (j/r) EmptyMer 1 Mai - 16:49

Il devait être content. Et il l’était en un sens. C’était l’opportunité d’une vie et il avait bien trop commis d’erreur par le passé pour laisser celui qu’il aimait perdre sa chance, quant bien même cela entraînait leur séparation. Ce n’est que pour un temps, s’entendait-il lui dire encore. Le bolchoï, ça ne se refuse pas. C’est la chance de ta vie, tu dois la saisir. Finalement, le chanteur s’était presqu’autant convaincu qu’il avait convaincu Isaiah. Il l’avait accompagné à l’aéroport, portant ses bagages, lui tenant la main en public comme il le faisait depuis son coming out intervenu des mois plus tôt et qui l’avait libéré d’un poids sur les épaules bien trop lourds pour les épaules pourtant pas si frêles de la rock star. Il l’avait embrassé une dernière fois, se promettant de s’appeler dès que le réseau le permettrait mais surtout faisant promettre au jeune danseur de profiter de chaque instant comme si celui-ci était le dernier. Il ne connaissait que trop bien les épreuves qu’il avait traversées et celles qui lui restaient en chemin. Jude ne voulait pas être l’une de plus. Alors il lui avait souri et secoué la main comme un au revoir qui résonnait en lui comme un adieu. Sur le chemin du retour, son regard avait été attiré par les néons d’un bar, plus séducteurs encore que les chants d’amour mortels des sirènes, et les habitudes étaient revenues au galop, dans une cavalcade discrète qu’il avait tue à tous ses proches. Sa sœur avait désormais une famille heureuse et unie auprès de laquelle il jouait l’oncle rigolo et cool. Ses amis étaient partis les uns après les autres vers des avenirs radieux : seuls Alexandrine et lui demeuraient, contre toute attente, à Windmont Bay tentant de se trouver ou de se retrouver. La hache de guerre avait été enterrée avec certains et il devait bien avouer qu’il se sentait bien plus apaisé. Alors pourquoi revenir chaque jour s’acoquiner avec ses anciens démons ? S’il était si heureux, il n’avait pas besoin de ces paradis artificiels qui tentaient de l’attirer, pour le moment en vain, de leurs danses lugubres.

Aujourd’hui comme les jours précédents, il laissait cependant le léger plaisir de l’ivresse l’amener en douceur vers un état d’inconscience où il était bien, à sa place. Tandis qu’il s’apprêtait à porter sa deuxième bière de la journée à ses lèvres, s’éloignant du bar pour se rapprocher de la table qu’il occupait avec ses compagnons d’ivresse du jour, un type plutôt baraqué le percuta, renversant la moitié de sa bière sur ses propres vêtements. « Oh non ! » ne put-il s’empêcher de s’exclamer, bien trop atteint par la perte de la moitié du précieux liquide que par l’état dans lequel se trouvait désormais celui qu’il venait de rencontrer avec pertes et fracas. Ou plutôt de retrouver. Dépité, adressant une petite moue emplie de déception à son verre qu’il regardait auparavant avec amour, il releva un regard de chiot battu vers l’odieux personnage qui lui avait fait perdre au moins 3 $ et l’avait privé de ce plaisir de la première gorgée de bière. Il le connaissait. Son visage lui disait clairement quelque chose et la réciproque semblait vraie mais Jude n’arrivait pas à bien le situer. Les sourcils froncés il le détailla et ce n’est que lorsque son regard se porta sur le bras et les tatouages qu’il comportait, le torse du jeune homme qu’il devinait sous son t-shirt trempé de bière que le déclic se fait. Immédiatement, une lueur s’alluma dans le regard du chanteur et un large sourire se dessina sur ses traits. « Resen ! » Il me prit immédiatement dans les bras, le serrant chaleureusement. Il se souvenait maintenant. Comment avait-il pu oublier ce torse qu’il avait eu l’occasion de jeter un regard discret de temps en temps à l’époque où ce dernier travaillait comme garde du corps de celui qui était le chanteur hype du moment. Il se détacha de lui et fit une grimace. « Oh je suis désolé, je t’ai tâché. » Il posa un regard sur lui-même, son propre t-shirt étant lui-même humide de bière, ne réalisant pas que c’était en réalité l’inverse. Il épousseta du mieux qu’il pouvait le haut de son interlocuteur et tenta de d’excuser. « J’suis désolé. File moi ton t-shirt et je l’amènerai au dressing. » Il claqua des doigts. « Ou non, viens je vais te le laver de suite. Ils ont des lavabos dans les toilettes. » Il passa un bras sur les épaules de son ancien garde du corps, vraisemblablement ravi de le retrouver. « Ca me fait super plaisir, tu deviens quoi ? » La perte de la moitié de sa bière était apparemment déjà oublié.

_________________
so excuse me forgetting, but these things i do. you see, i've forgotten if they're green or they're blue. anyway, the thing is, what i really mean it's yours are the sweetest eyes i've ever seen and you can tell everybody this is your song. it may be quite simple, but now that it's done, i hope you don't mind that i put down in words how wonderful life is, now you're in the world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a softer beginning

Resen Harwell

messages : 1126
name : faustine.
face + © : lp ⋅ ©self, tumblr.
multinicks : sami ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy.
points : 1613
age : twenty eight.
♡ status : officially no time for that, maybe sorta kinda dating two women at the same time.
work : professional boxer (super-middleweight category), bodyguard.
home : crescent lane with finn, marvin and carter.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | carter, citra, finn, gaelan, marloes, jude, marvin, (raph).

anywhere else but here. (j/r) Empty
Message· · Sujet: Re: anywhere else but here. (j/r) anywhere else but here. (j/r) EmptyVen 3 Mai - 19:01

Le constat de la situation était désolant mais aussi rapide à faire : il aurait préféré se retrouver n'importe où plutôt qu'ici, avec n'importe qui qui n'aurait pas été Jude Dyer. C'était de notoriété commune que de savoir la règle de l'univers disant que tout à chacun rencontrait, un jour, la personne qu'il aimerait le moins – ou détesterait le plus, selon le vocabulaire préféré du ou de la principal(e) intéressé(e). De toutes les personnes que Resen avait pu rencontrer jusqu'à présent, Jude Dyer était en pole position pour obtenir ce titre, dans l'existence d'Harwell. Les souvenirs qu'il gardait de lui n'avaient rien de plaisant, et aucun bon moment ne semblait être associé au garçon dans la mémoire du boxeur, en dehors de la paye reçue à chaque fin de (long, très long) mois qu'il vivait auprès du chanteur. Il ne comprenait pas l'admiration que les gens avaient pour lui, quand lui vivait avec la starlette du moment et voyait son comportement autodestructeur et la façon avec laquelle il s'adressait à son garde du corps durant ses soirées de perdition. Il n'y avait pas eu de respect de la part de Jude envers Resen, ainsi Resen avait-il choisi d'adopter la même façon d'être avec le chanteur et de ne lui accorder aucun respect, pas même celui de l'employeur. Il se souvenait de ces nuits où il finissait à bout de nerfs à cause de lui, de ces démangeaisons qui pointaient jusque dans le bout de ses doigts à cause de l'envie de claquer sa main contre sa joue pour, à défaut de le faire redescendre sur Terre et parmi les vivants, réussir à exorciser un peu de cette colère qu'il nourrissait contre le garçon, mêlée à un sentiment blasé dont il ne parvenait pas plus à se défaire et dont le mix des deux lui faisait parfois tourner la tête. Resen n'avait jamais regretté son choix de ne pas renouveler son contrat, avait arrêté de s'intéresser au cas Dyer à partir du moment où il avait laissé son job à quelqu'un d'autre, et ne s'était plus stoppé sur les articles et autres émissions faites à son sujet ; ça ne faisait plus partie de sa vie, et ça lui convenait très bien comme ça. Il avait, depuis, également appris à refuser les contrats avec les stars qui lui inspiraient la même chose que lui, pour s'éviter le malheur de devoir revivre la même histoire avec d'autres. À Windmont Bay, il ne s'attendait pas à retomber sur lui – ou que Jude lui retombe dessus, pour être plus précis. Il ne s'y attendait pas, ne l'espérait pas, et le simple fait de l'avoir à nouveau face à lui lui donnait envie de rouler si fort les yeux qu'ils seraient probablement en mesure d'apercevoir l'intérieur de son crâne. Un soupir bruyant lui échappa quand Jude exclama son prénom, comme s'il s'agissait d'une bonne nouvelle qu'ils retombent l'un sur l'autre. Non. Tout son corps sembla se crisper en sentant les bras du garçon s'enrouler autour de lui et, mordant l'intérieur de ses joues, Resen attrapa ses épaules et chercha à le décoller de lui comme il le pouvait, avant de soupirer vers lui. « Jude Dyer qui s'excuse. Est-ce que je suis en train d'halluciner, ou t'as enfin appris à respecter ton prochain ? » Son ton était aussi froid qu'il était en mesure de le faire, sa voix sonnant plus grave qu'à l'ordinaire à l'encontre du brun. Nouveau soupir. Resen tenta de lui faire retirer ses doigts de son torse, secouant la tête avec agacement tout en continuant de serrer les dents ou de mordre l'intérieur de ses joues. « C'est bon, arrête ça, stop. » Il attrapa les poignets du chanteur quelques secondes avant de les relâcher, après s'être assuré qu'il ne viendrait plus tripoter son torse comme il le faisait. À son grand damne, la verve de Jude était rapide et, alors qu'il ouvrait la bouche pour réfuter la proposition hallucinante qu'il lui faisait, Resen fut couper à nouveau et se sentit se crisper un peu plus quand il passa un bras autour de son épaule et commença déjà l'emmener avec lui. Il dut serrer les poings pour en retenir un d'atterrir contre le nez – probablement stupidement adulé comme tout le reste de sa personne – du garçon, se stoppant en chemin et lui faisant retirer son bras avec une brutalité qu'il n'avait pas prévue, malgré son énervement sévèrement marqué. Ce ne fut pourtant pas une raison suffisante pour lui s'excuser et, à la place, il lança un regard ahuri aux deux pupilles vertes posées sur lui avec un air... curieux ? « Je peux savoir à quoi tu joues ? Pourquoi t'agis comme si on était de vieux potes qui venaient de se retrouver ? Tu me crois vraiment suffisamment stupide pour avoir oublié comment tu m'avais traité ? » Il secoua la tête dans un énième soupir avant de baisser le regard vers son t-shirt trempé de bière, dont l'odeur semblait déjà commencer à imprégner le tissu. Cette soirée commençait mal, vraiment très mal et, alors qu'il jeta un coup d'œil à la salle, il ne vit toujours pas de signe de vie de la part de son meilleur ami et renonça à l'attendre ici. D'un mouvement de main, il désigna la porte des toilettes devant laquelle Jude se tenait. « Tu permets ? » Il attendit que le chanteur se décale un peu, passa à côté de lui et entra dans la pièce en retirant son t-shirt pour le passer sous l'eau, avec un peu de savon, et commencer à frotter. Sa sœur avait su, fut une époque, qu'il avait bossé pour lui, et elle lui avait dit il y a quelque temps qu'elle avait lu un article comme quoi, apparemment, il avait réussi à revenir sur le droit chemin et à arrêter ses conneries. L'image qu'il lui avait renvoyée ce soir n'avait pourtant rien d'un Jude sobre de toutes ces saloperies qu'il prenait, et dans un soupir, Resen se demanda ce qu'il avait bien pu se passer pour qu'il perde sa volonté, une fois de plus.

_________________
[ The rosy gleam of his lip, the fevered gleam of his eyes. There was not a line anywhere on his face, nothing creased or graying; all crisp. He was spring, golden and bright. Envious Death would drink his blood, and grow young again. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beneath the sheets of paper lies my truth

Jude Dyer

messages : 1977
name : nepenthès
face + © : harry styles. + © faustine
multinicks : garett - charlotte - ellie - naaji - filip - diane
points : 1937
age : 25 y.o.
♡ status : in a long distance relationship.
work : starting from the bottom of music industry.
home : cute flat in bridgwater way.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●●● - (s1 : elvis // s2 : resen ; isaiah ; sofia ; norrie)

anywhere else but here. (j/r) Empty
Message· · Sujet: Re: anywhere else but here. (j/r) anywhere else but here. (j/r) EmptySam 8 Juin - 14:36

« Ouais… » répondit-il, légèrement gêné aux entournures. Jude avait changé depuis la dernière fois où il avait croisé la route de son ancien garde du corps, ou plutôt depuis que ce dernier avait claqué la porte en jurant de ne plus jamais, ô grand jamais se retrouver à travailler avec le chanteur lancé sur la voie du succès. Il fallait bien avouer qu’à l’époque, le jeune homme originaire de Windmont Bay n’était pas l’être le plus facile du monde. Il était arrogant, égocentrique, un brin diva sur les bords, égoïste avec une tête qui avait encore du mal à passer les portes. Rien d’étonnant après tout vu combien il était traité par son entourage qui le portait aux nues, lui faisant décoller hors du sol et ne pas se rendre compte de la personne exécrable qu’il était devenue, bien loin du jeune chanteur timide sur les bords et aux émotions en émois. Il n’avait certes aucune excuse pour son comportement d’alors, si ce n’est que derrière cette attitude exécrable se dissimulait un jeune homme, à peine sorti de l’adolescence, qui avait a priori tout pour lui mais qui en définitive n’avait jamais été plus malheureux. Il avait alors perdu tous ses repères, s’était éloigné de sa famille sans réellement prendre de nouvelles et moins encore se ressourcer auprès d’eux, avait tourné le dos à ses meilleurs amis et les avait rayé de sa vie (ou inversement pour être tout à fait exact) et était devenu la personne qu’on voulait qu’il soit. Ses amis estimaient qu’il était devenu une starlette sans cervelle, il deviendrait une starlette sans cervelle. Son nouvel entourage le portait aux nues, n’ayant de cesse de vanter son talent et son allure, il deviendrait ce demi-dieu musical dont le seul nom provoquait une hystérie dans la population préadolescente du pays de l’Oncle Sam. Peu importe ce qu’il écrasait sous son passage. « Comme quoi tout arrive. » plaisanta-t-il à moitié en haussant les épaules. Il avait parcouru du chemin depuis la dernière fois et si pour le petit brun, cela paraissait une évidence, il ne réalisait pas forcément que les anciens fantômes d’un passé qu’il avait voulu oublié et que ses avocats avaient permis d’enterrer avec talent et espèces résonnantes. Car après tout comment ces fantômes pouvaient savoir ce qu’il avait traversé durant l’année précédente alors même qu’il s’était terré dans sa ville natale et que ses agents avaient entrepris de le rayer de la surface des réseaux sociaux avec la complicité salutaire de Jude. Tout au plus, la face du monde avait appris son coming out pour qui s’y intéresser. Mais qui pour savoir qu’il avait fait son mea culpa à toutes les personnes qu’il avait blessé lorsque l’alcool et les multiples drogues avaient fait de lui un monstre qu’il refusait de voir ? Qui pour savoir qu’il avait retrouvé un équilibre après avoir touché le fond ? Qui pour savoir qu’aujourd’hui, il avait enfin touché du but ce qu’il avait recherché en revenant sur les traces de son enfance ? Si ce n’est ceux qui avaient été à ses côtés dès le début.

Jude grimaça devant le rejet pourtant non surprenant de Resen et récupéra son restant de bière qu’il termina d’un trait. Il avait certes changé mais certaines choses demeuraient malgré tout et malgré lui. Son estomac pouvait témoigner en justice de ce que les mauvaises habitudes ne disparaissaient jamais totalement. Il s’écarta afin de laisser la place à son ancien garde du corps pour que ce dernier se rendre aux toilettes et ne commence à nettoyer son t-shirt passablement imbibé. Le chanteur hésita quelques secondes avant de se décider à lui emboîter le pas et quitter l’atmosphère bruyante et étourdissante du bar pour celle plus feutrée et tout aussi odorante des toilettes. Il observa en silence Resen pendant quelques instants, ne se souvenant pas qu’il ait autant de tatouages. Peut être qu’il en avait fait d’autres. Ou, plus sûrement, que la mémoire de Jude était défaillante, ce dernier n’ayant jamais prêté davantage d’attention à toute personne qu’autre lui-même à l’époque où Resen était à son service. « J’étais un petit con, einh ? » Sa voix légèrement rendue rauque par l’alcool qui remuait déjà dans son estomac perça le silence relatif des lieux alors que d’autres individus de sexe masculin entraient et sortaient en fonction de leur périnée. Il se posa, dos contre le mur situé à côté du lavabo, tête reposant en arrière et son regard se posant sur les néons clignotants des lieux qui offraient une lumière blafarde et nullement avantageuse à leurs occupants temporaires. Il ne put cependant de sourire en reposant à une scène qui perçait dans sa mémoire floue. « Je t’ai pas pissé une fois dessus ? » se remémora-t-il. Dans le flou inhérent de la drogue et de l’alcool d’alors, il se rappelait une histoire de ce type. « Je t’avais pris pour un arbre tellement tu bougeais ni ne mouftais pas. » Il se gratta le crâne. Ou alors il confondait. « Ou dans le seau d’une femme de ménage alors qu’elle était en train de nettoyer. » Les sourcils froncés, il continua de titiller sa mémoire fuyante. « Ou dans une bouteille en avion ? » Il secoua la tête. Peut être même les trois. « Toujours est-il que j’étais un petit con et je m’excuse Resen. » Les premières fois qu’il avait dû prononcer ces quelques mots avaient été difficiles pour quelqu’un d’aussi fier que Jude. C’était la raison pour laquelle il s’agissait d’une étape de guérison. Mais plus il les avait dit, plus c’était devenu facile et normal pour lui. « C’est un peu tard et ça ne changera pas ce qu’il s’est passé mais j’ai conscience maintenant que je n’aurais jamais dû me comporter comme ça. Tu ne méritais pas ça. Aucun d’entre vous ne le méritais. » Il baissa la tête et lui adressa un léger sourire.

_________________
so excuse me forgetting, but these things i do. you see, i've forgotten if they're green or they're blue. anyway, the thing is, what i really mean it's yours are the sweetest eyes i've ever seen and you can tell everybody this is your song. it may be quite simple, but now that it's done, i hope you don't mind that i put down in words how wonderful life is, now you're in the world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




anywhere else but here. (j/r) Empty
Message· · Sujet: Re: anywhere else but here. (j/r) anywhere else but here. (j/r) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
anywhere else but here. (j/r)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: good times at daveys-
Sauter vers: