AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 through the dark. (a/k)

Aller en bas 
[half heaven, half hell]

Kelley Larkin

messages : 587
name : faustine.
face + © : db ⋅ ©lunaeye, wilde.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ amber ⋅ scott ⋅ kate ⋅ billie.
points : 6
age : twenty nine.
♡ status : away from the problems.
work : art dealer.
home : on ocean avenue at raphael's.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | avery, chad, dulce, poppy, romy. / s2: giacomo.

through the dark. (a/k) Empty
Message· · Sujet: through the dark. (a/k) through the dark. (a/k) EmptyMer 24 Avr - 15:30

You tell me that you're hurt and you're in pain
And I can see your head is held in shame,
But I just wanna see you smile again

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@avery larkin - 27 mars 2019

Le message d'Avery avait réussi à l'alerter suffisamment et à piquer sa curiosité de sorte à ce qu'il se retrouve dans ce genre de position, à se demander ce qui avait bien pu se passer pour qu'elle écourte son voyage de quelques jours en Californie, au bras de son nouveau petit ami – celui-là même qui arrachait, de façon inexplicable et comme tous ses prédécesseurs, un roulement d'yeux au londonien. Dans la façon qu'elle avait eu de lui répondre, Kelley s'était dit que quelque chose avait dû se passer avec lui, faisant baisser d'autant plus l'estime déjà peu élevée qu'il pouvait avoir pour le garçon, mais il n'avait pas insisté : il la connaissait suffisamment pour se douter qu'elle n'avait probablement pas en tête de lui parler de ça par messages, autrement elle l'aurait fait sans détour. Les sept heures qui suivirent, il les occupa en retournant à Portland, où son avion avait atterri peu de temps avant la réception du message, après un rapide aller-retour à New York dans le cadre de son travail. Son instinct le travaillait et dans un coin de son esprit, durant ces deux jours loin de Windmont Bay – où il n'avait même pas pris la peine d'aller pour déposer sa valise avant de récupérer sa sœur –, il avait ressassé ce qu'elle avait pu lui dire par rapport à Dulce, et quelque chose qu'elle semblait avoir à lui confier sur elle. S'il était devenu routinier pour lui de ne pas aimer les petits amis de sa sœur, elle, au contraire, semblait toujours le pousser à rester avec les femmes qu'il fréquentait, appréciant la plupart des compagnes qu'il choisissait au fil des années – et qui étaient bien moins nombreuses que ce que certaines personnes supposaient à son sujet, mais là n'était guère la question. Qu'elle ne l'aime pas était une chose qui, sans grand mal, réussit à attiser la curiosité du plus jeune des deux, sans parvenir à se convaincre d'y prêter une attention suffisamment grande pour le pousser à mettre fin à l'unique relation, de mémoire, qu'Avery n'approuvait pas. Les remarques avaient fini par passer d'une oreille à l'autre sans se stopper dans son crâne, et ne faisaient que le convaincre d'une chose qu'il savait déjà : le temps d'en parler à leurs parents n'était clairement pas venu, point qui avait eu tendance à l'arranger. Il ne s'imaginait pas revenir à son bras avec une femme dont le sérieux de la relation était à remettre possiblement en doute ; ils ne s'étaient pas promis de grands projets, n'étaient pas tombés follement amoureux de l'autre, et se contentaient de vivre dans cet accord sous-jacent de passer du bon temps ensemble et d'en profiter. Ces deux derniers jours, donc, il s'était retrouvé à se questionner sur ce point tout en se refusant de partir dans des élucubrations qui n'avaient probablement pas grand-chose de bon. Les sept heures estimées par Avery, il les écoula à la galerie dont il partageait les rênes avec le propriétaire actuel, planifia les prochaines expositions, estima les œuvres à vendre et celles à acheter, en garda une pour son plaisir personnel. La tête dans le travail, il ne vit pas vraiment le temps passer et se remercia lui-même d'avoir songé à mettre une alarme sur son téléphone pour l'heure à laquelle partir récupérer Avery. Il n'attendit, à gare routière, que peu de temps avant de voir le bus de sa sœur arriver et débarquer ses passagers. Sorti de sa voiture – contre laquelle il avait pesté, comme à chaque fois, à cause de l'inversion des sens –, il attrapa rapidement le bagage de la jolie blonde et le glissa dans son coffre, puis l'attira à lui pour la serrer dans ses bras, embrassant sa tempe au passage. « Tu as fait bon voyage ? » Il demanda, souriant doucement vers elle en la relâchant avant de se diriger à nouveau vers sa voiture, glissant ses doigts dans ses cheveux en se repositionnant derrière le volant. Avant de démarrer, il se tourna à nouveau vers elle, désormais installée à ses côtés, et la détailla quelques secondes pour chercher à comprendre de lui-même ce qui pouvait lui passer par la tête. « Comment tu vas ? » il finit par demander, un petit sourire au coin des lèvres à défaut de savoir quoi dire ou quoi faire d'autre pour l'instant.

_________________
[ never regret thy fall, O Icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
everybody deserves a chance to fly.

Avery Larkin

messages : 943
name : mrs.brightside (marine)
face + © : lily james + antiope
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ raph ⋅ anton ⋅ owen ⋅ sören.
points : 55
age : twenty-nine y.o
♡ status : he's cute af.
work : actress and singer. she's playing glinda in wicked (portland).
home : crescent lane with trent and scott.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●○ kelley, trent. (gia)

through the dark. (a/k) Empty
Message· · Sujet: Re: through the dark. (a/k) through the dark. (a/k) EmptyJeu 25 Avr - 18:09

Coude appuyé contre la vitre du bus, Avery observait les lumières défiler sous ses yeux, ravie de constater que celles-ci étaient de plus en plus nombreuses et qu'ils se rapprochaient donc, doucement, du centre ville de Portland. Ces sept heures lui avaient semblé être interminables, retournant encore et encore les mots de Trent, à l'adresse de sa mère, dans son esprit. C'est juste une fille comme ça. Une parmi tant d'autres. Combien en avait-il présenté à sa mère? Peut-être toutes. Peut-être était-elle habituée à rencontrer les conquêtes du moment de son fils, tout en sachant que celles-ci n'étaient là que pour une courte période. Les mots l'avaient blessée plus qu'elle ne l'aurait cru, réalisant seulement lorsqu'ils l'avaient percutée à quel point elle s'était attachée à son colocataire. Comme toujours, Avery s'était enflammée. Avait cru voir en ce roadtrip une preuve qu'elle comptait beaucoup pour lui, s'il était prêt à l'inviter à passer quelques jours en compagnie de sa mère et lui. Ca avait été la douche froide. L'impression de s'être pris une gifle ne la quittait pas, l'envie de pleurer non plus. A petit pas, Avery avait rejoint la chambre pour ne pas faire remarquer à Trent sa présence et le fait d'avoir tout entendu. Un bus partant dans l'après-midi avait été réservé rapidement, avant qu'elle ne lui annonce avec une moue désolée qu'elle devait rentrer, parce que Kelley avait besoin d'elle. Ce n'était qu'un demi mensonge. Ils allaient avoir besoin l'un de l'autre, une fois qu'elle lui parlerait de Dulce et sa découverte, qu'elle regrettait avoir fait d'une certaine façon. A croire qu'elle était, depuis trois jours, pile poil où il ne fallait pas l'être. Ou être, pour ouvrir les yeux,  selon le point de vue. Son esprit dériva sur la relation de son frère, qu'Avery n'avait jamais réellement compris ou accepté. Voir Dulce dans les bras d'un autre ne lui avait pourtant pas apporté le moindre réconfort, détestant l'idée qu'elle puisse blesser Kelley en lui apprenant la vérité. Avery aurait voulu qu'il se lasse, comme des autres. Que le temps sépare naturellement leur chemin, comme il le faisait pour chacune des relation du cadet Larkin, plutôt que de devoir lui faire de la peine. Un soupire s'échappa de ses lèvres lorsque la personne à ses côtés lui fila un léger coup pour lui signaler leur arrivée, attrapant rapidement son sac et sa veste. Avery se laissa aller contre Kelley lorsqu'il l'attira, fermant un instant les yeux en sentant ses lèvres se déposer sur son front. Elle ne serait jamais assez reconnaissante de l'avoir dans sa vie, et qu'il aie décidé de la suivre dans l'Oregon. « Ça fait quatre heures que je n'ai plus de batterie. » Elle lança dans un soupire, comme si le fait de ne plus avoir de téléphone était la pire des choses. Ca l'était, d'une certaine façon, quand les minutes semblaient être des heures, que votre esprit n'avait même plus un peu de musique pour tenter de faire autre chose que ressasser les cinq même mots. Se détachant de son frère, Avery se glissa sur la place passager de la voiture, attacha sa ceinture avant de porter son attention sur Kelley, dont le petit sourire parvint à lui en arracher un, à peine perceptible. Elle haussa les épaules, seule réponse qu'elle était capable de lui fournir pour l'instant. « Merci d'être venu. » Ses lèvres s'étirèrent une nouvelle fois, avant d'observer le bus par la vitre, comme si le fait de s'en éloigner allait l'aider à tourner une page, à peine commencée. Avery n'avait pas quitté Trent. Pas non plus mentionné ce qu'elle avait pu entendre. Elle ignorait totalement ce qu'elle allait faire de cette conversation, si elle lui en ferait part ou continuerait, comme ce matin-même, comme si de rien n'était. Inspirant profondément après plusieurs minutes de silence, elle tourna la tête vers Kelley dans un sourire, tout en augmentant le son de la radio qui jouait Teenage Dirtbag, chanson qui avait bercé une bonne partie des soirées de leur adolescence. L'espace de quelques minutes, la chanter en choeur allégea sa peine, celle-ci lui revenant en plein visage dés qu'elle baissa à nouveau le son de la radio. « J'ai un nouveau super pouvoir : celui d'être là où ne m'attend pas, au pire moment. » Larkin annonça finalement, forçant un sourire en coin pour dédramatiser. Elle devait garder à l'esprit que cette histoire était nouvelle, qu'il n'y avait pas de quoi en faire tout un drame s'il ne la considérait pas comme la femme de sa vie, quand elle-même n'avait pas cherché à tirer des plans sur la commette ou mettre un mot sur ses sentiments naissants pour lui. Toujours est-il que ça faisait mal. « Un peu comme Bran Stark, je vois et j'entends des choses dont je me serais peut-être bien passée. » Ce qui lui rappelait qu'elle devait toujours revoir la saison sept, avant le début de la huit... et qu'elle n'aurait sans doute pas le temps de le faire. « Choisi Larking. Je commence par le désastre de ta vie sentimentale, ou la mienne? » Elle demanda finalement, levant sa main droite puis la gauche pour représenter ses choix, puis étouffa un léger rire tant elle se trouvait pitoyable. Peut-être était-ce aussi, un peu, la faute du gin acheté sur l'air d'autoroute.

_________________

this world can hurt you, it cuts you deep and leaves a scar. things fall apart, but nothing breaks like a heart.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[half heaven, half hell]

Kelley Larkin

messages : 587
name : faustine.
face + © : db ⋅ ©lunaeye, wilde.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ amber ⋅ scott ⋅ kate ⋅ billie.
points : 6
age : twenty nine.
♡ status : away from the problems.
work : art dealer.
home : on ocean avenue at raphael's.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | avery, chad, dulce, poppy, romy. / s2: giacomo.

through the dark. (a/k) Empty
Message· · Sujet: Re: through the dark. (a/k) through the dark. (a/k) EmptyMer 8 Mai - 21:09

Mais que se passait-il dans la tête et dans le cœur d'Avery Larkin ? La question brûla les lèvres de Kelley à peine aperçu-t-il la silhouette de sa sœur quitter le bus, sac sur son épaule, pour s'approcher de lui. Pourtant, au lieu de la questionner et de laisser les flammes s'éteindre du bout de sa bouche, il se contenta de la serrer contre lui quelques secondes et de déposer un baiser sur le haut de son crâne. Tant pis pour l'incendie d'interrogations qui le prenait, il pouvait encore attendre un peu avant de chercher à l'éteindre. Il n'eut qu'à la regarder pour se rendre compte qu'effectivement, quelque chose n'allait pas ce soir, et une partie de son être se mit à chauffer un peu plus à l'idée qu'elle ait pu encore se retrouver blessée par un homme ; parce que quel autre point aurait pu la faire se sentir mal, quand elle était supposée se lover dans la douceur de son idylle naissante ? Pourquoi serait-elle partie en laissant derrière elle son petit ami du moment, s'il n'était pas question d'un problème avec lui ? Kelley prolongea légèrement l'étreinte avant de relâcher ses bras pour la laisser s'installer sur le siège passager, et retrouver sa place derrière le volant. S'ils avaient eu des débuts... catastrophiques, à l'époque où Avery était arrivée dans la famille Larkin et où Kelley avait eu du mal à accepter la présence d'une « grande sœur » dans le tableau familiale alors qu'il se complaisait dans sa situation d'enfant unique jusque-là, elle avait pourtant fini par prendre une importance telle qu'il avait saisi au vol la première occasion qui lui avait donné une excuse pour la suivre jusqu'en Oregon, là où il n'aurait jamais pu envisager de poser ses bagages pour autre chose qu'une durée déterminée (et, si possible, plutôt courte). Pour rester près d'elle, il avait quitté l'Angleterre, Londres, l'endroit dans lequel il se sentait le plus à sa place et le plus à même de vivre autrement que lors d'un passage (éclair ou non) dans une autre ville, un autre pays, une partie du monde bien éloignée du vieux continent. C'était pour elle qu'il était là, quand bien même il avait pu noyer le poisson en prétextant être venu bien plus pour le travail qu'autre chose ; ce job, il aurait pu le faire partout ailleurs. Un soupir lui échappa alors qu'il posa finalement sa première question, partiellement rhétorique : il connaissait la réponse, espérait simplement qu'elle se montrerait un peu plus volubile que ce qu'elle lui offrit en contrepartie. « Premier problème mondial, pas vrai ? » Il roula doucement des yeux et tourna le visage vers elle, gardant au détour de ses lèvres un sourire qui se voulait doux, pour qu'elle comprenne qu'il ne faisait que de la taquiner un peu ; quand bien même c'était elle, plus que n'importe qui, qui était capable de le comprendre en une fraction de seconde. « J'imagine que ç'a été long, du coup, cela dit. » Le commentaire rajouté, il se souffla à lui-même que le small talk n'était pas spécialement ce dont il avait envie à l'instant présent, quand bien même il avait appris à le pratiquer d'une verve de maître avec les années ; parler pour ne rien dire, et pour simplement combler les blancs, c'était ce genre de technique qu'il avait dû apprendre pour évoluer dans le milieu où il était né. Mais Avery n'était pas tous ces gens face auxquels il avait l'habitude d'envoyer de la poudre aux yeux de la sorte. Il la détailla un instant, profitant d'un feu rouge pour ce faire, avant de hausser les épaules. « J'ai toujours accouru quand tu m'appelais pour de l'aide, c'est pas quelque chose de nouveau. » Jamais il n'avait pu se convaincre de la laisser sans lui tendre une main, qu'importait si elle lui demandait ou non. Quelques minutes s'écoulèrent à nouveau, entrecoupées d'un instant karaoké qui le ramena quelques années en arrière – plus d'un dizaine –, à cette époque qui lui paraissait bien lointaine et où ils finissaient tous les deux dans des maisons ou des appartements un verre à la main, à défaut de pouvoir prétendre à boire dans les pubs ou à entrer en boîte. Les dernières notes de Teenage Dirtbag moururent doucement, tout comme le son de la radio qui se retrouva amoindri du bout des doigts d'Avery, et enfin elle reprit la parole, provoquant un froncement de sourcils chez le pendant masculin des enfants Larkin. Il lui lança un regard en biais, interrogateur, avant de pouffer de rire, sans pour autant exprimer de grande joie. « Tu fais référence à ma série préférée, je comprends donc absolument ce dont tu veux parler. » L'ironie était plus que palpable dans ses paroles, son intérêt pour Game Of Thrones ayant été coupé au vol bien avant que la tête de Ned Stark ne roule sur les pavés. Il soupira, finalement. « Qu'est-ce qu'il s'est passé, en Californie ? Je croyais que c'était un vrai petit nuage, ton histoire avec... » Un bref instant, il fit mine de chercher le nom du tortionnaire sentimental d'Avery, avant de hausser légèrement les épaules. « lui. » Si elle avait, une fois de plus, piqué sa curiosité en évoquant un possible désastre sentimental du côté de Kelley, il voulait d'abord pouvoir panser un peu ses blessures avant de savoir ce qu'elle pouvait avoir à lui dire sur le compte de Dulce. C'était aussi, sans qu'il ne veuille vraiment se l'admettre sans doute, une façon de retarder un peu l'échéance de la confirmation ou infirmation de ce qu'il avait pu s'imaginer.

_________________
[ never regret thy fall, O Icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
everybody deserves a chance to fly.

Avery Larkin

messages : 943
name : mrs.brightside (marine)
face + © : lily james + antiope
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ raph ⋅ anton ⋅ owen ⋅ sören.
points : 55
age : twenty-nine y.o
♡ status : he's cute af.
work : actress and singer. she's playing glinda in wicked (portland).
home : crescent lane with trent and scott.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●○ kelley, trent. (gia)

through the dark. (a/k) Empty
Message· · Sujet: Re: through the dark. (a/k) through the dark. (a/k) EmptyMar 14 Mai - 0:51

Comment faisait-elle pour voir chacune de ses relations partir en fumée en un claquement de doigts? Avery n'avait pourtant pas l'impression de mal s'y prendre, ni d'être totalement insupportable. Pourtant, les choses finissaient toujours par se gâter assez rapidement, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que des souvenirs et ses yeux pour pleurer. Si sur le moment, elle se disait que la personne était spéciale, qu'elle pouvait éventuellement construire quelque chose avec elle, Avery réalisait avec le recul n'avoir jamais rencontré quelqu'un qu'elle avait sincèrement aimé, s'entichant tantôt d'un tantôt d'un autre sans parvenir à trouver la bonne personne. Se dirait-elle la même chose, d'ici quelques semaines, pour Trent ? L'actrice avait pourtant pris soin, cette fois, de prendre leur relation avec des pincettes, tentant tant bien que mal de ne pas s'attacher plus que nécessaire ni se montrer trop collante. Ce n'était pas qu'elle n'y croyait pas, bien au contraire, mais Avery avait souhaité que les choses évoluent lentement entre eux, afin de faciliter leur cohabitation et ne pas forcer les choses. L'appartement lui plaisait, elle s'entendait plutôt bien avec Scott, et pouvoir se faufiler à tout moment dans la chambre de son petit-ami tout autant, elle ne souhaitait pas tout perdre. C'était pourtant, à présent, une des possibilités qui tournait en boucle dans sa tête et la plus probable. L'anglaise avait l'option de continuer comme si de rien était, en profitant de leur petits moments de complicité, tout en sachant que ça ne mènerait à rien de plus que ce qu'ils avaient actuellement. Ça semblait simple, dans l'idée, mais mince était les chances qu'elle ne finisse pas un peu plus attachée à Stevenson qu'elle ne l'était déjà, et au plus bas lorsqu'elle réaliserait que de son côté à lui, il n'y avait aucune évolution. Avery pouvait aussi avouer la conversation qu'elle avait surpris, confronter Trent, tout en prenant le risque de se prendre une nouvelle claque et de le perdre au passage. La première comme la seconde option la menait au même résultat ; elle serait blessée et devrait déménager.

Chassant ces pensées noires de son esprit lorsque le seul homme qui ne l'avait jamais déçue - sans doute l'aurait-il fait, s'il avait eut une autre place dans sa vie - apparu dans son champs de vision, la jeune femme se laissa aller contre lui, se sentant plus légère dés que les bras de Kelley l'entourèrent, alors qu'elle en fit de même. Retrouver son frère lui donnait l'impression de rentrer à la maison, de récupérer une certaine sécurité et ce que leur rencontre aie lieu dans le salon familial ou sur le parking de la gare routière de Portland. « Je ne peux honnêtement pas penser à pire problème qu'un trajet de bus sans musique. » Confirma-t-elle, alors qu'une dizaine d'autres possibilités lui arrivaient au galop en tête pour venir la contrarier. D'un simple signe de tête, elle confirma la longueur de son trajet, avant de se diriger vers la voiture dans laquelle elle se laissa tomber sans aucune grâce. « Est-ce que tu peux éviter de dire ça comme si je criais à l'aide trois par semaine? » Avery répliqua, un brin vexée, avant de laisser échapper un long soupire. Un bref instant, avant qu'il ne démarre le véhicule, la jeune femme laissa tomber sa tête contre l'épaule de Kel', façon détournée de s'excuser de déverser son irritation et sa fatigue sur lui, alors qu'il venait de voler à son secours. Elle avait, un quart de seconde, envisager de rester cette nuit sur Portland pour ne pas le déranger, mais quel était l'interêt à l'avoir à Windmont Bay à ses côtés, si elle ne pouvait pas pleurer sur son épaule?

La musique lui remonta un peu le moral, et elle adressa un sourire à Kelley tout en roulant des yeux face à son commentaire sur Game of thrones, qu'elle avait essayé de lui faire visionner sans résultat depuis des années. Sourcil arqué lorsqu'il prétendit ne pas se souvenir du prénom de Trent - qu'il avait, sans doute, entendu des dizaines de fois au cours de ces dernières semaines -, Avery lui adressa un bref sourire en coin. Si l'actrice prétendait être agacée par le comportement de Kelley lorsqu'elle mentionnait sa vie amoureuse, la vérité était que sa jalousie, aussi mal placée puisse-t-elle être, la laissait penser qu'il tenait à elle autant qu'elle ne pouvait le faire en retour, ayant juste des moyens différents de le lui démontrer. « Je suis descendue de mon nuage, sans parachute. » Nouveau sourire, même si celui-ci voilait à peine la vérité, elle inspira une bonne fois avant de se lancer. « J'ai surpris une conversation entre lui et sa mère, où il a précisé que j'étais juste une fille "comme ça". » Mimant les guillemets avec ses doigts, Avery laissa retomber ses bras avant de hausser les épaules. Elle aurait sincèrement voulu accorder moins d'importance à ses propos mais ne semblait pas capable de le faire pour l'instant et passer à autre chose. « Ce qui, je sais, n'est pas un drame. Ça fait à peine quelques semaines qu'on se voit et je ne dis pas que c'est l'homme de ma vie... Mais je n'sais pas, je pensais vraiment qu'il y avait quelque chose de spécial. Je me suis, encore une fois, lamentablement plantée. » Elle conclut dans une grimace, puis posa son coude contre la vitre pour venir reposer sa tête dans la paume de sa main et jeter un regard en biais à son frère. « T'avais raison. Je te donne la victoire avant que tu ne la clames haut et fort, c'est cadeau. » Elle céda, forçant un mince sourire à prendre place sur ses lèvres. La dernière chose dont elle avait besoin était de l'entendre lui dire fièrement qu'il avait vu, comme toujours et avant elle, la catastrophe arriver même si Avery savait que Kelley ne prenait pas plaisir à la voir souffrir.

_________________

this world can hurt you, it cuts you deep and leaves a scar. things fall apart, but nothing breaks like a heart.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[half heaven, half hell]

Kelley Larkin

messages : 587
name : faustine.
face + © : db ⋅ ©lunaeye, wilde.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ amber ⋅ scott ⋅ kate ⋅ billie.
points : 6
age : twenty nine.
♡ status : away from the problems.
work : art dealer.
home : on ocean avenue at raphael's.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | avery, chad, dulce, poppy, romy. / s2: giacomo.

through the dark. (a/k) Empty
Message· · Sujet: Re: through the dark. (a/k) through the dark. (a/k) EmptyMar 14 Mai - 23:58

C'était sans doute un peu égoïste de sa part de penser comme ça, mais Kelley trouvait une certaine satisfaction à avoir sa sœur de retour près de lui. Lorsqu'elle s'éloignait un peu trop longtemps, comme elle le faisait avec son séjour en Californie – ou plutôt, comme elle prévoyait de le faire jusqu'à l'appeler à l'aide sept heures et demi plus tôt –, il se retrouvait à se demander pourquoi il avait atterri dans une ville qui, privée de la raison même de sa présence entre ses rues et ses pavés, ne parvenait pas à le rendre heureux comme d'autres endroits savaient le faire. Sans Avery près de lui, il ne se sentait pas à la maison en Oregon. Ne voyait pas de source de bonheur réel dans le coin, à part dans la présence de ses deux plus proches amis, mais dont chacun trouvait moyen de vaquer à ses occupations. Alors oui, il assumait ses pensées autocentrées et cette place qu'il se donnait comme centre de l'univers pendant quelques instants, et s'admettait sans mal qu'une part de lui était heureuse de retrouver Larqueen à ses côtés, si l'on venait à omettre la moue sur son visage et la mine attristée qu'elle affichait. Elle faisait partie de ces quelques personnes, une poignée comme il n'en existait pas d'autres, qu'une main suffisait à compter sans mal, pour qui la confiance de Kelley ne vacillait jamais. Quand leurs parents l'avaient déçu en apprenant certaines parts de leur histoire que l'on avait cherché à lui dissimuler – à juste titre, il comprenait la démarche sans pour autant parvenir à l'accepter et à la pardonner totalement, puisque le fond plus que la forme était le véritable problème –, quand la majorité des gens qu'il avait rencontrés n'avaient pas su remplir son cahier des doléances des relations humaines, elle faisait partie de ceux qui, dès lors qu'il s'était attaché à elle après un parcours du combattant sentimental menant finalement à l'acceptation de sa présence, n'avaient plus pu se défaire de son affection qu'il lui portait. Alors, dans cet élan égoïste, Kelley se dit aussi qu'il était heureux de pouvoir accourir à elle lorsqu'elle faisait retenir la sonnette d'alarme, et lorsque quelqu'un devait l'aider à sécher un peu ses larmes – qui, fort heureusement, ne coulaient pas encore. « Moi qui pensais te proposer de créer notre propre Batsignal, j'imagine que ça n'est pas le moment? » Il esquissa vers elle un sourire complice, agrémenté d'un clin d'œil pour lui démontrer sans mal qu'il ne faisait que de la taquiner un peu plus. Ça ne le dérangeait pas, d'accourir lorsqu'elle avait besoin d'aide, bien au contraire. Parce qu'il savait que peu importe l'heure ou l'endroit où il pourrait avoir besoin d'elle, malgré son caractère plus fier qui le poussait à vouloir régler ses problèmes par lui-même, Avery n'hésiterait pas elle non plus à venir à lui. Un sourire au coin des lèvres, il planta un baiser au sommet du crâne de sa sœur, avant de mettre le contact et de partir en direction de chez Raphaël, qui ne l'avait toujours pas jeté d'un coup de pied au cul pour sa présence prolongée entre ses murs. Quelques longues minutes s'écoulèrent, rythmées par la radio et le beat de « leur » chanson – celle de tous les anglais, mais quand même –, jusqu'à ce que la parole soit à nouveau prise, et que son attention se tourne bien plus vers sa sœur que vers le reste. D'un froncement de sourcil, Kelley écouta ce qu'elle lui racontait sur son petit ami du moment, et pinça des lèvres en sentant ses doigts se resserrer autour du volant, ses phalanges blanchissant légèrement sous la force de sa poigne. Doucement, contrastant avec ses muscles qui s'étaient sensiblement tendus, il secoua la tête. « Je ne vais pas t'agiter ça sous le nez, ça ne servirait à rien. Ça n'est pas le genre de victoire que j'aime revendiquer quand il s'agit de toi. » Les autres, par ailleurs, n'échappaient jamais à son petit « je te l'avais bien dit » présomptueux, qui l'énerverait probablement lui-même s'il se faisait face. Mais Avery n'était pas les autres, et il espérait qu'elle en avait conscience. Il tourna la tête vers elle un instant, la détailla puis reporta son regard sur la route en secouant à nouveau un peu la tête. « Il ne sait pas ce qu'il rate, s'il te voit comme ça. » Il soupira un peu. « Tu n'es pas 'juste une fille comme ça', il est simplement complètement con s'il ne s'en rend pas compte. Et je ne dis pas ça parce que je suis ton frère. » Une de ses mains quitta le volant et vint se poser sur la cuisse d'Avery, resserrant doucement ses doigts autour pour tenter de la rassurer par ses gestes autant qu'il essayait de le faire par ses paroles. « Je te connais assez pour pouvoir l'affirmer. » Un petit sourire dans sa direction, il la regarda et relâcha doucement la pression de sa main sur sa cuisse, avant de soupirer un peu. « Peut-être que si tu arrêtais de chercher ce quelque chose de spécial, tu finirais par le trouver. Ne te projette pas trop avec quelqu'un qui n'en vaut pas la peine, je suis sûr qu'au fond de toi tu le sentirais si c'était vraiment ta personne. » Kelley n'était pas un romantique de nature. Il ne s'en sentait pas nécessairement capable, d'après les relations qu'il avait pu avoir par le passé. Pas vraiment nombreuses, mais pas non plus intenses, belles, passionnées. La lassitude prenait toujours le dessus, ou certains de ses travers mettaient fin à ce qu'il vivait avec l'autre à ce moment-là. Ses agissements étaient en cause, dans ce qu'il avait pu vivre plus jeune, tout comme leur absence était majoritairement responsable des ruptures qu'il s'était pris en pleine figure. « Si tu veux t'échapper de l'appartement, on peut s'en trouver un à deux. Ça me permettra de rendre à Raphaël toute son intimité, après des mois à squatter chez lui sans lui payer de loyer. » Il roula des yeux envers lui-même à la remarque, se tourna vers Avery et profita d'un arrêt temporaire pour venir embrasser doucement sa tempe, espérant qu'elle entende le « je suis là » qu'il y avait en sourdine.

_________________
[ never regret thy fall, O Icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




through the dark. (a/k) Empty
Message· · Sujet: Re: through the dark. (a/k) through the dark. (a/k) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
through the dark. (a/k)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» land speeder dark eldar
» D&D Dark Sun 4E
» A pleurer Dark MC Hammer
» AD&D "Dark Sun" : scénario premier "L'Ultime Cortège"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: