AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 good and evil [r]

Aller en bas 

Eason Harjo

messages : 59
name : east side.
face + © : luke grimes (martyr)
multinicks : the wta princess
points : 395
age : thirty four.
♡ status : divorced
work : not ur bus.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dulce, etta, billie

good and evil [r] Empty
Message· · Sujet: good and evil [r] good and evil [r] EmptyJeu 25 Avr - 19:31



ETTA,EASON.
Is it better to out-monster the monster or to be quietly devoured?
@etta moreno
Il l’avait senti venir ce coup foireux  perçu par un sixième sens impossible à dénommer, le genre de ‘coup-foireux’ (tiret indispensable) qui se manifestait par la stimulation des récepteurs folliculaires, une résonance dans les cellules auditives, une impression routinière de déjà vu. Eason avait l’habitude d’observer d’un regard flegmatique le déroulé d’une partition mal composée, l’évolution pataude d’une énorme pelote de poussière métaphorique d’un coin du guichet à l’autre (une risible distance – un mètre vingt de largueur sur un mètre de longueur – dans ce turf complètement mal agencé qu’était sa station, à l’image même d’sa vie – ses pensées relevaient parfois de la confusion mentale : les jeudis étaient des mardis et 2019 un 2035 où la seule forme féconde sur terre était une espèce salamandre). - Désolé, Harjo mais Sylvia nous a encore fait le coup – s’était exclamé le manager, pantalon en toile beige et chemise du même textile coincée sous une bouée de plusieurs centaine de centimètres, sourire entendu aux lèvres, descendu depuis de son Mont Olympe ( avant poste chauffé et muni d’une cafetière à dosettes dernier cri) , dans le seul but d’énoncer une évidence : Sylvia ,avait ,encore ,fait, le ,coup. Sylvia faisait le coup depuis 1998 et ça n’avait pas l’air d’alarmer la direction (et encore moins les services sociaux vu le nombre de fois où l’un de ses morveux avait perdu, au choix : un œil, une dent, l’usage d’un ou des membres. En revanche, il suffisait que Rick du numéro 3 contracte un cancer de la prostate pour qu’un rond-de-cuir là-haut décide de forcer le licenciement sous couvert de  remerciements pour bons et loyaux services).
Levé à l’aube, Eason Harjo scrutait le cadran de la montre surannée qu’il portait au poignet gauche, réglée avec précision, aux piles régulièrement changées ; cette montre là indiquait quatorze heures moins trois et tout employé des autoroutes payantes (3,8 millions de miles de routes foulées chaque jour, engrangeant des sommes toutes aussi considérables!) savait qu’il n’était plus qu’à trois minutes de l’extase post-mictionnelle, c’était exactement l’effet procuré par la fin d’un shift, la sensation d’s’être vidé la vessie après un trajet interminable ralliant un point A complètement hypothétique (mais sacrément éloigné) à un point B tout aussi hypothétique (et tout aussi  sacrément éloigné). A quatorze heures, après avoir passé trois minutes dans le sillage du manager (et les relents de son haleine fétide), Eason enterra définitivement la perspective d’aller s’effondrer sur son matelas. La relève n’allait débarquer qu’à dix neuf heures  autrement dit, il n’avait plus qu’à activer le mode survie (et ce dernier consistait essentiellement à réduire ses efforts par l’adoption de monosyllabes et la diminution de ses expressions faciales aux deux seules qui ne consommaient pas plus de 4 calories (neutre et blasée, ‘i don’t give two shits’-like)). Entre temps, Eason avait été heureux d’être informé que les mômes de sa collègue se portaient comme un charme mais que cette fois-ci, c’était le mari qui avait – selon les dires suspects de Sylvia  - embouti sa voiture, luxé une épaule et – croyez-le ou non – fini les deux pieds dans le plâtre (quelque chose dans son discours virait au pathos).
Rien de palpitant ne se produisit les deux premières heures ; c’est lorsque le soleil se fit moins pétulant et coriace que l’homme fut confronté à l’un des spécimens les plus redoutés par ses comparses : l’amazona sur deux roues. Il vit dans ses parades une volonté authentique d’envoyer chier les règles, de se soustraire aux pièges d’un système autrement qu’en y plantant une lame jusqu’à la garde.  La conductrice s’était faufilée entre deux véhicules et lui était offerte une occasion en or, qu’elle ne laisserait pas passer. - Peut-être que vous auriez tout aussi bien pu emprunter un itinéraire gratuit - cracha-t-il, abandonnant ses deux expressions faciales pour illustrer la colère – alors qu’il quittait son booth, pour s’allumer une cigarette.

_________________

This is where it all begins. Everything starts here, today.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
good and evil [r]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin d'avis sur schema pour mes futurs evil sunz
» liste armée evil sunz pour tournoi 2000pts
» liste d'armée evil sunz
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: