hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 Les sujets de la première saison qui sont encore dans
la partie flashback et qui n'ont pas reçu de réponses depuis
un certain temps ont été archivés. Pour les autres, vous avez
encore un mois (jusqu'à la prochaine maintenance) pour les
clôturer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 wasting my young years (resen)

Aller en bas 

Carter Harwell

messages : 660
name : sean
face + © : denis shapovalov (livia+angiekerber)
multinicks : ben, gaelan, zach, kyle
points : 968
age : 18 yo (july 12)
♡ status : who cares? I can have all the girls in the world
work : senior year at high school but skipping it most of the time. singer who won the Voice a few years ago
home : at Resen's

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lydia, finn, tc gay pride, tc firehouse, saveria, ali, simeon

wasting my young years (resen) Empty
Message· · Sujet: wasting my young years (resen) wasting my young years (resen) EmptyMer 1 Mai - 22:05

@Resen Harwell
Il n’avait pas pu faire la grasse matinée. Le réveil avait sonné, mais il l’avait éteint pour se rendormir. Sauf qu’apparemment Resen ou Marvin en avait décidé autrement et avait fait en sorte qu’il ne puisse pas le faire. Bougon, il avait monopolisé la salle de bains pour la peine pendant plus d’une demi-heure. Sa justification : sa chevelure blonde nécessitait d’être bichonnée, alors qu’en un coup de peigne c’était fini. Il savait pourquoi les deux compères lui faisaient la guerre. Il faisait exprès de se rendormir pour ne pas aller en cours. Ca ne le passionnait pas. Il avait mieux à faire. Il était déjà connu. Lui il voulait d’une carrière dans la chanson pas être assis sur les bancs de l’université pour finir au chômage. Son père voulait absolument qu’il fasse du droit, mais Carter n’avait aucun talent pour la plaidoirie et se fichait bien du sort des uns et des autres. Certes il était bon pour argumenter, mais il était tellement nonchalant qu’il ferait enfermer toutes les personnes qu’il représenterait. Il s’étonnait que son père ne le comprenne pas. Bien qu’il ait quitté le domicile de son cousin à l’heure, accompagné de sa guitare, il n’avait pas pris le chemin de l’école, une fois de plus. Il avait presque dix-huit ans, il était en âge de décider de comment il occupait ses journées. Trois messages plus tard, tous destinés à son ex pour lui demander s’ils pouvaient se rejoindre quelque part ou s’il pouvait passer la voir à son travail, il décida de prendre un petit déjeuner au Marceline Coffee Shop pour bien commencer la journée et puis il avait déambulé un peu partout dans Windmont Bay. Au bout d’un moment, il s’était posté dans le Redwoods Park et il avait sorti sa guitare pour faire de la musique. Il chantait des reprises, des chansons qu’il avait lui-même composées et de temps en temps, des passants lui donnaient même du pourboire. Plus tard, il avait quitté son poste pour aller démarcher un bar pour faire des représentations, mais on lui avait dit qu’il était un peu jeune pour être là. Agacé par cette excuse, il contrôla son téléphone pour voir si elle lui avait répondu, mais pas la moindre réponse à l’horizon. Se baladant vers le Majestic, il avait fini par croiser un groupe de mecs fans de rap et il les avait provoqués en battle. Il passa toute la fin de journée avec eux, avant de se mettre en route vers Crescent Lane en faisant du stop depuis Portland. Poussant la porte d’entrée, il constata que son cousin avait l’air contrarié. Il en fallait plus pour le désarçonner, alors c’est tout souriant qu’il lui lança : « T’as la gueule des mauvais jours cousin ! C’est parce que Marvin est pas là ? Ou parce que tu te languissais de voir ton cousin préféré ? » Il se doute qu’il ne s’agit ni de l’un, ni de l’autre, mais il fait comme si ce n’était pas le cas, ouvrant le frigo pour prendre une bouteille de jus d’orange et boire au goulot. Quand il la remet dans le frigidaire, elle est quasiment vide. Revenant vers son cousin qui ne le lâche pas du regard, il fronce les sourcils, posant sa guitare en plein milieu du salon. « Quoi ? J’ai un bouton en plein milieu du front ? » Puis il lève le doigt comme s’il venait de comprendre de quoi il s’agissait en regardant le t-shirt qu’il porte actuellement. Il tire dessus et lui explique : « Si c’est à propos de ton t-shirt, c’est juste que j’en avais plus alors j’ai pris le tien. Y a un trou par contre. » Il s’était pris dans un grillage dans l’endroit douteux où les mecs l’avaient emmené à Portland. Pas bête ni dupe, il s’attendait à ce que son cousin lui passe un savon, comme souvent ces derniers temps, mais il préféra jeter un coup d’œil à son téléphone plutôt que de le regarder. Elle n’avait toujours pas répondu. « Après on dit que les meufs sont accros à leur téléphone ! » Pesta-t-il en se laissant tomber sur le canapé.

_________________

☽☽ I cheated myself like I knew I would. I told you I was trouble, you know that I'm no good... (c) sial, amy winehouse  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a softer beginning

Resen Harwell

messages : 1407
name : faustine.
face + © : lp ⋅ ©self, tumblr.
multinicks : sami ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ jesse.
points : 1881
age : twenty nine ⋅ [27|08]
♡ status : in a mess.
work : professional boxer (super-middleweight category), bodyguard.
home : crescent lane with finn, marvin and carter.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | citra, finn, gaelan, marloes, jude, marvin, (raph).

wasting my young years (resen) Empty
Message· · Sujet: Re: wasting my young years (resen) wasting my young years (resen) EmptyDim 5 Mai - 16:17

Il n'avait même plus besoin d'enregistrer le numéro dans son répertoire pour savoir à quoi il correspondait. Depuis que Carter avait décidé de foutre les pieds chez lui, et que sa tante avait jugé bon de lui donner la responsabilité d'un gamin immature, son téléphone sonnait régulièrement avec, au bout du fil, la même personne, tout à la fois blasée et peut-être un peu désespérée. Pourquoi avait-il accepté ? C'était la famille. Et malgré ce qu'il pouvait en dire ou en penser, ce simple point avait un poids considérable dans la balance, quand bien même il avait souvent regretté d'avoir pris avec lui une tête à claques pareille. L'appartement partagé, normalement, avec Marvin, était devenu un squat en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire : Carter y avait déposé ses valises et ses gros sabots pour ne plus quitter l'endroit, une promesse au bout des lèvres qu'il n'était même pas fichu de tenir – et qui donnait à Resen l'envie de le mettre à la porte, un coup de pied au cul, pour lui apprendre la démerde comme lui l'avait fait le jour où il avait quitté le domicile familial. Finn était arrivée à son tour il y a quelques jours, occupant le côté gauche de son lit depuis, et le laissant plus pensif qu'il ne l'était d'ordinaire. Un soupir passa la barrière de ses lèvres à cette idée. Toutes ces présences autour de lui le déconcentraient de son but premier, la boxe, et il avait besoin de faire un peu d'espace pour pouvoir retrouver la possibilité de ne se tourner que vers cet objectif qui lui collait à la peau depuis des années : s'améliorer, se faire un nom plus grand encore, et se prouver, à lui-même comme aux autres, qu'il avait ce qu'il fallait pour arriver au top de la liste. L'appel n'avait pas été long. Quelques minutes à peine avaient suffi, même pas, pour que le constat soit une fois de plus dressé et que dans un énième soupir, Resen promette d'essayer de régler une situation qui lui tapait sévèrement sur le système dernièrement. Rentré chez lui en avance après son entraînement, libre de toute responsabilité professionnelle ce soir, il avait tenté de se détendre sous une douche chaude après avoir constaté la désertion temporaire de Finn, et celle de Marvin. Si elle semblait avoir eu l'effet escompté, ses muscles se raidirent pourtant à nouveau en entendant le cliquetis de la porte d'entrée et en apercevant le visage de son cousin dans l'entrebâillement de la porte, jusqu'à ce qu'il se décide à rentrer dans l'appartement. Son regard se noircit et roula dans ses orbites à l'entente de sa remarque, secouant la tête vers lui dans un soupir. « Tu veux que je te montre ce que c'est qu'une gueule des mauvais jours ? Je suis sûr que t'en ferais un très bon exemple. » Bras croisé sur la poitrine, Resen ne le quitta pas des yeux quand il le vit se mouvoir jusqu'à la cuisine et faire son petit cinéma habituel, sans changer d'expression sur son propre visage. Il en avait marre de devoir jouer au père de famille avant l'heure ; s'il avait quitté le Minnesota, ça n'était pas pour recommencer onze ans plus tard à s'inquiéter des soucis familiaux des uns et des autres et, en l'occurrence, de son cousin. Ses dents s'enfoncèrent dans l'intérieur de ses joues en constatant le trou dans son t-shirt. « Parfait, tu sais ce qu'il te reste à faire maintenant : 1) me repayer le même, et ce avant la fin de la semaine, et 2) apprendre à faire tes lessives, parce que t'es pas prêt d'avoir à nouveau accès à ma garde-robe. » Un sourire faux s'étira sur tout son visage alors qu'il s'approcha un peu plus de lui en le voyant sortir son téléphone et que, d'un geste rapide, il le saisit d'entre ses mains et le tourna entre ses doigts. « Frustré parce que ton téléphone ne sonne pas assez à ton goût ? C'est marrant, moi c'est plutôt l'inverse. » Il garda l'appareil entre ses doigts pendant quelques secondes, puis l'enfonça dans la poche arrière de son jean, sans se défaire de cette même fausseté dans son rictus. « J'en ai vraiment ras-le-cul de recevoir des appels de ton lycée parce que tu te bouges pas le cul jusqu'en cours. Si je reçois encore un coup de fil du genre, j'appelle ta mère pour qu'elle vienne te récupérer, parce que je suis pas ton putain de tuteur et c'est pas moi qui devrais avoir à m'occuper de toi. » Il balança ses remarques d'un ton sec et se tourna finalement dos à lui pour rejoindre sa chambre, avant de faire volte-face et de le pointer du doigt. « Oh et avant que tu ne commences à argumenter : non, je ne te laisserai pas faire ce que bon te semble pour autant. Donc si tu veux rester ici, t'as tout intérêt à aller en cours sinon je te renvoie d'où tu viens en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. J'ai d'autres trucs plus importants à gérer que tes pseudos caprices existentiels. » Sa patience avait toujours eu des limites, et Carter Harwell s'amusait un peu trop à essayer de les repousser pour ne pas se prendre un retour de flamme en pleine figure à un moment donné.

_________________
[ The rosy gleam of his lip, the fevered gleam of his eyes. There was not a line anywhere on his face, nothing creased or graying; all crisp. He was spring, golden and bright. Envious Death would drink his blood, and grow young again. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carter Harwell

messages : 660
name : sean
face + © : denis shapovalov (livia+angiekerber)
multinicks : ben, gaelan, zach, kyle
points : 968
age : 18 yo (july 12)
♡ status : who cares? I can have all the girls in the world
work : senior year at high school but skipping it most of the time. singer who won the Voice a few years ago
home : at Resen's

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lydia, finn, tc gay pride, tc firehouse, saveria, ali, simeon

wasting my young years (resen) Empty
Message· · Sujet: Re: wasting my young years (resen) wasting my young years (resen) EmptyDim 5 Mai - 22:44

Son cousin n’avait visiblement pas l’air très heureux de le voir. Carter savait pourquoi. Mais il ne comprenait toujours pas pourquoi Resen lui faisait la guerre pour qu’il aille au lycée. Ca ne l’intéressait pas. Il avait beau tenter de l’expliquer personne ne semblait écouter l’adolescent. A quoi bon continuer puisqu’il ne voulait pas intégrer l’université. Il ne se voyait pas faire un job lambda et ce n’est pas à l’école qu’il ferait décoller sa carrière musicale. Resen avait plutôt le sang-chaud. Il était prêt à réagir à tout moment, comme un buffle en passe de charger la personne qui lui faisait face. Carter était tel un matador. Il esquivait la plupart du temps et provoquait l’animal autant qu’il le pouvait, juste parce qu’il trouvait hilarant d’agacer son cousin. « Pas la peine la tienne suffit ! » qu’il renchérit avec un grand sourire niché sur les lèvres. Malicieux, le jeune homme ne se sentait même pas menacé parce qu’il possédait la carte chance de la partie : celle de la famille. Son cousin n’oserait jamais s’en prendre à lui, c’était une certitude. Et il était persuadé que sa présence était une aubaine pour Resen qui devait s’ennuyer ferme les jours où il disparaissait. Carter croyait que le monde tournait autour de lui. L’adolescent trouvait que si on n’allait pas dans son sens, on avait tort, et ne laissait pas de place à la remise en question. Pour lui, c’était un moyen de s’imposer. Avec son cousin, il agissait comme avec chacun : comme un enfant pourri-gâté, préservé par sa mère, conspué par son père et dont les frères et sœurs ne supportaient plus l’attitude déplorable. Quoiqu’il en soit, il n’en avait rien à faire, ça ne l’atteignait pas. Tout comme la remarque de Resen qui le somma de remplacer son t-shirt par un neuf et d’apprendre à faire tourner une machine, ce qui le fit éclater de rire comme s’il s’agissait d’une blague incroyable. « T’as vraiment de l’humour Res’, j’adore ! » Premièrement il n’allait pas repayer un t-shirt neuf alors que celui-ci était usé, d’autant plus que l’ainé des deux Harwell avait de l’argent, et deuxièmement, il ne voyait pas pourquoi il ferait tourner une machine différente avec ses affaires alors qu’il pouvait bien inclure le peu d’affaires qu’il avait avec celles de son cousin et de son colocataire. Après tout, il était son invité. « Marvin n’arrête pas de retirer mon linge de la machine, alors forcément il est sale. » Il avait trouvé le moyen de bloquer les agissements du gamin, il avait donc trouvé une solution de remplacement. Mais alors que le blondinet était occupé à constater qu’une fois de plus son ex ne prenait pas la peine de répondre à ses messages, Resen lui arracha le téléphone des mains ce qui eut pour résultat de provoquer un mouvement brusque chez l’adolescent qui tenta de le récupérer à la volée, mais manqua sa cible. Son cousin lui signifiait alors que son téléphone sonnait plus que le sien, ce à quoi il rétorqua : « Donc tu n’as pas besoin de mon téléphone. Alors rends-le moi ! » Mais ce dernier le mit dans sa poche et si Carter s’était levé pour le récupérer, il soupira aux menaces de son ainé qui lui promettait de le ramener chez sa mère s’il n’obtempérait pas et ne se résignait pas à aller au lycée. Cette fois, le ton du jeune garçon changea. Il était bien plus sérieux. « En quoi ça te concerne ?! T’as qu’à les bloquer les appels ! J’retournerai pas chez mes parents. » Il s’indignait de l’attitude de celui qu’il pensait être de son côté, mais il fallait voir les choses en face, Resen n’était plus la même personne qu’il y a quelques années. « Je te demande rien, alors fiche-moi la paix ! Me dis pas que ça t’écorche d’héberger ton sang alors que tu joues les bons samaritains avec une bohémienne ! » Qu’il s’agaça. Il mentionnait Finn. Parce qu’il estimait qu’elle avait un traitement de faveur par rapport à lui alors qu’elle trainait dans des endroits bien peu recommandables. « L’école c’est pas mon truc et je pensais que toi plus que n’importe qui le comprendrait ! » Il persiste à justifier ses choix et il cherche à toucher à la corde sensible de son cousin qui est loin d’avoir eu un parcours atypique et qui a fait des choix qui ont probablement fait grincer des dents. S’avançant vers lui, il cherche à atteindre sa poche pour récupérer son bien : « Et rends-moi mon téléphone ou je donne ton numéro à tout Windmont Bay ! » Il geint comme un enfant immature qu’il est et fait des menaces qui n’atteindront pas leur cible. Mais Carter ne compte pas lâcher prise.

_________________

☽☽ I cheated myself like I knew I would. I told you I was trouble, you know that I'm no good... (c) sial, amy winehouse  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a softer beginning

Resen Harwell

messages : 1407
name : faustine.
face + © : lp ⋅ ©self, tumblr.
multinicks : sami ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ jesse.
points : 1881
age : twenty nine ⋅ [27|08]
♡ status : in a mess.
work : professional boxer (super-middleweight category), bodyguard.
home : crescent lane with finn, marvin and carter.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | citra, finn, gaelan, marloes, jude, marvin, (raph).

wasting my young years (resen) Empty
Message· · Sujet: Re: wasting my young years (resen) wasting my young years (resen) EmptyLun 13 Mai - 16:45

Carter Harwell ne comprenait donc pas qu'il s'enlisait dans un jeu dangereux. À trop tirer sur la corde, tout allait finir par lâcher et il ne savait pas encore qu'il n'était pas en mesure de tenir le choc si, un jour, son cousin venait à vraiment s'énerver contre lui. À force de faire se raidir ses muscles, se serrer ses mâchoires, Resen allait finir par craquer tôt ou tard et renvoyer les flammes à la figure du gamin nombriliste, arrogant et foutrement casse-pieds qu'il se payait entre les pattes depuis son arrivée en Oregon. Il maudissait sa tante de lui avoir foutu Carter entre les mains et de le laisser se démerder avec depuis. Il maudissait ce côté de sa famille de ne pas avoir su dresser un l'adolescent comme il aurait fallu faire, comme lui avait pu l'être sous le diktat de son père lorsqu'il était encore plus jeune que son cousin ne l'était aujourd'hui. Resen avait eu une éducation certes aimante, mais suffisamment dure pour lui apprendre une discipline qu'il mettait encore en œuvre dans son quotidien, onze ans après avoir quitté le cercle familial pour se détacher de cet aspect de sa vie qui le dérangeait tellement. Dans les ordres et autres indications qu'il avait reçus de la part de son père, il avait su trouver malgré tout un équilibre et une façon de vivre qui, aujourd'hui encore, parvenait à lui convenir, et bordel ce qu'il aurait voulu que son oncle et sa tante parviennent à faire de même avec Carter. Ça n'était pas son rôle de jouer au tuteur. Ça n'était pas à lui d'apprendre à un sale gosse comme ça comment gérer sa vie, accepter ses responsabilités, ni à lui de lui faire la vie dure parce qu'il ne daignait pas bouger son cul et comprendre qu'il n'était pas le nombril de l'univers ; et pourtant, il s'était retrouvé condamné à devoir le faire, les dents serrées et les phalanges blanchies de tant se retenir de lui mettre son poing dans la figure. Ah. S'il pouvait, il aurait déjà pris un billet d'avion à Carter pour le renvoyer à Eagan, et laisser à ses parents tout le plaisir de remplir, enfin, leur rôle. « Marvin n'est pas ton chien, et personne ici n'est à ta disposition. T'apprends à te démerder tout seul, ou tu gardes tes affaires dégueulasses, mais ne t'avises plus de t'approcher des miennes ou je te redessine le portrait. » Carter ne connaissait pas cette face de son cousin. Il ne savait pas qu'à trop être poussé à bout, il pourrait laisser ses gestes partir avant qu'il ne parvienne à les arrêter, et peut-être aurait-il été plus malin s'il avait connu les aspects difficiles du caractère de Resen ; peut-être que quelqu'un devrait prendre en compte l'importance de lui en parler, avant que les choses ne dégénèrent à force de le pousser à bout comme il cherchait à le faire. « Tu rêves si tu crois que je vais te rendre ce truc. On va agir comme face au gamin que tu es de toute façon : si tu veux ton téléphone, tu bouges ton cul en cours ou bien tu ne le retrouveras certainement pas. » Au moins il arrêterait de le voir, le nez fourré contre l'écran, incapable d'en décoller plus de quelques secondes ; et peut-être que les râles sur le fait que son ex ne répondait pas à ses textos finiraient par se perdre dans le néant dans lequel ils devrait d'ors et déjà appartenir. Il garda l'appareil enfoncé dans la poche de son jean, croisa les bras sur sa poitrine – bordel, il se faisait lui-même penser à son père. « Parce que tu te crois en mesure de choisir ? T'es même pas majeur, c'est pas parce que t'as passé la tête à la télé que t'es devenu le roi du monde, faut que tu redescendes sur Terre, merde. Si t'acceptais les remarques, tu verrais que t'es pas assez con pour ne pas comprendre que t'as tout intérêt à écouter ce qu'on te dit si tu veux qu'on te foute la paix et t'arrêterais de passer pour un abruti. » Oui, ses paroles étaient dures ; peut-être un peu trop, d'ailleurs. N'empêche qu'elles étaient, à son goût, totalement justifiées vues les emmerdes qu'il lui apportait au quotidien avec son comportement. « Eh bah si, figures-toi, ça m'écorche de garder sous mon toit un gamin ingrat et nombriliste, qui s'en bat les couilles de ce que je peux lui dire ! Si j'étais toi, j'arrêterais de me prendre pour ce que je suis pas et je commencerais à comprendre que t'es pas en mesure de m'imposer ta présence ici. T'es même pas fichu de montrer un minimum de reconnaissance, alors t'étonnes pas si je finis par te foutre à la porte avec un coup de pied au cul ! » Ses dents se serrèrent un peu plus à la mention de Finn ; pour qui il se prenait, à parler d'elle comme ça ? Pour autant, il ne fit pas de remarque sur ce sujet, ne voulant pas lui offrir l'occasion de dévier à nouveau sur elle. « T'es pas dans la situation dans laquelle j'étais à ton âge ! J'étais pas aussi immature que tu l'es actuellement, et j'envoyais pas chier toutes les figures d'autorité que j'avais autour de moi, parce que je savais que sans ça je serais quand même paumé ! » Il n'était pas parti seul de chez lui ; son agent de l'époque était là pour veiller sur lui et lui assurer un minimum de stabilité, et ça, Carter ne voulait pas le comprendre. « T'aimerais être traité comme un homme mais t'agis comme un putain de gamin, et après tu t'étonnes de t'être fait larguer comme ça ? Mais merde, Carter, il est temps de grandir un peu, ça te ferait pas de mal ! » Il soupira finalement, secouant vivement la tête à l'intention de son cousin.

_________________
[ The rosy gleam of his lip, the fevered gleam of his eyes. There was not a line anywhere on his face, nothing creased or graying; all crisp. He was spring, golden and bright. Envious Death would drink his blood, and grow young again. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carter Harwell

messages : 660
name : sean
face + © : denis shapovalov (livia+angiekerber)
multinicks : ben, gaelan, zach, kyle
points : 968
age : 18 yo (july 12)
♡ status : who cares? I can have all the girls in the world
work : senior year at high school but skipping it most of the time. singer who won the Voice a few years ago
home : at Resen's

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lydia, finn, tc gay pride, tc firehouse, saveria, ali, simeon

wasting my young years (resen) Empty
Message· · Sujet: Re: wasting my young years (resen) wasting my young years (resen) EmptyLun 13 Mai - 22:32

Les Harwell étaient bien contents de laisser Carter en Oregon, chapeauté par son cousin. Presque tous. Seule sa mère le regrettait, mais tout le monde était bien moins sur les nerfs depuis qu’il s’était fait la malle et ils ne se bousculeraient pas pour le récupérer. Sa mère avait été rassurée de le savoir entre bonnes mains, mais elle ne se rendait pas compte de ce qu’elle infligeait à son neveu, elle qui pardonnait tout à son chérubin de fils. Tous s’accordaient à dire qu’il avait toujours eu un traitement de faveur de la part de leur mère. Carter était le petit dernier qui en plus s’était révélé dans un art manquant dans la famille. Aucun n’avait eu la main mise sur cet électron libre qui dès que quelque chose le chagrinait, courait dans les jupons de sa mère pour se plaindre et il avait toujours gain de cause. C’est ainsi que Carter s’était forgé et n’ayant eu qu’une approbation pour chacune de ses actions, il ne prenait jamais un non pour acquis. Il provoquait, jusqu’à ce qu’il change. Or, Resen était plutôt une forte tête et Marvin aussi. Aussi, Carter n’avait pas le même pouvoir qu’à la maison et il devait sans cesse se réinventer pour pouvoir continuer de vivre comme il l’avait toujours fait. Il était un véritable fainéant et ça ne semblait pas être du goût des colocataires qui commençaient à voir son invasion ici comme insupportable. Les menaces de son cousin ne le touchent aucunement. Ca lui passe au dessus, parce qu’il considère qu’il n’est pas sérieux, qu’il n’oserait le toucher. Il pouffe de rire, levant les yeux au ciel. Il fait l’effort de mettre ses affaires dans le linge de Marvin après tout, ça ne devrait pas le contrarier autant, de ce qu’il juge. « Qu’est-ce que ça lui coute que ce soit mon linge mixé au sien ou juste le sien ? C’est pareil ! » Sa mère n’avait jamais trié le linge de la famille, elle prenait le linge dans chaque chambre et faisait des machines, alors pourquoi Marvin s’en offusquait ? Ce qui le tracassait en revanche, c’était que son cousin soit en possession de son téléphone. Il était certes verrouillé par le Face ID et un code tout autre que sa date de naissance, mais il avait besoin de pouvoir contacter son ex et sans ce dernier, il se sentait nu comme s’il lui manquait quelque chose, comme tout gamin accro au téléphone. Râlant, il lève le bras en l’air dans un geste de désinvolture pour finalement satisfaire la requête de son cousin, du moins, juste pour lui faire entendre ce qu’il souhaite entendre. « Ca va j’irais en cours ! Maintenant donne-le moi ! » Il est impatient parce qu’il est persuadé qu’elle lui a répondu – alors qu’elle ne le fait pas et qu’elle ne le fera pas – et il a de nouveau fait un pas pour se rapprocher de son cousin, lui tendant la main, s’attendant à recevoir son bien. Les mots de son cousin sont durs, mais il se fiche bien de tout ce qu’il balance. Il a assez confiance en lui pour passer outre. Moqueur, il rit en regardant à droite à gauche, comme s’il avait un public, se passant la main dans les cheveux pour rétorquer, parce qu’un adolescent ingrat ne sait pas s’écraser. « En l’occurrence j’ai choisi de venir ici. Et quelles remarques ?! Tu passes ton temps à tout me reprocher ! Je mets juste mon linge avec celui de Marvin et c’est un drame ! Je sèche un cours comme la moitié de la classe, c’est l’apocalypse ! On dirait que t’es né vieux, putain ! » Il a réponse à tout, Carter. Le petit con qu’il est ne veut pas en rester là. Si Resen cherche à appuyer là où ça fait mal, lui aussi peut le faire. « En fait t’es jaloux parce que j’ai eu un peu de succès ! Fallait être poids lourd et battre Klitschko ou faire du MMA comme McGregor hein ! » Il a l’impression que toute sa famille lui en veut d’avoir réussi. Son père en premier, mais les autres n’étaient même pas contents pour lui il faut croire. Resen en a marre, ça se voit. Et plutôt que de se tempérer, Carter n’y voit là qu’une grosse injustice inlassable. Comme si son cousin n’était pas en mesure de voir les côtés positifs – qu’il ne montre que peu. Il s’étonne et arque un sourcil comme estomaqué. « Je montre pas de reconnaissance ?! Mec je t’ai porté des cheeseburgers y a deux jours ! J’aurais pu les garder pour moi ! » Sa réponse puérile est agaçante au possible. Il est fier de lui en plus, parce qu’il toise son cousin comme s’ils ne parlaient pas la même langue, comme s’il ne le reconnaissait pas. Resen se compare une fois de plus à lui, et il lève les bras au ciel, le laissant parler, comme pour invoquer les dieux ou juste pour se moquer, comme à son habitude. « Bah moi je suis pas paumé ! Je sais ce que je veux, et c’est pas le lycée qui va me l’offrir ! Ca m’apporterait quoi si je veux pas aller à l’université ? Vas-y je t’écoute oh Resen le sage ! » Il a envie de rire à ses propres surnoms. L’idiotie d’un lycéen à son paroxysme. Sauf qu’il ne rit pas quand il entend la pique de son cousin qui elle, le blesse véritablement. Parce que sans le savoir, il a touché dans le mille : elle lui a donné cette excuse de son âge, d’intérêts divergents. Et le temps d’un court instant, le regard de Carter se détourne, son visage se crispe et ses poings aussi. Se reprenant, il fournit un bobard à son cousin mais aussi un peu à lui-même tentant de se convaincre. « Ne parle pas de ce que tu ne sais pas. Je me suis pas fait larguer d’abord, on fait une pause. » Il sait très bien que c’est loin d’être le cas.

_________________

☽☽ I cheated myself like I knew I would. I told you I was trouble, you know that I'm no good... (c) sial, amy winehouse  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a softer beginning

Resen Harwell

messages : 1407
name : faustine.
face + © : lp ⋅ ©self, tumblr.
multinicks : sami ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ jesse.
points : 1881
age : twenty nine ⋅ [27|08]
♡ status : in a mess.
work : professional boxer (super-middleweight category), bodyguard.
home : crescent lane with finn, marvin and carter.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | citra, finn, gaelan, marloes, jude, marvin, (raph).

wasting my young years (resen) Empty
Message· · Sujet: Re: wasting my young years (resen) wasting my young years (resen) EmptyDim 2 Juin - 14:33

La patience de Resen Harwell avait toujours eu des limites très définies. Sa capacité à garder pour lui l'énervement qu'il était en mesure d'accumuler, aussi. Carter lui tapait sur le système et faisait se crisper chacun de ses muscles, lui donnant envie desserrer sa main et de venir la claquer contre la joue de ce gamin puéril, à qui grandir pourrait faire beaucoup de bien. Gagner en maturité aussi. Il ne savait pas pourquoi il avait accepté de le garder sous son toit. Certes, la famille avait son importance, elle devait l'avoir, mais il n'était pas masochiste au point de se laisser pousser à bout un peu plus jour après jour, à prendre sur lui pour ne pas coller la tête de l'adolescent contre le mur ; les peintures avaient été refaites à leur emménagement ici, il préférait autant ne pas avoir à repasser par-là. Il était insupportable. Si Resen s'amusait des retours qu'il avait sur lui à l'époque où il ne vivait pas encore chez lui, il ne rêvait aujourd'hui que de le renvoyer chez lui, ne voyant plus que les mauvais côtés du garçon, quand les bons se retrouvaient noyés 1) par son incapacité constante à les montrer, 2) par les démons qu'il réveillait chez son cousin avec sa façon d'être au quotidien. Il ne s'attendait pas à vivre une telle épreuve en ouvrant la porte à un gosse de dix-sept ans, et à cet instant précis Resen regrettait très clairement de s'être montré gentil et accueillant envers lui. « Et toi Carter, qu'est-ce que ça te coûte de te comporter comme un adulte, si tu veux tellement être traité comme tel ? Apprends à gérer tes putains de responsabilités et occupe-toi de ton linge tout seul, ça serait déjà un bon premier pas sur la route pour devenir moins con que tu ne l'es. » En soi, ça n'était même pas le linge le problème, c'était son attitude, tout ce qui découlait de lui face à une situation qui aurait pu être réglée en quelques secondes à peine si seulement il avait eu la présence d'esprit d'attendre et remettre son linge sale dans la machine une fois celle de Marvin terminée. La vie de petit prince de la famille de Carter s'était stoppée à peine avait-il posé un pied en Oregon et s'était-il retrouvé logé chez son cousin. Resen refusait de lui faire ses corvées et de lui accorder un traitement de faveur dans l'équilibre qu'il avait trouvé quand il n'y avait que Marvin et lui ; chacun se démerdait de son côté la plupart du temps et les choses fonctionnaient très bien comme ça, et ça n'était pas un gamin comme son cousin qui viendrait perturber tout ça – non pas que sa relation avec Marvin risquait d'en pâtir, mais tout de même. Sur le sujet suivant, Resen laissa échapper un rire ironique, levant les yeux au ciel. « Tu crois que c'est aussi facile ? J'attends de voir si tu te bougeras vraiment le cul pour y aller avant de te le rendre, je n'ai aucune confiance en toi. Et si tu ne le fais pas, j'éclate ton écran sur le rebord de la table. » Arquant un sourcil en voyant Carter ouvrir la bouche pour rétorquer, Resen le pointa du doigt pour le stopper avant même qu'un mot ne passe la barrière de ses lèvres. « Et ne me mets pas au défi de le faire en me disant que ça n'arrivera pas, parce que je peux très bien le balancer tout de suite et adios tes tentatives désespérées de chiot en rûte pour récupérer ton ex. » Il secoua la tête et lança à Carter un regard signifiant qu'il n'avait pas intérêt à tenter d'argumenter, ou l'engin passait par la fenêtre pour finir éclater contre le bitume, quatre étages plus bas – voilà donc l'avantage de se retrouver en été, les premières chaleurs permettant de ne même pas avoir à se déplacer pour aller ouvrir une fenêtre, déjà prête à l'emploi. « Je passerais pas mon temps à tout te reprocher si tu ne me donnais pas des raisons de le faire ! Tu t'incrustes dans la vie des gens qui vivent ici comme un parasite sans montrer le moindre respect, tu ne sèches pas 'un cours comme la moitié de la classe', (sa voix monta dans les octaves et une grimace se plaça sur son visage pour imiter l'adolescent) tu fous jamais un putain de pied au lycée ! Si je suis né vieux, toi t'es né sacrément con, Carter, pour même pas être foutu d'imprimer qu'il suffirait que tu te plies un peu à ce qu'on te demande pour qu'on te foute la paix, si c'est tellement ça que tu veux. » Suite à la remarque qui suivit, il roula des yeux dans ses orbites, retenant un énième soupir de glisser entre ses lèvres, plus rouges que d'ordinaire sous l'effet de la colère. « J'en ai rien à branler de ton succès, Carter ! T'as posé le pied à la télé, bravo, c'est génial, ravi pour toi. Je suis très bien dans ma propre carrière, arrête de te croire le centre du monde, ou celui que tout le monde envie, sérieusement ! » Le genre d'émission à laquelle son cousin avait participé était de celles où, quelques mois après la finale, 95% des candidats se faisaient oublier du grand public. Peut-être aurait-il la chance de voir sa notoriété persévérer et grandir, mais il y avait tout autant de possibilité qu'il se casse sévèrement la gueule, et ça il ne voulait pas l'admettre. Lançant un regard incrédule à l'adolescent face à sa répartie minable, il se retint de frapper sa paume contre son front, à la façon caricaturale de films et autres cartoons. « Tu crois qu'un cheeseburger rattrape ton comportement de merde ? Mais tu rêves, gamin, t'imagine même pas à quel point. » Il secoua la tête, sincèrement excédé par la situation. Il n'avait rien demandé de tout ça. Avait quitté Eagan pour trouver une paix qu'il n'avait pas là-bas, et sa tante l'avait fait voler en éclat en lui collant son gosse incroyablement chiant dans les jambes ; peu de chances que Resen et sa rancune pardonnent ça de sitôt. « Ce que ça t'apporterait ? T'es vraiment stupide si tu réalises pas que ça te laisserait l'opportunité qu'on te foute la paix une fois que t'en auras fini avec le lycée ! Tes résultats sont tellement minables que t'es bon pour te repayer une année, si t'avais été plus malin t'aurais bossé pour qu'une fois diplômé, tu puisses enfin faire ce que tu veux de ta vie, Carter. » Il leva un instant les bras en signe d'exaspération et, entendant la répartie suivante de son cousin, laissa échappe un rire plein d'ironie, penchant la tête sur le côté et lançant un regard appuyé à Carter. « Sérieusement ? 'On fait une pause'. Si elle t'a vraiment sorti ça, c'était juste une façon polie de te dire qu'elle en avait franchement marre de toi. Si c'est toi qui essayes de te convaincre de ça... tu perds ton temps, Carter, parce que je n'ai jamais connu personne qui se remettaient ensemble après une 'pause', comme tu dis. Et sincèrement ? Je comprends parfaitement son choix. » Note pour lui-même : ne jamais se taper une ado de dix-sept ans.

_________________
[ The rosy gleam of his lip, the fevered gleam of his eyes. There was not a line anywhere on his face, nothing creased or graying; all crisp. He was spring, golden and bright. Envious Death would drink his blood, and grow young again. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carter Harwell

messages : 660
name : sean
face + © : denis shapovalov (livia+angiekerber)
multinicks : ben, gaelan, zach, kyle
points : 968
age : 18 yo (july 12)
♡ status : who cares? I can have all the girls in the world
work : senior year at high school but skipping it most of the time. singer who won the Voice a few years ago
home : at Resen's

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lydia, finn, tc gay pride, tc firehouse, saveria, ali, simeon

wasting my young years (resen) Empty
Message· · Sujet: Re: wasting my young years (resen) wasting my young years (resen) EmptyVen 14 Juin - 22:31

Carter n’aurait jamais pensé que Resen lui mènerait la vie dure de la sorte. Quand il a fugué de chez ses parents, il s’était dit que seul son cousin serait compréhensif et serait la seule personne qui ne le jugerait pas. Il était en train de se dire qu’il avait troqué la peste pour le choléra en quittant la maison canadienne et son père. Au moins à Toronto, il avait sa mère qui elle l’aimait et s’inquiétait pour lui quoi qu’il arrive. Il avait l’impression que Resen voulait le faire grandir trop vite. Il traitait son cousin comme un gamin mais il voulait qu’il soit un adulte. Carter ne voyait aucune logique dans ce raisonnement et se braquait de plus en plus. La crise d’adolescence dans toute sa splendeur. Il avait des contre-arguments pour tout. Et mine de rien, il n’a perçu que le compliment fait à demi-mot par son cousin. Au moins il sait qu’il est loin d’être idiot, c’est un bon début. Il se défend tout de même en s’agaçant toujours plus et en donnant une raison un peu surprenante. « Je suis pas un adulte pour ta gouverne ! J’ai dix-sept piges ! Et ça te rend pas plus adulte de faire ton linge, t’as juste décidé de pas m’aider parce que j’suis pas une meuf ! » Parce que Finn elle n’a pas à s’inquiéter de quoi que ce soit, il lui dira amen à tout et Carter le sait pertinemment. Il ne dit pas ça pour causer du tort à la jeune femme, au fond, il l’aime bien. Elle est cool, comme il dirait, mais il sait que Resen n’assume pas ce qu’il ressent pour elle et le petit blond tient à jouer sur la corde sensible. D’autant plus que Resen l’infantilise et le punit de téléphone portable. Il menace même son cousin d’exploser son bien, ce qui le rend bougon au possible parce que Resen n’a aucune idée de ce qu’il fait. Ce téléphone c’est toute sa vie. Sans lui, Carter n’a pas de raison d’exister, toute sa célébrité repose sur la fréquence de ses posts sur les réseaux sociaux. Alors, il ne cherche pas à le contredire, du moins pas tout de suite, car il ne voudrait pas que son cousin passe à l’acte. Mais Carter est provocateur dans l’âme, et alors que le boxeur se moque de lui il lui renvoie la balle : « Chiot en rut ?! Ca c’est plutôt toi avec Finn… Tout le monde le sait que tu crèves d’envie de la ken mais que t’es trop fier pour l’admettre. » Il hausse les épaules, comme si de toute façon ça ne le touchait absolument pas. Si son cousin préférait se voiler la face, soit. Ca lui faisait une belle jambe. Et puis Resen le qualifie de tout d’un tas de choses désagréables, et Carter n’écoute même pas la suite, comme si Resen s’était arrêté de parler en plein milieu d’une phrase. Il se contente d’insister dans le conflit : « Mais qu’est-ce que ça peut te foutre que j’aille pas au lycée ? Je te dis que j’ai pas besoin de ça ! Je suis pas venu ici pour avoir un autre daron sur le dos ! J’en ai déjà un ! » Et c’était justement cette personne relou qu’il avait fui, même si en vérité, il était aussi là pour la femme de sa vie plus que parce qu’il craignait son père, vu que sa mère pesait fort dans la balance. Tendant la main, il essaie de négocier avec beaucoup d’aplomb : « Rends-moi mon téléphone et j’irais au lycée. » En plus, il dénigre ce qu’il a accompli dans sa vie, et Carter se conforte dans son idée : son cousin est jaloux. Il aimerait être comme lui, voilà tout. Mais il ne sait pas comment agir à sa manière. Tant pis pour lui. « Donc laisse-moi faire ce que je veux si t’en as rien à branler. » Qu’il dit tout simplement, toisant son cousin comme s’il ne faisait pas sens ou qu’il ne parlait pas la même langue que lui. Le gamin lève les yeux au ciel et détourne le regard, prêt à foutre le camp de la pièce, parce qu’il en a plus que marre. « Même pas reconnaissant et après tu parles de moi. » Il prend note, il ne portera plus de cheeseburger à son hôte puisque ce dernier n’apprécie pas le geste. Il ne comprend pas l’argument de son cousin au sujet de l’école. Il ne voit pas ce que ça apporte de valider le lycée, s’il ne compte pas s’en servir après. Il n’a pas besoin de ça. Il sera une star planétaire. Le reste, il n’en a rien à foutre. Prenant une forte inspiration bien bruyante pour soupirer un bon coup, cette fois, il laisse éclater sa colère : « T’es sourd ou quoi ? Ca m’apporte quoi d’avoir un certificat de fin d’études secondaires ? Rien ! Je veux pas aller à l’université. Je veux faire de la musique, je veux pas étudier, ça m’intéresse pas. Je serais pas avocat ou je ne sais quoi. Toi ton truc c’est de cogner ou de te faire cogner jusqu’à avoir des commotions cérébrales, moi c’est de jouer de la guitare à chanter et à rapper. Est-ce que je critique ton choix ? Non. Ca te fait quoi que je veuille pas terminer mes études ? Honnêtement ?! » Il ne voit pas ce que ça change pour lui. Carter est rarement excédé, mais il trouve la discussion stérile et il aimerait bien utiliser son temps à meilleur escient, mais sans son téléphone, c’est compliqué. Dans quelques mois, il touchera le million de dollars qu’il a remporté il y a quatre ans, et il n’aura plus qu’à enregistrer son album pour voir le succès frapper à sa porte. Pourquoi travailler alors qu’il a déjà tout ? Sur un sujet plus sensible, cette fois le plus jeune des Harwell se vexe. Il ne connait pas du tout sa relation, alors pourquoi se permet-il d’avancer de telles inepties. Le Canadien rétorque du tac au tac en le fusillant du regard : « T’es même pas capable de dire ‘je t’aime’ à ta rouquine et tout d’un coup t’es expert en relations amoureuses ?! Et je m’en fous de ce que tu penses, t’y connais rien. » Et ça, il en était persuadé.

_________________

☽☽ I cheated myself like I knew I would. I told you I was trouble, you know that I'm no good... (c) sial, amy winehouse  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a softer beginning

Resen Harwell

messages : 1407
name : faustine.
face + © : lp ⋅ ©self, tumblr.
multinicks : sami ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ jesse.
points : 1881
age : twenty nine ⋅ [27|08]
♡ status : in a mess.
work : professional boxer (super-middleweight category), bodyguard.
home : crescent lane with finn, marvin and carter.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | citra, finn, gaelan, marloes, jude, marvin, (raph).

wasting my young years (resen) Empty
Message· · Sujet: Re: wasting my young years (resen) wasting my young years (resen) EmptyVen 26 Juil - 23:55

Les choses avaient donc déraillé si rapidement, encore une fois ? Resen perdait une patience qui n'était pas, de prime abord, sa plus grande qualité. Il se sentait bouillir, ses veines devenant chaudes, son expression se renfermant face au comportement de petit con provocateur de son cousin. Il songea sincèrement à la possibilité d'appeler sa tante et de lui dire de venir récupérer au plus tôt l'énergumène qu'elle avait engendré, qu'il n'en pouvait plus, qu'il avait d'autre chose à faire avec les combats qui s'enchaînaient un peu plus – comme si l'approche de l'été chauffait les amateurs de boxe, en plus du soleil ambiant –, les entraînements à assumer, et les contrats à assurer. Son sommeil s'était fait la malle de son quotidien, puisqu'il tentait du mieux qu'il pouvait de continuer d'avoir une vie sociale ; à résumer par : Marvin, Citra et, évidemment, le jeu dangereux qu'il jouait entre Marloes et Finn, depuis que les deux femmes étaient revenues, chacune leur tour, dans sa vie, lui assénant une dose de stress supplémentaire par rapport à ses choix largement critiquables – au moins en avait-il conscience. « Faire ton linge ? Non, pas nécessairement. Mais ça te rend plus adulte de prendre en compte tes responsabilités et ce que signifie le refus des gens. Et ça, ça veut dire faire tes putains de lessives toi-même, et arrêter de harceler une femme qui ne veut plus de toi dans sa vie ! » Deux échelles, deux extrêmes, et Resen continuait de perdre espoir en la possibilité que Carter comprenne quelque chose à ce qu'il voulait bien lui expliquer. Ses yeux menaçaient de rouler tellement fort dans leurs orbites qu'il aurait presque été capable de voir ce qu'il se passait à l'intérieur de son crâne, avec un peu plus d'efforts. Patience. Respiration. Inspire, expire. Desserre ta main, ou elle finira sa route là où elle ne doit pas. Se répétant une fois, deux fois, trois fois ce mantra simple et pourtant si difficile à imprimer dans les muscles tendus de son corps, Resen resserra ses phalanges autour du téléphone de l'adolescent, sincèrement prêt à le balancer par la fenêtre si telle était la seule solution qui se présentait à lui pour obtenir quelque chose du gamin blond. Un rire ironique lui échappa cependant à la remarque qu'il balança sur Finn et sur lui, et un regard appuyé se posa sur la silhouette du garçon, qui devrait sans doute arrêter de se prendre pour un bonhomme. « Wow, Carter, t'as un sacré train de retard. » Son torse se bomba presque cependant de la fierté ressentie à l'idée de la discrétion dont ils parvenaient à faire preuve ; ils avaient beau partager un appartement avec lui, son cousin n'avait donc jamais rien réalisé de ce qu'il se passait entre eux, sans que l'agitation de certaines de leurs nuits n'en pâtisse. Bon à savoir. « T'es si désespéré de récupérer ta merde que t'essayes de me provoquer sur ma vie sexuelle, ça craint, j'espère que tu t'en rends compte. » Il agita le téléphone sous les yeux de son cousin et le glissa à nouveau ensuite dans la poche arrière de son jean – il avait tout intérêt à ne pas essayer de le récupérer là où il était. Et de nouveau, l'amusement sarcastique qui l'avait enserré laissa la place à une exaspération pure et dure. « Ce que ça peut me foutre ? Ta mère me casse les couilles par rapport à ça, et j'ai clairement autre chose à faire de ma putain de vie que de m'inquiéter pour toi et de me faire sermonner pour les conneries que tu fais ! Si t'en as marre de m'avoir sur le dos, retourne chez ton daron, comme tu dis, et arrête de me faire chier. » Un pouffement de rire glissa entre ses lèvres lorsqu'il vit la main tendue de son cousin vers lui, et sa piètre tentative de négociation pour récupérer son téléphone. « Tu rêves si tu crois que ça sera aussi facile. Va au lycée et j'envisagerai peut-être de te le rendre. » Son histoire de cheeseburger ne fit que monter un peu plus la pression chez Resen, qui en avait désormais plus que marre de cette situation et n'attendait qu'une chose : s'enfermer dans sa chambre pour ne plus voir la face de son cousin jusqu'au moins le lendemain. Ne plus l'entendre, ne plus avoir à l'écouter non plus, piailler à son oreille comme un chiot mal élevé et en mal d'attention ; c'était pas la putain de SPA, ici. Secouant la tête face à l'incompréhension dont faisait preuve Carter, il leva les yeux au ciel et les mains vers lui, avant de reposer son regard dans le sien, avec un dédain dont il ne faisait pas souvent preuve. « Tu sais quoi ? J'abandonne. Tu récupéreras ta connerie quand tu suivras les règles, mais ne t'avises pas de venir me faire chier ce soir sinon je t'encastre dans le mur. » Il soupira et tourna les talons pour se diriger vers la chambre qu'il partageait maintenant avec Finn, fronça les sourcils en entendant la dernière remarque de Carter à son sujet, et tourna la tête vers lui pour l'observer un bref instant. « Faudrait peut-être que t'apprenne à ne plus te foutre de tout, justement, Carter. Au moins ça te ferait grandir un peu, et ça peut pas te faire de mal. » De nouveau, il roula des yeux et prit le chemin de sa chambre, bien décidé à en finir avec ça pour ce soir.

_________________
[ The rosy gleam of his lip, the fevered gleam of his eyes. There was not a line anywhere on his face, nothing creased or graying; all crisp. He was spring, golden and bright. Envious Death would drink his blood, and grow young again. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carter Harwell

messages : 660
name : sean
face + © : denis shapovalov (livia+angiekerber)
multinicks : ben, gaelan, zach, kyle
points : 968
age : 18 yo (july 12)
♡ status : who cares? I can have all the girls in the world
work : senior year at high school but skipping it most of the time. singer who won the Voice a few years ago
home : at Resen's

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lydia, finn, tc gay pride, tc firehouse, saveria, ali, simeon

wasting my young years (resen) Empty
Message· · Sujet: Re: wasting my young years (resen) wasting my young years (resen) EmptyLun 29 Juil - 11:47

Carter avait beau se savoir insupportable puisque c’était son passe-temps favori, il ne comprenait pas pourquoi son cousin lui en voulait. Après tout, faire un t-shirt de plus ou de moins ne le tuerait pas. Mais puisque son cousin tenait à le faire chier, il dépenserait dans un pressing pour que son linge ait encore meilleure allure. Tant pis. C’était l’argent de son père de toute façon. Cette remarque, il n’en tenait pas compte, ça n’était pas important à ses yeux. Ce qui par contre lui hérissa le poil c’était que Resen se permette d’avancer des choses sur sa relation amoureuse – ou plutôt ex-relation – alors qu’il ne connaissait rien de la situation et que si Carter insistait, c’est parce qu’il ne saisissait pas pourquoi elle l’avait ghosté du jour au lendemain, ne donnant pas de raison valable. Il n’allait pas non plus le blâmer parce qu’il était amoureux ? Il fronça les sourcils et haussa le ton : « De quoi je me mêle ? Tu sais rien d’elle et moi, alors abstiens toi de commentaires monsieur l’adulte responsable ! » Elle était le point faible de Carter. Avec elle, il se comportait du mieux qu’il le pouvait, s’occupait de tout chez elle, faisait les courses, préparait le petit-déjeuner, mais ça n’était pas pareil. S’investir pour elle était facile. Resen lui avoua sans le dire franco qu’il couchait déjà avec Finn et que son cousin ne s’en était même pas aperçu. Evidemment, à chaque fois que Carter rentrait de ses escapades, il sombrait dans un sommeil profond en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Toutefois, le gamin n’était pas con. S’il ne s’affichait pas aux bras de la rouquine c’est que quelque chose ne tournait pas rond. Depuis sa première rencontre avec Prentis il avait pu sentir comme elle en pinçait pour son meilleur ami et il semblait donc que le boxeur ne voit pas les choses de la même façon. Carter n’irait pas chercher des conseils chez un fuckboy, il avait des principes lui, il savait traiter une femme comme une reine et non la faire poireauter. « Je me fiche de ta vie sexuelle avec Finn, Pedro ou Jorge, et tu devrais en faire de même alors rends-moi mon téléphone. » Il tendit une nouvelle fois la main, mais il n’était pas dupe, il savait qu’il ne l’obtiendrait pas. Agacé de toujours se répéter et de discuter de la même chose inlassablement dans un conflit qui lui passait totalement au dessus, le blond haussa les épaules. « T’as qu’à l’ignorer, je vois pas où est le problème. Et je retournerais pas chez mon daron. C’est à cause de lui que j’en suis là ! Parce que s’il m’avait laissé faire mon album tranquillement quand j’ai gagné, je galèrerais pas maintenant ! » Il avouait enfin l’une des raisons qui l’avait poussé à quitter Toronto. Depuis ses quatorze ans, il n’avait pas encaissé que son père décide de mettre un terme à sa carrière avant même qu’elle soit totalement lancée parce qu’il était trop jeune et qu’il ne voulait pas que son fils finisse camé. A ce moment-même, il avait l’impression de faire face à la même personne que son géniteur. Il se moque, mais Carter s’en fiche, c’est lui le roi de la moquerie, alors il ne va pas s’offusquer pour si peu. Il préfère tenter de toucher la corde sensible : « La bonne blague. Faudra pas te plaindre si je suis injoignable. » Et s’il lui arrive quelque chose, il devra justifier à sa mère pourquoi il n’avait pas son téléphone. Alors que Resen le menace une nouvelle fois de le violenter, l’enfant du Canada sourit de plus belle, cette fois c’est à son tour de se moquer : « T’as vraiment un souci, t’es pire que Kylo Ren. Tu sais, ça se soigne. » Il voit bien Resen dans le rôle du sith capricieux qui casse tout dans la pièce parce qu’il est incapable de se contrôler. Une nouvelle fois, son cousin lui fait une remarque, Carter ne l’entend pas. Se dirigeant vers sa chambre, passant la main au dessus de sa tête pour faire signe à son cousin qu’il a compris, il marmonne : « Ouais, ouais c’est ça ! » Débat stérile. Claquant la porte de sa chambre derrière lui, il se jette sur son lit, ouvrant son Macbook pour se regarder un film sur Netflix.

_________________

☽☽ I cheated myself like I knew I would. I told you I was trouble, you know that I'm no good... (c) sial, amy winehouse  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




wasting my young years (resen) Empty
Message· · Sujet: Re: wasting my young years (resen) wasting my young years (resen) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
wasting my young years (resen)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ✿ maybe i'm wasting my young years. (uc)
» You are so young, I guess I'm old [Take & Shy]
» Annabella V. Lerenard feat Bella Thorne (Terminé)
» (M) Yoo Young Jae feat. Jang Dae Ho
» Han ChuJung ■ living young and wild and free ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: