Partagez
 

 we've been making shades of purple out of red and blue

Aller en bas 

Chad Siringo

messages : 575
name : Olivia
face + © : jb + Sarasvati
multinicks : lydia, emerson, harper, jax, parker, stella, zoya
points : 194
age : twenty-six
♡ status : wandering
work : washing dishes @ mickey's + delivering pizzas
home : w/ too many siringos

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) kelley, rufus, crys, clarissa

we've been making shades of purple out of red and blue Empty
Message· · Sujet: we've been making shades of purple out of red and blue we've been making shades of purple out of red and blue EmptyVen 3 Mai - 14:32

RUFUS + CHAD
@Rufus Munro
We are runnin' so fast
And we never look back
And whatever I lack, you make up
We make a really good team
Though not everyone sees
We got this crazy chemistry
Between us.


Chad pénétra dans la chambre après s’être douché, les cheveux encore légèrement humides, diffusant dans son sillage le parfum dont il s’était aspergé une minute plus tôt. Le garçon sauvage n’était nulle part en vue et si Chad se demanda où celui-ci avait disparu, en l’espace de quelques minutes, il ne poussa pas la réflexion au-delà d’un coup d’œil dans le jardin, là où ne manquait jamais de disparaitre Connor. Il n’avait cependant pas le temps de s’inquiéter des allées et venues de son compagnon de chambre et le jeune Siringo se dirigea plutôt vers sa garde-robe pour attraper une veste au hasard – bordeaux, classique, assez en forme pour faire habillé sans en faire trop non plus. Il l’enfila d’un geste souple et attrapa son portefeuille, ses clés et un sac à dos bombé avant de quitter la chambre pour la soirée. Quand il rentrerait ce soir, Connor serait peut-être vautré dans le lit de Caleb, ou peut-être pas. Il voulait se dire qu’il s’en foutait, il ne voulait pas avoir à se soucier d’une personne en plus, surtout si cette personne n’avait à la base aucun lien avec eux.
En passant devant la porte du salon, Chad aperçut la silhouette de Candace et il s’arrêta dans l’embrasure, bien conscient qu’elle dardait sur lui son regard – sombre, perçant, désapprobateur. À chaque fois qu’il sortait, c’était le même cirque : il n’en manquait pas un pour lui faire une réflexion plus ou moins amère à propos de sa fugue. À coup sûr, sa sœur n’allait pas réfréner son besoin d’y aller de sa propre remarque.
- Je sors faire un tour avec Rufus, lâcha-t-il, refoulant ce sentiment d’injustice qu’il ressentait à l’idée d’avoir à donner des explications aux autres.
Candace haussa les épaules, l’air renfrogné, puis feignit de s’intéresser aux notes qu’elle prenait.
- Tu veux venir avec nous ? Ça te ferait peut-être du bi—Okay, okay. Oublie, je n’ai rien dit.
Il s’éclipsa, sous le regard revolver de la jeune femme et s’échappa de la maison en soupirant. Il avait beau avoir l’habitude des conflits internes chez les Siringo, il n’y avait pas plus désagréable que d’en être une cible privilégiée. Il n’y avait que Cody pour se comporter avec lui comme s’il n’était pas parti et il remercia intérieurement son petit frère de lui laisser ce répit-là, au moins. Chad rangea toutefois ces tracas dans un coin de sa tête et se dirigea vers son vieux scooter, dont il ôta la chaine et fit vrombir le moteur avant de se mettre en route.
Dix minutes plus tard, il parvint à hauteur de l’immeuble de Rufus et s’arrêta le long du trottoir. Deux brefs coups de klaxons annoncèrent son arrivée et il guetta l’ombre de son meilleur ami derrière les fenêtres, avant de reporter son attention sur le hall d’entrée. Il avait hâte de se changer les idées, de retrouver les bonnes vieilles habitudes – même si, en réalité, l’absence de Caleb se ferait durement ressentir, puisqu’ils sortaient le plus souvent à trois. Il devrait pourtant se faire à cette nouvelle façon de fonctionner et il ne voulait plus blesser Rae en l’écartant injustement. Ce soir, c’était l’occasion de reprendre leurs marques, de redevenir les garçons qui avaient grandi à Windmont Bay.
Un sourire vint ourler les lèvres de Chad quand il aperçut enfin Rufus et il fit ronronner le moteur, comme s’il s’apprêtait à démarrer en trombe.
- Tiens. On ne va pas loin mais on ne sait jamais, lui lança Chad en extirpant un casque usé mais solide de son sac à dos. J’espère que tu n’as pas trop passé de temps à préparer ces jolies boucles pour draguer les filles. Elles risques d’être un peu plates.
La taquinerie comme moyen de jouer la carte de la décontraction. Chad était passé maître en la matière. Il fit signe à son meilleur ami de grimper derrière lui, ne précisa pas qu’il pouvait se cramponner à ses épaules et amortit le poids supplémentaire pour ne pas que le scooter tangue. Puis il prit la direction du Davey’s, bien trop conscient de la proximité du corps dans son dos.

_________________

Have you ever wished you could rewind, pick up all the pieces of the life you left behind ? Have you ever lived on borrowing time, knowing your mistakes are chasing you down from behind ? But, don't hold me, cause I am falling back down and I wouldn't wanna see you hit the ground. But little darling you found my heart in the lost and found but the scars they still follow me around.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rufus Munro

messages : 179
name : capricorns
face + © : aron — chrysalis.
multinicks : bran, hammer, angel, mac, connor.
points : 499
age : 24.
♡ status : socially awkward virgin.
work : barman, works the night-shift @ the majestic bar.
home : a flat on crescent lane, w/ his brother-in-law.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open.

we've been making shades of purple out of red and blue Empty
Message· · Sujet: Re: we've been making shades of purple out of red and blue we've been making shades of purple out of red and blue EmptySam 18 Mai - 11:44

Il faut que tu vives ta vie. Tout le monde le lui répétait : son médecin, son beau-frère et même sa soeur, du haut de sa jeunesse déchirée, dans le fond de son lit blanc. Il fallait vivre sa vie : l’injonction était sur toute la bouche mais personne ne lui expliquait jamais comment faire ni ce que c’était vraiment, que de vivre sa vie. Si c’était boire des bières assis sur le perron de son immeuble, fumer de la weed extra bio dans sa chambre et défoncer régulièrement Noobmaster69 sur Fortnite, alors Rufus avait bon sur toute la ligne. Il vivait comme jamais, dans la sécurité de sa chambre, derrière le confort de son écran. Au top de son game, vraiment (sauf quand Noobmaster69 décidait bien sûr de passer la souris à son frère, UrMomSks420). Bien sûr, depuis que Chad était revenu en ville, Rufus ne pouvait plus se raconter ce mensonge. Ce qui était bien, avec Chad, c’était qu’il ne demandait rien ; il faisait. Leur dynamique avait repris sans accroc, comme si Chad revenait simplement de voyage, comme s’ils ne s’étaient jamais quittés. C’était facile. Trop facile, pardonné trop vite, peut-être, mais tant pis. Rufus s’était senti si seul ces derniers mois qu’il était prêt à passer l’éponge sur la disparition de son meilleur ami. Prêt à faire comme si de rien n’était. Prêt à faire tout revenir à la normale.
Mais pas tout à fait non plus.
Il priait pour que Chad ne remarque rien - mais il le ferait certainement - mais ce soir, Rufus sortait plus apprêté que d’habitude. Loin de ses hoodies sans forme censés le faire disparaître dans la foule, il portait une tenue aux antipodes de son uniforme engoncé de barman : un tee-shirt dont il avait coupé les manches pour en faire un débardeur (une astuce pêchée lors d’une après-midi passée à se perdre dans les méandres de YouTube) et la seule veste en cuir qu’il possédait, une antiquité achetée il y a des années et qu’il n’osait jamais mettre, de peur de se faire vanner par ses potes. Et c’était sans doute ce qui arriverait, mais tant pis. Lorsqu’il avait ouvert son placard ce soir, une drôle de sensation s’était emparée de lui. La vie était courte. Il fallait la vivre. Mettre une veste en cuir pour attirer le regard des filles était, dès lors, inévitable.
Il ne cherchait pas particulièrement à séduire. Ni à trouver la femme de sa vie. Il voulait juste voir si c’était possible, déjà, qu’il plaise à quelqu’un. Il voulait voir si c’était possible de parler à une fille plus de deux minutes sans que ne s’abatte sur lui la sensation que tout ça ne servait à rien et qu’il ne ferait que regretter de s’attacher à quelqu’un. Il voulait voir si c’était possible pour lui d’éprouver tout ce que les chansons, les films et les livres racontaient à longueur de journée.  Visiblement, les garçons en veste de cuir obtenaient de meilleures chances d’avoir tout ça alors pourquoi pas ? Rufus passa une main nerveuse dans ses boucles et sursauta lorsque les deux coups de Klaxon retentirent en bas de l’immeuble. Un dernier coup d’oeil dans le miroir lui apprit qu’il ressemblait à l’un des sidekicks de Dany Zuko dans Grease et il dévala les escaliers, pressé de sortir de l’appartement qui ressemblait de plus en plus à un mouroir. Son beau-frère était absent de plus en plus souvent, l’ombre de sa soeur était partout. Et lui, il en avait assez de zigzaguer entre les souvenirs.
L’air frais de la nuit lui picota les joues et un sourire lui fendilla la bouche pensive lorsqu’il vit Chad et son scooter dépareillé, typiquement Siringo, l’attendre près du trottoir. Voilà, il était là son monde, son échappatoire. Comment Chad avait-il pu partir si longtemps ? Il ignora cette question qu’il s’était promis de ne plus jamais poser et à la place, leva les yeux au ciel lorsque son meilleur ami fit son premier commentaire de la soirée. Il n’avait pas fini d’en entendre. « Parle-moi de mes jolies boucles, j’adore ça. » rétorqua-t-il en saisissant le casque qu’il enfila précautionneusement. Plus que ses boucles chevelues, c’était sa boucle d’oreille à laquelle il faisait attention et il enjamba le scooter en dodelinant de la tête, peu habitué au poids du casque. D’habitude, Chad et lui ne s’encombraient pas du respect du code de la route lorsqu’ils voguaient sur les routes désertes de l’Oregon. Ils se foutaient des risques, passaient la nuit à faire pétarader l’engin jusqu’ils se retrouvent en panne au milieu de nulle part. Ils fumaient, ils buvaient, ils traînaient. Et ça leur suffisait.
En tout cas, ça suffisait à Rufus.
Il passa les mains autour de la taille de Chad et se rapprocha légèrement de lui lorsque le scooter démarra. Le Davey’s n’était qu’à dix minutes en scooter et pendant ces dix minutes, il ferma les yeux. Il était suffisamment monté derrière Chad pour connaitre la route par coeur : le moindre virage, la moindre aspérité dans le bitume, le moindre feu rouge. Le vide se fit dans son esprit, luxe du passager qui montait en toute confiance et lorsqu’ils arrivèrent devant le Davey’s, déjà bruyant et visiblement bondé ce soir, ce fut comme s’éveiller d’une sieste. Rufus détacha la ceinture de ses bras autour de la taille de Chad et descendit maladroitement du scooter. Il lança un coup d’oeil à un groupe de filles qui entrait dans le Davey’s et se retourna vers son meilleur ami. « En parlant de filles… » Rufus ôta le casque et secoua la tête pour redonner vie à ses boucles en effet légèrement aplaties puis le rendit à son propriétaire. « Tu vas te faire pardonner de ton absence en un, m’offrant un verre et deux, être mon wingman ce soir. » Il avait conscience du ridicule de ses mots, mais s’il y avait bien une personne qui ne le jugerait pas d’avoir à vingt-cinq ans presque autant d’expérience qu’un jeune prêtre séminariste, c’était bien Chad. Rufus bomba le torse de façon exagérée et défia son meilleur ami du regard. « T’as bien entendu, Siringo, ce soir, je rentre avec au moins un numéro. Et un vrai, pas le faux qu’elles donnent parce que je suis un gros lourd. » Une expérience qu’il n’avait jamais vécue mais qu’il préférait ne pas voir lui arriver de sitôt.

_________________

-- COME GET YOUR HONEY.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chad Siringo

messages : 575
name : Olivia
face + © : jb + Sarasvati
multinicks : lydia, emerson, harper, jax, parker, stella, zoya
points : 194
age : twenty-six
♡ status : wandering
work : washing dishes @ mickey's + delivering pizzas
home : w/ too many siringos

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) kelley, rufus, crys, clarissa

we've been making shades of purple out of red and blue Empty
Message· · Sujet: Re: we've been making shades of purple out of red and blue we've been making shades of purple out of red and blue EmptyDim 19 Mai - 19:36

S’il avait pu, Chad aurait parcouru des kilomètres comme ça, Rufus accroché à lui, l’air leur fouettant le visage, la nuit les surplombant, les engloutissant. Mais le distance qui les séparait du Davey’s n’était que d’une poignée de minutes et, bien trop tôt, le corps voisin s’écarterait, réinstaurant le fossé habituel. Peut-être était-ce mieux ainsi, songea Chad, un nœud au ventre, l’air peinant à atteindre ses poumons dès que Rufus se trouvait si proche. Il ne savait pas comment il se faisait que son meilleur ami n’ait encore jamais noté les légers tressaillements, les expirations désabusées, les coups d’oeil en coin. Parfois, il semblait à Chad qu’il portait un panneau lumineux au-dessus de sa tête, tant ses sentiments cherchaient à le fuir, à se jeter sur le jeune Munro. Mais ça ne devait pas être si évident que ça, finalement. Le déluge, il restait furieux à l’intérieur, mais à l’extérieur, le sourire ironique de Chad pouvait faire passer n’importe quelle remarque traîtresse pour une boutade ou un sarcasme, comme s’il était impossible qu’il puisse effectivement trouver les boucles de son meilleur ami jolies – la blague, il lui fallait chaque fois se restreindre pour ne pas les effleurer ou, pire encore, y plonger les doigts entièrement. Quant au fait de draguer les filles, visiblement, Rufus ne s’imaginait pas une seule seconde que cela puisse écorcher la bouche du jeune Siringo que de ne faire qu’évoquer ces demoiselles qui pourraient se glisser entre ses bras. Il fallait qu’ils se trouvent chacun une copine, songea Chad. Qu’ils aient l’esprit ailleurs, qu’il puisse diriger ses hormones vers quelqu’un d’autre. Peut-être qu’ils se verraient moins, accaparés comme ils le seraient, chacun avec sa nana. Ça ne serait pas forcément une mauvaise chose, lui soufflait une petite voix, celle de la raison, tandis qu’une autre s’élevait presque aussitôt, furieuse qu’il puisse ne serait-ce que croire une telle chose. N’était-il pas aussi revenu pour lui, pas seulement pour ses frères et sœurs, comme s’était amusé à le lui faire remarquer Kelley avec un sourire malicieux ? Si. Bien sûr. Ça n’en rendait pas moins chaque égratignure moins douloureuse. Chaque fois que Chad imaginait que quelqu’un puisse s’immiscer entre Rufus et lui, son coeur avait quelques ratés.
Pourtant, à ce stade, les ratés n’étaient pas entièrement à imputer à la proie potentielle – éventuelle, si vraiment il n’y avait pas d’autre issue – mais également à la vue   qu’avait représenté le jeune Munro en émergeant de son immeuble. Le sourire de Chad s’était froissé en le voyant si bien apprêté et il avait presque été déçu que le jeune homme ait fait tant d’effort pour leur sortie. Il était beau, Rae. Il avait ce charme discret et l’idiot ne s’en rendait même pas compte. C’était sans doute ce qui accentuait cet éclat délicat. S’il avait été conscient du trouble qu’il créait, s’il en avait joué, toute la beauté en aurait été altérée. À la place, Chad lui aurait bien répliqué qu’il aurait pu en parler des heures, de ses jolies boucles – et de tout le reste. Mais il garda pour lui sa réflexion et accueillit le poids supplémentaire, sans ignorer le frisson qui lui parcourut le dos quand les bras l’enserrèrent. Il avait eu le temps de s’y faire, à ces contacts innocents et avant qu’il quitte Windmont Bay, il parvenait aisément à réprimer les sensations de son corps, mais il lui semblait que ces mois passés loin de Rufus avaient quelque peu fragilisé sa routine et il lui fallut inspirer brièvement pour chasser l’envie de poser la main sur celles de son compagnon. Il ne l’aurait sans doute pas lâchée, s’il avait cédé.
Le moteur noya le tambour récalcitrant de son coeur en déroute et Chad dévala la rue, accélérant juste assez pour dépasser la limite autorisée, juste assez pour éventuellement expliquer la vitesse à laquelle son muscle cardiaque allait. Juste assez, aussi, sans doute, pour atteindre le Davey’s un peu plus vite.
Quelques minutes plus tard, ils s’arrêtaient devant le bar local. Chad coupa le moteur et observa les ombres qui dansaient derrière les vitres, regrettant presque qu’ils n’aillent pas ailleurs, juste tous les deux, fumer ou boire, ou les deux, sans se soucier du reste du monde.
Mais le monde, il ne restait jamais longtemps à l’écart, Chad le savait et il se finit par se résoudre à descendre à son tour de son scooter pour le sécuriser. Il était accroupi lorsque Rufus fit allusion aux filles et il faillit prétendre ne pas l’avoir entendu avant de finalement lever les yeux vers son meilleur ami.
- Mmmh, ça me paraissait évident, ça, déclara Chad en se redressant pour récupérer son casque.
Il aurait préféré s’en tenir à lui offrir tous les verres qu’il voulait, ce qui lui coûterait moins – façon de parler – que d’assister aux tentatives de Rufus pour attirer une fille dans ses filets. Il l’avait assez vu à l’œuvre pour savoir que ce ne serait pas une mince affaire. À nouveau, Chad se demanda comment Rufus pouvait être aveugle à son propre charme – car le jeune Siringo, lui, ne manquait jamais les œillades intéressées qui étaient dirigées vers le jeune Munro. Mais ça faisait plus ou moins son affaire. Jusqu’à ce soir, du moins.
- Bon. Dans ce cas, va falloir bien doser les consommations, plaisanta Chad. Histoire de te dégourdir assez pour aller parler à une fille, sans quoi l’entreprise est déjà compromise, mais pas trop au point que tu tombes dans la case du lourdaud incapable d’aligner deux mots.
Cherchait-il à inquiéter son ami en évoquant les deux extrêmes ? Peut-être un peu. Chad ne pouvait s’empêcher, au fond, de vouloir autant saccager les chances de Rufus que de les lui offrir.
- Viens par ici, deux secondes, dit-il en lui faisant signe d’approcher.
Chad fit mine d’arranger une boucle indisciplinée puis il laissa retomber sa main.
- Voilà. Ce soir, je mise gros sur toi. Tu ne vas pas ramener un mais plusieurs numéros!
Et pour s’empêcher de dire d’autres conneries, Chad bouscula légèrement Rufus pour le pousser vers l’entrée du bar. Ils s’enfoncèrent dans la salle surchauffée et Chad ôta sa veste tout en jetant un œil circulaire aux clients qui peuplaient déjà l’endroit, fameux à Windmont Bay et ses alentours.
- Je sais que c’est inutile de te rappeler ces quelques règles de base, mais je vais quand même les passer en revue. Souris, okay ? Je pense que ça fait déjà la moitié du boulot. Regarde-la dans les yeux, aussi. Évite d’avoir l’air de l’avoir bien reluquée de haut en bas avant de parler, ou elle va croire que tu la prends pour de la viande fraîche. Même si tu lui balances un truc bateau à mort, du moment que tu la respectes, je pense que tout peut être pardonné. Et dis-toi que rien n’est perdu, même si elle fait mine de rouler des billes quand tu l’abordes. Sois toi-même. Je ne vois pas pourquoi une fille ne te donnerait pas son vrai numéro!
Il n’avait rien d’un coach. Lui, il y allait à l’instinct et il se prenait sûrement autant de râteaux que de sourires mais ce soir, il était question de Rufus.
Et si Rufus voulait qu’il soit son bras droit, pouvait-il vraiment le lui refuser ?

_________________

Have you ever wished you could rewind, pick up all the pieces of the life you left behind ? Have you ever lived on borrowing time, knowing your mistakes are chasing you down from behind ? But, don't hold me, cause I am falling back down and I wouldn't wanna see you hit the ground. But little darling you found my heart in the lost and found but the scars they still follow me around.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rufus Munro

messages : 179
name : capricorns
face + © : aron — chrysalis.
multinicks : bran, hammer, angel, mac, connor.
points : 499
age : 24.
♡ status : socially awkward virgin.
work : barman, works the night-shift @ the majestic bar.
home : a flat on crescent lane, w/ his brother-in-law.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open.

we've been making shades of purple out of red and blue Empty
Message· · Sujet: Re: we've been making shades of purple out of red and blue we've been making shades of purple out of red and blue EmptyDim 16 Juin - 20:18

Rufus fixait Chad, un sourire lui allant d’une oreille à l’autre. Il était content d’être là, avec lui, de le retrouver pour toutes ces bêtises qui lui trottaient dans la tête. Il n’y avait qu’avec Chad qu’il pouvait être lui, sans peur du jugement. Chad savait pourquoi il n’approchait pas les filles et pourquoi quand il le faisait, la tentative tournait à la catastrophe. Chad était là. Et Chad allait l’aider, parce que c’était qu’il faisait toujours, pas vrai ? « Je suis toujours dégourdi, merci bien. » protesta Rufus en roulant exagérément des yeux. Chad avait pourtant raison sur toute la ligne : dès qu’il était nerveux, il buvait ; et quand il buvait, il disait n’importe quoi. Ou pire, se mettait à danser. Il ne fallait surtout pas qu’il se mette à danser. Ça ne finissait jamais bien.
Viens par ici. Sagement, Rufus obtempéra, réprimant son gloussement derrière une lèvre mordue et laissa son meilleur ami remettre en place ses boucles. Et éclata de rire lorsque ce dernier lui assura qu’il allait ramener plusieurs numéros. « T’as raison. Mise tout ce que tu as sur moi, Siringo, tu seras riche. » Riche de leurs conneries, car ils savaient l’un comme l’autre qu’ils n’avaient pas un sou en poche. L’une des nombreuses raisons pour laquelle Rufus n’imaginait rien en-dehors de Windmont Bay. À quoi bon ? Il n’avait pas les moyens de s’échapper, donc autant rester là et en faire ce qu’il pouvait. Et ça incluait passer le plus de temps possible avec Chad Siringo.
Chad le dépassa et Rufus le suivit, s’enfonçant dans le Davey’s. Il fit soudain beaucoup plus chaud et plus bruyant ; Rufus s’y sentait comme un poisson dans l’eau. Raison pour laquelle il n’eut aucun mal à entendre les recommandations de Chad malgré le bruit ambiant. Le fait que son ami se trouve à deux centimètres de lui aidait sans doute grandement mais hey, Rufus se trouvait des qualités où il le pouvait. « La regarder. La respecter. Ne pas être un creep. Got it. » résuma le barman en opinant du chef. Ça ne devait pas être si difficile que ça, non ? Si Chad et tous les autres le faisaient… Alors lui aussi, il était capable d’aller voir une fille et de lui demander son numéro, goddamnit. Rufus sentit une bouffée de chaleur accompagner sa résolution renouvelée et il pointa sa veste en cuir du doigt, mimant un coup de chaud. « Je fais quoi ? Je la garde ? » Il tira sur les pans de sa veste en cuir pour en relever le col, à la manière d’un Danny Zuko moins gominé, et décocha un clin d’oeil à son meilleur ami. Mais sa question était sincère. Il se sentait soudainement idiot, à s’être préparé comme une lycéenne pour son bal de promo. « Ou je l’enlève ? » demanda-t-il en faisant glisser la veste de ses épaules. La chaleur bondée et humide du Davey’s faisait coller l’intérieur de la veste à ses bras et il n’était pas certain que suer à grosses gouttes était particulièrement indiqué pour séduire une fille. « Bon, je l’enlève. Si j’ai chaud, je frise. » décida-t-il. Il n’avait pas la moindre envie de se transformer en caniche alors qu’il était, pour une fois, motivé à se montrer sous son meilleur jour. Voir Chad revenir dans sa vie lui faisait prendre conscience de ce temps qui leur avait filé entre les doigt. Ils avaient des dizaines de soirées à rattraper et ce soir, l’urgence lui paraissait plus grande que jamais. Rufus avisa une table haute qui venait de se libérer et attrapa son meilleur ami par le bras. « Hey, cowboy, pas si vite. » De là, ils pouvaient scanner la foule qui se faisait de plus en plus compacte au fur et à mesure que la nuit avançait et Rufus en profita pour intercepter une serveuse. « Deux bières et deux shots de vodka. De préférence cheap et vraiment mauvaise. » lui lança-t-il avec un clin d’oeil avant de revenir vers Chad. « Je mets tout ça sur ta note, Siringo. Bon, t’as repéré des candidates potentielles ? Tu me connais, je suis pas difficile. » Il ne pouvait pas vraiment l’être, en même temps : il n’avait rien d’incroyable et la demoiselle qui voudrait bien de lui aurait pu prétendre à des heures de travaux d’intérêt généraux si elle sortait avec lui. Rufus plissa les yeux pour mieux chercher et son regard finit par s’arrêter sur une jolie brune à quelques mètres, accoudée au bar et visiblement seule. Lorsqu’elle sourit au barman, des fossettes apparurent au coin de ses joues et le coeur de Rufus tressauta, chamboulé par l’apparition. « Là, au bar. Elle est mignonne, non ? » demanda-t-il en donnant un coup de coude stratégique à Chad. « J’attends la bière, peut-être. » ajouta-t-il, soudain hésitant. Si Chad le soutenait dans sa quête, alors il était à peu près certain de pouvoir rentrer avec le numéro d’une fille ce soir. Quand à ce qu’il en ferait, il n’en avait encore aucune idée mais chaque chose en son temps. Mais il le savait : au final, ça ne dépendait que de lui. Chad ne pourrait pas toujours lui servir d’excuse ni même de bras droit. Un jour, il se trouverait une copine, une vraie et Rufus savait qu’à ce moment-là, leurs chemins s’écarteraient. Alors il lui fallait quelqu’un. Pour ne pas être laissé sur la touche, comme ces derniers mois le lui avaient rappelé. La serveuse revint avec leurs bières et leurs shots, et Rufus se rasséréna. Tout à coup, il était de nouveau en terrain familier. Il posa le shot devant Chad et souleva le sien dans une pantomime de toast. «  À nous. » Sans attendre, il l’avala cul sec, la brûlure de la vodka bon marché l’emportant sur tout le reste.

_________________

-- COME GET YOUR HONEY.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chad Siringo

messages : 575
name : Olivia
face + © : jb + Sarasvati
multinicks : lydia, emerson, harper, jax, parker, stella, zoya
points : 194
age : twenty-six
♡ status : wandering
work : washing dishes @ mickey's + delivering pizzas
home : w/ too many siringos

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) kelley, rufus, crys, clarissa

we've been making shades of purple out of red and blue Empty
Message· · Sujet: Re: we've been making shades of purple out of red and blue we've been making shades of purple out of red and blue EmptyMar 16 Juil - 11:16

C’était sans doute son cadre familial qui lui permettait de tout voir avec une telle désinvolture, là où Rufus se figeait au moindre imprévu. Quand on grandissait au milieu de sept frères et sœurs, forcément, on apprenait à accepter les choses comme elles venaient. Quand on grandissait dans un foyer aussi chaotique, on se marrait dans la foule. Avec les filles, Chad n’avait jamais eu le moindre souci, elles ne l’effrayaient pas – avec les modèles qu’il avait à la maison, après tout, il en voyait de toutes les couleurs alors qu’est-ce que de parfaites inconnues pouvaient représenter ? Les remarques cinglantes, il connaissait, les sourires qui sonnaient faux, il les lisait sans difficultés et les accusait avec désinvolture. Là où d’autres seraient mortifiés d’être envoyés sur les roses – ou pire, se tourner vers l’agressivité pour exprimer leur désarroi – Chad hochait la tête, admettait sa défaite, et passait à autre chose. C’était sans doute ce qui manquait cruellement à son meilleur ami : cette nonchalance qui ne meurtrissait pas, qui chassait le malaise d’un sourire. A coup sûr, si Rufus s’était moins pris la tête, il n’aurait pas éprouvé ces craintes absurdes à la simple idée d’avoir à approcher une fille. Mais les choses allaient peut-être changer ce soir. Peut-être que Rufus allait vaincre sa peur bleue de l’autre sexe et les faire toutes craquer. L’idée fit sourire le jeune Siringo, à moins que ça soit la protestation de Rufus qui étire ses lèvres de la sorte. Chad hocha la tête, ne faisant même pas mine de le croire et faillit le rassurer d’un t’en fais pas, je t’aime comme t’es, mais il se ravisa et les mots restèrent bloqués dans sa gorge.
Oh, comme il l’aurait bien embrassé, là, devant ce bar, alors qu’il accueillait cet éclat de rire, alors que son cœur bondissait à ce son joyeux et bienvenu. Il aimait quand Rae souriait, quand Rae riait –  et, il se l’avouait volontiers, peu importe ce que faisait Rae, il aimait ça.
- Riche à quel point, selon toi ? Sois pas timide. Millionnaire ? Milliardaire ? Ah, je ne sais même pas ce que je foutrais avec tout ça !
En réalité, les idées fusaient mais il les noya l’une après l’autre. Il n’avait jamais aimé se rappeler à quel point sa famille galérait au quotidien, ils avaient toujours vécu au seuil de la pauvreté et ils n’en étaient pas morts – du moins, n’était-ce pas cela qui avait écourté la vie de Caleb. Dès que le visage de son frère se dessina furtivement dans son esprit, Chad le chassa en culpabilisant. Ce soir, il n’était pas question d’évincer le garçon qui lui manquait cruellement, juste de se concentrer sur celui qui restait loyalement à ses côtés, malgré les épreuves, malgré la trahison de sa désertion. Et Chad ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil plus long à Rufus : c’était lors d’une épreuve conséquente qu’il avait fait sa connaissance, une bonne décennie plus tôt et, parfois, le jeune Siringo se disait que la douleur avait valu le coup d’être subie, puisqu’à la fin il avait pu compter Rufus Munro parmi ses amis les plus proches.
Assez de nostalgie, songea le jeune homme en reprenant ses esprits. Ce n’était pas leur mine sombre qui allait attirer les filles, même s’il savait que certaines aimaient les écorchés vifs ou jouer les infirmières de la vie. Ce soir, ils étaient de nouveaux deux gars insouciants qui se satisfaisaient de la vie sans envergure qu’ils avaient. Et c’est dans cette optique que Chad pénétra dans le bar, égrenant ses conseils ridicules à un Rufus très attentif. Un rictus glissa sur les lèvres de Chad au résumé succinct de l’autre et il lui donna une tape sur l’épaule, comme pour le congratuler de sa vivacité d’esprit :
- T’as tout compris ! Maintenant allons mettre cela en pratique !  
Il leur fraya un chemin en direction du comptoir et se retourna au moment où Rufus l’interrogeait. Chad le regarda de bas en haut en un battement de cils puis haussa les épaules :
- Ouais, les auréoles, je crois que ce n’est pas trop au goût de ces demoiselles, confirma Chad d’un hochement de tête. Mais compte pas sur moi pour la tenir pendant que tu dragues !
Plutôt fier de sa boutade, Chad fit mine de repartir à l’assaut de la foule mais Rufus l’arrêta et lui désigna une table haute. Le jeune Siringo acquiesça. N’avait-il pas promis d’être le best wingman que Rufus pouvait espérer ? Il combla le pas jusqu’à la table, ôta sa veste à son tour et s’y accouda, se mettant en condition pour partir en chasse d’une conversation intéressante, d’une noyade dans de jolis yeux cernés de mascara – à défaut de pouvoir fondre dans le regard chocolat de Rae – et peut-être plus si affinités. Chad ne disait jamais non à un rapprochement des corps, c’était connu. Il chercha des nanas qui paraissaient seules, de préférence à deux, mais pourquoi pas trois, sans vouloir être gourmand, plus le choix était large, mieux c’était – à moins qu’à miser sur davantage, il espérait surtout maximiser leurs chances de trouver une nana à son meilleur ami. Il zappa volontairement celles qui étaient plus de six, ainsi que celles qui étaient accompagnées de mecs – autant éviter les ennuis inutiles. Il repéra deux blondes, appuyées près du mur à droite du comptoir mais il jugea que leur proximité avec les toilettes indiquait sans doute qu’elles faisaient la file et ne seraient donc pas forcément très réceptives à une approche. Il tourna ensuite son attention vers la demoiselle désignée par Rufus et l’analysa d’un coup d’œil un peu critique – banale, avait-il envie de dire, mais il savait que ce ne serait pas sincère et incité par la jalousie. Aucune ne serait à la hauteur, voilà ce que pensa Chad durant une fraction de seconde avant d’acquiescer :
- Super mignonne, ouais, concéda-t-il avant de balayer les alentours de la cible de Rufus pour voir si une autre jeune femme ne paraissait pas s’ennuyer.
Leur commande arriva et Chad sortit son portefeuille pour lâcher un billet froissé avant d’attraper son shot.
- A nous, répéta-t-il en levant le coude pour boire d’un trait le contenu du verre, puis il attrapa sa bière. Allez, cessons de tergiverser et jetons-nous à l’eau. Prépare ton plus beau sourire, Munro, ce soir, t’emballes la petite brune.
Et sans laisser à Rufus l’opportunité de freiner des quatre fers, Chad l’embarqua, veste dans le creux du coude, pour aborder l’inconnue et il n’hésita pas une seconde lorsqu’il annonça à la demoiselle, sans préambule :
- Je me sens grand seigneur, ce soir ! C’est ma tournée ! Qu’est-ce que ce sera pour toi ?
Chad se glissa d’un côté de la demoiselle pour libérer l’espace au dragueur de la soirée, avant de se tourner vers une autre fille, au hasard, optant pour la plus proche, une petite blonde qui lui arrivait à l’épaule et qui leva un regard sceptique vers lui :
- Et pour toi ? s’enquit-il en lui offrant un sourire chaleureux, quoiqu’un peu figé pour quiconque le connaissait un minimum, avant de se pencher vers elle, comme pour lui souffler un secret à l’oreille, tout en parlant assez fort pour que les deux autres l’entendent. Je n’ai pas spécialement envie de tenir la chandelle à ces deux-là.
Le jeune Siringo lui adressa un clin d’œil et jugea celui-ci bien accepté, au sourire amusé qui étira les lèvres de la demoiselle.
- Je m’appelle Chad, et toi ? demanda-t-il en lui tendant la main – elle se présenta, Tamara – avant de se tourner de l’autre côté, pour voir comment Rufus s’en sortait.
Pas trop mal, il l’espérait.
Mais pas trop bien non plus, il l’espérait aussi.

_________________

Have you ever wished you could rewind, pick up all the pieces of the life you left behind ? Have you ever lived on borrowing time, knowing your mistakes are chasing you down from behind ? But, don't hold me, cause I am falling back down and I wouldn't wanna see you hit the ground. But little darling you found my heart in the lost and found but the scars they still follow me around.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




we've been making shades of purple out of red and blue Empty
Message· · Sujet: Re: we've been making shades of purple out of red and blue we've been making shades of purple out of red and blue Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
we've been making shades of purple out of red and blue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Purple Haze
» 04. Nothing's really making any sense at all.
» Galerie de Valhorn : Nains !
» bizarboy
» Purple III : L'oeil du loup [ spectre du loup garou ] (ok)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: good times at daveys-
Sauter vers: