hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 Les sujets de la première saison qui sont encore dans
la partie flashback et qui n'ont pas reçu de réponses depuis
un certain temps ont été archivés. Pour les autres, vous avez
encore un mois (jusqu'à la prochaine maintenance) pour les
clôturer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 take care of your broken soul. (s/s)

Aller en bas 
god lies between your fingertips.

Sami Winters

messages : 4544
name : faustine.
face + © : zayn ⋅ ©self, tom walker.
multinicks : resen ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ jesse.
points : 4177
age : twenty six ⋅ [15|03]
♡ status : married to tommy since august 11th 2018, completely in love with him.
work : projectionist @ arc light.
home : a small cosy house on pioneer oak (8).

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | alma, emerson, james, nate, tommy, shiloh / next: mila.

take care of your broken soul. (s/s) Empty
Message· · Sujet: take care of your broken soul. (s/s) take care of your broken soul. (s/s) EmptyVen 3 Mai - 14:42

Tell me you hate me, just tell me something
Lay it all on the table, cause sooner or later, it's back again

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@shiloh roys - 27 avril 2019

Dans ce à quoi il pouvait s'attendre, ou ce qu'il était en mesure d'espérer, l'instant « t » n'apparaissait pas dans la liste. Pourtant, il y avait une certaine logique derrière tout ça, à sa présence entre les quatre murs de la boutique, mais quelque chose avait dû échapper à Harsha lorsque ses pieds l'avaient mené à passer le pas de la porte, à faire tinter la clochette à l'entrée, à se diriger vers les étalages de fleurs en se demandant lesquelles étaient les plus appropriées pour sa mère. Son anniversaire n'était que le lendemain, mais un seigneur avait apparemment décidé d'instaurer au monde son jour de repos à chaque fin de semaine, et il lui avait fallu, en dernier recours – ses idées lui avaient toutes échappées après avoir cherché le cadeau d'anniversaire de Tommy pour la semaine passée, jour pour jour –, au moins prendre un joli bouquet pour lui offrir. La fin de journée approchait, ses recherches dans Windmont Bay pour mettre la main sur la perle rare (au sens propre comme au figuré, il aurait pris tout ce qu'il lui avait semblé assez bon de prendre) s'étaient montrées loin d'être fructueuses et, avec un léger sentiment d'échec, il avait pris la direction du Rainy River Flowers, espérant y trouver Alma derrière le comptoir. Sur son visage s'était pointé une légère moue, n'apercevant personne dans la boutique, mais à aucun moment son esprit n'avait imaginé la possibilité d'un retour de la propriétaire des lieux. Ça faisait un moment qu'il n'avait pas eu de ses nouvelles, plus longtemps encore qu'il n'avait pas cherché à en avoir ; depuis leur dernier échange, au mois d'août, Sami avait veillé à garder ses distances autant qu'il était possible de le faire et, sans doute un peu injustement, avait éprouvé un certain soulagement en la sachant hors de la ville pendant quelque temps. Certains endroits de Windmont n'étaient plus parmi ceux dans lesquels il avait l'habitude de passer. Il évitait soigneusement, jusqu'à ce que ça devienne un mouvement inconscient, ces parties de la ville où il savait qu'elle avait ses habitudes, peu désireux de croiser son chemin après tout ce qu'il avait pu se passer au cours de l'été dernier. Il était fautif, il le savait, évidemment. Mais il n'avait pas envie de risquer de la croiser, n'avait pas l'intention de s'exposer à des regards noirs ou attristés, ou les deux, ou de remuer le couteau dans une plaie qui n'était peut-être pas encore cicatrisée. Imposer ça n'aurait pas eu de sens, pas plus que de rompre son habitude à ne pas aller là où il associait l'endroit à Shiloh. Mais Alma ne lui avait pas dit qu'elle était revenue, et les fleuristes de ne bousculaient pas à chaque coin de rue. Quelque part, il avait cherché à faire taire la gêne, le malaise qu'il ressentait au creux de son ventre, parce qu'une infime partie de lui se persuadait qu'il aurait été au courant si elle était revenue en ville. Ses yeux glissèrent sur les différentes fleurs et, sortant son téléphone tout en observant les noms de plus jolies qu'il trouvait, il chercha sur internet la symbolique qui y était associée, connaissant suffisamment sa mère pour savoir qu'elle était en mesure de les savoir. Une moue dessinée sur le visage, il entendit au bout de quelques minutes du bruit provenir de l'arrière-boutique, suivit de pas qui s'approchaient de plus en plus. Ça devait être Alma, probablement. Dans un mouvement de tête, il se redressa et se tourna vers la silhouette blonde qu'il avait aperçue du coin de l'œil, affichant d'avance un sourire à l'intention de son amie qui ne resta pas bien longtemps au détour de ses lèvres. Les commissures de sa bouche retombèrent rapidement, détaillant le visage de Shiloh avant de cligner deux, peut-être trois fois des yeux. « Oh. » fut la seule chose qu'il parvint à sortir dans un premier temps, rangeant son téléphone dans la poche de son jean et glissant ses cheveux sur l'arrière de son crâne, dans un mouvement gêné.  Les mois avaient beau s'être écoulés depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus, il n'était pas sûr de recevoir un accueil plus chaleureux que celui obtenu à la fin août, lorsqu'elle avait débarqué chez lui après avoir découvert pour son histoire avec Tommy. Son regard fuyant se tourna rapidement vers la sortie de la boutique avant de se concentrer à nouveau sur elle, et Sami laissa échapper un soupir. « Désolé, je savais pas que t'étais revenue. Je serais pas passé ici sinon. » Si les choses n'étaient pas amenées à s'améliorer, il ne voulait pas non plus qu'elle s'imagine sa présence comme un élan de provocation envers elle alors qu'il n'en était rien. Son intention n'était pas d'envenimer un peu plus les choses, de compliquer une relation déjà enterrée, et son malaise ne fit que grandir un peu plus alors qu'il désigna d'un mouvement de tête la porte de la boutique. « Je vais aller ailleurs, » sans même savoir où il était supposé se diriger après ça, mais il n'avait aucune envie de prolonger leur face à face, tout comme elle ne devait sans doute pas l'avoir non plus. Le temps de leurs retrouvailles inopinées, Sami n'avait même pas prêté attention aux quelques personnes qui, à leur tour, arpentaient les rayons.

_________________

- we don't need to spend our l i v e s chasing gold, anywhere with you, I'll call my home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
she hung the moon and painted the stars in the sky

Shiloh Roys

messages : 1618
name : jenn/foxie.
face + © : aseyfried — (ava) dublin (gifs) tumblr.
multinicks : lexi ⋅ luca ⋅ marloes ⋅ marvin ⋅ roza
points : 1608
age : twenty-nine (2/07)
♡ status : trying to piece herself back together.
work : owner of the rainy river flowers.
home : a beach house on ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off (●●●●) marley II, sami, alma (beckett, nomi)

take care of your broken soul. (s/s) Empty
Message· · Sujet: Re: take care of your broken soul. (s/s) take care of your broken soul. (s/s) EmptyJeu 6 Juin - 20:06

Si partir de Windmont Bay pendant quelques mois lui avait fait le plus grand bien, lui permettant alors de changer d’air et surtout de se changer les idées par rapport à ce qui avait pu arriver ici, Shiloh devait avouer qu’elle était tout de même bien heureuse d’être revenue « à la maison » désormais, retrouvant ses petites habitudes et son quotidien avec davantage de sérénité et de positivité qu’avant son départ. Comme si tout revenait à la normale dans sa vie, ou presque. Presque, puisque de plusieurs façons, la blonde avait dû se réhabituer à vivre seule, se réhabituer à se faire passer elle en priorité dans chacun des choix qu’elle prenait dorénavant, plutôt que de penser en premier à celui qu’elle avait aimé et qui avait alors constitué une part importante de sa vie, par la place qu’elle lui donnait dans celle-ci. Passer à autre chose, oublier son chagrin (ou plutôt le mettre de côté, puisqu’elle ne pourrait jamais oublier complétement la douleur qu’avait causé la trahison de son ex-petit-ami), se reconstruire ; tout cela n’avait pas été chose aisée et d’une certaine manière, partir l’avait beaucoup aidé pour cela, lui permettant alors de chasser les souvenirs de sa relation accrochés à cet endroit, pour pouvoir mieux y revenir, l’esprit plus clair et quelque peu vidé de toutes les ondes négatives dont il avait pu être submergé, alors qu’elle avait presque été prête à tout abandonner, sans vouloir se l’avouer complétement, sans vouloir l’accepter réellement. Une part d’elle, restait toujours fragile, meurtrie par la peine qu’elle avait connue et qui avait détruit quelque chose en elle, quelque chose qui mettrait probablement du temps encore avant de pouvoir se reconstruire complétement, s’agissant là de sa confiance en elle-même, et en celle qu’elle pouvait avoir envers les autres. Ne plus penser qu’à elle-même et à son propre bonheur, ses propres envies, ses propres besoins, voilà ce sur quoi la jeune fleuriste se concentrait désormais, déterminée à ne plus se laisser aller à son malheur tout en sachant que son retour à Windmont Bay lui compliquerait encore cette tâche qu’elle s’était appliquée à mener durant ces derniers mois, ces dernières semaines loin de là. Au fond, lorsqu’elle avait décidé de quitter la ville, c’était aussi et surtout car elle avait pris conscience qu’elle ne pouvait plus continuer comme cela éternellement, ne se reconnaissant plus elle-même dans ses propres agissements, Shiloh avait alors eu besoin de s’éloigner quelques temps pour réussir à se ressourcer, à se retrouver. Et si durant ses périples de ces derniers mois, la jeune femme s’était parfois retrouvée à hésiter quant à son retour dans le coin, envisageant presque de faire ses valises de manière définitive pour recommencer sa vie autre part, loin de Tommy, loin de Sami et loin de tout ce qui avait pu la blesser par ici, elle avait rapidement chassé cette idée de son esprit. D’une part, parce que la blonde ne tenait plus à fuir ses problèmes, sa propre vie, tout comme elle avait pu essayer de le faire auparavant, consciente dorénavant qu’où qu’elle aille, les fantômes du passé finiraient toujours par la retrouver, faisant partie d’elle. D’autre part, parce qu’elle ne souhaitait pas abandonner sa boutique, appréciant ce qu’elle y réalisait depuis qu’elle l’avait reprise et fière d’avoir pu donner une seconde vie à l’œuvre de son grand-père, héritage qui avait su révéler en elle une réelle passion. Shiloh, elle comptait sur elle-même pour être forte désormais, du mieux qu’elle le pouvait, sachant pertinemment que son retour en ville provoquerait le risque d’avoir à nouveau à faire face à son passé, qu’elle ne pourrait alors plus éviter. Et si l’idée de croiser son ex-petit-ami ou son ancien ami l’angoissait quelque peu, la blonde misait alors en ses chances de parvenir à les esquiver, comme elle avait réussi à le faire depuis son départ, étant même parvenue avec le temps à ne plus les espionner sur les réseaux sociaux, réfrénant cette pulsion malsaine qui durant les premiers mois après la rupture, l’avait poussé à constamment les observer, nourrissant sa peine de leur bonheur exhibé. Mais, cet espoir qu’elle nourrissait alors de pouvoir continuer à les éviter tout deux le plus longtemps que possible, même après son retour en ville, allait vite tomber à l’eau, contre toutes ses attentes. Affairée dans l’arrière-boutique à réaliser l’inventaire des accessoires de compositions florales, Shiloh mit quelques minutes à rejoindre l’avant de la boutique de fleurs après avoir entendu le carillon de la porte d’entrée tinter. Finissant alors de compter le nombre restant d’une décoration en forme de cœur et en résine de bois, la jeune fleuriste regagna ensuite la boutique où un client l’attendait, découvrant avec surprise et étonnement la silhouette de Sami, planté au milieu d’une rangée de fleurs. Sa première réaction fût de froncer les sourcils, ne comprenant pas ce qu’il faisait là, dans sa boutique, comme dans une sorte de provocation à la suite de son retour en ville. Non vraiment, là, elle ne comprenait pas ce qu’il lui voulait, tandis que tout ce qu’elle souhaitait elle était d’être le plus loin possible de lui, n’ayant plus rien à lui dire suite à leur dernière entrevue. Mais, alors que l’expression sur son visage se modifia à la seconde où il l’aperçut, le jeune homme semblait tout aussi surpris de la voir ici qu’elle l’était alors, à la différence près qu’elle y avait sa place légitime, Shiloh comprit qu’il ne s’attendait probablement pas à tomber sur elle. Qu’est-ce qu’il espérait, hein ? Qu’elle soit partie pour du bon ? Soupirant à son tour, légèrement agacée par le fait qu’il ose se pointer dans sa boutique le plus naturellement du monde, comme s’il n’était pas conscient du risque de pouvoir l’y voir, ses propos vinrent confirmer ce qu’elle pensait, le jeune homme lui indiquant qu’il ne serait pas venu s’il avait eu connaissance de son retour. En tout cas, il avait été informé de son départ de la ville, ce dont elle ne put s’empêcher d’annoter, consciente qu’il devait s’intéresser un minimum à elle pour l’avoir appris, tandis qu’elle n’en avait pas fait une annonce générale. « Je suppose que t’aurais préféré que je ne revienne pas. » Son ton était un peu plus amer que ce qu’elle avait imaginé au départ, mais au vu de la rancœur qu’elle gardait toujours envers lui, l’on pouvait presque considérer qu’elle lui avait parlé aimablement, moins sèche et froide qu’elle avait pu l’être autrefois. Considérant qu’il n’était pas venu là dans le but de la provoquer expressément, sa venue était peut-être là un signe du destin pour la tester sur sa capacité à se montrer forte et à faire abstraction de la douleur qui quelque part en elle, sommeillait encore. « Tu peux rester. » lâchait-elle finalement d’un ton qui se voulait plus neutre et moins agressif envers lui, sans pour autant vouloir paraître trop enjouée à l’inciter à rester. Pour cela, il y avait encore un grand pas à faire, qui ne serait probablement jamais franchi par la belle, pas rancunière de base mais si certaines trahisons pouvaient être pardonnées, ce n’était certainement pas le cas de celle-ci. Jetant un petit coup d’œil aux autres clients ayant pénétré dans la boutique, Shiloh constatait que ceux-ci étaient occupés à sillonner les rayons avec curiosité. Se retournant alors à nouveau vers Sami, la jeune femme prit une légère inspiration pour se donner le courage et la force d’affronter ce client inattendu, avant de s’armer d’un léger sourire, qui au final ressemblait davantage à une moue gênée par la situation qu’à un réel sourire. Pour le coup, elle n’allait pas avoir le choix que de prendre sur soi pour supporter sa présence. « Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? Une recherche particulière ? » Même si au fond, elle n’avait pas de réelle envie de l’aider, ce d’aucune façon que ce soit, la blonde ne tenait pas non plus à l’expulser de sa boutique, essayant de voir cela comme un rapport purement professionnel, comme pour se convaincre d’oublier elle-même leur passé commun, le temps d’un instant.

_________________

no there's no one else's eyes that could see into me no one else's arms can lift me up so high your love lifts me out of time and you know my heart by heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
god lies between your fingertips.

Sami Winters

messages : 4544
name : faustine.
face + © : zayn ⋅ ©self, tom walker.
multinicks : resen ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ jesse.
points : 4177
age : twenty six ⋅ [15|03]
♡ status : married to tommy since august 11th 2018, completely in love with him.
work : projectionist @ arc light.
home : a small cosy house on pioneer oak (8).

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | alma, emerson, james, nate, tommy, shiloh / next: mila.

take care of your broken soul. (s/s) Empty
Message· · Sujet: Re: take care of your broken soul. (s/s) take care of your broken soul. (s/s) EmptySam 15 Juin - 23:26

Le karma avait-il quelque chose à voir avec cela ? Si tel était le cas, Sami ne comprenait pas ce qu'il avait pu faire dernièrement pour mériter ce genre de face à face. Shiloh n'était clairement pas la personne qu'il espérait recroiser de sitôt, se doutant tout de même que c'était le genre de choses qui risquaient d'arriver à nouveau ; même s'il avait eu vent, sans mal, de son départ de la ville, il ne s'était pas imaginé ne jamais la voir revenir entre les rues de Windmont Bay. Et pourtant. Pourtant, il se retrouvait comme un con, à détailler un instant le visage de la blonde et à ne pas savoir quoi faire. Entre partir de suite ou chercher à dire quelque chose, il ne parvenait pas à trouver ce qui pourrait être la bonne solution qui, de toute façon, ne semblait pas compter : ni son corps, si ses cordes vocales n'avaient l'air en accord avec lui et ce qu'il imaginait. L'un comme l'autre le lâchèrent un instant, le laissant sans savoir quoi dire d'autre qu'un « oh » ridicule, sans savoir quoi faire d'autre que de ranger son téléphone dans la poche de son jean, abandonnant les (brèves) recherches débutées sur les fleurs et leur symbolique. Ces derniers mois, il n'avait pas pensé tant que ça à elle. Ce serait mentir que de dire que la culpabilité lui faisait encore mal au ventre sur ce point, quand le sourire qui s'étendait sur ses lèvres prenait toute l'envergure de son visage, que son cœur retrouvait les battements accélérés causés par cet amour qu'il ressentait pour Tommy, quand il se complaisait dans le bonheur vécu avec le pompier depuis de longs mois maintenant. Sami n'avait plus parlé à Shiloh depuis cette fin d'après-midi, à l'aube des vacances d'été. Il s'était parfois questionné à nouveau sur la façon dont elle avait pu prendre connaissance de leur histoire, s'était demandé ce qu'ils avaient fait de travers pour que ça lui parvienne à elle, parmi toutes les personnes qui auraient pu être susceptibles de l'apprendre sans qu'ils n'en soient les décisionnaires. La question s'était posée de savoir si quelqu'un avait pu les balancer, mais dans le petit cercle de personnes au courant de leur histoire naissante, à l'époque, Sami n'arrivait à pointer personne du doigt, refusant de croire en cette possibilité. Mais si tout ça l'avait perturbé un temps, il avait peu à peu oublié. Aussi injuste cela pouvait-il paraître aux yeux de certains, probablement, son sommeil n'en était plus troublé, son bonheur non plus, alors qu'il oubliait les conditions peu commodes dans lesquelles leur relation avait vu le jour pour se concentrer uniquement sur la façon dont elle avait commencé à évoluer, se perdant dans la sensation de béatitude que lui faisait ressentir la présence de Tommy à ses côtés. Il s'était alors autorisé l'égoïsme de l'allégresse, plutôt que de s'autoflageller indéfiniment pour ses actes, quand bien même il savait la portée de sa trahison envers Shiloh. Un soupir lui échappa à la remarque cinglante lancée par la blonde sur son retour en ville et doucement, Sami secoua un peu la tête. Il n'était pas prêt à l'accueillir avec banderoles et colliers de fleurs, n'était pas non plus spécialement enchanté d'avoir la confirmation qu'il risquait de retomber sur elle, mais pour autant il n'avait pas pensé au fait qu'il préférait qu'elle ne revienne pas ; lorsque l'information de son départ lui était parvenue, il n'avait pas vraiment su comment il était supposé réagir, et avait fini par l'oublier, elle aussi. « Je n'ai jamais dit ça. » Mais sans doute cela ne servait à rien de tenter d'argumenter sur ce point, aussi ne chercha-t-il pas plus loin que ça avant de simplement passer sa main dans ses cheveux, une nouvelle fois, trahissant la nervosité que faisait naître en lui ce genre de situation – non pas qu'il y soit tombé souvent. Après tout, il ne pouvait clairement pas prétendre avoir assuré le contraire, et avoir attendu le retour de la fleuriste dans leur petite bourgade oréganaise. Il s'apprêta à quitter la boutique maintenant qu'il lui avait soufflé des excuses pour sa présence sur les lieux de Roys, se doutant qu'il était probablement la dernière personne qu'elle aurait voulu voir ici, avant d'être pris de court par la remarque qu'elle lui fit sur le fait qu'il pouvait rester. Son corps, qui avait déjà commencé à se tourner vers la porte, se figea et Sami tourna la tête vers elle sans chercher à cacher l'étonnement qui se dessinait sur ses traits. Est-ce qu'elle était sérieuse ? À sa place, il n'aurait probablement pas accepté sa présence au cinéma ou sur les terres de ses parents, et aurait attendu d'elle qu'elle adopte le comportement qu'il s'apprêtait à prendre, et qu'elle quitte le plus rapidement possible les lieux, parce qu'à quoi bon s'imposer la présence de l'autre dans leur entourage, même pour seulement quelques minutes ? Mais sa voix sembla, sur le coup, moins agressive que pour la première remarque qu'elle lui avait lancée, et c'était justement ce point qui permettait de faire douter le projectionniste sur le sens réel des mots de la blonde. Qu'était-il supposé faire ? S'il eut bien le temps de répondre, il ne le fit pourtant pas, pesant le pour et le contre de ce qui devait être fait, laissant à Shiloh l'opportunité de glisser une question à son égard qu'il ne s'attendait pas à entendre dans les circonstances de leur relation. Un bref instant, il cligna des yeux et ressortit son téléphone de la poche de son jean pour regarder l'heure qu'affichait le cadran, pinçant légèrement des lèvres en constatant l'heure trop tardive pour parvenir à trouver un plan de secours pour le cadeau qu'il voulait faire. Il étouffa un soupir entre ses lèvres toujours pincées, réfléchit un bref instant entre le fait de rester ici ou celui de se présenter à Jane Harsha demain, sans cadeau entre les mains, et finit par relâcher un peu ses épaules en redressant le regard vers elle. « C'est l'anniversaire de ma mère, demain. Je ne m'y connais pas en fleurs, mais elle si, et si je me contente d'en prendre des jolies, elle le saura si elles signifient un truc qui n'a rien à voir avec elle. » Une petite moue se dessina sur son visage sans qu'il n'en ai, de prime abord, conscience, et Sami soupira finalement doucement, haussant légèrement les épaules pour signaler le désarroi dans lequel il était plongé quant à un sujet qu'il ne maîtrisait absolument pas. Non pas pour les quarante-neuf ans de sa mère mais pour l'anniversaire de Tommy sept jours, pile, avant celui où il lui avait fallu retomber sur elle, Sami trouva la situation particulièrement ironique. Les mains dans les poches pour s'assurer qu'il ne touchait à rien, se sachant loin d'être légitime entre ces murs, il préféra laisser son regard traîner sur les fleurs plutôt que sur la silhouette de Shiloh, et se contenta de souffler un « merci » mal à l'aise à l'ex de son petit ami.

_________________

- we don't need to spend our l i v e s chasing gold, anywhere with you, I'll call my home.


Dernière édition par Sami Harsha le Lun 8 Juil - 8:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
she hung the moon and painted the stars in the sky

Shiloh Roys

messages : 1618
name : jenn/foxie.
face + © : aseyfried — (ava) dublin (gifs) tumblr.
multinicks : lexi ⋅ luca ⋅ marloes ⋅ marvin ⋅ roza
points : 1608
age : twenty-nine (2/07)
♡ status : trying to piece herself back together.
work : owner of the rainy river flowers.
home : a beach house on ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off (●●●●) marley II, sami, alma (beckett, nomi)

take care of your broken soul. (s/s) Empty
Message· · Sujet: Re: take care of your broken soul. (s/s) take care of your broken soul. (s/s) EmptyDim 7 Juil - 14:50

En revenant à Windmont Bay, après des mois passés hors du continent américain, Shiloh avait espéré pouvoir reprendre sa vie calmement, dans la même philosophie de vie que celle qu’elle avait suivi durant ces derniers mois, celle de toujours prendre le temps de faire les choses à son rythme, se permettant ainsi de prendre du recul par rapport à sa propre vie et de se remettre en question par rapport aux événements qui l’avaient mené jusque là. Elle avait eu besoin de tout cela pour se reconstruire, et s’il lui restait encore du travail à réaliser avant d’être totalement remise sur pied, la jeune femme pouvait toutefois être fière du chemin parcouru, sachant que quelques mois auparavant encore, elle ne parvenait pas à passer une seule nuit sans se voir hantée par son passé, se réveillant en pleine nuit, paniquée par ces cauchemars et ces scènes qui continuellement se répétaient dans son esprit, sans qu’elle ne parvienne en faire abstraction. Et alors que Shiloh pensait pouvoir bénéficier d’un peu de temps encore avant ses retrouvailles avec Tommy, Sami ou toute autre personne liée de près ou de loin à son ex-petit-ami, espérant réussir à reprendre ses marques dans le coin avant d’avoir à se retrouver face à l’un d’eux, le destin semblait en avoir décidé autrement pour elle, l’obligeant ainsi à affronter l’une de ses craintes principales, comme pour accélérer le processus de guérison. Ou pour tenter de l’abattre à nouveau un peu plus, à peine tentait-elle de sortir la tête de l’eau. Au fond, une part d’elle restait persuadée que la présence de Sami dans sa boutique n’était pas totalement innocente de sa part, malgré son air surpris en la découvrant ici et les excuses qui s’en étaient suivies. Peut-être Sami avait-il entendu son retour dans le coin et voulait vérifier par lui-même. Ou peut-être que le fait de la recroiser ne lui semblait pas autant étrange et incongru que cela l’était pour elle, peut-être même prenait-il un malin plaisir à se pavaner devant elle, comme pour venir lui rappeler qu’il avait gagné tandis qu’elle, avait tout perdu. Bien qu’elle ne savait pas réellement ce que sa présence au Rainy Rivers Flowers était censé signifier pour elle, Shiloh tenta de ne rien montrer du fait que sa présence la perturbait, essayant tant bien que mal de conserver un air impassible et des traits neutres, face à un Sami qui semblait tout autant mal à l’aise, ne prenant même pas la peine de s’en cacher, comme si cela pouvait suffire à l’excuser. Et même si son air lui paraissait sincère, la blonde préférait garder une part de réserve face à l’ami qu’il avait été et qui l’avait trahi, alors consciente qu’il avait déjà réussi à la mener en bateau une fois l’an passé, n’hésitant pas à lui sourire lorsqu’ils se croisaient tandis que dans le même temps il se tapait son petit-ami derrière son dos. Face à sa remarque accusatrice, le jeune homme se contenta de répliquer qu’il n’avait jamais dit de pareille chose, obtenant de sa part un léger pincement de lèvres tandis qu’elle ne regrettait pourtant pas d’avoir dévoilé le fond de sa pensée. Si, autrefois, la jeune femme était plutôt du genre à garder beaucoup pour elle, ne révélant pas forcément tout ce qui pouvait la tracasser ou tout ce qu’elle pouvait avoir en tête à tout moment, sa rupture avec Tommy l’avait quelque peu changé, faisant naître en elle une sorte de franchise impulsive, la blonde prenant ainsi moins de temps pour réfléchir à ses paroles ou ses actes qu’auparavant. « Désolée, j’ai pensé tout haut. » indiquait-elle dans un haussement d’épaules, tout en se disant intérieurement que Sami aurait eu tort d’espérer le contraire, n’ayant aucun avantage à la voir parader dans les rues de la ville, multipliant ainsi les chances qu’ils pouvaient avoir à se croiser, Windmont Bay étant loin d’être une grande ville où l’on pouvait se perdre facilement. A sa place, Shiloh se serait réjouie de les voir quitter la ville de manière définitive, elle pouvait donc assez facilement comprendre que son départ aurait été bien accueilli par les deux tourtereaux, leur permettant ainsi de vivre leur idylle sans voir ce qu’ils avaient détruit se rappeler à eux à chaque coin de rue. Et même si une part d’elle, à ce moment, n’avait que pour seule envie de le voir quitter les lieux, avec au fond aucune réelle envie de lui venir en aide, pire encore pour ce qu’il s’agissait de passer du temps à sa proximité, Shiloh décidait toutefois de prendre sur elle-même en lui indiquant de rester. Consciente qu’elle ne pourrait de toute manière pas l’éviter éternellement, autant commencer par essayer de s’y habituer doucement, tant que leur entrevue restait à caractère professionnel, lui permettant ainsi d’endosser le rôle de fleuriste qu’elle affectionnait si bien, l’aidant quelque peu à mettre de côté sa rancoeur, bien que pas totalement. Ne s’attendant probablement pas à un tel revirement de situation, le jeune homme sembla hésiter quelques instants, son regard réalisant des allers-retours entre elle, la porte de sortie quelques mètres derrière lui et vers laquelle il avait déjà amorcé quelques pas et les allées de la boutique où il effectuait ses recherches avant qu’elle ne vienne l’interrompre. Finalement, après quelques secondes de réflexion, Sami sembla se résigner, acceptant son aide à contre-coeur ou n’osant pas refuser alors qu’elle lui demandait déjà des précisions quant à sa recherche. « Et qu’est-ce que tu voudrais que la composition signifie, du coup ? » demandait-elle alors, tout en songeant à l’image qu’elle-même se faisait de Jane Harsha, pour avoir eu l’occasion de la rencontrer et de la croiser à de nombreuses reprises lorsqu’elle se rendait encore aux écuries de sa famille, appréciant réellement s’y rendre pour monter à cheval autrefois et bien que ce lieu faisait désormais partie de ceux qu’elle se voyait contrainte à éviter, la blonde ayant dû revoir ses habitudes et ses endroits fréquentés depuis l’été dernier.

_________________

no there's no one else's eyes that could see into me no one else's arms can lift me up so high your love lifts me out of time and you know my heart by heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
god lies between your fingertips.

Sami Winters

messages : 4544
name : faustine.
face + © : zayn ⋅ ©self, tom walker.
multinicks : resen ⋅ scott ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ jesse.
points : 4177
age : twenty six ⋅ [15|03]
♡ status : married to tommy since august 11th 2018, completely in love with him.
work : projectionist @ arc light.
home : a small cosy house on pioneer oak (8).

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | alma, emerson, james, nate, tommy, shiloh / next: mila.

take care of your broken soul. (s/s) Empty
Message· · Sujet: Re: take care of your broken soul. (s/s) take care of your broken soul. (s/s) EmptyVen 26 Juil - 23:57

Il ne savait pas vraiment comment réagir. Sami n'était pas en mesure de faire quelconque critique, il le savait pertinemment, ayant conscience du rôle qu'il avait eu à jouer dans la dégringolade émotionnelle subie par Shiloh au cours de l'année précédente. Il n'était pas, non plus, en mesure de se plaindre de quoi que ce soit par rapport au retour de la blonde, dont il se doutait qu'il arriverait bien à un moment ou à un autre. Aussi ne fit-il aucune remarque, ne cherchant qu'à contredire les propos qu'elle mettait dans sa bouche, se contentant simplement d'assurer qu'il ne les avait jamais dits – alors qu'il les avait peut-être déjà pensés, par moments. L'espace d'un instant, alors qu'il s'offrait le luxe de l'observer sans s'inquiéter, sur le coup, que son regard posé sur elle puisse la gêner et la mettre mal à l'aise, il se demanda ce qu'il s'était passée pour la fleuriste au cours de ses mois d'absence. S'était-elle reconstruite, au moins un peu ? Avait-elle pansé les plaies qu'ils avaient ouvertes, Tommy et lui, en se rapprochant dans son dos ? Peut-être avait-elle rencontré quelqu'un ? Il n'en savait rien et, finalement, opta pour la décision... que les réponses ne devaient pas lui revenir. Qu'il n'allait pas chercher à les avoir, laisserait ses interrogations comme telles, jusqu'à finalement les oublier dans un coin de son esprit, pour qu'elles ne ressortent que la prochaine fois qu'ils se croiseront, tous les deux, au détour d'une rue ou ailleurs ; parce que Windmont Bay n'était pas suffisamment vaste pour que cette rencontre fortuite se contente d'être la seule en la matière, et que cette ville semblait propice à créer, contre l'avis des concernés, des occasions de se rencontrer à nouveau alors qu'ils n'étaient pas désireux de le faire. Il se demanda aussi, un court instant, une poignée de secondes à tout casser, si elle avait aperçu d'autres choses à leur sujet. Si elle s'était perdue sur leurs comptes Mazebird, peut-être, si elle avait eu vent de l'avancement de leur relation ; du fait qu'ils ne se cachaient plus aux yeux des habitants de la ville, qu'il avait vécu chez les Winters pendant un temps. Cette ville ne permettait pas de prétendre à l'intimité, aussi n'aurait-il pas été étonné de savoir que des bruits avaient circulé sur eux çà et là, et étaient parvenus jusqu'aux oreilles probablement peu désireuses d'en savoir plus à ce sujet de Shiloh. Il se demanda aussi, alors que l'idée lui traversait seulement l'esprit, si elle avait prêté attention à l'écran de son téléphone, qui avait alors sans doute dévoilé la photo de Tommy qu'il gardait précieusement en fond, et si elle avait, à cet instant précis, envie de les étriper tous les deux – ce qui, il ne ferait pas preuve de mauvaise foi, il était en mesure d'envisager et de comprendre également. Beaucoup de questions se succédaient dans sa tête et l'empêchaient de se montrer très bavard, lui qui, déjà de base, ne faisait pas beaucoup aller sa langue dans les conversations, à moins que celles-ci n'enflamment son intérêt sur un point ou un autre. Il ne répondit rien aux pseudos-excuses qu'elle lui offrit, se contentant de pincer légèrement des lèvres et de détourner un bref instant le regard, pour tenter de retrouver un peu de constance, ou il ne savait quoi. Le malaise était palpable entre eux, presque visible tant la tension était dense. Les autres clients parvenaient peut-être à la sentir, eux aussi, raison pour laquelle ils ne s'immisçaient pas entre eux ? Elle lui posa une nouvelle question, restant dans un professionnalisme froid qui ne le mettait pas plus à l'aise que le début de leur échange. La prétention dont il pouvait rarement faire preuve n'était pas suffisante pour lui avoir fait imaginer un meilleur traitement que celui-ci, aussi il ne s'en offusquait pas, déjà bien heureux – si l'on pouvait le dire ainsi – de pouvoir rentrer chez lui avec, entre les mains, un cadeau à offrir à sa mère pour son anniversaire, sans qu'il n'ait besoin de sortir l'excuse d'un colis en retard ou autres. Son regard glissa plusieurs fois entre Shiloh, la porte, les rayons, avant de finalement se fixer sur elle et de se racler la gorge pour prétendre à un peu plus de contenance, redressant également son dos au passage. « Que je lui souhaite un joyeux anniversaire ? Que je l'aime, et que je la remercie pour tout. Je sais pas, il y a des fleurs exprès pour un fils offrir à sa mère ? » Un rire nerveux lui échappa alors qu'il se gratta l'arrière du crâne, avant de soupirer légèrement. Toute cette situation était complètement étrange et il ne savait pas comment l'aborder. Est-ce qu'il était censé dire autre chose ? Évoquer ce qu'il s'était passé ? Il n'en avait aucune envie. Ne voulait pas rajouter une couche à cette histoire alors qu'ils l'avaient, Tommy et lui, laissée de côté (l'espérait-il du moins). « Elle aime les fleurs jaunes, roses et rouges, surtout. Elle n'est pas fan du blanc, elle trouve que ça fait un peu mortuaire. Et sinon... tu le connais, tu vois le genre de caractère qu'elle a. Peut-être que ça peut te donner des idées aussi ?... » La simple évocation du fait que Shiloh connaissait sa mère, qu'elle la connaissait parce qu'ils étaient proches à une époque, elle et lui, manqua de peu de lui arracher un nouveau soupir, retenu par ses lèvres pincées de plus belles. Il ne rajouta rien d'autre, préférant laisser à la blonde l'occasion de faire son travail, plutôt que de commencer à ressasser dans son coin de vieux souvenirs qui n'appartenaient plus qu'à un passé bien lointain.

_________________

- we don't need to spend our l i v e s chasing gold, anywhere with you, I'll call my home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
she hung the moon and painted the stars in the sky

Shiloh Roys

messages : 1618
name : jenn/foxie.
face + © : aseyfried — (ava) dublin (gifs) tumblr.
multinicks : lexi ⋅ luca ⋅ marloes ⋅ marvin ⋅ roza
points : 1608
age : twenty-nine (2/07)
♡ status : trying to piece herself back together.
work : owner of the rainy river flowers.
home : a beach house on ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off (●●●●) marley II, sami, alma (beckett, nomi)

take care of your broken soul. (s/s) Empty
Message· · Sujet: Re: take care of your broken soul. (s/s) take care of your broken soul. (s/s) EmptyLun 9 Sep - 21:45

Tandis que son regard vaquait entre les quelques clients qui avaient pénétré dans la boutique et qui à leurs tours, vagabondaient entre les allées du magasin, contemplant les différentes plantes et fleurs préparées par ses soins ou ceux de sa collègue, commentant de temps à autre l’une ou l’autre d’entre elles pour donner leur avis sur l’une ou l’autre des compositions, et la silhouette apathique de Sami, bien présent devant lui malgré tout ce à quoi elle aurait pu s’attendre dans ce lieu lui étant propre, Shiloh se demandait de quelle manière elle était supposée se comporter envers lui, après tout ce qui s’était passé entre eux, après tout le mal et toute la douleur qu’il lui avait consciemment infligé. Si la plupart des individus normalement constitués auraient probablement profité de cette rencontre inopinée pour déverser leur fiel sur la personne de Harsha -et à en croire les conseils et avis qu’on avait pu lui donner durant ces derniers mois lorsqu’elle se trouvait amenée à parler de sa vie sentimentale, ce qu’elle avait tenté d’éviter au maximum depuis son départ abrupt de Windmont Bay- , la blonde n’avait jamais été particulièrement malveillante envers autrui, peinant à user de méchanceté même lorsque celle-ci ne s’en trouvait pas gratuite mais purement méritée. Et si une certaine part d’elle espérait probablement que quelque chose, ou quelqu’un, viendrait finalement la sauver de la situation dans laquelle elle se retrouvait alors, contre son gré et loin de tout ce qu’elle pouvait désirer, son plus grand souhait depuis son retour dans le coin étant d’y retrouver une vie paisible loin de son passé, elle ne pouvait tout bonnement pas se contenter de le renvoyer de sa boutique, bien trop respectueuse d’autrui et bien trop professionnelle pour cela. Ainsi, avec aucun autre choix que de prendre sur elle pour faire face à cette nouvelle épreuve, la jeune femme essayait alors de ne plus penser à ce qu’il représentait à ses yeux, tentant vainement d’effacer de son esprit la rancune qui toujours l’animait à son sujet, pour adopter un comportement plus neutre à son égard, évitant de trop venir poser son regard sur lui, comme pour l’oublier, sans trop de succès. « En fait, oui, il y a des fleurs pour tout type de destinataire ou d’occasion. Et pour constituer un beau bouquet, il est nécessaire de prendre en compte le message que l’on souhaite faire passer. » Même si c’était son rôle qu’elle venait finalement à jouer, celui de la fleuriste douce et sympathique qu’elle était au quotidien depuis qu’elle avait repris la boutique de son grand-père, Shiloh ne parvenait pas réellement à se sentir elle-même dans cette conversation, comme si celle qu’elle était à l’habitude se retrouvait soudainement décontenancée dans le temps, perdue dans son propre espace alors que réellement, cet échange venait à la mettre mal à l’aise, malgré toute la peine qu’elle mettait à le dissimuler. Et bien qu’un inconnu ne parviendrait probablement pas à se rendre compte de ce changement en elle, quelqu’un qui la connaîtrait par coeur n’aurait aucun mal à réaliser le travail qu’elle effectuait alors pour garder sa contenance face à lui. « Il y a les compositions plus formelles pour offrir à un pot de départ par exemple, pour dire au revoir, celles pour remercier, celles pour accueillir le retour de quelqu’un que l’on apprécie ou pour fêter un évènement, une fête particulière. » Elle poursuivait, prenant soin de répondre à sa question, sans toutefois être sûre qu’il y attendait une réelle réponse et sans trop s’en soucier, presque aussi nerveuse que lui à ce moment, bien qu’elle le montrait moins, curieusement. « Et j’oubliais presque, les plus populaires, les compositions que viennent chercher les maris et petits-copains de Windmont Bay après une infidélité, pour se pardonner eux-mêmes de leurs écarts et pour faire bonne figure auprès de leur soi-disant bien-aimée. » lâchait-elle alors sans vraiment réfléchir, d’un ton neutre et parfaitement naturel, avant d’écarquiller légèrement les yeux en réalisant l’impact de ses paroles, détournant son regard du jeune homme pour observer les assortiments de fleurs devant eux, semblant s’y concentrer comme pour tenter d’oublier elle-même ce qu’elle venait de lâcher, sans trop s’en rendre compte, sans trop l’avoir prémédité au préalable. Au final, ses paroles ne résultaient que d’un constat qu’elle avait réussi à se faire depuis qu’elle s’était engagée dans son métier, consciente que les offrandes fleuries n’étaient pas toujours réalisées pour les bonnes raisons mais dans le but de se faire pardonner quelque chose, pour s’excuser d’une maladresse ou de bien pire. Et bien qu’elle n’avait, au départ, aucun sous-entendu en tête quant à ses mots, Shiloh se retrouvait bien obligée de constater désormais le sens que son anecdote pouvait prendre, le réalisant dans un certain malaise, tout en espérant que cela ne raviverait pas la foudre entre eux, mais se montrant également satisfaite de son allusion involontaire, au fond d’elle, sans se l’avouer complètement. « La connaître, c’est un grand mot. On pense souvent connaître les gens et au final, à voir comment ils agissent, on réalise que non. » Malgré le ton nonchalant employé pour ses propos, accompagné d’un léger haussement d’épaules tandis qu’elle achevait sa phrase, la jeune fleuriste n’avait, pour cette fois, pas lancé ces mots au hasard, savant pertinemment que le jeune homme verrait où elle désirait en venir. Bien qu’elle n’attendait plus rien de sa part, sachant qu’elle ne pourrait jamais lui pardonner ses actes, la blonde n’avait pour le coup aucun remord à dissimuler quelques piques à son encontre dans leur conversation, consciente qu’il serait en mesure de les assimiler et faisant au final une simple évocation d’un état de fait, ses propos relatant d’une vérité qu’elle avait fini par accepter, d’une certaine façon, n’en étant pas pour le moins déçue. « Mais je pense savoir ce qui peut lui faire plaisir. » déclara-t-elle finalement, d’un ton confiant, reposant un regard assuré sur lui tandis qu’elle imaginait déjà le bouquet parfait qui plairait à sa chère mère.

_________________

no there's no one else's eyes that could see into me no one else's arms can lift me up so high your love lifts me out of time and you know my heart by heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




take care of your broken soul. (s/s) Empty
Message· · Sujet: Re: take care of your broken soul. (s/s) take care of your broken soul. (s/s) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
take care of your broken soul. (s/s)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Achete 120-10 soul
» Soulmates. { never die }
» Réservations diverses, Dépôt du TimeSkip
» I'll make you wish you had a soul to sell [PV Joe]
» Loan et Arthur ◭ « Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler. ».

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak :: rainy river flowers-
Sauter vers: