Partagez
 

 for better and for worse [georgie]

Aller en bas 

Xavi Moroe

messages : 213
name : sow — pomeline.
face + © : sebstan — dublin ~ @pin
multinicks : mavis, saveria, lilly.
points : 386
age : thirty-three years old.
♡ status : playboy — divorced from georgie, still thinking about her ass, lj's (bad) dad.
work : heir|ceo (idgaf).
home : a villa @ ocean avenue (in ashes)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [off] georgie, lucy, billie, charlie, ali.

for better and for worse [georgie] Empty
Message· · Sujet: for better and for worse [georgie] for better and for worse [georgie] EmptyDim 12 Mai - 15:13



maybe it's 6:45, maybe i'm barely alive,
maybe you've taken my shit for the last time.
-------------------------------
@Georgie Keily


Le désintérêt. Voilà tout ce qui qualifiait Xavi depuis des années. Le désintérêt de la vie, de la mort, du monde, des autres, de soi. Avec l'arrogance pour étendard, le milliardaire s'était pointé à Windmont Bay sans une once de réflexion, son désintérêt pour les conséquences sous le bras, son air blasé sous l'autre. Cette bourgade paumée de l'Oregon n'avait rien d'affolant. Pire encore, elle empestait le désuet, la sympathie du voisinage, l'économie locale et le respect de l'environnement. Tout ce dont Xavi se foutait royalement et qu'il avait longtemps chercher à fuir. Mais voilà, son désintérêt avait fini par prendre un coup dans l'aile lorsque Lily Jean était apparue dans sa vie. Un mauvais père, peu ragoûté à l'idée de devoir éduquer une gamine, qui avait tout de même dû faire face à ses grand yeux en amande et la bave qu'elle adorait mettre sur ses chemises quand il l'avait dans les bras. Mais c'était ce petit sourire édentée, lorsqu'elle n'était encore qu'une crevette insignifiante, qui avait su mettre à mal son désintérêt. Un petit être d'une pureté sans ambiguïté, qui ne tenait rien de lui à l'instant où elle lui était apparu, hormis peut-être ses pommettes. Elle tenait tout de sa mère - et heureusement pour elle, tant le potentiel génétique du milliardaire était incomplet. Elle était là, la raison de sa venue à Windmont Bay. Les quelques jours passés en sa compagnie, sous surveillance, ne lui convenaient plus, il en voulait plus. Mais un autre point heurtait sensiblement ses envies : sa mère, Georgie. Une histoire, aussi désastreuse qu'intense. Néanmoins décidé à lui exposer - imposer - son point de vu, Xavi était adossé à la berline noire qui venait de le déposer sur Harbor Row, demeure de son ex femme. Les yeux rivés sur la maison depuis quelques instants déjà, l'héritier ne cilla pas. Il ne cherchait ni ses mots, ni la façon adéquate d'exposer sa proposition. Il observait simplement un temps de calme avait une tempête qui serait houleuse. Xavi était un Moroe, prévenir Georgie de son arrivée imminente ne lui avait pas effleuré l'esprit. Non, il préférait la simplicité d'une confrontation que la rouquine n'aurait pas pu préparer, bien qu'il en connaissait déjà l'issue : un coup de pied dans les couilles et un coquard. Finalement décidé, il emprunta l'allée centrale avec nonchalance et stoppa sa route en s’abattant de toute sa force sur l'encablure proéminente de la porte d'entrée, index coincé sur la sonnette. Un sourcil arqué derrière ses lunettes de soleil, les mains dans les poches, sa patience n'était pas reconnue par ses pères et un léger tressaillement se fit observer devant la lenteur de la propriétaire pour ouvrir cette fichue porte. Un brin exaspéré, il serra son poing qui faillit s'abattre durement contre le bois mais stoppa net son geste lorsque sa charmante lionne daigna lui ouvrir. Un sourire, presque mielleux, s'installa au coin de ses lèvres alors qu'il baissa son menton pour laisser ses lunettes glisser et observer de haut en bas son ex femme. En véritable carnassier, Xavi observa Georgie avec le peu de respect qui lui était connu, lorgnant avec insistance sur ce qui, autrefois, lui appartenait. « Quel plaisir de te revoir ma biquette. » concéda-t-il avec suavité, tandis qu'il scruta avec attention l'intérieur de sa demeure, cherchant une présence - sa fille, quelqu'un d'autre, avant de reprendre son cirque. Son attitude ne changea guère et Georgie ne put l'observer, mais un léger tressaillement s'éprit de son coeur, arguant sa nature presque humaine face à la seule femme qu'il ait jamais aimé. Une faiblesse dont il savait user à son avantage. « Tu m'accueilleras bien avec un peu de chaleur, hmm ? » conclut-il, désireux comme jamais de titiller son ex femme.

_________________
“i find it hard to say the things i want to say the most, find a little bit of steady as i get close, find a balance in the middle of the chaos, send me low, send me high, send me never demigod" ✩.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
and i will stumble and fall.

Georgie Keily

messages : 727
name : olivia (carolcorps)
face + © : emma stone | @lolotte — @pinterest/tumblr
multinicks : alma, inej, sofia, etta, noko, reggie, leslie & maeve.
points : 460
age : twenty six years old.
♡ status : broken in every possible way, and mom of a two years old.
work : firefighter
home : a lovely house on harbor row with citra.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off (bertie, pip, citra, xavi)

for better and for worse [georgie] Empty
Message· · Sujet: Re: for better and for worse [georgie] for better and for worse [georgie] EmptyDim 2 Juin - 9:53

Elle le savait en ville. Si elle pouvait éviter la puissance des tabloïds dans son bon vieux trou paumé de Windmont Bay, en revanche difficile d’ignorer Agnès. La vieille harpie avait déjà déversé son venin jusqu’à plus soif. Tout ce qu’elle avait pu égrainer pouvait s’avérer vrai concernant l’héritier. D’un autre marmot, à l’actrice porno en cloque ou à la rechute violente dans la moindre de ses addictions destructrices. Faible et idiote, Georgie aurait pu éviter les réseaux sociaux, dés-installer les applications et ainsi ignorer les innombrables notifications qu’elle recevait toute la journée. Quant il ne s’agissait pas de la haine de fans au QI de mollusque elle avait le droit aux comptes d’informations racoleuses. Mais au fond, sans doute souhaitait-elle savoir. À croire que le nom de l’héritier était gravé au fer rouge dans l’esprit de la rouquine qui ne parvenait à se défaire des sentiments éprouvés pour sa triste carcasse. Ainsi, depuis le début de la journée, son téléphone n’arrêtait pas de vibrer, enchaînant alertes sur alertes. La jeune femme avait fini par désactiver les notifications après avoir posté un bon vieux « allez vous faire foutre » chaleureux sur sa page mazebird. Nul besoin pour elle de parcourir les notifications, elle en avait assez vu ces dernière années et elle n’était pas d’humeur à se laisser insulter par des dindes s’astiquant la moule devant des photos de son ex. La belle avait d’ailleurs balancé son téléphone quelque part dans sa chambre et l’avait oublié pour le reste de sa journée qu’elle avait consacré à Lily-Jean. C’était joyeusement qu’elle était partie se refaire une petite beauté en compagnie de Citra qui avait gentiment accepté d’emmener la fillette -qui avait promit d’être sage- au salon de coiffure. Enjouée à l’idée d’avoir une nouvelle coupe de cheveux, la blondinette s’était précipitée vers l’amie de sa mère sans se retourner. Elle qui avait pourtant du mal à se défaire des jupons de sa mère ces derniers temps, voilà qui rassurait Georgie. Si de son côté elle estimait avoir eu un père trop présent, LJ, souffrait de l’exact opposé. Chaque nuit, au moment de se coucher, la petite réclamait son père qu’elle souhaitait appeler. Georgie avait essayé au début, mais l’héritier pas toujours sur le même continent, ne fonctionnant pas sur les mêmes fuseaux horaires que le reste du monde, n’était pas toujours dispo. Bien qu’elle veillait à ce qu’il ait sa fille au téléphone de temps en temps à défaut de la voir, Georgie était lassée de faire tout ces efforts et de subir cette situation, qu’une fois encore, il lui avait imposé. Comme toujours, la rouquine avait la sensation de ne pas avoir le moindre contrôle sur sa vie et de subir encore et encore. Il était au moins un aspect de sa vie sur lequel elle pourrait reprendre le dessus. Sa carrière. Son genoux se remettait bien, elle marchait désormais sans canne mais avec une genouillère. C’était encore douloureux mais vivable et la belle avait pu reprendre le sport. Raison pour laquelle elle avait laissé sa progéniture entre les mains de sa meilleure amie, lui rappelant à quel point elle risquait de souffrir si elle revenait avec une LJ aux cheveux bleus.
Brassière et legging de sport, attelle en place, Georgie était fin prête pour un petit tour de pâté de maison. Mais passa une bonne quinzaine de minutes à la recherche de son téléphone portable qui était enfouie sous une couette épaisse et dont les innombrables bruits de notifications ne pouvaient l’alerter. Elle était à l’étage au moment où la sonnette se mit à raisonner sans s’arrêter. Si Citra n’avait pas les clés, elle aurait juré que l’italienne était d’humeur à l’enquiquiner. Ignorant qui pouvait être l’abruti qui s’acharnait autant derrière la porte, la belle descendit sans se presser avant d’ouvrir à la volée. Son visage passa par toutes les expressions, la colère, l’étonnement, la colère à nouveau et enfin :  « Ew.. » sa mine dégoutée, la belle passa l’hériter en revu de la tête aux pieds, l’analysant sous toutes les coutures avec dédain. « Plaisir absolument pas partagé ! » bien que légèrement faux, Georgie restait stoïque. Il lui était bien trop facile d’entrer dans son jeu et elle ne souhaitait pas lui offrir une telle satisfaction. Non, elle devait se montrer calme et posée, une adulte. Elle mettrait son impulsivité de côté, après tout s’il l’avait déçu, elle espérait pourtant qu’il n’en ferait pas de même avec leur fille. Georgie allait donc se montrer adulte… Mais pourquoi fallait-il qu’il la ramène toujours? Un petit sourire étira ses lèvres tandis qu’elle s’approchait de l’héritier, leurs visages n’étaient plus qu’à quelques centimètres et elle hésita une micro seconde. L’envie de s’emparer de ses lèvres était aussi violente et intense qu’elle en était stupide. Au lieu de cela, elle choisi une autre option, selon elle plus percutante. Puis elle saisit son entre-jambe avec une grande fermeté y opérant une pression qu’elle estimait douloureuse vu la réaction de son ex. « C’est assez chaleureux pour toi? » sans lâcher, la belle plongea son regard émeraude dans le sien. « Qu’est ce que tu fiches ici? » Toute personne civilisé l’aurait surement invité à rentrer, sans se départir d’une quelconque animosité. Hésitant sans doute à cracher dans le verre qu’elle lui aurait servit. Georgie n’était pas de ces gens là. Impulsive, sanguine, si elle s’était écrasée au sein de sa famille, elle s’était jurée de ne jamais réitérer cette erreur. Xavi le savait. À une époque elle aurait même suggéré que c’était une des choses qu’il aimait chez elle, ça et son cul. Aujourd’hui, elle avait fermement envie de le lui faire regretter. Elle relâcha sa prise et fit quelques pas pour retourner sur le pas de sa porte. « Tu veux entrer? » demanda-t-elle alors mielleuse. Ce qu’elle aurait donné pour qu’un paparazzi se soit terré dans les fougères d’en face pour immortaliser sa gueule cramoisi.

_________________

I bet if we dusted her heart for fingerprints, we’d only find yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Xavi Moroe

messages : 213
name : sow — pomeline.
face + © : sebstan — dublin ~ @pin
multinicks : mavis, saveria, lilly.
points : 386
age : thirty-three years old.
♡ status : playboy — divorced from georgie, still thinking about her ass, lj's (bad) dad.
work : heir|ceo (idgaf).
home : a villa @ ocean avenue (in ashes)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [off] georgie, lucy, billie, charlie, ali.

for better and for worse [georgie] Empty
Message· · Sujet: Re: for better and for worse [georgie] for better and for worse [georgie] EmptyDim 2 Juin - 18:27

Georgie était le problème le plus récurrent dans sa vie. Depuis qu'elle y avait fait irruption, Xavi avait inopinément opté pour un changement. Certes, leurs débuts avaient été plus que chaotiques, mais une fois les aléas de la vie passés, la rouquine y avait laissé une marque indélébile. Durant un temps, l'héritier s'était presque rangé, assagi, dégagé d'une vie affolante qu'il avait choisi et pourtant repoussé dans la foulée, pour les beaux yeux de sa belle. Il s'était ouvert, un soir, s'excusant de son comportement et lui avouant intimement qu'il tenait à elle. Oui, mais les choses n'avaient pas duré et les vieux démons de Xavi étaient revenus à la charge, estimant que leur petit protégé avait assez côtoyé les anges. Au final, Georgie n'était pas tant un problème dans sa vie, mais bien plus une solution. Un point que le jeune homme ne voyait pas sous cette angle. Indépendant, dédaigneux, désireux de n'en faire qu'à sa tête, elle avait su faire de lui un homme différent. Sur le coup, il avait vu ça d'un bon oeil, y découvrant là une vie différente – quoi qu'il s'en prenait toujours aux autres une fois sa belle partie, mais il avait toujours eu la désagréable impression de ne pas être lui même. Une aubaine, vu l'engin qu'il était. Une seule autre femme pouvait se targuer de changer – à peine – le loup en agneau et il s'agissait de sa mère, qui avait toujours vu son union avec Georgie d'un bon oeil. Elle adorait ce brin de femme et avait, à de nombreuses reprises, rabâché à son fils qu'elle était une perle. Perle qui avait filé, tandis qu'il reprenait sa vie d'avant, un truc en plus, néanmoins : une petite fille. Longtemps, il avait eu un mal fou à s'approprier cette paternité, espérant au fond qu'elle ne soit pas de lui. Que pouvait-il lui apporter, après tout ? La rancune et la souffrance résidaient toujours entre ses parents et la pauvre enfant ne pourrait rien de plus pour ces deux là. Mais au dessus de cela, au delà du fait qu'ils ne parviendraient peut être jamais à s'entendre, Xavi avait un autre devoir qui ne prenait pas en compte Georgie. Celui d'être simplement un père. Pas un bon père, pas un mauvais père – qui pouvait se targuer de savoir ce qu'était l'un ou l'autre – mais un père. Présent, même de façon bancale. Ce qu'il n'avait pas franchement été ces derniers mois, voir années. Du fait de son passé, il ne voyait jamais la petite seul – ce qu'il comprenait, ce qu'il acceptait. Du moins, jusqu'à il y a quelques temps. LJ l'appelait, de temps en temps, souhaitant parler à son papa de ses aventures de petites filles et des rêves qui comblaient sa vie. Combien de fois l'avait-il écouté sans vraiment le faire, saoul ou sous l'emprise d'une drogue quelconque. Combien de fois avait-il écouté, sans répondre, avant de couper court à la conversation sans même prendre le temps de lui envoyer un seul signe d'affection. Un constat qui avait mis de temps à se faire, non sans le rajout de sa mère derrière. Oui, il avait sacrément merdé son rôle de père et étonnamment, ce détail commençait à le titiller depuis plusieurs mois. Son arrogance sous le bras, il avait cru bon de vouloir s'imposer à sa fille – et à son ex, sans même demander son reste. La porte venait d'ailleurs de s'ouvrir sur l'une d'elle. Ah, Georgie, Georgie, Georgie... se répéta-t-il, son sourire en coin bien accroché. Un baiser et une tape sur le cul fut l'une des options qu'il envisagea pour poursuivre la conversation mais la réaction de son ex femme lui arracha une moue boudeuse. « Tu me brises le coeur. » concéda-t-il en apposant l'une de ses mains sur son coeur, son air de chien battu en prime. Air qui ne fonctionnait pas du tout sur elle, il le savait, mais depuis le temps qu'il ne l'avait pas vu, la titiller était l'option numéro un dans son esprit. Il n'eut même pas le temps de reprendre le fil de sa pensée que déjà la rouquine s'était rapprochée de lui. Satisfait par cette attitude – bien qu'émettant des doutes sur la suite des événements, il fronça légèrement les sourcils. Perdu dans son regard, il fut prêt à finir les quelques centimètres qui les séparaient lorsqu'une pression plus que douloureuse se fit ressentir sur son entrejambe. Un hoquet de surprise et Xavi se retint d'émettre un son. Néanmoins, sa bouche s'ouvrit assez pour comprendre qu'un “aie” venait de se coincer au fond de sa gorge. Il se tortilla presque sur place, toujours happé par cette douleur, et tenta de paraître détaché mais n'y parvint pas. Bon dieu, elle avait l'art et la manière de l'accueillir. Bien décidé à répondre à sa question suivante, l'héritier n'en fit rien alors que son regard se porta sur elle, puis sur sa virilité qu'elle relâcha enfin. Un ouf de soulagement plus tard et le jeune homme ne put s'empêcher de vérifier si son paquet était toujours en place et, surtout, s'il se portait bien (le sort de Theon Greyjoy l'ayant plus que traumatisé). « J'avais espoir qu'on puisse s'envoyer en l'air salement dans ton entrée mais je vois que tu es un peu fermée à l'idée, je repasserai pour ça un autre jour. » reprit-il, avec son arrogance habituelle, alors qu'il prit le parti d'entrer dans la demeure. Il n'y jeta qu'un bref coup d'oeil, avant de reprendre. « Je ne suis pas ici pour toi, si c'est la question que tu te poses. » Une précision tranchante, qu'il crut bon de ponctuer d'une mine sérieuse. « Je suis  ici pour ma fille. J'aimerai qu'on discute de l'arrangement concernant sa garde. » La bombe était larguée et il savait pertinemment que Georgie ne verrait pas cette annonce de manière positive. Par réflexe purement masculin, et parce qu'il connaissait les tendances de sa rouquine, il porta ses deux mains jointes devant sa virilité. Hors de question qu'il se fasse avoir une seconde fois et qu'il y laisse une larmichette de plus. Pour peu qu'elle ait encore envie de s'en prendre à lui, son visage était à portée de main.

_________________
“i find it hard to say the things i want to say the most, find a little bit of steady as i get close, find a balance in the middle of the chaos, send me low, send me high, send me never demigod" ✩.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
and i will stumble and fall.

Georgie Keily

messages : 727
name : olivia (carolcorps)
face + © : emma stone | @lolotte — @pinterest/tumblr
multinicks : alma, inej, sofia, etta, noko, reggie, leslie & maeve.
points : 460
age : twenty six years old.
♡ status : broken in every possible way, and mom of a two years old.
work : firefighter
home : a lovely house on harbor row with citra.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off (bertie, pip, citra, xavi)

for better and for worse [georgie] Empty
Message· · Sujet: Re: for better and for worse [georgie] for better and for worse [georgie] EmptyDim 9 Juin - 12:50

« Je brûle d’impatience. » ironisa-t-elle, sans se départir de sa mine dégoutée. Inutile de le contrarier, il était toujours capable de trouver une pirouette pour l’agacer et titiller là où ça fait mal. Et quelques années en arrière ce n’était pas si loin de leurs habitudes chaotiques. Qu’importe la façon dont ils s’étaient quittés, il suffisait de peu pour qu’une partie de jambe en l’air ne les mette d’accord aux moments les plus inopportuns. Autant dire que Georgie était toujours autant convaincu que Xavi ne donnait le meilleur de lui-même que lorsqu’il fermait sa grande gueule. Alors s’il était là pour elle? Bien sur que non, elle n’en doutait pas une seconde et cela ne lui avait pas même traversé l’esprit. Elle s’imaginait d’avantage le voir débarquer, son sourire narquois au coin des lèvres, pour récupérer une balançoire de bondage qu’il aurait dissimulé quelque part. L’héritier était le type d’homme à vous larguer sans réelle raison, pour revenir dans votre vie vous foutre sous le nez son bonheur à vivre une vie totalement dissolue. Heureux de vivre dans ses excès, traitant les femmes autour de lui comme des capotes usagées encore que là, il avait certainement plus d’affection pour ce petit bout de caoutchouc. « Loin de moi cette idée. » siffla-t-elle hargneuse en balançant sa porte qui claqua bruyamment. Elle se félicita d’ailleurs d’avoir confié sa fille à Citra quelques minutes plus tôt, espérant qu’elles tarderaient assez pour que la fillette ne croise pas son père. Inutile de lui donner de fausses illusions. C’était peut être égoïste de sa part et parfois elle se demandait si c’était sa propre rancune envers Xavi qui la poussait à agir, ou son instinct maternelle. La rouquine aurait aimé en être persuadée, mais forcée de constater que le voir là, à nouveau sur le pas de sa porter, débarquer la bouche en coeur, toujours convaincu que tout lui était dû, lui faisait plus de mal qu’elle ne s’autorisait à l’admettre. Pendant longtemps elle s’était refusée à l’aimer, à montrer ses sentiments, l’importance qu’il avait prit dans sa vie. Il n’était qu’un abruti qui eut le don de l’amuser un soir à Vegas. Trop alcoolisés pour réfléchir intelligemment, ils s’étaient dit oui devant Elvis. S’ils y avaient trouvé un intérêt commun à l’époque, cette relation fictive avait donné lieu à une sincère amitié. Du moins du côté de Georgie, elle n’avait jamais réellement pu compter sur lui, mais n’avait eu de cesse d’espérer. Pour une raison qu’elle admettait aujourd’hui, elle avait confiance en lui, en l’homme qu’il pouvait être. Persuadé qu’il pourrait changer et devenir un homme meilleur. Il en avait émit le souhait, lui avait avoué ses sentiments et le désir de faire des efforts après l’avoir blessé pour la fois de trop -du moins ce qu’elle pensait à l’époque. N’était-ce pas alors ironique de réaliser que ses sentiments pour l’héritier étaient intacts? Après tout, cette haine viscérale fut toujours intimement liée à l’amour qu’elle lui portait. C’était bien là son talent. Xavi Moroe ne laissait pas indifférent, jamais. Tout comme lui, impossible de faire dans la demi mesure le concernant, c’était tout ou rien. Mais toujours avec cette même passion. Alors oui, elle aurait aimé se convaincre que tout ce qui l’importait c’était le bien être de LJ, mais en réalité, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de penser également au sien. « En voilà autre chose. Fais moi rêver, on t’a trop appelé la semaine dernière? » Elle le connaissait assez pour savoir que c’était l’un des moments dans la vie de l’héritier où il estimait devoir et pouvoir faire d’avantage. Un regain d’intérêt et d’affection pour sa gamine qui risquait de disparaître aussi vite qu’il était apparu. Conclusion appuyée par la réaction de son ex, protégeant son intimité comme si cela pouvait l’arrêter. « Ne t’inquiète pas j’en ai fini avec ça. » lança-t-elle sèchement, un sourire aux lèvres. Oui elle en avait fini dans tout les sens du terme. La démarche légèrement claudiquante, Georgie se rapprocha toutefois de l’héritier, encore une fois  « Qu’on soit clair Xavi, j’ignore encore ce que tu as en tête mais tu ne joueras pas avec elle comme tu la fais avec moi. Déçois là une fois, et tu ne la reverras plus. C’est comprit?! » Elle avait espéré que les choses puissent être différentes entre eux. Entre lui et sa fille, dans ce qui avait été leur famille un jour. Mais plus elle y repensait plus elle se sentait idiote. Idiote d’y avoir cru même un seul instant. Après tout ce n’était pas lui le fautif, il était ce qu’il était, n’avait jamais menti sur la marchandise et malheureusement pour elle, elle l’avait aimé pour ce qu’il était. Pourtant elle n’avait aucun souhait de lui enlever sa fille, elle voulait pour LJ ce qu’elle n’avait jamais eu, pour autant elle ne pouvait pas laisser l’héritier dans sa vie s’il n’était pas prêt à tout pour la fillette. « Si tu n’as fais qu’envisager plus, tu vas devoir prouver que t’en es capable. Plus de drogue, plus d’alcool. Si tu veux plus, elle va devoir passer avant tout. Avant tes fêtes, tes projets stupides, tes putes. Avant toi et tes intérêts de gamin égoïste et capricieux! » Maintenant qu’elle l’avait mit en garde, il était libre de continuer, tout en gardant en tête que la jeune femme n’hésiterai pas une seconde à le broyer s’il blessait leur fille. « Je t’écoute. » fit-elle alors, partant s’installer dans un canapé, impatiente d’entendre ce qu’il pouvait avoir à dire après ça.

_________________

I bet if we dusted her heart for fingerprints, we’d only find yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Xavi Moroe

messages : 213
name : sow — pomeline.
face + © : sebstan — dublin ~ @pin
multinicks : mavis, saveria, lilly.
points : 386
age : thirty-three years old.
♡ status : playboy — divorced from georgie, still thinking about her ass, lj's (bad) dad.
work : heir|ceo (idgaf).
home : a villa @ ocean avenue (in ashes)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [off] georgie, lucy, billie, charlie, ali.

for better and for worse [georgie] Empty
Message· · Sujet: Re: for better and for worse [georgie] for better and for worse [georgie] EmptyLun 10 Juin - 10:51

Elles étaient toutes magnifiques, toutes prêtes à se damner pour lui, à lui donner ce qu'il exigeait, à corrompre leur propre personnalité pour correspondre à Xavi. Elles se pliaient à lui avec l'espoir d'une vie différente à ses côtés, par envie de lui extorquer quelques billets ou juste parce qu'il était si beau parleur. Aucune, pourtant, n'avait su le satisfaire totalement. Dans sa consommation à l'extrême, Xavi prenait et jetait, couchait à tout va mais ne gémissait qu'un seul prénom : Georgie. Combien de claques s'étaient-ils prises ? Combien d'insultes, de hurlements, car chacune croyait être la seule et l'unique. Et ce sourire narquois sur ses lèvres à ce moment là. Non, il n'y en avait qu'une et elle resterait la seule. Il avait aimé Georgie de la façon la plus bancale possible, avec ses problèmes et sa personnalité si complexe. Il l'avait aimé, au point de vouloir l'épouser à nouveau, de passer sa vie à ses côtés. Et puis plus rien. Il n'avait pas cessé de l'aimer, il soupçonnait même son coeur de battre uniquement pour elle, sans quoi il serait déjà mort. Mais Xavi était revenu à des desseins plus sombres, écourtant au passage son bonheur et brisant sa petite amie une nouvelle fois. Les dommages collatéraux, il y en avaient toujours chez lui et ça ne semblait pas l'atteindre, tant qu'il faisait comme bon lui semblait. Un tel dédain pour autrui était un mystère. Il voyait bien, qu'il avait brisé Georgie mais cette information n'était pas traité de manière rationnelle dans son cerveau, pire, elle semblait disparaître dans un coin sombre qu'il n'ouvrait jamais. Tout comme son comportement avec sa fille... D'ailleurs, il ne prit même pas la peine de réagir à la première remarque de la jeune femme, lui qui pourtant appréciait plus que tout le conflit. Il secoua brièvement la tête de droite à gauche et relâcha finalement ses muscles et surtout ses mains jointes devant ses parties intimes. D'un haussement d'épaules, il reprit. « Tant mieux, moi non. » Il n'en avait pas fini de courir les femmes, de s'amuser comme il le désirait mais, plus simplement, il n'en avait pas non plus fini avec elle. Une tâche bien plus complexe que la garde de sa fille mais Xavi n'avait pas l'intention de lui préciser la chose de suite. Voyant son ex claudiquer vers lui pour lui infliger ses remarques cinglantes, il crut bon, par réflexe, de retenir la jeune femme par une épaule - il n'avait aucune envie de la ramasser quelques instants plus tard. Finalement, il relâcha son étreinte et esquissa un large sourire. « Que les choses soient claires Georgie, je vais la décevoir et tu sais quoi ? Tu vas la décevoir toi aussi, à un moment, alors arrête de vivre dans ton monde utopique. » Il pouvait bien changer de vie, effacer les traces de ses démons, LJ ne resterait pas une enfant longtemps. Elle grandirait apprendrait le passé et serait, forcément, déçue par l'attitude de ses parents. Si l'héritier cachait de nombreux squelettes dans le placard, la rouquine n'était pas en reste non plus. Elle pouvait bien lui reprocher sa vie de libertin, certains aspects de la sienne n'étaient pas plus reluisants que lui. L'innocence de cette enfant pouvait encore être préservée, mais pour combien de temps ? Xavi n'avait aucune envie de lui mentir et souhaitait, au contraire, lui montrait la réalité de la vie. Pas maintenant, pas du haut de ses trois pommes, mais un jour. « Ce que je fais quand je suis seul me regarde, tu n'as aucun droit là dessus, tu n'es plus ma femme. » Il n'avait pas fini sa tirade, mais cette simple phrase avait suffit à le faire taire. Oui, Georgie n'était plus sa femme, même s'il continuait à l'appeler Moroe. Par sa faute, bien entendu, lui qui tant de fois lui avait brisé le coeur avant de faire son mea culpa. Lui qui était incapable de rester sur ses positions plus de quelques mois. Lui qui avait rejeté, une fois pour toute, la femme qu'il aimait. La seule. « J'ai décidé d'emménager ici, Georgie. J'ai une maison, enfin j'avais une maison mais c'est un détail qui va se régler. Je serais sobre quand j'aurai LJ et de toute façon, l'assistante sociale ne va pas me lâcher comme ça. Mais sache que je compte bien rester dans le coin et être présent les jours où elle est censée être avec moi. Et si l'envie te dit de vouloir jouer la jolie famille, tu peux même envisager de venir avec nous.. » Il savait pertinemment qu'en exigeant, il n'aurait rien. Ni d'elle, ni des autorités. Autant faire profil bas et espérer voir son ex se calmer un peu. Néanmoins, l'héritier était, cette fois, bien résolu à obtenir gain de cause. Si s'installer à WB n'était pas un début de preuve suffisante pour elle, jusqu'où devait-il aller ? Bien sûr qu'il continuerait à sortir, à coucher avec des filles, à boire, à s'amuser, il restait humain et pas le meilleur qui soit, certes, mais il ne s'interdirait pas, pour autant, de vivre. « J'en demande pas plus pour l'instant, ce n'est pas dans mon intérêt de toute façon. » Plus, il voulait : une garde partagée, un droit de décision la concernant, ces petits détails auxquels un père prenait toujours part. Néanmoins, lui-même se questionnait quant à sa capacité à tenir sur le long terme. Une pensée qu'il ne partagea pas. Après tout, avant de convaincre Georgie, il devait se convaincre lui-même pour ensuite espérer un avenir différent du mec qui finirait mort drogué, seul. Sans gêne, il finit par suivre la rouquine sur son canapé, observant une nouvelle fois la pièce avant de poser son regard sur elle. « Ca te convient ? Il va juste falloir t’habituer au fait que je vais rester un long moment dans le coin et qu'on va souvent se croiser... »

_________________
“i find it hard to say the things i want to say the most, find a little bit of steady as i get close, find a balance in the middle of the chaos, send me low, send me high, send me never demigod" ✩.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
and i will stumble and fall.

Georgie Keily

messages : 727
name : olivia (carolcorps)
face + © : emma stone | @lolotte — @pinterest/tumblr
multinicks : alma, inej, sofia, etta, noko, reggie, leslie & maeve.
points : 460
age : twenty six years old.
♡ status : broken in every possible way, and mom of a two years old.
work : firefighter
home : a lovely house on harbor row with citra.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off (bertie, pip, citra, xavi)

for better and for worse [georgie] Empty
Message· · Sujet: Re: for better and for worse [georgie] for better and for worse [georgie] EmptyVen 28 Juin - 6:38

Cette relation était toxique depuis le tout premier jour, mais Georgie s’évertuait alors à nier l’évidence. Elle n’entretenait qu’une fausse relation avec un riche héritier qui faisait un peu trop souvent la une de la presse à scandales. Fausse relation dont elle retirait certains avantages, n’ayant jamais craché sur leurs parties de jambes en l’air. Et ce même si elle devait subir robe de soirée, talons hauts et soirées mondaines pour se le faire dans les toilettes de ce majestueux hôtel, dans lequel elle ne serait surement entrée qu’en femme de ménage. Elle n’avait pas réalisé à quel point elle tenait à cet homme avant qu’il ne fasse un séjour en prison sous un prétexte idiot. Inquiète, ce qui l’avait alors frappé à l’époque c’était le vide qu’il avait laissé en partant. Certes, Xavi était l’un de ces hommes dont l’égo prenait tant de place qu’il était difficile d’exister dans cette même bulle. Georgie y était parvenue, non sans mal, non sans s’y brûler les ailes à mainte reprises. Mais naïve ou trop éprise, elle se laissait avoir à chaque fois, convaincue de sa sincérité sans vouloir admettre que seule sa petite personne comptait pour lui. Lui et ses désirs les plus primaires. Alors bien sur qu’il n’en avait pas fini, il n’en aurait jamais fini. La rouquine ignora sa réponse qui coulait de source lorsque l’on connaissait le personnage aussi bien qu’elle. Un simple haussement d’épaules avant qu’il n’y pose sa main. Un contact aussi insignifiant que douloureux pour la rouquine qui sentit alors son coeur tomber lourdement dans sa poitrine, lui coupant ainsi la respiration. Elle voulu se dégager de ce geste mais relâcha son emprise avant qu’elle n’ait pu formuler la moindre complainte. Dommage s’il s’était attardé trop longtemps peut être aurait-elle eu l’occasion de lui broyer la main. « Joue pas à ça avec moi, tu sais très bien de quoi je parle. » Et elle faisait référence notamment à sa tendance à disparaître à la moindre occasion, se transformant en courant d’air dès que l’envie lui prenait. Il se lasserait de sa fille comme il se lassait de tout et tout le monde. Elle en était venue à penser que sa propre personne l’ennuyait tellement qu’il y préférait ses drogues. Bien sur qu’elle allait la décevoir. La jeune femme voudrait pouvoir promettre qu’elle serait toujours une mère exemplaire, un être infaillible qui lui servirait de modèle et dont elle pourrait être fière. Mais il n’en était rien. Un jour elle serait assez grande pour réaliser la minable dont elle avait hérité pour mère. Toutefois elle trouvait cette remarque gonflée de la part de l’héritier dont les tares s’étalaient devant lui à perte de vue. « Ce n’est pas ce que.. » à quoi bon terminer? Une affirmation balancée sans considération, un poignard en plein coeur pour la jeune femme qui n’avait guère envie de se justifier. Pourquoi devrait-elle encore s’inquiéter pour sa pauvre carcasse? Ce n’était pas comme s’il souhaitait s’occuper de sa fille, la voir d’avantage, s’impliquer plus qu’il ne l’avait fait jusqu’à lors. Pourquoi devait-elle s’inquiéter de ce qu’il fichait de sa triste existence alors qu’il serait le héros de sa petite fille pour les quinze ou vingt prochaines années? Quelle sombre idiote. « Je me fous de ce que tu fais, sincèrement.. » commença-t-elle, pas totalement honnête. « C’est à elle que je pense, c’est tout. » Elle n’avait pas le courage de s’étendre d’avantage. De formuler la moindre tirade pour le convaincre qu’elle n’avait pas le moindre ressentiment, pas le moindre semblant de jalousie. C’était stupide, elle-même n’y croyait pas. Alors elle se contenta d’une vérité simple. Lily-Jean, c’est à leur fille qu’elle pensait et c’était aussi pour elle qu’elle acceptait de supporter cette situation. Bien qu’une fois encore, Xavi savait comment la compliquer. « Une famille? Tu te fous de ma gueule? » son regard s’était assombri, hésitant alors à se lever pour lui faire bouffer la table de son salon. Les mains crispées, la belle laissa éclater un rire sardonique, peinant à se reconnaître elle-même. « Tu sais où tu peux te la foutre ta famille? » répondit-elle alors, ne pouvant contenir sa rage. C’était trop lui demander alors qu’il enchaînait les coups bas, sans qu’elle ne comprenne ce qu’elle avait fait de travers pour le mérité. L’histoire de sa vie après tout. Qu’avait-elle fait pour mériter la haine de son père, pour mérite ses coups? Qu’avait-elle fait pour mériter celle de Xavi? Des questions qui demeureraient sans réponse. « Si je te répondais non, est-ce que tu t’en irais pour de bon? » elle connaissait la réponse. Non parce qu’elle n’était pas prête à le croiser, pas prête à le voir mener sa petite vie comme si rien ne s’était passé, dans l’indifférence la plus totale. Elle ignorait comment tourner la page avec lui dans les parages. Pas quant elle s’évertuait à espérer bêtement. Aussi bornée que stupide qu’elle était. Pourtant, il n’était pas là pour elle, il était là pour leur fille. Et en un sens elle lui était reconnaissante d’essayer. Mais quelle idiote faisait-elle. Pendant des semaines elle avait espéré le voir revenir, que cette séparation n’était que temporaire, le temps d’un tournage, le temps de faire le con à LA comme il en avait l’habitude. Mais qu’il reviendrait vers elles. Parce qu’il les aimait, parce qu’il était sincère. Mais son retour aujourd’hui, son attitude lui prouvait tout le contraire. Du moins il aimait sa fille, et c’était peut être plus que ce qu’elle ne pouvait espérer. Quant à elle? Cela n’avait jamais été que du vent. Rien de plus. « Elle t’aime plus que tout au monde et tu lui manques, elle n’a pas besoin de plus. Pas pour l’instant. Mais un jour tu réaliseras peut être qu’en te détruisant tu détruis tout le monde autour de toi. Et peut être que le jour où ça atteindra ta fille, peut être que ce jour là t’en auras quelque chose à foutre… Je l’espère pour vous deux. » Que pouvait-elle espérer de plus? Hormis le fait d’espérer qu’il saurait prendre soin de leur fille comme elle le méritait. Au moins elle pouvait toujours compter sur Alfred pour veiller sur eux.

_________________

I bet if we dusted her heart for fingerprints, we’d only find yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Xavi Moroe

messages : 213
name : sow — pomeline.
face + © : sebstan — dublin ~ @pin
multinicks : mavis, saveria, lilly.
points : 386
age : thirty-three years old.
♡ status : playboy — divorced from georgie, still thinking about her ass, lj's (bad) dad.
work : heir|ceo (idgaf).
home : a villa @ ocean avenue (in ashes)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [off] georgie, lucy, billie, charlie, ali.

for better and for worse [georgie] Empty
Message· · Sujet: Re: for better and for worse [georgie] for better and for worse [georgie] EmptyDim 30 Juin - 19:16

Xavi, malgré son génome défaillant et sa nature assez peu humaine, restait pourtant un homme comme un autre. Quoi qu'il puisse en dire ou en montrer. Son arrivée à Windmont Bay c'était fait sur la base de sa relation avec sa fille, qu'il souhaitait avant tout développer du mieux qu'il le pouvait. Mais - car il y avait toujours un mais avec lui - il y avait également une raison sous jacente. Lui qui exécrait ce lieu, cette vie presque campagnarde et les gens qui s'y rattachaient, devait bien avoir plus d'une raison pour rester ici. Georgie en était l'une d'elle, bien qu'il ait affirmé le contraire précédemment. Il y avait toujours eu des non dits entre eux, une communication limitée car Xavi n'était pas homme à se vouloir expansif. Mais elle le connaissait assez bien pour savoir qu'il y avait toujours anguille sous roche. Et il la connaissait assez bien pour comprendre que leur pseudo fin n'était pas totalement consommée. Une fin qui était du à l'héritier, encore une fois. Et pourtant, malgré son air stoïque, son minois rehaussé d'un franc sourire, ses sous entendus obscènes et sa capacité à s'inviter dans une vie dont il n'avait plus souhaité faire parti, Xavi cachait bien quelque chose. Là, sous un corps rongé par des années d'excès, sous un esprit embué qu'il avait choisi de ne plus relier à son coeur, battait pourtant un palpitant. Une mélodie qui n'était pas à l'unisson et qui ne résonnait qu'à un seul instant : lorsqu'elle était là. Il pouvait ruminer, faire son héritier excessif, croire que ce sentiment finirait par s'amenuir avec le temps. Il n'en était rien. Il aimait cette femme, du plus profond de son être, mais se voyait incapable de lui avouer. Il l'avait déjà fait et sa seule erreur à ce moment là, fut la retenue dont il réussit encore à faire preuve. Que pouvait-il ajouter, lui qui n'arrivait pas à s'exprimer sur ce sujet ? Qu'il l'aimait à en crever ? Il n'en était pas loin. Il avait néanmoins envoyé paître ce sentiment depuis leur dernière rupture, refermant un peu plus son esprit sur d'autres futilités de la vie, comme il savait si bien le faire. « Tu me fais chier. » réussit-il néanmoins à arguer alors qu'il levait les yeux au ciel. Des réprimandes, toujours des réprimandes, oui et ? S'il aimait Georgie pour tout ce qu'il était, cette fâcheuse tendance à le recadrer l'ennuyait profondément par moment. « Tu te fous vraiment de ce que je fais ? » Car sa réponse lui semblait bancale, lui qui ne se foutait pas du tout de ce qu'elle faisait, lui qui s'était souvent demandé ce qu'elle fichait ici, à Windmont. « Bien. Tu penses à elle. J'essaie aussi. » Essayer, un bien grand mot, vide de sens quand on connaissait l'engin. Georgie était une excellente mère; protégeant leur fille du mieux qu'elle le pouvait, lui assurant toute la sécurité et l'amour dont elle avait besoin à son âge. Elle faisait le boulot de deux et s'en sortait bien mieux seule qu'accompagnée de Xavi. Une vision des choses qu'il ne partagea néanmoins pas avec elle, estimant que la brosser dans le sens du poil ne verrait que décupler sa colère. Alors il ne dit mot, et déjà son ex semblait un brin plus exaspérée par le terme employé un peu plus tôt. Stoïque, il l'observa s'assombrir, se crisper à côté de lui. « Nan mais je suis sûr que tu vas m'le dire, où j'peux m'la foutre ma famille ? Vas-y. » Peu intéressé par la réponse, dans les faits, l'héritier se redressa sur le canapé avec l'étrange sentiment de mal faire les choses. Bien sûr, c'était toujours le cas mais jamais, Xavi ne s'était posé clairement les questions sur sa façon de faire. Un brin intrigué par ses propres pensées, il fut stoppé net par la prochaine prise de parole de son ex femme. Il plongea son regard dans le sien, ne prenant même pas la peine de lui répondre. Elle ne le connaissait que trop bien, pour savoir que cette dernière serait négative. Il reviendrait, encore et toujours, à la charge, s'estimant dans son bon droit et n'aurait d'yeux que pour ses propres sentiments et non ceux de Georgie. Bien sûr que sa présence l'indisposait, bien sûr qu'elle le haïssait - comme beaucoup ici désormais - mais l'héritier ne pouvait décemment pas s'arrêter à sa haine. Et voilà que la rouquine se mit à débiner les sentiments de leur fille, apposant ainsi le fait qu'elle n'avait besoin de rien de plus que de son père et de son amour et poursuivi avec sa pseudo autodestruction. Premier coup dans le coeur, lui qui n'arrivait pas à gérer ses sentiments mais encore moins ceux des autres à son égard. Un instant, il ferma les yeux, prêt à terminer ici la conversation, mais prit sur lui de ne pas prendre la porte tout de suite en se contentant d'acquiescer. « Et j'imagine que, par détruite tout le monde autour de moi, tu parles de toi ? » La question était lancée et une nouvelle fois, il mit toute son attention sur son ex femme. Sa rancœur était palpable, elle électrisait l'air depuis son arrivée et bien qu'il trouvait cela particulièrement excitant, Xavi n'attendait d'une chose : qu'elle lui balance tout. « Si tu te poses la question, je l'aime aussi, c'est ma fille. Je ferai au mieux. » Inutile de promettre monts et merveilles, c'était déjà bien assez compliqué d'être le géniteur d'une chose aussi délicate dont l'avenir portait à moitié sur lui.

_________________
“i find it hard to say the things i want to say the most, find a little bit of steady as i get close, find a balance in the middle of the chaos, send me low, send me high, send me never demigod" ✩.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




for better and for worse [georgie] Empty
Message· · Sujet: Re: for better and for worse [georgie] for better and for worse [georgie] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
for better and for worse [georgie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (X) For better for worse, I got you PV Kendall C. Cruz (Terminé)
» you make me feel worse ► velcan
» Baek Young Ja + nothing is really " worse "
» (F/FAMILY) Georgie Henley ~ Forever your devoted sister whatever happens
» Georgie - Take me to the beach.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row-
Sauter vers: