AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 the seas of fire (citra/dante)

Aller en bas 
soon you’ll run with better men

Dante Fellini

messages : 876
name : calvaries
face + © : james norton ©mine
multinicks : saga, romy.
points : 1294
age : thirty-four years old.
♡ status : it's a classified case.
work : family business.
home : the majestic hotel.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : saison 1 off — giacomo, garett. saison 2 — citra, kate.

the seas of fire (citra/dante) Empty
Message· · Sujet: the seas of fire (citra/dante) the seas of fire (citra/dante) EmptyLun 13 Mai - 21:52


Oh, would you still offer your embrace. If it's another place
you'd find me in? If it's ours and ours to use
How can we refuse the seas of fire, between your heart and mine

*
@Citra Leviani + @Dante Fellini

Un sentiment étrange lui traversait le corps lorsque l’écran de son téléphone s’alluma et se mit à vibrer dans tous les sens sur la table. Son prénom s’affichait en gros accompagné d’une photo d’elle au centre dont le visage était déformé par plusieurs éclats sur la vitre. Elle avait les cheveux au vent, ils s’infiltraient au coin de ses lèvres souriantes et un filtre légèrement vieillissant que l’on utilisait plus aujourd’hui donnait une ambiance toute particulière à cette image. Dante possédait deux téléphones, un pour divers appels en tout genre qu’il changeait assez fréquemment et un autre qui ne quittait jamais la poche intérieure de sa veste. Celui-ci concernait des choses très personnelles uniquement, il ne contenait pas plus d’une dizaine de contacts, dont Citra, qu’il n’avait jamais eu le courage d’effacer. Il n’avait jamais renouvelé ce numéro et craignait un jour d’avoir des ennuis à cause de cela, mais il se refusait à en changer. Elle appela une première fois, le vibreur résonnait contre la table en bois et il observait son visage se secouer dans tous les sens. Pourquoi l’appelait-elle? Ils ne s’étaient pas quittés en bons termes et il lui avait promis que jamais il ne la reverrait. Le soir où il l’avait laissée seule dans cette rue, il voulait s’enfuir, fuir l’Oregon et cette fichue danseuse. Mais il était encore là, scotché à sa chaise à regarder son écran brisé. Giacomo l’avait-elle appelé après qu’ils se soient vus, pourquoi viendrait-il encore foutre la merde entre eux, lui avait-il cafté la torgnole qu’il avait prise? D’un geste rapide, il appuya sur le bouton de verrouillage pour mettre l’appel en silencieux. Son regard se détacha de l’appareil. La pensée de l’imaginer elle et son frère se liguer contre lui l’épuisa. Tous ces kilomètres parcourus pour ça. Au bout de quelques minutes passées allongé sur son lit, l’air perplexe, il alluma à nouveau son téléphone, elle ne l’avait pas rappelé depuis. Ça ne devait pas être bien important, se disait-il. Dans sa chambre d’hôtel, Dante faisait les cent pas, réfléchissant au but de cet appel, qu’avait-elle voulu lui dire? Avait-il manqué une occasion de se faire pardonner? Depuis que cet écran avait affiché son visage, tout du moins celui de l’époque, tous ses muscles s’étaient tendus et son ventre était noué. Il marcha en direction de son placard dans lequel il planquait quelques canettes, qui évidemment n’étaient pas fraîches. Retournant sur son lit, il décapsula l’une d’entre elles et en avala goulûment le contenu, presque cul sec. C’est alors que son téléphone se remit à vibrer. Il tourna la tête vers sa table de chevet, c’était elle à nouveau. Il prit le téléphone dans ses mains, observa une nouvelle fois son visage lui sourire et céda. Il décrocha.  — Allo… Quoi? Parle plus doucement. Dante ferma les yeux, la situation ne semblait pas lui plaire. Sa voix était paniquée, quelque chose se passait et elle semblait effrayée. — T’es sure? Personne d’autre ne peut venir à ma place Citra…? Un instant, il hésita. Cette garce lui avait quand même planté un couteau dans le dos à plusieurs reprises et la plaie commençait à sérieusement s’infecter. Assis au bord de son lit, il plongea son visage dans sa main, désemparée à l’idée de devoir affronter son regard une nouvelle fois. Mais elle n’allait pas bien, et il s’en voudrait s’il n’y allait pas. — Bon ok. À plus. A plus. Qui disait encore à plus de nos jours? En tout cas, il n’était pas de ceux-là et il était perturbé à l’idée de lui d’entendre sa voix à nouveau au téléphone. Juste avant que celle-ci ne raccroche, une pensée lui traversa l’esprit. Il s’empressa de lui demander, craignant qu’elle n’ai déjà raccroché. — Citra? Envoie-moi l’adresse par SMS. Réussit-il à dire bien qu’il soit terriblement gêné à l’idée d’entrer dans son intimité. Mais cet appel était d’une certaine manière une invitation.

Il n’y avait pas un chat dehors, aucun témoin de la faiblesse dont il faisait preuve en se rendant chez elle. Sur son téléphone, il suivait vaguement l’indication que lui donnait son Gps et parvint à arriver à destination. Devant sa porte, il observa une dernière fois l’image qu’il avait conservée d’elle. Peut-être que sa venue ici ce soir mettrait un terme à leur histoire? Il y avait le coeur gros, la gorge serrée, les tripes nouées et la fuite pourrait éventuellement être une solution face à ce qui pourrait arriver. Sa voix l’avait tout de même inquiété, il n’avait pas souvent eu l’occasion de l’entendre parler comme cela. Et avec le recul, il ne savait que trop peu de choses sur sa nouvelle vie, peut-être quelqu’un lui voulait-il du mal, peut-être s’était-elle fait cambrioler, peut-être l’avait-on droguée à son insu? Les idées se bousculaient dans son esprit, mais avant de toquer à la porte en bois de son appartement, il secoua nerveusement du chef pour évacuer un maximum de pensée bouleversante. Puis d’une main ferme, il frappa. — C’est moi… Dante… dit-il d’une voix ferme. Il s’était senti obligé cependant de préciser qu’il s’agissait de lui. Était-elle seule? Était-elle ivre? Voilà que ces fichues pensées à son propos revenaient, mais pas le temps de se remettre les idées en place. Le loquet de la serrure résonna dans les fibres du bois et la porte s’ouvrit. Lorsqu’il la vit, son regard changea, elle était habillée d’un haut qui laissait ses épaules découvertes. La vue de la chair de celle qui avait réussi à le posséder le déstabilisa. — Salut. Son regard se détourna vite du sien évitant ses pupilles et sa peau au teint subtilement hâlé. Poing serré devant sa bouche, il se força à tousser pour faire diversion. — Qu’est-ce qui ya? Tu… t’avais pas l’air bien au téléphone. Même si on lui avait demandé tous les efforts du monde, Dante n’arrivait pas à esquisser le moindre sourire en se trouvant ici. Il n’avait aucune envie de laisser échapper un quelconque signe de plaisir à se trouver chez elle. La colère qu’il avait éprouvée était encore présente, tout comme le remord de l’avoir effrayée. Mais il n’allait pas s’excuser d’être qui il était. Elle l’avait pourtant bien aimé un jour, et si elle ne l’aimait plus aujourd’hui il s’en irait, loin d’elle, loin d’eux.

_________________

Aware of things your heart alone was meant to see
The fundamental loneliness goes

Whenever two can dream a dream together
You can't deny, Don't try to fight the rising sea
Don't fight the moon the stars above, and don't fight me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
the seas of fire (citra/dante)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Jeu de pirates : Legend of the high seas ?
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» Epreuve de Dante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row-
Sauter vers: