Partagez
 

 «  It was a teenage wedding and the old folks wished them well » [Naaji]

Aller en bas 

Karl Lannister

messages : 635
name : Milie.
face + © : Fassby + (c)Flashdelirium
multinicks : William.
points : 614
age : 45 yo.
♡ status : In love with his music.
work : Fallen rockstar.
home : Oceane avenue in his palace.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Naaji, toi ?

«  It was a teenage wedding and the old folks wished them well » [Naaji] Empty
Message· · Sujet: «  It was a teenage wedding and the old folks wished them well » [Naaji] «  It was a teenage wedding and the old folks wished them well » [Naaji] EmptyMer 15 Mai - 9:08

C’était pas si mal comme ville, Karl s’y plaisait bien. La superficie restait petit, il y avait peu de monde,  les gens s’ignoraient entre eux mais c’était parfait pour lui, pour oublier l’effervescence des trop grandes villes où il s’était perdu. Ici, dans cette piaule silencieuse, il était censé se ressourcer, mettre de côté ses penchants pour ses travers. Son manager le lui avait dit : continuer ainsi était la sortie assurée pour finir comme un vieux déchet, un vieux débris qui n’inspirait que de la compassion, un peu comme la Madonna qui continuait à se comporter comme une adolescente en chaleur. C’était ridicule et cet exemple suffisait à faire tilt dans le cerveau du chanteur. Non, il ne voulait pas finir comme elle. Non, il voulait voir sa carrière décoller à nouveau. Mais c’était compliqué, parce qu’il avait besoin de boire, besoin de se défoncer à la coke, besoin de ces soirées endiablées où se mêler les excès à une indécente luxure.  
Et être calme ne lui ressemblait pas. Fier comme un paon, Karl aimait l’effet qu’il pouvait créer quand il sortait, qu’il rencontrait des fans. Or là, c’était le désert.
Les gens d’ici étaient trop dociles – bien qu’il s’agissait surtout d’apparence - et il s’ennuyait un peu. Il espérait que s’organiserait de grands événements, voir un concert même. Il pourrait même jouer un peu même si son manager lui avait clairement dit de rester tranquille.
Aaah que tout l’agaçait fortement.
Il aimait la sensation forte et ici, la seule sensation était d’entendre les ragots d’une vieille conne qui n’avait rien de mieux à faire que de cracher du venin sur autrui, plutôt que de nettoyer son pot de chambre, putain de vieillesse !
La seule chose de bien, c’était ce fucking restaurant sur la plage dont il avait repéré la pub. Les grillades étaient excellentes et il aimait cette sensation d’avoir les pieds dans le sable pendant qu’il mangeait, regardant les quelques surfeurs et se disant qu’il y avait quelque chose de positif dans cette ville.
Mais pour le reste, il s’ennuyait. Il ne reconnaissait pas qu’il dormait mieux, qu’il se levait plus tôt, et qu’il s’était remis à composer, s’accordant du temps sur son piano, sur sa guitare, sur ce talent qu’il avait été, autrefois, avant de clairement sombrer dans la déchéance.
Il allait mieux, même si son manager ne manquait pas de lui rappelait que la presse s’était fait une joie de le descendre. Il n’avait même pas cillé quand il lui avait collé au visage, l’article le montrant la gueule défoncée pendant qu’il s’était mis à chanter « la la la » parce qu’il avait oublié les paroles. Ça arrivait qu’il lui avait répondu. Il malmenait ce pauvre manager. Il ne le traitait pas comme il le fallait. La vérité, c’est que le manager était une Madame et en bon misogyne qui se respecte, Karl avait du mal à l’entendre.
C’est pourquoi, il était dans ce bar, devant une bière #pouuuuulalaaaa #fifou
Son manager ne l’accepterait. C’est pourquoi Karl s’était empressé de se prendre en selfie avec et de lui envoyer une photo. Juste pour la faire chier et ignorer son portable qui s’était aussitôt mis à hurler. Elle allait le défoncer, mais il s’en moquait, comme il était dans ce bar toujours affublé de ses lunettes de soleil, comme ces stars de la télé-réalité qui avait si peu de cerveau qu’ils confondaient les néons avec le soleil.
C’était aussi pour se cacher un peu. Et pour être tranquille.
Il n’avait pas été complètement insensible aux paroles bienveillantes. Madame Manager n’avait pas si tort que ça. Peut-être qu’il fallait se calmer et songer à redorer son image. Aussi buvait-il une bière, dans son coin, sans se mêler aux autres, occupé à tapoter sur le comptoir. Tiens, ça paraissait être une bonne mélodie ça. Elle inspirait même des paroles.
Il entreprit de refuser le nouvel appel qui apparaissait, ouvrant ses notes parmi des millions déjà créées, et commença à écrire tout en fredonnant du « la la la la » qui ne voulait rien dire aux oreilles d’autrui, sauf aux siennes.
Il en oublia même de boire continuant son petit essai musical, puis soudainement, il émergea de cette concentration divine qui s’était emparé de lui, pour se tourner vers le gars qui se trouvait attablé, près de lui.
A travers ses lunettes noires, Karl le héla sans chercher à savoir s’il était occupé ou non. Il avait un besoin urgent d’aide.
Ça ne pouvait pas attendre.
« Hey, j’ai besoin d’aide pour une compo’. À ton avis, qu’est ce qui rime avec « cul » ? » Demanda-t-il avec un sourire éclatant. C’est qu’il écrivait quelque chose de très rock n roll.

_________________
***
Rock and roll is dead. But it's real hard to be yourself when you're living with those demons in your head

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naaji Darwish

messages : 831
name : nepy
face + © : rami malek © blindness
multinicks : jude - garett - charlotte - ellie - filip
points : 618
age : 34.
♡ status : it depends on the day.
work : fisherman on probation. part time escort and porn actor.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●●● - (ania/tony ; hera ; leslie ; karl)

«  It was a teenage wedding and the old folks wished them well » [Naaji] Empty
Message· · Sujet: Re: «  It was a teenage wedding and the old folks wished them well » [Naaji] «  It was a teenage wedding and the old folks wished them well » [Naaji] EmptyDim 9 Juin - 15:55

Jessica avait faim. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas tâté de la viande fraîche. Elle avait l’impression que la dernière fois remontait à des siècles et encore, elle n’avait pas été particulièrement satisfaisante. L’individu, en dépit de son allure prometteuse et de son physique de quater back, en avait une si petite qu’elle avait dû se terminer seule, ce dont elle n’était pas particulièrement fan. Après tout, pour faire ça, elle pouvait le faire de chez elle devant un bon film porno et son fidèle vibro qui lui au moins ne la décevait jamais. Ou son beau et viril Tony mais qu’elle n’avait pas eu l’occasion de revoir depuis un bail désormais. Le séduisant et sauvage vétéran lui manquait énormément. Alors ce soit, elle avait revêtu ses plus beaux atours, se parant de rouge afin d’attirer le regard des cibles potentielles, ses longs cheveux blonds en cascade de boucles tombant sur ses épaules et entourant sa poitrine mise en valeur, elle avait traversé les rues de Windmont Bay pour se rendre au seul endroit plus ou moins potable des environs. Elle regrettait encore les nombreuses distractions nocturnes que proposait Los Angeles et en dépit de la concurrence de blondes peroxydées au centimètre carré de cette ville de perdition, elle en regrettait les nombreuses opportunités qui lui étaient alors offertes. Elle n’avait alors qu’à se pencher pour ramasser et avait l’embarras du choix. Dans cette petite ville malodorante de pêcheurs, elle ne pouvait plus se permettre de faire la fine bouche et prenait ce qu’on lui proposait d’à peu près potable. Et il fallait bien avouer qu’il n’y avait pas grand-chose de potable à se mettre sous la dent ce soir. Installée au bar, tournant ingénument, son olive dans sa Margarita, elle promenait discrètement son regard sur la population alentours histoire de trouver un individu de sexe masculin qui répondait à au moins l’un des critères qu’elle avait défini pour éveiller son intérêt. Mais elle avait tellement faim qu’elle se serait jetée sur celui qui possédait la simple base, à savoir un pénis de taille décente et qui savait s’en servir. Et pas pour faire uniquement l’hélicobite entre potes de fac. Elle avait suffisamment donné même si elle était toujours partante pour les orgies d’université. Les étudiantes étaient un peu rustres sur les bords et n’avaient clairement pas inventé le fil à couper le beurre, ce qui venant de Jessica était vexant, la jeune femme étant le cliché même de la bimbo écervelée.

Indifférente, elle observait trois pauvres types qui tentaient de se hyper les uns les autres pour trouver le courage de venir lui adresser la parole afin de lui payer le, ou les, prochains verres en espérant qu’elle devienne suffisamment et rapidement ivre pour accepter de coucher avec au moins l’un d’entre eux. Sauf que Jessica, même totalement ivre, avait bon goût et qu’elle était un trou sans fin dans tous les sens du terme. Un mot l’interpella sur sa gauche et elle se tourna vers le spécimen de sexe masculin qui semblait soit jouer la star déchue dans le trou du cul de l’arrière pays américain, soit de ne pas avoir cuvé la soirée d’hier soir. Dans tous les cas, en un seul coup d’œil, il était physiquement plus attrayant que les trois types réunis sous leur meilleur profil. Elle se tourna vers son nouveau meilleur ami et répliqua sans ambages et sans se formaliser : « Alors, j’suis pas Shakespeare, mais je sais que ce qui rime le mieux, c’est ta bite dans mon cul. » Comme précédemment indiqué, Jessica avait faim et elle n’était pas du genre à se formaliser de politesses lorsque c’était le cas. Elle lui adressa un large sourire de prédateur avant de se laisser glisser sur le siège à côté de lui avec toute la grâce qu’elle possédait dans ce corps construit par les meilleurs chirurgiens et qui en avait fait le meilleur parc d’attractions pour les hétéros en mal de sensations fortes. Penchant la tête de côté, elle fronça les sourcils et interrogea son interlocuteur : « On se connaît non ? Ta tête me dit quelque chose. » Elle ne savait plus si c’était un ancien amant, qui dans lequel cas ne lui avait pas laissé un souvenir impérissable et qui donc l’incitait à passer son chemin, ou si c’était un autre membre de la Famille qui l’avait déjà croisé par le passé. Elle prit son olive et l’enfourna dans sa bouche afin de la sucer de manière obscène, ne laissant aucun doute sur ses intentions.

_________________
Nobody's home, I'm sleepwalkin'. I'm just relayin' what the voice in my head's sayin'. Don't shoot the messenger, I'm just friends with the monster that's under my bed, get along with the voices inside of my head. You're tryin' to save me, stop holdin' your breath.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
«  It was a teenage wedding and the old folks wished them well » [Naaji]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» wedding preparations and white dresses | ft. natasha
» Wedding crashers [PV les invités, et même les pas-invités]
» The Wedding of the Red and the Blue
» The royal wedding ± Chapitre N'1, Song n'1
» Hi folks!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row-
Sauter vers: