AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il y a toujours celui qui domine & le soumi, surtout sexuellement {Mé&Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Il y a toujours celui qui domine & le soumi, surtout sexuellement {Mé&Nate Mer 20 Jan 2010 - 18:27

Dans la vie je crois qu’il faut toujours être le dominant. Vous savez c’est comme chez les bestioles, il y a le dominant et le dominé. Sexuellement aussi d’ailleurs le dominant et le soumis enfin vous voyez ? Le truc dans la vie c’est de ne jamais être soumis ne pas laissé le choix au gens qui vous entoure, toujours être le dominant. Je vous dit tous cela pas parce que je suis toujours le dominant parce oui je l’avoue je suis toujours dominant et j’aime ça ! Le pouvoir ! Dominer. A vrai dire quand il s’agit de la souffrance d’autrui j’aime encore mieux ça. Pour en revenir a notre troupeau égaré je disais tous cela parce que moi, Nathanael Becker, premier du nom et peu fier de porté une insulte à sa grande puissance, j’ai dis a une fille « on se retrouve où tu veux. » Plus jamais, Dieu ! Quelle a de la chance que je lui ai laissé une fois le choix car je préfère nettement être sur mon territoire, mes terrain. Enfin cette fille c’est Médaöw donc ça va, enfin je veux dire je la connais bien. Même à l’intérieur je la connais… je ne relèverais pas l’insinuation. Bref toujours est-il que j’ai eu l’honneur de volé l’innocence de cette petite fleure torturée. Son cher papa était un ami de mon créateur, le lieu de notre rencontre fut donc ma chambre. Mon père n’avait pas vraiment accepté le fait que nous ayons une relation autre qu’amical, mais enfin je ne l’ai jamais écouté. Bon Je disais ? Ah oui ! Médaöw et moi nous nous sommes retrouvés il y a peu, parce qu’on c’est connu a New York, a cette époque la belle avait un grand besoin de se rebeller d’ailleurs. Nos retrouvailles ont étaient quelque peu sportives et agréables, disons que nous avons succombé au plaisir de la chaire. Ainsi soit-il ! Nous devions nous retrouver aujourd’hui, et c’était donc elle qui avait fixé le lieu de rendez-vous. Mon ex préférée avait donc choisis d’aller à la plage ! Pourquoi la plage ? Pour que je la vois ne maillot de bain ? Mais la voir en sous-vêtement c’est encore mieux ! & je l’ai déjà plus d’une fois si peu vêtu. La plage, moi qui n’aime pas tant le soleil… enfin il est sur que je pourrait montré mes tablettes a toutes les petites minettes du coin, mais je n’aime pas tans que ça la plage. D’un certain côté je sais qu’avec Médaöw je ne m’ennuierais pas, qu’elle arrivera à me divertir. Je l’aime bien la mistinguette moi. N’allez pas croire là que j’en oubli mon côté dominateur et sadique, loin de là mais j’ai malgré tout des amis avec qui je me comporte un peu plus convenablement. Enfin je veux surtout dire que vous n’avez pas de soucis à vous faire sur mon mauvais esprit, je le met juste plus ou moins entre parenthèse le temps d’un après-midi.
Une fois le sable brûlant sous mes pieds je repère ma jolie copine. Elle est sexy sur sa serviette, je dois l’avouer, mais enfin elle est encore plus sexy dans d’autre situation… croyez moi ! Je me décide a m’approchais d’elle, non pas sans un sourire pervers au coin et au fond de moi la ferme intention de la taquiné au courant de l’après midi. Enfin j’arrive près d’elle, mine de rien comme si je n’avais un quart d’heure de retard, voyez vous je me fiche un peu d’avoir un quart d’heur de retard, le plus drôle est encore quand les gens vous le font remarqué. C’est si drôle de leurs répondre, même parfois d’être blessant. Mais enfin restons gentil avec la petite Médaöw, on va évité d’être blessant ou vexant, même si c’est pas gagné et que si sa arrive je sais très bien que je ne m’en excuserais pas.
Je m’assois à côté d’elle, je dépose me mets a toucher ses cheveux et a la regarder avec un sourire pervers au quel elle est habitué, depuis le temps. Ceci dans mon langage veut dire bonjour, puisque la politesse n’est pas chez moi.

«Dîtes moi Mademoiselle pourquoi avoir choisis ce lieu ? Vous ne savez donc pas, depuis le temps que nous n’avons guère besoin de la chaleur accablante du soleil pour faire monté la température ? »


Mon sourire était devenu encore plus vicieux et pervers que précédemment. J’attendais, ou pas, une réponse de sa part, de toute façon qu’elle réponde à la vraie question ou à la question rhétorique j’aurais toujours quelque chose à répliquer. Je l’aime bien la petite Médaöw, et puis elle est belle ce qui ne gâche rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Il y a toujours celui qui domine & le soumi, surtout sexuellement {Mé&Nate Mer 20 Jan 2010 - 20:48

Je devais avoir en moi un petit côté auto-destructeur dont je n’avais pas vraiment confiance pour faire ce que j’étais en train de faire. Oh ne pensez pas mal, je suis seulement sur une plage au plein milieu de la journée mais avant cela, j’ai d’une certaine manière décider d’appeler le diable à me rejoindre. Dieu n’est jamais vraiment venu sur terre mais son antonyme y est venu plus d’une fois et d’une certaine façon à même réussit à se dupliquer car pas mal de monde lui porte un côté mauvais voir même machiavélique dans certains cas. Mais ce qu’il peut y avoir de plus étrange c’est que cela la personne que nous rencontrons, ce côté peut devenir une bonne ou une mauvaise chose. J’avais rencontré dans mon existence encore courte quelques personnes qui n’avaient pas que de bonnes pensées mais j’étais à cette époque une personne qui ne cherchait qu’une seule chose se détruire de la pire de toutes les façons. Je n’avais gardé de cette ancienne vie qu’un seul contact et d’une certaine manière j’avais garder le pire de tous. Pourtant, selon moi, le jeune homme que l’on aimait appeler Satan n’en avait pas vraiment l’attitude, certes, ce n’était pas un ange mais au fond de lui, il possédait quelques bons côtés. Certaines personnes me traiteront sans doute de fol pour le geste que j’ai accomplit. Seule chez moi et m’ennuyant assez, je n’ai rien trouvé de mieux que d’envoyer un sms tout innocent à une personne l’étant beaucoup moins. Un simple rejoins-moi à la plage pour 14 heures. J’aimais le sable, j’aimais entendre la mer et surtout la liberté que l’on pouvait y trouvait mais cette sensation échappait bizarrement à la personne à qui je venais d’envoyer le message. Enfin, j’étais sûr qu’il viendrait même si ce n’était pas dans ses habitudes de laisser quelqu’un d’autres diriger, par moment, il me laissait une petite occasion de lui montrer que moi aussi je savais prendre des initiatives et des bonnes en plus. Ce fut dans ses optiques que je me mis à préparer mes affaires. En effet, on n’allait pas à la plage sans un strict minimum de préparation. Bien sur comme le temps n’était pas encore ce que l’on peut appeler un temps à se mettre en petite tenue dehors et bien je n’avais pas tant de préparation que cela. Oh, les 18 degrés étaient tout à fait agréable mais ce n’est pas vraiment par ce temps qu’on allait se baigner. Bien entendu, j’avais quand même enfilé mon maillot mais au-dessus, je portais un t-shit laissant entrevoir un décolleté, une mini-jupe en jean ainsi si qu’un petit pull par-dessous pour être sur de ne pas avoir froid et aussi parce que je connaissais bien les remarquer que pourrait faire la personne que j’allais voir sur ce que je portais. J’enfilais une paire de ballerine et mettait dans mon sac une serviette de plage. Je sortis de chez moi fermant la porte à clé avant d’entrer dans ma voiture et de me diriger vers la plage.

Arriver, là-bas je sortis doucement de ma voiture avant d’enlever mes chaussures alors que j’allais entrer dans le sable et je cherchais une place où je serais assez à l’écart pour ne pas avoir trop de gens autour de nous même si à cette époque de l’année peu de monde venait ici mais qui soit assez visible pour que le jeune homme me retrouve. Je regardais l’heure qui était en train de passer et je ne le voyais pas arriver ce qui d’un côté ne m’étonnait pas vraiment car ce n’était pas vraiment dans les habitudes du jeune homme d’arriver à l’heure mais je lui pardonnais car je n’étais pas le genre de personne totalement difficile qui imposait des choses aux gens. Je me mit à regarder l’océan ne pensant plus vraiment car de toute façon j’allais sans doute devoir attendre un petit temps avant de voir le jeune homme arriver. Je fus tout à coup sortie de mes pensées lorsque je sentis que quelqu’un touchait à mes cheveux et c’est là que je vis Nathanaël assis à mes côtés et qui me regardait avec un regard des plus évocateurs mais qui n’allait nullement me faire perdre mon sang froid. J’étais habitué à son attitude et je me contentais de lui sourire pour lui monter que j’étais content qu’il soit là. «Dîtes moi Mademoiselle pourquoi avoir choisis ce lieu ? Vous ne savez donc pas, depuis le temps que nous n’avons guère besoin de la chaleur accablante du soleil pour faire monté la température ? » Je le regardais droit dans les yeux en souriant car s’il y avait bien une personne qui ne changerait jamais et bien c’était lui. Déjà pour trouver que 18 degrés est une température si chaude que cela et en plus pour savoir sortir une allusion perverse à chacune de ses phrases quoique son regard était d’autant plus étonnant. Je me rapprochais un tout petit peu du jeune homme comme pour répondre à ses attaques non verbales avant de me mettre à parler. « Nat, tu es un vrai phénomène, tu me vouvoie lorsque tu me parles mais ton regard est en train de me déshabiller. J’ai choisi ce lieu parce qu’il est calme et que parfois venir chez toi peut-être très dangereux. Tu trouves qu’il fait chaud, j’ai même un peu froid de temps en temps et puis si tu aimes si peu le sommeil je vais finir par me demander si tu n’es pas un vampire voulant boire mon sang. Et comment va mon diable préféré ? » Je me mis à sourire de plus belle sachant déjà qu’il avait déjà un texte totalement prêt pour me répondre et surtout il allait sans doute être déçut que je n’ai pas relevé l’allusion perverse de sa phrase. J’approchais donc ma bouche de son oreille avant de me mettre à lui parler doucement. « Et je n’oublie pas que la chaleur peut facilement montrer entre-nous mais cela ne veut pas dire que je vais te sauter dessus. » Je me remis à ma place tout doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Il y a toujours celui qui domine & le soumi, surtout sexuellement {Mé&Nate Jeu 21 Jan 2010 - 21:20

Quand on me compare au diable c’est un compliment que je sais apprécié. J’ai un esprit sadique et pervers sur développé. Je n’ai pas de bon côté, j’aime mon coeur de pierre, je me refuse a changer quitte a passer pour un adolescent refusant catégoriquement de mûrir. Je ne veux pas changer car peut-être vais-je vous paraître narcissique mais moi je m’aime. Ce que je préfère dans la vie, au fond de moi, je sais que c’est de voir les autres souffrir. Je ne dis pas que je veux que le monde entier pleurniche, non ça ne serait pas drôle ! Ce que j’aime c’est me nourrir des différentes souffrance de chacun, c’est tellement jouissant ! Mais j’ai un cœur rassurez-vous ! La preuve je n’aime pas que les gens aient des souffrances inutile, je veux dire causer par des gens qui n’en valent pas la peine. Enfin ce traitement de faveur et bien évidemment pour les personne que j’arrive a supporté sans défiguré. J’aime observé le malheur des autres mais aussi crée ce malheur, j’aime ça, surtout avec les demoiselles je dois l’avouer, je n’ai aucun scrupule et le verbe aimer n’a aucun sens pour moi. C’est un mot virtuel désignant un sentiment inexistant mais auquel on veut croire. Peut-être ai-je tord ? Peut-être pas. Qui sais ? Est-ce de ma faute si je nulle n’a vraiment fait chaviré mon cœur ? Je me suis entiché de certaine et certain ! Mais jamais je n’ai dit « je t’aime », dans ma bouche ces mots sonnent tellement faux ! « Je t’aime » quelle stupidité ! Non personne n’a jamais chamboulé mon cœur, et je le dis, je crois que c’est tans mieux !
D’ailleurs pour revenir a Médaöw, qui est quand même ne l’oublions mon ex et moi je suis sa première fois, oui j’aime me venter d’avoir voler l’innocence des jeunes filles. Bref tous ça pour dire que même a elle je n’ai pas dit « je t’aime » elle a beau être belle charmante, j’ai beau l’apprécié, je ne suis nullement « amoureux » d’elle.
Vous savez qu’elle a vraiment de jolies jambes ? Non je dis ça je dis rien, juste que je
suis en train de l’admirer, et que je dois me remettre à l’évidence, elle a vraiment de jolies petites jambes, même si j’aime les voir écartés. Une insinuation ? Perverse ? Jamais, je ne me permettrais pas voyons, je l’ai déjà fait ? Vous avez dû mal comprendre mon cher ami.
Le regard plongé dans le sien et mon sourire pervers aux lèvres je l’écoute attentivement, ou pas. « Nat, tu es un vrai phénomène, tu me vouvoie lorsque tu me parles mais ton regard est en train de me déshabiller. J’ai choisi ce lieu parce qu’il est calme et que parfois venir chez toi peut-être très dangereux. Tu trouves qu’il fait chaud, j’ai même un peu froid de temps en temps et puis si tu aimes si peu le sommeil je vais finir par me demander si tu n’es pas un vampire voulant boire mon sang. Et comment va mon diable préféré ? » Je me mis a rire avant de retrouvé mon sourire pervers, non pas que je ne meurt d’envie de prendre mon pied mais j’ai toujours mon petit sourire pervers qui énerve le monde, rare sont les personnes qui ont compris qu’à force je ne sais sourire autrement. J’observai son beau sourire, je sais pourquoi je me suis entiché de cette fille, tout simplement parce qu’elle est belle et jolie à la foi. Elle a un corps sans artifice et incroyable agréable a l’œil & au touché… mais surtout elle est adorable comme midinette, j’aime les fille adorable bien que je ne sois pas fréquentable, mais ce que j’ai toujours aimer c’est qu’elle n’a jamais refusé de mettre un pied dans mon petit jeu.
Ma chère amie s’approche de moi, je sens son souffle dans mon coup avant de l’entendre murmuré les mots suivant ; « Et je n’oublie pas que la chaleur peut facilement montrer entre-nous mais cela ne veut pas dire que je vais te sauter dessus. » Je souri, un joli sourire que je n’oubli pas de précisé pervers. La douce se remet a sa place alors que cette fois c’est moi qui prends la parole en la regardant dans les yeux avec un regard qui ne trompe pas sur la tournure de mes phrases et un sourire en coin qui veux bien dire que j’aime « nos moments privilégiés » passé ensemble.

« Si tu souhaite que je te déshabille il n’y a guère de problème. Insinues tu que je te fait peur ? Allons, tu connais tout de moi… Mais si tu le désire la chaleur de ma peau peu te réchauffer… Tu sais que tu me vexes ? Je ne suis pas un vampire mais une créature satanique tout droit sortis des flammes de l’enfer qui se nourrit de la souffrance des hommes et dont la création a pour but de salir la haute bourgeoisie, jusqu’à présent je fais plutôt très bien je dois l’avouer. Voyons le sang ne m’a jamais intéressé je préfère la torture mentale a la torture physique elle est tellement plus jouissante ; même si certain être mérite les deux, ainsi soit-il hélas ce n’est pas moi qui fait la justice. Je vais très bien, malgré que putain il fait super chaud ! & toi jolie brunette, mon ex préféré comment vas-tu ? »

Je n’aime pas la chaleur du soleil, dix-huit degrés c’est trop pour moi, je n’aime pas ça, le soleil, je préfère vivre la nuit, la journée pour moi est faite pour jouir de la souffrance d’autrui, faire de la photographie, glandé et pourquoi voir quelque charmante demoiselle sur mon territoire là où il ne fait pas une chaleur accablante ! Je suis né sans aimer le soleil, nous admettrons qu’il faut bien connaître quelque difficulté dans la vie sans quoi elle serait bien maussade. Je m’approche de l’oreille de la demoiselle avant de lui murmurer quelques avances.

« Il est vrai que tu en as souvent fait l’expérience… Mais qui a parlé de passé aux choses sérieuses directement ? Ne soyons pas si brutal il y a les préliminaires d’abord… »

Je la fis s’allonger et je me mis au dessus d’elle avant de doucement repasser du côté inverse a ma position initial. Pourquoi ce geste ? Peut-être pour lui montré que je serais toujours là pour dominer ? Non même pas pour une fois, ceci est juste pour lui faire remonté d’excellent souvenirs même si tout les souvenirs passé a mes côté son excellent… quoi ? Il faut bien s’aimer soi-même !
Je regarde intensément la jeune demoiselle en souriant, c’est mon amie et pourtant mon comportement est réellement celui d’un goujat. Heureusement elle me connaît sous pas mal d’angles…
Je me mets a joué avec une mèche de cheveux regardant tantôt ses yeux tantôt ses jolies jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Il y a toujours celui qui domine & le soumi, surtout sexuellement {Mé&Nate Ven 22 Jan 2010 - 20:16

Je voyais son regard et je ne pouvais m’empêcher de sourire tout en me rappelant cette période où j’avais croisé pour la première fois son regard. Je n’avais que 14 ans à l’époque et je voulais tout simplement être une autre personne quelqu’un de beaucoup moins sage. C’est sans doute pour cela que je m’étais dirigé vers lui car il y avait quelque chose en lui qui me faisait comprendre qu’il était bien loin d’être un ange. Alors je l’ai aimé ou plutôt je devrais dire l’apprécier car ce n’était pas vraiment le véritable amour et ça ne le sera sans doute jamais. Nous étions deux adolescents de 14 ans et nous profitons de notre vie d’adolescent en passant notre temps ensemble, en s’amusant et en sortant ensemble de toutes les manières qu’ils puissent exister. Bien sûr parfois nous nous comportions comme de vrais couples surtout pour la partie qui se pratique dans un lit mais les mots je t’aime ne sont jamais sortis de nos bouches où du moins pas pour énoncer un amour amoureux. Car je lui ai dis de temps en temps je t’aime mais cela était purement amical. Bien entendu, j’adorais voir sa petite tête d’enfant qui n’aimait pas vraiment que je prononce ses mots. D’ailleurs, quelque chose m’a toujours paru tellement étrange c’est que moi la fille éternellement naïve et bien je n’avais aucun mal à comprendre lorsqu’il n’était pas tout à fait honnête. J’ai toujours eu quelques petits facilités pour lire en lui ce qui d’un côté doit l’amuser mais aussi et surtout beaucoup l’énerver car c’est loin d’être ce qu’il préfère que quelqu’un puisse comprendre qu’au fond de lui, il a peut-être un cœur bien cacher, vraiment bien cacher. Vous vous demandez sans doute comment cela c’est finit entre nous ? Et bien tout simplement, nous avons fini par comprendre que le statut couple ne nous convenait pas vraiment car être avec une seule femme n’était pas une chose pour lui et me faire tromper n’était pas non plus une chose que j’appréciais plus que cela. Alors nous sommes rester amis avec une vision bien à nous de l’amitié puisque les amis ne se retrouvent pas souvent dans le même lit mais il est dur de se passer de Nathanaël Becker et cela ne dérangeait aucun des deux. Bien entendu, lorsque je vu en couple cela changeait, je n’étais pas ce genre de filles qui sortait avec quelqu’un et qui en voyait un autre par derrière. D’ailleurs, je me souviens que pendant un peu de temps, il en était même devenu un peu bougon n’appréciant pas vraiment de ne plus pouvoir prendre son pied mais cela ne m’empêchait pas d’essayer tant bien que mal de le faire rire.

D’ailleurs, je venais justement d’y arriver sur cette plage lorsque je m’étais mise à parler. Il faut dire qu’après tant d’années de connaissance et bien je connaissais de plus en plus les moyens de le rendre souriant et surtout de le rendre heureux. Car oui, ce qui faisait le bonheur de ce petit diable c’était de faire le mal et d’avoir des conversations où la conversation n’était pas toujours des plus gaies. Plus une personne répondait à ses attaques plus il en était heureux et c’était d’ailleurs une des seules personnes avec qui je ne me privais jamais de dire ce que je pensais et il en faisait de même mais lui c’était avec tout le monde. Quoique parfois et bien j’avais remarqué qu’il essayait un peu de ne pas me faire trop de mal même si cela lui était plus que dure. Bien entendu, parfois, il n’arrivait pas à s’en empêcher et cela me blessait un peu mais je faisais tout mon possible pour ne pas le lui montrer car d’une certaine manière, ce n’était pas totalement sa faute. Nat ne changerait sans doute jamais et je le savais éperdument et de toute façon je n’avais pas vraiment envie de le changer car il me plaisait ainsi. Cela donnait un côté un peu étrange à notre amitié car j’étais souvent considérer comme un ange alors que lui était considérer comme un diable. Une drôle d’amitié entre deux personnes qui ne se comportaient pas vraiment comme toute le monde quand nous étions ensemble. Je le regardais, alors qu’il s’apprêtait à parler cela ne voulait dire qu’une seule chose qu’il avait envie de me rappeler ce que nous avions vécu et c’était ça façon d’être. « Si tu souhaite que je te déshabille il n’y a guère de problème. Insinues tu que je te fait peur ? Allons, tu connais tout de moi… Mais si tu le désire la chaleur de ma peau peu te réchauffer… Tu sais que tu me vexes ? Je ne suis pas un vampire mais une créature satanique tout droit sortis des flammes de l’enfer qui se nourrit de la souffrance des hommes et dont la création a pour but de salir la haute bourgeoisie, jusqu’à présent je fais plutôt très bien je dois l’avouer. Voyons le sang ne m’a jamais intéressé je préfère la torture mentale a la torture physique elle est tellement plus jouissante ; même si certain être mérite les deux, ainsi soit-il hélas ce n’est pas moi qui fait la justice. Je vais très bien, malgré que putain il fait super chaud ! & toi jolie brunette, mon ex préféré comment vas-tu ? » Je l’avais laissé parler jusqu’au bout car cela ne servait à rien de l’interrompre et mon rire cristallin se fit entendre assez fort car tout ce qu’il venait de me dire ne me donnait qu’une seule envie et qui n’était autre que celle de rire. Il était tellement lui-même et cela lui allait tellement bien en plus, il ne ratait aucune occasion de me montrer qu’il était toujours plein d’ardeur et que cela ne changerait sans doute jamais. Mais contrairement à lui, je n’étais pas du genre à parler autant en suivant ou du moins j’essayais de l’éviter du mieux que je pouvais. Alors je me rappelais tout doucement ce qu’il avait dit pour être sur de ne rien oublier. « Oh tu sais, je crois que pour le moment je préfère rester habiller et te connaissant, il faut que nous gardions une certaine distance pour ma propre sécurité bien sûr. » Je lui avais fait un joli sourire en me retournant droit vers lui, je n’avais jamais eu peut de le regarder dans les yeux et je ne changerais jamais. « Oh pardon, de vous avoir traiter de créature inférieure à votre rang de cruauté monseigneur. Pourrez-vous me pardonner et qu’elle sorte de torture m’infligeriez-vous. » A peine avais-je finit de parler que je m’étais mis à rire comme jamais. Je me moquais gentiment de lui et je savais qu’il allait adorer me prouver par a + b qu’il était le pire de tout les démons. « Ah je suis ton ex préférée, c’est une bonne nouvelle mais n’oublie pas que je suis aussi ta plus fidèle amie et sans doute l’une des seules qui arrivent à te supporter. Et je vais très bien même si je me trouve près d’un garçon des plus pervers et malsain mais le pire c’est qu’il me faire rire. Et puis tu sais bien que je vais toujours bien. Et si tu as tellement chaud, tu n’as qu’à plonger dans l’océan, d’un seul coup tu te sentiras beaucoup mieux. » Je m’étais mise à rire de plus belle car m’imaginer Nat totalement mouillée n’avait qu’un seul effet, me faire rire. Bien sur, je me calmais quelque peu lorsque je le vis s’approcher de mon oreille pour venir y murmurer quelques doux mots. « Il est vrai que tu en as souvent fait l’expérience… Mais qui a parlé de passé aux choses sérieuses directement ? Ne soyons pas si brutal il y a les préliminaires d’abord… » Je n’eus pas le temps de répondre que déjà il se trouvait sur moi avant de passer doucement de l’autre côté ce qui me fit sourire de plus belles car je comprenais où il voulait en venir car son langage n’était nul autre que la perversion, il s’exprimait par des gestes de goujats mais parfois, il lui arrivait de ne pas se comporter comme tel. « Et oui, mais je ne vais pas dire que cela fut une mauvaise expérience sinon, nous ne l’aurions pas refait aussi souvent. Et puis qui te dit que j’ai envie de préliminaire avec toi et maintenant. Nous sommes sur une plage ce qui oblige le démon que tu es à se comporter d’une façon un peu civilisée. » Je lui fis un petit bisou sur la joue car il ne serait sans doute pas des plus content de ce que je venais de lui dire. Il se mit à jouer avec une mèche de mes cheveux et cela me fit sourire. Il pouvait parfois se montrer doux avec moi, ce qui me confortait dans l’idée qu’il y avait du bon en lui. « Mon petit démon, tu veux bien me faire une petite place dans tes bras, ton petit ange à un peu froid. » Il savait que dans ce que je venais de dire, il n’y avait aucune allusion perverse. Je demandais simplement à un ami de me prendre dans ses bras car j’avais un peu froid mais je me demandais quand même comment Nat le prendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Il y a toujours celui qui domine & le soumi, surtout sexuellement {Mé&Nate Dim 24 Jan 2010 - 17:22

La manipulation est un art que j’apprécie particulièrement et depuis ma naissance j’apprends à le maîtriser. Je peux autant passer pour le méchant que le gentil, a vrai dire j’ai un préférence pour dévoilé ma vraie nature, mon comportement démoniaque, mais quand il s’agit de charmer les filles il faut bien les manipuler, passer pour un bad boy au grand cœur. La manipulation je l’utilise au quotidien, je manipule n’importe qui pour obtenir ce que je désire. A vrai dire quand personne ne me connaît je ne passe pas pour la créature satanique que je suis mais plutôt sur un bon fils de bonne famille mais les apparences sont réellement trompeuses. Cependant quand je m’installe dans une ville tout le monde, comprends très vite que je ne suis pas un gentil garçon.
D’ailleurs Médaöw a tout de suite su que je n’étais pas un si bon garçon, peut-être et sûrement parce que la première fois qu’elle m’a vu c’était en compagnie de mes parents et que la première phrase qu’elle m’a entendu dire n’est d’autre que «Ta gueule pétasse ! » cette phrase n’était pas pour elle mais pour ma mère alors bon ça donne tout de suite bonne impression. N’en pêche que Médaöw elle dira ce qu’elle veut mais a l’époque sa lui a bien plus puisqu’elle ne cherchait qu’à se détruire. Je n’ai jamais vraiment cherché a manipulé cette charmante demoiselle, ce qui lui laisse un facilité a lire en moi, même si elle se trompe souvent dans ses jugement. Enfin je veux dire, elle croit que j’ai un cœur, oui vous êtes d’accord avec moi là sur ce coup elle se trompe carrément ! On est bien d’accord. Je sais que si je devais la manipuler j’y arriverais, avec plus de difficulté que toute les jolies blondes qui finissent dans mon lit certes mais j’y arriverais. Au fond j’espère ne pas avoir à le faire parce que j’aime la compagnie de Médaöw et que c’est une gentille fille, un peu stupide pour tombé dans mes bras car a moins de vouloir prendre le risque de souffrir, copiner avec moi n’est vraiment pas une bonne idée. Je n’ai absolument aucune pitié.
En la regardant, sur sa serviette je repense quelque peu au passé. Je veux dire après notre rupture, Médaöw refusait d’être trompé et moi d’être fidèle, la vie de couple c’était vraiment pas pour nous, enfin notre couple, après Médaöw trouvera certainement son prince charmant. Enfin bref, après cette relation je me souviens que malgré tout on continué a se retrouver…au lit. Médaöw avait bien du mal a se détaché de moi et je dois avouer que son absence soudaine ne m’avait guère plu. Bref venons en au souvenir qui me revient vraiment, par moment Médaöw avait des « amoureux », enfin moi-même j’avais des petites copines mais les trois quart du temps « j’oubliais » de lui signalé et nous terminions dans le même lit… enfin bref ces petits copains m’énervais, bizarrement je faisais des pseudo crise de jalousie, parce que je voulais toujours avoir ma petite Mé dans mon lit et que je ne voyais pas pourquoi elle ne trompé pas ces petits merdeux. Enfin tous ça pour vous dire, que quand même notre relation est étrange car après des années on a repris la même relation, les crises de jalousie en moins, quoique j’essayerais une fois pour voir sa réaction.
Mé avait réussi a me faire chose qu’elle adore, moi que j’aime un peu moins, j’ai pas vraiment besoin de rire. Enfin je l’avais aussi fait rire et la demoiselle m’avait écouté sans m’interrompre, de toute façon elle m’aurait interrompu que direct je lui aurais mis ma main sur sa bouche… ou mes lèvres à voir. Bref la demoiselle fit entendre son rire cristallin avant de reprendre mes paroles morceau par morceau parce que si moi disais tout en une fois, la mademoiselle, elle, préféré faire des coupures. « Oh tu sais, je crois que pour le moment je préfère rester habiller et te connaissant, il faut que nous gardions une certaine distance pour ma propre sécurité bien sûr. » Elle se retourna vers moi en me souriant, de toute façon des paroles, si j’en avais envie ne m’arrêterais pas, enfin la demoiselle repris ; « Oh pardon, de vous avoir traiter de créature inférieure à votre rang de cruauté monseigneur. Pourrez-vous me pardonner et qu’elle sorte de torture m’infligeriez-vous. » Elle se mit a rire en fait elle se moquait gentiment mais je crois qu’elle n’avait pas encore bien saisi avec quel salaud elle était, j’étais réellement quelqu’un de mauvais et si je le revendique c’est parce que c’est bel et bien la réalité, enfin si la miss voulait se croire au pays des bisounours, sa n’engagé qu’elle. Dans tous les cas je ne l’avais pas pris mal, j’avais même souris. Puis elle continua sur sa lancé « Ah je suis ton ex préférée, c’est une bonne nouvelle mais n’oublie pas que je suis aussi ta plus fidèle amie et sans doute l’une des seules qui arrivent à te supporter. Et je vais très bien même si je me trouve près d’un garçon des plus pervers et malsain mais le pire c’est qu’il me faire rire. Et puis tu sais bien que je vais toujours bien. Et si tu as tellement chaud, tu n’as qu’à plonger dans l’océan, d’un seul coup tu te sentiras beaucoup mieux. » Et elle se mit a rire de plus belle, moi je souriais, parce que rire n’était pas vraiment dans ma nature. Elle se calma quelque peu quand je murmurai a son oreille et puis j’étais passé au dessus d’elle et retombant de l’autre côté sans rien faire et seulement là elle rajouta « Et oui, mais je ne vais pas dire que cela fut une mauvaise expérience sinon, nous ne l’aurions pas refait aussi souvent. Et puis qui te dit que j’ai envie de préliminaire avec toi et maintenant. Nous sommes sur une plage ce qui oblige le démon que tu es à se comporter d’une façon un peu civilisée. » Ceci fut accompagné d’un bisous sur la joue, puis je jouai avec un de ses mèches de cheveux avant d’enfin répondre a tous ça, attendez vous avez cru quoi ? Bah oui c’était trop calme soudainement, faut bien que je réponde a ses paroles non mais ! Vous n’avez pas cru que je dirais rien ? Bande de fou ! Vous ne connaissez rien à la vie !

« Dommage, j’aime quand tu es nue comme un vert, et puis tu sais avec moi tu sera toujours en sécurité, je veux dire t’en fait pas j’ai les protèges plastiques…Attend ! C’est terrible de me dégradé de la sorte ! Ce n’est pas toi qui prend plaisir a brisé le cœur de demoiselle bien innocente, ce n’est pas toi qui prend un malin plaisir a voir les autres souffrir, ce n’est pas toi qui insulte les chômeurs qui sorte de l’ANPE et surtout ce n’est pas toi qui a pratiquement poussé une fille au suicide « par amour ». Tu ne sais pas bien à qui tu as affaire, mademoiselle. Tu sais en même temps je ne me souviens pas des trois quart de mes ex, de toute façon qu’elle différence cela fait-il ? Je n’en ai aimer aucune ni aucun d’ailleurs ! Je n’ai jamais demandé à ce qu’on me supporte. Attention pas l’un, mais plutôt le plus pervers ! Tu vas bine même quand ça va pas c’est ça ? Et si je plonge c’est avec toi ! Tu sais que je suis capable de le faire en plus ! Le civisme n’a jamais était mon truc. »

Je n’en avais pas rajouté plus sur le fait de coucher avec elle si ce n’est que parlé de préservatif, je n’en avais pas dit plus pas parce que je ne savais plus quoi répondre ! Bien au contraire ! Plutôt parce que je savais qu’il y avait des limites surtout que moi-même je n’étais pas en manque de sexe alors bon le jeu me lassé allons nous dire. La demoiselle ouvrit la bouche a nouveau et sa demande venait de me surprendre « Mon petit démon, tu veux bien me faire une petite place dans tes bras, ton petit ange à un peu froid. » il n’y avait aucune allusion perverse là-dedans, elle voulait juste que je la prenne dans mes bras. J’étais choqué parce que la tendresse n’était pas mon truc et qu’elle me demande ça a moi était plutôt inattendu, cependant sans mot je la prenais dans mes bras. Ça ne me dérangeais mais, elle avait de la chance d’être a mes yeux bien plus qu’une simple fille car je sais que rare sont celle qui ont le droit a ce genre de traitement de faveur, je ne suis pas un tendre je suis plutôt alors croyez moi avec Médaöw et peut-être une ou deux autres personne, je fais de grand effort. Pour vous cela ne semble rien, pour moi cela est énorme on ne pas me demandé de me comporté encore mieux, je suis au must là !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Il y a toujours celui qui domine & le soumi, surtout sexuellement {Mé&Nate Dim 7 Fév 2010 - 12:23

Parfois, nous n’avons envie qu’une seule chose et celle-ci semble tellement importante que nous serions prêt à faire n’importe quoi pour l’obtenir. C’est un peu ce qui se passait dans ma tête depuis quelque temps. J’avais tellement envie de revivre certaines parties de ma vie et les changer un petit peu. Par exemple, je changerais ce qui s’est passé à mes 17 ans, je changerais peut-être aussi de parents ou alors je ne partirais pas d’Ocean Grove car la vie me paraissait si paisible lorsque je vivais ici. Je m’amusais avec ma meilleure amie et la vie paraissait comme un long fleuve tranquille, j’avais tout ce que je pouvais désirer et rester ici toute ma vie ne m’aurait nullement dérangé. Malheureusement, ma mère n’avait pas été de cet avis et c’est par sa faute que je suis partie. Bien entendu, cela ne restait qu’une envie car les coups de baguettes n’existent pas et jamais je ne pourrais remonter le temps pour ne jamais partir. D’ailleurs, je me demande bien comment j’aurais réussi à convaincre ma mère de ne pas partir. J’aurais sans doute du l’attacher toute sa vie à une chaise et la mettre dans le garage et d’une certaine manière, je suis presque sur que mon père ne l’aurait pas remarqué. Par contre, je sais que j’aurais bien été incapable de faire ce genre de choses à ma propre mère même si je la déteste, je suis bien trop gentille pour faire autant de mal et voilà pourtant mon côté angélique me dérange tellement par moment. Je regardais le jeune homme qui se trouvait à mes côtés et peu à peu cette envie de ne jamais avoir voyager s’estompait. En effet, si jamais je n’avais pas quitté ce si beau quartier je n’aurais jamais connu Nat et cela me paraissait la plus terrible des choses. Bien entendu, la plupart des gens auraient tout fait pour ne jamais croiser le chemin de mon petit diable favori et bien ce n’était nullement mon cas. Je savais par ailleurs que ma vie aurait été totalement ennuyeuse si je ne l’avais pas connu et surtout je n’avais pas grandit sans lui. De plus, je suis sans doute l’une des seules qui le connaît autant, qui sait quand je peux me laisser aller, quand il se montrera doux et gentil du moins à sa manière et je sais aussi lorsqu’il est totalement énerver. Et surtout, je suis la seule à avoir découvert qu’il possède un cœur. Certes, il est un peu petit mais il existe quand même. Enfin, c’est une chose qu’il n’arrive pas encore accepter mais je suis sur qu’un moment où un autre, il comprendrait. Pour cela, il lui suffirait juste de trouver la fille qu’il serait prêt à aimer de tout son cœur. Et j’étais sûr qu’elle existait car personne n’était fait pour vivre éternellement seul, malheureusement, on rate souvent cette chance de trouver la personne qui nous correspond le mieux. Je regardais le jeune homme et je m’étais donné pour mission aujourd’hui de le faire ire le plus possible et puis rire est une chose tellement bonne pour la santé qu’il est un peu stupide de ne pas le faire. D’ailleurs, je crois bien être la personne la plus souriante que je connaisse et surtout que Nat doit connaître lui qui est plutôt habitué aux regards méchants envers lui. « Dommage, j’aime quand tu es nue comme un vert, et puis tu sais avec moi tu sera toujours en sécurité, je veux dire t’en fait pas j’ai les protèges plastiques…Attend ! C’est terrible de me dégradé de la sorte ! Ce n’est pas toi qui prend plaisir a brisé le cœur de demoiselle bien innocente, ce n’est pas toi qui prend un malin plaisir a voir les autres souffrir, ce n’est pas toi qui insulte les chômeurs qui sorte de l’ANPE et surtout ce n’est pas toi qui a pratiquement poussé une fille au suicide « par amour ». Tu ne sais pas bien à qui tu as affaire, mademoiselle. Tu sais en même temps je ne me souviens pas des trois quart de mes ex, de toute façon qu’elle différence cela fait-il ? Je n’en ai aimer aucune ni aucun d’ailleurs ! Je n’ai jamais demandé à ce qu’on me supporte. Attention pas l’un, mais plutôt le plus pervers ! Tu vas bine même quand ça va pas c’est ça ? Et si je plonge c’est avec toi ! Tu sais que je suis capable de le faire en plus ! Le civisme n’a jamais était mon truc. » Je me demandais comment il pouvait parler autant tout en ce souvenant de tout et ce n’était nullement mon cas. Au moins, avec lui j’avais remarqué une chose c’est que dès qu’il peut se montrer méchant, il est heureux, il n’aime pas avoir un bon fond et pourtant il en a un même s’il ne le montre que très rarement. Je crois que d’une certaine manière je suis l’une des seules qui a eut la chance de le voir un tant soit peu gentil ou du moins un peu moins méchant. Je le regardais et je n’avais envie qu’une d’une seule chose qu’il soit heureux car je n’aime pas voir les gens que j’aime malheureux. « Je suis pratiquement sûr que si tu le pouvais, tu obligerais tout le monde à être toujours nu comme un verre pour ton petit plaisir. Et pour ce qui est de la protection, je ne parlais pas de celle-là. Tu le dis toi-même tu es un démon. » Je souriais toujours et d’une certaine manière, j’avais envie qu’il avoue un peu de sa bonté bien cachée car je ne démordrais pas là dessus, tout le monde à un bon fond et Nathanaël ne dérobait pas à la règle, j’en étais plus que sure. « Je sais parfaitement qui tu es et que tu aimes emmerder les gens que tu rencontres et même ceux que tu ne connais pas. Mais tu sais aussi qui je suis et même si tu agis comme la plus cruelle des personnes tu possède un cœur comme tout le monde. Il est peut-être extrêmement petit mais il existe. » Comme si j’avais encore dix ans, j’avais finit ma phrase par un tirage de langue qui me fit rire. Il faut dire que l’on se ressemblait sur un point, on pouvait être aussi têtu l’un que l’autre lorsqu’on pensait avoir raison et pour une fois, j’avais l’impression d’avoir totalement raison car tout le monde avait un cœur et je ne démordrais pas là dessus. « Je suis sûr qu’un jour tu trouveras la personne que tu aimeras et tu peux au moins avoué que si l’on ne se voyait plus je te manquerais un tout petit peu. » J’étais presque sûr qu’il allait répondre négativement mais je voulais quand même essayer car qui ne tente rien n’a rien. Alors j’ai tenté sans être sur des résultats. Et puis, d’une certaines manière c’est en lui disant qu’il était un minimum gentil qu’il faisait les têtes les plus choquées et d’une certaine façon c’était tellement joli à avoir. Et puis, si c’était moi qui lui parlait ainsi et bien il aurait sans doute moins envie de tuer la personne que si c’était quelqu’un qui lui était totalement étranger. « Tu as tout compris, je vais toujours bien même quand mon cœur soufre, je vais bien. Je préfère voir la vie du côté positif plutôt que de son côté négatif. On meure tous un jour où l’autre et je n’ai nullement envie de mourir en me disant que j’ai trop regretté ou que j’ai trop penser à ce qui n’allait pas plutôt que de voir le bon côté des choses. » J’étais trop optimiste sans doute mais je préférais voir la vie de cette façon plutôt que négativement. « Pour ce qui est du civisme j’en étais parfaitement au courant et puis contrairement à toi et bien moi je n’ai pas vraiment chaud alors pour le bain et bien tu repasseras. » Je n’avais vraiment aucune envie d’être mouillé même si cela serait assez drôle de voir dans quel état serait le jeune homme tout mouillé. Je vis la tête de Nat changé lorsque je lui avais demandé une petite chose. Il faut dire que j’avais assez froid et que je n’allais pas le laisser seul pour cette raison totalement stupide. Je m’attendais d’une certaine manière à ce qu’il refuse c’est pour cela que je ne m’étais pas trop rapproché. Puis lorsque je sentis deux bras fort se mettre autour de moi et bien je me sentis d’un seul coup bien mieux et j’avais d’une certaine manière un peu plus chaud. Je souriais consciente de l’effort immense qu’il avait du faire pour accepter d’agir de la sorte. Je le regardais droit dans les yeux tout en lui souriant. « Merci. » Un simple mot mais qui voulait dire beaucoup et qui fut suivit d’un petit baiser sur sa joue. En effet, il ne fallait quand même pas tenter le diable en l’embrassant sur la bouche, je n’étais pas folle à ce point. J’étais toujours dans mes pensées et je repensais à Nat totalement trempée ce qui me faisait rire. « Tu serais tellement beau tout mouillé. » J’espérais qu’il ne prendrait pas cela comme une invitation à aller dans l’eau quoique cela pourrait être assez drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Il y a toujours celui qui domine & le soumi, surtout sexuellement {Mé&Nate

Revenir en haut Aller en bas
 

Il y a toujours celui qui domine & le soumi, surtout sexuellement {Mé&Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Alentours :: Crandon Park Beach & Port of Miami-